L’importance des jeux éducatifs pour enseigner les mathématiques aux sourds et auditeurs

0
570
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
Classificar o Artigo!
ARTIGO EM PDF

SILVA, Angela Maria de Sousa e [1], MOREIRA, Verônica Pereira [2]

SILVA, Angela Maria de Sousa e. L’importance des jeux éducatifs pour enseigner les mathématiques aux sourds et auditeurs. Revue scientifique pluridisciplinaire de la base de connaissances. 03 ans, Ed. 06, vol. 07, pp. 13-33, juin 2018. ISSN:2448-0959

Résumé

Cet article vise à démontrer comment l’utilisation de l’éducation des jeux comme Golden, les blocs logiques, l’échelle, le Tangran et le Cuisinaire Geoboard permet de comprendre comment la connaissance mathématique, si auditeurs ou sourds. Est le résultat de la recherche bibliographique. Comprend également une expérience en classe dans la classe de deuxième année d’école primaire, composé d’auditeurs de quinze élèves et un élève sourd.

Mots clés : Sourds, livres, Inclusion, jeux éducatifs, math.

1. Introduction

Ce travail porte sur l’intégration des élèves sourds dans une classe ordinaire de l’école primaire, dans l’enseignement des mathématiques. L’intégration des élèves sourds dans les écoles publiques a eu des discussions entre les nombreux enseignants, parce qu’en général, ils disent qu’ils n’ont pas reçu dans leurs cursus de formation, une préparation adéquate pour travailler avec ces étudiants.

Beaucoup d’enseignants ne sais toujours pas comment faire pour enseigner dans des classes ordinaires avec les auditeurs et les sourds. L’histoire de la formation de l’éducateur qui travaille ou travaillera avec des apprenants sourds dans l’ensemble de la lutte le droit dans votre propre langue. Et de l’est au 20e siècle, Brésil dans cette bataille est combattu, résultant en une période de lutte pour le droit des sourds du Canada à utiliser la langue des signes brésilienne (Libras, langue de mode signe-spatial dont l’origine remonte à l’Alphabet Manuel Français qui est venu au Brésil en 1856 présentée par le professeur e. Huet). Seulement dans le siècle prochain est que ses revendications ont été incluses dans la loi nº 10 436 2002 reconnaissant les livres comme un moyen d’expression, réglementée par le décret no 5 626, du 22 décembre 2005.

L’intégration des élèves sourds dans les classes normales est déjà une réalité et réaffirmant le droit et les avantages de l’éducation des élèves sourds et auditeurs dans des classes ordinaires, il existe des procédures appropriées et selon les paramètres juridiques concernant l’inclusion des étudiants sourds dans l’enseignement des mathématiques.

Dans cet article, nous cherchons à recueillir des informations utiles et des conseils aux enseignants de mathématiques, afin qu’ils peuvent les guider à apprendre aux élèves à être sourds ou auditeurs par le biais de jeux éducatifs.

2. L’importance des jeux éducatifs dans l’enseignement des mathématiques

Dictionnaire de la langue portugaise Houaiss définit le jeu de mot comme suit : « 1 – troubles : mouvement, oscillation ; 2-bet : lance, main, arrêt, départ ; 3-ruse : rusé, 4-swing : swing ; 5-blague : gaieté, réjouissances et des jeux ; 6-collection : set ; 7-combat : concours, lutte, bataille, avocats ; 8-fun : du plaisir ; 9-dérision : grocejo, motejo, dérision, ridiculiser ; 10-fonctionnement : manœuvre ; 11-inconstance : coup de tête, instabilité, irrégularité, variabilité, volubilité, Constance, evariabilidade, régularité ; 12-dupe : ludibrio ; 13-gestion : manœuvre, manutention ; 14-mouvement : dextérité, habileté, mobilité ; 15-départ : compétition, compétition, spectacle, battle, jeu de cartes : jeux de cartes «. (Houaiss, 2003). De cette définition et réaffirmant les avantages que les fonctionnalités du jeu, il peut être dit que l’utilisation en classe aide à comprendre la connaissance mathématique.

Apprentissage des mathématiques sont une chose très difficile pour la plupart des étudiants. Et comme ces difficultés dans la réalisation de concepts et nouvelles idées augmentera, la discipline deviendra progressivement un « big deal ».   Nous avons besoin de comprendre les raisons de ces difficultés afin de rendre les mathématiques une discipline comme les autres et permettent aux élèves un apprentissage plus sain et plus cohérente à travers des jeux. En tout cas, il faut beaucoup de soutien visuel et concret pour mieux enseigner et être comprise par les étudiants.

Beaucoup d’éducateurs que vous ne devrait pas présenter les mathématiques comme une discipline difficile et abstraite, ou contexte de réalité et de beaucoup d’enseignants utilisent déjà les ressources éducatives, telles que des jeux, pour enseigner le contenu dans la classe. Ainsi, si les deux auditeurs étudiants concernant les élèves sourds, promouvoir l’inclusion scolaire.

Dès un très jeune âge, les enfants passent l’énergie et une partie de votre temps à jouer et jouer. Pour observer un enfant dans les situations de jeu, comment elle développe votre capacité de formuler des hypothèses et à résoudre des problèmes.

Étudiants présentent la grande facilité de raisonnement et de la capacité à résoudre des situations problématiques, mettant en vedette des objets et en cherchant une résolution basée sur la ligne elucidações propre. Ainsi, les jeux sur l’enseignement en classe régulière, aider les ressources utilisées dans tous les niveaux de l’éducation et sont très importants pour le développement social, parce qu’il a des élèves en classe n’a peur de poser vos questions et le jeu n’est pas Ce comportement.

L’objectif général du présent article est de démontrer comment l’utilisation de l’éducation des jeux comme Golden, les blocs logiques, la plage de Cuisinare, le Tangram et le Géoplan aide à comprendre les connaissances mathématiques des enfants, si auditeurs ou sourds. Et les objectifs spécifiques sont : (I) décrire ce qu’est un jeu et comment l’utiliser en classe ; (II) racontent comment le matériau doré, les blocs logiques, Cuisenaire, la gamme Tangran et le Géoplan peuvent être développé décrivant la méthodologie à appliquer dans la salle de classe ; (III) les stratégies de ces jeux se rapportent aux étudiants sourds.

Cet article est le résultat des recherches bibliographiques menées après que l’achèvement du cours d’amélioration en présence éducative spécialisée pour sourde étudiants-8e édition, promue par le (la) Faculté d’éducation (face), Université fédérale de Uberlandia, lié au centre du programme d’enseignement, recherche, extension et services d’éducation.

Comme dit Paulo Freire (1979) :

(…)  Je dis maintenant à nous en tant qu’éducateurs : malheur à eux, qui s’arrêtent à votre capacité à rêver, inventer votre courage de dénoncer (le rêve possible). Malheur à eux et ceux qui, au lieu de visiter chaque maintenant et puis demain, l’avenir, pour votre engagement profond avec aujourd'hui, avec l’ici et le maintenant, alors malheur à ceux qui au contraire de cette constante voyage à demain, si d’attelage vers le haut à un passé d’exploitation et de la routine.

Ainsi, cet article est destiné comme une ressource pour les enseignants qui veulent connaître un peu plus sur l’enseignement des mathématiques, penser à l’intégration des étudiants sourds et l’éveil à la valeur des jeux éducatifs en classe.

3. Les difficultés en matière d’éducation pour les sourds

La difficulté dans l’enseignement aux étudiants sourds peut être perçue depuis le XVIe siècle, quand les premiers éducateurs sourds a commencé à agir. Avant cela, si vous connaissez des graves préjudices avec les sourds, en venant même de l’Eglise catholique, qui les considèrent comme sans âme immortelle et en passant par Aristote qui les considèrent comme incapables de la raison.

L’éducation des sourds ne vient pas de succès démontré tout au long de l’histoire, outre les enseignants et les auditeurs des méthodes utilisées à l’école (Skliar, 1998) et en raison de votre handicap, beaucoup de gens sourds ont été blâmés pour cela. Toutefois, sans face à la question linguistique, qui est le problème principal et la source de tous les problèmes identifiés dans l’éducation des sourds du Canada, ne peut pas faire l’éducation des sourds égale à l’auditeur. Cette question linguistique ont évolué longtemps après la création de la loi nº 10 436, du 24 avril 2002, qui prévoit sur le brésilien en langue des signes-livres-et autres questions, reconnaissant les livres comme la langue maternelle des personnes sourdes.

Beaucoup de personnes sourdes sont des auditeurs de familles et qui entrave le processus d’acquisition du langage. L’absence d’un langage commun dans la famille rend ces sourds restent distincts, séparés des conversations, les sentiments sont partagés, histoires sont racontées, de toute façon, environnement où la connaissance se construit officieusement (Bernardino, 2000).

À l’école, cette difficulté existe aussi, même dans ceux où le livre est déjà reconnu comme la première langue des sourds du Canada. Mais après le décret du 2005 5626 cette situation évolue, parce que les livres maintenant est déjà dans les programmes de formation des enseignants. Au Brésil, beaucoup de gens sourds reçoit déjà un enseignement bilingue (livres/portugais), avec l’appui en chambre régulière avec un interprète, en plus de l’enseignant.

Avec le décret no 5 626, du 22 décembre 2005, qui régit le droit à 10 436, du 24 avril 2002, qui dispose également sur la langue des signes brésiliennes-livres et l’art. 18 la loi en 10 098, du 19 décembre 2000 il est prévu que tous les sourds apprennent à vos livres de langue maternelle et puis le second que dans le cas du Brésil est le portugais. Mais beaucoup d’étudiants n’est pas compétents en langue portugaise, causant des difficultés de communication qui peut conduire à une éducation décontextualisées, mécanique, sans signification et compréhension, ne pas développer l’autonomie.

La principale difficulté, outre la communication avec les sourds, est d’adapter le langage des mathématiques. Nous pensons qu’une des solutions possibles pour résoudre ce problème serait le ludique, considérant que l’éducation des sourds est espace – visuel, qui satisfait les jeux mathématiques.

4. L’utilisation des jeux éducatifs dans l’enseignement des mathématiques

Si vous savez que l’enseignement de mathématiques offert dans les écoles publiques se présente, que dans ce qu’on appelle « cracher et craie » et « apprendre par coeur », où l’élève de mémoriser, de mémoriser et de pas savoir en fait. Les enseignants utilisent les mêmes méthodes basées sur la mémorisation de mathématiques enseignant pour les sourds et les auditeurs. Ce qui rend l’enseignement des mathématiques être dispersés et incohérente. Nous pensons que beaucoup de ces enseignants le faire pour l’ignorance du sujet.

Beaucoup d’enseignants transforme mathématiques activités mécaniques en la réduisant à une simple résolution d’addition et de soustraction. Leçons de mathématiques sont très importantes activités et aide en ce qui concerne l’école et de la réalité, quand il donne aux étudiants live at le vécu scolaire de votre vie quotidienne.

Le besoin de compréhension des situations abstraites n’est aucun une tâche facile même pour les auditeurs et étudiants ou pour les étudiants qui sont sourds. Pour les personnes sourdes n’est beaucoup plus difficile à atteindre sans un langage commun.

Travail avec jeux favorise tout type d’étudiant, si sourd ou non. Il doit y avoir un changement dans les pratiques pédagogiques et il est nécessaire d’élaborer des stratégies qui aident le processus d’enseignement et d’apprentissage des mathématiques pour enfants sourds et les auditeurs, en tenant compte du fait que faire des mathématiques à la réalité et à la béton est essentielle à l’apprentissage des étudiants et des sourd encore mieux, car il se produit principalement par le biais de perception visuelle.

En vue de la mise en valeur des visuels pour les sourds, il est compréhensible que les jeux qui utilisent les médias visuels peuvent faciliter l’apprentissage des mathématiques. Sur l’hypothèse que cette fonction se concentre sur la perception visuelle, devient élément vital pour l’apprentissage des sourds (Skliar, 1998).

Les étudiants sourds ont besoin d’une pédagogie sensorielle et visuelle et jeux et matériaux manipulables aident dans le développement de l’autonomie. La chose intéressante est que les élèves rencontre du matériau et ensuite faire utiliser des règles du jeu.

De cette façon, nous croyons que pour les étudiants, en particulier sourds, apprendre les mathématiques plus facilement, il est nécessaire d’utiliser plusieurs stratégies telles que celles mentionnées précédemment, avec davantage l’accent sur les activités qui mettent l’accent sur des caractéristiques visuels. Ainsi, dans cet article, nous allons présenter certaines des activités qui ont été développés en classe et qui ont beaucoup contribué à l’apprentissage des mathématiques.

Notez que le jeu de mot a une relation importante avec l’éducation parce qu’il n’est pas seulement connecté au divertissement, c’est amusement et plaisir, mais aussi apprendre comment raisonnement, calcul, opération, entre autres. L’utilisation d’activités ludiques dans les matières mathématiques et le béton est entièrement liée au développement cognitif de l’enfant. Il faut tenir compte que certains contenus spécifiques des mathématiques n’ont aucune relation avec l’idée d’être appliquée à l’aide de jeux, mais en quelque sorte promouvoir un sens critique, enquêteur, qui aide à comprendre et à mieux comprendre des sujets particuliers liées à l’enseignement des mathématiques.

Les calculs sont présents dans notre vie quotidienne. Lorsque nous utilisons l’argent ou mesurer quelque chose, nous utilisons des concepts que nous avons appris à l’école. L’auteur, José Roberto Boettger Giardinetto contribue à la réflexion sur la relation entre le quotidien et la connaissance de l’école, où CITES qu’une grande partie de cette connaissance n’est pas utilisé dans la vraie vie dans votre livre : « Mathématiques et mathématiques de la vie quotidienne ».

Comme nous l’avons déjà mentionné, les jeux a travaillé en classe doivent avoir des règles, notant que ceux-ci sont efficaces, montrant l’interférence positive dans la construction des concepts de conservation a étudié.

L’homme sourd perçoit le monde à travers les sens : odorat, toucher, goût et, surtout, de la vision. La saisie et le décodage des images à traiter, donc plus « naturel ». Dans la monographie intitulée « l’image dans le bon environnement tout en apprenant l’élément facilitateur avec enfants sourds ».

Enseignement des mathématiques est de réfléchir sur le processus des mathématiques enseignement et l’apprentissage en particulier dans les premières années du primaire à l’enseignement des matières qui renforcent la pratique pédagogique, permettant à l’étudiant de développer votre l’autonomie intellectuelle, de votre pensée critique et aussi l’amélioration des compétences et des habiletés comme précédemment cité.

Les jeux sont une ressource pédagogique pour la construction efficace de connaissances mathématiques, mais doivent être prévues. Il est remarqué que, lorsqu’il est appliqué à une classe assez motivée, étudiants présentent une meilleure performance et meilleure attitude face à leurs processus d’apprentissage.

Nous devons choisir les jeux qui stimulent la résolution de problèmes, surtout quand le contenu de l’étude est abstrait, difficile et non couplée pratique quotidienne ; Nous n’oubliez pas de respecter les conditions de chaque classe et le besoin de chaque élève, tout en respectant la singularité de chacun. Ces activités ne doivent pas être trop facile ou trop difficile, que peut également être testé avant votre demande, afin d’enrichir les expériences par le biais de propositions d’activités nouvelles, fournissant plus d’une situation d’apprentissage.

Dans les jeux avec des règles, les élèves fabriquent les déductions qui développent la pensée logique. Ils sont plus adaptés pour le développement de la capacité de réflexion pour travailler efficacement avec un contenu spécifique. Procédures et règles doivent être présentés aux élèves avant de commencer le jeu, établissant les possibilités et les limites de l’action de chacun.

4.1 une expérience en classe

4.1.1 or matériel – mathématiques vivante

Nous constatons, comme mentionné ci-dessus, une classe de deuxième année d’élémentaire école avec quinze étudiants et auditeurs un élève sourd qui, dans la salle de classe, l’enseignant utilisé les jeux comme ressources éducatives dans leurs cours de math, parmi eux : le matériau doré, les blocs logiques, Cuisenaire, la gamme Tangran et le Géoplan.

Dans cette section, nous décrirons Comment utilisent-ils ces jeux en classe de mathématiques, en classe d’une classe ordinaire de deuxième année d’école élémentaire avec les auditeurs et les étudiants sourds étudiant que nous appellerons « Y ».

Or matériel Montessori fait partie d’un ensemble de ces matériaux conçus par l’éducatrice italienne Maria Montessori et médical. Montessorianos principes pour la création de le quelconque de ses matériaux est l’éducation sensorielle. Il se compose de cubes, tiges, plaques et grande plaque tournante. Ce matériel est destiné aux activités qui aident à effectuer des opérations fondamentales et dans l’enseignement / apprentissage du système de numération positionnel décimal-.

Les objectifs principaux de l’utilisation de ce matériau sont : (I) mener à bien les activités qui prennent en charge de l’enseignement / apprentissage de la décimal système de numération positionnel- ; (II) méthodes de travail pour effectuer des opérations de base ; (III) faire les relations numériques pour une image plus concrète abstraite ; (IV) développer le mathématicien logique.

Il y a les autres propositions de collaboration avec ces matériaux incluent : (I) stimuler l’autonomie de l’apprenant et l’indépendance et la confiance en soi ; (II) développer la concentration, de coordination et de l’ordre ; (III) générer des expériences concrètes structurés pour mener, en augmentant progressivement les abstractions ; (IV) cause l’étudiant propre réalise les erreurs possibles qui s’engage à effectuer une certaine action avec le matériel ; (V) travail avec sens de l’élève.

Pratiques scolaires comme déjà dit, il est encore fréquent, étudiants « dominent » les algorithmes d’épuisant pratique, mais sans avoir été en mesure de comprendre en fait très bien. En classe l’enseignant étaient le matériau or facilitant la compréhension du contenu. Elle a été obtenue, bien plus que des algorithmes d’apprentissage. Il y avait une évolution notable de raisonnement et d’apprentissage tellement plus agréable. Il a été travaillé dans des activités individuelles et de groupe. Premier contact de l’étudiant avec le matériel a eu lieu afin de s’assurer qu’ils jouent pour explorer librement. C’est alors qu’ils ont réalisé la forme, la Constitution et les types de pièce de matériau.

L’utilisation du matériel d’or a entraîné un apprentissage agréable et utile au moyen de ressources physiques et concrets. Comme les étudiants sourds utilisent plus d’aspects spatiales et visuelles à la connaissance de la forme que les auditeurs étudiants, jeux comme ça avec des pièces en béton sont stimulants dans l’enseignement/apprentissage et essentiel dans les classes de mathématiques.

Une activité très fructueuse a été le jeu intitulé « Faisons un train » pour comprendre que le successeur doit avoir « un de plus » dans l’ordre numérique. L’enseignant a convenu avec les élèves pour construire un train. La première voiture a été un petit chiot. Le prochain wagon avait un cube de plus que l’antérieure, et ainsi de suite. Le dernier wagon a été formé par deux barres. Lorsque la classe finit par monter le train, reçurent des draps blancs sur lesquels on écrit le code pour chaque voiture. Cette activité a conduit à la formation de l’idée de successeur et facilité l’idée de « one more » aux élèves, suivant les numéros. Elle a également contribué à mieux comprendre la valeur positionnelle des chiffres dans les nombres.

Une des différentes activités menées par le nom du professeur « quitte les cubes ». Dans ce document, chaque élève a reçu un certain nombre de cubes d’échanger barres ou plaques, développant ainsi la notion d’unité, dix et cent. Plus tard, l’étudiant a écrit un nombre de drap blanc correspondant aux quantités de plaques, de bars et de cubes obtenus qui les représentent avec utilisation de la table. Cette activité a été très productive et il est devenu intéressant, comme le nombre de cubes augmentaient.

Comme activité individuelle, a proposé la tenue d’un dicton. L’enseignant a montré des cartes, une à la fois, avec des nombres, et les élèves étaient en lui montrant les pièces correspondantes, utilisant le minimum de celui-ci. Ce jeu a permis Qu'aux élèves se rapportent à chaque groupe de pièces à votre valeur numérique.

Est une activité qui a valu à bon avantage appelé « échanges », qui s’est produite dans le groupe et a eu son objectif de commerce était la compréhension des groupes de dix sur dix (dix unités forment une douzaine, dix dizaines forment une centaine etc.), caractéristique du système décimal.  Dans ce jeu, chaque groupe a reçu quatre marqué à neuf. Dans le groupe, chaque élève dans le temps, a jeté les dés et s’est retiré de la quantité de cubes correspondant au numéro qui a laissé en. De cette façon, ce nombre ont donné droit à retirer les cubes seules. Et pour rejoindre dix d'entre eux fait le commerce par un petit bar. Et chaque changement de barre avait le droit de jouer à nouveau. Cela s’est produit avec les barres qui, en se joignant à dix, ont été échangées pour une plaque et le droit de jouer à nouveau.

Ce jeu a stimulé le calcul mental des élèves et a pris fin lorsque l’étudiant « X » a réussi à former trois besants. La compréhension des groupes sur la base de dix est très importante pour la compréhension réelle des techniques opératoires des opérations fondamentales. Le droit de jouer à nouveau développé l’attention et la concentration des élèves tout au long du jeu.

Lors du développement d’activités, l’enseignant a demandé que les étudiants eux-mêmes étaient enregistrant la façon dont ils voulaient les noms des différentes pièces de la matière. Et dans la mesure où ils jouaient, les élèves faisaient les relations numériques concrètes abstraites, rendant plus facile à comprendre et il a été obtenu, puis, en plus de la compréhension des algorithmes, un grand développement de la pensée logique, créativité et Motricité très agréable.

4.1.2 logique blocs-la simplicité de l’instrument qui permet de développer la pensée mathématique

Généralement les blocs logiques servent tout à fait dans la première série, en particulier dans l’éducation de la petite enfance et l’éducation des élèves sourds, car elle permet de développer les premières notions des opérations logiques et leurs relations telles que le tri et correspondant fondamental dans l’apprentissage des concepts mathématiques.

Ils forment un ensemble de pièces géométriques faible, distribué en triangles, carrés, cercles, et de rectangles, qui vise à aider à l’apprentissage des élèves et a 48 pièces réparties en trois couleurs (bleus, jaunes et rouges), quatre formes (rectangle, carré, triangle et cercle), deux tailles différentes (petites et grandes) et deux différentes épaisseurs (mince et goutte épaisse). Peuvent être faits de différents types de matériaux (bois, caoutchouc, plastique, papier).

En classe lorsque l’enseignant utilise les blocs logiques, connaissance physique s’est produite lorsque les étudiants ont pris, observé et identifié les attributs de chaque pièce. La logique mathématique s’est produite lorsque le gang a utilisé ces attributs sans avoir besoin d’avoir le matériel à portée de main (raisonnement abstrait).

Au premiers étudiants manipulé le niveau de reconnaissance du matériel, puis ils ont fait des dessins avec les formes de blocs logiques, observant et en comparant les tailles, couleurs et formes. Ce travail a été effectué en petits groupes, où les étudiants enrichi la connaissance des caractéristiques physiques des blocs à travers les conversations.

Pour mettre fin à cette activité, les parties des blocs logiques ont été distribués et éparpillés sur le dessus de la pochette, où chaque étudiant pris individuellement jusqu'à une pièce et mettez-le au milieu du peloton, afin que les pièces étaient empilées un par un. Les sourds élève fait tout à la « tour ». Pour le développement de cette activité, ils avaient à la raison de ce que la bonne pièce pour la base, milieu ou haut de la tour, laissant le « pire » pour le prochain collègue. Dans cette activité, les étudiants stimulent votre capacité à discerner et raison, ainsi que pour stimuler la motricité. L’étudiant concerné était extrêmement bouleversé lorsque votre « tour » est tombé. Mais l’enseignant a su contourner la situation quand a appris à faire face à votre frustration.

L’enseignant a présenté un cadre pour les élèves de classer les blocs et créé avec les élèves les attributs qui ont été donnés pour les types de blocs existants. Les blocs ont été séparés selon les catégories suivantes : (I) les quatre formes (cercle, carré, rectangle et triangle) ; (II) les deux épaisseurs (grossiers et fins) ; (III) les deux tailles (petites et grandes) ; (IV) les couleurs (jaune, bleu et rouge).

Peu après, l’enseignant fait une peinture sur carton, a choisi certains attributs et demandé aux étudiants de scinder les blocs selon les sélections effectuées. Tout d’abord, a choisi un seul attribut (carré). Exemple : séparer seulement les morceaux carrés. Puis il a été en ajoutant des attributs (rouge, mince, petit). Les étudiants terminaient le cadre avec le morceau carré, petit, mince et rouge.

Tous les élèves ont participé avec enthousiasme des activités proposées.

4.1.3. Cuisenaire bâtons-introduction à la construction des faits

Créé par Georges Cuisenaire (1891-1976) l’échelle se compose de tiges de Cuisenaire de dix couleurs, chaque couleur de taille différente de l’autre, sur une échelle proportionnelle à un centimètre de différence pour chaque taille. Il existe des variantes de ce jeu et, par conséquent, les mesures peuvent changer. Mais les proportions d’une barre à l’autre sont toujours respectées. De cette façon, toutes les barres de 1 cm sont de la même couleur, la même façon avec les deux centimètres et ainsi de suite.

Ce jeu a plusieurs objectifs : (I) travailler, comparaison et l’inclusion numérique succession, les quatre opérations, double, la moitié d’une quantité et fractions ; (II) introduire les concepts majeur/mineur, grand/petit, égal/différent ; (III) stimulent la curiosité et la créativité ; (IV) maintenir la concentration et l’attention ; (V) rendre concret les concepts de base des premières opérations mathématiques ; (VI) de faciliter la compréhension de la relation quantité/nombre et taille de comparaison, entre nombres ; (VII) favoriser le développement de la logique et les stratégies de pensée ; (VIII) le travail sur la construction de l’idée de nombre ; (IX) travailler la coordination motrice, l’analyse-synthèse, la constance perceptuelle de formes, de tailles et de couleurs ; (X) reprendre confiance en soi et la confiance en l’état de l’apprentissage ; (XI) stimuler la question de l’erreur/vil, faire/défaire ; (XII) promouvoir l’indépendance et l’autonomie ; (XIII), montrent les quantités numériques, votre composition et décomposition ; (XIV) développer l’observation et la perception visuelle, entre autres.

Ce dernier objectif, de développer l’observation et la perception visuelle, est de première importance sur l’apprentissage, tel que cité dans sourd les paragraphes précédents, le canal le plus important pour les sourds est la vision. De cette façon, le Wrigley américain Owen, auteur du livre la politique de la surdité (1996), qui constitue la base théorique pour divers emplois au Brésil, a contribué à démanteler la notion que la surdité est quelque chose de concret, existence elle-même, indépendant des sens qui Nous lui donner. En d’autres termes, il conteste la surdité comme une déficience sensorielle au corps et qui apporterait quelques obstacles à vivre dans un monde qui est principalement fait de sons. Pour lui, la question doit être déplacé d’un problème de personne physique à une problématique sociale, avec le débat qui en découle sur le privilège des canaux visuels au détriment d’autres possibilités : place le focus sur le conduit auditif, comprendre un canal visuel rempli de possibilités.

En classe lorsque l’enseignant a utilisé l’échelle Cuisenaire, l’étudiant sourd a joué très bien l’activité, ainsi que la classe en général. Le but d’utilisation c’est de faire les bétons les concepts mathématiques, dont beaucoup sont difficiles à assimiler quand concentré tellement abstrait et concernent les différentes tailles avec des quantités différentes, facilitant la compréhension des opérations mathématiques de base. Par exemple : quatre barres de deux centimètres est égal à deux barres de quatre centimètres. Bientôt, 4 + 4 = 8. Après avoir travaillé le matériau béton, l’enseignant a pris la classe pour travailler sur la feuille, faire de l’abstrait.

Le jeu favorise la correspondance entre les structures mentales de l’étudiant sourd et la relation qu’il établit avec les parties, au moyen d’activités. Comme une activité avec ce matériel, le professeur a demandé aux étudiants de créer des objets, séparés par des tailles et couleurs, en utilisant uniquement les barres plus petits ou plus grands à faire les montures ; ou ceux qui ont la même couleur.

En proposant le développement de chaque activité, l’enseignant regardait le développement du groupe. Comment faire pour : (I) envoyées aux groupes de cartes d’étudiants avec des images qui ont la même taille et même couleur de dix bars, leur demandant de mettre sur pied les chiffres, mettre les barres de couleur sur la fiche correspondante ; (II) de livrer un bar différent pour chaque élève. Dans un cercle, ils montraient de votre bar à un autre collègue, en les comparant. L’enseignant aux questions telles que : « qui a le plus gros bar ? Qui a la plus petite barre ? À votre PowerBar est supérieur ou inférieur à l’élève x ? « ; (III) demander aux élèves de mettre les barres dans l’ordre croissant et exploiter leur position, demandant pourquoi la barre violette était dans cette position, ou pourquoi la barre orange est le dernier.

4.1.4 – 7 pièces du Tangram qui couvrent la construction de concepts géométriques

Le Tangram est un puzzle composé de sept parties : cinq triangles isocèles de différentes tailles, un carré et un parallélogramme, pour permettre à plusieurs chiffres différents.

C’est un outil qui aide dans le développement de la concentration, la capacité de raisonnement logique, l’orientation spatiale et de la créativité de l’exercice et peut également se concentrer sur la coopération, lors de l’assemblage de ce casse-tête est faite en groupe, rendant moins complexe.

En utilisant le Tangram, l’enseignant peut aborder les aspects suivants de la géométrie : (I) identification de figures géométriques ; (II) la comparaison ; (III) description ; (IV) le classement ; (V) dessins et représentations des figures planes ; (VI) les notions d’aire et des fractions (VII).

Il peut être fait de différents types de matériaux (bois, plastique, EVA, papier).

En classe lorsque l’enseignant utilise le Tangram, connaissance physique s’est produite lorsque les élèves observer différentes figures et reproduit. En outre, y répond aux questions telles que, par exemple : « quel est le nom de cette photo ? ».

Tout d’abord, les étudiants étudie la légende de Tangram et votre origine, puis reconnu et exploiter le matériel de montage la place à l’aide de sept pièces à l’aide de l’enseignant.

Après cette activité, l’enseignant mis sur la table quelques chiffres forment avec le Tangram bateau, maison, chat et canard, étudiants difficiles à mettre en place un personnage comme le sien.

Pour que l’activité a été développée, les élèves devaient réfléchir à la manière de résoudre le défi.

Dans cette activité, les étudiants ont développé la capacité de discernement, de logique et de motricité. L’étudiant concerné était extrêmement bouleversé quand il n’a pas pu reproduire la figure de l’enseignant. Mais elle savait comment conduire la situation, quand lui a permis de jouer la figure et lui a appris à faire face à votre frustration.

Tous les élèves ont participé avec enthousiasme et engagement des activités proposées.

4.1.5 Géoplan-introduction aux figures géométriques

Le Géoplan plus utilisé est la place faite avec du bois et de petits clous ensemble formant un treillis qui peut être utilisé avec un morceau de corde en caoutchouc ou élastique.

A l’habitude de travailler : (I) périmètre et aire ; (II) des diagonales et symétrie ; (III) le calcul des chiffres symétriques, arêtes, sommets, construction de polygones entre autres situations de géométrie plane.

L’objectif principal de la Géoplan consiste à demander aux étudiants de découvrir les figures polygonales grâce à la visualisation et la construction, de développer plus facilement les compétences de l’exploration spatiale.

Le Géoplan a été utilisé par le professeur dans les cas où le calcul des figures symétriques, bords, aire, périmètre, sommets, construction de polygones entre autres situations de géométrie plane. Il était très gentil la façon dont les élèves ont assimilé le contenu géométrique, le résultat était vraiment génial et motivant.

Comme déjà mentionné, ne pas pour générer la connaissance mathématique par le biais de méthodes mécaniques. La meilleure façon d’assimiler le contenu géométrique est à travers la manipulation, la construction, exploration et représentation de formes géométriques, et le Géoplan développe direct et simple ainsi tous ces principes.

Considérations finales

Comme nous le savons déjà, l’inclusion est garantie par la Loi, mais pour qu’il puisse vraiment effet et pour les étudiants sourds et auditeurs ont une éducation de qualité, qu'il est nécessaire que les enseignants ont une formation spécialisée. Un enfant n’est pas né en sachant, qu’elle passait les enseignements. Le rôle de l’enseignant en ce sens est le médiateur, car il doit produire les jeux stimulants comme les activités que l’étudiant découvrir les chemins qui conduisent à faire l’objet de finir, créatif et constructeurs de la connaissance et de transformation d’un monde meilleur.

A partir de ce principe, il est nécessaire que l’enseignant cherche à apprendre de nouvelles pratiques pédagogiques et méthodologiques dans la poursuite de succès dans l’apprentissage de leurs élèves. Il à hâte et adapter les différentes formes de l’enseignement aux étudiants, les sourds ou les auditeurs, apportant des connaissances à la vie.

Cependant, ce qui est observé dans le cadre de l’éducation enseignement des mathématiques, est qu’il y a un souci constant de la part de l’enseignant de sensibiliser les élèves à « apprendre les mathématiques » et avec l’utilisation de l’école jeux devenue plus attrayant et stimulant abolissant la apprentissage des mathématiques comme un simple exercice de mécanisation, des règles et des signes conventionnels dépourvue de toute signification aux étudiants. Dans le cas spécifique du matériau or, relations numériques abstraites sont une image concrète, facilitant la compréhension du contenu. Obtient, donc, au-delà de la compréhension des algorithmes, un développement remarquable de raisonnement et d’apprentissage tellement plus agréable.

Quant aux étudiants sourds, il est nécessaire de respecter et d’accepter que votre différence est la langue elle-même, dans le cas des livres, de votre forme dans la perception du monde et même dans la construction des connaissances. Par conséquent, il est nécessaire aux enseignants qui travaillent avec l’éducation pour l’inclusion afin de répondre à ces particularités des sourds et les auditeurs, parce que chaque élève est unique.

Il construit des connaissances par l’entremise de vision. Cette différence doit être compris, respecté et les étudiants tous les deux auditeurs comme sourds ont leurs particularités une valeur et respecté. Vous devez vous efforcer de nouvelles pratiques pédagogiques qui aident dans les différents domaines de la connaissance, le développement des connaissances, principalement à travers de l’expérience visuelle, la principale voie d’accès au savoir pour les étudiants sourds.

Compte tenu de la perception visuelle, la principale voie d’accès au savoir pour les sourds et les aspects que le rôle actif du sujet en tant que constructeur de votre connaissance de la valeur, et qui apprécient le genre de déclencheur de cette construction, soulignent la valeur de comme règles de feux d’artifice intervention pédagogique, en permettant aux étudiants pour les deux auditeurs sur les contradictions de l’expérience sourde, pour créer des stratégies, faire des lectures des observables, construire des coalitions qui viennent réveiller réfléchissant et abstractions conscience.

Nous croyons que la motivation et l’amélioration de l’apprentissage des mathématiques dans cette classe au cours de ces activités a eu lieu en raison de l’utilisation des jeux éducatifs. Ne proposer des recettes, mais des suggestions pour être adaptée à chaque réalité et au contexte. Qui plus est, j’espère que l’article à attirer l’attention sur cette question, en particulier en ce qui concerne la nécessité d’études plus qui permettent d’approfondir ce thème important.

Références

Brésil. Politique nationale de l’éducation spéciale dans la perspective de l’éducation intégratrice. Ministère de l’éducation, 2008.

Brésil, Secrétariat de l’éducation Ministère de l’éducation de base. Curriculum de ´ S nationaux PCN paramètres. Brasilia : MEC/SEF, 1998.

BEHARES, Luis. Ernesto. L’acquisition et la mère auditeur interactions langage – actes enfant sourd du séminaire : repenser l’éducation pour la personne sourde, Rio de Janeiro, INES, 1996.

BERNARDINO, Elidea. Absurde ou logique ? Production linguistique des sourds du Canada. Belo Horizonte : Editora de prophétiser à vie, 2000.

BROUGÈRE, Gilles. L’enfant et la culture ludique. Trad. Tizuko Kishimoto. Revue de la faculté d’éducation de l’Université de São Paulo. Vol. 24, n° 2, São Paulo, 1998.

COUTO-LENZI, Álpia. « 50 ans ; une partie de l’histoire de l’éducation des sourds «. Win : AIPEDA, 2004.

FALZETTA, Ricardo. Construire, bloc par bloc logique. Dans : nouvelle école, 111 éd., avril 1998, p. 20-23.

FREIRE, Paulo. Éducation comme la pratique de la liberté. 17ed. Rio de Janeiro : Paz e Terra. 1979.

GH, Snm. Le jeu et ses possibilités méthodologiques dans le processus enseignement-apprentissage des mathématiques. Mémoire de maîtrise à la faculté de l’éducation, UNICAMP, Campinas, 1995.

HOUAISS, Antonio ; VILLAR, Mauro de Salles ; FRANCO ; Francisco Manoel de Mello. Houaiss dictionnaire de la langue portugaise. Rio de Janeiro : Objetiva, 2003, p. 400.

KISHIMOTO, Tisuko Morchida. (Org). Jeu, jouet, jeu et éducation. São Paulo : Cortiz, 2000.

PACHECO, Alice Therese. Matériel d’or ; Blocs de Multibásicos. Dans : revue éducation de mathématiques, 4 éd., 2002, p. 51-56.

Piaget, Jean. Le jugement moral de l’enfant. São Paulo : Summus, 1994.

SKLIAR, Carlos. Les études de sourds dans l’enseignement : questionnement de la normalité. Dans SKLIAR, surdité c. (org) : un regard sur les différences. Porto Alegre : Editora, 1998.

BROUGÈRE, Gilles. Jeu et éducation. Trad. Patricia Chittoni Ramos. Porto Alegre : New Haven, 1998 a. Disponible en <http: www.policon.com.br/dados/erra_66.pdf="">dia21/08/11 consultée.</http:>

GH, Snm. Le jeu dans l’enseignement : aspects didactiques et méthodologiques du jeu dans l’enseignement des mathématiques. 2001. Disponible à :<http: www.cempem.fae.unicamp.br/lapemmec/cursos/el654/2001/jessica_e_paula/jogo.doc=""> consulté le jour 22/08/11.</http:>

[1] Maîtrise en éducation de l’USAL-Argentine, pédagogue de UNIPLI, un expert en troubles d’apprentissage de l’UERJ, pédagogie pour UNIPLI, école de gestion par AVM, éducation de la petite enfance par FACNEC.

[2] Master en mathématiques appliquées au calcul scientifique de l’UERJ, diplôme en mathématiques de l’UERJ.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here