REVISTACIENTIFICAMULTIDISCIPLINARNUCLEODOCONHECIMENTO

Revista Científica Multidisciplinar

Pesquisar nos:
Filter by Categorias
Administration
Administration navale
Agronomie
Architecture
Art
Biologie
Chimie
Communication
Comptabilité
cuisine
De marketing
Dentisterie
Déontologie
Droit
Éducation
Éducation physique
Environnement
Génie Agricole
Génie chimique
Génie de l’environnement
génie électrique
Génie informatique
Génie mécanique
Géographie
Histoire
Ingénierie de production
Ingénierie de production
l'informatique
Littérature
Mathématiques
Météo
Nutrition
Paroles
Pédagogie
Philosophie
Physique
Psychologie
Santé
Science de la Religion
Sciences aéronautiques
Sciences sociales
Sem categoria
Sociologie
Technologie
Théologie
Tourisme
Travaux Publics
Vétérinaire
Zootechnie
Pesquisar por:
Selecionar todos
Autores
Palavras-Chave
Comentários
Anexos / Arquivos

La participation des femmes rurales à la croissance du revenu familial dans le nord-est de Bahia

RC: 78414
104
Rate this post
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!

CONTEÚDO

ARTICLE ORIGINAL

CRUZ, Delzuita Santana [1], MOREIRA, Jailma dos Santos Pedreira [2]

CRUZ, Delzuita Santana. MOREIRA, Jailma dos Santos Pedreira. La participation des femmes rurales à la croissance du revenu familial dans le nord-est de Bahia. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. Année 05, éd.10, vol. 11, p. 95-103. Octobre 2020. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/education-fr/femmes-rurales

ABSTRAIT

La réalisation de ce travail s’inscrit dans le mouvement des femmes à la campagne et c’est une démonstration de la culture qui contribue de plus en plus à la croissance de l’économie des familles non seulement en zone rurale, mais aussi en zone urbaine. Elle montre la légitimité d’un mode de production peu reconnu en milieu rural qui vise la chute des paradigmes et des références sur sa propre existence. L’objectif principal de cet article est de démontrer l’importance des femmes dans la réalisation d’activités qui garantissent le gagne-pain des familles et de tous ceux qui dépendent directement ou indirectement de cette production, ainsi qu’une autonomie identitaire au sein des membres eux-mêmes et de leurs modes de vie. Elles se nomment elles-mêmes des «combattantes rurales». Ces femmes s’engagent dans des luttes à la recherche d’identités autonomes et pour construire leurs subjectivités, face aux préjugés et à la discrimination sociale dans les espaces publics qu’elles occupent. Ce travail a été réalisé en 2020, à travers une recherche exploratoire, à travers des formulaires avec questionnaires comme outil d’enquête appliqué à 50 femmes travaillant dans l’agriculture, étant donc possible de percevoir que, non seulement les femmes (mères) mais leurs filles contribuer à la production d’activités sur le terrain. Ce sont des jeunes âgés de 10 à 15 ans. Par conséquent, il est nécessaire de réfléchir aux modes de production des communautés féminines, directement centrés sur la vie des femmes rurales en quête de croissance des revenus familiaux, unissant leurs forces pour lutter contre les préjugés et changer les normes imposées par la société machiste, et garantir la reconnaissance des l’égalité sociale et la liberté de construire leurs propres moyens de subsistance.

Mots clés: paysanne, culture, production, modes de production.

INTRODUCTION

Dans le panorama des manifestations culturelles et sociales, alors qu’il s’agit d’une réalité culturelle vécue par les femmes rurales du nord-est de Bahia, la loi n ° 5 889, du 8 juin 1973, à l’article 3 – dit: «Elle est considérée comme un employeur rural, car la aux fins de la présente loi, la personne physique ou morale, propriétaire ou non, qui exploite une activité agro-économique, à titre permanent ou temporaire, directement ou par l’intermédiaire d’agents et avec l’aide d’employés », pensant ainsi, pour avoir leurs propres activités qui aboutissent à la créativité et à l’autonomie d’individus appartenant à leur propre gagne-pain, ce qui est attendu est que ces femmes soient reconnues dans l’environnement social dans lequel elles sont insérées et aient l’égalité par leur productivité, garantissant des politiques publiques d’insertion sur le marché du travail. . Ce qui se passe, cependant, ce sont des actions visant à limiter ou empêcher la promotion des femmes dans la reconnaissance du libre exercice de leur production même par leurs compagnons, ainsi que la discrimination de leur mode de vie par la société machiste.

Cette recherche montre la légitimité d’un mode de production peu reconnu en milieu rural qui vise la chute des paradigmes et des références sur sa propre existence. Soucieuses de produire de manière autonome et de réaliser leur espace social, ces femmes se réunissent en essayant toujours de montrer la nécessité de construire leur propre entreprise et de manière conceptuelle. Dans cette conception, il devient nécessaire de penser à une méthodologie pour tenter de parvenir à une conclusion à travers des rapports sur la manière dont se déroulent les comportements et les modes de production de ces personnes, qui se disent «femmes combattantes des campagnes». Pour cela, à la manière dont celui-ci est configuré comme moment discursif, par conséquent situé dans le champ de la performance de ces sujets, ainsi qu’à une attitude signifiante qui peut fournir plusieurs interprétations différentes. Cette analyse découle des modes de production des significations de la vie face à une culture qui se fonde sur la conception du sujet de ces personnes et de ce qu’elles visent à réaliser. Basé sur des données

1. LES MODES DE VIE DES FEMMES EN TANT QUE SUJET SOCIAL DANS LA PRODUCTION DU TRAVAIL DE TERRAIN

Le travail et la participation des femmes rurales comme sujet de société amène une réflexion sur les luttes menées dans la recherche de la construction de leur histoire et de la conquête de leur espace. L’objectif est de promouvoir une réflexion sur les femmes en tant qu’auteurs pertinents dans la combinaison pour l’avancement de la vie à la campagne. Ces femmes recherchent de nouvelles orientations d’urgence concernant leurs revendications, principalement pour le droit à la propriété foncière et la participation directe à l’agriculture locale et / ou régionale.

Au cours de la réalisation de cette recherche, il a été possible de constater que non seulement les femmes (mères) mais leurs filles contribuent aux activités de production de travail sur le terrain. Ces jeunes femmes ont entre 10 et 15 ans. Certains contribuent en transportant de l’eau pour alimenter les petites citernes, en s’occupant des tâches ménagères et en nourrissant les plus jeunes frères et sœurs. D’autres participent directement à des activités dans les champs telles que le labour de la terre, la plantation et la récolte. On peut considérer que ces jeunes femmes, depuis l’enfance, contribuent déjà aux revenus familiaux, notamment en cherchant à se réconcilier avec leurs études. Ces filles, dès leur plus jeune âge, luttent pour être respectées en tant que travailleuses rurales et insérées dans l’environnement social en tant que protagonistes de leur propre existence. C’est une réalité qui nécessite une lutte plus poussée.

Au vu des études, lors de la réflexion sur les méthodes de production des paysans du nord-est de Bahia, il est nécessaire d’observer le lieu où se déroule ce scénario, quel est leur destin, et s’il a un effet sur les propositions qui sont présenté, car selon Mcdowell (2000):

Les espaces naissent des relations de pouvoir; les relations de pouvoir fixent les normes; et les règles définissent les limites, à la fois sociales et spatiales, car elles déterminent qui appartient à un lieu et qui est / sera exclu, ainsi que la situation locale d’une expérience donnée (MCDOWELL, 2000, p. 19).

Sur la base de l’affirmation de l’auteur, il est entendu que c’est dans ce rapport entre sujet-espace qu’ils se retrouvent à l’égard du champ des discussions sociales à travers la compréhension des moments conflictuels qui impactent les décisions quotidiennes, même parce qu’il aux femmes, de ne pas s’éloigner les unes des autres, dialoguent constamment à la recherche de politiques qui les rapprochent de l’économie et du travail, transforment ces environnements en véritables espaces, très proches de la vie quotidienne, tant l’économie domestique que le la solidarité est largement débattue dans les mouvements sociaux. Il s’agit d’une pratique culturelle qui, pour faire progresser le comportement des gens dans ce contexte, nécessite lutte, persévérance et détermination. Ce sont des pratiques culturelles qui, selon Raymond Williams (2000), ne sont pas seulement issues d’une règle sociale formée différemment, mais sont également des éléments essentiels de leur constitution. Nous comprenons donc que la culture inspire la croissance de la société, renforce les liens avec la politique économique, dans une tentative d’analyse en parallèle avec les facteurs sociaux. Ainsi, le sens de cette culture est réalisé à partir de la transformation du sujet, et avec le sens dans lequel les habitudes sont appliquées dans l’environnement social dans lequel ces femmes sont insérées, réinventées, structurées et analysées par différentes sphères sociales.

En analysant les écrits de Culler (1999), à propos de la culture, il est possible de comprendre qu’elle a un rapport direct avec les modes de production de ces personnes à partir du mode de vie de chacun. Il est également possible que, au fur et à mesure que cette pratique s’établit parmi eux, les possibilités de parvenir à une appréciation dans l’environnement social se développent. Selon l’auteur, les cultural studies se manifestent et gagnent de l’espace en raison du désir de représenter la culture populaire ou de donner une autonomie aux expressions culturelles, qui dans ce scénario, est représentée par la femme de la campagne.

2. L’ORGANISATION DES FEMMES SUR LE TERRAIN

La «combattante de la campagne» renvoie à la manière dont elles sont constituées en tant que personnes qui se perçoivent dans ce contexte qui, à son tour, ne sont pas comprises comme des sujets possédant leurs propres moyens de vivre. Cette notion provient de supports qui sont extraits de la lutte pour l’existence à la recherche de comportements caractérisants, de l’organisation d’actions sur le terrain à la recherche de croissance et d’appréciation du travail de chacun. Cela passe par des reportages, des documentaires et même des photographies enregistrées lors de l’exécution de l’œuvre.

Si l’on prend en compte la lutte de ces femmes à la recherche d’un lieu de représentation, à travers la société locale, cela représente déjà une victoire significative pour une bonne partie de cette classe combattante, puisque les projets présentés aux représentants des syndicats ont déjà été, au moins, analysé. C’est un facteur considéré comme important pour la croissance et le renforcement de ces personnes, de sorte que de nouvelles façons de faire face émergent pour faciliter les batailles de la vie quotidienne. La recherche de soutien auprès de «l’Association des petits agriculteurs de l’État de Bahia» (APAEB). APAEB451 (MOC) a été l’une des préoccupations de ces personnes. L’idée est de rendre visible la présence des femmes en quête de liberté économique.

Dans les rapports exprimés ici, nous cherchons à vérifier les discours présentés sur les personnes à la recherche d’une place dans l’espace dans lequel elles sont insérées, au regard de l’organisation et de l’adéquation. Ainsi, cette recherche s’est également basée sur les hypothèses présentées par Foucault, dans l’ouvrage L’Ordre du discours – A ordem do discurso (1996), qui rapporte que tout discours est dû à un contexte historique, culturel, politique et scientifique, avec ses particularités temps et cela doit être pris en considération à travers les études menées, car les «discours religieux, judiciaires, thérapeutiques et, en partie aussi, politiques, ne peuvent être dissociés de cette pratique d’un rituel qui détermine pour les sujets qu’ils parlent, à la même temps, propriétés singulières et rôles préétablis ». (FOUCAULT, 1996, p. 37). On voit ainsi que la lutte quotidienne de la «travailleuse de terrain» se manifeste par des actions et des discussions à la recherche d’une place dans l’espace dans lequel elles s’insèrent.

Foucault (1996) rapporte:

ce n’est pas simplement ce qui exprime (ou cache) le désir; c’est aussi ce qui fait l’objet du désir; et puisque – que l’histoire ne cesse de nous enseigner – le discours n’est pas simplement ce qui traduit les luttes ou les systèmes de domination, mais cela parce que, pour ce que l’on combat, le pouvoir que l’on veut saisir. (FOUCAULT, 1996, p. 10).

De cette manière, les discours prononcés par ces paysans potentialisent le combat pour la conquête dans la production d’une représentativité qui cherche à renforcer la productivité du revenu familial médiatisé par les femmes, déconstruisant une histoire enracinée dans l’humanité, depuis des siècles et des siècles. On comprend donc clairement que «le discours en tant qu’objet culturel, produit à partir de certaines conditions historiques». (FOUCAULT, 1996, p. 37) est indispensable pour gagner et réaliser vos exploits.

On peut s’appuyer sur les théories de Fredric Jameson (1996), selon lesquelles dans la postmodernité on retrouve la logique culturelle du capitalisme tardif. Pour lui, la culture a une influence directe sur l’économie. En abordant une idée historique de la postmodernité, le théoricien souligne l’importance de la critique culturelle dans le scénario économique, de la même manière qu’il est nécessaire de réfléchir à des politiques éducatives visant à rendre les sujets indépendants à l’échelle mondiale. La critique de l’auteur concerne, en particulier, les pratiques sociales qui rapportent la culture comme quelque chose qui suit les idéologies du capitalisme. Ainsi, face aux rapports de Jameson, on constate que le mode de vie des femmes rurales recherche une liberté qui se gagne progressivement, et que, même marqué par les préjugés, la discrimination de genre, le manque de respect envers la femme et la classe ouvrière, il vaut la peine de se battre avec des stratégies d’adaptation à la recherche d’un idéal qui représente une collectivité.

CONSIDÉRATIONS

Les discussions renforcées au cours de cette recherche imprègnent les relations sociales entre les femmes et l’environnement social. Ils mettent en évidence les concepts et la culture à partir de ces relations sociales fondées sur des modes de vie, et d’un point de vue historique constitué par les sujets dont ils composent une société. Ainsi, les pratiques menées en faveur de la construction collective du mode de production vécu dans un espace social, assument la définition qui constitue un sujet donné.

On en conclut donc qu’il est nécessaire de porter un regard critique sur l’analyse des modes de production des communautés féminines, particulièrement vécues par les femmes des campagnes à la recherche d’alternatives qui les rapprochent des objectifs recherchés et qui sont capables de montrer leur potentiel en tant que sujet d’une société qui contribue directement à la croissance des revenus familiaux pour renforcer l’économie de la région dans laquelle ils opèrent. Ainsi, se renforcer pour lutter contre les préjugés et changer les normes imposées par la société machiste, émerger de nouvelles possibilités, dans la manière d’agir à la recherche d’alternatives d’égalité sociale et de liberté de construire leur propre mode de vie.

Ainsi, ces débats autour de la recherche de la valorisation des femmes rurales et de leur participation à la croissance des revenus familiaux, ne suffiront pas à mettre fin à la recherche de pratiques et de luttes qui se déplacent à la recherche de transformations de l’espace et du temps, ainsi que de ses impacts dans le contexte des modes de production des femmes rurales. Ainsi, cette recherche cherche à montrer la lutte des femmes rurales pour conquérir et se présenter devant leur monde, en insistant sur la nécessité d’éloigner les impositions conceptuelles pour comprendre la légitimité de leur univers culturel. Selon Scott (1989), l’insertion des femmes dans l’histoire exige une croissance qui s’inscrit dans un scénario historique important pour la construction d’une nouvelle histoire des femmes.

La présence des femmes dans les luttes sociales à la campagne fait partie de notre histoire et avec l’émergence de divers leaders. Ce qui semble nouveau dans ce processus d’égalité des classes sociales, c’est l’urgence de répondre aux demandes de ces femmes. La reconnaissance sociale de la condition réelle des travailleurs ruraux, une lutte constante pour une identité qui exprime le droit de se syndiquer, même sur la possibilité d’acquérir leur terre et de gérer leur propre entreprise.

RÉFÉRENCES

CULLER, Jonathan. Théorie littéraire: une introduction. São Paulo: Beca Produções Culturais Ltda., 1999.

Foucault, Michel. L’ordre du discours: classe inaugurale au Collège de France, prononcée le 2 décembre 1970. Traduction de Laura Fraga de Almeida Sampaio. São Paulo: Éditions Loyola, 2012.

GIBSON, Tânia Maria de Jesus. Le MOC: Mouvement de sensibilisation politique pendant la dictature militaire brésilienne dans la ville de Feira de Santana-BA (1964-1979). Natal, 2005. (Monographie). Université fédérale de Rio Grande Do Norte Centre des sciences humaines, des lettres et des arts Département d’histoire.

JAMESON, Fredric. Postmodernité: la logique culturelle du capitalisme tardif. São Paulo: Ed. Ática, 1996.

LOI N ° 5 889, DU 8 JUIN 1973. D.O.U. du 11.6.1973

McDOWELL, Linda. Genre, identité et lieu: une étude des géographies féministes. Valence: Président, 2000: la logique culturelle du capitalisme tardif. São Paulo: Ed. Ática, 1996.

PARISSE, Tândja Andréa. La société civile dans le contexte de la dictature: expérience du mouvement d’organisation communautaire (MOC, dans la région de Feira de Santana dans la période de 1968 à 1979). Feira de Santana: UEFS, 2001. Monographie de spécialisation en théorie et méthodologie de l’histoire.

SCOTT, Joan W. Gender, une catégorie utile d’analyse historique. Éducation et réalité. Porto Alegre: Faculty of Education / UFRGS, Vol.6, N ° 2, Jul / Dec, 1989.

WILLIAMS, Raymond. Culture. 2.ed. São Paulo: Paz e Terra, 2000.

[1] Master of Science en éducation et multidisciplinarité; Spécialiste de l’enseignement de la langue portugaise; Diplômé en littérature et pédagogie.

[2] Conseiller. Doctorat en lettres et linguistique. Master en lettres et linguistique. Spécialisation en études littéraires. Spécialisation en texte et grammaire. Diplôme en lettres vernaculaires.

Soumis: Juillet 2020.

Approuvé: Octobre 2020.

Rate this post
Delzuita Santana Cruz

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

SOLICITAR REGISTRO
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita