Intervention basée sur la pleine conscience et l’image corporelle chez les patients subissant une chirurgie bariatrique

DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!
Rate this post
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
Email

CONTEÚDO

ARTICLE ORIGINAL

MARCHESINI, Simone Dallegrave [1]

MARCHESINI, Simone Dallegrave. Intervention basée sur la pleine conscience et l’image corporelle chez les patients subissant une chirurgie bariatrique. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. Année. 07, éd. 02, Vol. 06, p. 17 à 39. Février 2022. ISSN : 2448-0959, Lien d’accès : https://www.nucleodoconhecimento.com.br/psychologie-fr/patient

RÉSUMÉ

Après les traitements pour la perte de grandes quantités de poids, l’insatisfaction avec l’image corporelle et le manque de reconnaissance du corps lui-même est récurrent. Ces facteurs sont des éléments d’étude en raison des difficultés rencontrées dans le maintien des résultats, à long terme, également dans le traitement chirurgical de l’obésité. Le manque d’identité avec la nouvelle forme et l’insatisfaction à l’égard de l’image corporelle ont été soulignés comme des facteurs de maintien de mauvaises habitudes alimentaires et d’une alimentation émotionnelle qui conduit à une récurrence du poids. En ce sens, l’intérêt a été soulevé quant à savoir si: Les petites interventions de mindfulness  auraient-elles la capacité d’améliorer l’image corporelle et de favoriser la reconnaissance des distorsions corporelles, afin de prévenir la récurrence du poids chez les patients subissant des chirurgies bariatriques? Cet article vise à étudier l’applicabilité de petites stratégies méditatives de mindfulness dans la prévention de la récidive du poids chez les patients bariatriques. La méthode présentée est un rapport de cas à travers 12 réunions hebdomadaires avec une cliente de 48 ans, un IMC préopératoire de 42 Kg/m2 et un IMC postopératoire de 21,67 Kg/m2. Les thèmes des réunions étaient: la psychoéducation sur la chirurgie bariatrique, l’approche familiale, l’évaluation et la psychoéducation sur les modèles cognitifs, l’évaluation de l’image corporelle et de l’identité corporelle par la composition de photos. Les autres rencontres ont été réparties entre les petites pratiques de la mindfulness : respiration, mouvement, alimentation en mindfulness et balayage corporel. Les pratiques ont démontré leur efficacité dans la réduction de l’écart entre la perception subjective interne du corps (interoception) et l’image corporelle (extéroception). Il y a eu une expérience positive du corps en dehors des exigences esthétiques, la réalisation d’une plus grande identité avec la forme du corps, la sortie du modèle perfectionniste et l’amélioration de l’évaluation de la forme et de la taille du corps. Les petites stratégies méditatives de type mindfulness se sont avérées efficaces dans la thérapie cognitivo-comportementale pour la prévention de la récidive du poids chez les patients bariatriques.

Mots-clés: Thérapie cognitivo-comportementale; Image corporelle; Mindfulness ; Chirurgie bariatrique; Récurrence du poids.

1. INTRODUCTION

La culture actuelle reste préjugée contre l’obésité et le surpoids malgré les efforts de mouvements de libération du corps et l’acceptation de la diversité. Le concept social des personnes vivant avec un poids excessif reste lié à l’échec de la volonté, sans jamais remettre en question l’héritage génétique ou la faiblesse de la santé. Une perspective plus récente mentionnée par Frederick et al. (2019) admet l’obésité comme une maladie et avec une hérédité définie. De ce point de vue, le contrôle du poids ne serait pas entièrement de la responsabilité du patient, mais multidimensionnel. Ces deux cadres, cependant, déterminent des positions qui stigmatisent l’individu, ou comme incapable face au comportement vorace des personnes obèses, ou comme un individu malade face à une prédisposition génétique.

Le cadre de la thérapie cognitivo-comportementale observe certaines caractéristiques communes chez les personnes en surpoids et obèses. Ce sont des schémas de pensée qui se répètent, interfèrent dans l’interprétation et la qualité de vie, dans le maintien des symptômes alimentaires, ainsi que dans l’insatisfaction à l’égard de l’image corporelle. En ce sens, le changement dans les schémas rigides de perception, de pensée et de sentiment ouvre la possibilité d’un rôle actif et efficace pour ceux qui recherchent la santé mentale au-delà de la perte de poids (SALA; VANZHULA; LEVINSON, 2019).

Freeman et De Wolf (1992) ont présenté les pensées automatiques et répétitives qui ont le plus d’impact sur la détermination du comportement des personnes en surpoids. Ces distorsions de la cognition, qui sont des erreurs d’accès et d’interprétation de la réalité, sont à la base de relations troublées avec la nourriture, l’image corporelle et le monde.

Selon Fairburn (2011), le schéma d’auto-évaluation dysfonctionnel, les problèmes liés aux habitudes alimentaires rigides, l’insatisfaction et l’interprétation déformée de l’image corporelle elle-même sont les aspects centraux du problème des troubles de l’alimentation qui peuvent ou non accompagner l’obésité. Ce modèle de fonctionnement implique le perfectionnisme, conduit les individus à minimiser leurs réalisations positives, à amplifier les échecs et à potentialiser les lacunes. En outre, il résonne avec une grande ampleur sur leurs concepts de soi et leur estime de soi, et contribue à la récurrence du poids.

En ce sens, l’intérêt est soulevé quant à savoir si: les petites interventions de mindfulness auraient-elles la capacité d’améliorer l’image corporelle et de favoriser la reconnaissance des distorsions corporelles, afin de prévenir la récurrence du poids chez les patients subissant des chirurgies bariatriques? Cet article vise à étudier l’applicabilité de petites stratégies méditatives de mindfulness dans la prévention de la récidive du poids chez les patients bariatriques. Pour cela, un rapport de cas a été présenté chez une cliente de 48 ans avec un IMC pré-chirurgical de 42 Kg/m2 et post-chirurgical de 21, 67 Kg/m2 assisté à 12 réunions, dans un schéma hebdomadaire divisé en 6 réunions pré-chirurgicales et 6 post-chirurgicales. Les thèmes des réunions étaient: la psychoéducation sur la chirurgie bariatrique, l’approche familiale, l’évaluation et la psychoéducation sur les schémas cognitifs, l’enregistrement des pensées dysfonctionnelles, l’évaluation de l’image corporelle et de l’identité corporelle par la composition de photos. Les autres réunions ont été réparties entre les pratiques de mindfulness : respiration, mouvement, alimentation en mindfulness et balayage corporel.

Les petites interventions des stratégies de mindfulness sont des pratiques tirées du programme de huit semaines qui visent l’acceptation en relation avec les pensées, les sensations ou les émotions qui peuvent survenir face aux perceptions internes et externes du corps. La formation de l’exemption de jugement, typique de ces pratiques, est une posture primordiale pour l’approche douce et curieuse de ce qui surgit à chaque instant.

Les changements dans le comportement alimentaire ont tendance à déclencher des pensées de tout ou rien. Ces pensées se manifestent par la violation de régimes rigides auto-imposés et entraînent des attitudes impulsives radicalement contraires aux restrictions alimentaires programmées. En ce qui concerne l’obésité elle-même, les pensées sont catastrophiques (« Être gros est pire que d’avoir un cancer »), tandis que le sentiment de puissance face au problème est minimisé (« Je ne peux pas! Ça ne sert à rien même d’essayer ! »). Abstraire sélectivement les recommandations professionnelles et disqualifier l’aide familiale (« La nutritionniste n’a rien dit de nouveau! Ma mère continue de se mettre en travers du chemin et se met en travers du chemin. »). Ils croient fidèlement en un schéma répandu et négatif sur leur situation (« Ça ne sert à rien, ça ne m’sert à rien ! » ; « J’ai essayé tout ce que vous pouvez imaginer. ») (BACALTCHUK; HAY, 2004).

Les personnes ayant de longues périodes de surpoids et d’obésité encourent souvent une distorsion cognitive appelée « lecture de pensée ». Cette distorsion est démontrée par les certitudes d’être rejeté et de souffrir de débauche ou de discrimination dans des groupes et des situations d’exposition (« Ils nous regardent comme si nous voulions être gros, il semble qu’ils soient dégoûtés de nous ! »). Ces personnes portent intérieurement le sens de l’obligation et du devoir de répondre aux attentes de minceur imposées par la culture dominante (« Je n’aurais pas dû manger autant. Je devais me contrôler. Tout le monde regarde quand c’est un gros gars qui mange! »).

Selon l’étude de Sarwer et al. (2019) les personnes obèses, en particulier celles qui cherchent à subir des chirurgies bariatriques, sont susceptibles d’avoir des troubles de l’humeur et des troubles de l’alimentation. La présence de ces psychopathologies dans la période préopératoire influence les résultats de la perte de poids et le maintien des résultats. Ces troubles comprennent des symptômes de frénésie et / ou de restriction alimentaire, une préoccupation excessive pour le thème de la nourriture et du corps, une insatisfaction à l’égard du poids et de la forme corporelle, un perfectionnisme clinique, une dépression et / ou de l’anxiété.

D’autre part, les schémas de pensée qui sont récurrents chez les individus dans le processus de récidive du poids couvrent les thèmes de la nourriture, du corps et du contrôle. Ils s’inquiètent excessivement et présentent une distorsion appelée « forme / pensée de fusion cognitive » qui les fait sauter de l’imagination de l’excès d’apport quantitatif d’aliments caloriques à la sensation d’être gros (DA LUZ et al., 2017).

Geller et al. (2019) expliquer que chez les patients bariatriques, l’indice de masse corporelle (IMC) est lié à la prévalence du suicide, mais que tous ne sont pas sensibles à ce facteur. D’autres interférences sont présentes, l’image corporelle étant le facteur le plus lié aux événements stressants et au comportement alimentaire utilisé pour réguler les émotions désagréables. Ainsi, observer les soi-disant épisodes de « manger émotionnellement » devient un indicateur important d’une mauvaise relation avec le corps lui-même et son image.

Fairburn (2011) affirme que les psychothérapies cognitivo-comportementales favorisent l’amélioration des symptômes et des facteurs de maintien des symptômes, de sorte qu’elles favorisent des résultats significatifs qui peuvent être maintenus sur une à deux ans de suivi. Le même auteur affirme qu’agir sur les facteurs qui maintiennent les symptômes plutôt que de rechercher les causes est l’une des stratégies utilisées dans la thérapie cognitivo-comportementale des troubles de l’alimentation et de l’obésité. Parmi ces facteurs figurent: l’insatisfaction à l’égard de l’image corporelle et la perte de contrôle au moment de manger. Dans le trouble de l’alimentation compulsive autant que la boulimie nerveuse, ces facteurs doivent être pris en compte.

Selon Preston et Ehrsson (2014), le corps perçu fait référence à la façon dont l’individu perçoit et évalue son corps; l’enregistrement de l’image corporelle selon Gao et al. (2016) est la représentation de l’image corporelle dans le cerveau humain.

2. DÉVELOPPEMENT

2.1 IMAGE CORPORELLE, ALIMENTATION ET RÉCURRENCE DU POIDS: LE CYCLE RÉPÉTÉ DE CONTRÔLE DU POIDS

La méditation de mindfulness, dans la conceptualisation de son créateur Kabat-Zinn (2005), est la pratique consistant à concentrer intentionnellement l’attention sur l’expérience du moment présent. Cette attitude de volonté concentrée se produit avec réceptivité et acceptation sans juger ce qui se passe ou s’accrocher à la façon dont cette expérience devrait ou ne devrait pas être.

Éviter le contact avec le corps, porter des vêtements amples, peser, esquiver les miroirs et éviter les contacts sociaux sont des comportements qui visent à prévenir les situations provocatrices d’anxiété par rapport à l’apparence physique (ALBERTS; Thewissen; Raes, 2012). D’autre part, les pratiques méditatives de mindfulness, considérées comme des interventions courtes, favorisent l’amélioration de la perception corporelle, de l’évaluation et de la conceptualisation de soi-même, et de la relation avec l’image corporelle (ALBERTSON; NEFF; DILL-SHACKLEFORD, 2015).

Chez les patients qui perdent de grandes quantités de poids, Ramalho et al. (2014) et Busetto et coll. (2018) se réfèrent à l’apparition de multiples améliorations de la santé générale, mais à la tendance de l’image corporelle à subir des répercussions négatives et même à être à la base de la récidive du poids. L’excès de peau résultant de la perte de volume corporel laisse la mémoire de l’obésité, altère l’esthétique et favorise le bien-être avec le retour de la graisse comme ressource plastique.

Dans une étude de Bastos et al. (2014) menée avec la population portugaise, l’incidence de la récidive pondérale était jusqu’à 40% chez les patients opérés par bariatrie, ce qui rend le sujet préoccupant. Au Brésil, 105 642 chirurgies bariatriques ont été effectuées en 2017 selon la Société brésilienne de chirurgie bariatrique et métabolique (SBCBM) avec des données obtenues du système d’information hospitalier et de DATASUS. L’augmentation de la moyenne annuelle du nombre de chirurgies au Brésil a été de 13,5% et, parallèlement à ce montant, les taux de récidive de poids ont également augmenté.

Peu importe s’il existe ou non une compréhension des aspects biologiques, génétiques et psychologiques impliqués dans le processus de perte de poids et de récupération, Velapati et al. (2018) fait remarquer qu’il semble y avoir une lacune non comblée dans le traitement des personnes vivant le cycle frustrant du contrôle des maladies chroniques qu’est l’obésité. Ce fait ancre la nécessité d’études supplémentaires qui favorisent la reconnaissance des ressources internes pour la gestion de l’impulsivité dans l’alimentation, la nouvelle image corporelle et l’estime de soi.

Le bypass gastrique Roux en Y a montré son efficacité dans le traitement de l’obésité sévère. Christou et al. (2006) et Pizato et al. (2017) citent des statistiques importantes et rapportent que 93 % des personnes exploitées maintiennent moins de 10 % du poids initial et 40 % maintiennent 30 % du poids perdu en 12 ans. La réduction du réservoir gastrique qui se produit dans les chirurgies bariatriques favorise les altérations métaboliques dont la différence dépend de la présence ou de l’absence de déviation intestinale et du type de cette déviation. Dimitriadis et al. (2017) rapportent que les changements dans l’anatomie causés par différentes techniques chirurgicales favorisent la réduction de la sécrétion d’hormone de la faim (ghréline), dans l’augmentation des peptides régulateurs de l’appétit, et peuvent modifier la sécrétion d’insuline avec l’amélioration du diabète sucré-2, entre autres changements.

Réduire l’insatisfaction à l’égard de l’image corporelle et favoriser une plus grande stabilité des résultats à long terme est un travail nécessaire qui n’est pas effectué en chirurgie bariatrique. L’absence de prise en charge des perceptions physiologiques (interoceptions) pour un meilleur contrôle de l’impulsivité, l’amélioration de l’estime de soi et l’assimilation de la nouvelle image corporelle peut être dans l’ensemble des justifications du problème de la récurrence du poids.

Les pratiques méditatives étaient efficaces pour améliorer les interoceptions (sensations physiologiques). Selon Cella et al. (2019) Les personnes obèses et en surpoids ayant des problèmes d’alimentation sont appauvries par les perceptions internes du corps. Fischer et al. (2017) rapportent qu’il existe une expérience efficace d’interventions telles que le « balayage corporel » ou le body scan au format de huit semaines en groupe, ce qui s’est avéré efficace pour augmenter l’interoception par rapport aux groupes témoins. Les signaux corporels tels que le rythme cardiaque ou la respiration, une fois concentrés et observés sans interférence, grâce à des pratiques de balayage corporel à long terme (20 minutes), ont permis d’améliorer la précision interoceptive. Les niveaux perceptuels mesurés avec la sous-échelle « conscience interoceptive » et le « Food Disorder Inventory-2 » ont démontré les résultats.

Les personnes souffrant d’obésité et de problèmes alimentaires décrivent une conscience appauvrie et une perception déformée des états de faim et de satiété. Chez les personnes qui ont une perte de contrôle au moment de manger, une sensation plus fréquente et plus grande chez les patients atteints de trouble de l’alimentation compulsive, la perception et la conscience de la faim et de la satiété sont pires. Ce phénomène se produit en raison des hormones gastriques, mais souffre également de l’influence d’une faible précision perceptuelle qui nuit à l’interception. Ces mêmes personnes ont une faible estime et un dérèglement impulsionnel (CELLA et al., 2019).

Selon Vaitl (1996) et Herbert et al. (2012) la faim et la satiété sont classées comme interoceptions car elles se réfèrent à la perception des sensations physiologiques des organes internes, en l’occurrence la « précision interoceptive » des signes gastro-intestinaux.

Le système nerveux entérique, également connu sous le nom d’axe cerveau-intestin, est considérablement affecté par les procédures bariatriques. Les sensations de faim, de satiété et même l’effet de l’empanzinamento causé par l’excès de nourriture sont déterminés par la limite de l’espace gastrique imposée par la technique chirurgicale, la diminution de la sécrétion de ghréline et d’autres changements hormonaux.

Badoud et Tsakiris (2017) ont étudié la corrélation entre l’interoception et l’image corporelle à partir de données comportementales et de neuroimagerie. À partir de là, ils ont tracé une corrélation entre les sensations perçues sur les conditions physiologiques propres, les sensations des organes internes et l’image corporelle, celle qui concerne la perception, les sentiments et les attitudes à l’égard du corps lui-même.

Badoud et Tsakiris (2017) expliquent comment les perceptions des organes internes (interception) affectent la formation de l’identité, ainsi que la perception du corps lui-même (extéroception). En effet, l’interception donne des sensations d’homéotase et d’équilibre qui assurent la stabilité biologique de l’organisme et qui sont également liées à la régulation émotionnelle.

Cella et al. (2019) rapportent que la stabilité émotionnelle est dérégulée chez les personnes ayant des comportements alimentaires perturbés, comme cela se produit dans les fonctions biologiques. Les auteurs expliquent également que cette instabilité émotionnelle est un prédicteur d’épisodes alimentaires compulsifs et d’autres troubles alimentaires.

Chez les candidats obèses à la chirurgie bariatrique avec frénésie alimentaire et qui ont participé à l’étude de Cella et al. (2019) il a été démontré que la régulation des impulsions, le décodage des émotions et la discrimination des sensations physiologiques impliquent l’interception (perception des battements cardiaques, changements dans la respiration, perception de la température de la peau, transpiration, sensations gastro-intestinales telles que la faim, etc.) et que ce sont des fonctions étroitement liées aux processus et aux schémas de pensée.

La pratique de la méditation de type mindfulness permet aux actions de sortir du mode automatique qu’elles sont habituellement. Le temps de l’expérience de la mindfulness est dans l’ici et maintenant, donc, dans le moment présent. Cela ne signifie pas que les souvenirs et les fantasmes ne peuvent pas surgir. Ce qui change, c’est l’attitude d’observation face à ces souvenirs, fantasmes ou préoccupations. Le flux de pensées et de sensations est observé et contemplé sans chercher de changements. (KABAT-ZINN, 2005).

Il y a une intention de réceptivité et d’acceptation par rapport aux pensées, aux sensations ou aux émotions qui peuvent survenir dans les pratiques de mindfulness. Rien n’est rejeté ou même qualifié de négatif ou de bon. L’absence de jugement est une posture primordiale pour l’approche douce et curieuse de ce qui émerge.

La curiosité doit être comme celle d’un débutant ou celle d’un enfant qui explore le monde. L’explorateur et le regard curieux sont invités à s’ouvrir à l’étonnant. Ce qui vient est bien reçu, sans jugement, avec une attitude douce, libre de suivre le courant. Rien ne doit être retenu ou emprisonné, avec une attitude de détachement.

Le temps ici et maintenant annule l’expérience des attentes concernant la façon dont il devrait ou ne devrait pas être. En même temps, la gratitude permet d’avoir une perspective positive et douce sur les faits de la vie et avec la nature humaine elle-même.

Tylka et Barcalow (2015) soulignent qu’en thérapie psychologique, il ne suffit pas d’éliminer la conception d’une image corporelle négative, mais il est nécessaire d’aider au développement d’une posture positive avec le corps. Ils soulignent que la perspective corporelle positive implique l’appréciation et le respect de son propre corps, ainsi que la capacité de le célébrer et de l’honorer. Passer d’une posture négative à une posture neutre ne ferait que passer de « je déteste mon corps » à « je tolère mon corps ».

En ce sens, les interventions visant à promouvoir l’acceptation et l’appréciation corporelle sont importantes dans la pratique de la psychothérapie des personnes qui ont une insatisfaction à l’égard de l’image corporelle; facteur de maintien de l’alimentation perturbée, expérience du manque de contrôle et de l’obésité.

3. MÉTHODE

Le présent article est un rapport de cas suivi dans une clinique privée pendant une période de douze semaines, divisé en deux étapes: six réunions préopératoires et six réunions postopératoires. Le suivi postopératoire à long terme se poursuit lors de réunions mensuelles.

Le service a débuté en septembre 2017. La cliente est une femme, à l’époque à 48 ans, IMC 42 Kg/m2 (obésité grade III). Son poids maximum était de 108 kg et sa hauteur de 1,60 m. Son poids minimum après la chirurgie était de 55,5 kg (IMC = 21,67 kg / m2). Elle a été recommandée pour une chirurgie bariatrique par l’endocrinologue après plusieurs tentatives de perte de poids partielle. Elle a présenté une récidive du poids total et une augmentation des kilogrammes à chaque régime. Ses examens cliniques et métaboliques justifiaient l’option de la chirurgie bariatrique. La chirurgie optionnelle était de type mixte: bypass gastrique avec pontage intestinal Roux en Y.

Les séances préopératoires consistaient en l’évaluation des critères décrits par Sarwer et al. (2014) en tant que points pertinents chez les patients candidats à des chirurgies bariatriques. Des éléments du Protocole de psychologie bariatrique de la Société brésilienne de chirurgie bariatrique et métabolique (2014) ont également été abordés.

L’étude de l’histoire de l’obésité et des facteurs traumatiques dans la ligne de vie a permis de trouver des situations possibles qui ont contribué au déclenchement de la maladie. L’évaluation des tentatives précédentes de perdre du poids et l’interférence de la qualité de l’engagement familial dans ces traitements. L’évaluation des postures de la famille et du client lui-même face aux problèmes émotionnels a apporté une perspective au succès du futur traitement chirurgical.

Les antécédents personnels et familiaux concernant l’utilisation ou l’abus d’alcool et de substances psychoactives ont permis de supposer des possibilités comportementales, ainsi que d’aider à la réalisation d’une possible migration de l’obésité à la dépendance à l’alcool au-delà des facilitateurs anatomiques et physiologiques de la chirurgie.

Les données socio-biographiques, les conditions économiques, le niveau d’éducation, la sensibilisation à la procédure effectuée, la résilience, la présence de diagnostics psychiatriques, y compris la présence ou l’absence de troubles de l’alimentation, étaient également des conditions importantes.

Les antécédents de la cliente indiquaient le début de la prise de poids à l’âge de treize ans après la ménarche et le manque de conseils sur les processus biologiques naturels de la femme. Les parents étaient en conflit conjugal et la cliente a révélé qu’elle avait mangé pour se soulager des mauvaises sensations qu’elle avait en assistant aux disputes du couple. La mère l’a accusée d’un placement en sa faveur car le conflit tournait autour de la découverte de l’adultère paternel. La génétique de l’obésité était d’origine paternelle (grand-mère obèse de grade III). Selon les rapports, le père de la cliente consommait de l’alcool de façon abusive, mais elle-même n’a pas exagéré l’alcool ou consommé de substances. Il a nié avoir été victime d’abus sexuels ou d’intimidation à l’école en raison de l’obésité. Il a fait référence au mécontentement avec son propre corps et au manque d’identité avec son image obèse. Vous avez toujours recherché un profil maigre que vous n’avez jamais pu conserver.

Le client est marié et père de deux enfants. Le mari et les enfants ont montré de la jalousie à son égard et, bien qu’ils aient exprimé leur soutien à la chirurgie bariatrique, ils ont exprimé leur crainte de possibles changements dans l’estime de soi et l’autonomie du client. Commentaires sur une possible trahison après la perte de poids a été faite par le mari.

Lorsqu’il suivait des régimes, dans le passé, les membres de sa famille lui imposaient de contrôler l’apport alimentaire et l’exercice physique, mais ne collaboraient pas pour la priver de faire des bonbons ou des pâtes pour les servir. Dans une tentative de perdre du poids, le client a utilisé de nombreux coupe-faim qui sont maintenant interdits sur le marché, ainsi que des antidépresseurs. Il a également utilisé des diurétiques et des laxatifs, tous intégrés dans les formules pour perdre du poids.

Il a déclaré avoir eu une frénésie alimentaire avec des épisodes qui se produisaient toujours à la fin des traitements pour perdre du poids. Il a eu des accès de perte de contrôle en mangeant et n’a interrompu la prise de nourriture que lorsqu’il était malade. Il a pris du poids très rapidement, a repris le poids perdu dans les programmes de régime et a toujours gagné un pourcentage d’augmentation.

4. INTERVENTIONS

4.1 PSYCHOÉDUCATION EN CHIRURGIE BARIATRIQUE

Colom et Vieta (2006) se réfèrent à la psychoéducation comme une stratégie de collaboration, d’information et de confiance basée sur un trépied. Cette stratégie vise à fournir des connaissances sur le problème à résoudre; développer des ressources afin que la personne elle-même puisse surveiller ses symptômes; jouer un rôle actif dans le traitement lui-même et permettre l’attention aux premiers signes d’aggravation de la maladie pour favoriser la recherche d’un nouveau traitement dès que nécessaire.

Dans un article de synthèse, Frederick et al. (2019) ont trouvé trente et un articles dans lesquels la psychoéducation apparaissait comme la principale stratégie utilisée dans la préparation des patients à la chirurgie bariatrique et métabolique. C’est une ressource internationalement connue et utilisée.

En l’espèce, tous les mécanismes du bypass gastrique de Roux en Y ont été clarifiés. La technique a été présentée comme une action mixte, restrictive (estomac plus petit) et une action désabsorptive (absorption plus faible des nutriments ingérés en raison d’une déviation intestinale). En raison de ces caractéristiques, le client était orienté sur la nécessité d’une supplémentation nutritionnelle pour le remplacement des vitamines, des minéraux et des protéines. Toutes les questions sur la chirurgie avaient de la place pour des éclaircissements à ce stade. La préoccupation prédominante concernait l’anesthésie générale et la perte de cheveux dans la période postopératoire.

Des orientations ont été faites sur les habitudes futures et nouvelles qui ont un impact sur le succès chirurgical, telles que: la mastication abondante, la consommation lente et l’attention au nouvel espace gastrique (pour éviter les entactions et / ou les vomissements), le service des repas, la priorisation du goût plutôt que de la quantité de nourriture, la restriction des sodas et des aliments pâteux et l’interdiction partielle des boissons alcoolisées.

Les effets désagréables de la chirurgie (rimanere bloccato, dumping, supplémentation nutritionnelle, perte de masse musculaire) ont tous été rapportés, en mettant l’accent sur le dumping qui se produit par l’ingestion d’aliments sucrés avec du saccharose, riches en glucides simples ou avec des concentrations élevées de graisses. Le dumping peut avoir lieu immédiatement après ou jusqu’à une heure après la consommation de ces denrées alimentaires. Peut causer de la diarrhée, se sentir malade, somnolent, se sentir faible, transpirer, shorty.

Enfin, les questions liées à la consommation d’alcool, à la dépendance à l’alcool et à la récidive du poids ont été abordées. Contrairement aux aliments qui ne sont pas absorbés et qui ont besoin d’une supplémentation, l’alcool est absorbé intégralement et très rapidement. Cet effet peut favoriser des effets de gratification cérébrale plus rapides (désinhibition et relaxation), la dépendance à l’alcool et des effets indésirables sur ceux qui boivent.

4.2 CONSULTATION FAMILIALE

Les séances familiales visaient à évaluer la relation familiale, la compréhension de l’obésité, leur volonté de prendre soin du client dans la période postopératoire, le soutien psychologique, la capacité financière pour la période de soins spéciaux (liquide, pâteux, fade; aide à l’habillage et au bain; retour à l’équipe multidisciplinaire; supplémentation nutritionnelle).

Les relations familiales étaient tendues en raison de l’interprétation de l’obésité comme un manque de contrôle et de mauvaises habitudes personnelles. La perspective machiste de l’environnement familial attribue à la femme le concept de figure responsable de la maison. Un modèle de femme obèse, avec une faible estime de soi et la volonté de servir les autres. Les membres de la famille associaient la perte de poids à une liberté excessive, à l’exhibitionnisme et à la vanité féminine. Cependant, il y avait une disponibilité pour les soins du client, en raison de son tableau clinique.

Le soutien psychologique s’est avéré fragile, mais le lien familial avec l’équipe était bon, ce qui a favorisé l’engagement à reprendre les consultations. La disponibilité de la supplémentation nutritionnelle était garantie, compte tenu de l’engagement envers le maintien de la santé.

4.3 ÉVALUATION ET PSYCHOÉDUCATION DES NORMES COGNITIVES

L’évaluation des schémas cognitifs est un type de tâche d’autosurveillance également connue sous le nom de Registre des pensées dysfonctionnelles (RPD). Cette activité consiste à annoter la fréquence et le contexte des comportements pour lesquels on veut susciter plus d’attention et de conscience, et à comprendre les liens entre les événements environnementaux, les pensées spontanées et les sensations. Dans la recherche de Frederick et al. (2019), ce type de stratégie est apparu dans vingt-huit articles et a été considéré comme la deuxième stratégie cognitivo-comportementale la plus utilisée dans les traitements de l’obésité et la chirurgie bariatrique.

4.4 ENREGISTREMENT DES PENSÉES, DES SENTIMENTS ET DES ATTITUDES ALIMENTAIRES (ÉVALUATION DES SYMPTÔMES : ALIMENTATION ÉMOTIONNELLE, FRÉNÉSIE ALIMENTAIRE, ANXIÉTÉ, DÉPRESSION)

L’enregistrement des pensées dysfonctionnelles et la distinction entre les événements, les pensées et les sentiments se concentraient sur la restructuration cognitive. Pour Leahy (2017), c’est à partir d’un nouveau sens et d’un nouveau sens qu’il est possible d’augmenter la motivation pour des changements à court et à long terme. Cette intervention permet de percevoir l’automaticité de pensées irréalistes et fondées sur des preuves. L’opposition des pensées automatiques aux schémas rationnels est une ressource possible à travers des questions stratégiques qui amènent le client lui-même à vérifier l’existence d’autres possibilités de concevoir cognitivement la même réalité.

Il a été possible d’observer que les pensées « Tout ou rien » liées au régime alimentaire apparaissaient fréquemment dans le registre du client qui était au courant de la date de l’intervention chirurgicale et des résultats promus sur la perte de poids. « Puisque je vais opérer, je vais manger tout ce que je veux » ; « Comme je ne pourrai plus jamais manger, je vais dire au revoir à ce que j’aime. »

Afin de rechercher des éléments de réalité factuelle, le patient a également été chargé de mener des recherches sur les déclarations des patients dans des groupes d’opérations bariatriques et de rechercher des données sur le régime postopératoire dans des rapports professionnels sur Internet. Des croyances plus enracinées et persistantes sur la perte de poids pourraient être confrontées à des pensées rationnelles et à des preuves scientifiques, toutes deux détachées de la simple déclaration du thérapeute. Les thèmes étaient: la fausse croyance de la perte de poids du jour à la nuit; perte de liquide corporel; l’idée que le processus de prise de poids a lieu dans un seul repas hors du modèle; équivalence calorique au gain de 1 kg.

4.5 ÉVALUATION DE L’IMAGE CORPORELLE ET DE L’IDENTITÉ CORPORELLE À TRAVERS LA COMPOSITION DES PHOTOS DEMANDÉES DU PATIENT: CONSTRUCTION DE L’ENFANCE À NOS JOURS DE L’HISTOIRE DE L’IMAGE CORPORELLE

Des photos correspondant chronologiquement à l’historique de prise de poids ont été demandées pour évaluer l’image corporelle. Il y avait une possibilité de construire une image postopératoire en fonction de l’IMC qui progressait au fil du temps. Dans un deuxième moment, avec l’augmentation de la masse musculaire, le gain de volume et la conception saine du corps pourraient être différenciés du corps avec un excès de graisse. Le but de cette intervention était de favoriser l’adaptation à sa propre image corporelle et la diminution de l’anxiété quant au volume corporel, car le volume ne correspond pas à la quantité de graisse.

A ce stade, de courtes interventions ont été initiées en mindfulness : auto-évaluation devant le miroir en compagnie du thérapeute et introduction à la pratique de la mindfulness en trois minutes.

En ce qui concerne le corps, les petites interventions visent la réalité fonctionnelle, vivante et pleine par opposition à la perfection.

Les ressources de gentillesse et de compassion aident à la réduction du jugement et de la fonction critique, typique du perfectionnisme clinique dans les troubles de l’alimentation. Ce sont des pratiques axées sur les sensations et les perceptions corporelles dans le moment présent, principalement axées sur la respiration et développées dans la thérapie cognitive basée sur la mindfulness (SEGAL; WILLIAMS; TEASDALE, 2013).

4.6 INTRODUCTION AUX INTERVENTIONS DE MINDFULNESS

La pratique de la respiration de mindfulness consiste à s’asseoir dans une position confortable et en même temps avec la colonne vertébrale droite mais non rigide. L’accent est mis sur les sensations corporelles et sur la perception des tensions possibles. Ensuite, l’esprit est invité à se reposer dans la respiration, sans la changer. Si les pensées traversent l’esprit, regardez-les et ne les suivez pas. L’esprit est tout souffle : il respire, expire, dans un cycle naturel.

L’invitation suivante est de rester dans le flux respiratoire et le détachement des pensées pour élargir doucement l’attention au corps dans son ensemble et élargir la perception du corps dans l’environnement à l’environnement dans lequel le corps est.

La pratique suivante est la marche de mindfulness: marcher doucement et lentement, avec les yeux adrisés, avec une grande attention sur chaque mouvement du corps: la sortie du pied du sol, le transfert de poids d’une jambe à l’autre, le soutien du pied plus loin sur le sol, la flexion du genou de la jambe postérieure, la rétention progressive du pied du sol (de la jambe postérieure), le mouvement des bras, la sortie vers l’avant du corps, etc. Moment par instant la conscience de marcher.

Manger dans un état méditatif (pratique des raisins secs au chocolat ou de la noix): est une invitation à adopter une posture respectueuse, dressée et non rigide pour observer la nourriture dans la paume de la main. Ensuite, payez près de la forme, de l’odeur, de la couleur, de la texture, des nuances et des sons de ce qui sera ingéré.

Le chemin de la nourriture de culture à la table augmente la gratitude. Surveiller mentalement l’ensemble du processus de plantation, de récolte et de transformation que cet aliment a traversé jusqu’à ce qu’il atteigne la table aide à comprendre l’interdépendance entre toutes choses. Éveiller l’ensemble collaboratif dans la disponibilité de la nourriture jusqu’à la transformation de ce qui est présenté dans l’ici et maintenant.

Il est utile pour l’interception de la perception de l’existence de la faim et de son emplacement corporel. Où est-il situé? Imaginez l’anatomie du nouvel estomac construit chirurgicalement et réalisez ses messages. Écoutez les signaux viscéraux et voyez s’il y a de la faim dans l’estomac. Continuez avec les neuf types de faim: la faim de l’œil, du nez, de l’oreille, de la main et de la langue (toucher et goût), la bouche, la tête et les cellules. La pratique suivante est appelée « balayage corporel » ou body scan et consiste à vous inviter à cartographier le corps comme un scanner. La pratique implique la conscience dans chaque partie du corps avec apparition sur le pied gauche. La direction doit être des membres inférieurs vers la tête, en alternant toujours des membres gauches vers les membres droits.

Ensuite, l’introduction à la pratique de l’auto-compassion et de l’amour pour le corps fonctionnel. C’est un appel à l’esprit de s’installer avec la respiration en trois minutes et d’évoquer doucement une image accueillante (soit). Le sentiment d’accueil est invité à rester afin que les bons vœux soient désirés à eux-mêmes de la même manière qu’à quelqu’un que vous aimez. Dans ce climat d’accueil, de gentillesse et de compassion, le thérapeute guide les vœux : pour que je sois bien, que je sois heureuse, que je puisse suivre avec paix.

Les séances post-chirurgicales ont répété les techniques méditatives de psychoéducation et de mindfulness axées sur le corps (respiration, marche, body scan et auto-compassion) chaque fois que nécessaire.

L’exploration des sensations physiologiques du corps (interception), y compris la faim, la satiété, le désir de manger, la satisfaction, l’agitation, le sommeil, les émotions et les sentiments avec des enregistrements et un emplacement dans le corps faisait partie de cette étape: où est la faim? Où se sent le siège? Dans la gorge? Dans l’estomac. La faim, c’est le nez, ça vient de l’odeur ? La faim est de l’œil, elle vient de l’esthétique de la nourriture?

5. RÉSULTATS

Au cours des 12 séances, il a été possible d’effectuer les courtes interventions en mindfulness qui ont permis l’expérience du corps en dehors des exigences esthétiques. Les interoceptions ont été entraînées pour favoriser la reconnaissance du corps ici et maintenant. Les stratégies guidées ont permis au client de vivre des sensations agréables en plus de manger.

Avec la perte de poids, le client a montré une plus grande identité avec la forme et la taille du corps, mais il y avait une aggravation en ce qui concerne les séquelles liées à l’excès de peau. C’était une raison de recontracter et de considérer la chirurgie reconstructive.

Les petites interventions en mindfulness ont permis au client de connaître des pratiques qui ont progressivement changé le concept sur lui-même et sur le corps lui-même. L’objet esthétiquement valorisé est passé au corps de plaisir et pleinement fonctionnel méritant des soins. Ce nouveau concept du corps a permis une estime de soi large et améliorée.

Les cultures d’acceptation et d’auto-compassion ont permis l’acceptation de sa propre nature corporelle en transition et ont créé les conditions d’une expérience physique plus harmonieuse. D’autre part, l’auto-exigence et le perfectionnisme clinique typiques des conditions alimentaires, tels que présentés dans Fairburn (2008), ont donné de la place à la permissivité de la différence et à la beauté de l’individualité.

Les difficultés présentées avec la satisfaction de l’image corporelle n’ont pas empêché le patient de pratiquer le body scan, la mindfulness en mouvement et la mindfulness appliquée à l’alimentation (avec visualisation du nouvel espace gastrique). Toutes les stratégies utilisées ont été dûment mises en évidence en tant que mainteneurs des améliorations obtenues. La pratique de l’auto-compassion s’est avérée être une préparation importante pour les pratiques de visualisation corporelle.

Les soins personnels et l’auto-compassion ont permis un meilleur choix d’aliments et la recherche d’exercices physiques sains et durables. Les aliments auparavant perçus comme non appétissants et non gratifiants ont commencé à être interprétés comme des facteurs de maintien de la santé, du bien-être et de la disposition physique. Les exercices physiques non agréables pourraient être adaptés avec l’intensité et la fréquence recommandées pour le poids, la taille et la composition corporelle du client.

Il y avait un positionnement plus sain dans les relations sociales avec moins de réactivité émotionnelle et une perception moins personnalisée de la réalité. La réduction du besoin de plaire aux pairs, moins de besoin d’approbation sociale et de validation a permis l’avancement des objectifs personnels.

La perte de poids a favorisé un sentiment de respect de soi et de soins personnels en raison des résultats positifs et évidents liés à l’effort du client. La reconstruction de l’image corporelle, bien que difficile, a été progressive et positive.

Dans la prévention de la récidive de poids et le maintien des résultats, des séances mensuelles ont été maintenues en tant qu’interventions dans le modèle de prévention des rechutes.

6. DISCUSSION

L’étude a des limites en raison du temps passé. La période décrite dans la littérature pour la récidive du poids, selon Magro et al (2008), est comprise entre 2 et 5 ans après l’opération.

En ce sens, il est nécessaire de tester les courtes interventions en mindfulness dans un échantillon significatif, prospectivement et pendant une plus longue période de temps. Le développement de pratiques avec des clients déjà en processus de récidive de poids est une voie alternative, ainsi que des études randomisées en double aveugle. De futures recherches en ce sens pourraient prouver la scientificité de la méthode.

Les facteurs métaboliques pertinents pour la technique chirurgicale sont des déterminants de la perte de poids et n’ont pas été pris en compte dans la présente étude. De plus, les actions anatomiques (chirurgie mal effectuée) ou hormonales (retour du niveau de ghréline) responsables de la récidive du poids n’ont pas été examinées. L’accent est resté mis sur les aspects psychologiques de l’image corporelle décrits dans l’étude.

Le cas assisté avait la collaboration du client et le bon lien thérapeutique. L’acceptation des pratiques proposées ainsi que l’accomplissement des tâches demandées ont permis le déroulement du processus.

Bien que la famille n’ait pas présenté une bonne acceptation de l’obésité en tant que maladie, elle a contribué au suivi multidisciplinaire du client et n’a pas interféré négativement dans les résultats chirurgicaux.

7. CONSIDÉRATIONS FINALES

La présente étude de cas avait pour référence une question visant à déterminer si de petites interventions de mindfulness auraient la capacité d’améliorer l’image corporelle et de reconnaître les distorsions corporelles chez les patients subissant des chirurgies bariatriques, dans le but de prévenir la récidive de poids chez les patients bariatriques. Au cours de 12 séances, il a été possible de démontrer que de petites interventions en mindfulness sont applicables à la thérapie cognitivo-comportementale dans la prévention de la récidive du poids chez les patients postopératoires en chirurgie bariatrique et métabolique. Une diminution de l’écart entre la perception subjective interne du corps (interoception) et l’image corporelle (extéroception) a été observée, avec une expérience positive du corps en dehors des exigences esthétiques, une plus grande identité avec la forme corporelle obtenue, une sortie du modèle perfectionniste et une évaluation de la forme et de la taille du corps.

Les petites pratiques en mindfulness ont contribué à la prévention de la récurrence du poids, notamment par l’insertion de la pratique interoceptive de l’imagination de l’estomac postopératoire réduit. Cette pratique était d’une grande importance pour l’adaptation et l’amélioration de la perception corporelle de l’intérieur vers l’extérieur.

Compte tenu des limites qu’un rapport de cas peut entraîner, l’étude a montré son applicabilité à la population à laquelle elle avait l’intention de s’adresser et a permis des avantages concernant le maintien des résultats chirurgicaux en chirurgie bariatrique.

RÉFÉRENCES

ALBERTS, H. J. E. M.; THEWISSEN, R.; RAES, L. Dealing with problematic eating behaviour. The effects of a mindfulness-based intervention on eating behaviour, food cravings, dichotomous thinking and body image concern. Appetite. v. 58, 3 ed, S.l.: Elsevier, 2012, p. 847-851. Disponível em: https://www.sciencedirect.com/science/ article/abs/pii/S0195666312000104. Acesso em: 14/05/2020.

ALBERTSON, Ellen R.; NEFF, Kristin D.; DILL-SHACKLEFORD, Karen E. Self-Compassion and Body Dissatisfaction in Women: A Randomized Controlled Trial of a Brief Meditation Intervention. Mindfulness. S.l.: Springer Nature, v. 6, 2015, p. 444–454. Disponível em: https://doi.org/10.1007/s12671-014-0277-3. Acesso em: 23/03/2020.

BACALTCHUK, J; HAY, P. J. Terapia Cognitivo-Comportamental dos Transtornos Alimentares. In: Knapp, P. (org). Terapia Cognitivo-Comportamental na Prática Psiquiátrica. Porto Alegre: Artmed, 2004, p. 299-310.

BADOUD, Deborah e TSAKIRIS, Emmanouil. From the body’s viscera to the body’s image: Is there a link between interoception and body image concerns? In: Neuroscience and Biobehavioral Reviews. v. 77, 2017, p. 237–246. Disponível em: https://doi.org/10.1016/j.neubiorev.2017.03.017. Acesso em: 30/07/2020.

BUSETTO L.; BUONGIORNO F. e SCHIFF, S. Studies on Body Image Changes After Bariatric Surgery in Adults. In: CUZZOLARO, Massimo; FASSINO, Secondo. (org) Body Image, Eating and Weight. c. 17, S.l.: Springer, 2018, p. 233-245. Disponível em: https://doi.org/10.1007/978-3-319-90817-5_17. Acesso em: 06/12/2020.

BYRNE, Susan M.; COOPER, Zafra; FAIRBURN, Christopher G. Psychological Predictors of Weight Regain in Obesity. Behav. Res. Ther, n. 42, 2014, p.1341–1356. Disponível em: https://doi.org/10.1016/j.neubiorev.2017.03.017. Acesso em: 20/08/2020.

CELLA, Stefania et al. Relationships between self-esteem, interoceptive awareness, impulse regulation, and binge eating path analysis in bariatric surgery candidates. Clinical Neuropsychiatry, v. 16, n. 5-6, 2017, p. 213-220. Disponível em: https:// doi.org/10.1016/j.neubiorev.2017.03.017. Acesso em: 20/12/2020.

COLOM, Francesc; VIETA, Eduard; SCOTT, Jan. Psychoeducation Manual for Bipolar Disorder. Cambridge: Cambridge University Press, 2006.

CHRISTOU, Nicolas; LOOK, Didier; MACLEAN, Lloyd. Weight Gain After Short- and Long-Limb Gastric Bypass in Patients Followed for Longer Than 10 Years. Annals of Surgery, v. 244, n. 5, 2006, p. 734-740. Disponível em: https://doi.org/10.1097/01.sla.0000217592.04061.d5. Acesso em: 11/11/2020.

DA LUZ, Felipe Q. et al. Early Maladaptive Schemas and Cognitive Distortions in Adults with Morbid Obesity: Relationships with Mental Health. Behav. Sci. v.7, fev/ 2017. Disponível em: https://www.researchgate.net/publication/314116001. Acesso em: 17/09/2020.

DIMITRIADIS, Georgios K.; RANDEVA, Manpal S.; MIRAS, Alexander D. Potential Hormone Mechanisms of Bariatric Surgery. Curr Obes Rep. v. 6, 3 ed,  2017, p. 253–265. Disponível em: https://doi.org/10.1007/s13679-017-0276-5. Acesso em: 22/12/2020.

FAIRBURN, Christopher. G. Cognitive behavior therapy and eating disorders. In: WILSON, G T Treatment of Binge Eating Disorder. New York: Guilford Press, 2011, p. 773–78.

FISCHER Dana; MESSNER Matthias; POLLATOS Olga Improvement of Interoceptive Processes after an 8-Week Body Scan Intervention. In: Human Neuroscience, v. 11, 2017, p. 452. Disponível em: https://doi.org/10.3389/fnhum.2017.00452. Acesso em: 20/05/2020.

FREDERICK, David A. et al. Can she be healthy at her weight? Effects of news media frames on antifat attitudes, dieting intentions, and perceived health risks of obesity. Stigma and Health Advance online publication, 2019. Disponível em: https://doi.org/10.1037/sah0000195. Acesso em: 02/09/2020.

FREEMAN, Arthur; WOLF, Rose De. The 10 Dumbest Mistakes Smart People Make And How To Avoid Them. New York: Harper Collins Publishers, 1992

GAO, Xiao et al. My Body Looks Like That Girl’s: Body Mass Index Modulates Brain Activity during Body Image Self-Reflection among Young Women. Journals Plos One. Out/2016. Disponível em: https://doi.org/10.1371/journal.pone.0164450 Acesso em: 12/08/2020.

GELLER, Shulamit et al. Psychological distress among bariatric surgery candidates: The roles of body image and emotional eating. Bariatric Surgery. v. 9, 2 ed. Aug/ 2019. Disponível em: https://doi.org/10.1111/cob.12298. Acesso em: 04/04/2020.

HERBERT, Beate et al. Interoception across modalities: on the relationship between cardiac awareness and the sensitivity for gastric functions. Journals Plos One. Mai/2012. Disponível em: https://doi.org/10.1371/journal.pone.0036646. Acesso em: 12/03/2020.

KABAT-ZINN, Jon. Full catastrophe living: Using the wisdom of your mind to face stress, pain and illness, 15ª ed. New York: Dell Publishing, 2005.

LEAHY, Robert L. Cognitive Therapy Techniques. A Practitioner’s Guide, 2 ed. New York: The Guilford Press, 2017.

MAGRO Daniéla Oliveira et al. Long-term weight regain after gastric bypass: a 5-year prospective study. Obes Surg, v.18, 2008, p. 648-651. Disponível em: https://doi.org/10.1007/s11695-007-9265-1 . Acesso em: 29/10/2020.

PIZATO, Nathalia et al. Effect of Grazing Behavior on Weight Regain Post-Bariatric Surgery: A Systematic Review Nutrients. 2017. Disponível em: https://doi.org/10.3390/nu9121322. Acesso em: 08/12/2020.

PRESTON, Catherine; EHRSSON, Henrik. Illusory Changes in Body Size Modulate Body Satisfaction in a Way That Is Related to Non-Clinical Eating Disorder Psychopathology. Journals Plos One. Jan/2014. Disponível em: https://doi.org/10.1371/journal.pone.0085773. Acesso em: 19/06/2020.

RAMALHO, Sofia Marlene Marques et al. Excessive Skin and Sexual Function: Relationship with Psychological Variables and Weight Regain in Women After Bariatric Surgery. Obes Surg, v. 25, 2014, p. 1149–1154. Disponível em: https://doi.org/10.1007/s11695-014-1514-5. Acesso em: 24/09/2020.

SARWER, David B. et al. Psychosocial Characteristics of Bariatric Surgery Candidates. In: SARWER, David B.; ALLISON, Kelly C. The ASMBS Textbook of Bariatric Surgery. v. 2. New York: Integrated Health, 2014

SARWER, David. B., et al. Psychopathology, disordered eating, and impulsivity as predictors of outcomes of bariatric surgery. Surgery for Obesity and Related Diseases. 4 ed., v. 15, 2019, p. 650-655. Disponível em: https://doi.org/10.1016/j.soard.2019.01.029. Acesso em: 10/11/2020.

SALA, Margarida; VANZHULA, Irina A.; LEVINSON, Cheri A. A longitudinal study on the association between facets of mindfulness and eating disorder symptoms in individuals diagnosed with eating disorders. In: Rev. European Eating Disorders Review, v.7, n.3, mai/2019. Disponível em: https://doi.org/10.1002/erv.2657. Acesso em: 20/07/2020.

Sociedade Brasileira de Cirurgia Bariátrica e Metabólica (SBCBM). Número de cirurgias bariátricas aumentam 46,7%. Boletim da Sociedade Brasileira de Cirurgia Bariátrica e Metabólica, n. 53, 2018. p. 5-7. Disponível em: https://www.sbcbm.org.br/portfolio/boletim-no-53-2018-2. Acesso em: 20/05/2020.

Sociedade Brasileira de Cirurgia Bariátrica e Metabólica (SBCBM). Protocolo clínico de COESAS (comissão das especialidades associadas) da SBCBM (sociedade brasileira de cirurgia bariátrica e metabólica) sobre a assistência psicológica no tratamento cirúrgico da obesidade. 2014.

SEGAL, Zindel V.; WILLIAMS, Mark; TEASDALE, John. Mindfulness Based Cognitive Therapy for Depression, 2º ed. New York: The Guilford Press, 2013.

TYLKA, Tracy L.; WOOD-BARCALOW, Nichole L. What is and what is not positive body image? Conceptual foundations and construct definition Body Image, v. 14, 2015, p.118-129. Disponível em: https://doi.org/10.1016/j.bodyim.2015.04.001. Acesso em: 20/05/2020.

VAITL D. Interoception. Biological psychology, n. 42, 1996. p. 1–27. Disponível em: https://doi.org/10.1016/0301-0511(95)05144-9. Acesso em: 20/09/2020.

VELAPATI, Saketh R. et al. Weight Regain after Bariatric Surgery: Prevalence, Etiology, and Treatment. Journal Current Nutrition Reports. v. 7 n. 4 ed. 2018. Disponível em: https://doi.org/10.1007/s13668-018-0243-0. Acesso em: 20/08/2020.

[1] Master en psychologie de l’UTP; Spécialiste en psychologie analytique; Spécialiste en psychologie clinique; Spécialiste en thérapie cognitivo-comportementale; Psychologie (premier cycle, baccalauréat, clinique et baccalauréat); Éducation artistique – Diplôme court. ORCID : 0000-0002-7983-7174.

Soumis: Novembre, 2021.

Approbation : Février 2022.

Rate this post

Leave a Reply

Your email address will not be published.

DOWNLOAD PDF
RC: 108498
POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

Solicitar Registro DOI
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita
WeCreativez WhatsApp Support
Temos uma equipe de suporte avançado. Entre em contato conosco!
👋 Bonjour, Besoin d'aide pour soumettre un article scientifique?