Formation des entrepreneurs brésiliens : une analyse des propriétaires d’entreprises initiales et établies

0
19
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

ARTICLE D’EXAMEN

CARDOZO, Jorge Willian da Silva [1]

CARDOZO, Jorge Willian da Silva. Formation des entrepreneurs brésiliens : une analyse des propriétaires d’entreprises initiales et établies. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. 04 année, Ed. 10, vol. 10, p. 129-138. octobre 2019. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/administration-des-affaires/analyse-des-proprietaires

RÉSUMÉ

Le Brésil compte un grand nombre d’entrepreneurs qui ont les niveaux d’éducation les plus variés. Certains s’engagent par nécessité, tandis que d’autres pour une occasion observée. Il est vrai que la motivation de ces personnages n’est pas seulement marquée par leur niveau d’éducation, mais leur niveau de formation affecte leur façon de voir le monde. Le degré de formation de l’individu a une grande influence sur la gestion de l’entreprise et la proportion d’entrepreneurs à chaque niveau a changé au fil des ans. Comprendre le rôle de l’éducation dans le domaine de la gestion et ses conséquences fait l’objet d’une étude des entités gouvernementales et de la communauté universitaire. Le nombre d’entrepreneurs au Brésil a augmenté ces dernières années et le niveau d’éducation a également changé. Cette instance comprend le rôle et l’intérêt dû de l’Etat dans l’éducation obligatoire de la population entrepreneuriale, puisque les réflexions de ses actions ont un impact sur le succès des entreprises dans le pays générant des revenus, de l’emploi, un développement économique/technologique et la perception fiscale de ses activités. Il est remarquable qu’il y ait aussi une préoccupation à l’égard de la formation de l’entrepreneur, non pas à l’heure actuelle en abordant son éducation traditionnelle (enseignement primaire, secondaire et supérieur), mais le développement de compétences, de techniques et de connaissances propres à la l’exécution de son rôle de gestionnaire. Plus des deux cinquièmes des adultes ayant fait l’enseignement primaire incomplet sont des entrepreneurs, tandis que seulement trente pour cent de ceux qui ont fait des études supérieures ou des études supérieures sont dans la même condition. Ce travail vise à identifier comment le profil de l’entrepreneur, selon le niveau d’éducation, a été déplacé au Brésil au fil des ans et comment cela peut affecter le succès de l’entreprise et la façon de faire face aux difficultés. La diversité de ces personnes en ce qui concerne le genre et le temps qu’ils sont à l’avant-garde de leur entreprise est également considérée, observant ainsi l’éducation de l’entrepreneur dans les différents visages du scénario brésilien.

Mots-clés: Entrepreneuriat, formation des entrepreneurs, formation professionnelle.

1. INTRODUCTION

Comprendre comment le niveau d’éducation influence la gestion des entrepreneurs est un thème pertinent et actuel dans le scénario brésilien actuel dans lequel la gestion des connaissances devient une stratégie concurrentielle forte. Étudier s’il existe un lien direct avec le succès de l’entreprise avec la quantité et la qualité de la formation est un thème qui a motivé l’existence de plusieurs travaux scientifiques.

Selon les données du PNAD continu (2018), le pourcentage d’entrepreneurs à eux seuls est passé de 22,8 % en 2012 à 25,3 % en 2017 parmi l’ensemble du personnel employé au Brésil. Au cours de la même période, le nombre d’employeurs est passé de 4 % à 4,6 %. (IBGE 2018a). D’autre part, plus de la moitié des Brésiliens de plus de 25 ans n’ont même pas un niveau complet de lycée. (IBGE, 2018b)

Pereira (2001, p. 1) dit que « s’aventurer dans le monde des affaires inhabituel sans la qualification nécessaire peut être et a été désastreux. » Dans ce contexte, la qualification est comprise comme un facteur nécessaire à la survie dans le scénario concurrentiel.

Ce travail ne traite pas spécifiquement de l’enseignement de l’entrepreneuriat, mais du niveau d’éducation de l’entrepreneur en général. Il est vrai que l’enseignement du sujet de la gestion et de l’entrepreneuriat contribue à l’affirmation des entrepreneurs. Cependant, la relation entre le niveau d’instruction de l’individu et les résultats de sa façon de gérer, ou, combien de temps et de santé ses résultats sont, est ce qui guide l’élaboration de ce travail.

2. MÉTHODOLOGIE

Ce travail a été développé par l’examen d’articles scientifiques et de livres. Sur la base du rapport du Global Entrepreneurship Monitor 2018, GEM, les effets de la différence dans le niveau d’éducation des entrepreneurs ont été identifiés. Dans ce noyau, nous avons cherché à déterminer dans quelle mesure le niveau d’éducation influe sur les difficultés de gestion d’une entreprise à partir de la perception de l’entrepreneur lui-même et comment cela peut être transformé.

Il a également été étudié combien de temps ces entreprises sont en fonction du niveau d’éducation et dans quelle couche la majorité est: initiale ou établie. Dans ce cas, plusieurs études sont analysées qui traitent de cette relation entre le niveau d’éducation et l’entrepreneuriat d’une personne.

3. CADRE THÉORIQUE

Selon le rapport du Global Entrepreneurship Monitor (GEM, 2018), au Brésil, 14,6 millions d’entrepreneurs n’ont même pas terminé l’école primaire, mais ils appartiennent au taux le plus élevé d’entrepreneurs établis.

Il est nécessaire de clarifier la différence entre les entrepreneurs initiaux et les entrepreneurs établis. En grande partie, GEM réunit deux groupes d’entrepreneurs précoces : les ressorts et les nouveaux. Les ressorts sont ces entrepreneurs qui sont impliqués dans une nouvelle entreprise qui n’a pas encore versé de rémunération à son propriétaire depuis plus de trois mois. Le groupe de nouveaux entrepreneurs regroupe les entreprises qui ont déjà versé une certaine rémunération à leurs propriétaires pour une période de plus de trois mois et moins de 42 mois. Et le dernier groupe, composé d’entrepreneurs établis, comprend les entreprises considérées comme consolidées pour avoir déjà versé à leurs propriétaires une rémunération de plus de 42 mois. (GEM, 2018)

Figure 1. Premiers entrepreneurs x Établi au moment de la rémunération versée à leurs propriétaires.

Source : Préparé par l’auteur à partir de la définition du Global Entrepreneurship Monitor

GEM (2018) montre qu’il y a une différence par rapport à l’activité entrepreneuriale dans l’étape initiale et établie. Parmi les niveaux les plus élevés de ceux qui en sont aux premiers stades, les plus actifs sont ceux qui n’ont terminé l’école primaire que les moins actifs, les moins actifs sont ceux qui ont fait l’enseignement supérieur complet. En ce qui concerne l’activité entrepreneuriale à un stade établi, les personnes ayant une éducation élémentaire incomplète sont les plus actives, tandis que les moins actifs ont terminé l’école primaire.

Le graphique 1 montre que plus le niveau d’éducation est bas, plus il y a de chances que cette personne soit entrepreneure au Brésil.

Gráfico 1. Tarifs (en %) nombre d’entrepreneurs par niveau d’éducation2 selon les étapes de l’entreprise – Brésil – 20173

Source: GEM (2018)

1 Pourcentage de la population se référant à chaque catégorie de population (p. ex. 19,6 % de ceux qui ont une école primaire incomplète au Brésil sont des premiers entrepreneurs).

2 École primaire incomplète – Pas d’éducation formelle et d’école primaire incomplète; Terminer l’école primaire – Terminer l’école primaire et l’école secondaire incomplète; Terminer l’école secondaire et terminer l’école secondaire et l’enseignement supérieur incomplet; Enseignement supérieur complet ou majeur – spécialisation supérieure complète, complète et incomplète, maîtrise complète et incomplète, doctorat incomplet et doctorat complet.

3 Estimations calculées à partir des données de la population brésilienne âgée de 18 à 64 ans pour le Brésil en 2017 : 135,4 millions

Compte tenu de la période de 2003 à 2013, “la participation relative des personnes ayant un niveau d’enseignement élevé est passée de 10% à 15%, celle de ceux qui ont fait l’éducation moyenne est passée de 30% à 41%, et celle de ceux qui ont une faible scolarité est passée de 59% à 44% du total”. (Bedê, 2015, p. 9)

Dans le graphique 2, il est possible de visualiser ce rétrécissement des personnes à faible scolarisation et une augmentation de ceux qui ont une scolarité moyenne et élevée.

Graphique 2. Participation des entrepreneurs selon la scolarité (en millions)

Source: Adapté de Bedê (2015)

De Meza et coll. (2008) fait une approche importante dans son travail en disant que les pays d’Amérique latine avec le plus grand potentiel d’innovation ont des taux élevés d’éducation. Bien que cette approche s’écarte quelque peu du micro-objectif de ce travail, il est important de se rendre compte à quel point la scolarité est liée aux résultats obtenus en affaires.

Pereira (2001, p. 12) dit que « être entrepreneur ou non n’est pas une question de liberté simple, de choix. Le profil de l’entrepreneur doit contenir la manière appropriée d’atteindre l’environnement incertain et difficile d’aujourd’hui.

Une étude de Romano Carro et coll. (2013) montre la différence dans la perception des difficultés rencontrées dans la gestion d’une entreprise en fonction du niveau d’éducation. Il convient de mentionner que dans ce travail en question, la division est faite entre les entrepreneurs ayant une éducation supérieure incomplète élémentaire à moyenne et incomplète pour terminer les études supérieures.

Tableau 1. L’influence de l’éducation sur le point de vue du propriétaire de la petite entreprise

Source : Adapté de Romano Carro et coll. (2013)

Cet échantillon a été présenté dans la recherche de Romano Carro et coll. (2013) démontre que lorsque l’entrepreneur a un niveau d’éducation plus élevé, il fait face avec moins de difficulté à plusieurs points qui impliquent la gestion d’une entreprise, en particulier quand il s’agit de la question financière et fiscale. Cependant, il est à noter que les entrepreneurs qui ont moins de scolarité ont moins de difficulté dans la relation avec les employés.

Selon Barbosa et Teixeira (2001, p. 22), « une amélioration du niveau d’éducation conduirait à une amélioration du niveau économique d’une localité donnée, au développement de l’entreprise et de ses ressources humaines ».

Il est important de mettre en lumière une petite différence dans l’ordre du jour en ce qui concerne les genres. Selon GEM (2018), la majorité des entrepreneurs en démarrage sont des femmes (14,2 millions sont des femmes et 13,3 millions sont des hommes). Cependant, dans le stade des entrepreneurs établis, cela est inversé (12,5 millions sont des hommes et 9,9 millions sont des femmes). Naatividade (2009) dans son étude sur l’entrepreneuriat féminin au Brésil a réalisé à partir des rapports GEM de 2002 à 2006 que:

Lors de l’analyse de la scolarité, on estime qu’au cours des cinq années, le petit éventail d’entrepreneurs ayant une scolarité supérieure à 11 ans de scolarité est l’un des personnes motivées par les possibilités, tandis que la moitié des projets créés représente une initiative de personnes ayant un à quatre ans d’éducation formelle, caractérisée principalement par des entrepreneurs par nécessité. (NAATIVIDADE, 2009, p. 238)

4. RÉSULTAT

Le rapport GEM (2018) contient cinq recommandations d’experts pour améliorer les conditions de l’entrepreneuriat au Brésil en matière d’éducation :

      • Investissement dans la formation et le mentorat, c’est-à-dire les programmes gouvernementaux qui financent les biens du savoir, et pas seulement dans les structures;
      • Soutenir les institutions qui promeuvent déjà l’entrepreneuriat (Sebrae, Endeavor, Senac, etc.), en les intégrant dans un projet structuré;
      • Encourager l’entrepreneuriat dans les médias de masse : partager des expériences et des cas de réussite et d’échec par le biais d’émissions de télévision, de publicités, entre autres;
      • L’approximation de l’activité entrepreneuriale a été intuitivement pratiquée dans les milieux scolaires, avec l’université, comme le milieu universitaire. C’est fondamental pour la qualification de l’entrepreneuriat au Brésil. Il en va de même pour l’approximation entre la recherche et les bonnes technologies avec ceux qui sont intéressés à ouvrir une nouvelle entreprise.
      • L’insertion de l’éducation entrepreneuriale à l’école primaire. Plus tôt l’esprit d’entreprise sera diffusé, plus il y a de chances d’avoir de jeunes entrepreneurs à l’avenir, avec un bon manque de connaissances sur le plan d’affaires, l’étude de marché, les facteurs économiques qui affectent l’entreprise, entre autres aspects. essentiel pour réussir. (GEM, 2018, p. 19)

En ce qui concerne la promotion de l’entrepreneuriat au niveau de l’éducation, Santos (2012, p. 43) affirme que « malgré la présence d’universités dans l’offre de cours mettant l’accent sur la promotion de l’entrepreneuriat, on perçoit la nécessité d’identifier les priorités et principes qui devraient sous-tendre cette formation. C’est-à-dire qu’il ne suffit pas d’insérer le thème de l’entrepreneuriat au sein des universités sans qu’il y ait une cartographie des besoins latents du contexte et de la définition des buts et des objectifs.

L’enseignement de l’entrepreneuriat ne doit pas se limiter à la salle de classe ou aux structures d’apprentissage formelles. Les employés et les employés des PME devraient chercher à améliorer leurs compétences entrepreneuriales grâce à des interactions avec leurs collègues, fournisseurs, clients et consultants. (SANTOS, 2012, p. 43)

Selon Barbosa e Teixeira (2001, p. 23) « le besoin de recyclage et d’acquisition de nouvelles connaissances est constant pour ceux qui se consacrent au monde des affaires ». À partir de maintenant, on observe que la scolarité ne détermine pas unilatéralement l’avenir de l’entrepreneur lorsqu’elle est analysée isolément. La formation de cet entrepreneur pour la gestion de son activité économique a également une grande valeur, non seulement le nombre d’années en classe est uniquement décisif pour son succès.

Les programmes d’entrepreneuriat, avec des techniques qui visent à former l’entrepreneur, génèrent des incubateurs d’entreprises, des disciplines entrepreneuriales dans les universités, des étudiants de premier cycle dans la région, des petites entreprises, etc. L’objectif de telles initiatives a été d’équiper les gens de connaissances, afin d’augmenter les chances de survie et de succès de leur propre entreprise. (PEREIRA, 2001, p. 11)

Grâce aux travaux de Barbosa et teixeira (2001), il est possible de comprendre que l’éducation entrepreneuriale favorise, bien qu’indirectement, l’émergence de nouvelles entreprises, le maintien des entreprises existantes et le développement économique local.

5. CONCLUSIONS

Dans cette étude, il a été possible de constater que le nombre d’entrepreneurs ayant une faible scolarité a diminué absolument et relativement en raison de l’augmentation du nombre d’entrepreneurs ayant des études moyennes et secondaires. Toutefois, il souligne également que le taux d’entrepreneurs établis est plus élevé chez ceux qui ont un niveau d’instruction inférieur, c’est-à-dire le niveau élémentaire incomplet. D’après l’examen du thème, on en déduit que cela est dû, entre autres, principalement aux entrepreneurs en raison de la nécessité de provenir d’un environnement où le taux de chômage est élevé, ce dernier qui affecte grandement les personnes à faible scolarisation, étant donné que le peu de formation, il est difficile pour eux d’entrer sur le marché du travail en tant qu’employés.

Il est important de se rappeler qu’à l’ère de la connaissance, le capital intellectuel est le plus grand investissement d’une entreprise (MACHADO, 2005). Chiavenato (2012) renforce cela en déclarant que la connaissance est la ressource la plus importante, encore plus que l’argent.

Bien que ce travail ait porté sur la figure de l’entrepreneur et son niveau d’éducation, nous envisageons la possibilité de maintenir l’enquête sur ce thème dans les années à venir dans le but de suivre le mouvement qui se produit au Brésil. Comme on sait déjà que proportionnellement, le nombre d’entrepreneurs à faible scolarisation a diminué et que ce groupe est plus susceptible d’être un entrepreneur au Brésil, à la suite du mouvement de l’éducation brésilienne et des niveaux généraux de chômage (qui stimulent le l’esprit d’entreprise par nécessité) est essentiel à la prise de décision des entités gouvernementales et à l’élaboration de matériel scientifique pour l’étude et le suivi.

6. RÉFÉRENCES

BEDÊ, Marco Aurélio (Coord.). Os donos de negócio no Brasil: análise por faixa de escolaridade (2003-2013). Brasília: SEBRAE, 2015. [Série Estudos e Pesquisas].

BARBOSA, Jenny Dantas; TEIXEIRA, Rivanda Meira. Apesar dos pesares, vale a pena ser pequeno empresário? Traçando perfil e descobrindo motivos. Encontro de Estudos sobre Empreendedorismo e Gestão de Pequenas Empresas. Londrina. Anais. Londrina: Universidade Estadual de Londrina, p. 14-30, 2001.

CHIAVENATO, Idalberto. Administração Geral e Pública. 3ª ed. Barueri: Manole, 2012.

DE MEZA, Maria Lucia Figueiredo Gomes et al. O perfil do empreendedorismo nos países latino-americanos na perspectiva da capacidade de inovação. Revista da Micro e Pequena Empresa, v. 2, n. 3, p. 58, 2008.

GEM – Global Entrepreneurship Monitor. Empreendedorismo no Brasil: 2017. Curitiba: IBQP, 2018.

INSTITUTO BRASILEIRO DE GEOGRAFIA E ESTATÍSTICA. Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios Contínua: Características adicionais do Mercado de Trabalho: 2012-2017. Rio de Janeiro: IBGE, 2018a.

INSTITUTO BRASILEIRO DE GEOGRAFIA E ESTATÍSTICA. Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios Contínua: Educação: 2017. Rio de Janeiro: IBGE, 2018b.

MACHADO, J. R. A Arte de Administrar Pequenos Negócios. 2 ed. Rio de Janeiro: Qualitymark, 2005.

NATIVIDADE, Daise Rosas da. Empreendedorismo feminino no Brasil: políticas públicas sob análise. Revista de Administração Pública, v. 43, n. 1, p. 231-256, 2009.

PEREIRA, Sonia Maria et al. A formação do empreendedor. Tese (Tese em Engenharia de Produção) – Universidade Federal de Santa Catarina. Florianópolis: 2001.

ROMANO CARRÃO, Ana Maria; JOHNSON, Grace Florence; DE LIMA MONTEBELO, Maria Imaculada. A influência do grau de escolaridade do pequeno empresário sobre sua percepção de negócio. Revista Eletrônica de Administração, [S.l.], v. 13, n. 2, p. 409-432, maio 2013. ISSN 1413-2311.

SANTOS, Carlos Alberto. Pequenos negócios: desafios e perspectivas–inovação. Brasília: Sebrae, 2012.

[1] Spécialiste de la planification, de la mise en œuvre et de la gestion de l’EaD par l’UFF (Niteri /RJ); Marketing Specialist chez Ucam (Rio de Janeiro/RJ); Bachelor of Business Administration de Unifeso (Teres-polis/RJ).

Posté: Septembre, 2019.

Approuvé : octobre 2019.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here