Le processus de scolarisation des travestis et des femmes trans au Brésil

DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!
Rate this post
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
Email

CONTEÚDO

TEST THÉORIQUE

GOMES FILHO, Teodoro Antunes [1]

GOMES FILHO, Teodoro Antunes. Le processus de scolarisation des travestis et des femmes trans au Brésil. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 05, Ed. 10, vol. 21, p. 111-118. octobre 2020. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/education-fr/femmes-trans

RÉSUMÉ

Cet essai théorique tente de mettre en lumière le problème du processus scolaire des travestis et des femmes trans au Brésil. Ses objectifs sont d’approcher leur niveau de scolarité, de comprendre leurs trajectoires dans le passage de l’éducation formelle, d’identifier les raisons qui les conduisent à rester ou d’échapper aux institutions, d’identifier s’ils subissent des violences physiques ou symboliques, de vérifier s’ils considèrent garanti ce que dit l’article 205 des CF (Constitution fédérale), et de vérifier si l’éducation formelle contribue au visage de la vie précaire. La méthodologie utilisée pour la préparation de cet essai théorique était une enquête bibliographique.

Mots-clés: scolarité, vestives/femmes trans, violence physique/symbolique.

1. INTRODUCTION

Selon l’IBGE, l’espérance de vie moyenne de la population brésilienne en 2017 était de 74,6 ans et, selon l’Association nationale des transsexuels et travestis (ANTRA), l’espérance de vie moyenne des personnes trans au Brésil n’était pas supérieure à 35 ans. À partir de ces données, je me suis intéressé au sujet, et mon intérêt a augmenté après avoir lu le livre Travestis Envelhecem? Le psychologue Pedro Paulo Sammarco Antunes, publié en 2013 à la suite de sa thèse de maîtrise (2008 -2010) par PUC-SP. Antunes a identifié que, parce qu’ils sont considérés comme sournois et anormaux, les travestis sont considérés comme non-humains dès leur plus jeune âge, traversent la vie comme invisibles et sous beaucoup de préjugés, improvisent leurs existences dans des contextes violents, ont une faible espérance de vie, et ceux qui vivent à ce que l’on appelle la vieillesse peuvent être considérés comme de véritables survivants et finissent par servir de référence et d’exemple pour les jeunes femmes. Les recherches d’Antunes ont permis d’arpenter les revendications et les besoins des travestis et ont démontré qu’ils avaient un besoin urgent de politiques publiques qui les reconnaissent comme humains depuis toujours, afin qu’ils puissent atteindre la vieillesse avec dignité et respect, après avoir assuré les droits de l’homme universels. Pour ses recherches, Antunes a interviewé trois travestis, un à Salvador (BA) et deux à São Paulo (SP).

L’intérêt pour le thème s’est consolidé avec la lecture du livre Travestis na Escola, de Luma Nogueira de Andrade, premier médecin travesti du Brésil et professeur d’enseignement supérieur. Le livre d’Andrade, publié en 2015, est le résultat de ses recherches doctorales (2008 -2012) de l’UFC et visait à démêler la résistance et la soumettre des jeunes travestis à l’école. Il traite de l’utilisation des tactiques que les jeunes élèves travestis font pour contourner la discipline et le contrôle, et produire des lignes d’évacuation pour l’accès et la permanence dans l’espace scolaire. Les recherches d’Andrade ont été menées dans l’État de Ceará, avaient un caractère ethnographique et ont souligné que sur les 184 municipalités, seules 25 avaient des jeunes transgenres inscrits dans les écoles publiques. Dans ses recherches, Andrade a observé que la pression subie par les travestis interrogés était si intense qu’elle les a forcés à abandonner leurs études, et l’idée que c’était par leur propre choix a été diffusée. Pour Andrade, cette justification tente de masquer l’incapacité de l’école à faire face aux différences, camouflé le processus d’évasion involontaire induit par l’institution. Dans ses recherches, Andrade a interviewé trois travestis dans les municipalités de l’intérieur de l’État de Ceará.

2. FOUCAULT ET LES RELATIONS ENTRE LES SEXES

Pour la préparation de cet essai théorique, des publications des chercheurs Jane Felipe, Guacira Louro, Fernando Seffner et Dagmar Meyer ont été analysées. Pour leurs analyses sur le thème de l’éducation, de la sexualité et des relations entre les sexes, ces quatre chercheurs, ainsi que Pedro Paulo Sammarco Antunes et Luma Nogueira de Andrade, ont utilisé la contribution théorique de Michel Foucault, entre autres chercheurs sur le sujet. Par conséquent, mon premier regard sur cet essai théorique cherche à soulever quelques-unes des principales contributions de Foucault sur ce thème.

Selon Felipe (2006, p. 257):

Les analyses résultant des contributions de Michel Foucault (1989, 1992, 1993) sur l’utilisation du corps et de ses plaisirs tout au long de l’histoire, les relations de la connaissance du pouvoir et du gouvernement des corps, peuvent être très productives pour réfléchir à certains thèmes liés à la sexualité, ainsi que pour percevoir et analyser comment les sujets ont été positionnés par les différents discours – médicaux, psychologiques, juridiques , religieux et éducatif.

En ce sens, le panoptisme permet d’analyser comment le processus de discipline, de hiérarchie et de domination est structuré dans différents espaces, qui est donc reproduit dans l’environnement scolaire. Les microrelations de pouvoir, les techniques de surveillance et de punition ainsi que l’ensemble de la structure de contrôle, de classification, de normalisation et d’hygiène introduite dans l’école, étaient destinés à former l’individu obéissant au cadre, semblable à celui des prisons, des industries, des sociétés militaires et des hôpitaux.

Pour représenter les manifestations d’une plus grande puissance (qui voit tout et sait), Foucault développe un concept appelé panopticon. Le panopticon est une structure complexe (qui permet à l’observateur de voir sans être vu), mais le cœur de la question est le concept de surveillance et surtout le pouvoir qu’il exerce. Ce concept est disponible dans la montre de travail de Vigiar e Punir: nascimento da prisão.

Pour Louro (1999, p. 06):

La sexualité, dit Foucault (1988), est un « dispositif historique ». En d’autres termes, il s’agit d’une invention sociale, puisqu’elle est historiquement constituée de multiples discours sur le sexe : des discours qui régulent, régulent, qui établissent la connaissance, qui produisent des « vérités ».

Outil d’analyse, le concept de dispositif est développé par Foucault dans son ouvrage História da Sexualidadea vontade de saber. Toutefois, l’auteur (2000, p. 244) explique ce concept comme :

Un ensemble résolument hétérogène comprenant des discours, des institutions, des organisations architecturales, des décisions réglementaires, des lois, des mesures administratives, des déclarations scientifiques, des propositions philosophiques, morales, philanthropiques. En suma, le dit et le non-dit sont les éléments de l’appareil. L’appareil est le réseau qui peut être tissé entre ces éléments.

En ce sens, il est évident que les documents normatifs déterminent quel genre d’homme et de femme nous devrions être, étant donné ce qui convient à la majorité consultée, mais au nom de cette commodité d’autres possibilités d’existence sont annulées, l’existence de certains pour maintenir l’hégémonie des autres est niée.

Sur la base de la Constitution fédérale de 1988, le principe d’égalité doit être garanti à l’école à tous les élèves, et aucune restriction par rapport aux différences de quelque nature que ce soit n’est autorisée. Par conséquent, le droit d’accès et de permanence de l’élève à l’école est garanti. Selon l’article 205 des CF:

l’éducation, le droit de tous et le devoir de l’Etat et de la famille, seront promus et encouragés par la collaboration de la société, visant le plein développement de la personne, sa préparation à l’exercice de la citoyenneté et sa qualification au travail.

L’article 206 dit que « l’enseignement sera enseigné sur la base du principe de l’égalité des conditions d’accès et de permanence à l’école ».

Pour Seffner (2014, p. 69):

L’importance attribuée au « problème sexuel » fait partie de l’accent mis sur le binarisme, qui trouve son origine entre les Grecs et les Juifs (FOUCAULT, 1980). Le binarisme est un élément culturel fort dans notre environnement, et il aide à expliquer l’importance et la façon dont nous traitons la sexualité. Définissaient certains pôles binaires (homme et femme, actifs et passifs, hétérosexuels et homosexuels, blancs et noirs, riches et pauvres, jeunes et vieux, occidentaux et orientaux), nous valorisons immédiatement l’un des pôles, au détriment de l’autre, qui est considéré comme inférieur ou une version dégradée du premier. Le caractère holistique que la sexualité a dans notre société explique en partie notre préoccupation pour elle, parce que le sexe littéralement « a à voir avec tout » de nos jours.

La conception d’une identité sexuelle binaire, où chacun d’eux doit être accueilli du côté des hommes ou des femmes, selon le sexe biologique, a été particulièrement remise en question ces dernières années, puisque l’identité sexuelle d’un individu peut changer au cours de sa vie et les transsexuels ou transgenres sont des exemples de cette modification.

Meyer (2008, p. 65) nous aide dans les idées du philosophe en disant que les micropenalties :

Ce sont des instruments pédagogiques et disciplinaires qui peuvent être plus ou moins subtils, mais ce sont toujours des processus punitifs qui proposent d’éliminer ces comportements indésirables. Je parle, d’une certaine façon, des mécanismes d’interdiction (FOUCAULT, 1988), qui enseignent qu’on ne peut pas parler de tout, pas n’importe où, et que seules quelques personnes peuvent aborder certains sujets. C’est très clair dans l’environnement scolaire, où le thème de la sexualité est considéré comme le domaine du professeur de sciences (professeur de biologie, plus précisément) ou du professeur d’éducation physique et doit être abordé par le langage scientifique.

En ce sens, nous pouvons comprendre que le pouvoir vient de toutes les parties, dans chaque relation entre un point et un autre. Et ces relations sont dynamiques, mobiles et maintiennent et détruisent de grands schémas de domination. Comme dans toutes les sociétés, les hiérarchies sexuelles et les perceptions de genre sont étroitement liées aux hiérarchies du pouvoir dans la société et à l’école, même présentes subjectivement.

En plus des contributions de Foucault précédemment apportées par les quatre chercheurs, il est évident que le problème de la violence physique ou symbolique subie par la population LGBT finit par se refléter dans la scolarisation des travestis et des femmes trans au cours de leur voyage à travers l’éducation formelle.

3. LA PRÉCARISATION DE LA VIE

Butler (2011 et 2019) nous présente le concept de vie précaire, c’est-à-dire la compréhension que le lien entre les vies humaines est traversé par des conditions d’inégalité et par la capacité de reconnaître l’humanité de l’autre. Ainsi, nous ne nous rencontrons et ne réagissons qu’avec tendresse et affection lorsque nous construisons une image de représentation ou l’égalité avec l’autre. Selon Butler (2015, p. 40), « affirmer que la vie est précaire, c’est affirmer que la possibilité de son maintien dépend, fondamentalement, des conditions sociales et politiques, et pas seulement d’une impulsion interne à vivre ».

L’école est l’un des principaux déclencheurs de ces processus d’exclusion, exprimés par la violence annoncée, principalement par le corps étudiant et d’autres violences voilées ou réduites au silence, par des agents scolaires. Il convient également de mentionner que ces formes de violence, en particulier celle annoncée, sont souvent consacrées dans une autre forme de violence que nous définissons comme de la violence matérialisée, en mettant directement l’accent sur la possibilité de blessures et/ou de violation physique sur la personne exposée (FRANCO, 2015).

Bohm, dans sa thèse de maîtrise (2007 – 2009), intitulée Les Os “Monstros” e a Escola: identidade e escolaridade de sujeitos travestis, a mené des recherches sur la scolarisation des travestis dans la ville de Porto Alegre (RS) et la région métropolitaine et souligne que l’identité travestie :

représente un défi inquiétant pour l’organisation et les principes hétéronormatifs qui habitent également l’école. Peu ou pas rare de cas d’entrée, de résistance et de permanence scolaire de ces matières, puisque la relation des travestis avec d’autres collègues est marquée par l’exercice de l’intimidation et, avec leurs enseignants et gestionnaires, est imprégnée de nombreux problèmes : le refus de faire accepter le nom social dans l’appel, par exemple, et l’interdiction de porter des vêtements ou accessoires pour femmes , entre autres (BOHM, 2009, p. 81).

Les personnes qui expriment des identités de genre en dehors de la norme binaire instituée éprouvent des difficultés dans les sphères les plus variées de la vie quotidienne et pragmatique, et les embarras et la violence sont aussi variés que possible, comme la difficulté d’insertion sur le marché du travail formel. Dans l’établissement scolaire, on signale souvent des difficultés à utiliser le nom social sur les feuilles d’assiduité, l’utilisation d’un uniforme adapté au sexe (et non au sexe biologique), ainsi que l’utilisation de toilettes (NATAL-NETO, 2016).

Pour conclure cet essai théorique sur les travestis/travestis et leur rapport à l’éducation formelle, j’apporte quelques considérations de la thèse de maîtrise (2011 – 2013) Reidel, intitulée A Pedagogia do Salto Alto: história de professoras transexuais e travestis na educação brasileira. Dans l’étude quantitative-qualitative menée auprès d’une quarantaine d’enseignants transsexuels et travestis de divers États du Brésil, en particulier du Rio Grande do Sul, Reidel (2013, p. 53) peut observer que :

Quand je vois des enseignants trans dans des écoles ou des lieux marqués par un type d’apprentissage, je reconnais que cet endroit a un regard sensible sur les questions de genre et de respect. Je comprends que la place occupée par cette enseignante a un sens positif dans l’aspect social et culturel et, si elle est restée dans cet espace, c’est parce que l’école elle-même a résonné dans son plan d’action politique et pédagogique. Si l’enseignante transsexuelle ou travestie a surmonté les préjugés et n’a pas été intimidée par sa condition de vie, faisant preuve de sécurité et exigeant ses droits, elle a conquis les groupes et maintenu son statut.

En raison de leur manque d’acceptation de la sexualité et du genre, les travestis et les transsexuels ont longtemps été exclus de l’école. La recherche d’une formation égalitaire, par le biais de connaissances pour développer les compétences et les compétences, provoque une résistance de la part de ce groupe social d’avoir une place sur le marché du travail formel.

4. CONSIDÉRATIONS FINALES

Pour l’UNESCO, l’élimination des inégalités entre les sexes est cruciale pour la construction d’une société inclusive et équitable, car tous les élèves ont le droit de vivre et d’apprendre dans un environnement exempt de discrimination et de violence.

Pour tout cela, il est nécessaire d’actions qui font effectivement de l’école un espace pour tous, qu’ils soient de différentes classes sociales, croyances religieuses, genres sexuels, ou d’autres. Les projets pédagogiques doivent mettre en place une éducation fondée sur l’empathie, l’égalité et l’humanité, car ce n’est qu’ainsi qu’une société plus juste pourra être construite. En outre, les établissements d’enseignement formel doivent comprendre le genre comme une construction sociale, culturelle, politique et historique (VASCONCELOS, 2018).

RÉFÉRENCES

ANDRADE, Luma Nogueira de. Travestis na escola: assujeitamento e resistência à ordem normativa. Rio de Janeiro: Metanoia, 2015.

ANTRA. Associação Nacional de Travestis e Transexuais. Disponível em https://antrabrasil.org/. Acesso em 14/08/2020.

ANTUNES, Pedro Paulo Sammarco. Travestis envelhecem? São Paulo: Annablume, 2013.

BOHM, Alessandra Maria. Os “monstros” e a escola: identidade e escolaridade de sujeitos travestis. Dissertação de Mestrado. Porto Alegre: UFRGS, 2009. Disponível em https://lume.ufrgs.br/handle/10183/29931. Acesso em 07/12/2019.

BRASIL. Constituição Federal de 1988. Disponível em http://www.planalto.gov.br/ccivil_03/constituicao/constituicao.htm. Acesso em 14/08/2020.

BUTLER, Judith. Quadros de Guerra – quando a vida é passível de luto? São Paulo: Civilização Brasileira, 2015.

BUTLER, Judith. Vida precária. Contemporânea – Revista de Sociologia da UFSCar. São Carlos, Departamento e Programa de Pós-Graduação em Sociologia da UFSCar, 2011, n.1, p. 13-33.

BUTLER, Judith. Vida precária: os poderes do luto e da violência. Belo Horizonte: Autêntica, 2019.

FELIPE, Jane. Representações de gênero, sexualidade e corpo na mídia. Revista Tecnologia e Sociedade, 2006. Disponível em: https://periodicos.utfpr.edu.br/rts/article/view/2490. Acesso em 07/12/2019.

FOUCAULT, Michel. História da sexualidade 1. A vontade de saber. Rio de Janeiro: Paz e Terra, 2019.

FOUCAULT, Michel. Microfísica do poder. Rio de Janeiro: Graal, 2000.

FOUCAULT, Michel. Vigiar e punir: o nascimento da prisão. Petrópolis: Vozes, 2014.

IBGE. Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística. Disponível em https://www.ibge.gov.br/. Acesso em 14/08/2020.

LOURO, Guacira Lopes (Org.). O corpo educado: Pedagogias da Sexualidade. Belo Horizonte: Autêntica, 2000.

MEYER, Dagmar. Limites e possibilidades de uma ação educativa na redução da vulnerabilidade à violência e à homofobia. Ensaio: aval. pol. públ. educ. [online]. 2008, vol.16, n.58, pp.59-76. ISSN 1809-4465. Disponível em: https://www.scielo.br/scielo.php?pid=s0104-40362008000100005&script=sci_abstract&tlng=pt. Acesso em 07/12/2019.

NATAL-NETO, Flávio de Oliveira; MACEDO, Geovani da Silva; BICALHO, Pedro Paulo Gastalho. A Criminalização das Identidades Trans na Escola: Efeitos e Resistências no Espaço Escolar. Psicol. Ensino & Form.,  São Paulo ,  v. 7, n. 1, p. 78-86,   2016 .   Disponível em http://pepsic.bvsalud.org/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S2177-20612016000100008&lng=pt&nrm=iso. Acesso em  25  set.  2020.  http://dx.doi.org/10.21826/2179-58002016717886.

REIDEL, Marina. A pedagogia do Salto Alto: histórias de professoras transexuais e travestis na educação brasileira. Dissertação de mestrado. Porto Alegre: UFRGS, 2013. Disponível em: https://www.lume.ufrgs.br/bitstream/handle/10183/98604/000922589.pdf?sequence=1. Acesso em 07/12/2019.

SEFFNER, Fernando. Sexualidade: isso é mesmo matéria escolar? Revista Teoria e Prática da Educação, 2014. Disponível em: http://periodicos.uem.br/ojs/index.php/TeorPratEduc/article/view/27750. Acesso em 07/12/2019.

UNESCO. Disponível em https://nacoesunidas.org/agencia/unesco/. Acesso em 07/12/2019.

VASCONCELOS, Fábio R S. Evasão Escolar de alunas travestis e transexuais. In: Seminário Corpo, Gênero e Sexualidade. Rio Grande: FURG, 2018. Disponível em https://seminariocorpogenerosexualidade.furg.br/images/arquivo/250.pdf. Acesso em 07/12/2019.

[1] Diplômé en géographie (UFPEL), diplôme en pédagogie (UNICESUMAR), analyste systèmes et développeur (UNOPAR), spécialiste de l’éducation (UFSM) et master en éducation (UNISINOS).

Soumis : septembre 2020.

Approuvé : octobre 2020.

Rate this post

Leave a Reply

Your email address will not be published.

DOWNLOAD PDF
RC: 69741
POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

Solicitar Registro DOI
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita
WeCreativez WhatsApp Support
Temos uma equipe de suporte avançado. Entre em contato conosco!
👋 Bonjour, Besoin d'aide pour soumettre un article scientifique?