REVISTACIENTIFICAMULTIDISCIPLINARNUCLEODOCONHECIMENTO

Revista Científica Multidisciplinar

Pesquisar nos:
Filter by Categorias
Administration
Administration navale
Agronomie
Architecture
Art
Biologie
Chimie
Communication
Comptabilité
cuisine
De marketing
Dentisterie
Déontologie
Droit
Éducation
Éducation physique
Environnement
Génie Agricole
Génie chimique
Génie de l’environnement
génie électrique
Génie informatique
Génie mécanique
Géographie
Histoire
Ingénierie de production
Ingénierie de production
l'informatique
Littérature
Mathématiques
Météo
Nutrition
Paroles
Pédagogie
Philosophie
Physique
Psychologie
Santé
Science de la Religion
Sciences aéronautiques
Sciences sociales
Sem categoria
Sociologie
Technologie
Théologie
Tourisme
Travaux Publics
Vétérinaire
Zootechnie
Pesquisar por:
Selecionar todos
Autores
Palavras-Chave
Comentários
Anexos / Arquivos

Le fétichisme de la marchandise dans la société de l’obsolescence programmée

RC: 134179
65
5/5 - (10 votes)
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!

CONTEÚDO

ARTICLE ORIGINAL

ARAÚJO, Gizelda Rodrigues de [1], MARQUES, Edmilson [2]

ARAÚJO, Gizelda Rodrigues de. MARQUES, Edmilson. Le fétichisme de la marchandise dans la société de l’obsolescence programmée. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. Année 05, Éd. 11, Vol. 10, p. 146-154. Novembre 2020. ISSN : 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/education-fr/obsolescence-programmee

RÉSUMÉ

Cet ouvrage aborde le fétichisme marxien de la marchandise, en mettant en lumière quelques exemples faisant référence à la valeur d’usage et à la valeur d’échange et réfléchit à l’avènement de l’obsolescence programmée, en se concentrant sur la volatilité avec laquelle la fascination de la marchandise disparaît et ponctue que le mode de consommation est devenu un forme d’affirmation sociale et par conséquent le consumérisme représente un pilier important du capitalisme. Par conséquent, il vise à comprendre le fétichisme de la marchandise en lien avec l’obsolescence programmée de la société actuelle. Il s’agit d’une recherche bibliographique exploratoire et, pour cela, elle a compté sur l’apport des études de Marx dans son livre O Capital, notamment dans la partie qui traite de la Marchandise, Bauman. Dans le livre Modernidade Líquida, où il discute de la fluidité des objets et de l’élimination des marchandises et Netto met l’accent sur le travail, la société et la valeur.

Mots-clés : Fétichisme de la marchandise, Obsolescence programmée, Modernité liquide.

INTRODUCTION

Nous vivons dans une société dite postmoderne, où règne le consumérisme, nous rendant à la fois aliénés et endettés. Un produit que nous acquérons aujourd’hui sera bientôt considéré comme démodé[3], en raison du besoin incontrôlable de changer fréquemment la marchandise que nous venons d’acquérir.

À partir de la révolution industrielle, le mode de vie capitaliste s’est extrapolé de telle manière que la société a commencé à valoriser l’avoir plus que l’être. Être consumériste était une façon de s’établir socialement. De cette façon, le consumérisme devient essentiel pour le maintien du capitalisme actuel.

Ce consumérisme exacerbé explose en 1928, lorsqu’un magazine américain influent publie une phrase qui change tout le profil de la société : « Un article qui ne s’use pas est une tragédie pour les affaires »[4].

Dès lors, les biens qui étaient durables, qui ont été produits pour durer toute une vie, maintenant au nom du capitalisme, ont vu leur durée de vie réduite – ils sont jetables et, ayant une durée de vie programmée, obligent le consommateur à se débarrasser de cette marchandise dans un temps plus court.

On entend par là, qu’il s’agit d’un « piège[5] » du système capitaliste, qui, se rendant compte qu’une marchandise qui avait une plus grande durabilité mettait beaucoup plus de temps à s’échanger et avec cela stagnait la circulation des marchandises et par conséquent du Capitale. C’était une perte, car le dynamisme était très lent. Une fois que la durée de vie utile du produit diminue, l’individu échange plus fréquemment, augmentant ainsi la dynamique du capital.

Zygmunt Bauman (2008), a appelé cette relation de consommation, l’obsolescence programmée, c’est-à-dire la réduction intentionnelle d’un produit fabriqué par le producteur ou le fabricant, dans le but de forcer le consommateur à jeter l’« ancien » modèle et à acheter un nouveau modèle. Consommer a eu un effet négatif sur les relations personnelles, dans le sens où le désir de tout consommer crée une distanciation entre les personnes et même y parvient, puisque, lorsqu’ils consomment trop, ils s’endettent souvent et les conflits au travail commencent à surgir, causant de l’angoisse et même de la dépression.

PROCÉDURES MÉTHODOLOGIQUES / MÉTHODOLOGIE

Il s’agit d’une recherche bibliographique, puisque c’est à partir du recensement des références théoriques, publiées par des moyens écrits et électroniques, tels que des livres, des articles scientifiques et des pages web, qu’ont été recueillies des informations ou des connaissances préalables sur le problème recherché et une réponse.

Selon Lakatos et Marconi (2003), ce type de recherche n’est pas une simple répétition de ce qui a déjà été dit ou écrit sur un certain sujet, mais fournit un examen d’un sujet sous une nouvelle orientation ou approche, aboutissant à des conclusions innovantes.

Quant à l’objectif, il s’agit d’une recherche exploratoire, car selon Gil (2007), ce type de recherche vise à mieux connaître le problème, en vue de l’expliciter ou de construire des hypothèses.

DÉVELOPPEMENT

Le monde a traversé plusieurs révolutions sociales et au cours de l’histoire, on constate que le mode de production s’est diversifié à mesure que l’homme augmentait ses besoins. Au début, la production de biens dépendait uniquement de la nature (chasse, pêche, fruits), mais à mesure que l’homme découvrait de nouvelles techniques pour produire sa nourriture ou ses vêtements, une nouvelle société a émergé. L’homme commence alors à transformer des matériaux naturels en produits répondant à ses besoins, à travers des activités que nous appelons travail.

Netto (2006), souligne que les activités qui répondent aux besoins de survie sont généralisées parmi les espèces animales, en illustrant le cas de Hornero roux et de l’abeille dans laquelle les deux exercent leurs activités parce qu’ils avaient déjà été programmés dans une relation naturelle et l’environnement environnement.

Cependant, entre l’homme et la nature, cette programmation n’a pas lieu, puisque l’homme a une façon de travailler qui lui appartient exclusivement.

Uma aranha executa operações semelhantes à de um tecelão e a abelha envergonha mais de um arquiteto humano com a construção dos favos de sua colmeia. Mas o que distingue, de antemão, o pior arquiteto da melhor abelha, é que ele construiu o favo em sua cabeça, antes de construí-lo em cera.[…] ele não apenas efetua uma transformação da forma da matéria natural, realiza, ao mesmo tempo, na matéria natural, o seu objetivo.(MARX, 1983, apud NETTO, 2006 ,p. 31).

Possédant cette capacité de planification, l’homme produit des biens qui sont des valeurs d’usage – la marchandise, qui vient satisfaire ses besoins humains (que ce soit ceux que nous inventons, dont il n’a pas beaucoup besoin ou ceux dont nous avons besoin pour survivre). Cependant, il convient de noter que lorsque cette marchandise n’est produite que pour l’usage et n’est pas reproduite pour l’échange, c’est-à-dire qu’elle n’est pas destinée à être vendue, commercialisée ou consommée, elle ne constitue pas une marchandise, c’est juste une valeur d’usage.

Pour Marx (1983), toutes les marchandises ont deux caractéristiques : la valeur d’usage et la valeur d’échange. Puisque la valeur d’usage est toujours liée aux caractéristiques physiques de la marchandise. La valeur d’échange est liée à la proportion dont cette marchandise peut être échangée dans un rapport social. La valeur de l’échange est toujours très fluctuante car elle dépend de l’intérêt de l’individu et ne peut être définie par les caractéristiques.

De cette manière, il est entendu que la marchandise est :

A mercadoria é, antes de tudo, um objeto externo, uma coisa que, por meio de suas propriedades, satisfaz necessidades humanas de um tipo qualquer. A natureza dessas necessidades – se, por exemplo, elas provêm do estômago ou da imaginação – não altera em nada a questão. (MARX, 2005 p.157)

Marx (2005) attire également l’attention sur le fait que cette marchandise est produite aujourd’hui de manière totalement fragmentée, où chaque individu fait une partie du travail pour former la marchandise.

Le gros problème généré par ce type de production, toujours selon Marx (2005), est le fait que le travailleur ne se reconnaît pas dans le produit qu’il fabrique. Et cela parce que maintenant il est étranger à sa marchandise, puisque, avant, l’individu produisait tout, de la base à la finition d’une marchandise (planifiait, créait, définissait le type de matériau, dessinait et terminait l’ouvrage). Tout a été produit par une seule personne.

A l’époque contemporaine, à travers des entreprises flexibles, chacun fabrique une partie de la marchandise pour accélérer le processus, car le temps c’est de l’argent. Cela contribue au fait que le travailleur ne se reconnaît pas dans son produit final, provoquant une étrangeté lorsqu’il est face à une marchandise « X » dans un supermarché, par exemple, il ne pense pas que cette marchandise n’existe que grâce à son travail. Il ne se souvient pas qu’il est le seul capable de produire de la valeur – c’est son travail qui produit de la valeur et non l’inverse.

Dans l’attente de Marx (2005), lorsqu’un individu cherche à consommer la marchandise « X » (une pomme iPhone XS Max), il veut l’avoir parce qu’elle ajoute un statut, une caractéristique qui donnera à cet individu une appréciation sociale. Cet enchantement et cet émerveillement que la marchandise provoque chez l’individu, Marx l’appelle le « fétiche[6] » de la marchandise.

Dans notre imaginaire aliénant, il y aura toujours une préférence pour un type de marchandise plutôt qu’une autre, même si les deux ont la même valeur d’usage, mais qu’une seule d’entre elles donne le statut que l’individu souhaite. En se référant à l’exemple du téléphone portable : si un iPhone SX Max Apple est affiché dans une fenêtre et dans l’autre fenêtre, presque masqué, il y a un téléphone portable LG sans fil FM – les deux avec la même valeur d’utilisation (passer des appels), sauf que le premier est mille pour cent plus cher que le second.

Mais si les deux marchandises ont la même valeur d’usage, pourquoi alors l’une a-t-elle plus de valeur que l’autre ? Qu’est-ce qui fixe votre prix ? Ce qui définit son prix, c’est le temps nécessaire pour produire cette marchandise, c’est-à-dire le travail humain employé dans ces marchandises. C’est ce qui définit la valeur réelle. Or, ce qui fait que l’un a une valeur exorbitante par rapport à l’autre, c’est la question du fétiche, c’est la question de la valorisation de l’individu. Alors pour valoriser l’individu, cette marchandise sera de plus en plus chère.

Ainsi, nous pouvons voir que :

O valor de uma mercadoria está para o valor de qualquer outra mercadoria como o tempo necessário de uma está para o tempo necessário de trabalho para a produção da outra.[…] Quanto maior é a força produtiva do trabalho, menor é o tempo de trabalho requerido para a produção de um artigo, menor a massa de trabalho nele cristalizada e menor seu valor. Inversamente, quanto menor a força produtiva do trabalho, maior o tempo de trabalho necessário para a produção de um artigo e maior o seu valor. (MARX, 2005, p.164)

On voit ainsi que la marchandise une fois finie, c’est-à-dire prête, n’a pas conservé sa valeur de vente réelle, qui selon Marx (2005), cette valeur est déterminée par la quantité de travail matérialisée dans le produit et or, cette marchandise acquiert une valeur de vente irréaliste, infondée, comme si elle n’était pas le fruit du travail humain et ne pouvait même pas être mesurée, ce qu’il voulait démontrer par là, c’est que la marchandise semblait perdre son rapport au travail et gagner un vie propre.

A ce sujet, Marx (2005) dit qu’à première vue, une marchandise apparaît comme une chose banale et qu’elle se comprend par elle-même, cependant, à partir du moment où elle apparaît comme une marchandise, comme une valeur d’échange, les choses changent de forme transforme, devient quelque chose de mystique, de palpable et d’impalpable.

Nous tous, êtres humains[7], au cours de notre histoire de vie, avons certaines choses que nous plaçons au-dessus de ce qui est le plus important – c’est-à-dire valoriser. À titre d’exemple, on peut citer les jeunes de la périphérie qui parfois ne mangent pas bien, sautent des repas, s’endettent ou encore font des choses illégales afin d’avoir un téléphone portable à la mode ou en vogue. Pour eux, un téléphone portable est tout. Ça donne du statut et à chaque fois qu’un nouveau modèle sort, ils font tout pour l’acquérir. Peu leur importe si la maison qu’ils habitent est mauvaise, s’ils vivent dans le pire quartier de la ville, s’ils mangent mal, s’ils étudient dans une école pauvre, car ce qui les rend fous, envoûtés, c’est un téléphone portable à la mode. Ces gens apprécient donc ces produits comme quelque chose de suprême et feront tout pour les obtenir.

Marx (1983), complète[8] cette pensée en disant que dans la société capitaliste la bourgeoisie crée un aspect fondamental pour le maintien de ses privilèges, donc cette bourgeoisie va aussi faire prévaloir ses valeurs dans cette société, en utilisant l’idéologie pour masquer les relations agricoles existantes, en transmettant ces valeurs aux gens, afin de rester dans le processus de production et de vente de biens.

La bourgeoisie valorise tellement la marchandise qu’elle devient une valeur suprême, la chose la plus importante. Or, pour que la valeur de cette marchandise soit acceptée par les individus, cette valeur doit être reproduite au quotidien. À ce stade, le marketing, les stratégies de vente et les pièges entrent en jeu, faisant en sorte que les individus valorisent la marchandise plus que l’être humain. Avec cela, l’être humain finit par céder la place à la marchandise, s’objectivant. Il y a une inversion dans le processus, où le créateur devient dominé par la création. – Le fétichisme de la marchandise.

A mercadoria é misteriosa[9] simplesmente por encobrir as características sociais do próprio trabalho dos homens, apresentando-as como características materiais e propriedades sociais inerentes aos produtos do trabalho; por ocultar, portanto, a relação social entre os trabalhos individuais dos produtores e o trabalho total , ao refleti-la como relação social existente, à margem deles, entre os produtos de seu próprio trabalho se tornando mercadorias(…) Uma relação social definida, estabelecida entre os homens, assume a forma fantasmagórica de uma relação entre coisas(…) Chamo a isto de fetichismo, que está sempre grudado aos produtos do trabalho, quando são gerados como mercadorias. É inseparável da produção de mercadorias (MARX, 1983, p.81).

On entend par là que le fétichisme de la marchandise est la perception des rapports sociaux impliqués dans la production, non comme des rapports entre individus, mais comme des rapports économiques entre l’argent et les marchandises échangées sur le marché. Ainsi, le fétichisme de la marchandise transforme les aspects subjectifs en objectifs.

A travers les concepts marxiens de marchandise et de fétichisme, il convient de citer les travaux de Bauman (2008) pour travailler la consommation sous un autre angle.

Dès lors que le fétichisme de la marchandise est vu comme un processus qui recouvre et masque les rapports effectifs entre les hommes au profit du rapport entre les choses, Bauman (2008) ajoute que dans la société des consommateurs, la dynamique de masquage passe par le biais de la subjectivité.

Dans ce contexte, Bauman (2008) affirme que la subjectivité est fortement associée à la transformation des individus en marchandise.

Na sociedade de consumidores, ninguém pode se tornar sujeito sem primeiro virar mercadoria, e ninguém pode manter segura sua subjetividade sem reanimar, ressuscitar e recarregar de maneira perpétua as capacidades esperadas e exigidas de uma mercadoria vendável (BAUMAN, 2008, p.20).

On entend par là que le mode de consommation est devenu une forme d’affirmation sociale, dans l’intégration de certains groupes dans la société. De cette façon, le consumérisme représente un pilier important pour le capitalisme. Et pour maintenir le rythme avancé de production et de profit, un système de manipulation est alimenté, où l’obsolescence des produits est motivée par des médias convaincants.

Les publicités remplies d’idéologies insufflent aux individus un désir incontrôlable de posséder un certain bien et ne se reposent qu’une fois qu’ils l’ont acheté. Cependant, ce désir de possession, cet amour immodéré pour une certaine marchandise, passe bientôt par le lancement d’une autre marchandise dont les caractéristiques emplissent les yeux, offrant mille et un avantages. Et ainsi, le consommateur moderne jette son « ancien objet » (avec un maximum de six mois ou un an), et achète la nouveauté.

Et dans ce sens, Bauman (2001) vient nous dire que :

Pode-se notar a grande importância do consumo na caracterização da “modernidade liquida”. É por meio dele que aos indivíduos são construídos e transformados constantemente, tornando as identidades individuais passageiras. […] A “sociedade de consumidores” estimula uma estratégia existencial consumista e rejeita outras opções culturais alternativas[…] (BAUMAN, 2001).

Le monde construit des objets durables a été remplacé par des produits disponibles conçus pour l’obsolescence immédiate, c’est-à-dire des produits que nous achetons déjà et qui sont programmés pour être défectueux. En ce sens, en pensant à la fascination exercée par la marchandise et à la volatilité de cette post-modernité, ou modernité liquide, il est clair que les identités peuvent être adoptées et rejetées comme des vêtements de rechange.

Les marchandises deviennent obsolètes en très peu de temps, et ainsi les objets, en tant qu’objets de consommation, perdent leur attrait dès qu’ils sont consommés.

Nous vivons dans une modernité liquide, où tout coule à flots, tout est jetable et semble perdre sa valeur. Face à cela, je demande : ce détachement, cette légèreté avec laquelle les choses sont traitées, a-t-il des implications sur sa valeur, sur son prix ? La force de travail ajoutée aux marchandises aura-t-elle moins de valeur dans cette modernité liquide ?

CONSIDÉRATIONS FINALES

Le fétichisme de la marchandise se traduit par un pouvoir de séduction que la marchandise exerce sur les individus, voire se substitue à eux. Cette inversion des rôles se produit en raison de la valorisation qui se produit avec la consommation de la marchandise, faisant que son créateur ne se reconnaît même plus dans le produit, devenant la chose. Marx (2008) a appelé cette objectivation : la création prend la place du créateur.

D’un autre point de vue, Bauman (2001) souligne une consommation exacerbée, une liquidité qui fait fondre tout autour, rend les choses et les individus inconstants, jetables dans une dynamique de consommation où la promesse du « nouveau » fait le bonheur et le rebut de « l’ancien » un vide qui doit être comblé par plus de consommation.

Pour maintenir ce rythme avancé de production et de profit, le modèle capitaliste adopte un système manipulateur et aliénant, utilisant l’obsolescence programmée des produits, où tout ce qui est consommé perd sa valeur à court terme.

RÉFÉRENCES

BAUMAN, Zygmunt. Modernidade líquida. Rio de Janeiro. Editora Zahar, 2001.

BAUMAN, Zygmunt. Vida para o consumo. Rio de Janeiro. Ed. Zahar, 2008.

MARX, Karl. O Capital: Mercadoria. São Paulo: Centauro Editora, 2005.

MARX, Karl. O Capital: Crítica da economia política. São Paulo: Nova cultural, 1983.

MEUCCI, Isabella Duarte Pinto. Revista sem aspas. Disponível em: https://periodicos.fclar.unesp.br/semaspas/article/view/69. Acessado em 03/12/18

NETTO, José Paulo e BRAZ, Marcelo. Economia Política- Uma introdução à crítica. Vol. I. S. Paulo. Ed. Cortez, 2006.

ANNEXE – RÉFÉRENCES DES NOTES DE BAS DE PAGE

3. Mot français signifiant démodé. Ce n’est plus à la mode.

4. http://revistapontocom.org.br/materias/obsolescencia-planejada

5. Piège au sens stratégique.

6. Fétiche : objet auquel on attribue un pouvoir surnaturel ou magique et qui est vénéré.

7. Audio par le professeur Edmilson Marques.

8. Audio par le professeur Edmilson Marques.

9. https://cafecomsociologia.com/para-entender-de-uma-vez-por-todas-o/. Consulté le 12/02/2018 – Citation de Marx, 1983.81.

[1] Diplôme d’études supérieures en éducation en gestion de l’environnement (2011)-Faculdade Serra da Mesa-FASEM – Uruaçu-Go ; Diplômée en Biologie (2005) – Universidade Federal de Lavras-UFLA ; Diplômé en Méthodes et Techniques d’Enseignement (2003) – Universidade Salgado de Oliveira – UNIVERSO; Étudiant diplômé en droit civil (2020) – Pontifica Universidade Católica – PUC – Minas; Licence en Pédagogie (2001) – Universidade Estadual de Goiás – UEG – Campus Uruaçu ; Licence en Biologie (2004) – Universidade Estadual de Goiás – Campus UEG – Porangatu ; Licence en Physique (2012) – Universidade Federal de Goiás – UFG; Étudiante en droit (2020) – Universidade Estadual de Goiás – Campus UEG Uruaçu.

[2] Conseiller. Doctorat en histoire. Master en histoire. Spécialisation en science politique. Diplôme d’histoire.

Soumis : Juin 2020.

Approuvé : Novembre 2020.

5/5 - (10 votes)
Gizelda Rodrigues de Araújo

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

SOLICITAR REGISTRO
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita