Les sourds à l’auditeur de la société : un cas d’inclusion ou d’exclusion ?

0
284
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

LEME FILHO, Miguel Arcanjo [1], GARCIA, Clarice Aparecida Alencar [2]

LEME FILHO, Miguel Arcanjo; GARCIA, Clarice Aparecida Alencar. Les sourds à l’auditeur de la société : un cas d’inclusion ou d’exclusion ?. Revue scientifique pluridisciplinaire de la base de connaissances. 03 ans, Ed. 06, vol. 07, pp. 97-107, juin 2018. ISSN:2448-0959

Résumé

Cette recherche a pour but de vérifier l’inscription de l’élève sourd en réseau d’éducation public régulier offre vraiment l’inclusion de cet auditeur de la société, par le biais de l’alphabétisation en langue portugaise, permettant peut créer des projets de vie avec les attentes d’occuper des postes dans le marché du travail et d’acquérir émancipation socioéconomique, devenir le protagoniste de votre propre vie, exercice de citoyenneté à part entière. Nous examinons tout d’abord l’opinion de certains auteurs sur politiques inclusives au Brésil, par le biais de revue de la littérature, ainsi que le rapport de la pratique comme un interlocuteur de livres a connu en 2015 et 2017, premier semestre travaillant avec les élèves sourds à l’école secondaire à l’école publique.

Mots clés : Surdité, éducation, insertion.

Souvent nous rencontrons dans notre vie quotidienne avec une situation pas trop courante : deux personnes sourdes parlant, faisant usage de la langue des signes. Dans un premier temps, regardé avec curiosité que l’évolution des mouvements manuels et la manière dans lequel la communication se passe entre eux. Conformément à notre bon sens, nous analysons les difficultés de cette conversation. Toutefois, rien ne diffère ou laissez-nous apporter curiosité aussi, par exemple, la conversation entre les deux italiens dans votre langue maternelle.

Pour les personnes sourdes, nous devons reconnaître que, comme nous, profitent de chaque moment, de travail, aux loisirs, la vie en commun avec les amis et la famille de convivialité sociale complète, capable de l’être comme nous, les auditeurs. Ce qui nous distingue c’est juste la langue. Une fois mis au point le langage spécifique pour les sourds, ils ne trouvent pas plus de problèmes pour exprimer leurs pensées, les aspirations, les connaissances, etc..

Deuxième Lacerda (1998, p. 71), souligne que « pour De l’Epée, la langue des signes est conçue comme la langue naturelle des sourds et comme un véhicule approprié pour développer votre pensée et la communication. Et selon Bouvet (1990), les sourds ont accès à[…] « un langage qui permet une communication complète et efficace que celui développé par sujet ». (BOUVET, apud 1990 L., 1998, p. 76).

De cette façon, ils peuvent vivre pleinement dans la société sourde, que ce soit dans l’écouteur, puisque la traduction de votre langue, votre compréhension par tous, comme d’habitude dans les autres langues et dialectes, corrobore avec cette pensée de Moura (1996), quand il dit : « le sourds appartiennent à un groupe minoritaire qui subit une contrainte qui doit être comprise dans votre plénitude "(MC, 1996, p. 238-239 apud BUENO, 2006, p. 52)

Historiquement, les sourds étaient marginalisés de la société, considérés comme différente, comme le souligne Sassaki (1997, p. 16), quand il dit que la société « a commencé à pratiquer l’exclusion sociale des personnes qui – en raison des conditions atypiques – ne vous semblait appartiennent à la majorité de la population «. Cependant, une fois reconnu à l’audience, visait à fournir sourds votre inclusion sociale.

De la déclaration de Salamanque (UNESCO, 1994), les politiques sociales brésiliennes, mis au point ces dernières années, un processus d’inclusion des personnes sourdes dans la Communauté, en ce qui concerne le droit à l’éducation, tout en respectant les articles 205, 206 et 208 de la Constitution Fédérale de 1988, avec l’espoir qu’ils venaient d’occuper des postes dans le marché du travail et d’acquérir de l’émancipation sociale et financière, devenir les protagonistes de votre propre vie, exercice de citoyenneté à part entière, dans ce contexte, les politiques publiques Brésil a demandé l’inclusion des sourds du Canada par le biais de l’éducation spéciale.

L’éducation spécialisée, est venu à enseignement réseau classique, comme une variété de l’éducation, par le biais de la Loi des directives et des Bases de l’éducation nationale-LDB (loi no 9 394/96), tendre la main et ayant pour but élèves handicapés, y compris les étudiants présentant une surdité. Le système scolaire public a l’obligation d’accueillir ces élèves, gestion de la coexistence avec les autres apprenants, favoriser la socialisation, présenter et permettre l’égalité des chances pour l’enseignement et l’apprentissage et développement.

Dans nos recherches, nous avons constaté que certains auteurs mis en doute la proposition de l’éducation pour les sourds dans les écoles publiques, montrant qu’une partie des étudiants sourds après avoir terminé leurs études dans les écoles publiques, n’a pas toujours réussis dans le domaine de Langue portugaise, soit en compétences ou lecteur écrivain.

Hache (2006, p. 48), expose les instruction de l’élève sourd, la cible de la recherche, où il a dit : « à mon avis l’école ordinaire, où il portait seulement l’oralisme, était terrible, vient d’apprendre comment copier ».

Miller Junior (2013, p. 85-86), signale également le commentaire d’un étudiant, également rechercher cible : « je ne comprenais pas ce que dit les enseignants. En classe, il y avait seulement l’oralização et l’écriture. « Wasn't there », il s’est plaint le jeune «.

Deuxième Lacerda (1998, p. 68), les politiques publiques visant à l’élève sourd, visent à permettre le plein épanouissement de leurs capacités, cependant, sont plusieurs « limitations », montrant que « ces gars-là, à la fin de l’éducation de base, n’est pas capable de lire et d’écrire de manière satisfaisante « ; également en ce qui concerne le développement des capacités de ces étudiants, car ils ne peuvent pas « un domaine approprié du contenu académique.

Ce que nous percevons, c’est souvent que beaucoup d’étudiants sourds n’obtiennent pas le domaine complet de la langue portugaise, exigeant de leur sacrifice, de patience et efforts pour surveiller, comprendre et assimiler le contenu, même avec la présence de l’autre partie. Depuis lors, selon Marchesi (1995) « le[…]s sourds sont participant à des programmes éducatifs adaptés aux auditeurs et élaboré par les auditeurs[…] ». (MARCHESI, 1995 b apud AX, 2006, p. 49).

La persistance de ces situations pourrait caractériser l’exclusion d’un élève sourd dans le processus d’apprentissage et le développement de leurs compétences, comme nous informe Machado (2006, […]p. 40) : « même face à des besoins générés par la politique éducative actuelle, beaucoup d’apprenants sourds est en marge de l’école «.

Ces observations on peut interroger la présence de l’élève sourd en réseau de l’enseignement ordinaire afin de développer les compétences le lecteur et l’auteur afin de fournir les bases nécessaires pour l’étudiant sourd, penser à un projet de vie, axé sur votre formation en tant que camarades sourds, construire votre identité, respectant votre culture et votre langue.

Tel que mentionné dans les rapports de Machado, Miller Junior et Lacerda, n’était pas différent à mon impression quand je suis arrivé à l’école dans une ville dans l’état de São Paulo comme un interlocuteur de livres dans l’année 2015 et plus tard dans la première moitié du 2017.

Trouvé des élèves sourds dans la deuxième et la troisième année de haute école, sans la maîtrise de compétences lecteur et de scénariste, de copistes et déçus par l’acquisition de contenu curriculaire. Ils se sentaient obligés d’apprendre par le biais de divers langage oral auquel avait domaine – la langue des signes. Selon Silva (2006, p. 15), les personnes sourdes sont contraints à une soumission à l’hégémonie de l’auditeur « […]qui tente de faire annuler votre mode de communication (langue des signes), à la recherche d’assemelhá eux culturellement et linguistiquement auditeurs[…] ».

On peut remarquer que dans le réseau d’enseignement régulier, la langue portugaise maintient hégémonie sur la langue des signes comme outil d’apprentissage, tandis que des auteurs tels que Albres et Santiago (2012, p.288) État : « déjà le modèle bilingue de l’entretien, se compose Fondamentalement, dans le cas du Brésil, dans l’enseignement, les livres et les Portugais, en accordant plus d’importance à la langue première, c'est-à-dire livres. » (ALBRES, SANTIAGO, 2012, p.288 apud MILLER JUNIOR, 2013, p. 54).

L’expérience comme un interlocuteur de livres m’a permis de découvrir cet antagonisme, dans lesquelles d’une part le processus d’inscription de l’étudiant sourd attend vos études est un tremplin pour lui de sortir de la condition et d’atteindre une meilleure en revanche, les sourds de l’étudiant ne peuvent intérioriser le contenu curriculaire et « apprendre le portugais », éléments nécessaires pour ce saut.

L’élève sourd est généralement déconseillée et désintéressé, desservant uniquement le temps de déplacement. A l’appelant un ami lui parler et se développe avec quelques élèves de la classe, des conversations limitées, compte tenu de cette interaction comme d’habitude. Lacerda (2006, p 173) a également noté cette interaction que l’étudiant sourd « voir votre relation restreinte aux interprètes et aux quelques échanges dialogiques avec les auditeurs d’étudiants comme naturelle. »

Être présent à l’intérieur de la salle de classe, des contacts quotidiens avec les élèves sourds, partager les moments des plaisanteries, des conversations informelles, joies, doutes, incertitudes, questions et aussi affaire avec difficultés d’apprentissage, prévu pour moi, créer un jugement de valeur sur les conditions dans lesquelles ces élèves sourds se préparent pour la vie et quelles sont vos attentes.

Ont été quatre étudiants qui j’ai gardé le contact dans la salle de classe, avec âgés de 16 à 19 ans, deux mâles et deux femelles. Pour la présentation du rapport de la coexistence avec chacun, étaient représentés par la lettre A, suivi d’un nombre, ainsi désigné : A1, A2, A3 et A4.

A1 et A2 étudiants ne savaient pas lire et écrire, n’étaient pas intéressés par les copistes, ou leçons pour l’apprentissage de contenus pédagogiques. Tous deux étaient étudiants réguliers, de la sixième année du primaire à la troisième année de l’école secondaire sans avoir répété une année. Ses notes ont été écrites par points donnés pour bonne conduite, travail scolaire, vu dans le bloc-notes et souvent par des évaluations réalisées par paires.

L’étudiant de A1, masculin, avait 19 ans quand j’étais dans la troisième et dernière année de lycée en 2015. Recommandés rapport diagnostic de surdité sévère, ne pas porter des bretelles, avoir bonne maîtrise de la langue des signes. Son apprentissage en livres a été à travers les oeuvres de charité dans une église évangélique. Notre premier contact a été très naturel et rapidement se mêlent, spécial retraite par le biais de la loi organique du Social Welfare-SATL (loi 8 742/93) d’un montant d’un salaire minimum. Été en contact avec plusieurs écouteurs d’étudiants de votre pièce et d’autres séries de communiquer dans un mélange de livres et de mimes. A travaillé dans les zones rurales, finalement comme diariste et pratique encore ce mode de travail, étant donné que « vous avez peur de perdre le bénéfice de la rémunération si vous travaillez avec officiellement enregistré » selon votre propre compte.

L’étudiant A2, féminin, avait 18 ans quand j’étais dans la troisième et dernière année de lycée en 2015. Recommandés rapport diagnostic de surdité sévère, prothèse auditive avait toutefois utilisé par la suite, car il dit que dérangé lui et feutre honte à l’utiliser, bonne maîtrise de la langue des signes. Son apprentissage en livres a été également par le biais de travail communautaire d’une église évangélique. La famille a assisté à des services fréquemment enseignées dans cette église. Notre premier contact fut troublé, car il n’y avait aucun parti pris religieux, puisque je n’appartiennent à la même religion que lui. C’était un mois conquis par mois. Spécial retraite par le biais de LOAS d’un montant d’un salaire minimum pendant un certain temps je ne savais pas besoin, mais a renoncé à l’avantage de trouver la valeur reçue très peu et a tenté de rejoindre le marché du travail.

Cette expérience elle relevait aussi frustrant. Recherche emploi dans un réseau de supermarchés dans votre ville qui répondent aux exigences de la SATL, offert des places pour les personnes handicapées dans le système des quotas. En raison de votre surdité, A2 a été placé remplir ses fonctions dans des endroits que le travail n’aurait pas de contact avec le public, a travaillé pendant un an dans cette entreprise et a été congédié. Il a estimé à cette époque très embarrassé et laissé de côté dans le lieu de travail, selon votre propre compte.

Contrairement aux élèves A1, A2 étudiant beaucoup en livres parlé avec deux amis dans la salle de classe comme sœurs en religion. A2 et ses amies avaient maîtrise de la langue des signes, parce qu’ils associaient tous les matins du lundi au vendredi à l’école et les fins de semaine dans les activités menées par l’Eglise évangélique à laquelle ils appartenaient. Bien que confrontés à des contraintes en raison de la religion, toujours rester en contact avec A2, qui occupe actuellement le poste de salon de coiffure et de manucure en Salon propre, assemblés à l’aide de la famille. A2 a opté pour l’esprit d’entreprise personnelle.

L’étudiant A3, féminin, avait 16 ans quand au premier semestre de la deuxième année de lycée en 2017. Rapport recommandé diagnostic de surdité sévère, appartenant à l’appareil pour surdité et utilisé avec une certaine fréquence, avait la bonne maîtrise de la langue des signes. Son apprentissage en livres était à travers des oeuvres de charité dans une église évangélique, mais ne pas d’assister à et la participation dans la salle de conférence dispose en contre tour des classes. Votre famille ne connaît pas de livres.

Notre premier contact n’était pas très naturel et trouvé des difficultés dans la relation, puisque l’interlocuteur précédent était un enseignant qui a accompagné le dialogue il y a quatre ans. Il a été un processus lent et difficile que de remplacement. N’était pas lire et écrire, bien que connaissaient plusieurs expressions en langue portugaise, qui permet de communiquer par whatsapp avec ses collègues, était un copiste, il ne se souciait pas de classes ou de contenu d’apprentissage extrascolaires, toutefois accepté avec patience mes interventions comme un interlocuteur pour expliquer les messages des enseignants.

N’avez pas aux attentes concernant la continuité des études en remplissant le lycée. Je pensais également travail comme coiffeuse. Pas au courant de la retraite par le biais de LOAS et a montré aucun intérêt à connaître à ce sujet.

L’étudiant A4, masculin, avait 19 ans quand j’étais au premier semestre de la deuxième année de lycée en 2017. Rapport diagnostic de surdité sévère en vedette, appartenant à l’appareil pour surdité et utilisé fréquemment, avait la bonne maîtrise de la langue des signes. Son apprentissage en livres jusqu'à l’âge de 7 ans a eu lieu dans l’enseignement spécifique de l’école de langue des signes à São Paulo, Capital, plus tard, par le biais de travail communautaire d’une église évangélique qui lui et sa famille ont assisté régulièrement et participation à la salle de ressources contre la tour des classes. Sa mère et grand-mère ne savais livres, cependant, avait commencé le cours de livres offerts par l’Eglise évangélique, à partir de 2017. Ses frères et sa sœur a parlé avec lui par l’intermédiaire de la langue des signes.

Reconnaître quelques mots en langue portugaise, avait facilement dans un raisonnement logique, était un copiste, avait beaucoup d’intérêt à l’école principalement pour les mathématiques, qui me plaisait et avaient facilité dans l’apprentissage, pas de soins pour les autres disciplines. Je ne pouvais pas trouver il est très difficile de communiquer avec ses camarades de classe, toujours demander mon intervention dans la conversation et à l’aide de charades ou phrases prêtes, écrit-il, pour faciliter la communication. Sur le groupe musical de l’église, jouer du violon, qui, selon votre rapport, j’ai senti les vibrations des notes qui ont facilité l’apprentissage des hymnes. Reçu de retraite particuliers par l’intermédiaire de LOAS d’un montant d’un salaire minimum.

A l’espoir de devenir un ingénieur civil pour construire des maisons. Je ne savais pas comment faire College, pensé en comptant avec l’aide d’interlocuteur £ à accomplir cet exploit. Toujours mis en doute que possibilité et j’ai toujours encouragé à se battre pour vos rêves.

Étudiants A3 et A4 avaient ses notes formés par l’évaluation du comportement, les points attribués à l’article copié l’ordinateur portable, des travaux de recherche, preuve objective et les tâches effectuées à l’aide de l’interlocuteur. Sont sur le réseau classique depuis la sixième année du primaire.

Face à ces témoignages, recueillis dans la salle de classe et les auteurs étudiés, nous pouvons reconnaître que l’objectif d’une éducation valable pour les étudiants sourds pas pleinement réalisé, en ce qui concerne la question de la communication et la construction de la connaissances, dans une proposition bilingue : livres et langue portugaise, étant donné que les politiques éducatives sont basées uniquement sur la culture écouteur. Le deuxième Axe (2006, p. 41), l’éducation des sourds du Canada repose sur « une attitude de « réglementation » dans lequel les différentes formes de l’éducation des sourds du Canada ont l’intention de « ouvintizar », c'est-à-dire, pour les rendre comme auditeurs ».

Il faut également identifier le discours de l’école inclusive, prêter attention à la diversité, afin de permettre l’émancipation socioéconomique sourde, mais aussi de promouvoir les relations interculturelles de la communauté sourde avec l’écouteur, pas toujours atteint ses objectifs, étant donné que le marché du travail n’absorbe pas partie de ce travail, basé sur un manque de communication entre les auditeurs et les sourds, précisément parce que les auditeurs ne sais pas la langue des signes, nécessairement le recours à des interprètes ou interlocuteurs.

Dans le cas du marché du travail, il est nécessaire de recourir à la force de la loi pour garantir l’inclusion de la personne handicapée dans une offre d’emploi, comme visée à l’article 93 de la loi 8 213/91-Loi prestations de sécurité sociale – LBPS, obligeant à remplir les quotas (emploi) avec les personnes ayant une déficience.

Sassaki (1997, p. 59), compare le marché du travail à un champ de bataille, dans une extrême personnes handicapées et les alliés se battre pour une place et les autres employeurs résistants à combler les postes vacants avec des candidats handicapés.

Il faut s’inscrire comme un défi, un inclusif proposition équitable, visant à l’émancipation des sourds du Canada, de la construction de l’identité sourde et le respect et l’appréciation de votre identité culturelle. Il faut penser d’une école inclusive avec un programme axé sur l’éducation-livres bilingues et portugais langue-in qui fait partie des moyens de la littératie et l’alphabétisation axé sur le sujet les sourds dans votre langage naturel-livres.

Le deuxième Axe (2006, p. 53) «[…] des salles, des classes spéciales ne sont pas des espaces reconnus pour l’acquisition du niveau d’éducation, parce qu’ils ne sont pas organisés par la série de l’enseignement ordinaire ». Prouve pas la scolarité ou l’achèvement des étapes. Cet accent mis sur la restructuration du programme scolaire doit être considéré dans une bilingue livres-proposition et la langue portugaise.

Par conséquent, l’exposition des préoccupations de la communauté sourde à travers ses manifestations, à la compréhension des relations sociales entre sourds et auditeurs, dans la société que nous vivons en, ainsi : le Perlin souligne l’identi[…]té des personnes sourdes dans programme d’études par voie orale est échoue et contient la représentation de l’identité de l’auditeur comme unique. Une ségrégation identité sourde, déni de même. » (PERLIN, apud 200:24 AX, 2006, p. 64).

Par des recherches bibliographiques et l’expérience comme un interlocuteur capable d’observer que le gouvernement ne voit pas la vision de la communauté sourde, les considère parfois comme sujets souffrant de plaidoirie handicap doivent être intégrés/inclus dans la communauté de l’auditeur. Ils oublient qu’ils ont leur propre langue, la langue des signes-livres, qui diffère totalement de la langue portugaise comme la langue des signes est dans l’espace emblématique mode visuel tandis que la langue portugaise est audience orale.

Personnes sourdes veulent posséder/développer votre propre culture, identité, parce que si oui ou non la bienvenue lors de réunions organisées à parler dans votre langue et votre culture live, changer l’expérience et les expériences. Toujours des personnes atteintes de surdité en nombre réduit dans certaines villes, plusieurs institutions religieuses et les événements créés par les sourds promeuvent ces rassemblements avec grande régularité, réunissant les grandes agglomérations des sourds du Canada pour la coexistence, tant dans les activités culturelles, soit dans différentes villes du pays religieux.

Il y a un manque de reconnaissance de la culture et l’identité sourde, ne voient pas à quel point l’intégration/inclusion, mais comme une situation de coexistence, dans lequel l’appareil d’Etat à l’éducation doit correspondre aux besoins des sourds et pas l’autre manière autour de vraiment être en mesure de parler d’inclusion. Alors pensez à adapter certaines heures d’enseignement de livres sur le curriculum de l’école publique, avec permis et enseignants habilités serait Oui, penser intégration/inclusion, car nous nous rendons compte que la plupart des étudiants « inclus » tirés des livres par le biais de votre religion, étant rares établissements détenus par le gouvernement qui offrent, dès son jeune âge, la langue des signes l’enfant sourd et votre famille.

Proposer des activités dans les programmes d’introduire vous-même aux personnes sourdes dans votre langue, vous avez la représentation auprès de lui et qu’à travers des exercices et un matériau approprié qu’il puisse avoir la trace écrite des classes, donnant à la condition qu’il pourrait étudier en contre le passage de l’école. Nous croyons que la façon dont il est, même avec l’aide de l’interprète, l’élève sourd aura un contact avec la matière à étudier une seule fois pour la traduction de l’interlocuteur, dans votre langue maternelle et s’il n’a pas domaine de langue portugaise à l’étude , n’est pas sans manuels d’utilisation, cahier de l’élève, des exercices et notes dans le cahier.

Vous cherchez n’abandonnez pas sur cette question, nous ne pouvons pas regarder pour les sourds à leurs connaissances et compétences, différant seulement des auditeurs sur la question de la parole, de l’oralité. Nouveaux dirigeants par le biais de politiques publiques devraient repenser la construction de programme d’études à la recherche pour rencontre de façon vraiment inclusives étudiants sourds, respectant votre identité et la culture. Vérifiez également que ne correspond pas à l’école élémentaire des dernières années (6 à 9), beaucoup moins à l’école secondaire, alphabétisation. Dans une nouvelle proposition, nous pourrions envisager l’inclusion des livres d’apprentissage dans les premières années du primaire (1re à 5e), terreau et un moment crucial pour le bilingue d’apprentissage.

Références

DANIELL, C. A. ; Teixeira, j. m. entre « culture sourde » et le traitement de la surdité : analyse comparative des pratiques de l’église baptiste et l’Eglise internationale de la grâce de Dieu au Brésil. Le magazine Cultura y Religión, v. 2, n. 3, 2008. Disponible à : http://nau.fflch.usp.br/sites/nau.fflch.usp.br/files/upload/paginas/vol2_n3_2008_6_cesar_assis_y_jacqueline_moraes_0.pdf consulté le 03 jun. 2017.

BECHARA, e. école de dictionnaire de l’Académie lettres brésilienne. 3. Ed. São Paulo : Companhia Editora Nacional, 2011. 1 312 p.

Brésil. La Constitution fédérale de 1988. Constitution de la République fédérative du Brésil. Brasilia, DF : Sénat, 1988. Disponible à : http://www.planalto.gov.br/ccivil_03/constituicao/constituicao.htm consulté le 23 juin. 2017.

_______. Lignes directrices et les Bases de l’éducation nationale. Loi n° 9394, 20 décembre 1996. Disponible à : http://www.planalto.gov.br/ccivil_03/leis/L9394.htm consulté le 03 jun. 2017.

_______. Présidence de la République. Loi organique de l’aide sociale, n. 8 742, du 7 septembre 1993. Disponible à : http://www.planalto.gov.br/ccivil_03/leis/L8742compilado.htm consulté le 03 jun. 2017.

_______. Présidence de la République. Droit des prestations de sécurité sociale, n. 8 213 du 24 juillet 1991. Disponible à : http://www.planalto.gov.br/ccivil_03/leis/L8213cons.htm consulté le 03 jun. 2017.

BUENO, surdité s. de j. g., langue et culture. Ordinateur portable Cedes, éducation et société, Campinas, v. 19, aucun. 46, p. 41-56, Sept. 1998.

FERREIRA, J. R. Le nouveau LDB et des besoins éducatifs spéciaux. Ordinateur portable Cedes, éducation, société, & v. 19, aucun. 46, p. 7-15, Sept. 1998.

L, C. B. F. L’inclusion scolaire d’élèves sourds : ce qu’ils disent des étudiants, des enseignants et des interprètes sur cette expérience. Ordinateur portable Cedes, éducation, société, & v. 26, n. 69, p. 163-184, mai / Aug. 2006. Disponible à : http://www.scielo.br/scielo.php?pid=S0101-32622006000200004&script=sci_abstract&tlng=pt consulté le 03 jun. 2017.

_ _ _ _ _ _ _ _ _, C. b. F. un peu de l’histoire des différentes approches en matière d’éducation des sourds. Ordinateur portable Cedes, éducation et société, Campinas, v. 19, aucun. 46, p. 68-80, Sept. 1998.

LAKATOS, E.M. ; MARCONI, m. a. méthodologie scientifique. 4. Ed. São Paulo : Atlas, 2006. 305 p.

MACHADO, p. c. intégration/inclusion dans l’école ordinaire : un sourd d’aspect ancien élève. Les études sourdes i. Organisation de Shana Muller. Petrópolis : Ara bleu, 2006. p. 38-75. 324 p.

MARQUES, r.r. adulte et jeunesse éducation : un dialogue sur les élèves de l’enseignement et les sourds. II des études sourdes. Organisation de Shana Muller et Gladis Perlin. Petrópolis : Ara bleu, 2007. 267 p.

MILLER JR. L’inscription de l’élève sourd à l’école secondaire. Saint-Esprit, 2013. Thèse (maîtrise en éducation pour l’inclusion) – Université fédéral de Espírito Santo. Centre d’éducation.

CADRES, R.M. le traducteur brésilien et interprète de signes et de la langue portugaise. Ministère de l’éducation spéciale ; Programme national de soutenir l’éducation des sourds. Brasilia : MEC ; SEESP, 2004. 94p.

SASSAKI, R. C. Inclusion. Construction d’une société pour tous. 2. Ed. Rio de Janeiro : WVA, 1997. 174P.

Severino, méthodologie de j. a. de travaux scientifiques. 23 éd. rev. et le courant. São Paulo : Cortez, 2007. 154p.

SILVA, c. de l’éducation des sourds : un récit de la première école publique pour les sourds à Paris et la Conférence de Milan en 1880. Les études sourdes i. Organisation de Shana Muller. Petrópolis : Ara bleu, 2006. p. 14-37. 324 p.

UNESCO. Déclaration de Salamanque et cadre d’action. 1994. 48p. Disponible à : http://redeinclusao.pt/media/fl_9.pdf consulté le 03 jun. 2017.

[1] Diplômé en littérature/anglais le Instituto Municipal de Ensino Superior de São Manuel – IMESSM. Remise des diplômes en psychologie. Professeur de l’école publique de l’état de São Paulo au Brésil. Interlocuteur de £

[2] Doctorat en éducation et l’enseignement de cours de psychologie de l’éducation de l’Institut Municipal de l’enseignement supérieur de São Manuel – IMESSM.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here