Economie solidaire et gestion publique des déchets solides en collecte sélective à Belém : analyse des expériences du CONCAVES et du COOTPA

DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!
Rate this post
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
Email

CONTEÚDO

MÉMOIRE

BARROZO, David da Costa [1], MAGALHÃES, Diego Ventura [2], FERREIRA NETO, Luiz Reis [3], FERREIRA, Marilia Matos Gonçalves [4]

BARROZO, David da Costa. Et.al. Economie solidaire et gestion publique des déchets solides en collecte sélective à Belém : analyse des expériences du CONCAVES et du COOTPA. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. Année 03, Éd. 05, vol. 03, p. 35-71, mai 2018. ISSN : 2448-0959, lien d’accès : https://www.nucleodoconhecimento.com.br/administration-des-affaires/economie-solidaire

RÉSUMÉ

Le contexte dans lequel l’Economie Solidaire a été mise en lumière ces dernières années. Quant à la précarité du travail, elle tient à l’implication même du travail salarié dans les conditions du nouveau régime d’accumulation flexible, qui peut se caractériser par la transformation du monde du travail, à savoir par le développement systémique d’un processus complexe de restructurations productives et de changements organisationnels, par l’émergence d’un monde du travail nouveau et précaire, et par la fragmentation de la classe ouvrière. L’article développe une analyse théorique et conceptuelle sur l’économie solidaire et les politiques publiques liées à la collecte sélective, puis réalise une recherche empirique comparative, avec deux expériences concrètes, dans les coopératives de collecte sélective des déchets solides opérant dans la ville de Belém, État du Pará : Coopérative de Collecteurs de Matériaux Recyclables Terra Firme (CONCAVES) et Coopérative de Professionnels Aurá (COOTPA). La dynamique destinée à identifier et analyser des processus tels que la trajectoire de la qualité de vie des travailleurs coopératifs, en tenant compte des risques de reproduction de la précarité ou non du travail ; et la conquête de l’autonomie administrative et opérationnelle des coopératives par rapport aux politiques publiques à tous les niveaux ou, au contraire, la reproduction de relations de subordination et d’assistance.

Mots-clés : Précarité du travail, Travail associé, Collecte sélective, Politiques publiques.

INTRODUCTION

Ce sujet d’étude est pertinent dans l’approfondissement des recherches qui procèdent à une analyse approfondie des entreprises solidaires, qui couvrent depuis le moment de leur origine jusqu’à nos jours, à travers l’identification des facteurs matériels, sociaux et culturels qui poussent les individus à rejoindre et surtout de rester. Son objectif est de compléter les études existantes, qui se limitent à enquêter sur les circonstances qui, malgré la réticence de ces travailleurs, les ont contraints à rechercher des alternatives de travail et de revenus, comme si l’existence de ces pressions suffisait à les conduire passivement à un certain direction.

Liée à ce thème, cette étude traite des relations de travail associées comme mécanisme de lutte contre la pratique du travail précaire et comme alternative pour générer du travail, de l’emploi et des revenus afin de réduire les problèmes socio-économiques. Il s’agit donc de l’Economie Solidaire (ES) qui, avec les politiques publiques, peut devenir un mécanisme inducteur et moteur de développement social, économique et environnemental.

L’article privilégie l’approche microéconomique, puisqu’il étudie la trajectoire de deux coopératives populaires, parallèlement à une approche macroéconomique, mettant l’accent sur la gestion publique en collecte sélective. Il s’agit d’un processus dynamique, puisque la dynamique de gestion de deux coopératives et la relation avec la dynamique de gestion publique en collecte sélective sont étudiées.

C’est dans cette perspective que cette nouvelle économie peut venir s’inscrire dans la perspective de l’organisation de filières productives solidaires, constituées par l’articulation d’entreprises autogérées, d’associations urbaines et rurales et de coopératives, qui contribuent à l’insertion socio-économique des sujets historiquement exclues des politiques publiques de développement tant au niveau régional que national (EID et al, 2010).

En tant qu’étude pratique et importante pour la bibliographie académique, une enquête empirique comparative sera réalisée dans deux coopératives de collecte sélective de déchets solides urbains et ménagers situées à Belém, dans l’État de Pará, la Cooperativa dos Catadores de Materials Recicláveis ​​​​- CONCAVES et la Coopérative de Collecteurs dénommée Coopérative de Professionnels Aurá – COOTPA. Ces deux entreprises sont formalisées en coopérative, avec la même base économique et sociale, et il convient de s’interroger dans quelles circonstances coopération et organisation socio-productive se développent ensemble et font du travail non seulement un élément central, mais un différentiel et son autonomie dans relation avec l’administration publique, à ses différents niveaux.

À ce stade, il est important de souligner l’importance de l’étude comparative entre les deux coopératives sélectionnées, considérant que COOTPA a été fondée par induction de la municipalité de Belém, tandis que CONCAVES a émergé à l’initiative des membres de la coopérative eux-mêmes. Cette différence sera pertinente pour le processus d’enquête, étant donné que l’objet de cette thèse porte sur une discussion entre l’économie solidaire et la gestion publique, en se concentrant sur l’autonomie ou la dépendance des coopératives vis-à-vis des incitations et des avantages fournis par la puissance publique pour développer les activités. de ces entreprises et ses travailleurs coopératifs.

Comme questionnement de la recherche, nous avons cherché à répondre : si les coopératives populaires de collecte sélective, créées par les travailleurs eux-mêmes, sans participation, dans un processus incitatif par l’Administration Publique Municipale, lors de leur formation initiale, garantissent une autonomie administrative et de fonctionnement, subsistent et élargit cette autonomie, au fil des années, en réaffirmant les principes de l’Economie Solidaire, par rapport aux coopératives induites ?

L’objectif général de la recherche est d’analyser si les coopératives populaires sont une alternative positive au problème de la précarité du travail et si, au fil des années, l’accession à l’autonomie administrative et opérationnelle des coopératives se produit, en particulier des collecteurs en collecte sélective en relation à la Gestion publique. Pour cela, nous avons l’intention d’identifier et d’analyser, à travers l’étude de deux cas comparatifs, en considérant l’analyse de la trajectoire professionnelle et personnelle des travailleurs associés dans les espaces de travail et de reproduction familiale.

Comme objectifs spécifiques, il vise à réaliser: a) une revue bibliographique avec des auteurs contemporains qui traitent du thème de l’économie solidaire et de l’économie du travail liée à la gestion publique articulée avec les activités développées par ces coopératives, en mettant l’accent sur le thème des processus décisionnels , les relations de travail et au travail, la construction de l’autonomie totale ou relative, les pratiques sociales, les politiques de qualification ; b) analyser la trajectoire professionnelle et personnelle des travailleurs associés, dans les espaces de travail et de reproduction familiale, dans deux coopératives de collecteurs sélectifs à Belém, CONCAVES et COOTPA, liée aux changements de la qualité de vie et analyser la trajectoire de gestion de l’orientation de coopératives, à l’étude, centrée sur la question de l’autonomie administrative et opérationnelle axée sur la subordination à la gestion publique ou sur l’approfondissement de l’autonomie et de l’autogestion de ces travailleurs.

Sa justification consiste en la possibilité de contribuer, pour une meilleure compréhension, à la dynamique de la gestion collective des entreprises économiques solidaires, en particulier, dans le segment de la collecte sélective des déchets solides urbains et ménagers, concernant l’organisation, les processus liés à la la qualité du travail et le rôle du gouvernement en tant que soutien de ces expériences.

2. CADRE THÉORIQUE

2.1 RESTRUCTURATION CAPITALISTE, URGENCE DU TRAVAIL ASSOCIÉ ET ​​​​ÉCONOMIE SOLIDAIRE

En réaction aux conséquences dévastatrices causées par le capitalisme, dans le cadre socio-politico-économique, matérialisées par le taux croissant de chômage et la précarité du travail, l’émergence et la maturation de mouvements sociaux et d’organisations économiques autogérées à travers le monde peuvent être observés, comme des mécanismes, fondés sur la résistance et l’opposition ouvrière à la domination capitaliste, se présentant comme une opposition à ses valeurs et pratiques.

Cette réaction des travailleurs s’est historiquement produite depuis le milieu du XIXe siècle, sous la forme de coopératives d’autogestion, d’entreprises en faillite et récupérées sous le contrôle des travailleurs, entre autres formes.

De manière générale, la structure socialement excluante du capitalisme tend à favoriser les organisations de travail associé. Structurellement, ces organisations ont des caractéristiques et une importance différentes, selon l’époque, la situation sociale, économique et politique dans laquelle vivent les travailleurs.

Au cours des dernières décennies, avec le néolibéralisme, moteur de l’accumulation effrénée du capital, la réalité sociale a changé, avec la modification des structures régionales de vie et de travail ; l’éviction des institutions et des mouvements populaires de résistance au capitalisme ; encourager la pratique du racisme et des conflits nationaux ; division de la classe ouvrière, précarisation croissante de la main-d’œuvre et confinement des éléments démocratiques présents dans la vie politique de la société, l’État devenant un gestionnaire d’entreprises privées, avec un caractère rationnel et une efficacité économico-administrative (DAL RI, 2010, p . 7).

Idéologiquement, le capitalisme néolibéral est contraire à la solidarité entre la classe ouvrière et les organisations à caractère autonome et de classe, en raison de l’idéologie de transformation sociale, et qui, en raison du manque de force politique, a trouvé une résistance pour son opérationnalisation effective. Cependant, cela n’a pas empêché les actions de résistance, de la part des travailleurs, face au rapport de production capitaliste dévastateur, matérialisées dans la création d’unités de travail associées et dans l’effort de création d’emplois non basés sur les critères d’appropriation capitaliste.

La création de coopératives et d’entreprises d’autogestion, par les travailleurs, est principalement motivée par le chômage et le maintien des emplois, et vise à produire un surplus économique pour le maintien de l’entreprise et de ses membres.

En ce sens, les expériences visent à développer la production et la conservation de la communauté de travail, qui repose sur quatre piliers : a) perspective de remplacement du travail salarié par du travail associé ; b) la mise en œuvre d’une politique de répartition égalitaire des revenus ; c) organisation différenciée du processus de travail, avec une tendance à éliminer la structure hiérarchique et la bureaucratie ; d) gestion autogérée, à travers des assemblées et des comités de travail.

Dans cette perspective, la relation entre travail associé et économie solidaire renvoie à l’interaction de la masse ouvrière associée à une forme de production structurée en unités de production indépendantes et autonomes. Et en tant que mécanisme de lutte contre le rapport d’exploitation et de subordination du travail au capital, essentiel au processus de travail capitaliste, il introduit des changements profonds dans la forme d’organisation et de gestion des entreprises solidaires.

L’économie solidaire, conceptuellement, est considérée comme une forme d’organisation pour générer du travail et des revenus, comme un mécanisme d’amélioration des conditions de vie de ceux qui sont considérés comme des travailleurs pauvres et misérables, grâce à la mobilisation, la motivation et l’implication de ces personnes. Structurellement, elle se manifeste dans des entreprises collectives de solidarité : groupements informels, associations, coopératives, entreprises autogérées ; qui, par l’autogestion, garantissent l’amélioration et le maintien du bien-être des exclus de l’emploi formel par le processus capitaliste.

L’économie solidaire se définit comme un mélange de concepts et de pratiques qui vise à proposer des solutions à la crise du travail salarié et à la restructuration productive, à partir de la réorganisation du travail et des modes d’appropriation des richesses, coexistant avec l’économie du capital et si concrétiser économiquement par l’avancement des politiques publiques de développement.

Selon Daniela (2011), dans la littérature, on peut trouver plusieurs termes faisant référence à l’économie solidaire, tels que : économie sociale, économie populaire, économie populaire solidaire, économie citoyenne, économie humaine, économie du travail, entre autres. Il souligne qu’il existe différentes expériences et formes d’organisation dans le domaine de l’économie solidaire, les perceptions des auteurs sont également différentes.

Selon França Filho (2002), l’expression « économie solidaire » désigne la jonction de deux notions historiquement dissociées – économie et solidarité – suggérant l’insertion de l’élément solidaire au centre de l’élaboration de ses activités et relations économiques. Selon Leite (2009), c’est dans le contexte actuel de crise du travail salarié que les chercheurs ont commencé à déceler, depuis les années 1980, un ensemble de mouvements axés sur la formation de coopératives de production et d’associations de travailleurs, dans lesquelles l’autogestion et la qui ont été reconnues par le terme « économie solidaire ».

Fondée sur la coopération et le caractère humain, elle suppose que la rationalité technique est centrée sur la rationalité sociale, dans laquelle le maintien des emplois et la lutte contre la précarité du travail sont les causes fondamentales de son existence. les principaux acteurs de ce processus.

Selon Singer (2004, p. 12), comme elle a le travail comme objectif central, elle peut être définie comme une économie du travail, centrée sur la satisfaction des besoins définis par le collectif des travailleurs, soutenue par la formation des travailleurs associés et la méthodologie de formation spécifique à chaque entreprise.

Historiquement, l’économie solidaire était présente dans la société, à travers des expériences économiques solidaires et autogérées, comme une alternative pour combattre les maux du processus capitaliste – concentration de la terre, des revenus et du pouvoir -, manifestés à travers les mouvements sociaux de travailleurs. Cependant, en raison de l’imprécision et de la discontinuité de ces mouvements, l’économie solidaire n’a pas présenté d’expressivité pour la formulation d’une économie de travail efficace et d’une alternative concrète au mode de production capitaliste.

Dès les premières années d’activité économique, il est prévu d’assurer des conditions minimales pour la (re)conquête de la dignité et de la subsistance, il est supposé qu’au fil des années, avec le processus de maturation des investissements et de la cohésion sociale, les impacts sont plus importants sur la qualité de vie des familles associées, et dans leur environnement économique, contribuant efficacement au développement des territoires urbains et ruraux. (EID et al, 2010).

Dans cette perspective, l’économie solidaire imprègne l’idée d’une initiative pour satisfaire la consommation de base et la survie immédiate des familles associées, et doit aller plus loin, rompre avec le processus initial d’être juste une économie populaire. S’il est réduit à cela, il se retrouve lié à un cercle vicieux où les pauvres produisent et vendent ou fournissent des services uniquement à d’autres pauvres, sans articulation externe, partenariats et soutien des institutions publiques, se fermant à la possibilité de construire de petites chaînes. -des activités productives gérées constituées d’entreprises solidaires et d’expansion des activités, avec une qualification continue et l’adoption de la technologie sociale, tout en maintenant son identité en tant que mouvement social, en élargissant sa capacité de résistance, au sein du mode de production capitaliste.

Du point de vue marketing, cela suppose un processus d’échange de produits et de services, fondé sur la réciprocité, la complémentarité des différences et l’utilité, selon les intérêts des parties, établissant un système de relations économiques et sociales favorable à tous les individus et entreprises impliqués dans le processus.

Au Brésil, l’économie solidaire, sous la forme d’entreprises autogérées, a pris de l’importance dans les années 1990, en raison de l’ouverture du marché et de la faillite d’entreprises face à la concurrence du marché mondialisé, motivé par le processus d’ouverture le marché national, la troisième révolution industrielle, le progrès technologique et le remplacement de l’ouvrier par la machine.

Avec l’ouverture aux entreprises étrangères, de nombreuses industries nationales à faible capacité de production ont fait faillite, ce qui a entraîné une augmentation du nombre de chômeurs dans le pays. Dans ce scénario, en raison du manque d’emplois, la lutte des chômeurs a donné lieu au redressement des entreprises, en faillite, sous le régime de l’autogestion.

Il s’agit là d’une alternative de plus à la précarité croissante dans laquelle se trouve le monde du travail, exigeant des travailleurs des compétences concernant les connaissances techniques requises dans les processus de travail et les comportements concernant les formes de gestion collective de la coopérative. L’économie nationale solidaire est formée à la fois de petites, moyennes et quelques grandes entreprises, qui ont connu des faillites et qui sont actuellement des coopératives autogérées, ainsi que de petits groupes de production ou de services encore formalisés ou informels qui se structurent et maintenir leurs activités avec ou sans le soutien des politiques publiques, des incubateurs universitaires, des organisations, entre autres institutions, publiques ou privées.

Selon Adriano (2010, p. 119), le coopérativisme au Brésil a pris un autre sens, à partir du développement de l’économie solidaire et de la consolidation des entreprises en coopératives de production, et les sociétés et entreprises d’économie solidaire ont acquis une connotation différente des coopératives traditionnelles. au caractère économique et politique et à la nouvelle culture des valeurs et au mécanisme d’intégration du groupe.

Le coopérativisme solidaire se concentre sur l’effort pour assurer le développement et la pérennité des entreprises, dans une perspective d’autonomie par rapport aux gouvernements, en termes de leur forme de représentation, d’articulation et d’action avec les travailleurs coopératifs pour la génération de travail et de revenus.

Face à l’évolution du monde du travail, dans laquelle la pression continue de la communauté des entreprises pour un nouveau profil fonctionnel, plus performant technologiquement et multifonctionnel, nécessite, dans le domaine de l’économie solidaire, la systématisation et la qualification des coopérateurs, pour garantir la l’efficacité des entreprises solidaires, basée sur l’instruction pour la pratique de l’autogestion, la démocratie interne, entre autres. Une autre caractéristique est les limites et les incertitudes dans lesquelles les entreprises solidaires sont insérées, tant dans les sphères juridiques que des politiques publiques. En outre, il existe une concurrence féroce sur le marché pour l’insertion et la maintenance sur le marché.

L’autogestion est un élément fondamental pour les entreprises solidaires, et nécessite un changement culturel, car cette nouvelle économie génère une posture différente de celle couramment développée, lorsque dans la figure d’un salarié, il devient un travailleur associé dans une entreprise collective, étant nécessaire le développement de la solidarité ; du travail collectif; la gestion de l’entreprise elle-même; la réalisation de l’autonomie de gestion et la non-acceptation de l’intervention des organismes gouvernementaux, le développement de la capacité de gestion collective d’une entreprise.

Le développement de l’autogestion dans les entreprises solidaires est un long processus sujet à contradictions, mais il se présente comme une alternative pour combattre le modèle traditionnel du marché du travail – simple exécution de tâches, avec incorporation de l’expérience des personnes/groupe, en termes de connaissances, de valeurs, de comportements, de désirs et d’idées ; en même temps qu’elle implique le processus d’interaction entre les individus du groupe. Comme tous les travailleurs deviennent responsables de l’entreprise, une vision organisationnelle stratégique de l’entreprise et les connaissances nécessaires au maintien de l’entreprise, découlant de leurs expériences, sont requises.

Pour l’économie solidaire, l’être humain est au centre de l’organisation de la société, car les relations sociales, économiques et productives sont définies. Par conséquent, il est basé sur le dialogue avec le travailleur et sur l’insertion de ses expériences et de ses désirs, c’est-à-dire de la réalité, pour sa construction.

Pour Adriano (2010, p. 121), l’économie solidaire est une voie pédagogique pour l’action autonome des travailleurs, le processus qui mène au produit final et pas seulement le résultat étant pertinent. Son développement et ses principes impliquent un lent processus d’éducation, de formation, de qualification et de formation de manière permanente et intégrale.

2.1.1 TRAVAIL ASSOCIÉ, COOPÉRATIVITÉ POPULAIRE ET CHANGEMENTS SOCIAUX

Le travail associé peut être identifié comme faisant partie du mouvement de lutte dans la recherche de changements structurels et sociaux, utilisant la coopération, pour dépasser le modèle d’exploitation et réaliser le processus de transformation sociale.

Ce processus de transformation peut être interprété comme l’étape continue de développement de la société, ainsi que de ses forces productives et de ses relations sociales, pour la construction d’une société organisée, tenant compte des préceptes humanistes, sociaux et environnementaux.

Dans ce contexte, on assiste à l’émergence d’entreprises sociales spécifiques – les coopératives populaires – comme élément particulier de résistance des travailleurs à l’avancée du capital.

Structurellement, les coopératives présentaient initialement deux courants politiques : les coopératives de consommation, ayant pour but l’acquisition en commun, par les travailleurs, de produits de consommation ; et les coopératives de production – comme une tentative – par les travailleurs – de prendre le contrôle du processus de travail et de production. Tous deux ont cherché la réorganisation du processus productif, en dehors des pratiques d’exploitation capitaliste, avec un nouveau rapport social basé sur la coopération mutuelle.

L’organisation coopérative tend naturellement à s’internationaliser, quelle que soit l’orientation économique et sociale, puisque le principe premier de la coopération est l’association, c’est-à-dire l’unité. Son essence est de rechercher une solution aux problèmes collectifs par une action basée sur l’association, individuellement, d’hommes et de femmes dans des sociétés coopératives ; puis, par la conjonction de ces associations coopératives en fédération ; enfin le cours naturel de son évolution conduit l’organisation, à travers des fédérations d’envergure nationale et l’entente pour le processus des intérêts communs. (WATKINS, 1973, p.15)

Selon Christoffoli (2010, p. 23), les coopératives traditionnelles à grande échelle sont principalement constituées de capitalistes collectifs, en raison de la construction de coopératives collectives de production, qui cherchent à éliminer uniquement le capitaliste individuel et, dans d’autres cas, le travail salarié. , mais conservant structurellement la propriété privée, appartenant à un groupe spécifique de travailleurs, ne couvrant pas l’ensemble de la classe.

Dans la mesure où la forme juridique capitaliste de la propriété subordonnée de manière décisive toutes les formes qui s’en écartent, les formes collectives ne peuvent développer leurs potentialités qu’après l’abolition de la forme privée individuelle, ce qui ne peut cependant se produire qu’à la faveur d’un changement social global dans le mode de fabrication. Le noyau du mode de production réside dans le caractère de classe du pouvoir d’État, dont la composante essentielle est la forme juridique de la propriété. La défense et la garantie de celle-ci est la fonction centrale de l’État dans les sociétés divisées en classes. (GERMER, 2006, p. 8)

Malgré le précepte capitaliste de la propriété privée, dans les entreprises de travail associé, son essence est dans la valorisation de la vie, dans la protection de la santé et de l’environnement, et plus intensément, dans la lutte contre le capital monopoliste et le modèle économique actuel.

Selon Dal Ri et Vieitez (2010, p. 8), le travail associé, en tant que mouvement historique de résistance au capitalisme, reposait sur la création, à travers l’union des travailleurs, d’une technologie sociale, appelée organisation collective de masse – Associated Labor Organisations (OTA) -, par exemple, syndicats, comités d’usine, coopératives et associations ; qui ont su transformer les rapports de production en unités de travail.

Cette forme de travail associatif est étroitement liée au changement social, en ce qui concerne la création et la récupération d’unités de travail basées sur des rapports de production relativement démocratiques, c’est-à-dire que les avantages démocratiques de l’associativisme sont en fait historiquement pertinents, transcendant la situation de subalternité ou de simple complémentarité de l’activité capitaliste.

Ainsi, le changement social se retrouve à la fois dans les actes concrets de mise en place d’unités de travail associées et dans les conclusions théoriques ou idéologiques qui cherchent à en déterminer le sens et l’orientation historique. Cependant, ici les confluences s’arrêtent. Les unités de travail associées présentent plusieurs variantes d’organisation, et les théorisations à leur sujet vont jusqu’à se contredire dans leurs formulations. (DAL RI ; VIEITEZ, 2010, p. 72).

La création des OTA est étroitement liée aux situations historiques des formations sociales capitalistes, telles que : l’hégémonie politique, l’idéologie bourgeoise, la situation révolutionnaire, entre autres. Il a également été influencé par des mouvements et des organisations plus larges. Ces entreprises associatives sont présentes dans la société depuis le milieu du XIXe siècle, mais elles n’ont pris de l’importance qu’avec la mise en place du néolibéralisme, en raison de la croissance du coopérativisme, de l’économie solidaire, des entreprises autogestionnaires, entre autres ; qui défendent idéologiquement l’égalité sociale, avec des valeurs de liberté et d’égalité.

Cinq sont les caractéristiques qui guident le travail associatif : a) association ; b) propriété ; c) puissance ; d) distribution ; e) relations avec les mouvements sociaux. (DAL RI ; VIEITEZ, 2010, p. 69).

L’association se développe à travers l’organisation collective des travailleurs en unités de travail basées sur un système de coopération collective autonome, qui diffère du modèle capitaliste sous la forme d’appropriation du surplus économique de l’entreprise, c’est-à-dire sous la forme d’une répartition égale des la richesse et du pouvoir généré, dans laquelle la prise de décision est du ressort de l’assemblée générale des travailleurs. Dans le cadre des OTA, la propriété est définie par la propriété associative des travailleurs, c’est-à-dire qu’elle ne permet pas l’individualisation du capital investi dans l’entreprise sociale ; a un mécanisme de socialisation et de démocratisation.

Quant au rapport de force, dans le travail associé, il se concentre sur la figure de l’assemblée générale des travailleurs, qui décide et règle les questions liées à l’entreprise solidaire, traitant des questions depuis l’approbation du statut et du règlement.

Dans le travail associé, il existe deux pratiques fondamentales d’organisation du pouvoir, selon Dal Ri ; Vieitez (2010) : « représentativité et horizontalité », où la première, bien que l’assemblée soit l’organe principal du pouvoir, les décisions sont prises, la plupart du temps, par le Conseil d’administration ou Conseil d’administration élu par les associés. La seconde, dont la plupart des décisions sont prises dans les assemblées générales et généralement l’OTA, dispose d’organes intermédiaires pour la prise de décision sectorielle.

En termes de distribution, il y a eu un changement significatif dans la manière dont la richesse est distribuée, en raison des changements dans l’unité de production et la manière égalitaire ou équitable de s’approprier la richesse et de distribuer le pouvoir caractéristique des organisations syndicales associées ou auto-entrepreneuriat. le management.

Le travail associé s’affirme par l’interrelation et l’interdépendance des éléments pertinents de la démocratie et de la socialisation, mais son incorporation dans les luttes anti-systémiques ne se réalise qu’à travers une alliance avec les mouvements syndicaux et d’autres forces populaires, qui garantissent le dépassement de l’économie- limites de l’entreprise. Cette alliance a permis l’élévation de la catégorie de force au niveau hégémonique, c’est-à-dire une force capable de contribuer à engendrer une autre conception du monde sur le plan réflexif et pratique (DAL RI ; VIEITEZ, 2010, p. 93).

2.1.2 CONDITIONS DE TRAVAIL ET ÉCONOMIE SOLIDAIRE

Pour mieux comprendre les aspects des conditions de travail et leur relation avec l’économie solidaire, il est crucial de comprendre le concept de travail qui, selon Marx (1983), consiste avant tout en un processus entre l’homme et la nature, dans lequel, par des actions , mesures, régulation humaine, La nature est maîtrisée. Selon Antunes (2000), la réalisation de l’être social est effective par le travail, qui se développe à travers les liens de coopération sociale existant dans le processus de production matérielle, dans lequel l’acte de production et de reproduction de la vie humaine est réalisé par le travail.

Avec la révolution industrielle, le monde du travail a connu de profondes mutations, passant de la base productive qu’était la société rurale, à travers la production agricole et la propriété foncière, qui a duré jusqu’au XIXe siècle, à la société industrielle basée sur la production à grande échelle les biens et le pouvoir sont passés à la propriété des usines, appelée mode de production capitaliste.

« L’utilisation à grande échelle des machines, de plus, rompt l’unité technique entre le travail et son outil, inaugurant des processus de disqualification du travail et de dévalorisation du travail qui deviennent une marque indélébile de nos processus de production » (TEIXEIRA, 2002, p. 17).

Avec le mode de production capitaliste, il a provoqué d’intenses changements dans le processus de travail, dans lequel la productivité devient le centre de ce processus, le travail, selon Weber (2003), devenant le but même de la vie, à travers la standardisation et la mécanisation de la production qui tendait à une uniformité de vie.

Dans ce processus, le travail qui commence à être régi par les conditions du mode de production capitaliste commence à se dégrader, faisant du travail un moyen de subsistance et de la main-d’œuvre une marchandise. Selon Marx (2002, p. 111), le travail s’appauvrit à mesure qu’il produit de la richesse.

Dans ce contexte, la production de richesse dans la société capitaliste se détache progressivement de l’utilisation de la main-d’œuvre humaine qui est remplacée par des machines, par conséquent, ceux qui ne peuvent pas vendre leur force de travail sont considérés comme exclus et marginalisés.

« L’organisation sociale est peu améliorée ; que les hommes se laissent encore exploiter par la violence et la fraude ; et que l’espèce humaine, politiquement parlant, est encore pétrie d’immoralité (…) » (SAINT-SIMON, 2002 b, p.60).

Pour tenter de combattre les aspects négatifs produits par le mode de production capitaliste, des formes alternatives à ce mode d’organisation du travail émergent, à savoir l’économie solidaire. Fourier (2002) discute des avantages de développer un travail collectif, basé sur un travail industriel basé sur le principe de l’attraction passionnée, avec un travail développé volontairement et avec liberté par les travailleurs, basé sur la participation et la répartition proportionnelle des richesses avec la classe ouvrière, produisant un association qui apporterait des avantages économiques, sociaux et écologiques.

« Une organisation composée de diverses facultés corporelles et intellectuelles, éprouvant des besoins ou des inclinations physiques et moraux, des sensations, des sentiments et des convictions » (OWEN, 2002, p. 103).

Singer (2002) conceptualise que l’enseignement supérieur apparaît avec les travailleurs au début du capitalisme industriel pour lutter contre la pauvreté et le chômage causés par le remplacement de la main-d’œuvre par des machines industrielles. A cette époque, les travailleurs ont commencé à s’organiser à travers des coopératives, dans une tentative de récupérer le travail et l’autonomie économique, qui sont des principes fondamentaux d’égalité et de démocratie. Ce type d’association, c’est-à-dire l’entreprise solidaire, vise à maximiser la quantité et la qualité du travail.

En général, l’ES comme alternative au modèle d’exclusion et de domination du travail, dans une tentative de sauvetage des valeurs humaines et d’une formation sociétale plus égalitaire, basée sur la reprise de l’autonomie et le sauvetage du travail au sens plein : une source digne de vie, en opposition à la forme de travail capitaliste qui engendre la souffrance, la pauvreté, le fonctionnement et la misère humaine.

L’analyse d’expériences concrètes d’économie solidaire nécessite d’aller au-delà de l’importance des résultats économiques obtenus, elle nécessite la reconnaissance des transformations introduites dans d’autres dimensions, telles que l’émancipation et l’interaction des agents impliqués dans l’établissement solidaire à travers la transformation économique et culturelle, sociale et les processus politiques apportés par eux.

Il convient de garder à l’esprit que l’ensemble des expériences est hétérogène, c’est-à-dire avec des caractéristiques, des prétentions et des actions variées. Historiquement, les motivations prépondérantes à la création d’une entreprise économique solidaire sont de nature économique et les enjeux liés à la qualité de vie, c’est-à-dire qu’il s’agit précisément de maintenir sa pérennité concomitamment avec des gains de nature extra-économique, en préservant la principes de l’économie solidaire.

Éléments essentiels pour l’analyse des expériences concrètes liées aux ES, il est lié à trois dimensions relationnelles avec la qualité de vie recherchée par les agents solidaires, à savoir, a) la dimension subjective et la santé ; b) dimension de croissance personnelle et c) dimension sociétale. (BRÉSIL, 2011, p. 198).

La première dimension est liée à la coexistence et à la possibilité de travailler, niée par la situation de chômage, responsable d’un sentiment de bien-être qui entraîne des avantages extra-économiques avec des répercussions sur l’amélioration de la santé.

La seconde dépeint la valorisation de l’être humain, au lieu du capital, est l’un des principes de l’économie solidaire, car il s’agit d’un gain substantiel qui peut entraîner des changements plus profonds, car il se concentre sur le processus de croissance personnelle et l’apprentissage est favorable aux transformations qui dépassent les aspirations individuelles et atteignent les aspirations collectives.

La troisième renvoie à la définition de se sentir partie prenante d’un processus de changement qui dépasse le niveau personnel et qui concerne la participation à la construction d’un projet de société.

Rutkowski (2008) affirme que lorsque l’on observe des coopératives de travail, on détecte que les revenus générés par ces entreprises sont faibles, et que cette réalité empêche les investissements nécessaires pour améliorer la production, voire des difficultés à répondre à d’autres besoins tels que : la contribution à la sécurité sociale ou constituer des fonds pour la santé et l’éducation. Cette réalité empêche l’expansion du nombre d’adhérents, encourage une forte rotation des membres de la coopérative, entretient la dépendance vis-à-vis de l’aide extérieure, ce qui finit par miner la croyance dans l’atteinte des objectifs proposés de génération de revenus et de contribution aux politiques publiques de propreté urbaine (EID, LAFORGA ET LIMA, 2010).

Selon Brasil (2001, p. 185), les principales raisons qui ont conduit à la création d’entreprises sont, en premier lieu, l’économie solidaire comme alternative au chômage, suivie du complément de revenu et, enfin, le travail associé converti en motivation pour les entreprises. Il convient de noter qu’ensemble, le besoin de travail et le revenu représentent la plupart des motivations.

Le voyant soit comme un champ de travail institutionnel, soit comme une cible des politiques publiques pour contenir la pauvreté, soit encore comme un nouveau front de luttes à caractère stratégique, visions, concepts et pratiques s’entrecroisent intensément, se questionnent et favorisent l’économie solidaire. comme alternative pour… les exclus, les travailleurs, un modèle de développement attaché aux intérêts populaires, etc. ; une alternative, à l’approfondissement des inégalités, aux politiques néolibérales, … au capitalisme lui-même. (GAIGER, p. 1-2).

En 2000, l’Institut brésilien de géographie et de statistiques – IBGE a identifié qu’il y avait environ 24 500 collecteurs dans les municipalités brésiliennes, dont 22 % avaient moins de 14 ans. Ces dernières années, le parquet a agi vigoureusement auprès des mairies, visant à empêcher les enfants et les jeunes de travailler dans les décharges.

Selon Eid, Laforga et Lima (2010), la formation de coopératives de travailleurs qui sont dans le secteur du recyclage des déchets, la structure et le fonctionnement du marché du recyclage reposent sur trois composantes : le collecteur autonome, qui effectue la première étape de la traite, collecte et sépare les déchets dans un scénario concurrentiel ; les ferrailleurs, qui achètent de manière informelle ou formelle des produits recyclés auprès de collecteurs ou de coopératives et les revendent à des industriels ou à des acheteurs internationaux ; les industriels et les acheteurs internationaux constituent la troisième composante de cette chaîne de valorisation des déchets, ces derniers étant les principaux bénéficiaires de l’ensemble du processus de recyclage.

2.1.3 ÉCONOMIE SOLIDAIRE DANS L’ÉTAT DU PARÁ : GENÈSE, DIFFICULTÉS, PERSPECTIVES

La philosophie de l’économie solidaire, comme nous l’avons déjà évoqué, est apparue comme un questionnement sur la forme institutionnelle de production et de reproduction de la société et comme une construction collective du développement local/régional. Dans ce contexte, il convient de souligner l’importance de comprendre les spécificités locales/régionales ; enquête et systématisation des expériences pour unifier les luttes contre la mondialisation néolibérale.

Selon Laville (2004) les racines historiques de l’économie solidaire diffèrent d’un endroit à l’autre, différant ainsi d’un pays à l’autre. L’Amérique latine, précise-t-il, est marquée par la colonisation et des formes de subordination du travail et des « pratiques de bien-être » qui rendent difficile l’autogestion productive. Il convient de mentionner que les pratiques de solidarité doivent être guidées par la spécificité de chaque localité, car si elles étaient guidées par des formes étrangères, elles apportaient une asymétrie qui rend difficile de répondre aux nouvelles demandes des mouvements sociaux engagés dans le processus.

Au Brésil, l’économie solidaire s’est imposée dans la dernière décennie du 20e siècle, en mettant l’accent sur l’organisation d’entreprises solidaires (coopératives, associations et groupements de production). cherche une nouvelle conception de la société, mise en évidence à partir des années 80, avec l’ouverture démocratique .

En ce qui concerne l’économie solidaire dans l’État de Pará, il existe historiquement trois courants qui délimitent la marque initiale de ce mouvement dans l’État, le premier pointe vers la politique de microcrédit de la Banco do Povo de la municipalité de Belém dans la période de 1997/2000, comme le grand levier de l’origine de l’économie solidaire au Pará ; la seconde précise que l’économie solidaire était déjà répandue par Caritas au Brésil, plus précisément dans les régions du nord-est et de l’ouest de l’État, appelée « coopérativisme alternatif ». La troisième est que l’économie solidaire existait déjà empiriquement dans de nombreuses entreprises, mais pas explicitement identifiée.

Il est considéré comme le premier test d’une politique de promotion de l’enseignement supérieur, la promotion, à travers des lignes de crédit et des incitations à la création de coopératives associatives de solidarité déjà en 1998 par le Banco do Povo belenense, qui a permis la génération d’emplois et de revenus pour la population locale population et la formalisation des entraves liées à l’économie populaire. Lié à cette politique de crédit, le gouvernement municipal a également promu des actions de qualification des travailleurs concernant la formation de coopératives sur les principes de l’ES, mais la qualification fournie était insuffisante, générant même l’affaiblissement des coopératives induit par la municipalité, organisé comme une promotion mécanisme d’insertion socio-productive des travailleurs.

Selon FPEPS (2005), l’économie solidaire dans la région a ses origines dans l’économie populaire, à travers le Forum des Entrepreneurs Populaires de Belém – une initiative dont l’objectif principal est de contribuer à l’organisation solidaire des différents segments de l’économie populaire. -, qui a eu lieu en 2000. , visant à apporter un soutien à la tentative d’organisation de l’économie solidaire.

Influencé par les débats qui ont eu lieu au Forum social mondial en 2000, dans la ville de Porto Alegre, Rio Grande do Sul, un mouvement de vendeurs de rue sur les principales avenues de Belém a commencé à se constituer, à travers l’économie populaire, un premier jalon dans la réalisation de l’économie solidaire au Pará, qui était basée sur la nécessité de survivre sur le marché du travail local.

Il convient de mentionner que les actions publiques menées en 2000 avaient pour seul objectif de générer des emplois et des revenus, dans une tentative de mobilisation des chômeurs et de formalisation de l’économie informelle et de l’économie populaire, à travers des programmes et des projets liés à la promotion de l’entrepreneuriat . A cette époque, ES se présentait indirectement. Cependant, c’était le moment opportun pour la diffusion de l’économie solidaire dans l’État du Pará, compte tenu de l’organisation successive d’événements impliquant plusieurs travailleurs, dont le but n’était pas exclusivement de générer du travail et des revenus, mais la recherche d’une amélioration des conditions de vie. , basée sur les concepts de collectivité et de solidarité, à travers l’interaction du mouvement des entrepreneurs populaires.

Dans ce contexte, l’économie solidaire prenait forme dans l’État du Pará, où les travailleurs de l’économie populaire ont commencé à créer des entreprises basées sur les principes de coopérativisme, de réciprocité et de démocratie, dans lesquelles tous les membres du groupe sont activement responsables de gérer l’entreprise.

Un exemple concret de la performance d’ES à Pará est la mobilisation des travailleurs installés dans la zone commerciale d’Usina do Progresso – un espace situé dans le quartier de Reduto à Belém – contre la municipalité de Belém dans sa tentative de retirer les travailleurs de ce domaine, prévalant ainsi la garantie de travail.

Un autre exemple a été la participation de 150 travailleurs à la 1ère Rencontre des Entrepreneurs à Belém, qui a eu lieu en 2000, avec le soutien du Banco do Povo de Belém et de l’Agence de Développement Solidaire/ADS. L’événement est considéré comme important pour motiver ces fonctionnaires quant à l’importance des discours et des mobilisations de cette catégorie pour la résolution et une meilleure performance de leurs activités économiques. De cet événement est né le Forum des Entrepreneurs Populaires de Belém.

C’est dans ce scénario que l’on peut observer une évolution de l’économie solidaire du Pará, à travers les discussions de ces entrepreneurs, des projets ont été élaborés visant le renforcement économique et l’organisation de ces entreprises, qui ont abouti, en 2001, à la fourniture par Banco do Povo de nouvelles lignes de crédit plus adéquates et la disponibilité de plans de formation et de renforcement des capacités à travers le Plan National de Qualification des Travailleurs/PLANFOR – un plan qui faisait partie de la politique nationale de qualification professionnelle.

Un autre fait remarquable cette année-là a été la 1ère évaluation publique du Banco do Povo de Belém, dans laquelle il a été suggéré la création de forums pour le développement de la solidarité locale, par quartier ou groupes de quartiers, en incluant le thème dans les discussions, afin de renforcer l’économie solidaire.

L’année suivante, selon FPEPS (2005), 13 forums locaux ont été organisés, mobilisant environ deux mille entrepreneurs dans des réunions et des assemblées, pour la discussion avec les institutions qui promeuvent la réalité de l’économie locale et l’articulation des entrepreneurs eux-mêmes. La même année, le Conseil populaire de contrôle social est créé, avec pour objectif d’obtenir des partenariats pour améliorer le suivi des entreprises et la maturité de la gestion partagée, dans laquelle les entrepreneurs doivent remplir de manière responsable le rôle de sujet actif de la politique de microcrédit populaire. .

Dans la même année, plusieurs événements ont été promus par le PMB, parmi lesquels le Parcours de requalification dans la gestion des entreprises populaires, qui visait à renforcer l’économie populaire et a progressivement introduit des discours pour la construction d’entreprises solidaires ainsi que la réalisation de la solidarité économie. Au cours de ce voyage, des propositions pour la III Rencontre Brésilienne de l’Economie Solidaire ont été discutées et approuvées.

Lors de la IIIe Plénière nationale de l’économie solidaire, le Pará a été une référence dans les débats et dans la présentation de propositions pour la constitution de l’économie solidaire au Brésil. La IVe Plénière d’État de l’économie solidaire s’est concentrée sur des discussions sur des questions telles que la relation entre l’économie et la génération de travail et de revenus et la valorisation du travailleur. Un autre événement important dans l’histoire de l’économie solidaire du Pará a été la création du Forum des entrepreneurs populaires de l’État du Pará, formé de dirigeants et d’entreprises solidaires, pour discuter de leurs revendications.

Lorsque le thème ES est abordé dans les événements, on détecte la présence de coopérations, de conflits, de négociations et de tensions entre les agents des entreprises solidaires, créant un contexte apparemment paradoxal entre, d’une part, la recherche de la défense du collectif et, d’autre part, la manifestation spontanée de rapports de force en dispute pour l’espace. Cependant, malgré les différences de mentalité entre les entreprises solidaires, la volonté de coopération prévaut toujours.

En 2007, à la suite de la Ve Plénière métropolitaine d’économie solidaire, tenue en 2007106, l’économie solidaire a été définie au Pará comme un mouvement qui renforce la lutte, l’union et l’égalité sociale, à travers de nouvelles stratégies de développement social , économique et culturel, de générer du travail et des revenus, pour un commerce équitable et solidaire, rétablissant les relations de dignité.

Il convient de mentionner que les luttes du mouvement de l’économie solidaire au Pará, à certains moments, se déroulent de manière discontinue et pulvérisée, parfois même pour des problèmes personnels et individualisés, mais l’importance de cette “nouvelle” économie pour l’État est déjà concret, qui s’est concrétisé, en 2007, à partir de la création de la Direction de l’Economie Solidaire/DECOSOL, au sein du Secrétariat d’Etat au Travail, à l’Emploi et aux Revenus/SETER, formé par la fusion de plusieurs agents solidaires par forces et luttes pour la constitution du solidaire l’économie, dans le cadre du programme d’action du gouvernement.

Une action concrète du mouvement de solidarité dans l’État a été la soumission d’une proposition de loi d’État sur l’économie solidaire, qui a été discutée et révisée lors d’une réunion par des représentants d’entreprises solidaires, ainsi que des gestionnaires et des conseillers, qui composent la solidarité mouvement économique au Pará, comme le PITCPES. Une autre performance importante du mouvement solidaire du Pará s’est concrétisée lors du Forum social mondial/FSM, en 2009, à Belém, avec la présence de stands à la Foire nationale de l’économie solidaire, ainsi que des débats sur les domaines d’intérêt de la solidarité l’économie et la création d’abécédaires sur la monnaie sociale – Amazônida, organisé par le Groupe de Travail/GT Économie Solidaire, fondé en 2008 et composé d’entreprises solidaires, de représentants de l’État et d’organismes consultatifs, notamment le PITCPES.

Il convient de noter que malgré les avancées qu’a connues le mouvement de l’Economie Solidaire dans l’Etat, il existe encore un manque de clarification et de connaissance des concepts et de leurs principes par de nombreux agents engagés dans les entreprises solidaires, qui bien que s’identifiant à cette économie, ont des difficultés pour définir l’Economie Solidaire.

Ce fait est dû à deux constats : le premier est la non-participation de toutes les entreprises solidaires aux cours, ateliers, séminaires, réunions, séances plénières. Les entreprises n’apparaissent que lorsqu’elles obtiennent le soutien financier et logistique des organisateurs et conseillers d’événements, voire des politiques de promotion. Le second est l’absence ou le peu de formation et de qualification sur l’économie solidaire.

Selon l’Atlas de l’économie solidaire au Brésil (2005) il souligne que parmi les principales formes, régularisées, d’entreprises d’économie solidaire, les associations sont les plus représentatives avec le pourcentage de 52% de toutes les entreprises, suivies par les entreprises informelles avec 25% , coopératives avec 13% et autres formes d’expériences avec 9%[5]. Selon Miranda et al (2008), cartographiant ces projets, sur la base des données de la même agence, 44% sont situés en zone rurale, 37% en zone urbaine et 19% avec des opérations mixtes.

Dans l’État, certains défis doivent être surmontés pour que l’économie solidaire puisse être mise en œuvre sur tout le territoire du Pará. À titre d’exemple, il y a la création de stratégies efficaces pour la participation des entreprises solidaires situées à l’intérieur de l’État, basées sur un soutien financier et logistique pour venir aux événements dans la capitale, pour la formation de leurs agents à l’économie solidaire. Ces stratégies peuvent se concrétiser par la mise en place de forums régionaux et locaux.

Un facteur important serait le changement de culture par rapport au travail collectif, la confiance mutuelle, ainsi que la formation de dirigeants actifs dans les entreprises et la formation technique et professionnelle des travailleurs des entreprises. A cette fin, il est nécessaire que la formation à l’économie solidaire soit réalisée à travers des partenariats avec le mouvement de l’économie solidaire, en ce qui concerne la fourniture d’assistance technique et d’incitation au mouvement, ainsi que des conseillers de promotion, pour l’élaboration de projets qui aident de l’organisation des entreprises dans leurs infrastructures de production, de transformation et de commercialisation des produits, ainsi que des politiques publiques de soutien au transport et aux flux de production.

Parallèlement, il est nécessaire d’inclure, dans le marché des produits des entreprises solidaires, la création de politiques publiques et de politiques de microcrédit adaptées aux entreprises pour améliorer la qualité des produits de l’économie solidaire.

Un autre défi est centré sur la légalisation de l’économie solidaire au Pará, à travers l’approbation et la mise en œuvre de la loi étatique sur l’économie solidaire et son respect effectif, indépendamment de la gestion gouvernementale, car elle sera le cadre directeur des actions de l’économie solidaire. , qui visent la question de la durabilité environnementale, éducative et sanitaire dans les entreprises solidaires. Ce défi s’est déjà transformé en un exploit, l’élaboration et le débat de la loi visant à promouvoir l’économie populaire et solidaire dans l’État du Pará, étant considéré comme une avancée par rapport au cadre juridique de l’économie solidaire dans l’État.

Malgré les obstacles qui existent encore dans le mouvement d’économie solidaire au Pará, certaines réalisations peuvent déjà être soulignées, comme le soutien à la préparation, l’approbation et la mise en œuvre de projets destinés aux entreprises solidaires dans ses différents segments productifs. A titre d’exemple, il y a le Projet Centre de Formation à l’Economie Solidaire/CFES/SENAES/MTE, qui vise à qualifier tous les travailleurs, c’est-à-dire les cadres, les conseillers et les entrepreneurs solidaires. Ainsi que le cours de spécialisation en économie solidaire en Amazonie destiné aux diplômés, aux gestionnaires publics, aux représentants du mouvement de l’économie solidaire, c’est-à-dire aux travailleurs de l’économie solidaire ou aux personnes intéressées qui souhaitaient se spécialiser dans le sujet.

Une autre réalisation a été la création de DECOSOL/SETER[6], qui est encore en cours de structuration, pour la promotion de l’économie solidaire au Pará visant à créer des entreprises solidaires avec les jeunes du programme Bolsa Trabalho, à travers la formation/formation/qualification professionnelle destinés aux entreprises collectives et familiales.

Dans ce scénario, la tenue de foires nationales de l’économie solidaire se distingue, ainsi que la participation des entreprises du Pará à des foires et événements au niveau national, national et international, comme moyen de créer des stratégies pour renforcer l’économie solidaire dans le l’Etat, ainsi que l’avancement du mouvement à travers des débats et des propositions d’actions en faveur de l’économie solidaire. Liés à ces événements sont la tenue de conférences d’État et de sessions plénières et la participation de l’État du Pará au Conseil national de l’économie solidaire avec des conseils et de l’entrepreneuriat.

Dans ce contexte de défis et de réalisations, le mouvement de l’économie solidaire a encore besoin de conquérir de nouveaux espaces, de renforcer ses luttes et ses actions pour une réelle participation au champ social, politique et culturel de l’État du Pará, dans lequel la solidarité et la solidarité prévalent toujours. la coopération.

2.1.4 L’ÉCONOMIE DU TRAVAIL ET L’ÉCONOMIE SOLIDAIRE

Conceptuellement, Coraggio (2000) définit l’économie du travail comme une économie sociale qui se concentre sur la création du bien collectif et non sur l’intérêt individuel des individus, un facteur prédominant dans l’économie capitaliste. Selon Coraggio (2000), cette économie est basée sur des activités domestiques, telles que le nettoyage, la cuisine, la confection de vêtements, activités qui sont consommées par des unités familiales sans passer par le marché, en envisageant un ensemble d’activités, y compris les coopératives.

Cette économie a son interaction avec l’économie solidaire, telle qu’elle se développe en raison du manque de capacité de la structure capitaliste à insérer une partie des travailleurs sur le marché du travail, ainsi que de la limitation des politiques publiques compensatoires par rapport au chômage et à la précarité. conditions de travail, ce qui provoque une réaction de la population exclue à rechercher des formes de subsistance dans les entreprises domestiques pour assurer la reproduction d’une vie prolongée, qui consiste à améliorer la qualité de vie sur la base du développement des capacités et des opportunités sociales des personnes.

Une autre interaction entre ces économies se matérialise dans le concept d’entreprise sociale, qui consiste en des établissements qui non seulement produisent des biens, mais qui produisent du « social » et valorisent la « personne », contrairement à la dévalorisation du mode de production capitaliste.

3. MÉTHODOLOGIE

Cette recherche s’est déroulée en deux temps. Dans un premier temps et tout au long du processus d’investigation, des matériaux théoriques ont été recherchés pour étayer le thème abordé, à travers une revue bibliographique. Par la suite, avec la réalisation de la recherche participative et des études de cas, en tant que mécanisme de collecte et de traitement des informations recueillies auprès des administrateurs et des membres de la coopérative, sur les coopératives sélectionnées: Cooperativa de Catadores de Material Recicláveis ​​​​da Terra Firme (CONCAVES) et Cooperativa dos Trabalhadores do Terra Firme, Aura (COOTPA).

La recherche participative se produit avec la participation de chercheurs dans des relations de communication avec des personnes ou des groupes dans la situation étudiée. Cette méthodologie vise à faire accepter les chercheurs par les personnes ou les groupes recherchés. La participation des chercheurs consiste en la recherche d’identification du chercheur avec les valeurs et les comportements du groupe. L’étude de cas, quant à elle, consiste en l’étude approfondie et exhaustive d’un ou de quelques objets, permettant sa connaissance large et détaillée (GIL, 2007).

Concernant les objectifs de recherche, les auteurs les classent comme exploratoires et descriptifs, avec une approche qualitative, car dans la recherche qualitative, le chercheur s’intéresse plus au processus qu’aux résultats, examine les données de manière intuitive et privilégie le sens. Ces données sont complexes à traiter statistiquement et les questions à investiguer ne sont pas établies par l’opérationnalisation de variables, étant formulées dans l’objectif d’investiguer les phénomènes dans toute leur complexité et dans un contexte naturel (BODGAN ; BIKLEN, 1994, p. 16 cité) par BOAVENTURA, 2004, p. 56-57).

La recherche sur le terrain avec les coopératives a pris la forme de visites techniques dans les installations des coopératives, d’entretiens avec les administrateurs pour vérifier le processus de gestion et la relation avec les politiques publiques, ainsi que des dialogues et l’application de questionnaires avec les membres de la coopérative pour l’identification des professionnels et l’histoire personnelle, pour évaluer l’orientation de la gestion, l’évaluation de la relation avec l’administration publique municipale, l’enquête sur les conditions de travail, thèmes centraux de cette thèse.

Initialement, en mai 2012, l’objectif était de réaliser une recherche exploratoire auprès des coopératives analysées pour demander l’autorisation de développer la recherche, le maintien d’un premier contact et l’identification des aspects directeurs de la recherche, tels que l’histoire de la coopératives, le nombre de coopérateurs, la régularité juridique et l’identification des administrateurs et des coopérateurs.

Les informations recueillies à travers les entretiens, l’observation directe à consigner dans un journal de terrain et la documentation fournie, ainsi que les données secondaires, ont été transformées en éléments essentiels pour répondre aux objectifs de la recherche.

4. ANALYSE DES DONNÉES

4.1 ANALYSE COMPARATIVE DES EXPÉRIENCES DU CONCAVES ET DU COOTPA : DIRECTION DES DÉCHETS SOLIDES (DRS) ET GESTION PUBLIQUE DES DÉCHETS SOLIDES À BELÉM

Démarrage du processus de recherche sur le terrain, il a été réalisé avec la DRS et a eu lieu le 28/02/2013, l’entretien avec Mme. Elvira Pinheiro de Oliveira, coordinatrice des projets sociaux et de l’éducation environnementale.

La gestion des déchets solides de Belém est développée par le service municipal d’assainissement, le DRS étant responsable de tous les plans et actions de nettoyage urbain et de gestion des déchets solides à Belém, parmi ces attributions, nous soulignons le nettoyage des voies publiques, le désherbage , le nettoyage des canaux , caniveaux, éducation environnementale et collecte sélective.

La politique des déchets solides de Belém concentre son action liée à Rede Recicla Pará (RRP)[7] et à l’Association des collecteurs de la collecte sélective de Belém (ACCSB)[8], qui dispose actuellement d’un hangar fourni par la mairie situé sur le canal São Joaquim , dans le quartier de Val de Cans. Tous les matériaux recyclables, tels que le papier, le plastique, l’aluminium, doivent être apportés au cabanon. Ce matériau est ramassé dans les rues, et qui, s’il n’était pas la bonne destination, pourrait devenir un déchet, générant des impacts environnementaux. Mais après analyse et tri, tout doit être recyclé.

Dans ce scénario, la Mairie a un plan d’action spécifique : premièrement, elle est responsable du développement du travail d’éducation environnementale dans les quartiers de Belém, pour ensuite procéder à l’activité effective de collecte sélective. Ce n’est qu’après avoir appliqué ces procédures que le collecteur entre dans le processus de collecte sélective pour collecter les déchets solides. Dans un premier temps, le DRS accompagne le collecteur dans la collecte des ménages afin de guider la collecte correcte et efficace, afin qu’il puisse ensuite poursuivre ses activités de manière autonome, visant l’autogestion des coopératives.

La première phase de la politique des déchets solides qui est en cours, qui est l’éducation environnementale menée en porte-à-porte avec les habitants de Belém, en vue de souligner l’importance de la collecte sélective et comment elle doit être effectuée. Cette phase a été réalisée dans les districts d’Umarizal, Nazaré, Marambaia, Pedreira et Souza. Actuellement, il s’étend aux projets de logements Providência, Promorar et Paraíso dos Pássaros.

En ce qui concerne le processus de promotion et d’encouragement à la création de Coopératives chargées de la collecte sélective, celui-ci est inexistant dans la politique municipale actuelle, étant donné que le seul soutien mis à disposition par la Mairie aux coopératives existantes est lié au besoin de logistique accompagnement La DRS dispose de 06 (six) camions de collecte qui sont disponibles en prêt aux coopératives dûment immatriculées et régularisées. Lors de l’affectation des véhicules, une surveillance par un inspecteur municipal est nécessaire pour éviter que le camion ne soit détourné vers d’autres activités que la collecte sélective.

Selon la personne interrogée, le premier projet efficace développé par la municipalité pour la collecte sélective à Belém a eu lieu en 2004 avec la figure du poste de livraison volontaire, qui n’a pas réussi pour plusieurs raisons, notamment le manque d’engagement des entreprises et des habitants dans la réalisation la séparation des déchets organiques et recyclables et non recyclables, ce qui rendait la sélectivité difficile, en plus de l’action de vandales qui ont cassé les poubelles de collecte sélective installées par la Mairie.

Compte tenu de cette réalité, la politique a été remplacée par la proposition actuelle d’éducation environnementale et de collecte en porte-à-porte, avec la distribution, en 2007, de 60 chariots metalon aux collecteurs et coopératives liés à la mairie par Rede Recicla Pará et Associação de Catadores da Coleta Seletiva de Belém, dont 50% sont déjà détériorés.

Interrogée sur les difficultés existantes pour l’application effective de la collecte sélective à Belém, le manque d’engagement de la part de la population qui n’est pas consciente de l’importance du traitement et de la destination des déchets solides, et la non-coopération dans la réalisation de la collecte sélective à domicile, a été mise en évidence, ce qui finit par compromettre le travail des collecteurs, même après la visite des agents d’éducation à l’environnement de la mairie.

Une autre difficulté pointée est liée à l’infrastructure logistique du département, qui dispose de peu de camions pour une collecte sélective efficace – six comme déjà signalé – et lorsqu’il y a un besoin de maintenance dans l’un d’entre eux en raison de pannes mécaniques, cela finit par interrompre la collecte sélective. dans le tronçon desservi par celui-ci. Il faut aussi plus de hangars pour recevoir les matériaux collectés, pour effectuer le tri et l’élimination des déchets recyclables, idéalement en avoir un dans chaque quartier et non un seul pour recevoir tous les déchets comme c’est le cas actuellement.

Avec le changement de gestionnaire public en 2013, le DRS espère que la nouvelle administration ajoutera des politiques et des moyens pour l’activité de collecte sélective à Belém. Elle souligne que les premières activités liées à la restructuration des politiques liées au traitement des déchets ont déjà commencé, portées par le projet de 100 jours, intitulé « Prends soin de Belém, prends soin de toi aussi », qui vise à nettoyer, en premier lieu, les quartiers de Belém et conduire à un environnement éducatif efficace pour les habitants de Belém. Ensuite, il sera nécessaire de mettre en œuvre une politique efficace des déchets solides à Belém, avec la création d’un plan efficace de gestion des déchets solides, avec ses propres ressources, afin de permettre l’intégration avec d’autres municipalités de l’État du Pará.

Enfin, il a souligné qu’actuellement la politique des déchets solides à Belém est encore au stade de la planification, mais avec le changement de l’administration publique municipale, l’objectif est de mettre en œuvre une politique efficace, avec la réalisation de la collecte sélective dans tous les quartiers de Belém, avec l’alternance de la collecte sélective des déchets non recyclables, sur des jours différents, dont le premier serait destiné aux centres de tri de chaque quartier, où ils seraient traités et éliminés par des coopératives et ainsi l’application effective des consignes et la législation nationale sur les déchets solides.

4.2 CONCAVES : DE LA COLLECTE SÉLECTIVE À LA CONSCIENCE ENVIRONNEMENTALE

Pour analyser la réalité du CONCAVES, une enquête a d’abord été menée auprès de l’actuel président de la Coopérative. M. Jonas de Jesus Fernandez da Silva, qui en est à son deuxième mandat, chacun avec 4 ans, a commencé en 2006 et s’est terminé en 2014.

La CONCAVES a commencé ses activités en 2004, cependant sa régularisation effective a eu lieu en 2005, avec la participation de 13 coopérateurs, et actuellement, elle a atteint le nombre de 31 coopérateurs, soit 27 femmes et 4 hommes. Son activité est centrée sur la collecte sélective et la vente en porte-à-porte de plastique, aluminium, carton, bouteilles en pet et cuivre. De nature totalement privée, l’idée de constituer la coopérative est venue des coopérateurs eux-mêmes, sans intervention ni encouragement de la puissance publique.

Tous les collecteurs qui travaillent à la Coopérative sont considérés comme des membres de la coopérative et n’ont aucune relation avec les collecteurs individuels ; cependant, il existe un projet d’expansion des performances de la coopérative, à partir du moment où le gouvernement met en œuvre la mise en œuvre de la collecte sélective à Pará, plus précisément dans la région métropolitaine de Belém, avec la signature du contrat d’ajustement de conduite (TAC).

La routine de marketing et de rémunération est basée sur la productivité hebdomadaire. Pendant la semaine, des ventes combinées et alternées sont effectuées, c’est-à-dire que pendant la semaine, le papier/carton est vendu, suivi de la vente de plastique ; puis du cuivre entrecoupé de bouteilles en PET.

Les concaves doivent également supporter ses dépenses fixes, à savoir, l’eau, l’électricité, le carburant pour le camion, l’IPTU de la propriété du siège et le hangar qui lui ont été attribués par un proche de l’actuel président, en plus des dépenses en fournitures de bureau.

La proposition de rémunération dépend de la performance et du dévouement hebdomadaire de chaque membre, générant une moyenne de 70,00 R$ à 120,00 R$ par semaine, avec un volume compris entre 08 et 10 tonnes, payé après le calcul des revenus et dépenses hebdomadaires, cependant, le objectif d’une rémunération hebdomadaire de R$ 150,00 est recherché. Pour cela, il est nécessaire d’améliorer les infrastructures et d’augmenter le volume de la collecte sélective à 15 tonnes.

Chaque Coopérer reçoit des valeurs différentes, basées sur la fréquence et la performance dans l’exécution des activités, qui doivent être évaluées lors de la réunion de groupe qui a lieu le samedi.

Lorsqu’on leur a demandé si la coopérative offrait d’autres avantages en dehors de la rémunération, l’ordinateur de la coopérative a été mis à disposition pour naviguer sur Internet et une allocation pour les membres qui tombent malades et incapables de travailler pendant une semaine.

Quant aux formations, elles sont réalisées dans le cadre d’une convention avec des institutions, comme le Projet Cataforte[9] ; OACB et Cempre (Business Commitment to Recycling)[10].

Dans la réalisation des activités de collecte sélective, des équipements de protection individuelle (EPI) sont utilisés, qui ont été donnés à la Coopérative par le biais du Projet Socio-Productif développé par l’ONG Coca-Cola, tels que : gants, bottes, masques, uniformes, lunettes , chapeaux et crème solaire.

La journée de travail est de 8 heures par semaine du lundi au vendredi, de 8h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00, et le samedi de 8h00 à 12h00, en quelles réunions sont tenues pour la reddition de comptes, le paiement hebdomadaire et la planification des activités pour la semaine suivante, en plus de la division et de la répartition des tâches. Exceptionnellement, les membres de la coopérative se réunissent le dimanche, mais uniquement lorsqu’il y a un besoin d’animations et de collecte de matériel supplémentaire.

En plus des réunions hebdomadaires qui ont lieu le samedi, des réunions sont organisées, avec reconnaissance de l’ATA tous les 02 ans, pour discuter des attentes et des projets pour l’avenir de CONCAVES, ainsi que la délibération pour accueillir de nouveaux membres.

Le matériel collecté est obtenu principalement par la collecte porte-à-porte, avec le soutien et la collaboration des résidents du quartier Terma Firma, et par le biais d’accords et de contrats avec des institutions publiques et privées, à savoir, UFPA, Banco da Amazônia, Instituto Evandro Chagas, Caixa Econômica Federal, Companhia das Docas do Pará, SEAD, Banpará et Iterpa.

La division du travail entre les membres de la coopérative se fait également et par une rotation des activités, selon l’état physique du membre de la coopérative et le volume de travail, étant la répartition comme suit : 1) 02 membres de la coopérative restent au bureau dans le secteur administratif , pour répondre au téléphone, recevoir des personnes et des propositions de partenariats, en plus de mettre à jour les informations sur le site internet et facebook de la coopérative ; 2) 04 partent dans le camion pour la collecte chez les partenaires et institutions partenaires ; et 3) les autres restent dans le hangar pour effectuer des tâches de collecte, de tri et d’élimination du matériel.

La principale source de conflits existants est liée à la faible rémunération obtenue avec le travail développé, en plus du mécontentement de certains membres de la coopérative qui ne sont pas aussi engagés et ne comprennent toujours pas le sens du travail collectif et que la coopérative appartient à toutes les coopératives. membres.

La principale difficulté rencontrée est le manque de reconnaissance de l’importance du travail développé par la coopérative – la collecte des déchets solides -, en tant qu’agent de protection de l’environnement, ainsi que le manque d’une structure physique et efficace pour la mise en œuvre des politiques publiques visant à le travail du collectionneur.

Les perspectives et les défis pour l’avenir sont liés aux nouveaux efforts du nouveau maire de Belém, qui a tenu une réunion avec CONCAVES et donne la priorité à l’activité de nettoyage et d’élimination des déchets solides à Belém. Bien qu’ils soient tous légalisés et réglementés, il n’y a toujours pas de ligne de financement disponible, cependant il y a une analyse sur la possibilité d’obtenir un prêt pour améliorer la structure physique et l’achat d’équipement qui maximise les activités développées, car ils n’ont actuellement qu’un balance et un camion qui ont été fournis par SEDES, un facteur qui limite la productivité.

Une autre perspective est la signature d’un projet avec la Fundação do Banco do Brasil, dans lequel trois conteneurs et 01 véhicule seront donnés à CONCAVES pour le développement de ses activités.

Quant à l’histoire de la coopérative, les 13 coopérateurs qui ont fondé CONCAVES étaient des collectionneurs avant la formalisation de la coopérative. Après le succès collectif et la visibilité de CONCAVES dans le quartier où ils opèrent, d’autres membres ont rejoint la coopérative, même s’ils n’avaient jamais travaillé comme récupérateurs auparavant, soit en raison d’un besoin financier, soit d’un manque d’options sur le marché du travail.

Comme principale difficulté rencontrée par la coopérative dans le processus de formation, le coût élevé de la régularisation et de la bureaucratie a été souligné, ainsi que la faible compréhension de l’importance et de la reconnaissance du travail du collecteur.

Au fil du temps, il y a eu des changements significatifs dans le travail développé par CONCAVES, basé sur le soutien de la population de Terra Firma, qui, après plusieurs travaux de sensibilisation à l’environnement et à l’importance de la collecte sélective, réalisés par la Coopérative elle-même, a commencé pour trier les ordures ménagères. , facilitant le travail des ramasseurs. En plus de ces facteurs, il a été possible de vérifier que l’exécution d’une entente et de contrats avec des organismes et institutions publics et privés pour la collecte de matières recyclées a contribué à augmenter la productivité de la coopérative.

Dans le processus de production, il existe deux goulots d’étranglement ; le premier lié à la non-exécution de la collecte sélective par la population générale qui mélange les déchets organiques avec des matières recyclables et non recyclables et ; le manque de structure logistique, représenté par le manque de plus de camions et d’équipements pour collecter une plus grande quantité de déchets solides et la faible valeur reçue de la vente de matériaux recyclés qui finit par ne pas rémunérer adéquatement le collecteur pour le travail effectué.

Une autre difficulté rencontrée est le manque d’appui des pouvoirs publics, notamment de la DRS, qui est le secteur responsable de la gestion des déchets solides à Belém.

Analysant le premier aspect de la recherche, concernant la réalisation de l’autonomie administrative et opérationnelle des coopératives par rapport à la gestion publique, CONCAVES a commencé ses activités à l’initiative des membres de la coopérative eux-mêmes sans ingérence du gouvernement et tout au long de sa trajectoire, il est resté indépendant de les interventions des agences gouvernementales pour maintenir leurs activités.

Passant à l’analyse de la trajectoire de la qualité de vie des travailleurs, et considérant que les membres de la coopérative tout au long de la trajectoire de la coopérative, il y a eu une amélioration de la qualité de vie concernant l’aspect de la reconnaissance dans le milieu de travail et une alternative au revenu revenu, compte tenu de la pénurie de postes vacants sur le marché du travail.

En fait, la plupart des membres n’avaient pas d’emploi formel avant de rejoindre la coopérative, à l’exception d’un membre.

Dans la trajectoire de CONCAVES, tous ses membres ont choisi de faire partie de la coopérative, à la fois à l’invitation du président actuel, Jonas, et de leur propre initiative ; La grande majorité se sent motivée et satisfaite de son travail, car l’importance du travail de collecte sélective pour l’avenir et les changements économiques et systématiques qui ont eu lieu dans cette activité sont transmis à tous.

Un fait important à noter est que la plupart des membres de la coopérative ont étudié jusqu’à la fin du secondaire ou sont encore aux études, ils visent donc à étudier à un niveau supérieur dans le domaine de l’environnement pour utiliser les connaissances acquises dans leur milieu de travail.

Sur le plan économique, le salaire moyen n’atteint pas un salaire minimum pour chaque membre, un facteur qui décourage parfois certains travailleurs de rechercher des professions intermédiaires pour compléter les principaux revenus tirés de la coopérative, comme les services de manucure, les assistants graphiques, la vente par catalogue, entre autres.

Avec les faibles revenus tirés du travail du membre de la coopérative, la rémunération ne peut couvrir que les dépenses de base : eau, électricité, transport, dans certains cas elle a permis l’acquisition d’appareils électroménagers, comme un mixeur et la télévision. Aucun des membres de la coopérative n’a de compte bancaire ou de crédit dans la ville, sous forme de carte de crédit, sauf dans les cas où ils ont une carte Yamada.

Considérant que les membres de la coopérative sont des résidents du quartier où CONCAVES a son siège social, la plupart se rendent au travail à pied ou à vélo. Quant au logement, il y a une partie des membres de la coopérative qui ont leur propre maison et d’autres qui vivent avec des parents ; cependant, la plupart vivent dans des maisons louées.

La participation à des cours, des conférences et des séminaires a été organisée par tous lors de leur adhésion à la coopérative et chaque fois que de nouveaux cours étaient possibles. Cependant, peu ont suivi les cours professionnels.

En ce qui concerne le processus décisionnel, les réponses ont été unanimes, chaque décision sur les activités et les décisions est prise collectivement. Le président recueille les possibilités et les partenariats à signer, discute avec les coopérateurs et répartit les tâches et actions à mener, avec l’accord de tous, dans les décisions hebdomadaires prises le samedi.

Lors de l’enquête sur les difficultés rencontrées pour maintenir la coopérative, le manque d’infrastructures et d’équipements a été mis en évidence, suivi de la faible rémunération mensuelle prélevée sur le travail. Un autre élément mis en évidence est le faible engagement de la gestion publique dans l’activité de collecte sélective, qui finit par devenir un obstacle à la réalisation de cette activité au lieu d’aider et de soutenir les coopératives de collecteurs de déchets solides.

Quant à l’évaluation de l’administration actuelle, elle est considérée par les coopérateurs comme « claire, transparente, et intègre chacun dans la coopérative » (sic). Et l’actuel candidat présente les caractéristiques d’un bon administrateur, jugé par les coopérateurs : « avoir du leadership, de l’autorité, de la clarté dans la répartition des tâches et de la partie financière de la coopérative et une ligne de commandement » (sic). Quant à l’évaluation du travail et des coopérateurs, l’appréciation générale est que « ce sont de bons coopérateurs et que l’amélioration doit être basée sur un plus grand engagement, avec une plus grande collectivité dans le développement des activités et en appréciant ce qu’ils font pour valoriser le métier de collectionneur » (sic).

En perspective pour la coopérative, ils visent : « une meilleure infrastructure, un soutien efficace de la gestion publique et une augmentation de la rémunération obtenue » (sic).

Contrairement au CONCAVES, COOTA, dans son processus de constitution, en 2001, a été induit par la gestion publique municipale, dans le gouvernement d’Edmilson Rodrigues. Initialement formés par 32 collecteurs distincts qui travaillaient directement avec la collecte sélective et la vente de matériaux recyclés collectés dans la décharge d’Aurá, ils ont reçu la proposition de créer une coopérative de collecte sélective visant à améliorer le développement des activités des collecteurs.

Initialement, grâce à l’accord signé entre la mairie et la Coopérative, une balance a été installée à l’intérieur de l’Aurá, dans laquelle 10% de la valeur de tout le matériel qui quitte la décharge était destiné à COOTPA. Un hangar, du matériel – presse et convoyeur – et des véhicules – grue et camion ont également été mis à disposition. Cependant, avec le changement de gouvernement, l’accord a été annulé et la coopérative a été retirée d’Aurá, devant abandonner tout l’équipement et les véhicules. Dès lors, COOTPA a perdu sa motivation et son lien avec le pouvoir public, déplaçant son siège social sur un terrain appartenant à l’ancien président, Mara.

La plus grande difficulté présentée par la Coopérative était la discontinuité administrative, les deux premières administrations, de 2001 à 2004 – Jairo Ramos et 2005 à 2012 – Mara Suely Martins, étaient très instables et marquées par des conflits internes et nuisibles à la Coopérative, qui a presque pris fin ses activités en 2012, lorsque, par le biais de l’Assemblée générale, les 22 membres restants et actuellement liés à la coopérative, se sont réunis et ont décidé de retirer l’administration de la coopérative à la présidente de l’époque Mara et d’élire un nouveau conseil d’administration, présidé jusqu’à aujourd’hui par Maria Fernanda Leal Ribeiro.

Après le déménagement du siège de COOTPA de l’intérieur d’Aurá, quatre sont allés au siège: 1) hangar à nova vida, en 2008; 2) l’arrière-cour de la maison de l’ancien président, Mara, et 3) le dernier et actuel hangar loué dans la communauté Fazendinha, dans le quartier de Terra Firma, qui, en raison de l’ajustement du loyer qui aura lieu en 2013, envisage la possibilité de déplacement de l’espace physique.

Travaillant dans la collecte, le tri et la vente de produits recyclés – plastique, aluminium, pet, carton, pet, fer et cuivre – qui sont triés et conditionnés pour une vente hebdomadaire. En plus des 22 membres de la coopérative, 13 femmes et 9 hommes, COOTPA a également actuellement le soutien de collecteurs indépendants qui travaillent en lien avec la coopérative et leur rémunération est équivalente aux jours travaillés et au volume de matériel collecté et disponible à la vente.

La structure de production actuelle est réalisée, via la collecte porte-à-porte dans le quartier Águas Lindas et grâce à un partenariat entretenu avec des organismes publics, via un contrat de six mois, à savoir, UFPA, Ministère public, Banco do Brasil, Instituto Evandro Chagas , Banco da Amazônia et Caixa Econômica, avec une journée de travail hebdomadaire, du lundi au vendredi de 7h30 à 12h30, avec des horaires de travail l’après-midi et le samedi, lorsqu’une recherche de matériel est prévue auprès d’un partenaire. La plupart des contrats avec les organismes publics sont partagés avec la CONCAVES, dans laquelle la collecte du matériel est répartie mois par mois entre les coopératives.

Le travail est effectué avec une protection adéquate par des équipements de protection individuelle, tels que des gants, des bottes, des masques, des uniformes, des lunettes, des chapeaux et de la crème solaire, reçus grâce aux dons de l’ONG Coca-Cola. Cependant, malgré ces équipements en stock, tout le monde ne les utilise pas.

Les décisions et la reddition de comptes sont effectuées tous les quinze jours, de manière claire et transparente, dans lesquelles toutes les notes et notes de dépenses sont présentées et confortées par les revenus, générant un excédent qui est réparti également entre les membres de la coopérative. Les ventes du volume collecté sont effectuées tous les quinze jours.

Les tâches sont réparties également, dans lesquelles des équipes de trois membres de la coopérative sont constituées, 1) une équipe formée de trois membres de la coopérative, responsable de la collecte porte-à-porte dans des charrettes ; 2) une équipe de trois membres de la coopérative qui restent dans le hangar pour effectuer le tri des matières et 3) une équipe administrative qui se charge d’effectuer les négociations pour obtenir des partenariats et pour la vente des matières recyclées. Il y a rotation entre les équipes pour assurer l’équité dans l’exécution des tâches.

Une difficulté majeure rencontrée est le manque total d’équipement et de structure logistique, qui entraîne des coûts excessifs et absorbe la majeure partie des revenus de la Coopérative, à savoir : le loyer du hangar (R$ 400,00) ; location de camions pour le transport de matériaux recyclés (R$ 250,00/jour), nourriture pour chevaux. Les charrettes utilisées sont empruntées, et la coopérative se charge de l’entretien et de l’alimentation des deux chevaux. Une autre difficulté est le manque d’accompagnement et de mise en œuvre de politiques publiques visant la collecte sélective, ce qui accroît la dévalorisation du travail développé par les collectionneurs.

Comme CONCAVES, en 2010, COOTPA a reçu en don un camion et une balance pour le développement de ses activités, cependant, en raison de problèmes administratifs et de conflits internes avec le dernier président, Mara, qui a utilisé le camion pour mener des activités de coopération supplémentaires, lorsqu’elle a été démise de ses fonctions, elle a rendu le camion à SEDES et est toujours en possession de la balance, dans laquelle COOTPA tente toujours de récupérer à la fois le camion et la balance.

Passant à l’analyse des aspects liés à la qualité et à l’amélioration des conditions de travail, la réalité trouvée dans CONCAVES est configurée de la même manière, de la main-d’œuvre qui, en raison de la rareté des postes vacants sur le marché du travail, a cherché dans l’activité de collecte sélective un moyen de subsistance , cependant la plupart des membres de la coopérative travaillaient déjà à l’intérieur de la décharge d’Aurá et avec l’organisation à travers la coopérative, ils ont eu une amélioration significative de la qualité de vie, par rapport à la réduction de l’exposition à la vie, compte tenu de l’environnement hostile qu’est l’Aurá.

Un facteur à souligner est le manque d’éducation des membres de la coopérative qui, pour la plupart, n’ont pas terminé l’école primaire et n’ont aucune perspective de retour aux études. Compte tenu de la dépense élevée qu’ils ont, la rémunération obtenue est inférieure à celle réalisée chez CONCAVES, cependant malgré cette réalité, les collectionneurs se disent plus heureux de gagner moins, mais pas exposés à l’hostilité et aux dangers d’Aurá.

En ce qui concerne les cours, les membres de la coopérative suivent des cours avec Cáritas Brasil, une institution avec laquelle ils ont un partenariat, ayant déjà suivi des cours sur l’importance de la collecte sélective, et chaque fois qu’ils en ont besoin, ils recourent à l’aide de l’OACB, pour mener à bien cours de comptabilité et d’administration.

Quant aux perspectives pour la Coopérative, ils estiment qu’avec la nouvelle législation et les préoccupations environnementales, le travail des coopératives de collecte sélective sera valorisé, permettant un meilleur rendement financier et la possibilité d’améliorer l’infrastructure physique du hangar et l’acquisition de des équipements et des matériaux qui facilitent et maximisent le travail effectué, créant ainsi une structure pour pouvoir agréger le plus grand nombre de collecteurs.

En raison des divers problèmes présentés par les anciennes administrations, dus aux conflits d’intérêts et au détournement de ressources et d’équipements, une unanimité a été identifiée quant au profil d’un bon directeur de coopérative à lier au caractère de transparence et au sens de la collectivité et de la fraternité avec d’autres ont coopéré. Considérant que la nouvelle administration s’achèvera encore un an et qu’elle a été mise en place par indication de tous les coopérateurs, elle a l’acceptation de tous et présente les caractéristiques nécessaires pour reconstruire COOTPA et défendre les intérêts de tous.

Lorsqu’on leur demande ce que signifie être un bon coopérateur, les principales caractéristiques relevées sont liées à 1) la persévérance, considérant que le travail de collecte sélective est ardu et finit par fragiliser la santé en raison d’une forte exposition aux bactéries et germes ; 2) l’union, car pour maintenir la coopérative, l’esprit collectif doit prévaloir par rapport à la volonté individuelle ; 3) la coopération, car elle nécessite une disponibilité pour mener à bien toute tâche qui doit être accomplie.

CONSIDÉRATIONS FINALES

Les changements socio-économiques qui ont eu lieu dans le monde ont entraîné une augmentation de l’informalité et du travail précaire. Une situation dans laquelle la plupart des travailleurs ne sont soumis à aucune occupation pour assurer leur survie, même si leurs droits sociaux ne sont pas respectés. Cependant, d’autres formes d’organisation du travail sont apparues comme une alternative à la génération de revenus.

L’économie solidaire est l’une de ces formes, s’affirmant comme un instrument d’inclusion sociale. C’est une manière différente de produire, d’acheter, de vendre et d’échanger ce qui est nécessaire pour vivre, sans avantage pour les deux parties à la négociation. Les activités d’économie solidaire s’opposent à la valorisation du travail basée sur le développement durable, c’est-à-dire la croissance économique en harmonie avec la protection de la nature.

Selon une enquête réalisée par l’association Compromisso Empresarial para Reciclagem (CEMPRE), malgré son importance pour le processus de recyclage, la collecte sélective n’existe que dans 443 villes brésiliennes (8% du total). Actuellement, plusieurs villes brésiliennes ont mis en place des programmes de collecte sélective. Ces collectes sélectives municipales suivent essentiellement les systèmes opérationnels : système de porte-à-porte et système de livraison volontaire.

À Belém, la gestion du nettoyage urbain est typiquement Municipale, gérée par le Département de l’Assainissement de la Commune de Belém-SESAN, par le biais de son Département des Déchets Solides – DRES, qui est responsable de l’opérationnalisation des activités liées à la collecte et à l’élimination des des ordures. Il est à noter que, comme le prévoit le PNRS, ces activités doivent être traitées de manière intégrée et faire partie d’un Schéma Directeur d’Assainissement et d’Environnement de la Commune de Belém.

Sur la base des recherches menées avec la DRS, elle a détecté l’inexistence d’une gestion efficace des déchets solides et l’absence d’appui et d’encouragement à la création de coopératives axées sur les activités de collecte sélective. Actuellement, le seul projet visant la collecte sélective vise l’éducation à l’environnement pour guider les habitants et ensuite la mise en œuvre effective de la collecte sélective.

En se concentrant sur l’objectif de l’enquête, après les recherches sur le terrain effectuées, il a été identifié qu’en ce qui concerne la trajectoire de la qualité de vie des travailleurs associés aux deux coopératives, il y a eu une amélioration, car avec le développement du travail collectif dans les coopératives, de nombreux collecteurs qui vivaient ont développé leurs activités à la décharge d’Aurá ont obtenu une réduction significative de l’exposition de la vie, compte tenu de l’environnement hostile.

Il faut noter que malgré la relative diminution de la précarité des conditions de travail par rapport à avant d’entrer dans les coopératives, on est encore loin de la perspective souhaitée par les coopératives, ceci est dû au manque d’accompagnement et de respect de la législation concernant la sélection sélective activité de collecte par les coopératives de la gestion publique municipale de Belém.

En ce qui concerne la recherche de la réalisation de l’autonomie administrative et opérationnelle des coopératives en matière de gestion publique à tous les niveaux, il est à noter qu’en raison du non-respect et du manque de politiques publiques et d’une gestion efficace des déchets solides à Belém, les coopératives étudiées ont la pleine autonomie sur les actions et les délibérations de ses activités, cependant, en particulier la COOTPA, considérant qu’elle a été constituée par le pouvoir public municipal, est encore à un stade où l’intervention du gouvernement est nécessaire.

Un point pour souligner le facteur CONCAVES est la présence de connaissances et d’instructions de la part de ses membres, qui connaissent la législation qui régit le coopérativisme au Brésil, en particulier dans l’État du Pará, et sur l’état des actions se référant à la sélection collecte des déchets solides au niveau national, et les questions liées au processus logistique, telles que la logistique inversée et l’importance de maintenir des partenariats avec les entreprises, ce qui leur donne un avantage comparatif par rapport à COOTPA.

Il convient également de mentionner la présence de CONCAVES dans les réseaux sociaux, ayant sa propre page, blog, à savoir < http://concaves.blogspot.com.br/ > et profil sur facebook, ce qui augmente sa visibilité et aide à obtenir des partenaires.

RÉFÉRENCES

ABNT. Associação Brasileira de Normas Técnicas. Disponível em: <http://www.abnt.org.br> Acesso em: 15 de abril de 2010.

ADRIANO, P. L. Educar para a autogestão: uma nova metodologia e seus desafios. In: RI, N. M. D. Trabalho associado, economia solidária e mudança social na América Latina. Marília: Cultura acadêmica , 2010. 276p.

ALVES, Giovanni. Trabalho e subjetividade. São Paulo: Boitempo, 2011. 168p.

ALVES, Giovanni. O novo (e precário) mundo do trabalho: reestruturação produtiva e crise do sindicalismo. 1ª. ed. – São Paulo: Boitempo Editorial, 2000.

ANTUNES, R. Adeus ao trabalho?: ensaio sobre as metamorfoses e a centralidade do mundo do trabalho. São Paulo: Cortez; Campinas: Editora da Universidade de Campinas, 2000.

BOAVENTURA, Edivaldo M. Metodologia da pesquisa: monografia, dissertação, tese. São Paulo: Atlas, 2004.

IBGE – Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística. Disponível em: <http://www.ibge.gov.br/cidadesat/topwindow.htm?1>. Acesso em: 28 mar. 2009.

BRASIL. Ministério da Agricultura, Pecuária e Abastecimento. Evolução do cooperativismo no Brasil: DENACOOP em ação. Ministério da Agricultura, Pecuária e Abastecimento. Brasília: MAPA, 2006.

BRASIL, M. S. A produção social das utopias: uma análise a partir da economia solidária / Manuela Salau Brasil. – Curitiba, 2011. 282 f.

CORAGGIO, J. L. (2000), “Da economia dos setores populares á economia do trabalho”, in Gabriel Kraychete, Francisco Lara e Beatriz Costa (orgs). Economia dos setores populares: entre a realidade e a utopia. Petrópolis, Rio de Janeiro, Vozes.

CNPQ. Diretório dos Grupos de Pesquisa no Brasil. Identificação COOTPA. Disponível em: <http://dgp.cnpq.br/buscaoperacional/detalheempresa. jsp?id=0044605TBNQ68D&cnpj=05273609000158&codInst=J5IN00000005>. Acesso em 25 maio 2012.

DAL RI, N. M .Trabalho associado, economia solidária e mudança social na América Latina. Marília: Cultura acadêmica , 2010.

EID, F.; PIMENTEL, A. E. B.; SEVERINO, M. R.; CHIARIELLO, C. L. Cadeias produtivas em assentamentos de reforma agrária. In: DAL RI, N. M, (organizadora).Trabalho associado, economia solidária e mudança social na América Latina. Marília: Cultura acadêmica , 2010. 276p.

EID, F.; LAFORGA, G.; LIMA, A. M. Implantação da coleta seletiva: um estudo de caso no município de Tangará da Serra-MT. 2010.

FRANÇA FILHO, G. C. Terceiro setor, economia social, economia solidária e economia popular: traçando fronteiras conceituais. Bahia Análise & Dados. Salvador: v.12, n.1, p.9-19, jun/ 2002.

GAIGER, L. I. A economia solidária diante do modo de produção capitalista.

GIL, Antonio Carlos, 1946 – Como elaborar projetos de pesquisa. 4ª Ed. – 10 reimpr. -São Paulo: Atlas, 2007.

IPEA – Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada. Relatório ambiental da região metropolitana de Belém. Belém, 1997.

LAVILLE, Jean-Louis. Economía social y solidaria: una visión europea. Buenos Aires: Altamira, 2004.

LEITE, M. P. A economia solidária e o trabalho associativo: teorias e realidades. Revista Brasileira de Ciências Sociais, vol. 24, n. 69, p. 31-51, fev.2009.

LIMA, A. M. Análise da transição do trabalho individual para o trabalho coletivo dos associados da COOPERTAN de Tangará da Serra-MT. 2010. 154 f. Dissertação de Mestrado apresentada ao programa de Pós-Graduação em Engenharia de Produção do Centro de Ciências Exatas e de Tecnologia. São Carlos. 2010.

MARX, K. O capital: crítica da economia política. São Paulo: Abril Cultural, 1983.

________. Manuscritos econômico-filosóficos. São Paulo: Martin Claret, 2002.

MIRANDA; N. C. A. Economia Solidária no Estado do Pará: tramas e desafios. 2009. 144 f. Trabalho de Conclusão de curso (Mestrado em Serviço Social). Instituto de Ciências Sociais Aplicadas. Belém, 2009.

MIRANDA; N. C. A. et al. Economia solidária na Amazônia: experiências nas áreas urbana e rural no Estado do Pará. In 19ª Conferência Mundial de Serviço Social. Salvador: Centro de Convenções, agosto, 2008.

OWEN, R. O livro do novo mundo moral. In: TEIXEIRA, A. Utópicos, heréticos e malditos: os precursores do pensamento social de nossa época. Rio de Janeiro: Record, 2002.

Secretaria Municipal de Saneamento. Serviços. Disponível em http://www.belem.pa.gov.br/app/c2ms/v/?id=11&conteudo=2735. Acessado em 28 de novembro de 2012.

_____________________________. Revisão do Plano Diretor do Município de Belém. Disponível em: http://www.belem.pa.gov.br/planodiretor/. Acessado em 28 de novembro de 2012.

SINGER, P. A recente ressurreição da economia solidária no Brasil. In: SANTOS, B. Produzir para viver: os caminhos da produção não capitalista. Rio de Janeiro: Civilização Brasileira, 2002.

________. I. A economia solidária no governo federal. Mercado de Trabalho, v. 24, p. 3, ago, 2004.

________. I. É possível levar o desenvolvimento a comunidades pobres? Texto para discussão. Brasília: SENAES, 2004.

TEIXEIRA, A. Utópicos, heréticos e malditos: os precursores do pensamento social de nossa época. Rio de Janeiro: Record, 2002.

WEBER, M. A ética protestante e o espírito do capitalismo. São Paulo: Martin Claret, 2003.

ANNEXE – NOTE DE BAS

5. Données SENAES/MTE, selon l’Atlas de l’économie solidaire au Brésil.

6. Secrétariat d’Etat au Travail, à l’Emploi et aux Revenus (Seter) / Direction de l’Economie Solidaire (Decosol).

7. Le RPP, créé le 07.06.2011, permet l’intégration de plusieurs coopératives et associations de collecteurs, avant que le réseau ne soit dispersé et chacun tente de garantir une place au sein du marché du recyclage et des politiques publiques du secteur. Le RPP regroupe désormais les coopératives et associations suivantes : COOTPA, COOCAPE, COOPROREM, CONCLIMA, CITOYENNETÉ POUR TOUS, ASSOCIATION DE CURUÇÁ, COOPÉRATIVE DE CASTANHAL, ARAL, ASSOCIATION DES NETTOYEURS DE DÉCHETS DE BELÉM, COOMARCA, ASSOCIATION DES COLLECTEURS DE DÉCHETS BENEVIDES, ASSOCIATION DES COLLECTIONNEURS DO MARAJÓ, COOPÉRATIVE ABAETETUBA, ASCAMARE et PROJET ACTION ET CITOYENNETÉ.

8. Association des Collecteurs de Collecte Sélective de Belém (ACCSB), active à Belém depuis 2002, responsable de la collecte des matières recyclables séparées par les résidents et les établissements commerciaux dans les quartiers d’Umarizal, Nazaré et une partie du Reduto. L’association porte le projet de Collecte Sélective Porte-à-Porte

9. Le projet Cataforte – Renforcer l’associativisme et le coopérativisme des collecteurs de matériaux recyclables a contribué à transformer la vie de milliers de collecteurs à travers le Brésil. Cataforte est le fruit d’un partenariat entre la Fundação do Banco do Brasil et le Secrétariat national à l’économie solidaire du ministère du Travail et de l’Emploi et implique la formation de 10 600 récupérateurs dans 17 États et le District fédéral.

10. Le Business Commitment to Recycling (Cempre) est une association à but non lucratif dédiée à la promotion du recyclage dans le cadre du concept de gestion intégrée des déchets. Fondée en 1992, Cempre est entretenue par des entreprises privées de différents secteurs. Cempre travaille à sensibiliser la société à l’importance de réduire, réutiliser et recycler les déchets à travers des publications, des recherches techniques, des séminaires et des bases de données. Les programmes de sensibilisation s’adressent principalement aux faiseurs d’opinion, tels que les maires, les chefs d’entreprise, les universitaires et les organisations non gouvernementales (ONG).

[1] Diplômé en administration des affaires de la Faculté de Belém-Fabel.

[2] Master en sciences de l’éducation de l’Universidad de Asuncion-UAA. Spécialiste en gestion des ressources humaines de Faculdade Faci. Diplômé en Administration du Commerce Extérieur du Centre Universitaire de Pará-CESUPA.

[3] Spécialiste en gestion financière et analyse des investissements de la Fundação Getúlio Vargas- FGV. Diplômée en Sciences Comptables de l’Université Fédérale du Pará – UFPA.

[4] Master en économie de l’Université fédérale du Pará – UFPA. Spécialiste en audit et contrôle par Faculdade Faci. Diplômé en Administration du Commerce Extérieur du Centre Universitaire de Pará-CESUPA.

Rate this post

Leave a Reply

Your email address will not be published.

DOWNLOAD PDF
RC: 113859
POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

Solicitar Registro DOI
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita
WeCreativez WhatsApp Support
Temos uma equipe de suporte avançado. Entre em contato conosco!
👋 Bonjour, Besoin d'aide pour soumettre un article scientifique?