La chronique: Formation des lecteurs en 9e année de l’école primaire

0
28
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

ARTICLE ORIGINAL

LIMA, Élida Valeria da Silva [1], CARIA, Josiano Regis [2]

LIMA, Élida Valeria da Silva. CARIA, Josiano Regis. La chronique: Formation des lecteurs en 9e année de l’école primaire. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 05, Ed. 11, vol. 02, pp. 131-149. novembre 2020. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/education-fr/la-chronique

RÉSUMÉ

La lecture est l’axe directeur de l’enseignement en portugais et, en tant que telle, doit devenir un objectif d’enseignement, car il s’agit d’un processus cognitif, historique, culturel et social de production de sens. Concevoir la lecture de cette façon nous rappelle comment organiser votre enseignement. Si les sens ne sont pas prêts dans le texte, il est nécessaire de contribuer pour les élèves à créer de bonnes stratégies pour établir les relations nécessaires à la compréhension. De telles stratégies imprègnent les genres textuels et le travail planifié à travers eux, en particulier la chronique. Les objectifs postulés ici comprennent la connaissance de ces stratégies de lecture pour la formation de lecteurs critiques des élèves dans une classe de 9. année d’école primaire dans une école publique de la municipalité de Presidente Figueiredo/AM. La méthode utilisée est celle de la recherche exploratoire mixte (quantitative et qualitative) de nature inductive, qui nous a conduits aux résultats énumérés, par l’application de questionnaires. Le thème, loin d’être épuisé, mérite d’être discuté et exploré, car la formation de lecteurs critiques est au cœur de la question la plus discutée parmi les spécialistes et les éducateurs de l’éducation de base.

Mots-clés: lecteurs compétents, genre textuel, chronique.

1. INTRODUCTION

Comprendre la lecture et comprendre ce que c’est de l’enseigner, c’est y réfléchir et en parler, c’est être un lecteur qui se sent plaisir dans cette pratique, c’est jouer le rôle de médiateur des textes et des lecteurs. Par conséquent, la pratique de l’enseignement de l’écriture en classe est considérée comme l’une des activités les plus difficiles pour les enseignants et les élèves, car elle est intrinsèquement liée à la lecture, étant dans sa distance sa plus grande objection. La plupart des enseignants disent que les élèves n’ont aucun intérêt à lire et n’aiment pas lire, et la conséquence est une écriture pauvre ou très difficile. D’autre part, beaucoup d’élèves disent que les enseignants n’ont pas de créativité, proposent toujours les mêmes activités, de la même manière et de manière traditionnelle dans les cours de portugais, quand ils ont inévitablement recours à l’écriture bien connue de vingt ou trente lignes. La pratique de la lecture à l’école devrait commencer par les propres expériences de l’enseignant, parce que former l’habitude de lire chez les élèves n’est pas une tâche facile. Le dialogue doit imprégner le processus d’enseignement et d’apprentissage autour de la lecture et de l’écriture, basé sur la vie réelle, afin qu’il y ait identification, sentiment d’appartenance et protagonisme. Dans ce contexte, le thème actuel « La chronique à l’école primaire » réfléchit sur la façon dont le travail pédagogique avec des lectures de chroniques favorise la conscience critique et les compétences d’écriture chez les élèves de 9 ans. année de l’école primaire, puisque les lacunes et les lacunes dans l’enseignement-apprentissage de la lecture et de l’écriture dans ce segment de l’enseignement sont évidentes par la diffusion des résultats d’évaluations à grande échelle dans l’État d’Amazonas.

Pourquoi les élèves s’intéressent-ils peu à la lecture de textes littéraires? Comment favoriser, par la pratique pédagogique, la formation de lecteurs compétents ? L’écriture est-elle favorisée par l’habitude de lire et surtout par le genre chronique ? Sur la base de ces questions, nous visons, de manière générique, à définir des stratégies pédagogiques du processus d’enseignement-apprentissage pour la formation de lecteurs critiques, à partir du sexe mentionné, en l’utilisant comme support pour le développement de la production textuelle dans l’environnement scolaire. Plus précisément, l’objectif est de déterminer les principales difficultés dans la formation des lecteurs et des producteurs de textes opiniés des élèves de 9e année de l’école primaire; définir les méthodes utilisées par les enseignants de langue portugaise, pour le développement des compétences en lecture avec un sexe chronique; souligner, à partir de la recherche, les moyens de développement et les stratégies de lecture, d’interprétation et d’écriture de textes dans le travail d’enseignement avec les élèves de ce segment de l’éducation de base. L’article de recherche présente la méthodologie exploratoire, avec une approche mixte de la méthode inductive. L’instrument est le questionnaire qualitatif de questions ouvertes et questionnaire aux étudiants de questions fermées, avec des variables de spectacles d’une partie de l’univers à rechercher dans une classe de 30 élèves de 9. Année de l’école primaire et avec deux enseignants dans le domaine des lettres de l’école publique Maria Calderaro dans la municipalité de Presidente Figueiredo.

Le thème de la lecture est venu non seulement des innovations dans le domaine intellectuel, des chercheurs brésiliens liés aux études linguistiques les plus récentes d’autres pays, mais aussi du phénomène maintenant postulé comme la « crise de la lecture » soulevant l’intérêt des chercheurs de divers domaines, tels que la philosophie, la psychologie, la sociologie, entre autres, en compétition pour l’approfondissement des études dans le domaine éducatif. La crise de la lecture que nous vivons remet en question la façon dont l’école, institution éducative formelle, a mené le processus, sans changements graduels, sans accompagner les progrès de l’éducation dans un monde globalisé où le savoir est accessible à tous.  Ainsi, il est essentiel que nous nous tournions vers les discussions et le travail postulé ici, afin d’offrir des possibilités de réévaluation des échecs consommés et des progrès professionnels de l’enseignement réalisés, permettant à ceux qui traitent ou traiteront avec la salle de classe quotidienne, qui sont en mesure de reconnaître la lecture comme une conception de la vie et non de l’école. Ce thème a été abordé dans l’article scientifique interdisciplinaire, Special Edition ABRALIN/SE, Itabaiana/SE, Année VIII, v.17, janv./jun. 2013, par Cristiane Menezes de Araújo et Sara Rogéria Santos Barbosa.

Le domaine de la langue portugaise a été choisi pour cette recherche, qui vise à réfléchir sur les questions de lecture et d’écriture dans l’éducation de base. L’école est l’espace d’exercice de la liberté de pensée et d’expression. C’est la porte d’entrée de la réflexion sur des aspects importants du comportement humain et de la vie dans la société.

C’est dans l’espace du dialogue, de la pensée ensemble, que l’apprentissage est assuré. Le rôle le plus important de l’enseignant, il convient de le noter, n’est pas d’apporter de l’information et des connaissances pour les « transmettre » aux élèves, mais de leur apprendre à gérer l’information et les connaissances que le monde leur fournit quotidiennement. (CAMPOS, 2014, p.21).

C’est à l’enseignant de créer, en classe, les conditions du développement d’activités qui permettent à chaque élève de dialoguer avec le texte, de l’interroger, de l’explorer; Participez en tant que lecteur du texte privilégié, mais sans autoritarisme, toujours réceptif aux lectures des élèves, en plus de leur permettre, selon le cas, l’accès aux interprétations que l’œuvre a reçu au fil du temps. Dans cette perspective, « pour lire simultanément, nous devons gérer avec dextérité les compétences de décodage et ajouter au texte nos objectifs, idées et expériences antérieurs [..] » (SOLÉ, 1998, p. 23).

Dans l’enseignement de la langue portugaise, la grammaire doit être en faveur de la lecture et de l’écriture, c’est-à-dire qu’elle doit être au service des pratiques linguistiques, afin que les élèves, lorsqu’ils apprennent les concepts qui régissent le fonctionnement de la langue, deviennent critiques et conscients des stratégies qu’ils doivent comprendre la lecture et se faire comprendre par l’écriture.

2. GENRES PCN ET TEXTUELS : BRÈVE RÉFLEXION

Le texte est depuis longtemps basé sur l’enseignement de la langue portugaise au Brésil, qu’il soit compris comme matériel destiné à la lecture et à l’étude ou comme quelque chose que l’étudiant doit apprendre à produire. Vers les années 1980, l’enseignement traditionnel des genres scolaires par excellence – narration, description et thèse – typologie textuelle à laquelle il a assisté pendant des années (et participe également) aux programmes d’études du portugais à l’école primaire, est aujourd’hui influencé par les notions de linguistique textuelle.

Avec la publication des Paramètres nationaux des programmes d’études (PCN), en 1997 et 1998, une nouvelle orientation pour l’enseignement de la langue portugaise émerge. À partir de ce document, les situations de production et de circulation des textes étudiés dans les cours de portugais deviennent importantes et deviennent l’un des objectifs de l’enseignement de la discipline. Les textes sont partout dans notre société et chacun d’eux présente une spécificité, ainsi qu’un objectif. Ces textes sont organisés en typologies et genres, qui énoncent des pratiques sociales bien définies.

Chaque texte est organisé dans un certain genre. Les différents genres existants, à leur tour, constituent des formes relativement stables d’expression, disponibles en culture, caractérisées par trois éléments : le contenu thématique, le style et la construction compositionnelle. On peut également affirmer que la notion de genre fait référence à des « familles » de textes qui partagent certaines caractéristiques communes, bien qu’hétérogènes, comme un aperçu duquel le texte est articulé, type de soutien communicatif, extension, degré de litéralité, par exemple, existant presque en nombre illimité. (BRASIL, MEC/SEF, PCNs 2001, p.26).

Il est important de souligner que dans les références utilisées par les Paramètres, la typologie textuelle n’est pas ignorée ou abandonnée, mais intégrée dans l’étude des genres, composées de séquences typologiques. Le contexte de la production de genre et sa fonction sociale sont très importants et l’accent mis sur l’enseignement des langues et l’enseignement des genres oraux publics formels est valorisé. C’est à partir du travail avec les genres textuels dans les classes de langue portugaise que les élèves auront une perspective adéquate des exigences sociales, afin qu’ils deviennent des citoyens capables de communiquer, d’agir et d’intervenir positivement dans les situations et les résolutions des problèmes quotidiens de la vie.

3. LES GENRES TEXTUELS EN CLASSE ET L’INCITATION À LIRE

Le sens de la lecture ne se limite pas aux lettres imprimées sur une page papier : les astrologues lisent les étoiles pour prédire l’avenir; le musicien lit la partition pour jouer de son instrument; le médecin lit la maladie chez son patient; La mère lit le besoin sur le visage de son bébé. Enfin, toutes ces façons de lire sont associées à la possibilité de déchiffrer, traduire des signes et lire le monde.

Il en va de même lorsque nous lisons les lettres dans divers médias. La lecture du nom de l’autobus que nous prendons, à partir d’un journal ou d’un magazine, à partir d’un courriel, d’un livre de littérature, d’un billet ou d’un billet léger exige différents niveaux de concentration et sont motivées par des intérêts divers, suscitant également des sentiments divers. En outre, il y a une diversité parmi les livres que nous lisons : il y a ceux qui étudient, ceux qui sont toujours relus, il y a les livres de poche que nous portons pour nous amuser, les livres difficiles que nous devons presque traduire. Différents types de livres demandent également des lectures différentes les uns des autres. En ce sens, Isabel Solé (1998, p. 93) nous rappelle que

Les objectifs des lecteurs en ce qui concerne un texte peuvent être très variés, et même si nous les énumérions, nous ne pourrions jamais prétendre que notre liste serait exhaustive; il y aura autant d’objectifs que les lecteurs, dans différentes situations et moments.

L’auteur cite quelques exemples d’objectifs de lecture tels que la lecture pour obtenir des informations exactes; lire pour suivre les instructions; lire pour apprendre, entre autres. Tous ces exemples de « que lire ? » nous rappellent la prise de conscience de la relation dialogique entre la lecture et l’enseignement, conduisant le lecteur à des cercles sociaux intrinsèques et inséparables de partage de la réalité. À partir de ces déclarations, nous pouvons nous demander : comment la lecture a-t-elle été pratiquée dans les écoles et plus particulièrement dans les cours de portugais? Quels sont les critères pour les choix textuels que l’enseignant utilise en classe?

Les possibilités de lecture dans ses différents genres textuels devraient être étendues au-delà des livres de littérature (des auteurs consacrés ou non) et/ou didactiques. Les textes multimodaux socialement environnants devraient être explorés afin que les élèves prennent conscience des différentes langues tissées dans la communication humaine dans différents contextes. Il est nécessaire de créer des situations dans lesquelles les élèves pensent aux activités quotidiennes qui les obligeront à lire efficacement, comme la recherche dans les journaux du synopsis d’un film exposé.

La combinaison des concepts de genre textuel et de pratiques linguistiques dans les références didactiques produit certainement un apprentissage durable, puisqu’il légitime les actions des élèves autour de la langue, c’est-à-dire qu’il leur permet de vivre, dans le contexte scolaire, des situations de lecture, d’écriture et d’oralité similaires à celles auxquelles ils seront certainement confrontés dans la société, en dehors des murs de l’école. (TAVARES, 2012, p. 67).

C’est par l’interaction et le dialogue que l’enseignant repensera les pratiques de lecture à l’école en tant que médiateur entre les textes et les lecteurs. L’enseignant médiatisateur agit également comme un facilitateur de l’apprentissage et, dans l’enseignement de la lecture, c’est le principal stimulateur pour l’habitude de lire. Par la posture active dans la salle de classe partageant des textes lus, informant des critiques, lisant, expliquant et donnant des exemples, explorant des alternatives de lecture, il l’enseignant-stimulateur finit par gagner le plaisir de lire dans ses élèves au premier plan et, bien sûr, parvient à explorer les différents genres avec ses fonctions sociales.

Le travail explicite avec les genres textuels est indispensable dans les cours de lecture. Dans la pratique de l’enseignement, l’enseignant doit présenter aux élèves différents genres pour qu’ils se familiarisent avec les différentes façons dont les textes prennent pour circuler dans la société. Pour cette raison, il est très important d’effectuer des activités d’analyse comparative entre les sexes pour atteindre cet objectif. En outre, les activités donnent à l’enseignant l’occasion d’aborder deux éléments pragmatiques : l’intentionnalité et l’acceptabilité […] (OLIVEIRA, 2010, p. 86).

Dans le travail avec la lecture littéraire dans la salle de classe, il faut considérer ce qui s’inscrit dans les cinquante minutes réduites d’une classe ou le temps qui lui est assigné. Par conséquent, il est bienvenu de choisir des genres plus courts – chroniques, nouvelles, poèmes – pour des sessions de lecture suivies de discussions ou d’autres activités par le groupe d’élèves et d’enseignants. Pour lire des livres réalisés en dehors de l’environnement scolaire, l’enseignant peut déterminer les dates des activités de socialisation de ces lectures, à travers des conversations sur les livres, l’écriture de critiques, des blogs, des peintures murales, entre autres qui déplacent les circuits des livres à l’école.

4. LA CHRONIQUE : CONNAÎTRE LE GENRE

Le mot chronique vient de la jonction du terme grec « Khónos » ou latin « Chronos » signifiant temps. En portugais, la chronique a le sens d’un bref commentaire, publié dans les journaux, les magazines ou les médias électroniques. Il traite essentiellement de faits réels et/ou imaginaires de la vie quotidienne, influencés par des courants impressionnistes et poétiques.

Dans les premiers jours de la civilisation portugaise, il y avait le récit des faits considérés comme importants dans la sphère politique et économique. Plus tard, ces documents ont été organisés dans la soi-disant Anaïs de l’Histoire. Dans ce contexte, les chroniques avaient aussi un sens strictement historique, puisqu’elles exénuaient les actes des rois et les rapportaient à la postérité. À la fin du Moyen Âge, le genre culmine avec les récits du chroniqueur portugais Fernão Lopes (1418), qui décrit le gouvernement des rois D. Pedro I, D. Fernando et D. João I. Pendant la Renaissance, la chronique s’est poursuivie comme un texte d’enregistrement historique.

La chronique a reçu les contours littéraires que nous avons rencontrés au début du 19ème siècle avec l’avènement du romantisme. La chronique brésilienne est établie au moment où les journaux ont commencé à circuler (de la venue de la famille royale) dans les principales villes.

Bien qu’elle ne dérive pas des genres établis depuis l’Antiquité, la chronique a deux antécédents historiques : 1) l’essai, un type de texte créé par le Français Michel de Montaigne au XVIe siècle, qui fusionne expérience autobiographique et réflexion sur le monde avec une lapidation stylistique qui transforme sa lecture en quelque chose de comparable à la jouissance d’un roman; 2) l’familiar essay d’origine anglaise, genre de commentaire et rêverie personnelle publié dans les journaux par les soi-disant « sérialistes ». (PINTO, 2005, p.9).

Le genre a été confirmé comme étant doux, ce qui ne prétend pas durer, puisqu’il est exposé, en particulier dans le journal, des moyens de communication dans lesquels tout est rapide et périssable. Cependant, au fil des ans, la chronique s’est éloignée de la mission d’informer et de commenter, d’être conscient et de divertir le lecteur. La langue s’est dépouillée, s’éloigneant de la logique argumentative et de la critique politique.

Après la Semaine de l’Art de 1922, avec la diffusion de l’esthétique moderniste et sa consolidation, une génération de chroniqueurs a émergé au Brésil, parmi lesquels nous avons Manuel Bandeira, Cecília Meireles, Carlos Drummond de Andrade, Rachel de Queiroz, Clarice Lispector entre autres. Le nom le plus représentatif de la chronique contemporaine, cependant, est Rubem Braga, qui a commencé sa carrière dans les années 1930 et a donné une nouvelle voix à la chronique brésilienne. De là,

La chronique apparaît comme le côté positif de notre identité nationale problématique : à une petite réalité, sans portée ni possibilité d’utopie, correspond à un genre qui donne couleur et forme aux lois de la vie quotidienne, qui trouve dans l’humour, la débauche et la banalité une expression saine de cette informalité sociale qui masque parfois les inégalités économiques, l’autoritarisme et la confusion entre les sphères publique et privée. Ironiquement, donc, la chronique provient d’une sorte de complexe d’infériorité de la société et de la littérature brésiliennes, pour devenir un genre authentiquement brésilien, avec un recueil de textes dont peu de pouvoirs littéraires ont réussi à s’accumuler. (PINTO, 2005, p.10).

La chronique brésilienne détient un caractère unique pour son style objectif, qui transcende son soutien original en raison de son lysisme. Actuellement, il est possible de trouver des chroniques des meilleurs écrivains au Brésil réunis dans des livres et des anthologies.

Il y a des chroniques qui sont des thèses, comme dans Machado de Assis; d’autres sont des poèmes en prose, comme dans Paulo Mendes Campos; d’autres sont des nouvelles, comme dans Nelson Rodrigues; ou des cas, tels que Fernando Sabino; d’autres sont des évocations, comme dans Drummond et Rubem Braga; ou des souvenirs et des réflexions comme dans tant d’autres.  La chronique a la mobilité des apparences et des discours que la poésie a – et il est facile que la meilleure poésie n’est pas autorisée. (BRASIL/MEC, OLP, 2010).

Parce que c’est un genre qui va souvent du journalistique au littéraire, il est diversifié, flexible et hybride, et peut utiliser le masque d’autres genres tels que le conte, la thèse, la mémoire ou la poésie. Il est sans prétention et léger comme une conversation informelle entre amis, nous faisant voir les petits détails de la vie quotidienne, ainsi que les belles et grandes choses.

5. LIRE LES CHRONIQUES COMME OUTIL PÉDAGOGIQUE, DANS LA FORMATION DES LECTEURS DE LA 9ÈME ANNÉE DE L’ENSEIGNEMENT DE BASE

La lecture et l’écriture, la parole et l’écoute ne sont pas des activités exclusives d’une discipline curriculaire – celle de la langue portugaise – mais de tous, puisque chaque enseignant est un médiateur de la langue. Un engagement à assumer par l’école est de permettre à l’élève d’apprendre les différents textes qui circulent socialement et, l’un d’eux, est la chronique.

Les chroniques traitent de la réalité, de la vie quotidienne, du langage sans prétention et des thèmes plus simples, généralement liés au passé et à l’enfance. Parce qu’il s’agit d’un genre plus quotidien, confessionnel, bref et surtout très étroitement lié à la réalité du lecteur, les chroniques sont considérées comme des formes plus fugace que celle des romans, des nouvelles et de la poésie. Dans les classes avec les élèves de l’éducation de base (6e à 9e année), il est intéressant de commencer l’incitation à lire à travers les textes les plus simples, avec des mots connus, avec des thèmes proches de l’univers de l’élève, d’élargir progressivement les possibilités de lecture. La lecture est la capacité qui offre l’autonomie en ce qui concerne la compréhension du monde et les multiples possibilités d’interpréter les faits et de dévoiler, parmi la multitude d’informations, avec lesquelles nous sommes bombardés chaque jour, les valeurs, les principes, les conceptions qui enrichissent notre expérience personnelle. Il est donc important de mettre les élèves en contact avec les différents types de sujets abordés dans les chroniques, ainsi que les plus littéraires – les chroniques d’auteurs tels que Rubem Braga, Fernando Sabino et Carlos Drummond de Andrade. La matière première du genre chronique sont les nouvelles curieuses, les faits communs de la coexistence entre les gens et qui peuvent arriver à n’importe qui. Ces événements offrent des moments de nostalgie, d’enterrement ou d’indignation partagés par le chroniqueur et le lecteur. À travers ses multiples facettes telles que lyrique, humour, essai, descriptif, narratif, dissertation, réfléchie ou métaphysique, ce genre présente une manière singulière que chaque auteur voit la vie, lui donnant un caractère charmant et littéraire. Ainsi, le panorama du chroniqueur constitue un dialogue personnel avec un objet analysé d’une manière légère, courte, souvent objective à la première personne, qui lui donne l’aspect personnel et hybride du genre chronique.

Dans cette conception, Revista Nova Escola a abordé le thème intitulé « Quatre raisons d’emmener la chronique à la salle de classe », que nous transcrivons ci-dessous.

      1. La chronique raconte des événements et, par conséquent, la production de ce type de texte mobilise certaines structures linguistiques qui lui sont propres, comme les verbes dans le passé des formes parfaites et imparfaites et narratives à la première personne.
      2. En présentant un court récit, centré sur des thèmes du quotidien, les chroniques apportent un texte très accessible du point de vue de la lecture et de la production écrite. C’est pourquoi les chroniques sont un excellent point de départ pour les exercices de lecture et d’écriture en classe, en particulier à partir de Fundamental 2.
      3. Grâce à la lecture de ce genre littéraire, nous pouvons initier les élèves à l’articulation des tensions verbales du passé, des verbes d’États et de la transformation. Il est important d’attirer l’attention des élèves sur le fait que cette architecture textuelle a une forme plus ou moins stable et peut être noté dans presque toutes les chroniques – ce qui en fait un genre.
      4. Du point de vue de la formation des lecteurs, il est essentiel d’attirer l’attention des élèves sur le fait que les chroniques ont un regard sur la vie quotidienne. (PORTILHO, online)

Le Ministère brésilien de l’éducation, en partenariat avec la Fondation sociale Itaú, mène un programme biennal et continu intitulé « Olympiade de la langue portugaise ». L’objectif est de contribuer à l’amélioration de la lecture et de l’écriture des élèves des écoles publiques à travers le pays, à travers les séquences didactiques dirigées vers certains genres textuels, dans le cas de 9. Année de l’école primaire et 1. La note du lycée, la chronique. Le programme implique non seulement que les enseignants et les élèves leur donnent tout le soutien pédagogique nécessaire à la mise en œuvre du projet, mais aussi les responsables de l’éducation locale, municipale et de l’État. Dans les années impaires, MEC/CEMPEC sert ces gestionnaires et techniciens des départements de l’éducation qui agissent en tant que formateurs, directeurs d’école, enseignants et, dans même des années, promouvoir un concours de production de texte pour les élèves de 5 ans. et 9. Des an nées d’école primaire. Il s’agit d’une occasion importante pour les enseignants et les élèves d’améliorer la lecture et l’écriture, en utilisant dans l’une des étapes de l’enseignement, le sexe chronique, l’objet de notre étude actuelle.

6. MÉTHODOLOGIE

Les connaissances découvertes par la recherche peuvent être appliquées à de nombreuses activités quotidiennes et professionnelles, que ce soit dans la résolution de problèmes, dans les préoccupations résultant de la pratique pratique, la coexistence interpersonnelle, dans la formation d’opinions ou dans beaucoup d’autres.

La méthodologie de recherche permet, entre autres, la portée des réponses aux questions et hypothèses formulées. La méthode et les techniques présentent certains éléments de la recherche que nous préciserons, tels que la nature, le but, l’approche du problème, les objectifs et les procédures techniques utilisés pour atteindre les résultats.

La nature de cette recherche est appliquée/exploratoire, qui vise à générer des connaissances pour une application pratique par la proximité du problème, dans ce cas précis, la salle de classe, à partir d’études théoriques sur le thème proposé et l’avancement aux procédures de collecte de données sur place. L’objectif est basé sur la réalisation de réponses pour un meilleur apprentissage des élèves de 9ème année de l’école primaire et la définition conséquente des stratégies pédagogiques dans le processus d’enseignement-apprentissage, en vue du problème, la formation des lecteurs critiques. Cet objectif indique la réalisation des objectifs spécifiques de la présente recherche, synthétisés par les verbes déterminer (les principales difficultés), définir (stratégies utilisées par les enseignants dans l’enseignement de la lecture) et de souligner les moyens d’améliorer la praxis de l’enseignement. L’approche du problème sera adoptée au moyen d’une méthode inductive (une partie des données privées pour le général) mixte, étant un questionnaire quantitatif fermé (5 questions) aux élèves d’une seule classe d’environ 35 adolescents et questionnaire ouvert (6 questions) appliqué à deux enseignants dans le domaine des lettres.  Ainsi, les procédures techniques imprègnent la recherche bibliographique et la collecte de données.

7. RESULTATS ET DISCUSSION

La présentation et la discussion des résultats consistent en l’interprétation analytique des données obtenues, en fonction du problème identifié, des théoriciens étudiés et des objectifs proposés. Cette recherche présente la méthodologie exploratoire, avec une approche inductive mixte, questionnaire objectif fermé aux élèves (29) et qualitatif destiné à deux enseignants. La première analyse fait référence à l’approche quantitative du questionnaire fermé avec cinq questions aux élèves. Pour cela, nous présentons le questionnaire dans son intégralité et, ensuite, la compilation des données par des réponses et leurs graphiques commentés respectifs.

7.1 ANALYSE DES RÉSULTATS DE LA PREMIÈRE PARTIE DE L’ENQUÊTE – QUESTIONNAIRE FERMÉ AUX ÉLÈVES

Graphique 1 – Connaissance du genre chronique


Source: préparé par l’auteur, année 2015.

La question que l’on cherche à savoir si les élèves affirment ou nient le concept même d’une chronique, c’est-à-dire la structure du genre qui leur a permis de l’identifier comme chronique. Sur les vingt-neuf étudiants interrogés, quatorze (14) ont déclaré que oui et quinze (15) ont déclaré que non. Cela témoigne que le genre est peu exploré en classe ou s’il est présenté aux élèves, il n’est pas fait mention de la structure textuelle travaillée.

Isabel Solé (1998) déclare que lorsque nous lisons, nous avons des objectifs variés et qu’il faut les définir dès que nous entrez en contact avec le texte. Si l’enseignant opportuniste l’anticipation du texte, explorant ses caractéristiques en tant que genre, le lecteur formule auparavant son but de lecture, quel que soit le but pédagogique, que ce soit pour vérifier ce qu’il a appris, pratiquer la lecture à haute voix ou tout simplement lire pour le plaisir, entre autres.

Graphique 2 – Utilisation de la chronique en classe par l’enseignant


Source: Préparé par l’auteur, année 2015.

En interrogeant deux, exactement quatorze élèves ont déclaré que leur professeur lusophone a déjà présenté le genre chronique dans la salle de classe. En comparant ces données spécifiques avec la variante (oui) de la première question, nous avons observé qu’il y a cohérence entre les réponses, puisque exactement quatorze élèves conceptualisent chronique. En analysant les réponses, nous supposons que cette partie de la classe de 48,2% est pleinement consciente du sexe et de son utilisation par l’enseignant.

Les autres réponses de cet article montrent que: douze étudiants, soit 41,3% d’entre eux, ne sont pas au courant du genre textuel travaillé dans les cours de portugais; trois étudiants (10.3%) l’enseignant n’a pas encore utilisé la chronique dans les classes. Les réponses nous a conduits à réfléchir sur le plaisir de lire transmis par l’enseignant aux élèves. Dans ce contexte, « (…) il serait nécessaire de distinguer les situations dans lesquelles la lecture est travaillée et les situations dans lesquelles elle est simplement lue » (SOLÈ, 1998, p. 90).

Graphique 3 – Soutien chronique au genre


Source: Préparé par l’auteur, année 2015.

En questionnant trois, nous abordons le soutien de la chronique. Cette approche nous conduit à l’utilisation sociale du texte et de son vecteur d’expression. Sur les vingt-neuf participants à l’enquête, 74,4 %, soit exactement vingt et un élèves, reconnaissent cette utilisation.  Deux des élèves n’ont pas répondu et trois d’entre eux, 10,3%, ont souligné la bande dessinée comme un soutien à une chronique. La plupart des élèves sont conscients qu’un texte chronique ne pouvait pas être transmis sur panneau d’affichage, édit ou bande dessinée. Les PCN dans le volume 2, p. 23 de la langue portugaise, soulignent que

La maîtrise du langage a une relation étroite avec la possibilité d’une pleine participation sociale, parce que c’est à travers elle que l’homme communique, a accès à l’information, exprime et défend des points de vue, partage et construit la vision du monde, produit des connaissances.

La reconnaissance du soutien d’un genre textuel donné, en l’occurrence la chronique, témoigne de la connaissance du monde de la part des élèves, et non pas limitée à des concepts factuels ou spécifiques.

Graphique 4 – Principale difficulté des élèves dans la production textuelle


Source: Préparé par l’auteur, année 2015.

Dans la quatrième question, les variantes articulent les idées (27,5 %), le manque de créativité (20,6 %) et manque de vocabulaire (27.5%) des lacunes dans la régularité de la lecture de la part des élèves, puisque la formation d’un lecteur n’est ni un processus spontané ni naturel. La lecture est étroitement liée à l’écriture et, pour comprendre les nombreuses significations du texte, en plus de participer à une communauté de lecteurs, dans ce cas l’école, il est nécessaire d’avoir des contacts avec des lecteurs plus expérimentés.

En revanche, 24,13% ont répondu que leur principale difficulté à produire des textes se réfère à leur organisation structurelle. Cette partie des élèves présente, selon les réponses énumérées, des lacunes dans la pratique de l’écriture, qui est indirectement, une conséquence du manque de légularité des lecteurs.

Graphique 5 – La lecture aide à développer l’écriture de bons textes


Source: Préparé par l’auteur, année 2015.

Une grande partie des vingt-neuf étudiants interrogés (89,6 %) est d’accord avec l’affirmation selon laquelle la lecture est l’axe guide de l’enseignement-apprentissage et contribue de manière significative au développement cognitif (raisonnement des idées, créativité, critique), ainsi qu’au développement de l’écriture des textes et, par conséquent, à l’exercice effectif de la citoyenneté.  Selon le lecteur compétent du PCN (v. 2 p. 53), c’est lui qui

effectue un travail actif de construction des significations du texte, en fonction de ses objectifs, de sa connaissance du sujet, de l’auteur, de tout ce qui est connu sur la langue : caractéristiques du genre, du porteur, du système d’écriture, etc.

Les autres réponses, NON (3.4%) et PARTIELLEMENT (6.8%) preuve que ces élèves n’ont pas encore été conscients de l’importance de la lecture pour réussir dans n’importe quel domaine de la vie.

7.2 DEUXIÈME PARTIE DE LA RECHERCHE : ASPECT QUALITATIF

Le questionnaire qualitatif a été appliqué à deux enseignants formés en lettres, tous deux professeurs de l’école publique Maria Calderaro à Presidente Figueiredo-AM, travaillant pendant plus de cinq ans à l’école élémentaire 2. Ensuite, nous énumérerons les réponses données et discuterons des résultats à la lumière de la base théorique présentée dans ce travail.

7.2.1 ANALYSE DES RÉPONSES AU QUESTIONNAIRE OUVERT

Tableau 1 – Questionnaire ouvert aux enseignants

Variantes PROFESSEUR 1 PROFESSEUR 2
1. Utilisation de la chronique en classe Je l’utilise parfois. Je l’utilise de temps en temps.
2. Caractéristiques de la chronique Courte narration; humour, ironie, critique et satire; le colloque; faits quotidiens. Court texte de langage long-fetched. Il peut avoir de l’humour, de la satire et de l’ironie. Faits au jour le jour. Oralité.
3. Commentaire sur la citation: « La chronique est une sorte de loupe que vous mettez dans un sujet. » (ARGENT, 2015).  Acceptez? Justifier. Oui, parce que dans chaque récit que vous exposez a des faits quotidiens et s’insérait parfaitement dans le contexte de la chronique. Oui, d’une certaine façon parce que c’est une lecture qui implique le lecteur, puisque la personne s’approche de l’auteur comme s’il était dans une conversation informelle. Le chroniqueur a tendance à dialoguer sur les faits intimes avec le lecteur.
4. Chronique: genre littéraire? Oui. Oui.
5. La chronique est-elle un genre intéressant pour favoriser l’habitude de lire ? Oui, parce que c’est un court récit, il ne devient pas fatigant et ennuyeux. Certainement, pour être un court texte de langage simple, agréable pour tous les groupes d’âge. Aussi pour être satirique, ironique, où les personnages expriment des sentiments.
6. Soulignez la plus grande difficulté rencontrée par vous dans le travail avec la lecture et la production textuelle des élèves de 9ème année de l’école primaire. Les élèves n’aiment pas lire les lectures indiquées, les livres. La bibliothèque n’a souvent pas de livres pour attirer la clientèle, qui aime l’aventure et beaucoup d’excitation. C’est le désintérêt total des élèves, surtout quand ils atteignent le 9. Année, parce qu’ils pensent qu’ils n’ont plus besoin de lire. Malheureusement, c’est notre réalité.

Source: Préparé par l’auteur, année 2015.

Lors de l’analyse des réponses dans le tableau 1, on observe que l’enseignant 1 et l’enseignant 2 dominent la connaissance du genre textuel chronique, reconnaissant sa consécration dans la littérature brésilienne, ainsi que d’accord avec opinion que la chronique serait un genre intéressant pour stimuler la lecture en classe. Toutefois, les deux n’utilisent le genre que sporadiquement en classe, ce qui confirme que 51,6 % des élèves ne le reconnaissent pas lorsqu’il est utilisé par l’enseignant, comme le montre le graphique 2 du questionnaire fermé destiné aux élèves.

Invité à commenter la citation de Prata, 2015 sur la chronique comme une sorte de loupe sur le sujet, seul l’enseignant 2 a brièvement signalé les détails de la vie quotidienne que la chronique offre au lecteur. Au point 6 du tableau 1, nous avons observé que la difficulté de lire chez les élèves, de l’avis des enseignants, est le manque d’intérêt pour la lecture. Ce résultat nous amène aux réponses énumérées dans le graphique 4 du questionnaire fermé, dans lequel 75,6 % des élèves ont examiné les options de réponses aux difficultés d’écriture liées au manque d’habitude de lecture, comme le manque de créativité pour développer un thème et l’articulation des idées sur papier. En ce sens, la performance de l’enseignant est essentielle à la formation de lecteurs critiques, selon Oliveira (2010, p.71),

La fonction de médiation que l’enseignant a dans le développement de la compétence en lecture des élèves est très importante. En tant que médiateur, l’enseignant a la tâche d’aider ses élèves à maîtriser les stratégies de lecture qui leur sont utiles dans les actes d’interprétation textuelle. Ces stratégies sont des actions procédurales étroitement liées aux connaissances antérieures des élèves, qui doivent être abordées en classe.

Parmi les compétences et les compétences qui peuvent aider un adolescent à devenir un citoyen critique se distingue la compétence en lecture et la formation des écrivains, parce que la possibilité de produire des textes efficaces a son origine, dans la pratique de la lecture, l’espace pour la construction de l’intertextualité et la source de références de guide.

8. CONSIDÉRATIONS FINALES

Lorsque nous parlons de lecture à l’école, d’enseignement et d’apprentissage de la lecture, nous pensons au type de lecture impliqué dans ce processus. Cela vient l’investissement subjectif dans le lecteur et dans l’appréciation de leurs choix. Lorsque nous parlons du genre chronique, du texte chronique, nous parlons et pensons beaucoup plus qu’un enchevêtrement de mots, de phrases ou de conjectures littéraires; nous parlons de la vie palpitante exprimée en mots. Par la chronique, nous sommes confrontés aux expériences de l’homme ordinaire, exprimées dans un langage ordinaire et publiées régulièrement dans les pages de la presse, c’est-à-dire dans les mouvements créatifs de la vie publique qui sont, en premier lieu, des journaux et des magazines. De nombreux auteurs de renom se sont consacrés à l’écriture de chroniques, telles que Luis Fernando Veríssimo, Lourenço Diaféria, Domingos Pellegrini, ce qui en fait un genre contemporain en renouvelant les répertoires et en le rendant fécond pour l’enseignement et en encourageant la lecture en classe. Ce travail a permis la redéfinition du genre comme d’une importance primordiale dans le travail d’enseignement pour encourager la lecture et, par conséquent, dans la formation de lecteurs critiques. Il a également permis la définition des méthodes et des connaissances de la pratique pédagogique de deux professionnels dans le domaine des lettres à l’école primaire dans l’école étudiée. Nous avons déterminé les principales difficultés rencontrées dans le travail avec le genre chronique afin de former les lecteurs critiques. Nous connaissons le regard, dirigé vers ce genre littéraire, de certains des élèves adolescents du 9. année de l’école primaire. Ces objectifs ont été atteints, mais le thème n’était pas et ne pouvait pas être épuisé, parce que nous avons conclu que la chronique était peu explorée en classe. D’où la suggestion de poursuivre le thème de la recherche, en mettant l’accent sur les stratégies didactiques afin que la chronique soit mieux connue et utilisée comme un texte stratégique dans la formation du lecteur critique, puisqu’elle permet une totale liberté, dans le sens de créer et de perpasser des genres variés, y compris les opinions. Les difficultés à mener la recherche étaient minimes et il n’y avait pratiquement pas de points négatifs. Les parties concernées ont accepté tout le travail effectué.

RÉFÉRENCES

BRASIL.MEC. Olimpíada de Língua Portuguesa. A ocasião faz o escritor: caderno do professor. São Paulo: CENPEC, 2010.

BRASIL. SEF/MEC. Parâmetros curriculares nacionais: língua portuguesa. V. 2. Brasília, 2001.

CAMPOS, Elísia Paixão de. Por um novo ensino de gramática: orientações didáticas e sugestões de atividades. Goiânia: Cânone Editorial, 2014.

OLIVEIRA, Luciano Amaral. Coisas que todo professor de português precisa saber: a teoria na prática. São Paulo: Parábola Editoral, 2010.

PORTILHO, Gabriela. Leve a crônica para as aulas de Língua Portuguesa. Nova Escola versão eletrônica disponível em <http://revistaescola.abril.com.br/ fundamental-2/leve-cronica-aulas-lingua-portuguesa-730805.shtml?page=2>

PINTO, Manuel da Costa (Org.) Crônica Brasileira Contemporânea (Antologia). 1. ed. São Paulo: Moderna, 2005.

SOLÉ, Isabel. Estratégias de Leitura. Tradução Cláudia Schilling. 6. ed. Porto Alegre: Artmed, 1998.

TAVARES, Cristiane et. al. Guia Nós da Sala de Aula. (vários autores) Organização Heloisa Ramos. 1 ed. São Paulo: Ática, 2012.

[1] Spécialiste de troisième cycle en psychopédagogie; Spécialiste de troisième cycle en gestion intégrative; Diplômé en normal supérieur; Diplômé en lettres littéraires brésiliennes; Formation de niveau moyen au 2ème degré de professionnisation en Magistère.

[2] Conseiller. Doctorat en sciences humaines et arts. Maîtrise professionnelle en enseignement de l’éducation et des sciences. Spécialisation en informatique et éducation. Diplôme en lettres- Vernaculaire.

Envoyé : Mars, 2020.

Approuvé : novembre 2020.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here