REVISTACIENTIFICAMULTIDISCIPLINARNUCLEODOCONHECIMENTO

Durabilité: la perception de ce concept dans une école municipale du sud d’Espírito Santo

DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!
5/5 - (1 vote)

CONTEÚDO

ARTICLE DE RÉVISION

PACHECO, Fábia Fagundes [1], BARRETO, Jhonata da Silva [2], SILVA, Roseli Barreto da [3], HERMOGENIO, Vanessa Cordeiro [4], RAGGI, Désirée Gonçalves [5], GUISSO, Luana Frigulha [6]

PACHECO, Fabia Fagundes (2004). Et al. Durabilité: la perception de ce concept dans une école municipale du sud d’Espírito Santo. Revue scientifique pluridisciplinaire de la base de connaissances. An 05, Ed. 05, vol. 07, p. 05-25. mai 2020. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/education-fr/perception-de-ce-concept

RÉSUMÉ

La durabilité est un thème vaste et important. Cela implique de réfléchir à de nouvelles propositions de production, mais aussi à de nouvelles façons de consommer. Ces propositions comprennent divers domaines tels que techniques, politiques et sociaux, et prévoient ainsi le développement d’une région. L’objectif de cet article est de décrire comment un projet interdisciplinaire a contribué à améliorer le niveau de compréhension de la durabilité dans les classes du deuxième suivi de l’éducation des jeunes et des adultes (EJA) dans une école municipale dans le sud de l’État d’Espírito Santo. Les pratiques pédagogiques menées ont porté sur les relations entre la réduction de la consommation aveugle, le consumérisme compulsif, les impacts de la pollution et les facteurs qui favorisent le réchauffement climatique, la réduction de la production de déchets et l’élimination correcte des déchets dans l’espace scolaire, démontrant les modes possibles de recyclage. Dans la collecte de données, un questionnaire a été utilisé pour vérifier le niveau de connaissance des élèves sur le sujet. La réalisation de ce projet a entraîné des changements dans la façon dont les individus de la région vivent et les actions menées ont permis une réflexion sur les actions en faveur de l’environnement. Le groupe impliqué a commencé à reproduire les connaissances acquises avec la famille et les amis.

Mots clés: Durabilité, consumérisme, recyclage, Éducation environnementale.

INTRODUCTION

Bien que les discussions sur la durabilité puissent être identifiées dans diverses déclarations et contextes historiques, les expressions les plus récentes de celui-ci remontent aux années 1970. Selon Lima (2003), au cours de cette période, la défense de la durabilité a été considérée, car il s’agissait d’un programme largement défendu par les mouvements sociaux. La défense de l’écologie a éclaté, en cette période, dans le monde entier – en particulier dans les conférences internationales promues par les Nations Unies (ONU) pour discuter des questions environnementales et de développement. Ainsi, les auteurs pionniers de divers domaines ont réfléchi sur ces questions. Depuis les années 1950, la société et les représentants politiques s’inquiétaient davantage des problèmes environnementaux.

Parmi ces accords diplomatiques, le « développement durable » s’est présenté comme l’un des principaux modèles de développement défendus par les représentants politiques. Ensuite, nous avons cherché à aborder cet objet dans le but de guider le public cible de cette réflexion. À cette fin, l’étude envisage à partir de la genèse de l’idée de durabilité, la récupération, pour cela, le concept de développement durable, et discutera également du thème compris comme un objectif à atteindre dans une perspective globale. Par la suite, l’adjectif « urabl » a été analysé, afin de visualiser la relation étroite entre la croissance économique et la durabilité, ainsi que la tentative d’adapter les objectifs durables aux normes de développement de la société (SANTOS, 2011).

Afin de comprendre comment les discussions qui ont favorisé la formulation de l’idée de « ésentement durabl » telle qu’elle est utilisée aujourd’hui ont émergé, l’humanité a dû revoir le processus de transformation causé par l’homme à la nature. L’homme a commencé à surmonter ses propres limites, a appris à créer des outils qui multipliaient les capacités qu’il considérait comme limitées, et en même temps compris que la résistance à l’environnement hostile pouvait être remplacée collectivement, par des groupes.

Selon Dias (2006), ces groupes, lorsqu’ils ont le même objectif, sont capables de multiplier les capacités individuelles. En ce sens, Santos (2011) met l’accent sur la pertinence du travail, considéré comme une activité qui nécessite une forte consommation d’énergie corporelle et cognitive, comme un but de combiner et de connecter les besoins humains et la nature. Par conséquent, l’auteur ajoute que c’est à partir de ce mouvement que les sociétés sont nées et entretenues. Ce sont les besoins fondamentaux qui déclenchent le désir de fournir des valeurs d’utilisation. Pour Marx (1988), la révolution entre l’homme et la nature aboutit à un processus considéré comme un travail, dans lequel l’être humain exerce des actions qui interfèrent et contrôlent la relation entre l’homme et la nature. Cette relation est constante et nécessaire, elle doit respecter un biais écologique et durable, de sorte que le comportement humain est décisif pour que la nature soit une ressource indispensable. L’humanité dépend de la nature, sans elle la vie est confrontée à des impasses et modifie toute la biodiversité du monde.

Ainsi, l’auteur Marx (1988) démontre clairement dans l’œuvre « O Capital » comment cette relation entre l’homme et la nature se développe. Pour l’auteur, l’homme, lorsqu’il agit sur la nature qui lui est extérieure, modifie également cette nature. En ce sens, Santos (2011) fait allusion que la posture humaine est déterminante de sorte que les changements nocifs ne génèrent pas de conséquences irréversibles pour l’environnement, et cela a commencé à partir du moment où l’homme a cessé d’être nomade et a commencé à avoir un logement fixe. Il souligne également que l’homme n’a plus le pouvoir de ne changer que de petites parties de l’environnement, potentialiser les interférences qui accélèrent les processus de dégradation, et a réussi en raison d’une plus grande consommation, de sorte qu’il n’est plus la consommation à la subsistance d’un petit groupe humain. Mais avec l’évolution de la civilisation, la production alimentaire s’est accrue et de nouvelles pratiques industrialisées ont été adoptées.

Ce phénomène a conduit à la croissance démographique, et donc les groupes ont fini par transformer les villages en villes, avec une occupation croissante de ces peuples dans les paysages naturels. Ainsi, Santos (2011) souligne qu’au fil des ans, ces interférences environnementales n’ont fait qu’augmenter, parce que les premières villes ont été formées, et avec cela, le besoin croissant de production à plus grande échelle a surgi, a soulevé les premiers travaux d’artisanat, et par conséquent le commerce a été déclenché. Peu à peu, la production n’était plus orientée pour répondre aux besoins des familles et a commencé à servir ceux qui avaient du capital pour acquérir ce qui était produit. Avec l’avènement de la révolution industrielle, il y a eu les changements les plus divers, en particulier sous forme de production. De cette façon, a cessé d’être artisanale et est devenu la fabrication.

Selon Dias (2006), la révolution industrielle a été une étape importante pour la croissance économique. Cet avènement a commencé au XVIIIe siècle, en Angleterre, et à partir de cette étape, de nombreuses possibilités ont été établies, renforçant ainsi l’économie et généré la richesse, la prospérité et la qualité de vie, ce qui rend le monde plus moderne et développé.

Cependant, la révolution industrielle a également répandu des changements dans l’environnement dans son ensemble, parce que selon Santos (2011) la production industrielle exige une consommation plus élevée d’énergie et de ressources environnementales pour générer le développement économique et la production efficacement. Déjà au XXe siècle, un nouveau modèle de production est apparu et les produits ont subi une différenciation de plus en plus grande pour répondre aux besoins d’un marché de plus en plus grand et plus exigeant. Il y a une diminution de la durée de vie utile des biens due à l’émergence de nouvelles technologies, et donc ces produits deviennent obsolètes rapidement, ce qui augmente la consommation et, par conséquent, la production de déchets qui ne reçoivent pas le traitement approprié à réabsorbé par la nature (SANTOS, 2011).

Le scénario exposé au XXIe siècle, selon Santos (2011), présente les caractéristiques suivantes : progrès économique significatif; l’inégalité sociale marquée; croissance démographique excessive; la destruction du patrimoine écologique mondial; encourager la consommation inconséquente; diminution de la mortalité infantile; l’augmentation de l’espérance de vie; les progrès technologiques; politiques environnementales pour la conservation de la planète. L’auteur souligne également que la tâche clé de la société a été définie dans l’aspect du développement durable, c’est-à-dire qu’elle exige des actions conscientes concernant les changements dans les activités économiques, sociales, politiques, culturelles et environnementales dans la société, afin d’atteindre des dimensions durables avec des attitudes viables, correctes et justes.

1. L’EXERCICE DE LA DURABILITÉ DANS LE CONTEXTE DE L’EJA

Proposer l’interconnexion entre le développement durable et l’enseignement de l’éducation des jeunes et des adultes (EJA) est une expérience qui va au-delà du concept et de l’action. De cette relation, la recherche soutient que c’est une nouvelle façon d’apprendre et de reconstruire l’environnement dans lequel nous vivons, en soulignant, dans ce processus, que prendre soin de la planète devrait être un acte universel. Nous défendons l’idée que plus le niveau d’éducation d’un peuple augmentera les possibilités de mise en œuvre de pratiques durables. Par conséquent, l’engagement de la société est essentiel dans la lutte contre la dégradation de l’environnement (TRISTÃO, 2004). Il a été observé que plus le niveau d’éducation d’une collectivité est élevé, plus les possibilités d’adopter des comportements de préservation de la nature sont grandes. La durabilité suppose des innovations basées sur de nouvelles connaissances. Pour innover, il faut que l’être humain recycle, réutilire, réutilire, repenser et réduire (5 R).

Il est nécessaire de construire aujourd’hui et l’avenir avec des actions durables. Pour cela, il est essentiel de revoir les pratiques entrepreneuriales de la personne, de l’entité juridique, des organismes publics et d’autres. Au Brésil, il existe le programme EJA, normalisé par la résolution no1 de la CNE/CEB, qui établit les lignes directrices pour l’éducation des jeunes et des adultes qui cherchent à répondre à la partie de la population qui n’a pas eu la possibilité de terminer les études. Dans ce contexte, l’enseignement devrait utiliser des pratiques interdisciplinaires, cherchant à intégrer différents domaines de connaissances, à travailler dans le contexte social. Ainsi, en mettant l’accent sur l’enseignement multidisciplinaire, il appartient à l’enseignant de consolider les connaissances existantes avec les nouvelles, dans le but d’émanciper et de sensibiliser l’élève à cet élève. L’EJA est une modalité d’éducation de base qui comprend des étapes de l’éducation: primaire ou secondaire.

Ils s’adressent à ceux qui n’ont pas terminé leurs études à un autre moment. Par conséquent, le processus d’enseignement et d’apprentissage de l’EJA est essentiel, car les intérêts des sujets qui l’utilisent ne sont pas les mêmes que ceux d’un enfant. Les expériences de vie et les particularités de chaque individu doivent être respectées, car elles impliquent la façon dont chaque personne traite les faits de la vie quotidienne, qui sont conditionnés par les caractéristiques de leur environnement social. En ce sens, l’élaboration et l’approche de la question de la durabilité étaient des exemples, dans la pratique, et l’exécution du projet a permis à chacun de s’impliquer d’une manière ou d’une autre. À l’heure actuelle, le souci de l’environnement est une préoccupation internationale. Il a gagné en popularité avec la Conférence de Stockholm, qui s’est tenue en 1972.

La préservation de la nature est une source de préoccupation qui éveille la société et les pouvoirs publics à adopter, ou du moins à essayer de prendre une nouvelle position sur l’environnement. Selon Jacobi (2003), la durabilité est également liée au contexte éducatif, car il y a un échange entre l’éducation et l’environnement. Ainsi, la promotion de l’éducation environnementale (EA) est un facteur essentiel pour un citoyen conscient de l’importance de ses attitudes envers l’environnement dans lequel il vit. Pour que le développement durable soit une réalité dans les entreprises et les industries, il est nécessaire de faire des investissements financiers et humains, non seulement avec des attitudes de préservation, telles que le reboisement, la dépollution des rivières, l’« énergie verte » et des mesures réglementaires telles que la supervision et les sanctions, mais aussi avec des stratégies éducatives, comme moyen de promouvoir la formation d’« êtres pensants » pour des attitudes durables.

Dans ce contexte, il est nécessaire de former des sujets qui comprennent les problèmes environnementaux qui composent leur réalité régionale, locale et globale, car ils ont plus de possibilités de contribuer à la construction d’un monde (à la fois social et culturel, ainsi que naturel) plus propice à la vie. Toutefois, il faut comprendre que «[…] la durabilité interfère avec les structures du pouvoir » (ALMEIDA, 2007, p. 139). Ce facteur finit par entraver la promotion et l’exécution de projets durables dans les domaines sociaux les plus divers. Les investissements élevés requis se heurtent à des objectifs et à la cupidité pour des profits plus élevés. Silva (2018, p. 76) décrit que la durabilité est fondamentale dans les différents domaines de la connaissance, c’est-à-dire que toutes les actions réalisées par des individus ou des personnes morales sont durables. Pour lui,

La durabilité de toute action politique, plan, programme ou projet – ne réussira que si elle prend en compte toutes ses dimensions, à savoir : sociale, environnementale, économique, culturelle, entre autres considérées dans chaque cas. Le grand défi est de générer des actions intégrées dans des projets qui répondent directement à toutes ces dimensions, afin qu’elles ne soient pas seulement comme parole et sans contrôle des résultats.

Selon Silva (2018), la durabilité existe lorsque l’organisation/entreprise maintient une ligne socialement juste, écologiquement correcte et économiquement viable et qu’il est essentiel que ces trois aspects soient interconnectés. En plus de la conscience sociale et du désir commun d’un environnement durable. Silva (2018, p. 91) recommande qu’il soit « nécessaire de changer ce qui a façonné la non-durabilité ». La constitution d’une société durable pose les défis suivants : lutter contre le gaspillage d’expérience et promouvoir la dignité humaine (RODRIGUES; TRISTÃO, 2011). Il est donc évident que l’homme est responsable de la promotion d’actions durables.

Pour Tristão (2004, p. 25), EA promeut les discussions autour de la durabilité et « émerge comme une possibilité de réenchantement, ouvre des possibilités de nouvelles connaissances, l’introduction de nouvelles métaphores en raison de son état de dialogue et de convergence de divers domaines de la connaissance ». Pour l’auteur, les attitudes durables favorisent et soutiennent simultanément le développement de procédures locales, contextuelles et globales qui transforment l’environnement, mais minimisent les inégalités entre les cultures en recréant de nouvelles techniques pour surmonter les difficultés liées à la pauvreté (TRISTÃO, 2010). Ainsi, l’auteur met l’accent sur le caractère éthique inhérent aux actions humaines axées sur la durabilité.

2. MÉTHODOLOGIE

Cet article rapporte comment un projet a été développé afin que les élèves de l’EJA d’une école municipale dans le sud d’Espírito Santo puissent assimiler, plus efficacement, le thème proposé ici (durabilité). La proposition visait également à faire en sorte que ces élèves améliorent leurs connaissances sur les actions durables, ce qui incite à prendre conscience de l’importance d’actions et de projets durables. Le projet a pris forme à partir d’une série d’activités pédagogiques. Au départ, un questionnaire a été appliqué qui nous a permis de vérifier ce que les 46 élèves des classes de 5e à 8e étape connaissaient sur le thème. Ils devraient expliquer le sujet étudié et leurs opinions étaient suffisantes pour comprendre comment ils ont lié la durabilité dans leurs actions.

Le projet consistait en différentes activités pédagogiques, cours, études dirigées et expositions, dans lesquelles les moments partageaient les productions et l’apprentissage. Les activités pédagogiques impliquaient la production d’affiches (Figure 1) sur le thème; recherche sur les réseaux sociaux; des actions visant la réutilisation de l’huile de soja déjà utilisée à d’autres fins (comme la fabrication de pain de savon) et, à ce stade, le laboratoire scientifique de l’école a été utilisé; il y a eu des conférences et la distribution de folder explicatifs et explicatifs (figures 6 et 7) et la distribution de la recette du pain de savon (figure 7) aux étudiants et employés, afin de les sensibiliser aux possibilités de préservation de l’environnement, ainsi que d’encourager la réutilisation de matériaux qui seraient jetés dans la nature.

En outre, ces attitudes contribuent également au revenu familial, comme c’est le cas des métiers fabriqués avec de vieux pneus, qui sont transformés en pots pour les plantes, les tabourets et tout ce que la créativité peut se comporter. En plus de ces activités pratiques, un cours d’exposition, une étude dirigée et des expositions ont également eu lieu, culminant dans des moments de partage et d’apprentissage. Ces actions pédagogiques sont décrites ci-dessous.

  • Activité 1 – Cours de réflexion sur le thème : Quel monde avons-nous ? Quel monde voulons-nous ? Ces deux questions étaient fondamentales afin que certaines préoccupations puissent être soulevées et que le processus de sensibilisation de ces élèves puisse commencer. Ils ont exprimé des faits inquiétants tels que : la déforestation; la pollution des rivières, de l’air et, surtout, un manque de sensibilisation durable. À partir des explications, les élèves ont commencé à repenser leurs propres actes et comment ils pouvaient collaborer pour avoir un monde durable. Par la suite, des actions durables ont été soulignées. Ce fut le moment de partager le regard particulier sur la planète et les actions de l’être humain. Sur la base de cette discussion, ils ont produit des affiches;
  • Activité 2 – Application d’un questionnaire comportant sept questions sur la sensibilisation durable qui a permis aux élèves de faire l’expérience d’une auto-réflexion sur la durabilité et de savoir si elle était présente dans leurs actions quotidiennes. Grâce à cet instrument, il a été possible d’appréhender les perceptions des élèves par rapport à ce qu’ils savent de la durabilité et ce processus a abouti à la réaffirmation de l’essentiel du thème pour la formation de citoyens conscients;
  • Activité 3 – La production d’affiches a eu lieu en groupe et les élèves ont pu présenter leur vision sur le thème de la durabilité. Comment construire des pratiques durables? Quel est votre rôle en tant que sujet durable? Comment profiter de la planète consciemment? Ces questions ont guidé la production d’affiches, dans lesquelles les élèves ont créé des messages sur les notions qu’ils ont développées à partir des études élaborées dans la première activité. Ils ont créé des moyens de diffuser les bonnes pratiques durables.

Figure 1 – Durabilité du point de vue de l’élève

Source: Préparé par l’auteur (2020)
  • Activité 4 – Les élèves ont regardé des vidéos sur le thème la durabilité. Puis l’espace a été ouvert pour la réflexion et la sensibilisation. Les questions suivantes ont été soulevées pour provoquer la considération: Quelle est ma responsabilité? Que puis-je faire pour propager des pratiques durables dans l’environnement dans lequel je vis? Comment faire une différence dans une communauté? Les petites pratiques durables sont-elles plus grandes ?

Il convient de souligner que c’était un moment pertinent, parce que les étudiants ont eu l’occasion de faire un parallèle entre une planète durable et une planète dégradée par les actions humaines.

  • Activité 5 – Production textuelle sur la durabilité. Après avoir élaboré leurs propres textes, les élèves lisent les textes d’autres élèves, de sorte que toutes les œuvres produites sont partagées. À ce moment-là, ils ont pu exercer et partager des idées et des arguments. Écrire sur le sujet était une stratégie pédagogique, et de là, il visait à aller au-delà des actions concrètes de la vie et de favoriser des processus cognitifs plus complexes, parce que la création d’un manuel nécessite des compétences cognitives plus élaborées qui enrichissent la pensée critique et contribuent à l’acquisition de nouvelles connaissances. Ils ont donc pu reproduire ce qu’ils ont appris en classe;
  • Activité 6 – Classe sur la réutilisation des pneus. Dans cette activité, la production de pièces faites à la main à l’aide de pneus a été proposée. Après la production des œuvres, ils sont devenus une partie du hall d’entrée du collège. L’école a changé son paysage, à travers des pièces décoratives, élaborées par le recyclage. L’objectif était que ces recommandations soient introduites dans la vie de l’ensemble de la communauté scolaire, y compris les parents des élèves afin qu’ils puissent réfléchir sur la façon de vivre durablement, et ainsi contribuer à la planète.
  • Activité 7 – Discussion sur l’élimination incorrecte de l’huile de cuisson. Dans cette activité, les questions suivantes ont été soulignées : Quelles conséquences génèrent-elles ? Que peut-on faire pour minimiser les impacts sur l’environnement? Comment réutiliser l’huile?

Figure 2 – Réservoir pour huile de cuisson usagée

Source: Préparé par l’auteur (2020)

Ensuite, la production de savon à barres a été proposée, dont la matière première est l’huile de cuisson déjà utilisée, sera bientôt réutilisée. Pour cela, un tambour a été mis à la disposition du ministère de l’Environnement pour les étudiants de déposer les bouteilles pour animaux de compagnie avec de l’huile de cuisson, qui a été apporté de la maison. Cette action était difficile à accomplir, étant donné que les élèves ne pouvaient pas effectuer sans le soutien d’un enseignant, car il s’agissait d’une activité avec la manipulation de soude caustique. Cependant, il s’agissait d’une activité agréable, comme tous les étudiants impliqués ont participé, contribuant au don d’huile de cuisson usagée.

Figure 3 – Recette de savon à barres

Source: Préparé par l’auteur (2020)

Enfin, tout le savon produit a été distribué aux étudiants et aux membres de la famille. Cela, en plus d’agir de manière durable et consciente, les élèves ont été encouragés à réfléchir à l’élimination incorrecte des résidus de contaminants dans l’environnement qui affectent l’écosystème des sols, des rivières et des mers, atteignant les eaux souterraines, la flore et la faune présentes dans cette route. Cette pratique entraînera des conséquences qui affectent directement la santé humaine et le déséquilibre des micro-organismes, des plantes et des animaux, puisque l’huile de cuisson est formée par des composants insolubles et lorsqu’elle est soumise à l’élimination dans le réseau d’égouts affecte négativement, provoquant la diminution de l’oxygène qui constitue la molécule H2O. Avec cela, il affecte l’écosystème à l’échelle mondiale. Ce problème a été discuté avec les élèves.

Figure 4 – Distribution de savon à base d’huile de cuisson

Source: Préparé par l’auteur (2020)
  • Activité 8 – Conférence sur la durabilité. Dans cette activité a également été effectuée la livraison de dossier d’information préparé avec les étudiants sur la durabilité et aussi l’exposition des activités développées.

Ce moment visait à multiplier les connaissances construites et pertinentes afin de diffuser dans la communauté les élaborations des élèves et de démontrer le travail collectif, entre enseignants et élèves, sur les moyens les plus appropriés de promouvoir des actions et des projets durables dans le contexte de l’école.

Figure 5 – Dossier sur la durabilité (à l’avant)

Source: Préparé par l’auteur (2020)

Figure 6 – Dossier sur la durabilité (dos)

Source: Préparé par l’auteur (2020)

Pour qu’il y ait une éducation vraiment durable, il est nécessaire que les personnes impliquées proposent de voir le monde d’une autre perspective et à travers le mot, comme Paulo Freire (2001) déclare. Lire le monde pour mieux le connaître, mieux l’interpréter, le rendre plus proche de l’être humain est ce qui permet d’agir mieux en cela. Lire le monde pour connaître ses problèmes, mais aussi ses potentialités qui peuvent conduire à des changements pour le mieux est un moyen de le valoriser et de l’exploiter.

3. RÉSULTATS

À partir des données présentées, résultant de l’articulation d’un projet de sensibilisation à l’importance de la durabilité dans le contexte de l’EJA, on peut souligner que les motivations de son application se sont produites en raison de la nécessité de faire réfléchir les étudiants concernés sur les actions et les projets durables qui sont proposés au quotidien, visant à améliorer leur niveau de sensibilisation à l’importance de la durabilité , afin qu’ils puissent changer leur propre comportement, à la fois des pratiques individuelles et collectives, à travers les connaissances étudiées. Il était extrêmement important de réaliser le potentiel de chaque participant, lorsque le groupe a commencé à décider où investir et facturer plus d’actions en ce qui concerne la préservation de l’environnement. Les premières réflexions sur le thème ont également suscité des clarifications sur ce concept.

Interrogés sur l’expression « développement durable » et sur le sens de ce terme, 15% des étudiants ont souligné l’alternative « L’interruption des pratiques économiques pour assurer la conservation des éléments naturels » et 85% des étudiants ont opté pour l’alternative « Le maintien du développement économique afin d’assurer la préservation de la nature et des ressources naturelles pour les générations futures ». On remarque que les élèves se sont montrés préoccupés par l’environnement. Il a été dit qu’ils mettaient l’accent sur la préservation de la nature non seulement parce qu’elle est la bonne, mais en vertu des générations futures. On observe également qu’ils ont cherché à défendre les intérêts du moment présent, mais en visant des pratiques qui se refléteront à l’avenir. En ce sens, Silva (2018, p. 17) explique que

Tout ce que vous faites et décidez, vous devez toujours vous assurer que vos décisions ont un impact important à la fois sur la responsabilité sociale et sur la durabilité des décisions d’impact communautaire.

Ce pourcentage de 85 % indique que ces étudiants connaissent de façon significative les idées qui se désiquent du concept de développement durable. La question considère la nécessité d’acquérir une prise de conscience et le modèle non soutenu de consommation des sociétés actuelles a suscité une grande inquiétude quant à l’épuisement des ressources naturelles, produisant les résultats suivants : 8,5 % des étudiants ont estimé que la société pratique une consommation aliénante; alors que 17,5% pensent que la consommation est une obsolescence planifiée et 74% des élèves ont déclaré que ce n’est que par une conscience écologique qu’un modèle durable de survie sera atteint.

Ce pourcentage (71%) de démonstrations indique que la plupart des étudiants considèrent qu’il est important que nous changions tous nos pratiques pour une vie durable. Selon Rodrigues et Tristão (2011), il est nécessaire de lutter contre le gaspillage. Il est donc crucial de repenser le modèle de consommation non durable, afin de promouvoir des transformations subjectives qui auront des répercussions, à long terme, sur les changements des modèles culturels. Face à ce problème, c’est-à-dire à la dévastation environnementale qui est née et établie avec le processus de développement industriel, la plupart des répondants ont souligné qu’ils commenceraient un processus de changement par des actions quotidiennes, telles que la défense collective. Cela s’est produit quand ils ont commencé à désirer des changements dans les habitudes communes, pour le bien-être de tous.

Ainsi, il est perçu que cette attitude est née grâce à la connaissance du développement durable des activités pédagogiques proposées. Il convient de noter que même s’il s’agit d’un changement lent, parce que le processus d’éducation est lent et doit être continu, il est essentiel. L’utilisation de l’expression « ésentement durabl » pour 35 % des étudiants qui collaborent avec le projet devrait être utilisée pour faire référence à la nécessité de maintenir l’environnement dans le processus de développement, afin que les ressources naturelles ne s’arrêtent pas et que d’autres problèmes environnementaux puissent être atténués. Toutefois, 65 % ont dit qu’il est intéressant de voir qu’il devrait y avoir une réconciliation entre le développement et l’environnement. Il est perçu que les élèves soutiennent que la sensibilisation à l’environnement est essentielle dans ce processus de recherche d’un environnement durable.

Tableau 1 – Objet du terme développement durable

But en %
Soutenir l’environnement au détriment du développement 35%
Proposer la réconciliation du développement avec l’environnement 65%

Source: Préparé par l’auteur (2020)

La durabilité vise à soutenir le développement socio-économique d’une manière plus écologique, c’est-à-dire conforme aux exigences de l’environnement lui-même. Par conséquent, le principal défi n’est pas de compromettre la capacité de ce média à répondre aux besoins des générations futures. De cette approche, on s’est interrogé sur les attitudes individuelles qu’ils adopteraient pour promouvoir le développement durable. Parmi les participants, 87 % éviteraient une consommation inutile. Déjà 2% achèterait ce qui est à la mode et jeter de toute façon ce qui n’est plus utilisé; tandis que 83 % adopteraient l’attitude d’éviter le gaspillage d’eau.

Un pourcentage de 63 % a également souligné que l’adhésion aux matériaux biodégradables, par contre, 33 % ont indiqué qu’elles n’adopteraient que des produits jetables, parce qu’ils comprennent qu’il s’agit d’une alternative viable dans leur contexte de vie. D’autre part, la possibilité d’utiliser un éclairage naturel ou des lampes à faible consommation a été choisie par 61 % des personnes concernées. Pour ceux qui ont indiqué cette option, il est essentiel de remplacer les lampes. La recherche a également souligné que 11% des collaborateurs de l’étude ont souligné qu’il est nécessaire de s’inquiéter de l’environnement dans la vie quotidienne.

Tableau 2 – Actions pour le développement durable

Marquer avec un X les attitudes individuelles possibles pour promouvoir le développement durable
Options de réponse Quantitative Pourcentage
Éviter le consumérisme inutile; 40 87%
Achetez ce qui est à la mode et jetez de toute façon ce qui n’est plus utilisé; 01 2%
 Diminuer les déchets d’eau; 38 83%
Acheter des produits biodégradables; 29 63%
Évitez les produits jetables; 15 33%
Utilisation d’éclairage naturel ou de lampes à faible consommation; 28 61%
Ne vous inquiétez pas de la sensibilisation à l’environnement dans votre cycle social. 05 11%

Source: Préparé par l’auteur (2020)

Les élèves ont été interrogés sur les modes d’utilisation et les coutumes que les activités humaines interfèrent dans le cycle de l’eau. Pour ce problème, 13% ont répondu que l’activité humaine interfère « dans la quantité totale, modifiant ainsi la qualité ». Cependant, pour 80% des élèves, cela ne fait que changer « la qualité de l’eau disponible pour la consommation des populations ». Parmi les participants, trois ne se sont pas positionnables avant la question, ce qui correspond à 7% du groupe. Compte tenu de ce problème, il a été dit que la forme de consommation d’eau affecte le cycle de l’eau. Ainsi, ils soulignent que lorsqu’il y a une utilisation incontrôlée, l’environnement est compromis, parce que l’on vit dans une situation déséquilibrée. Par conséquent, être conscient de ses propres actions est le début d’adopter des changements dans l’habitude et l’attitude.

Tableau 3 – Activités humaines et interférences dans le cycle de l’eau

Interfère avec le cycle de l’eau (%)
La quantité totale 13%
La quantité d’eau disponible pour la consommation des populations 80%
Ils ne se sont pas positionnes 7%

Source: Préparé par l’auteur (2020)

Les étudiants ont été invités à donner leur avis sur le terme « recyclage » et sur la question de savoir si le placement suivant est faux ou vrai : « L’idée du recyclage devrait être encouragée parce que c’est un moyen important de préserver l’environnement. » Au vu de cette conception, les étudiants se sont prononcés en faveur du recyclage. Il part de l’idée qu’avec le recyclage, l’environnement est moins altéré, car il réduit la pollution apportée par les décharges (réduction de la quantité de déchets) et permet d’économiser des ressources naturelles, comme les arbres (utilisés pour faire du papier), l’huile (matière première pour le plastique) et les ores (à partir desquels les métaux peuvent être obtenus).

Ainsi, 04% des élèves ont répondu faux, parce que, pour eux, le recyclage ne favorise pas la préservation de l’environnement et il est approprié de ne pas polluer. 85 % considèrent que l’énoncé est vrai et que le recyclage est essentiel pour vivre de manière plus durable et pour que les ressources soient préservées pour les générations futures. Dans cette question, cinq (5) étudiants n’ont obtenu aucune option, ce qui correspond à 11 % des participants. Selon ces étudiants non-répondants, la question est irréalisable, dans leur contexte, parce qu’ils ont des difficultés, dans leur routine, à pratiquer le recyclage.

Tableau 4 – L’importance du recyclage

Le recyclage devrait être encouragé (%)
Faux 04%
Vrai 85%
Ils n’ont pas donné leur avis 11%

Source: Préparé par l’auteur (2020)

Après des interrogations et des inférences des élèves sur le recyclage, un autre problème a été élucidé: s’ils réutilisent habituellement un certain type de matériel qui va à la perte. Chaque élève a marqué l’option qu’il jugeait pertinente à la réalité elle-même; considérant les actions quotidiennes elles-mêmes, dont le résultat est résumé dans le graphique 5.

Tableau 5 – Réutilisation des produits pouvant être recyclables

Avez-vous l’habitude de réutiliser une sorte de matériel qui va à la perte? Vérifiez l’option qui vous convient.
Options de réponse Quantitative Pourcentage
A) Non, parce que je ne sais pas comment réutiliser les matériaux. 6 13%
B) Non, parce que les ordures doivent être jetées à la poubelle. 4 9%
C) Oui, je transforme les boîtes à chaussures en paquets cadeaux ou je les utilise pour stocker d’autres objets; 10 22%
D) Oui, j’utilise des bouteilles pour entreposer l’huile que je n’utilise plus, ou d’autres matériaux; 14 30%
E) Oui, j’utilise les sacs qui avaient l’habitude d’aller à la poubelle pour magasiner; 12 26%

Source: Préparé par l’auteur (2020)

En ce qui concerne le tableau qui est exposé, dans lequel les élèves ont démontré quels matériaux ils réutilisent pour ne pas aller à la poubelle, l’option A (qui correspondait à 13% du total) est très préoccupante, puisque ce pourcentage révèle une quantité considérable. Ne pas savoir réutiliser les ordures est une situation préoccupante. Ainsi, il a été perçu l’importance de poursuivre les actions visant à sensibiliser les gens afin de minimiser ce résultat inquiétant. Les élèves ont réutilisé plusieurs matières. La figure suivante est un art avec des pneus qu’ils ont produit.

Figure 7 – Art des pneus

Source: Préparé par l’auteur (2020)

En plus de ce qui peut être affirmé avec ce texte, on s’attend à ce que quelque chose de mieux soit réalisé, par exemple, comme : des changements de valeurs, des actions conscientes et des exigences de la société pour l’incorporation d’actions durables. Ainsi, on s’attend à ce qu’il cherche, par conséquent, une culture avec un réseau de significations qui mènera à des pratiques durables efficaces dans la routine de ces étudiants. Grâce au questionnaire appliqué aux étudiants, des informations ont été recueillies sur les connaissances que les étudiants de l’EJA portaient et le degré d’intérêt d’eux sur la durabilité, et il était donc remarquable qu’ils travaillent à changer leurs habitudes. À la fin des travaux, une exposition a été organisée avec démonstration de l’utilisation de matériaux recyclables et des conférences pour alerter tout le monde. Ainsi, il était possible de faire leur intérêt pour le thème de plus en plus.

CONSIDÉRATIONS FINALES

L’importance d’avoir une compréhension large de la durabilité a été démontré, compte tenu du principe qu’elle implique, à la fois ses aspects mentaux, physiques, spirituels et sociaux. Ils peuvent servir de point de départ, en particulier en ce qui concerne les effets et les conséquences dans les différents environnements: familier, social et organisationnel. Le thème a été articulé dans le contexte de l’école, en raison de la relation intime entre l’environnement et l’apprentissage. Les élèves ont compris qu’ils peuvent traduire le thème en actions, ainsi que de l’appliquer à partir d’actions durables dans tous les contextes sociaux. Les données recueillies nous ont permis de comprendre le thème à travers une perspective scientifique plutôt qu’une simple idéologie, puisque la position des étudiants était conforme au thème de la durabilité.

La durabilité environnementale est associée à l’utilisation des ressources renouvelables et la communication et l’interaction avec les autres favorisent le déclenchement de pratiques plus écologiques. Ainsi, l’école doit fournir ce lien entre les élèves de l’EJA et la durabilité plus fréquemment, de sorte que les habitudes durables sont incorporées dans la vie et font partie de la culture des élèves. Ainsi, l’école devrait créer des mécanismes pour leur permettre de revoir leurs pratiques, et ainsi repenser les différentes dimensions du développement durable afin que de nouvelles motivations pour le soin des ressources naturelles apparaissent. Donner à l’autre le droit de prendre soin, de prendre soin et de protéger la planète exige l’attitude et la conscience. Ainsi, les problèmes environnementaux causés par les êtres humains peuvent être réduits et la société aura la chance d’assumer de nouvelles positions, conformément à la responsabilité durable.

RÉFÉRENCES

ALMEIDA, F. Les défis de la durabilité sont une rupture urgente. 15e ed. Rio de Janeiro: Elsevier, 2007.

Brésil. Constitution (1988). Constitution de la République fédérative du Brésil. Organisation d’Alexandre de Moraes. 16e ed. São Paulo: Atlas, 2014.

Brésil. Ministère de l’éducation. Paramètres du curriculum national : École primaire. Brasilia: MEC/SEF, 2000.

DIAS, R. Gestion de l’environnement : responsabilité sociale et durabilité. 3e ed. São Paulo: Nova Cultura, v.1, t.1, 2006.

FREIRE, P. Pédagogie de l’autonomie : connaissance nécessaire à la pratique éducative. 20e ed. São Paulo: Editora Paz e Terra S/A, 2001.

JACOBI, P. Éducation environnementale, citoyenneté et durabilité. Cahiers de recherche, n. 118, p. 189-206, 2003.

LEONARDI, M.L.A. (2009). L’éducation environnementale comme instruments pour surmonter le non-durabilité de la société d’aujourd’hui. IN : LEONARDI, M. L. A. Environnement, développement durable et politiques publiques. São Paulo: Cortez: Recife: Fondation João Nabuco, 1997.

LIMA, G. da. C. Le discours de la durabilité et ses implications pour l’éducation. Environnement et Société, v. 6, n. 2, p. 99-119, 2003.

MARX, K. Capital : critique de l’économie politique. Traduction par Regis Barbosa. São Paulo: Atlas, 1988.

MUNHOZ, T. Développement durable et éducation environnementale. : Éducation à l’environnement, 2004.

RODRIGUES, F. F. R.; TRISTAN, M. Sustainable School and Environmental Education: the knowledge of a community in the formation of the culture of sustainability. 2011. Disponible en: https://mail.google.com/mail/u/0/?tab=wm&ogbl#inbox?projector=1. Consulté le: 12 fév. 2020.

SANTOS, M. C. dos. Développement durable : interprétations critiques et scientifiques. 2011. 61 f. Specialization (Environmental Analysis and Education in Earth Sciences) – State University of Londrina, Londrina, 2011.

SILVA, H.L. da. Responsabilité et éthique. 2eéd. Curitiba: Fael, 2008.

TRISTAN, M. Éducation environnementale dans la formation des enseignants : réseaux de connaissances. São Paulo: Annablume, 2004. 236p.

TRISTAN, M. Éducation environnementale et contextes formateurs : une interprétation des mouvements dans la transition paradigmatique. Cahiers de recherche dans l’éducation, v. 14, p. 122-148, 2008.

TRISTAN, M. L’éducation environnementale et le paradigme de la durabilité en période de mondialisation. : WAR, A.F.; FIGUEIREDO, M. L. (org.). La durabilité dans le dialogue. Itajai-SC: Maison d’édition Univali, 2010, v. 1, p. 157-172.

UNESCO. Décennie des Nations Unies pour l’éducation pour le développement durable, 2005-2014 : document final du programme international de mise en œuvre. Brasilia: UNESCO, 2005. 120p.

[1] Maîtrise en sciences, technologie et éducation, du Collège Vale do Cricaré São Mateus.

[1][2] Maîtrise en sciences, technologie et éducation, du Collège Vale do Cricaré São Mateus.

[3] Spécialisation en gestion intégrée de l’éducation. Spécialisation en éducation environnementale. Diplôme en pédagogie. Diplôme en sciences – Qualification biologie.

[4] Spécialisation dans l’éducation spécialisée inclusive. Spécialisation en méthodologie d’enseignement des mathématiques. Spécialisation en gestion intégrée de l’éducation : administration, orientation, orientation et inspection. Spécialisation en supervision et coordination pédagogique. Diplôme en pédagogie. Diplôme en mathématiques.

[5] Doctorat en éducation environnementale – Professeur du Programme de maîtrise du Collège Vale do Cricaré.

[6] Maîtrise en technologie environnementale – Professeur du Programme de maîtrise du Collège Vale do Cricaré.

Envoyé : Avril, 2020.

Approuvé : mai 2020.

5/5 - (1 vote)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

DOWNLOAD PDF
RC: 56969
POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

SOLICITAR REGISTRO
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita
WeCreativez WhatsApp Support
Temos uma equipe de suporte avançado. Entre em contato conosco!
👋 Bonjour, Besoin d'aide pour soumettre un article scientifique?