REVISTACIENTIFICAMULTIDISCIPLINARNUCLEODOCONHECIMENTO

Attentes, perceptions et motivations des élèves d’un lycée public de l’État de São Paulo

DOI: 10.32749/nucleodoconhecimento.com.br/education-fr/motivations-des-eleves
5/5 - (1 vote)

CONTEÚDO

ARTICLE ORIGINAL

DENDASCK, Carla Viana [1], FACCO, Lucas [2], FECURY, Amanda Alves [3], OLIVEIRA, Euzébio de [4], DIAS, Cláudio Alberto Gellis de Mattos [5]

DENDASCK, Carla Viana. Et al. Attentes, perceptions et motivations des élèves d’un lycée public de l’État de São Paulo. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 05, Ed. 05, Vol. 13, p. 32-43. Mai 2020. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/education-fr/motivations-des-eleves, DOI: 10.32749/nucleodoconhecimento.com.br/education-fr/motivations-des-eleves

RÉSUMÉ

La théorie du but de la réussite cherche à comprendre l’ensemble des facteurs, tels que: pensées, croyances, motivations, buts et émotions qui conduisent le développement des performances de l’individu (dans ce cas, les élèves) à agir, et par conséquent traduire en résultats leurs actions. L’objectif de cette recherche était d’étudier les attentes, les perceptions et les motivations des élèves d’un lycée public à l’intérieur de São Paulo. L’étude qualitative a été menée dans un lycée public, situé dans une ville à l’intérieur de l’Etat de São Paulo, au premier semestre 2019. La séparation des parents peut parfois être un facteur problématique pour la vie étudiante. Les élèves dont les parents ont l’alphabétisation et une éducation formelle plus longue ont tendance à rester alphabétisés et à évoluer dans le domaine de l’éducation. Les élèves du secondaire cherchent à terminer leurs études et à passer à l’enseignement supérieur afin d’atteindre leurs objectifs de vie personnelle. Une grande proportion d’élèves ne comprennent pas la fonction réelle d’aller à l’école.

Mots-clés: Limiter les croyances, l’inégalité socio-économique, La théorie de l’objectif de réussite.

INTRODUCTION

Le mot croire est caractérisé comme un verbe direct transitif qui signifie croire vrai, même si quelque chose s’avère contraire. Une croyance négative peut causer une construction cognitive, une compréhension et, par conséquent, des comportements capables d’avoir un impact sur les objectifs de réalisation d’un individu ou d’un groupe (SOUZA, 2010).

La théorie des objectifs de réalisation (1970) s’écartant de la théorie de la motivation pour la réalisation, proposé par McClelland (1953) et Atkinson (1957), cherche à comprendre l’ensemble des facteurs, tels que: pensées, croyances, motivations, buts et émotions qui conduisent le développement des performances de l’individu (dans ce cas, les élèves) à agir, et par conséquent à traduire en résultats leurs actions, ou, tâches, que ce soit dans leurs aspects émotionnels, cognitifs qui seront traduits dans leurs résultats et / ou la performance (ZENORINI et al., 2011).

Selon Santos et. al, (2011) et Zenorini et. al, (2013), les croyances influencent directement l’objectif de réalisation et, par conséquent, agissent sur la motivation des individus à remplir leurs fonctions et/ou à pencher vers un meilleur apprentissage, et à développer l’autodétermination (OLIVEIRA et al CATÃO, 2017).

L’objectif de la motivation et de l’autodétermination vient de la conviction que l’individu est capable d’accomplir tout ce qui lui est imposé en lui fournissant une capacité de performance positive, parce que l’individu croit que sa performance dépend de son effort, de la prévention ou de l’entrave, que les aspects externes peuvent lui fournir une sorte d’obstacle (BUENO et al., 2007).

Bien que l’objectif de la théorie des réalisations soit largement utilisé dans le contexte de l’enseignement de l’apprentissage (CARDOSO et BZUNECK, 2004; BUENO et al., 2007; OLIVEIRA et CATÃO, 2017), on croit que leurs définitions influencent directement le positionnement, les résultats et les chemins que les individus marcheront après avoir quitté le contexte scolaire, que ce soit professionnellement ou personnellement.

Les élèves du secondaire peuvent être qualifiés d’adolescents et/ou de jeunes en train de se transformer physiquement, intellectuellement et psychologiquement. C’est aussi à ce stade qu’ils finissent par prendre des décisions qui tendent à délimiter une grande partie de leur vie (PEREIRA et coll., 2020). Les aspects sociaux et les facteurs culturels qui imprègnent l’environnement autour de l’individu seront également en grande partie responsables de leur accorder des subventions pour les chemins qu’il a choisis, ainsi que pour les chemins qu’il suivra réellement (SILVA, 2019).

OBJECTIF

Étudier dans les concepts de théorie des buts et de réalisation les attentes, les perceptions et les motivations des élèves d’un lycée public à l’intérieur de São Paulo.

MÉTHODE

L’étude qualitative a été menée dans un lycée public, situé dans une ville à l’intérieur de l’Etat de São Paulo, au premier semestre 2019. Le questionnaire fait partie d’un programme de conférences sur le comportement, les perspectives et le projet de vie mené par le chercheur qui se concentre sur les étudiants à faible revenu. Ce programme est financé par le Centro de Pesquisa e Estudos Avançados- CEPA, et agit par le biais de conférences offertes gratuitement dans les écoles publiques.

Un questionnaire de 5 questions visant à comprendre le profil socioéconomique des élèves et des questions ouvertes a été appliqué, basé sur la théorie des objectifs et le questionnaire de réussite utilisé par Bueno et al. (2007) et Zenorini et al. (2011), avec adaptation du vocabulaire et de la langue selon le profil des élèves.Tous les élèves et/ou parents ont signé la clause de consentement libre et de clarification concernant l’utilisation des données et la confidentialité de l’identité des élèves.

RÉSULTATS

La figure 1 montre le pourcentage d’élèves âgés de 15 à 19 ans d’école secondaire dans une école publique. La majorité (68,75 %) vit avec les deux parents. Ceux qui ne vivent qu’avec leur mère sont 25%; seulement avec le père 3,13%; et avec d’autres personnes 3,13%.

La figure 1 montre le pourcentage d’élèves âgés de 15 à 19 ans d’école secondaire dans une école publique.

Le pourcentage de l’éducation des parents d’élèves âgés de 15 à 19 ans d’école secondaire dans une école publique figure à la figure 2. La plupart des parents ont fait des études primaires ou secondaires (90,63 %) tandis que la minorité a fait des études supérieures (9,37 %).

La figure 2 montre le pourcentage de l’éducation des parents de parents d’élèves âgés de 15 à 19 ans d’école secondaire dans une école publique.

Les professions prédominantes des personnes vivant avec des élèves âgés de 15 à 19 ans d’études secondaires dans une école publique se trouve à la figure 3. Les trois professions les plus fréquentes sont auxiliaires, boucher et peintre (18,75 % chacune), suivies respectivement de %) ; peintre et par conducteur (9,37 % chacun); opérateur de machine (6,25 %); et par gardien, agriculteur, retraité, femme de chambre et travailleur autonome (3,12 % chacun).

La figure 3 montre les professions prédominantes des personnes vivant avec des élèves âgés de 15 à 19 ans de l’école secondaire une école publique.

La figure 4 montre le pourcentage d’élèves âgés de 15 à 19 ans d’école secondaire dans une école publique, selon le prétexte des études après l’école secondaire. La plupart ont l’intention d’aller à l’enseignement supérieur (65,63 %) tandis que la minorité admet ne pas vouloir poursuivre ses études dans un cours d’enseignement supérieur (25,00 %). Peu n’ont pas répondu à cette question (9,38 %).

La figure 4 montre le pourcentage d’élèves âgés de 15 à 19 ans d’école secondaire dans une école publique, en prétendant étudier après l’école secondaire.

Le pourcentage d’élèves âgés de 15 à 19 ans d’études secondaires dans une école publique qui ont l’intention d’aller à l’enseignement supérieur, pour la ressource financière utilisée à cette fin, est indiqué à la figure 5. La plupart ont l’intention de compter sur les ressources de leur propre travail ou d’avoir l’appui de programmes gouvernementaux (47,62 % chacun). La minorité compte compter sur l’aide de la famille (4,76%).

La figure 5 montre le pourcentage d’élèves âgés de 15 à 19 ans d’école secondaire dans une école publique qui ont l’intention d’aller à l’enseignement supérieur, par la ressource financière utilisée à cette fin.

La figure 6 montre le pourcentage d’élèves âgés de 15 à 19 ans d’école secondaire dans une école publique et la perception de leur rendement scolaire. La majorité d’entre eux ont dit n’y avoir jamais pensé (87,50 %), tandis que la minorité a dit reconnaître que sa performance était bonne ou excellente (12,50 %).

La figure 6 montre le pourcentage d’élèves âgés de 15 à 19 ans d’études secondaires dans une école publique et la perception de leur rendement scolaire.

Le pourcentage d’élèves de 15 à 19 ans d’études secondaires dans une école publique et leur perception de la capacité de leur rendement scolaire d’atteindre leurs objectifs sont indiqués à la figure 7. La plupart des élèves disent n’y avoir jamais pensé (62,50 %). La minorité se dit déjà préoccupée par cette question (37,50 %).

La figure 7 montre le pourcentage d’élèves âgés de 15 à 19 ans d’école secondaire dans une école publique et leur perception de la capacité de leur rendement scolaire d’atteindre leurs objectifs.

DISCUSSION

L’une des questions qui sont discutées comme un facteur important dans le rendement scolaire des jeunes est la question de la séparation des parents et de l’impact que cela peut avoir sur la vie de l’élève. Ce processus peut déclencher une réduction du rendement de la même personne, puisque parfois la perception et l’intérêt de l’élève dans les classes sont considérablement réduits (MOREIRA, 2010). Un autre facteur à prendre en compte dans cette situation est la façon dont les parents sont divorcés. En cas de séparation conflictuelle, l’étudiante peut être encore lésée en ayant à composer avec ses résultats (SOUZA, 2014). Dans ce contexte, la perception de l’enseignant est également importante, car s’il perçoit le changement de comportement de l’élève associé à des émotions négatives (comme la tristesse), il peut être en mesure d’intervenir tôt dans la situation et d’alerter les responsables à ce sujet, en plus de fournir le soutien de l’élève (SANTOS et ROIM, 2014).

L’un des facteurs qui influencent l’éducation des élèves de l’adolescent est le niveau formel d’éducation des parents. Selon l’enquête nationale sur les ménages de 2014 -PNAD – dans l’axe de la mobilité socioprofessable, on a constaté que (chez les personnes âgées de 16 ans ou plus, qui vivaient avec leur père à l’âge de 15 ans), plus le taux de parents alphabétisés était élevé, plus le nombre d’enfants non alphabétisés (IBGE, 2016) était faible. Par conséquent, il est noté l’importance des parents dans le processus d’apprentissage des élèves, car ils exercent une influence sur elle (ALMEIDA, 2014).

Afin de favoriser l’achèvement des études de base et l’entrée de l’étudiant dans l’enseignement supérieur, en aidant ainsi leur insertion dans l’environnement adulte, les parents exercent la fonction d’inciter la réflexion de leurs enfants sur le choix de leurs futures professions, en plus d’investir dans leurs processus éducatifs en fonction de leurs possibilités et de la meilleure façon possible. S’il est conscient que l’étudiant doit faire ses choix indépendamment de son futur cours de premier cycle après la fin de ses études secondaires, en plus de la profession qu’il souhaite suivre, ainsi que de la présence de dialogues constants et de compréhension mutuelle, le processus éducatif du jeune étudiant tend à mieux réussir (ALMEIDA et MELO-SILVA, 2011). Le choix de la profession d’élève est généralement lié à l’axe professionnel de la famille, et parfois les volontés et les attentes des parents et des tuteurs exercent généralement une influence positive sur les choix. Toutefois, il devrait y avoir une compréhension de la nécessité pour l’étudiant de manifester ses propres volontés, de façon autonome, sans aucune coerction négative à l’égard de ses choix (SOARES-LUCHIARI, 1996; OLIVEIRA, 2012).

Afin de répondre à leurs besoins éducatifs et socio-économiques, les étudiants recherchent dans l’idée de l’accomplissement personnel la volonté d’aller à l’enseignement supérieur après l’école secondaire. Pour que cette tâche soit accomplie, il est nécessaire que l’étudiant ait de la motivation et de l’engagement (ANDRADE, 2012). La motivation de l’élève peut être intrinsèquement ou extrinsèque. Le premier vient de la volonté inhérente de l’individu de réaliser un rêve ou un objectif. Le second est lié aux environnements fréquentés par l’individu et à l’influence des personnes qui sont avec lui, généralement sa famille (en particulier ses parents), ses amis et d’autres. De la même manière, cependant, il peut aussi y avoir démotivation, qui est également déterminée par les deux mêmes facettes (intrinsèque et extrinsèque), et dans une situation de démotivation générale, l’étudiant a tendance à ne pas avancer dans la poursuite de ses objectifs, restant stagnant (SOUZA e REINERT, 2009; CARVALHO, 2018).

Au Brésil, il est possible de constater une dualité fatidique du système éducatif : d’une part, nous avons des élèves d’écoles privées, généralement avec des conditions d’enseignement plus favorables – avec de meilleures infrastructures, des ressources financières et des enseignants qualifiés – et, d’autre part, des élèves des écoles publiques, qui ont généralement des infrastructures plus précaires et le manque d’autres caractéristiques importantes. Ces facteurs aboutissent à la disparité de l’enseignement et, au niveau concurrentiel, les élèves des écoles privées sont généralement mieux préparés. Un autre facteur à prendre en compte est l’entrée des étudiants dans des conditions socio-économiques plus fragiles plus tôt sur le marché du travail. Cette insertion dans l’environnement du travail avant l’achèvement de l’enseignement de base, devant faire face à la fois aux responsabilités (éducatives et économiques), même si elle contribue à l’insertion sociale et à la maturation psychique, peut avoir une influence négative sur la performance étudiante du jeune étudiant, ce qui peut conduire à l’abandon de l’impulsion pour entrer dans le prochain niveau d’éducation, l’enseignement supérieur, et cette décision peut avoir un impact sur la réussite économique future de ce jeune , puisqu’il peut par la suite avoir des difficultés à évoluer au niveau de la main-d’œuvre (DUTRA-THOMÉ et al., 2016; OLIVEIRA, 2018).

Pour que l’élève présente un bon rendement scolaire, plusieurs facteurs sont nécessaires, comme la motivation intrinsèque et extrinsèque, ainsi que d’autres, comme les ressources scolaires (SOUZA et REINERT, 2009; DUTRA-THOMÉ et al., 2016). Toutefois, ces questions ne sont pas toujours présentes et, par conséquent, peuvent avoir une incidence négative sur le rendement de l’élève. Un exemple d’un facteur qui peut générer cette situation négative est la démotivation des enseignants, due à la stagnation et à la faillite de la structure éducative, au manque de formation continue et de formation, en plus de la rémunération insatisfaisante qu’ils reçoivent. En outre, l’établissement d’enseignement lui-même (compte tenu de l’appréciation excessive des élèves ayant de meilleurs résultats et au détriment des autres, provoquant l’exclusion dans le milieu enseignant lui-même) peut être un facteur démotivant pour l’étudiant (BEZERRA, 2014).

Bien qu’ils suivent des cours et cherchent à obtenir des notes, de nombreux élèves du secondaire, en particulier dans les écoles publiques, ne comprennent pas la véritable raison de suivre ce processus de formation. Le fait qu’ils ne comprennent pas ces raisons conduit à la chance avec l’étude quotidienne, conduisant ainsi à un faible apprentissage du contenu proposé. Parfois, les principaux facteurs qui conduisent plusieurs élèves de ce type d’enseignement à suivre des cours sont les amis faits dans le milieu scolaire et l’intention de se produire professionnellement des années plus tard (MELO et LEONARDO, 2019).

CONCLUSIONS

L’école est située dans une région où elle a des abattoirs et des tricots, ce qui justifie le taux élevé de nomination des travailleurs dans ces secteurs, ce qui, selon elle, n’est pas normal dans d’autres régions.

La séparation des parents peut parfois être un facteur problématique pour la vie étudiante du jeune élève, puisqu’il finit par perdre l’attention et l’intérêt pour le contenu proposé pendant les cours.

Les élèves dont les parents ont l’alphabétisation et une éducation formelle plus longue ont tendance à rester alphabétisés et à évoluer dans le domaine de l’éducation. Ainsi, il est possible de remarquer que l’influence de la famille est souvent un facteur important pour le niveau d’instruction des élèves.

Le choix académique et professionnel de l’étudiant tend à converger vers l’histoire du travail de la famille, et l’étudiant peut refléter les influences à la maison pour le choix de son propre cheminement de formation. Toutefois, bien qu’elle devrait conseiller et fournir tout le soutien possible à l’adolescent pour atteindre ses objectifs et ses rêves, la famille ne devrait pas exercer de pression pour que l’élève suive une certaine voie, car cela peut générer des conflits entre l’étudiant et la famille, en plus de nuire éventuellement à la satisfaction future de l’individu à l’égard de sa vie professionnelle.

Les élèves du secondaire cherchent à terminer leurs études et à passer à l’enseignement supérieur afin d’atteindre des objectifs de vie personnelle, qu’ils soient sociaux, économiques, professionnels ou autres. Toutefois, la démotivation, qu’elle soit intrinsèque ou extrinsèque, peut mener l’élève à la stagnation, ce qui nuit à la réalisation de tels objectifs.

Le manque d’infrastructures scolaires, telles que la mauvaise qualification des enseignants, et le manque de ressources éducatives, en particulier dans l’éducation publique, peuvent être des facteurs démotivants pour l’élève de l’enseignement primaire, augmentant les possibilités d’abandon de l’éducation.

Une grande partie des élèves ne comprennent pas la fonction réelle d’aller à l’école, même s’ils sont convaincus qu’il est nécessaire d’atteindre les objectifs qu’ils se sont fixés. En raison de cette compréhension même de l’objectif d’enseignement, ils ne s’engagent souvent pas comme ils le devraient dans les études quotidiennes, un facteur qui déclenche des déficits éducatifs possibles chez les élèves.

RÉFÉRENCES

ALMEIDA, E. B. A relação entre pais e escola: a influência da família no desempenho escolar do aluno. 2014. 48p. (Graduação). Faculdade de Pedagogia, Universidade Estadual de Campinas, Campinas SP.

ALMEIDA, F. H.; MELO-SILVA, L. L. Influência dos pais no processo de escolha profissional dos filhos: uma revisão de literatura. Psico-USF, v. 16, n. 1, p. 75-85,  2011.

ANDRADE, J. Educação superior: uma abordagem de motivação e necessidade.  2012.  Disponível em: < https://administradores.com.br/artigos/educacao-superior-uma-abordagem-de-motivacao-e-necessidade >. Acesso em: 23 maio 2020.

BEZERRA, M. C. L. Dificuldades de aprendizagem e os fatores que influenciam o fracasso escolar. 2014. 53p. (Especialização). Universidade Estadual da Paraíba, Itaporanga PB.

BUENO, J. M. H.  et al. Investigação das propriedades psicométricas de uma escala de metas de realização. Estud. psicol., v. 24, n. 1, p. 79-87,  2007.

CARDOSO, L. R.; BZUNECK, J. A. Motivação no ensino superior: metas de realização e estratégias de aprendizagem. Psicol. Esc. Educ., v. 8, n. 2, p. 145-155,  2004.

CARVALHO, F. A. N. Impacto da relação entre família e escola no desempenho acadêmico do aluno. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento, v. 12, n. 8, p. 111-139,  2018.

DUTRA-THOMÉ, L.; PEREIRA, A. S.; KOLLER, S. H. O desafio de conciliar trabalho e escola: características sociodemográficas de jovens trabalhadores e não-trabalhadores. Psicologia: Teoria e Pesquisa, v. 32, n. 1, p. 101-109,  2016.

IBGE. Mobilidade sócio-ocupacional: Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios.  Rio de Janeiro RJ: IBGE, 2016.

MELO, L. C. B.; LEONARDO, N. S. T. Sentido do ensino médio para estudantes de escolas públicas estaduais. Psicologia escolar e Educacional, v. 23, p. 1-9,  2019.

MOREIRA, F. P. A. A influência da separação dos pais no desempenho escolar de alunos das séries/anos iniciais na visão do professor. 2010. 55p. (Graduação). Universidade do Extremo Sul Catarinense, Criciúma SC.

OLIVEIRA, C. T. Participação no desenvolvimento de carreira dos filhos: visão dos genitores. Santa Maria RS,  2012.  Disponível em: < http://www.unicap.br/jubra/wp-content/uploads/2012/10/TRABALHO-34.pdf >. Acesso em: 23 maio 2020.

OLIVEIRA, D. M.; CATÃO, V. Teoria das metas de realização em sala de aula e as possíveis  influências nos padrões motivacionais para a aprendizagem da química em duas turmas do ensino médio. Góndola Enseñ Aprend Cienc, , v. 12, n. 2, p. 50-68,  2017.

OLIVEIRA, R. O ensino médio e a precocidade do trabalho juvenil. Educar em Revista, v. 34, n. 67, p. 177-197,  2018.

PEREIRA, S. G.  et al. Desinteresse dos estudantes do 3° ano do Ensino Médio pela profissão de professor na Cidade de Patos de Minas – MG. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento, v. 2, n. 3, p. 121-137,  2020.

SANTOS, D. D. M.; ROIM, T. P. B. A interferência da separação familiar na aprendizagem infantil. Revista Científica de Ciências Aplicadas da FAIP, v. 1, n. 2, p. 1-9,  2014.

SILVA, M. A. D. C. Influência da cultura na educação. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento, v. 11, n. 10,  2019.

SOARES-LUCHIARI, D. H. Os desejos familiares e a escolha profissional dos filhos. Revista de Ciências Humanas, v. 14, n. 20, p. 81-92,  1996.

SOUZA, L. F. N. I. D. Estratégias de aprendizagem e fatores motivacionais relacionados. Educ. rev., n. 36, p. 95-107,  2010.

SOUZA, S. A.; REINERT, J. N. Motivação para entrada e permanência nos cursos de graduação em administração da Universidade Federal de Mato Grosso do Sul. XXXIII Encontro da ANPAD – EnANPAD. São Paulo SP: EnANPAD 2009.

SOUZA, S. D. C. Divórcio dos pais e dificuldades na aprendizagem dos filhos: a importância da família no processo de ensino-aprendizagem.  2014.  Disponível em: < http://editorarealize.com.br/revistas/cintedi/trabalhos/Modalidade_1datahora_14_11_2014_11_26_41_idinscrito_2758_8115825674dc52b43ba4c6cd32a24452.pdf >. Acesso em: 23 maio 2020.

ZENORINI, R. D. P. C.; SANTOS, A. A. A. D.; MONTEIRO, R. D. M. Motivação para aprender: relação com o desempenho de estudantes. Paidéia, v. 21, n. 49,  2011.

[1] Théologien, PhD en psychanalyse clinique. Il a travaillé pendant 15 ans avec la méthodologie scientifique (méthode de recherche) dans l’orientation de la production scientifique des étudiants de maîtrise et de doctorat. Spécialiste en étude de marché et recherche axée sur le domaine de la santé.

[2] Étudiant du cours de médecine de l’Université fédérale d’Amapá (UNIFAP).

[3] Biomédical, PhD en maladies topiques, professeur et chercheur du cours de médecine du campus de Macapá, Université fédérale d’Amapá (UNIFAP).

[4] Biologiste, PhD en maladies topiques, professeur et chercheur du cours d’éducation physique, Université fédérale du Pará (UFPA).

[5] Biologiste, PhD en théorie et recherche comportementale, professeur et chercheur du Graduate Program in Professional and Technological Education (PROFEPT), Institute of Basic, Technical and Technological Education of Amapá (IFAP).

Soumis: Mai, 2020.

Approuvé: Mai, 2020.

5/5 - (1 vote)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

DOWNLOAD PDF
RC: 80878
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita
WeCreativez WhatsApp Support
Temos uma equipe de suporte avançado. Entre em contato conosco!
👋 Bonjour, Besoin d'aide pour soumettre un article scientifique?