Une étude du Partenariat public-privé pour la promotion de la culture cinématographique municipale

0
18
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

ARTICLE ORIGINAL

BRUM, Sonia Maria da Silva [1]

BRUM, Sonia Maria da Silva. Une étude du Partenariat public-privé pour la promotion de la culture cinématographique municipale. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 06, Ed. 03, Vol. 15, p. 94-124. mars 2021. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/administration-des-affaires/culture-cinematographique

RÉSUMÉ

La conception de la culture est complexe et aux multiples facettes, permettant l’existence de différentes définitions. La culture se manifeste de différentes façons et répond à des objectifs différents dans la société. Parmi les multiples expressions de la culture, le cinéma est une forme culturelle qui explore différents sens et émotions du spectateur. Le cinéma peut être utilisé comme un outil pour la construction de l’identité, la préservation de la mémoire historique, le processus éducatif, entre autres fins. Ainsi, l’objectif de ce projet est d’analyser le document de mise en œuvre du Partenariat public-privé entre la municipalité de Paraíba do Sul et une société privée qui exploite la concession du Réseau ferroviaire fédéral dans la région du Sud-Est, pour la revitalisation du cinéma populaire municipal. La municipalité de Paraíba do Sul est située géographiquement dans la microrégion de Três Rios do Estado do Rio de Janeiro et possède le cinéma populaire Nívea Stelmann. La salle de cinéma populaire fait partie d’un centre culturel de la municipalité, géré par une autorité municipale. Cette municipalité est chargée de promouvoir la culture locale pour la promotion de la citoyenneté, la préservation du patrimoine culturel, la gestion des équipements culturels, ainsi que d’étudier les propositions de projets de partenariats entre institutions. Pour le développement de l’étude, nous avons opté pour une méthodologie qui adopte une recherche fondamentale, à travers l’étude de cas documentaire lors de l’utilisation du document de mise en œuvre du Partenariat public-privé pour la revitalisation du cinéma populaire. Les résultats nous ont permis d’identifier que les responsabilités convenues dans le partenariat entre les organismes publics et privés peuvent apporter des avantages sociaux et culturels aux citoyens. De plus, le contrat a le potentiel de réduire les dépenses de l’entreprise privée et de la municipalité.

Mots-clés: Partenariat public-privé, Promotion de la culture, Cinématographie, Cinéma populaire.

1. INTRODUCTION

La promotion de la culture est un élément fondamental essentiel d’une société démocratique, moderne, ouverte, tolérante et unie. La culture est capable de promouvoir le développement humain, social et économique en exerçant pleinement ses droits culturels.

La culture est un thème présent dans divers débats par des politiciens, des experts, des artistes, des universitaires et dans les médias populaires, ainsi que envisagé dans le cadre de l’action des Objectifs de développement durable, approuvé par les Nations Unies en 2015.

Une infrastructure qui favorise le développement culturel est une ressource précieuse pour la production de moyens qui permettent la subsistance humaine. La culture contribue au processus de réduction de la pauvreté et sert de pilier à un développement qui fait de l’être humain un élément clé, de manière inclusive et équitable (ONU, 2015).

Elle implique l’identité, la connaissance, les valeurs et les croyances populaires. Refléter la façon de penser et d’agir des groupes, être un facteur de renforcement de l’identité d’un peuple et sans aucun doute du développement humain.

Au Brésil, la Constitution fédérale de 1988 a distribué la compétence nécessaire pour donner accès à la culture à toutes les entités de la fédération. Le Système national de la culture, organisé en 2012, est un élément qui répond au commandement constitutionnel, car il représente un régime de collaboration, de manière décentralisée et participative. Le système établit un processus de gestion conjointe et de promotion des politiques publiques de culture, démocratiques et permanentes, convenu entre les entités de la Fédération et de la société

La compréhension de la culture en tant qu’ensemble de connaissances acquises, en tant que forme d’éducation, inclut le cinéma comme une forme d’expression culturelle qui contribue à la formation humaine.

Le cinéma est une forme de culture qui favorise un développement personnel, sain et équilibré, parce que le cinéma est montré «[…] comme une possibilité de résigne, à la fois de son histoire de vie et des questions historiques-sociales qui l’imprègnent […]» comme l’enseignent Santeiro et al. (2014, p. 2). Et de ce point de vue, il est entendu que montrer des films à la population est un moyen de contribuer à leur qualité de vie, d’apporter la résigne aux concepts et d’ouvrir le champ à une expérience sociale qui élargit l’inclusion sociale d’une manière agréable et agréable.

Les cinémas ont été des espaces culturels avec un accès facile à différentes classes sociales, cependant, il ya actuellement la prédominance de salles sophistiquées et technologiques qui se traduire par des valeurs de billets moins accessibles.

Les initiatives publiques ont contribué à la réouverture et à la revitalisation des cinémas populaires du pays, comme Ponto Cine. Il s’agit d’une salle de cinéma située dans la partie nord de la ville de Rio de Janeiro et dédiée à l’affichage exclusif de productions nationales à des prix abordables, rouverte en 2018 après avoir reçu un investissement de 500 000 reais du ministère de la Culture.

À l’intérieur de l’État de Rio de Janeiro, la municipalité de Paraíba do Sul est située dans la microrégion de Três Rios et possède le cinéma populaire Nívea Stelmann. La salle de projection était un projet pionnier inauguré en 2003, construit dans une ancienne gare comme salle de projection.

Les initiatives d’infrastructure culturelle permettent aux personnes des petites régions, à l’intérieur des terres ou éloignées des grands centres urbains, d’avoir accès à différentes cultures.

Bien que le cinéma ait la capacité de servir 70 personnes lors des projections, il a été mis hors service en 2006. La chambre fait partie d’un centre culturel aménagé dans une gare, construite en 1898 par l’ingénieur Paulo de Frontin.

Le centre culturel susmentionné appelé Centro Cultural Maria de Lourdes Tavares Soares est administré par la municipalité appelée Fondation culturelle, chargée de promouvoir la culture locale pour promouvoir la citoyenneté, préserver le patrimoine culturel et administrer les équipements culturels.

En raison de la désactivation du cinéma populaire et de l’attribution de la Fondation culturelle de la municipalité pour promouvoir la culture, le travail actuel a pour objectif général de mener une étude d’analyse du document de partenariat public-privé (PPP) développé en 2018 entre la municipalité de Paraíba do Sul et la société privée qui exploite la concession du Réseau ferroviaire fédéral dans la région sud-est , pour la revitalisation de la cinématique populaire Nívea Stellman.

Pour comprendre le processus de revitalisation et les actions proposées dans le PPP, l’étude du rapport technique a adopté des objectifs spécifiques : a) décrire les responsabilités entre les parties, présentes dans le contrat de partenariat et; b) décrire les étapes de mise en œuvre du partenariat entre la ville et l’entreprise privée.

On s’attend à ce que, d’après l’analyse du document de partenariat public-privé, signé entre la municipalité de Paraíba de Sul et la société privée qui exploite la concession du Réseau ferroviaire fédéral dans la région du Sud-Est, il soit possible de décrire les phases du processus de revitalisation et les conditions qui permettent l’inclusion culturelle. En outre, on s’attend à ce que les résultats contribuent à la réplication du type de partenariat dans d’autres départements des municipalités ou dans d’autres municipalités brésiliennes.

Le rapport technique a été élaboré à partir d’une recherche appliquée en fonction de la nature, descriptive quant à l’objectif, une approche qualitative et documentaire concernant les procédures de collecte et d’information des données. Pour l’exécution de l’étude, le rapport technique a été élaboré à partir du document de partenariat public-privé signé entre la municipalité de Paraíba do Sul et la société privée qui exploite la concession du Réseau ferroviaire fédéral dans la région du Sud-Est, en particulier pour la revitalisation du cinéma populaire Nívea Stellman.

L’œuvre a été divisée en chapitres et sections. Le premier chapitre fait référence à la référence théorique qui a servi de subvention pour la construction théorique et divisé en sections qui ont apporté des données, des informations et des concepts liés à la culture, au cinéma, au droit d’incitation à la culture et au partenariat public-privé. Le chapitre suivant présentait les méthodes de production technique du rapport technique, dans lesquelles les procédures décrites étaient utilisées pour effectuer la recherche. Dans le chapitre a été présenté la situation problématique à l’origine de la recherche, tandis que dans le chapitre suivant ont été présentés les résultats et les analyses. Enfin, le chapitre 6 présentait les considérations finales relatives à l’œuvre.

2. RÉFÉRENCE THÉORIQUE

2.1 CULTURE

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) est une institution internationale qui promeut les droits de l’homme et l’État de droit dans ses domaines de compétence. Selon l’UNESCO elle-même, ses activités sont axées sur le droit à l’éducation, le droit à l’information, la liberté d’opinion et d’expression, les droits culturels et le droit d’accéder et de participer au progrès scientifique.

La culture est le fondement de l’identité des peuples et des idées créatives; un facteur de développement et de coexistence dans le monde entier (UNESCO,[s/d] ).

Le terme culture est souvent utilisé par les spécialistes des sciences sociales (anthropologues et sociologues) et couvre les dimensions des expériences humaines dans différents environnements sociaux et naturels. La culture se réfère à la façon dont les gens se comprennent en tant qu’individus et en tant que membres de la société, un terme qui englobe les histoires, les religions, l’influence des médias, les rituels et même la langue elle-même (PAES-LUCHIARI; BRUHNS, 2007; LARAIA, 2002; SERRANO, 2007).

Du point de vue anthropologique, la culture englobe différentes dimensions de la vie humaine, parmi elles, les valeurs éthiques et morales, le processus et le langage de communication, les conceptions des croyances, des coutumes et des rituels, entre autres (LARAIA, 2002; LAPLANTINE, 2003).

Au départ, les anthropologues croyaient que la culture était le produit de l’évolution biologique et que l’évolution culturelle dépendait des conditions physiques. Les anthropologues d’aujourd’hui ne croient plus que c’est si simple, parce que ni la culture ni la biologie ne sont les seules responsables de l’ingérence les uns avec les autres, mais dépendent d’autres contraintes (LAPLANTINE, 2003; PAES-LUCHIARI; BRUHNS, 2007).

D’un point de vue sociologique, la définition de la culture est composée de symboles, de langage, de croyances, de valeurs d’artefacts – éléments qui font partie de toute société – indique l’existence de deux composantes fondamentales de la culture : les idées et les symboles, d’une part, et les artefacts (objets matériels), d’autre part (SCHAEFER, 2014).

Une culture inmatérielle ou symbolique comprend les valeurs, les croyances, les symboles et le langage qui définissent une société, tandis que la culture matérielle englobe tous les objets physiques de la société, tels que ses outils et sa technologie, ses vêtements, ses ustensiles à manger et ses moyens de transport (OGBURN, 1922 apud SCHAEFER, 2014).

Le terme culture peut également être analysé par les contextes auxquels il est inclus et recevoir des adjections au terme principal, tels que la culture organisationnelle (HILAL, 2003), la culture consumériste (FEATHERSTONE, 1995), la culture postmoderne (FEATHERSTONE, 1995), la culture populaire (TINHORÃO, 2001), entre autres confessions.

La Déclaration universelle de l’UNESCO sur la diversité culturelle de 2002 comprend que la culture à considérer comme :

[…] l’ensemble des caractéristiques spirituelles et matérielles, intellectuelles et affectives distinctives qui caractérisent une société ou un groupe social et qui englobe, en plus des arts et des lettres, les modes de vie, les modes de vie en communauté, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. (UNESCO, 2002, p. 2).

La culture est un tout complexe qui comprend les connaissances, les croyances, les arts, les positions morales, les droits, les coutumes et toutes les autres compétences et habitudes acquises par un être humain en tant que membre d’une société.

Compte tenu de la pluralité de la conceptualisation du terme culture par les différents domaines de la connaissance, il vaut la peine d’introduire la perception de la culture comme un droit résultant de la norme constitutionnelle en vigueur au Brésil depuis la fin des années 1980.

La Constitution citoyenne de 1988 définit à l’article 215 qu’il 2 000 oira aux entités gouvernementales des trois sphères du gouvernement d’encourager, de valoriser et de diffuser les manifestations culturelles par le biais des politiques publiques (BRASIL, 1988).

Les travaux de Calabre (2009) démontrent que la première expérience dans le domaine de la culture brésilienne s’est produite dans la sphère municipale et dans les années 30 du siècle dernier. Selon l’auteur, « la première expérience efficace de gestion publique mise en œuvre dans le pays dans le domaine de la culture ne s’est pas produite au niveau fédéral, mais au niveau municipal avec la création du ministère de la Culture et des Loisirs de la ville de São Paulo en 1935 ». (CALABRE, 2009, p. 18).

Les politiques visant à encourager la culture non seulement stimuler l’aspect social, mais stimuler l’économie créative brésilienne et générer des dividendes pour le pays. L’impact économique total (direct et indirect) de la loi Rouanet (que nous expliquerons plus en détail) sur l’économie brésilienne s’est élève à 49,8 milliards de reais entre 1993 et 2018 (BRASIL, 2019).

Les tableaux 1 et 2 montrent les données du Système de soutien aux lois sur les incitations à la culture (SalicNet) du ministère de la Culture de 2011 à 2018.

Tableau 1 : Nombre de projets culturels approuvés dans le cadre du programme visant à encourager la culture au Brésil (2011-2018)

année Nombre de projets
2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
Brésil 3752 3591 3482 3326 3160 2837 2871 3241

Source: BRASIL/ MINC / SALICNET.

Le tableau 1 montre que le volume de projets culturels approuvés dans le cadre du Programme d’encouragement à la culture au Brésil entre 2011 et 2018 souffre ici est réduit, ayant dans la dernière année de la période montré un nouveau souffle.

Si l’on reflète le nombre de projets approuvés entre 2011 et 2018, le montant capturé pour la période a suivi la même tendance, c’est-à-dire une augmentation seulement au cours de la dernière année, comme le montre le tableau 2.

Tableau 2 : Montant total capturé dans le cadre du programme d’encouragement à la culture au Brésil (2011-2018)

année Montant capturé en une unité de milliards (R$)
2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
Brésil 1.324.925 1.277.445 1.261.705 1.335.918 1.204.231 1.148.914 1.189.408 1.295.026

Source: BRASIL/ MINC / SALICNET.

La culture a évolué vers le développement de la société, présentée par différents concepts et exprimée sous différentes formes. Parmi les manifestations culturelles, le cinéma procure aux spectateurs des sensations et des émotions en stimulant leurs sens.

2.2 CINÉMA

Le cinéma est apparu à Paris (28/12/1895), à cause d’Auguste et Luis Lumiere, mais à la suite de l’invention de la caméra, du film et du projecteur; Trilogie inventive qui a été baptisé en tant que directeur de la photographie, est également appelé cinématographie. Le cinéma est né comme un objet juste seulement avec l’avenir a été configuré exposition artistique.

Au Brésil, le cinéma arrive l’année suivante en France le 8 juillet 1896 lorsque le Belge Henri Paille tient la première séance de cinéma dans le pays à Rio de Janeiro (MORETTIN, 2011).

Dans la période de la Seconde Guerre mondiale, les salles de cinéma ont considérablement diminué, ne renvoyant le mouvement dans la période d’après-guerre. À la fin des années 1950 vient le soi-disant « Ciné Populaire ».

Le suivi du cinéma brésilien compte peu d’entreprises nationales qui développent des activités et le modèle de compétition correspond à un oligopole traditionnel (CEGOV, 2017).

Les grands centres urbains ont des cinémas avec des caractéristiques de pointe, des éléments modernes qui peuvent transmettre au spectateur le sentiment de participer aux scènes des films.

Les mêmes chambres avec des caractéristiques modernes offrent généralement des billets pour des sessions qui coûtent des montants plus élevés.

Les valeurs différenciées et l’emplacement géographique dans les grands centres urbains peuvent favoriser le processus d’exclusion des classes économiquement défavorisées.

Une action qui a permis la création d’une infrastructure culturelle a été la construction du cinéma populaire Nívea Stellman dans l’actuel centre culturel de la municipalité de Paraíba do Sul, situé dans l’État de Rio de Janeiro. Considérée comme une importante initiative de politique culturelle dans la municipalité puisqu’elle a exprimé l’action de l’administration publique municipale afin de reconnaître et de stimuler la culture en tant que droit cible d’initiatives dans le cadre des politiques publiques. Dans ce contexte, il convient de noter que les politiques publiques dans le domaine de la culture se réfèrent aux articulations et aux dynamiques entre les domaines politique, économique et socioculturel, à tous les niveaux de la société. Les politiques culturelles se sont établies au fil du temps en couvrant un éventail de domaines universitaires, y compris la sociologie, les études culturelles et médiatiques, l’économie, l’anthropologie, les études de terrain, les langues, la géographie et le droit (CALABRE, 2009).

La construction de la salle de projection a permis à la communauté locale d’accéder à la culture cinématographique. Toutefois, la salle de projection de la municipalité a été désactivée en 2006 en raison de la nécessité d’une revitalisation.

Face à la limitation des ressources publiques et des aspects de la gestion publique, la salle est restée désactivée et la population n’a pas eu accès au service de culture gratuit fourni par la municipalité. L’alternative pour contourner le problème de la revitalisation était par le biais d’un partenariat public-privé entre la municipalité et l’entreprise privée qui exploite la concession du Réseau ferroviaire fédéral dans la région du Sud-Est.

2.3 LOIS D’ENCOURAGEMENT À LA CULTURE

Les politiques sont des instruments gouvernementaux pour stimuler et inclure la société aux moyens culturels, développés dans le scénario brésilien, soit par incitation financière directe, soit par la mise en œuvre des infrastructures.

La Constitution fédérale de 1988 porte dans le titre se référant à l’organisation de l’État, en particulier comme l’organisation polito-administrative comme une compétence commune entre les entités de la fédération (Union, États, District fédéral et municipalités) pour fournir les moyens d’accès à la culture.

Le texte constitutionnel est explicite sur le souci de la culture dans la partie où l’éducation, le sport et la culture sont abordés. Pour garantir le droit à ce dernier, il est du pouvoir public de garantir à tous le plein exercice des droits culturels et l’accès aux sources de la culture nationale (BRASIL, 1988).

L’amendement constitutionnel n° 48 de 2005 a introduit au texte l’obligation de l’Etat dans la mise en œuvre de l’instrument de planification du développement de la culture dans le pays, appelé Plan national de la culture. Cet instrument de planification est prévu pour avoir une validité semestrielle, de sorte qu’il développe la culture du pays et intègre les actions du gouvernement (op cit.).

Les travaux de Calabre (2009) présentent la relation entre la culture et l’État, ainsi que la relation entre les agents et les ressources nécessaires à la production des politiques publiques culturelles.

La relation entre l’État et la culture est millénaire, cependant, la vision de l’État de la culture est contemporaine comme un domaine qui doit être traité du point de vue des politiques publiques. Les politiques culturelles dans la sphère publique doivent obéir à la même logique d’élaboration qui régit toutes les politiques publiques. Ceux-ci, d’une manière synthétique, peuvent être définis à la suite d’activités politiques – impliquant différents agents et, par conséquent, nécessitent l’affectation de ressources de nature différente, et ont un caractère normatif et ordonné (CALABRE, 2009, p. 9).

Une autre stratégie de promotion de la culture fait référence au Système national de la culture, fondé sur la Politique nationale de la culture et les lignes directrices prévues dans le Plan national de la culture (op cit.).

Dans le cadre de l’infrastructure, la Loi sur l’incitation à la culture ou loi Rouanet a été instituée en 1995 par le gouvernement fédéral et contribue à des milliers de projets culturels qui se déroulent chaque année dans toutes les régions du pays.

Les incitations sont des mécanismes d’avantages fondés sur le fardeau fiscal accordé par l’Administration publique aux entreprises dans le but de stimuler un secteur spécifique ou une activité économique déterminée (BRASIL, 1991).

Les lois incitatives sont d’importants instruments des gouvernements pour promouvoir le développement économique et social dans son ensemble, par le biais d’incitations à diverses activités. Ils permettent aux entreprises d’investir une partie de leur budget, de créer des emplois et de faire bouger l’économie créative (op cit.).

La loi Rouanet définit le don comme des formes de transferts gratuits sur une base définitive à la personne physique ou à l’entité juridique de nature culturelle, à but non lucratif, de ressources financières, de biens ou de services pour la réalisation de projets culturels, avec l’interdiction de leur utilisation dans la publicité pour la diffusion d’activités, objet du projet culturel respectif (op cit.).

2.4 PARTENARIAT PUBLIC-PRIVÉ

Le Partenariat public-privé (PPP) est une relation contractuelle de nature administrative pour l’octroi, dans la modalité parrainée ou administrative, qui sont présentés comme une alternative à la fourniture du service public essentiel en accordant une attention aux principes d’universalité, d’équité et d’intégnalité (BRASIL, 2004, SILVA; SILVA, 2019).

Les PPP sont des modèles qui appliquent les principes de la gestion privée aux institutions publiques et qui ont été présentés comme une alternative au manque d’investissement public dans les infrastructures au Brésil (NAKAMURA, 2019).

Au Royaume-Uni, la mise en œuvre du programme Private Finance Initiative (PFI) ressemble aux PPP au Brésil. PFI finance des projets du secteur public par le biais d’initiatives privées et soulage ainsi le gouvernement et les contribuables du fardeau d’obtenir des capitaux pour ces projets (PECI; SOBRAL, 2007).

La loi établissant les règles générales d’appel d’offres et de passation de marchés de partenariat public-privé au sein de l’administration publique a présenté comme lignes directrices une préoccupation concernant l’efficacité dans l’accomplissement des tâches de l’État d’efficacité dans l’utilisation des ressources de la société, le respect des intérêts et des droits des bénéficiaires de services, la répartition objective des risques entre les parties au partenariat et la viabilité financière (BRASIL, 2004).

Dans les travaux de Sant’Anna (2019) est décrit une contradiction identifiée par l’auteur que les contrats ppp correspondent à des instruments qui visent à optimiser les investissements de l’Etat dans les périodes de restriction des dépenses et, ainsi que, le fait que l’accord entre les parties se produit par le biais d’un contrat avec une provision pour compensation par le secteur public.

La mise en place de PPP a permis le transfert des obligations de l’Etat au secteur privé, dans lequel il existe une gestion dédiée au rapport coûts/avantages dans l’exécution de ses activités. Le contrat entre l’Etat et le secteur privé permet aux premiers d’optimiser leurs ressources (humaines, matérielles, logistiques et autres) et, d’autre part, de prendre les risques de l’exécution de l’activité transférée (SILVA, 2016).

Les affaires juridiques entre l’Etat et les institutions privées se font par le biais d’un contrat dans lequel les droits et devoirs des parties sont réglementés, y compris le transfert de ressources. Du point de mire budgétaire public, Sant’Anna (2019) fait valoir que les ressources sont classées comme dépenses courantes et non comme dette. Étant donné qu’un partenariat tend à se poursuivre au fil du temps, la classification des ressources pour le maintien des PPP en tant que dépenses continue est conforme aux caractéristiques des services fournis par le particulier au nom de l’État.

L’étude de Moraes et Reyes-Tagle (2017) a identifié que les PPP ont été de plus en plus utilisés au Brésil. D’autre part, les municipalités brésiliennes ont des difficultés dans le processus de gestion et de suivi des engagements découlant des partenariats, ayant ainsi des résultats négatifs négatifs à long terme dans la budgétisation municipale.

Les PPP sont un outil qui peut aider à réduire les lacunes en matière d’infrastructure en Amérique latine. Toutefois, bien que potentiellement utiles, les projets d’infrastructure présentent de nombreux risques : technique, construction, opérationnel, financier, force de force, réglementaire/politique, défaut de projet, environnemental et social (MICHELITSCH et al.,, 2017).

Les données de la Banque interaméricaine de développement montrent qu’entre 2006 et 2015, l’Amérique latine a reçu des investissements de 361,3 milliards de dollars américains investis dans environ 1 000 projets d’infrastructure PPP, la plupart étant concentrés au Brésil, au Mexique et en Colombie. Les projets d’infrastructure ont rencontré les secteurs de l’énergie, des télécommunications, des transports, de l’eau et des réseaux d’égouts, selon la description de Michelitsch et al. (2017).

3. MÉTHODE DE PRODUCTION TECHNIQUE

La méthodologie de recherche représente les procédures ou techniques spécifiques utilisées pour identifier, sélectionner, traiter et analyser l’information sur un objet d’étude. Dans un document de recherche, la section méthodologie permet au lecteur d’évaluer de façon critique la validité et la fiabilité globales d’une étude (MARCONI; LAKATOS, 2007; PRODANOV; FREITAS, 2013).

La nature de l’étude du rapport technique s’inscrit dans sa forme appliquée, puisqu’il est conçu pour résoudre les problèmes pratiques du monde moderne, au lieu d’acquérir des connaissances par le développement des connaissances (LOPES, 1991; PRODANOV; FREITAS, 2013).

Une recherche classée comme descriptive comme objectif vise à décrire une population, une situation ou un phénomène spécifique choisi pour être étudié. Pour l’exécution du présent rapport technique, cette classification a été choisie, puisqu’elle a l’intention de répondre à des questions sur la façon dont un phénomène ou une situation particulier se produit (Partenariat public-privé), auquel elle fait référence ou quand elle se produit (FONSECA, 2002; MARCONI; LAKATOS, 2007; ZANELLA, 2013).

La recherche descriptive permet au chercheur de bien comprendre ce qu’est un problème de recherche avant d’étudier pourquoi il existe (MARCONI; LAKATOS, 2007; PRODANOV; FREITAS 2013).

La méthode d’approche est liée à un courant philosophique qui est prêt à expliquer les procédures logiques pour atteindre la connaissance de la réalité. Pour le rapport technique, la méthode d’approche sera qualitative, comprise comme une méthode de planification et de prévision qui traite des problèmes d’analyse et de synthèse des points de vue dans une structure complète et cohérente, ainsi que permet d’analyser le problème en profondeur (GODOY, 1995; MARCONI; LAKATOS, 2007; ZANELLA, 2013).

En ce qui concerne la procédure de collecte, la recherche documentaire sera utilisée, sur la base du document de partenariat public-privé signé entre la ville de Paraíba do Sul et la société privée qui exploite la concession du Réseau ferroviaire fédéral dans la région du Sud-Est, en particulier pour la revitalisation du cinéma populaire Nívea Stellman.

Dans la recherche documentaire, les documents sources primaires, tels que les documents et les textes, sont utilisés pour l’étude d’un sujet de recherche spécifique. Les sources de recherche documentaire peuvent être écrites (journaux, résultats du recensement, livres de contes, publications gouvernementales, journaux intimes et autres) et non écrites (vidéos, visuels, photographiques et autres articles) (GODOY, 1995; FONSECA, 2002; PRODANOV; FREITAS, 2013).

L’exécution de la recherche documentaire suivra les enseignements de Silva, Gobbi et Simão (2005), qui indiquent qu’il peut être développé en trois étapes: a) pré-analyse avec définition des termes et des concepts; b) la description analytique du document et; c) l’interprétation référentielle (interprétation à effectuer et termes et concepts définis).

Après les données et les informations du projet PPP de base, les résultats seront insérés dans un tableau et analysés par le chercheur.

4. SITUATION PROBLÉMATIQUE

Le service brésilien de transport ferroviaire est régi par le contrat de concession entre le gouvernement fédéral et les entreprises privées. Dans la municipalité de Paraíba do Sul, le tronçon est accordé à la société privée qui exploite la concession du Réseau ferroviaire fédéral dans la région du Sud-Est pour l’exploration et le développement du service public fédéral du transport ferroviaire de marchandises, dans le réseau sud-est qui couvre l’État de Rio de Janeiro.

Bien que le contrat de concession soit entre le gouvernement fédéral et l’entreprise, l’exploitation du service apporte des externalités à la municipalité en question. En raison de l’emplacement de la voie ferrée dans la municipalité, dans la partie centrale, le flux de mouvement des charges du modal entraîne des conséquences, telles que les dommages structurels aux bâtiments et à l’équipement, la pollution sonore, l’interférence dans le système de transport public, le risque d’accidents, entre autres.

La Fondation culturelle de Paraíba do Sul (FINDAC) est une municipalité liée à la municipalité d’une même municipalité. Il est responsable de la promotion de la culture locale, de la préservation du patrimoine culturel (matériel et immatériel), de l’administration des équipements culturels pour la promotion de l’art dans la commune.

Dans la liste des équipements culturels administrés par la FUNDAC se trouvent le musée (Tiradentes Sacro-Historical Museum), les trois bibliothèques municipales, le théâtre municipal (Theatro Municipal Mariano Aranha) et le Centre Culturel Maria de Lourdes Soares Tavares.

Le centre culturel est aménagé dans une gare désactivée, à proximité du chemin de fer, où se trouvent le Musée ferroviaire José Pereira Palhares, le Mémorial des Maires, des boutiques d’artisanat, la Galerie culturelle Luís Carlos Tavares Coelho, le Musée historique iconographique Nicolino Visconti et le cinéma populaire Nívea Stelmann.

Le cinéma populaire a été inauguré en 2003 dans l’ancienne gare comme salle de projection de films gratuits et éducatifs pour la population locale. Cependant, les différentes gestions et le manque de ressources pour l’entretien ont entraîné la désactivation du cinéma.

La salle de cinéma populaire a abouti à un processus d’exclusion des résidents de la culture cinématographique, en particulier les citoyens ayant moins de pouvoir d’achat pour assister à des salles de cinéma privées dans les villes voisines. Puisque les cinémas privés sont dans une autre municipalité et le prix facturé pour eux, il produit une sélectivité de l’accès à la culture cinématographique.

La FUNDAC a demandé au gouvernement fédéral des solutions de rechange pour acquérir des fonds publics, mais les projets antérieurs ont été rejetés en raison de facteurs non expliqués. L’alternative pour résoudre le problème était de rechercher dans le secteur privé des partenariats qui permettraient la revitalisation du cinéma populaire.

Comme décrit précédemment, les activités de la société privée qui exploite la concession du Réseau ferroviaire fédéral dans la région du Sud-Est ont des répercussions sur la municipalité. Ainsi, il a été proposé comme un plan d’action, pour mener une intervention au problème, un partenariat entre les organisations, dont l’objectif était la revitalisation de la salle de cinéma populaire.

5. RÉSULTATS OBTENUS ET ANALYSE

Le document du Partenariat public privé conclu en 2019 entre la société privée qui exploite la concession du Réseau ferroviaire fédéral dans la région du Sud-Est et la municipalité de Paraíba do Sul, publié sous la forme d’un extrait officiel dans le journal local. Pour l’analyse, le contrat a été utilisé dans son intégralité et le plan de travail 2019 a été utilisé, à partir de la copie déposée auprès de la Fondation culturelle.

Les parties au contrat ont convenu de se conformer au Code de déontologie, au Code de déontologie des tiers et aux politiques générales de conduite et de relation avec les organismes publics et aux règles de lutte contre la corruption de la société privée qui exploite la concession du Réseau fédéral des chemins de fer dans la région du Sud-Est en ce qui concerne l’utilisation en raison des avantages découlant de la société.

L’analyse du document a toutefois permis d’identifier d’autres actions convenues entre les parties pour atteindre l’objectif du rapport technique, seules les actions pertinentes pour le cinéma populaire Nívea Stelmann ont été décrites. En outre, il convient de noter que l’élaboration du PPP s’aligne sur les dispositions de la Constitution fédérale, en ce qui concerne la responsabilité de toutes les entités publiques de fournir les moyens d’accéder à la culture.

Le document a été élaboré pour définir la responsabilité entre les parties en ce qui concerne la réactivation de la salle de cinéma de la gare, conformément à la portée des services prévus dans un plan de travail joint au document principal, un plan élaboré annuellement jusqu’à la fin du contrat, prévu pour le 31 décembre 2021.

La production du Partenariat public-privé a été développée pour répondre aux intérêts des sujets impliqués dans le contexte des documents. Le tableau 01 présente les sujets, le profil et les intérêts de chaque personne concernée.

Tableau 01 : Extrait du contexte de production du Partenariat public-privé

Sujets (stakeholders) Profil des sujets Intérêts des sujets
Hôtel de ville de Paraíba do Sul Organisation publique – Administration directe – Encourager les actions culturelles dans la municipalité
Fondation culturelle de Paraíba do Sul (FUNDAC) Entité publique – Administration indirecte (Municipalité) – Réactiver le cinéma populaire de la ville
Société privée exploitant la concession du Réseau ferroviaire fédéral Organisation privée – Compenser les effets des externalités résultant de la présence de la voie ferrée dans la commune
communauté Société – Accéder aux activités culturelles

Source : Résultat de recherche. Préparé par l’auteur (2020).

L’initiative de partenariat, de la part de la municipalité, aligne la responsabilité des entités publiques de promouvoir l’accès à la culture à la population et que les citoyens ont le plein droit aux droits culturels, selon les diktats de la Constitution fédérale de 1988.

Afin de répondre aux intérêts des personnes impliquées dans le processus de partenariat, certaines mesures ont été définies afin que l’on les développe, tel que présenté au tableau 02.

Tableau 02 : Extrait des mesures proposées par le Partenariat public-privé

Sujets (stakeholders) Actions proposées
Hôtel de ville de Paraíba do Sul – Réactiver le cinéma
Fondation culturelle de Paraíba do Sul (FUNDAC) – Gérer l’entretien des équipements multimédias

– Planifier des actions cinématographiques

Société privée exploitant la concession du Réseau ferroviaire fédéral – Faire don d’un équipement multimédia
communauté – Non applicable

Source : Résultat de recherche. Préparé par l’auteur (2020).

La municipalité était chargée de promouvoir la réactivation de la salle de cinéma, à travers l’installation du projecteur multimédia donné par l’entreprise. En ce qui concerne l’équipement, c’était aussi à l’autorité municipale de la conservation et de l’entretien de la même chose.

Une autre responsabilité attribuée à la municipalité faisait référence à l’utilisation de la salle pour mener des actions de sensibilisation aux risques d’accidents ferroviaires pour les collectivités qui utilisent l’espace culturel.

L’entretien physique, la mise à disposition du personnel et la gestion culturelle pour mener à bien les séances étaient de la responsabilité de la FUNDAC.

L’entreprise privée qui exploite la concession du Réseau ferroviaire fédéral dans la région du Sud-Est était responsable de fournir le projecteur multimédia pour la composition de l’équipement de la salle de cinéma municipale. D’autres actions prévues dans le contrat, qui seront menées par l’entreprise, ont fait référence à la récupération du plancher du centre culturel, à l’approvisionnement et à l’installation de banques dans la zone de loisirs de l’espace.

Dans la phase d’élaboration du Partenariat public privé, les membres de la société n’ont pas participé et le plan de travail a été préparé conjointement entre l’entité municipale et l’entreprise privée, dans lequel les activités de chacun d’eux ont été proposées, tel que décrit au tableau 03.

Tableau 03 : Extrait des activités proposées dans le Plan de travail

Sujets (stakeholders) Activités proposées
Hôtel de ville de Paraíba do Sul – Fournir des ressources humaines et du matériel pour l’installation du projecteur multimédia;

– Fournir des ressources financières pour la conservation du projecteur multimédia;

– Promouvoir les actions de sensibilisation sociale sur les risques d’accidents ferroviaires.

Fondation culturelle de Paraíba do Sul (FUNDAC) – Planifier la logistique de l’installation du projecteur multimédia;

– Gérer le processus d’installation du projet multimédia;

– Mettre en place des mécanismes de conservation du projecteur multimédia;

– Maintenance du projecteur multimédia;

– Établir un ordre du jour avec des actions de sensibilisation de la communauté concernant les risques d’accidents ferroviaires;

– Proposer des films sur la sécurité à proximité de la voie ferrée;

– Établir la programmation mensuelle de l’exposition cinématographique à la communauté en général; et

– Exécuter le processus de diffusion de la programmation cinématographique.

Société privée exploitant la concession du Réseau ferroviaire fédéral Faites le don d’un nouveau projecteur multimédia.
communauté sans objet.

Source : Résultat de recherche. Préparé par l’auteur (2020).

Le format du partenariat établi entre la municipalité et l’entreprise privée qui exploite la concession du Réseau ferroviaire fédéral dans la région sud-est montre que les dépenses d’entretien du cinéma seront classées comme dépenses continues, comme l’a défendu Sant’Anna (2019).

Les documents analysés ne mentiondaient pas le budget nécessaire à la mise en œuvre des propositions présentées dans le Partenariat public-privé et le Plan de travail, limitant seulement la présentation des activités et des parties concernées.

En ce qui concerne la participation des sujets à la production de propositions et de documents, la communauté n’a participé à aucune des phases, excluant la communauté d’exercer le droit de participation populaire aux décisions publiques. Dans le document du Partenariat public-privé, les parties concernées étaient la société privée qui exploite la concession du Réseau fédéral des chemins de fer dans la région du Sud-Est et de la municipalité de Paraíba do Sul, représentée par le directeur général.

Tableau 04 : Extrait du contexte de production des documents

Sujets (stakeholders) Profil des sujets Implication des sujets
Hôtel de ville de Paraíba do Sul Organisation publique – Administration directe – Participation à la proposition et à la mise en œuvre du Partenariat public-privé

– Participation à la proposition et à la mise en œuvre du Plan de travail

Fondation culturelle de Paraíba do Sul (FUNDAC) Entité publique – Administration indirecte (Municipalité) – N’a pas participé à la proposition et à la mise en œuvre du Partenariat public-privé

– Participation à la proposition et à la mise en œuvre du Plan de travail

Société privée exploitant la concession du Réseau ferroviaire fédéral Organisation privée – Participation à la proposition et à la mise en œuvre du Partenariat public-privé

– Participation à la proposition et à la mise en œuvre du Plan de travail

communauté Société – N’a pas participé à la proposition et à la mise en œuvre du Plan de travail

– N’a pas participé à la proposition et à la mise en œuvre du Plan de travail

Source : Résultat de recherche. Préparé par l’auteur (2020).

La réouverture du cinéma populaire a suscité une demande des spectateurs au-dessus des attentes et a nécessité une nouvelle dynamique d’organisation de la part de la fondation, notamment pour répondre aux demandes d’horaire des écoles municipales. Cette difficulté a été accentuée par le nombre limité de serveurs FUNDAC pour la gestion des activités cinématographiques et l’entretien physique de la salle d’exposition.

La forte demande d’horaires par les unités scolaires a rendu impossible, dans un premier temps, d’exposer les sessions de l’entreprise privée qui exploite la concession du Réseau ferroviaire fédéral dans la région du Sud-Est visant à sensibiliser les résidents aux risques liés à l’enseignement ferroviaire et environnemental. La quantité demandée indique que les gens s’intéressent à la culture en tant qu’artefact pour la construction de l’individu à travers l’environnement, comme le défend le courant anthropologique qui définit le terme culture.

Malgré les difficultés énumérées ci-dessus, elles ont eu des réalisations qui ont profité aux parties, qui ont été décrites dans le graphique 05.

Tableau 05 : Réalisations clés

Objet Principales réalisations
Hôtel de ville de Paraíba do Sul – Réception d’équipements multimédias

– Réactivation du cinéma populaire Nívea Stelmann

– Économies de ressources pour la réactivation du cinéma populaire

Fondation culturelle de Paraíba do Sul (FUNDAC) – Développement du projet Cinema da Hora (ancienneté)

– Développement du Projet Mémoire Vivante

Société privée exploitant la concession du Réseau ferroviaire fédéral Espace de sensibilisation pour réduire les accidents ferroviaires

– Espace d’action pour l’éducation environnementale des résidents, près de la voie ferrée

communauté – Accès à des activités cinématographiques gratuites

– Inclusion sociale

– Sauvetage et maintien de la mémoire locale

Source : Résultat de recherche. Préparé par l’auteur (2020).

Grâce à ce partenariat, Cinema Popular Nívea Stelmann dispose de l’équipement de projection pour un écran de 123 pouces et peut contenir jusqu’à 70 spectateurs lors de ses projections gratuites. Actuellement, la FUNDAC développe les projets Cinema da Hora pour les personnes âgées et Memória Viva qui recueille des témoignages vidéo de citoyens. Il promeut également des actions de sensibilisation sur les risques d’accidents à proximité du réseau ferroviaire présent dans la ville et les résidents qui vivent près des voies en ce qui concerne l’éducation à l’environnement (élimination des ordures).

Le partenariat entre les organisations a donné des résultats favorables à la ville, à l’entreprise et, en particulier, aux citoyens, puisque la plupart des actions et activités proposées dans les documents ont été exécutées en fonction de la portée des documents analysés. Il a servi d’outil qui a contribué à réduire l’écart dans la municipalité, conformément à celui préconisé par Michelitsch et al. (2017).

La revitalisation du cinéma a permis à la ville de fournir un espace pour encourager la culture, avec des projets pour les personnes âgées et le maintien de la mémoire locale. Ce n’était pas l’objectif des analyses, mais à proximité il y a de petits magasins qui ont peut-être bénéficié du flux de personnes qui fréquentent le cinéma.

L’entreprise privée qui exploite la concession du Réseau ferroviaire fédéral dans la région du Sud-Est a obtenu un espace pour une utilisation dans des actions visant à sensibiliser la population en ce qui concerne la sécurité à proximité de la ligne de chemin de fer. En outre, comme la ville avait également la responsabilité de promouvoir la sensibilisation de la population – en concomitance avec l’entreprise, l’entreprise privée qui exploite la concession du Réseau ferroviaire fédéral a augmenté le nombre d’interventions éducatives, sans avoir besoin de maintenir une unité administrative dans la municipalité.

La population a bénéficié directement du partenariat, puisque les sessions sont gratuites et qu’il y a des projets destinés à différents publics. Avec cela, les gens qui n’ont pas de revenus pour se rendre dans les cinémas privés des municipalités et payer des billets, ont la possibilité d’avoir accès à la culture cinématographique.

L’espace cinématographique de la municipalité représente une forme d’inclusion culturelle, un espace d’inclusion et d’interaction sociale, dimensions défendues dans la Constitution fédérale de 1988.

Le cinéma en tant que forme d’expression culturelle permet les processus d’inclusion susmentionnés et sous-tend l’identité et les idées créatives, comme le préconise l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la culture et la culture (UNESCO).

6. CONSIDÉRATIONS FINALES

L’objectif du rapport technique était d’analyser le document de mise en œuvre du Partenariat public-privé entre la municipalité de Paraíba do Sul et la société privée qui exploite la concession du Réseau ferroviaire fédéral dans la région du Sud-Est, pour la revitalisation du cinéma populaire municipal.

L’analyse du document nous a permis d’identifier que le partenariat apportait des avantages sociaux et culturels à la municipalité géographiquement éloignée des grands centres urbains, sans cinéma privé et qu’elle n’avait pas les ressources nécessaires pour revitaliser le cinéma populaire. Il a également été possible d’identifier à partir du document que le partenariat était favorable à l’entreprise privée, à l’entité publique et aux citoyens.

Les changements institutionnels à l’hôtel de ville début 2020 ont été un facteur limitatif qui n’a pas permis l’analyse du plan de travail du partenariat de la même année. Il convient de noter qu’il a été possible d’identifier la mise en œuvre des actions proposées dans le contrat et dans le Plan de travail pour l’année 2019, cependant, pour l’année suivante aucune analyse ne s’applique.

D’autres petites municipalités, géographiquement éloignées des centres urbains, pourraient bénéficier de partenariats avec des institutions privées pour promouvoir la culture locale, comme décrit dans le présent rapport. Une autre possibilité de recherche serait d’identifier les possibilités de partenariats avec des institutions ou des organisations internationales pour encourager la culture, ainsi que d’autres formes d’expressions culturelles.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

BRASIL. Constituição Federal de 1988. Disponível em: <http://www.planalto.gov.br/ccivil_03/constituicao/constituicao.htm>. Acesso em 03/10/19.

BRASIL. Presidência da República. Lei nº 8.313, de 23 de dezembro de 1991. Restabelece princípios da Lei n° 7.505, de 2 de julho de 1986, institui o Programa Nacional de Apoio à Cultura (Pronac) e dá outras providências. Disponível em: <http://www.planalto.gov.br/ccivil_03/leis/L8313cons.htm>. Acesso em 31/08/2019.

BRASIL. Presidência da República. Lei nº 11.079, de 30 de dezembro de 2004. Institui normas gerais para licitação e contratação de parceria público-privada no âmbito da administração pública. Disponível em: <http://www.planalto.gov.br/ccivil_03/leis/L8313cons.htm>. Acesso em 31/08/2019.

BRASIL. Ministério da Cultura (MinC). Impactos Econômicos da Lei Rouanet. 2019. Disponível em:<http://antigo.cultura.gov.br/documents/10883/1544705/Lei_Rouanet_Metrica_de_Avaliacao.pdf/266725c7-c3b0-4c88-8ac0-79bf5f8a5642>. Acesso em 30/08/2019.

BRASIL. Ministério da Cultura (MinC). Sistema de Apoio às Leis de Incentivo à Cultura (SalicNet). 2019. Disponível em: <http://sistemas.cultura.gov.br/salicnet/Salicnet/Salicnet.php>. Acesso em 30/08/2019.

CALABRE, Lia. Políticas culturais no Brasil: dos anos 1930 ao século XXI. Rio de Janeiro: Editora FGV, 2009.

CENTRO DE ESTUDOS INTERNACIONAIS SOBRE GOVERNO (CEGOV). Atlas econômico da cultura brasileira: metodologia I. Leandro Valiati; Ana Letícia do Nascimento Fialho (Org.). – Porto Alegre: Editora da UFRGS/CEGOV, 2017. 210 p.

FONSECA, João José Saraiva da. Metodologia da pesquisa científica. Fortaleza: UEC, 2002. Apostila.

FEATHERSTONE, Mike. Cultura de consumo e pós-modernismo. Trad. Julio Assis Simões. São Paulo: Studio Nobel, 1995.

GODOY, Arilda Schmidt. Introdução à pesquisa qualitativa e suas possibilidades. Revista de Administração de Empresas, v. 35, n. 2, p. 57-63, 1995.

LARAIA, Roque de Barros. Cultura: um conceito antropológico. Zahar, 2002. 117 p.

LAPLANTINE, François. Aprender Antropologia. São Paulo: Brasiliense, 2003.

LOPES, Oswaldo Ubríaco. Pesquisa básica versus pesquisa aplicada. Estudos Avançados, v. 5, n. 13, p. 219-221, 1991.

MARCONI, Marina de Andrade; LAKATOS, Eva Maria. Metodologia cientifica: ciência e conhecimento científico, métodos científicos, teoria, hipóteses e variáveis. 5. ed. São Paulo: Atlas, 2007.

HILAL, Adriana Victoria Garibaldi de. Dimensões e clusters de cultura organizacional de uma empresa com atuação internacional. Rio de Janeiro: Mauad, 2003.

MORAES, Marcos Siqueira; REYES-TAGLE, Gerardo. Os impactos fiscais dos contratos de parceria público-privada: estudo de caso do ambiente institucional e da prática no Brasil – Notas Técnicas do BID nº IDB-TN-1246. Banco Interamericano de Desenvolvimento, 2017. 93 p.

MICHELITSCH, Roland et al. Evaluación de Asociaciones Público-Privadas em Infraestructura. Washington: Banco Interamericano de Desarrollo, 2017.

MORETTIN, Eduardo Victorio. As exposições universais e o cinema: história e cultura. Revista Brasileira de História, v. 31, n. 61, p. 231-249, 2011.

NAKAMURA, André Luiz dos Santos. As parcerias público-privadas e a infraestrutura no Brasil. Revista de Direito Administrativo, v. 278, n. 2, p. 131-147, 2019.

OGBURN, William Fielding. Social Change with Respectto Culture and Original Nature. USA, 1922.

ORGANIZAÇÃO DAS NAÇÕES UNIDAS (ONU). Plataforma Agenda 2030. Os 17 Objetivos de Desenvolvimento Sustentável. 2015. Disponível em: <http://www.agenda2030.com.br/ods/17/>. Acesso em 31/10/2019.

ORGANIZAÇÃO DAS NAÇÕES UNIDAS PARA A EDUCAÇÃO, A CIÊNCIA E A CULTURA (UNESCO). Organização das Nações Unidas para a Educação, a Ciência e a Cultura. [?]. Disponível em: <https://nacoesunidas.org/agencia/unesco/>. Acesso em 04/10/2019.

ORGANIZAÇÃO DAS NAÇÕES UNIDAS PARA A EDUCAÇÃO, A CIÊNCIA E A CULTURA (UNESCO). Declaração Universal sobre a Diversidade Cultural. UNESCO: Paris, 2002. Disponível em: <https://www.oas.org/dil/port/2001%20Declara%C3%A7%C3%A3o%20Universal%20sobre%20a%20Diversidade%20Cultural%20da%20UNESCO.pdf>. Acesso em 01/10/2019.

PAES-LUCHIARI, Maria Thereza; BRUHNS, Heloisa Turini; SERRANO, Célia. Patrimônio, natureza e cultura. Campinas: Papirus Editora, 2007.

PECI, Alketa; SOBRAL, Filipe Azevedo. Parcerias público-privadas: análise comparativa das experiências britânica e brasileira. Cadernos EBAPE, v. 5, n. 2, p. 1-14, 2007.

PRODANOV, Cleber Cristiano. Metodologia do trabalho científico [recurso eletrônico]: métodos e técnicas da pesquisa e do trabalho acadêmico. – 2. ed. – Novo Hamburgo: Feevale, 2013.

SANT’ANNA, Lucas de Moraes Cassiano. Aspectos Orçamentários das Parcerias Público-Privadas. Almedina, 2019. 154 p.

SANTEIRO, Tales Vilela et al. Desenvolvimento humano e cinema: relato de experiência em disciplina de núcleo livre. Itinerarius reflections, v. 10, n 2, p. 1-22, 2014.

SCHAEFER, Richard T. Sociologia – Trad. Eliane Kanner – 6. ed. Porto Alegre: AMGH Editora Ltda, 2014.

SILVA, Leire Taíze Ribeiro; SILVA, Marcelo Alves. Parceria público-privada como instrumento de concretização do direito à saúde. Revista Digital de Direito Administrativo, n. 6, v. 1, p. 149-178, 2019.

SILVA, Cristiane Rocha; GOBBI, Beatriz Christo; SIMÃO, Ana Adalgisa. O uso da análise de conteúdo como uma ferramenta para a pesquisa qualitativa: descrição e aplicação do método. Organizações Rurais& Agroindustriais, v. 7, n. 1, p. 70-81, 2005.

SILVA, José Manuel Braz da. Parcerias Público-Privadas. Coimbra: Almedina, 2016.

TINHORÃO, José Ramos. Cultura popular: temas e questões. São Paulo: Ed 34, 2001. 264 p.

ZANELLA, Liane Carly Hermes. Metodologia de Pesquisa. – 2. ed. reimp. Florianópolis: Departamento de Ciências da Administração/UFSC, 2013. 134 p.: il.

[1] Elle est diplômée.

Soumis : février 2021.

Approuvé : mars 2021.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here