Petite enfance : le nouveau programme gouvernemental

0
19
DOI: 10.32749/nucleodoconhecimento.com.br/education-fr/petite-enfance
PDF

ARTIGO ORIGINAL

BERNARDI, Iara [1], LIMA, Maria José Rocha [2]

BERNARDI, Iara. LIMA, Maria José Rocha. Petite enfance: le nouvel agenda gouvernemental. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 05, Ed. 09, Vol. 05, p. 155 à 172. septembre 2020. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/education-fr/petite-enfance, DOI: 10.32749/nucleodoconhecimento.com.br/education-fr/petite-enfance

RÉSUMÉ

Les soins institutionnels aux jeunes enfants, tout au long de l’histoire du monde, de l’Amérique latine et du Brésil, ont présenté plusieurs conceptions sur leur fonction. La plupart de ces institutions n’étaient destinées qu’aux enfants pauvres. Toutefois, il est très récent de la mise en place d’une politique nationale pour la petite enfance, en tant qu’investissement pédagogique, social, dans la santé maternelle et infantile, économique et éducative, qui considère les enfants comme des sujets de droits et des citoyens dans le processus de développement. Ainsi, cet article vise à reconstituer la trajectoire de la nouvelle législation sur la petite enfance, qui oblige les gestionnaires et les professionnels de l’éducation, de l’aide sociale, de la santé, de la psy,chologie, de la psychiatrie dans tout le pays à adapter leurs activités aux normes établies par la loi. Cela dit, cette étude était fondée sur des preuves scientifiques; des arguments pédagogiques et juridiques ont été diffusés au Brésil au cours des trois dernières décennies, en particulier depuis la Constitution citoyenne de 1988, qui a favorisé l’évolution de la législation sur la petite enfance. Dans lequel il a été possible de constater que ce n’est qu’en 2006, avec la création du FUNDEB, que le financement de l’éducation de la petite enfance a été établi; en 2016, le Cadre juridique de la petite enfance a été sanctionné. Et en 2020, pour la première fois dans l’histoire, l’enfance a été mentionnée et incluse dans les annexes de treize lois des plans pluriannuels des entités fédérées brésiliennes, qui entrent en vigueur de 2021 à 2023.

Mots clés : Éducation, développement de l’enfant, Législation sur la petite enfance, cadre juridique, Plans pluriannuels.

1. INTRODUCTION

Cet article vise à présenter une partie de la trajectoire de la construction du nouveau système juridique sur l’éducation de la petite enfance, en particulier le cadre juridique de la petite enfance, en analysant certains arguments philosophiques, pédagogiques, scientifiques, juridiques, économiques et les leçons tirées des expériences d’autres pays qui les justifiaient.

Cette étude est importante parce qu’elle vise à diffuser des informations sur la pertinence de la petite enfance, qui constitue un nouveau programme gouvernemental; informe sur la nouvelle législation (2016) qui la réglemente, en mettant en garde les gestionnaires, les parlementaires, les professionnels dans les domaines de l’éducation, de la santé et de l’aide sociale sur l’obligation de se conformer à la nouvelle loi, afin que les activités de gestion soient adaptées aux normes établies.

L’article a été divisé en quatre parties: Dans la première partie, une approximation du thème a été faite, cherchant à revenir à la question pédagogique, plus cruciale: pourquoi l’éducation de la petite enfance? Pour y répondre, nous avons adopté la conception de « l’éducation à un âge précoce » que l’on retrouve dans l’ouvrage Sobre a Pedagogy, œuvre de 1803 du philosophe allemand Imannuel Kant[3].

Dans la deuxième partie, les preuves scientifiques qui justifient l’adoption de politiques pour la petite enfance sont présentées. Parmi les nombreux auteurs consultés pour la préparation de la recherche figurent le psychanalyste anglais Donald Winnicott (1994); professeurs au Center for Child Development de l’Université Harvard : Shonkoff (2016); dans les études du prix Nobel d’économie James Heckman (2017); Laurista (2005), entre autres. Nous avons également consulté des études de l’American National Council for the Scientific Development of Children in Development (2013).

Tous ces auteurs présentent les preuves scientifiques, des dernières décennies, sur le développement de l’enfant de la grossesse à six ans, dans les domaines de la santé maternelle – les enfants; neurosciences, psychologie, pédopsychiatrie, psychanalyse de l’enfant et économie.

La troisième partie de l’article traite de la trajectoire de la législation sur l’éducation de la petite enfance, en particulier sur l’histoire et le traitement du cadre juridique et la participation de Vital Didonet aux études du Prado et de Hai (2019); Bernardi et Rocha Lima (2016).

Ces auteurs ont offert des subventions pour comprendre la trajectoire institutionnelle et la construction du cadre juridique, puisqu’ils ont participé à la commission spéciale qui a apprécié le projet de loi no 6 998/2013, rédigé par M. Osmar signé par d’autres membres du Front parlementaire de la petite enfance, qui a donné naissance au cadre juridique de la petite enfance.

Enfin, nous soulignons les impacts de cette politique de priorisation de la petite enfance et ses répercussions sur les agendas gouvernementaux, en particulier dans les plans pluriannuels des 27 entités de la fédération brésilienne.

2. POURQUOI ÉDUQUER DÈS L’ÂGE LE PLUS TENDRE, EN KANT?

Dans l’ouvrage Sur la pédagogie (1803), le philosophe allemand Immanuel Kant, qui a recueilli les célèbres leçons, enseignées entre 1776 et 1784, à l’Université de Könisberg en Allemagne, déclare dans l’introduction que « ‘homme est la seule créature qui a besoin d’être éduqué ». Et il poursuit ses questions en disant que « l’homme ne peut pas devenir un vrai homme, mais par l’éducation, il est ce que l’éducation fait de lui » (KANT, 1999, p.11 à 15)[4].

À l’aube des Lumières, il traitait déjà de l’incomplétude biologique de l’être humain et des exigences appropriées en matière de soins, de soins et d’éducation, que les sciences aborderaient, beaucoup plus tard, concluant que le bébé humain est l’être né incomplet, exigeant des soins et s’il était abandonné, meurt.

Kant (1803) a déjà apporté des contributions pertinentes et détaillées sur l’importance de l’éducation de la petite enfance, qu’il a définie dès son plus jeune âge « comme soins (conservation et traitement) de l’enfance » et l’éducation comprise par lui comme « discipline et instruction avec la formation humaine ». (KANT, 1999, p.11)

Pour le philosophe, l’instruction, pour faire face à la grossièreté, qui est l’acquisition des biens de la culture peut être acquise à tout moment de la vie. Contrairement à la discipline que vous apprenez tôt, ou vous êtes sans espoir. Pour Kant, il est très difficile de discipliner l’être humain, après qu’il « s’habitue à suivre ses propres règles ». Cette forte tension entre le désir de l’individu et les attentes de la société sera plus tard abordée par Freud, dans son ouvrage intitulé Le malaise dans la civilisation, qui est une enquête omniprésente sur les origines du malheur et sur les conflits entre l’individu et la société. (KANT, 1999)

Il est impressionnant que le philosophe, qui aborde déjà l’importance de la petite enfance depuis plus de deux siècles, au milieu du XXIe siècle, ait encore une ignorance considérable sur le sujet. Et il y a quelques décennies, la science elle-même a patiné sur le sujet.

Kant affirme que « l’être humain est à la fois nourrisson, homme et disciple[5] » qui progresse de manière significative dans le domaine de la pédagogie, ce qui permet de comprendre, principalement, le sens plus large de la pédagogie, donnant accès à l’avant-salle des découvertes nouvelles et récentes des sciences dans les domaines de la pédiatrie, des neurosciences, de la psychanalyse infantile et de la psychologie sur le développement de l’enfant.

Infante, étymologiquement originaire du latin et signifie celui qui ne parle pas; « qui n’a pas encore la capacité de parler d’une manière intelligible. » Ainsi Kant (1999) révèle l’être humain qui diffère des animaux qui naissent avec des instincts, qui leur garantissent la survie. À cet égard, le bébé humain exige attention et soin, que le philosophe appelle « es soins (conservation et traitement ». (notre griffon). Et les autres animaux ont essentiellement besoin de nutrition, mais pas plus de soins, puisque leur instinct leur permet dès leur plus jeune âge de survivre.

Ainsi, le philosophe a déjà présenté des bases solides pour la construction d’une pédagogie révolutionnaire et a invité à une réflexion vigoureuse sur la condition humaine et sur les différents défis pédagogiques, à chaque phase de développement, en commençant par l’enfant et en atteignant l’homme savant et responsable.

2.1 « ‘HOMME NE PEUT PAS DEVENIR UN VRAI HOMME, MAIS PAR L’ÉDUCATIO »

En affirmant que l’être humain, en plus d’être un enfant en bas âge « est un homme », il nous fait comprendre que « l’homme » est le terme utilisé pour désigner celui qui diffère des autres animaux, du point de vue que « l’homme est rationnel et se différencie par l’intelligence ». Pour Kant : « L’homme est si naturellement enclin à la liberté qu’après s’y être habitué pendant longtemps, il lui sacrifie tout. » (KANT, 1999, p. 13)

Ce serait déjà la raison exacte, pour laquelle il convient de recourir très tôt à la discipline, parce que sinon « il serait très difficile de changer l’homme plus tard ». Et Kant (1999), conclut l’être humain habitué à satisfaire tous ses testaments, ” suivrait tous ses caprices « .

L’être humain n’est pas né comme des animaux, avec des instincts qui prédéfinisent leurs comportements, comme, peut observer dans l’oiseau brésilien le João de Barro, par exemple, qui fait sa maison, tout au long de sa vie, de la manière attendue; ou comme les hirondelles, délicatement choisies par le philosophe Kant, « ui ne laisse que l’œuf et reste aveugle, savent se débarrasser dans le nid afin que les excréments de sorte que les excréments de sorte que les excréments de sorte que les excréments de sorte que les excréments sont tombés du nich », mais ce sera le seul nid qu’il fera et répétera tout au long de la vie. (KANT, 2002, p.16 a 17).

Des neuroscientifiques comme Jack P. Shonkoff, un pédiatre américain, actuellement professeur de santé et de développement de l’enfant Julius B. Richmond FAMRI à Harvard T.H., a conclu dans ses recherches que : depuis la grossesse et la petite enfance, les environnements dans lesquels l’enfant vit, apprend et la qualité de leurs relations avec les adultes ont un impact élevé sur leur développement cognitif, émotionnel et social. (SHONKOFF, 2016).

3. L’HOMME EST CE QUE L’ÉDUCATION FAIT DE LUI

Le philosophe ne s’est pas arrêté à la nécessité d’une éducation de la petite enfance pour répondre aux besoins de survie physique, mais a abordé l’une des questions les plus cruciales qui est l’éducation, dès son plus jeune âge, pour répondre à l’absence d’inscription génétique pour les formes de séduction, pour contrôler les impulsions instinctives, pour faire face aux émotions, pour communiquer et pour socialiser.

Le philosophe Kant affirme que « par discipline, l’être humain transforme l’animalité en humanité, devenant des gens sans instinct », ayant besoin de sa propre raison, pour devenir singulier ; et par l’interaction sociale atteindra les qualités naturelles qui appartiennent à l’humanité. (KANT, 1999, p.12)

Ainsi, l’éducation de la petite enfance est décisive pour répondre aux besoins dramatiques, les élaborations symboliques, puisque l’être humain n’est pas né avec des inscriptions pour tous les comportements pré-fixes, tels que les palanques noirs, antilopes qui vivent dans les forêts de l’Angola, en groupes, dans lequel la tête du troupeau choisit les pâturages, indique les chemins, se cache les dangers et se bat pour rivaliser pour le leadership. Le palanca le plus fort, au lieu de détruire le palanca plus faible, met la patte sur le cou de l’autre, et le combat se termine. (BERNARDI e ROCHA, 2016). Dans ce même texte d’introduction sur la pédagogie, Kant (1999) dit: L’éducation forme le caractère et la capacité de maîtriser certaines passions et quelques inclinations. « n plus de développer les dispositions naturelles existant dans l’être humain, de vivre dans la société et d’aimer le bien. » (IDEM, p.11)

Pour lui, « l’espèce humaine est obligée de s’extraire petit à petit, avec ses propres forces, toutes les qualités naturelles qui appartiennent à l’humanité ». En plus d’être un enfant en bas âge, l’homme a besoin de développer sa propre raison, n’est pas armé d’instincts, il a besoin de « former pour lui-même le projet de sa conduite ». Et son élaboration continue : « la discipline empêche l’homme de s’écarter de son destin, de s’écarter de l’humanité, par ses penchants animaux ». La discipline, selon le philosophe, « oit contenir l’homme, afin qu’il ne se jette pas en danger comme un animal féroce, ou comme un imbécile. » (IDEM, 1999, p.12)

En 2017, le scientifique James Heckman, prix Nobel d’économie, interviewé par Veja Magazine en 2000, a présenté les[6] résultats de ses études qui révèlent : « Les capacités ne sont pas définies à la naissance ou ne sont que génétiquement déterminées, mais sont affectées par l’investissement des parents dans leurs enfants. »

Au Brésil, tout est mis en avant sur les politiques publiques pour l’école primaire, mais le scientifique prévient que : « il y a encore beaucoup d’ignorance au sujet de la petite enfance ». Et il ajoute qu’une mesure appropriée de désavantage est davantage liée au manque de qualité des soins offerts par les parents, à la liaison, à la cohérence et à la supervision, que le revenu familial seul. (HECKMAN, 2017)

Pour Heckman, le prix de la négligence, de l’abandon et de la maltraitance dans la petite enfance est très élevé. « Les pays qui n’investissent pas dans la petite enfance ont des taux de criminalité plus élevés, des taux plus élevés de grossesses chez les adolescentes et d’abandon scolaire. »

4. LA DISCIPLINE DE L’ÂGE LE PLUS TENDRE, CONTRE LA SAUVAGERIE

Pour le philosophe Kant, l’être humain doit être un disciple, avoir la discipline dès son plus jeune âge, contre la sauvagerie, parce qu’il va à l’encontre des impulsions instinctives. « La discipline est le remède, amer, mais décisif contre la sauvagerie et doit être enseigné dès le plus jeune âge », compte tenu du désir effréné de liberté de l’être humain, selon l’auteur. Et l’éducation dès le plus jeune âge, « si nous ne la disciplinent pas dès le plus jeune âge, il sera très difficile de changer d’homme » (KANT, 1999, p. 20).

Pour Kant (1999), parmi les découvertes humaines, il y a deux découvertes difficiles et sont: l’art de gouverner les hommes et l’art de les élever. Kant a laissé un héritage pertinent sur la conduite philosophique, éthique et morale, contribuant d’une manière unique à l’établissement de l’éducation dans la société moderne. La référence à son travail est d’une grande pertinence pour mettre en évidence et consolider les luttes pour les politiques et les pratiques sociales dans la petite enfance.

Eh bien, selon le philosophe, pour le bien de la civilisation, l’individu est opprimé, oui, dans sa pulsion et vit dans le malaise. Et l’éducation a exactement comme l’un des rôles les plus, sinon le plus important, de discipliner l’individu pour une coexistence sociale mature, donc saine et démocratique.

Il est conclu que l’homme ne peut pas devenir un vrai homme, mais par l’éducation, car il est ce que l’éducation fait de lui.

Les idées de Kant ont influencé les conceptions philosophiques et pédagogiques au XVIIIe siècle et restent d’actualité. Ce sont des idées qui ont été confirmées par des chercheurs de renom, dans les domaines les plus divers de la science tels que: neuroscientifiques, pédagogues, psychologues, psychiatres, psychanalystes économistes et autres chercheurs en sciences sociales des 20e et 21e siècles. Comme dans les preuves scientifiques des dernières décennies.

4.1 LES PREUVES SCIENTIFIQUES RÉVÈLENT QUE LA PETITE ENFANCE DÉCIDE DE L’AVENIR

Au cours des cinquante dernières années, plus de dix mille études n’ont été publiées que dans la littérature scientifique en anglais, évaluant les programmes entre la période allant des soins prénatals à l’école maternelle. Et ces études se terminent par l’importance décisive des soins, des soins et de l’éducation de la petite enfance, selon Jack Shonkoff (2016)[7].

Pour les chercheurs, le début est même avant la naissance, pendant la grossesse. Il y a beaucoup de facteurs qui influencent le développement du bébé : la santé de la mère, si elle a une bonne nutrition, si elle a une bonne grossesse ou si elle est malade, ou outrée, si elle est une consommation d’alcool, de cocaïne, etc.

Dans cette phase de la toute première enfance, les soins, l’attention, l’étreinte et l’« attachement » sont essentiels à la constitution de l’être, pour être et continuer à être, comme les pédiatres, les psychiatres et les psychanalystes enseignent.

Les récentes découvertes des neurosciences, de la psychologie, de la psychanalyse, de la pédiatrie et de l’économie justifient irréfutablement la nécessité d’une attention, de soins et d’une éducation de la petite enfance (0 à 6 ans); et dans la toute première enfance, comme les érudits qui mettent en garde pour les mille premiers jours de la vie (environ 270 jours de gestation + 365 jours x 2 ans), la « rès première enfanc », comme particulièrement important.

Le pédiatre et psychanalyste anglais Donald Winnicott (1896-1971), en plus de inventer l’expression « bonne mère », a compris que « la bonne mère est celle qui permet au bébé l’illusion de la création du sein ». Et de cette façon, le bébé fait l’expérience de la « toute-puissance primaire », qui est la base de la création. Le psychanalyste a aussi la conception de la « perception créative de la réalité, comme une expérience du soi, le noyau singulier de chaque individu » (WINNICOOT, 1994, p.18).

Il crée un ensemble d’expressions qui n’étaient pas communes à la psychanalyse, comme « a détentio » qui peut être comprise comme « outien » et un ensemble d’actions pratiquées par la mère, visant à offrir un soutien à son bébé. Dans ce concept, les actes d’allaitement sont inclus, avec dévouement pour le moment; le regard sur le bébé et soutenir son regard; la fermeté avec laquelle il le soutient; l’affection et les actions de satisfaction de la mère et du bébé. De cette holding, la confiance dans l’environnement, l’autre et la vie dépendra (WINNICOOT, 1994)

Avec les ressources technologiques actuelles, on peut observer l’évolution du bébé humain d’une manière de plus en plus précise. Des études en neurosciences rapportent que le cerveau du bébé humain, n’importe où dans le monde, a 100 milliards de neurones, qui se forment avant la 20e semaine de gestation.

Le poids du cerveau du nouveau-né est en moyenne de 330 grammes. Le cerveau du bébé est né prêt, mais inachevé. Et qui va mettre fin à ce cerveau est un fardeau génétique, que le bébé a et l’environnement qu’il va trouver. Toujours selon le pédiatre Laurista Corrêa (2005), chaque neurone effectue de 1 (un) mille à 10.000 synapses, se connectant ainsi avec d’autres neurones. À proprement parler, « dans chaque centimètre du cortex, il y aura 100 000 neurones et un milliard de synapses ». À l’âge de trois ans, le cerveau du bébé humain pèse déjà 1.100 grammes et chez les adultes 1.400 grammes, selon le pédiatre. (2005, p.13)

En neurosciences, ce phénomène est appelé plasticité et se réfère à la possibilité de flexibilité et d’adaptabilité du cerveau, de se reconfigurer pour faire face à un nouveau défi, selon le scientifique Jack Shonkoff. Et cependant, il considère que ce n’est pas une bonne nouvelle de la biologie : « la capacité de changer vos circuits diminue avec l’âge. » Pour Shonkoff, « la plasticité du cerveau est à des niveaux optimaux à la naissance et à la petite enfance » et le scientifique illustre : « Les enfants ont tellement de synapses que leur cerveau peut se développer dans toutes les directions. Vous pouvez parler n’importe quelle langue dans le monde. Avec l’âge, il devient de plus en plus difficile. (SHONKOFF, 2016, p.97)

Dans la première année de vie, il est observé qu’il s’agit d’une phase d’apprentissage intense du bébé et de ses expériences, la sécurité, la confiance dans les conditions favorables de l’environnement sont aussi ou plus pertinentes que les caractéristiques génétiques. De 3 à 5 ans il ya une grande escalade dans les dextérités, en particulier dans la capacité de se concentrer, mais ce développement nécessite des stimuli. (SHONKOFF, 2016)

Toujours pour James Heckman, qui a été le premier directeur du Center for the Economics of Human Development (CEHD) de l’Université de Chicago (2017), il dit : « La petite enfance est très importante, une phase de développement frénétique, dans laquelle les premières sensations et expériences de la vie sont marquées et préparent la base sur laquelle seront construites les « connaissances et les émotions ». Le succès ou l’échec d’un être humain dépend, dans une certaine mesure, des premières expériences du bébé. (HECKMAN, 2017)

De nombreuses recherches ont révélé que les différences sociales, la capacité de concentration n’est pas basée sur la génétique, mais sur l’expérience, et comment l’environnement est prévisible. La période de développement la plus rapide de ces compétences est comprise entre 3 et 5 ans et il n’y a pas de développement automatiquement.

Au Brésil, malheureusement, l’attention éducative a été et est encore très axée sur l’école primaire, à l’âge de six ans, ne parvenant donc pas à profiter de la meilleure période de développement et des possibilités cérébrales plus fructueuses.

Contrairement à toutes les preuves scientifiques, au Brésil, l’alphabétisation est reportée à huit ans, ce qui justifie que le processus d’initiation à la lecture et à l’écriture pour les jeunes enfants (cinq et six ans) est de voler leur enfance. Cela n’est vrai que pour les enfants des classes populaires, parce que ceux des classes moyennes et supérieures s’ils ne sont pas alphabétisés à six ans sont dirigés vers la psychopédagogue, orthophoniste, psychologue, neurologue et même psychiatre.

Le grand impact positif aux États-Unis, par exemple, est le résultat de programmes intersectoriels qui combinent les soins de santé; l’aide sociale aux familles pauvres; les garderies et les écoles maternelles. Tous les organes articulés pour accorder l’attention et la prise en charge à l’enfant non seulement dans les questions matérielles, économiques, mais éducatives.

Les chercheurs de la petite enfance ont mis en évidence la force de l’environnement, de la famille et de la vie sociale dans le développement et la trajectoire de la vie d’un enfant. Pour cette raison, un enfant stimulé tôt sera à un avantage par rapport à un autre qui n’a pas reçu de telles incitations.  Par conséquent, la petite enfance est une fenêtre d’opportunités et de risques.

La période 0 à 6, en particulier les 1 000 jours de la vie d’un bébé, est une période d’augmentation cérébrale intense et de connexions sinatiques intenses. Ces phénomènes cérébraux favorisent l’apprentissage. Bien qu’il ne soit pas impossible d’apprendre à d’autres stades de la vie. Contrairement à ce que nous savons dans le bon sens: « ce vieux perroquet n’apprend pas à parler », les neuroscientifiques trouvent qu’il ya des périodes de la vie qui sont plus fertiles pour l’acquisition de certaines connaissances. Par exemple, le plus tôt sera le mieux pour l’alphabétisation de l’enfant et pour l’apprentissage d’autres langues.  Dans la phase de 15 à 25 ans, il y a un autre pic de développement des compétences, mais ceux-ci sont différenciés, à un niveau plus élevé : résoudre des problèmes, contrôler les impulsions, faire des plans, mais ces compétences dépendront, d’une certaine façon, de celles développées dans la petite enfance, où tout commence.

5. BRÈVE HISTOIRE DE LA LÉGISLATION SUR LA PETITE ENFANCE

Dans son ouvrage, l’Histoire sociale de l’enfant et de la famille Philipe Ariès (1981) raconte que le concept d’enfance a été formé dans une construction sociale décrite à la fin du XVIIe siècle et consolidée à la fin du XVIIIe siècle. Plus près du XVIII e siècle, d’une certaine manière, les hypothèses ont été consolidées selon lesquelles « les premières années de vie sont essentielles dans la vie d’un enfant afin qu’il ait, à l’avenir, la qualité de vie ». Pour Ariés, il y avait une indifférence de l’école à l’éducation de la petite enfance. (ARIÉS, 2006, p.124 et 125)

Au Brésil, depuis le lancement du Manifeste des pionniers de la nouvelle éducation en 1932, les éducateurs et les intellectuels, y compris Anísio Teixeira, ont défendu l’éducation de la petite enfance, mais cela n’a été efficace que dans la Constitution fédérale de 1988 – CF/88 (LIMA, 2006, p.20).

Entre 1974 et 1990, les premières actions, enregistrées, sur l’éducation préscolaire au ministère de l’Éducation ont commencé, selon Prado et Hai (2019, p.318), qui ont étudié l’expérience et la trajectoire de gestion de Vital Didonet au ministère de l’Éducation (1974-1990): construire des voies pour l’éducation de la petite enfance brésilienne.

Dans un article publié, dans le cadre de la recherche doctorale, le Prado et Hai (2019, p.320) ont soulevé des documents sur l’éducation préscolaire, certains dans le domaine public tels que : « Diagnostic préliminaire de l’éducation préscolaire » de 1975; la collection « a fréquentation préscolaire », volumes 1 et 2 de 1977; le document « ‘éducation préscolaire : une nouvelle perspective national », de 1975; « plans sectoriels » de 1976 et 1980; « Législation et normes de l’éducation préscolaire » de 1979, entre autres. (PRADO et HAI, 2019, p.321)

Des documents ont également été recueillis, jamais analysés, mais qui sont contenus dans les archives de l’ancien Coepre, actuellement appelé coordination de l’éducation de la petite enfance (Coedi) au sein du Ministère de l’éducation (MEC), tels que:

Le « rapport 74 » (le seul dans le domaine public) et les documents : « LE DEF et l’éducation préscolaire » de 1979; « The Child in the Constitut and Government Plans: synthesis document » (1986); la « Campagne de l’histoire de l’enfant et de la constituante » (1988); Rapports des réunions nationales et régionales sur le « Programme municipal d’éducation préscolaire » (entre 1986 et 1989); « ésamen » de la circulation interne; Plans d’action et/ou Lignes directrices politico-pédagogiques entre 1986 et 1989; qui montrent certaines stratégies et actions de Coepre, en ce qui concerne les exigences du MEC et les besoins de ladite coordination. (PRADO et HAI, 2019)

Selon les auteurs, la première action dans le domaine de l’éducation préscolaire, dans le cadre du MEC, a pris naissance au Conseil fédéral de l’éducation (CFE) par l’indication no 45/1974, le conseiller Eurides Brito da Silva. Et plus tard, la CFE a offert l’avis n ° 2,018/74, du conseiller Paulo Nathanael Pereira de Souza. (Brésil, 1979). (PRADO et HAI, 2019)

Il est très important de souligner que le discours de Coepre visait à répondre à une demande du MEC, qui était de soutenir la nécessité de l’éducation préscolaire, de faire face aux problèmes des taux de redoublement élevés et du décrochage au premier degré (rendez-vous au moment de l’école primaire actuelle).

Depuis le début des années 1980, certains universitaires ont influencé et contribué à la préparation de documents dans COPRE / MEC comme: Alceu Ravanello Ferrari, Fúlvia Rosemberg, Maria Machado Malta Campos, Sonia Kramer, entre autres. (IDEM, 2019, p.322)

Ces documents jettent les bases de l’avenir de l’éducation préscolaire, toujours au motif qu’il s’agissait d’une politique sociale, qui favorisait le succès de l’éducation de première année – considérée comme une priorité pour la politique d’éducation publique.

Ils se sont également alliés à ce processus, en particulier au cours d’organismes internationaux tels que le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (FNUE) et l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), offrant des contributions d’expériences dans d’autres pays et dans la recherche internationale.

Ainsi, les conditions historiques ont été créées pour répondre à la prétention du MEC et inclure l’éducation des jeunes enfants, au sein du gouvernement fédéral. Pour cela, deux événements ont été fondateurs : « Campagne nationale de l’enfant » et « Constituent and Municipal Program of Preschool Education », car ils ont créé des convergences dans les efforts visant à atteindre l’objectif de promotion de l’éducation des jeunes enfants.

Il est enregistré sur le site web de la Chambre des représentants, intitulé Plenarinho, que la Constitution de 1988 (CF/88) a eu une participation importante des enfants.

La proposition « Ne, priorité national », sur les droits des enfants à l’Assemblée constituante, a été préparée par des spécialistes et mobilisée dans tout le pays, et a reçu plus de 1,4 million de signatures d’enfants et d’adolescents. Dans le Minas Gerais et le Mato Grosso, ils ont même fait de mini assemblées constituantes, en envoyant les idées aux parlementaires. La Minicarta de Minas, datée de 1987, a réuni une série de propositions innovantes, telles que « ‘éducation gratuite et obligatoire à partir de l’âge de 4 ans, y compris les fournitures scolaires et la nourritur » et le « asser gratuit sur les transports publics aux étudiants.

Dans la Constitution de 1988, la population des enfants avait des garanties énoncées aux articles 227 et 228, des années plus tard élargies avec le Statut des enfants et des adolescents. En 1993, le Front parlementaire pour la défense des enfants et des adolescents a été créé au Congrès national, qui a rempli un rôle pertinent dans l’élaboration de la loi de 1996 sur les Lignes directrices fondamentales de l’éducation (LDE), assurant l’éducation de la petite enfance comme première étape de l’éducation de base.

En 2006, les enfants brésiliens ont été reconnus dans le droit et, en fait, avec la plus grande réalisation de l’histoire de l’enfance brésilienne, avec l’approbation de l’amendement constitutionnel n° 53 du 19 décembre 2006, qui a créé le Fonds pour le maintien et le développement de l’éducation de base et la valorisation des professionnels de l’éducation (FUNDEB) dans son art. , l’article XXV, établit des soins gratuits pour les enfants et les personnes à charge de la naissance à l’âge de cinq ans dans les garderies et les écoles maternelles et dans l’art. 208, point IV, qui assure la fourniture d’une éducation de la petite enfance, en garderie et en maternelle, aux enfants jusqu’à 5 (cinq) ans, offre qui est devenue obligatoire pour les enfants âgés de 4 et 5 ans, à partir de 2016. (BERNARDI et ROCHA, 2016, p.163)

En 2007, au Sénat fédéral, la Commission de la petite enfance a été officialisée, qui a tenu, pendant onze ans, des audiences publiques sur la petite enfance, sous la coordination technique de Lisle Lucena. Après l’avoir commencé avec l’institution de la Semaine nationale pour la prévention de la violence dans la petite enfance, créée par le projet de loi no 340 de 2005, rédigé par le sénateur Pedro Simon. Et il a publié une collection des annales constituant un matériau précieux pour les chercheurs.

Et en 2009, avec l’approbation de l’amendement constitutionnel n° 59/2009, qui rendait obligatoire la fourniture de l’éducation de base pour tous les Brésiliens. Les FC sont entrées en vigueur avec les changements suivants : « Art. 208. I – éducation de base obligatoire et gratuite des quatre (quatre) à 17 (dix-sept) ans ” (BERNARDI et ROCHA, 2016, p.163). En 2010, le Réseau national de la petite enfance (RNPI) a été créé, qui a obtenu l’approbation par la CONANDA du Premier Plan national pour la petite enfance (PNPI)[8] (IDEM, 2016).

Le Plan national d’éducation – PNE -, créé par la loi n° 13 005/2014, qui a établi les lignes directrices, les objectifs et les stratégies de politique éducative pour les dix prochaines années. Le PNE apporte dans le premier objectif la prise en charge de la petite enfance, avec l’expansion des soins dans les garderies; soins obligatoires de 4 à 5 ans; et l’universalisation de l’école primaire, dès l’âge de six ans.

Toujours en 2014, le RNPI a lancé le mouvement pour l’approbation du projet de loi no 6 998/2013, rédigé par M. Osmar et signé par d’autres députés du Front parlementaire pour la petite enfance, qui modifie l’article 1er et insère des dispositions sur la petite enfance dans la loi no 8 069 du 13 juillet 1990, qui prévoit le statut de l’enfant et de l’adolescent, – loi no 8 069 de 1990 – sur le décret-loi n° 3 689 du 3 octobre 1941 – Code de procédure pénale; la consolidation des lois du travail – CLT, approuvée par le décret-loi no 5 452 du 1er mai 1943; Loi no 11 770 du 9 septembre 2008 et loi no 12 662 du 5 juin 2012.

En 2016, la loi no 13 257 du « Cadre juridique de la petite enfance » est créée. L’une des lois les plus avancées dans le monde, qui pour son élaboration a réuni des entités et a eu en tant que consultants scientifiques, médecins et psychologues en partenariat avec les universités de Harvard, USP, Unicamp et PUC-RS.

En 2020, Pour la première fois dans l’histoire, le Comité mixte sur les plans, les budgets publics et la surveillance du Congrès national a présenté un avis préliminaire au projet de loi du Plan pluriannuel 2020-2023, soulignant le Programme 5024 pour les soins intégrés de la petite enfance, dans le but d’étendre la prise en charge des enfants (de la grossesse à six ans) des 357 000 bénéficiaires actuels à 3 millions d’ici la fin de 2023 « . (LIMA, 2020).

5.1 ENFANTS ET ADOLESCENTS DANS DES PLANS PLURIANNUELS

Les récentes découvertes de la science en tant que neurosciences; biologie moléculaire et biologie génomique et hypergénétique; la psychanalyse, la psychologie ont influencé la compréhension de l’importance des premières années de l’enfance; et leurs répercussions sur l’apprentissage, le comportement et la santé physique et mentale des enfants.

Le bébé humain (l’être humain) est biologiquement structuré pour apprendre. Cet être dépend entièrement de l’apprentissage de la vie; dépend de l’autre pour tout et si abandonné dans les premières heures de la vie va mourir, de sorte que l’éducation doit être comparée au droit à la vie. (BERNARDI et ROCHA, 2016)

Ne voulant pas diminuer d’autres droits sociaux, il est seulement souhaité souligner que tous ces droits ne seraient pas réalisés s’il n’y avait pas eu éducation.

Les expériences des programmes internationaux révèlent le rôle puissant de la famille, et ces connaissances ont favorisé une grande synergie dans les secteurs de l’éducation, de l’aide sociale, de la psychologie, des sciences médicales, en particulier des neurosciences pour inclure la petite enfance dans l’ordre du jour des gouvernements.

Il est à noter que le cadre juridique, les connaissances scientifiques et les arguments sur la prémence de la protection des enfants, des adolescents et de la petite enfance n’ont pas encore correspondu aux allocations de ressources budgétaires dans les plans pluriannuels (PPS).

CONSIDÉRATIONS FINALES

En cinq décennies d’application et d’évaluation des programmes sociaux et éducatifs pour la petite enfance, selon Jack P. Shonkoff Directeur du Centre de l’Université Harvard pour le développement de l’enfant a accumulé des preuves, qui soutient des stratégies d’intervention qui peuvent améliorer la vie et les attentes futures des enfants nés dans des contextes de vulnérabilités.

Au Brésil, il convient de noter que les progrès des politiques publiques pour la petite enfance sont très pertinents. Un cadre juridique avancé et d’importants programmes gouvernementaux ont été construits, tels que : Le Programme du Brésil affectueux du gouvernement fédéral, créé par la loi no 570 du 14 mai 2012. Le Programme Happy Child, ce dernier a l’intention de servir 3 millions de jeunes enfants dans les années à venir. Les résultats sont encore naissants, seulement en 2016, le Cadre juridique de la petite enfance a été approuvé. Et lorsque l’PPS a élaboré le thème de la petite enfance 2016-2019, le thème de la petite enfance n’était pas encore inscrit dans les agendas du gouvernement.

Le Conseil législatif du budget et de la supervision financière de la Chambre des députés dans l’étude technique n° 20/2020 qui a fait des recherches dans les lois, documents, sur les sites des gouvernements des États, sur les références explicites aux enfants, aux adolescents et à la petite enfance dans les 2016-2019 et 2020-2023 de la PPA, a révélé que seules deux unités de la Fédération se sont inscrites.

Selon le conseiller législatif de la Chambre des députés Júlia Marinho Rodrigues, de la région thématique XVI – Droits de l’homme, femmes et famille, est une politique publique très récente. Peut-être pas mentionné pour cela, même dans les annexes de l’APP de 2016 à 2019. Seul le district fédéral a fait apparaître les annexes.

En ce qui concerne l’inclusion des termes enfants et adolescents dans les Plans pluriannuels 2020 à 2023, il convient de souligner que trois États les ont inclus dans le corps de la loi, c’est-à-dire qu’ils les ont mentionnés explicitement.

En ce qui concerne la petite enfance, dans les 27 PPA analysés, pour entrer en vigueur de 2020 à 2023, seulement dans Alagoas il a été mentionné de la petite enfance comme une priorité dans le corps de la loi.

De 2020 à 2023, les dossiers sur la petite enfance ont considérablement augmenté dans les annexes de l’APP.  Sur les 27 PPS, 13 (treize) ont commencé à avoir une référence explicite dans les annexes, alors qu’au cours de la période précédente, un seul plan d’État mentionnait la petite enfance.

La lutte se poursuit pour la petite enfance, dans tous les programmes gouvernementaux du pays. Au Brésil, pour changer le cours de l’histoire, le pays, surmonter les inégalités sociales; échec scolaire; la délinquance juvénile change d’urgence le début de la vie des jeunes enfants, notamment la petite enfance dans le programme gouvernemental.

RÉFÉRENCES

ARIEL, P. A rudeza da infância escolar. História Social da Criança e da Família: tradução de Dora Flaksman.- 2.ed.-Rio de Janeiro:LTC, 2006. p.124 a 125.

BERNARDI, I.; Lima, M. J. R. Educação Infantil: um direito fundamental. Avanços do Marco Legal da Primeira Infância. Centro de Estudos e Debates Estratégicos – Cedes: Câmara dos Deputados. Brasília. p. 63 a 169.

CORRÊA, L. Importância da Perinatalidade na Prevenção da Violência. Onze anos de Audiências Públicas: Senado Federal, 2017/2018. (2005, p.13)

____, De olho no orçamento da criança e do adolescente. Planalto em Pauta, Opinião, 25/07/2020, Brasília, 2020. Disponível em <https://planaltoempauta.com.br/de-olho-no-orcamento-para-as-criancas-e-adolescentes/>. Acesso em 02 ago 2020.

HECMAN, J. James Heckman e a importância da educação infantil – O Nobel de Economia, diz que investir nos anos iniciais das crianças é o caminho para o país crescer. Revista Veja, São Paulo 22/09/2017. Disponível: em: <https://veja.abril.com.br/revista-veja/james-heckman-nobel-desafios-primeira-infancia/>. Acesso em 17 ago 2020.

KANT, I. (1724 a 1804). Sobre a Pedagogia. Tradução de Francisco Cock Fontanella. 2ª Edição Piracicaba: Editora Unimep, 1999, p.6 a 20.

LIMA, L.O. A construção do homem segundo Piaget: uma teoria da educação. São Paulo: Summus. 1984, p. 19.

LIMA, M. J. R. Origens dos fundos para educação: breve histórico. Fundeb: Fundo de Manutenção e Desenvolvimento da Educação Básica e de Valorização dos Profissionais da Educação: avanços na universalização da educação básica. Organização Maria José Rocha Lima e Vital Didonet. – Brasília: Instituto Nacional de Estudos e Pesquisas Educacionais Anísio Teixeira, 2006.

PORTELLA, O. Vocabulário Etimológico Básico do Acadêmico de Letras da UFPR. Disponível em <file:///C:/Users/Lucas/Downloads/19320-68564-1-PB%20(2).pdf.>. Acesso em 13 ago 2020

PRADO, E. F. G.; HAI A. A. A experiência e trajetória de gestão de Vital Didonet junto ao Ministério da Educação (1974-1990): construindo caminhos para a educação da primeira infância brasileira. Revista de Educação PUC-Campinas, v.24, n.2, p.318-338, 2019.

RODRIGUES, J. M. Estudo Técnico nº 20/2020. Consultoria Legislativa de Orçamento e Fiscalização Financeira: Área Temática XVI – Direitos Humanos, Mulher e Família. Câmara dos Deputados. Brasília. 2020, (p.6, 7, 8, 10 e 12).

SANTOS, D. D. et. al. (Coord. Comitê Científico do Núcleo Ciência pela Infância). O Impacto do Desenvolvimento na Primeira Infância sobre a Aprendizagem. 2ª edição. São Paulo: Fundação Maria Cecília Souto Vidigal, 2015.

SHONKOFF, J. Investindo em ciência para fortalecer as bases da aprendizagem, do comportamento e da saúde ao longo da vida. Avanços do Marco Legal da Primeira Infância. Centro de Estudos e Debates Estratégicos – Cedes: Câmara dos Deputados. Brasília, p. 89 a 102.

WINNICOOT, D. W. Os Bebês e Suas Mães. Tradução: Jefferson Luiz Camargo. Martins Fontes: São Paulo. 1994, p.18, 20 e 21.

ANNEXE – RÉFÉRENCES DE NOTES DE BAS DE PAGE

3. Kant est né en Prusse le 22 avril 1724. Au XVIIIe siècle, 1776/1777, 1783/1784 et 1786-1787, il leur enseigne des cours de pédagogie à l’Université de Könisberg en Allemagne. En 1803, ses leçons ont été publiées dans l’ouvrage intitulé « ur la pédagogi », qui a été traduit, au Brésil, par Francisco Cock Fontanella en 1999, préservant les caractéristiques originales de la publication, selon les œuvres complètes d’Emmanuel Kant, Tomo IX, de l’Académie royale prussienne des sciences, 1923 ( p.6)

4. KANT, Immanuel (1724-1804) On Pedagogy (1803) Traduit par Francisco Cock Fontanella. 2ème ed. Piracicaba: Uneimep Publishing House, 1999. 107 pag.

5. Le mot infantile étymologiquement du latin Enfance — « âge auquel l’enfant ne parle pas encore ». Lo lat. infantia, de in: negação + fari, fatus: falar. Donc, bébé: ce que vous ne dites pas. Étymologiquement Homme— « terre ». De lat. homo, hominis: terre, terre, où le lat. humus: humus, terre, terre. Human Being Homo Sapiens — « Wise Man ». Et disciple de la discipline latine — « Ce que l’on apprend ». De lat. discipulus, de discipline, de discourine: apprendre. Discipulus, « étudiant, suiveur, étudiant », disquere, « apprendre », formé par Dis -, « Out », plus Capere, « catch, grab (intellectuellement) ».  Disponible à Oswaldo Portela. Vocabulaire étymologique de base de l’Université fédérale des lettres de Paraná. file:///C:/Users/Lucas/Downloads/19320-68564-1-PB.pdf. Consultation tenue le 13/08/2020

6. James Heckman et l’importance de l’éducation de la petite enfance. https://veja.abril.com.br/revista-veja/james-heckman-nobel-desafios-primeira-infancia/

7. Données présentées à la Conférence par Jack Shonkoff lors du séminaire international II du Cadre juridique de la petite enfance, à la Chambre des représentants, le 07 mai 2014.

8. Enfants dans le https://plenarinho.leg.br/index.php/2018/11/as-criancas-na-constituinte/ constituant.

[1] Maîtrise en biodiversité, avec spécialisation en leadership exécutif en développement de la petite enfance de l’Université Harvard.

[2] Maîtrise et doctorat en éducation. Président de la Maison de l’éducation Anísio Teixeira.

Soumis : août 2020.

Approuvé : septembre 2020.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here