Education et éthique numérique: un entretien avec Humberto De Faria Santos

DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!
Rate this post
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
Email

CONTEÚDO

ENTREVUE

BRONZATO, Anderson [1]

BRONZATO, Anderson. Education et éthique numérique: un entretien avec Humberto De Faria Santos. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 06, Ed. 04, vol. 04, pp. 05-17. avril 2021. ISSN:2448-0959, Lien d’accès dans: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/education-fr/ethique-numerique

RÉSUMÉ

Le présent rapport représente le contenu partagé par l’entrevue avec Humberto de Faria Santos, diplômé en théologie et relations internationales avec une maîtrise en systèmes de gestion. M. Santos a déjà donné des cours d’économie et d’éthique organisationnelle à l’Université de Harvard. L’entrevue visait à mettre en discussion la relation entre l’éthique et le domaine de la technologie. Ici, il a été abordé (i) le rôle des universités, (ii) les principes et valeurs clés, (iii) une vision comparative entre le marché du travail et les organisations éducatives, iv) les préoccupations éthiques des organismes de formation non académiques, (v) la vie privée, l’éthique et le monde numérique, (vi) la création de solutions évitant les problèmes à la société et enfin, (vii) la collaboration de la technologie à l’élévation de l’éthique.

Mots-clés: Éthique, Technologie, Éducation, Université, Valeurs.

1. INTRODUCTION

La présente étude a été conçue à partir d’une entrevue réalisée avec Humberto de Faria Santos, titulaire d’un diplôme en théologie et relations internationales, d’une maîtrise en gestion et d’un doctorat. Un autre point intéressant est que M. Santos a également un cours d’économie et d’éthique organisationnelle à l’Université Harvard.

Initialement, sur la base du rapport John O’Brien intitulé « Digital ethics in higher education », publié en 2020, l’auteur expose « les nouvelles technologies, en particulier celles qui reposent sur l’intelligence artificielle ou l’analyse des données sont passionnantes, mais présentent également des défis éthiques qui méritent notre attention et notre action. L’enseignement supérieur peut et doit montrer la voie » (O’BRIEN, 2020). De cette façon, l’un des objectifs de l’entrevue avec M. Santos était d’intégrer dans la discussion la relation entre les préjugés éthiques dans le domaine de la technologie puisque ce domaine offre de nombreuses applications et solutions numériques. Un point qui est juste à souligner est que l’éthique a été adaptée au monde technologique, cependant, il est important de se rappeler que l’éthique est éthique à tout moment.

2. PRINCIPES FONDAMENTAUX

2.1 LE RÔLE DES UNIVERSITÉS DANS LA DISCUSSION DES QUESTIONS ÉTHIQUES

On sait déjà que les universités, récemment, reçoivent des solutions technologiques et embauchent des consultants sur le marché pour trouver des solutions de collecte de données, principalement de la part de leurs clients, qui sont leurs étudiants. Même aux États-Unis d’Amérique et au Brésil, de nombreuses universités utilisent ces données pour savoir qui a un grand potentiel pour s’inscrire au prochain semestre pour obtenir de bonnes notes et souvent elles ne demandent pas l’autorisation des données de l’étudiant. À ce stade, il est évident que ces universités sont de plus en plus préoccupées par l’éthique. En outre, ces institutions doivent déjà se soucier de la diversité des étudiants – d’une manière qui correspond à la qualité et à la diversité – d’autre part, il y a la possibilité, et la possibilité la plus probable est la question économique.

Selon Santos, les universités sont un type d’organisation traditionnel, ce qui reflète leur lenteur. Les agences n’ont pas besoin d’être éducatives, mais lorsqu’elles sont liées à la société, elles ont tendance à être plus lentes, entraînant également une réponse lente au marché. En même temps, même si c’est lent, les choses qui se passent dans les universités ont tendance à prendre une très grande dimension. Ces organisations ont la responsabilité de s’intégrer dans la discussion de la vie quotidienne … Lorsque le sujet des questions éthiques de l’attraction étudiante est soulevé, il semble que les universités ne prennent pas encore en charge cette problématique. À ce stade, il n’y a pas de réponse de nos jours, les universités n’ont pas ce genre de préoccupation, même si c’est parce que le domaine de l’éducation doit avoir une participation et participera à la réponse à la société, pas seulement une réponse normative, mais une réponse basé sur l’exemple.

Il est bien établi que ces derniers temps, les universités ont contribué à améliorer les inégalités sociales, offrant une possibilité de baccalauréat. Dans ce scénario, l’aspect qualité est soulevé et remis en question – qui comprend la qualité de l’enseignement, la qualité des étudiants, puisque chacun a la possibilité d’obtenir un diplôme d’un collège ou d’une université – qui l’a utilisé comme instrument pour améliorer la qualification des personnes dans leur pays et leur région. Le processus de sensibilisation à l’éthique dans le domaine numérique et sur le marché technologique peut être lancé par les universités, par un mouvement de la société civile, par le gouvernement, ou même par un mélange d’entre elles.

M. Santos estime qu’il est difficile d’obtenir des résultats cohérents sans la participation de l’université, qui devrait être de deux façons différentes : (i) la même université qui forme/obtient son diplôme des étudiants en technologie, et (ii) la même université qui doit soulever des questions éthiques. Si ces organisations ne prennent pas position sur les questions qui se produisent dans le monde de nos jours, elles pourraient être accusées d’être à l’origine de plusieurs problèmes éthiques, comme cela s’est produit et se produit toujours avec les écoles de commerce. C’est important de dire qu’à un moment donné, tout ce que nous voyons dans un langage très académique sera dilué pour une discussion avec la société, qui reflète la nécessité d’écouter la société, l’angoisse qui se produit à l’intérieur et autour de la société.

Aujourd’hui, il y a un grand nombre d’émissions et de documentaires qui exposent la façon de traiter cette question. Au cours des deux prochaines années, les préoccupations éthiques et les conséquences technologiques pour la société seront le sujet abordé lors de la réunion annuelle à Austin, Texas « South by Southwest ». Le nombre de rapports publiés a également connu un bond important en termes de chiffres au cours des six dernières années. C’est un signe que la société et l’académie se déplacent d’une manière à discuter des questions éthiques. Toutefois, ce mouvement doit être plus rapide qu’il ne se produit actuellement. En d’autres termes, récemment, un professionnel des nouvelles technologies n’a plus de réponse à certaines choses, qui souvent la situation devient plus grande que le développeur, qui se traduira par un sentiment de « Je ne sais pas ce qui se passe avec l’algorithme que j’ai conçu ». Ces situations ont besoin d’une réponse qui vienne à la fois des niveaux universitaire et sociédant. L’université joue un rôle important et fondamental dans ces réponses. On ne s’attend pas à ce qu’un flux normal vienne de la société par lui-même, de sorte que l’intégration collaborative entre les organisations, les individus et les universités de communication doit être étudié et discuté pour une réponse efficace et rapide en ce qui concerne les préoccupations éthiques.

2.2 PRINCIPES ET VALEURS : EXEMPLE BASÉ SUR L’ÉTHIQUE CHRÉTIENNE ET SES IMPLICATIONS

Lorsque les règlements d’éthique sont analysés, on observe que le continent européen a les règles et règlements éthiques les plus à jour et les plus élaborés, par rapport à l’Amérique du Nord, à l’Amérique du Sud et à l’Asie. On spécule que les différences culturelles entre l’Est et l’Ouest se résoillent sur les questions éthiques et, pour cette raison, une question vitale pose le défi d’une réglementation de la coexistence éthique des questions éthiques mondiales. Certains conflits culturels peuvent exister; toutefois, il est question de savoir si le modèle européen et la norme de réglementation éthique pourraient être appliqués globalement de manière égale – ou s’il est essentiel de s’adapter à chaque région de la Terre.

Selon Santos, la nécessité d’adapter ces réglementations à chaque région est évidente, cependant, il est essentiel d’établir des thèmes non négociables dans ce processus. Les valeurs ne doivent pas être échangées, laquelle doit-on préserver dans un scénario global? Il est cependant plus facile d’adapter des sujets périphériques. Par exemple, le droit brésilien a utilisé le droit européen comme base. Cependant, tous les pays n’ont pas les mêmes enjeux, il est donc nécessaire de considérer les aspects locaux, qui n’annulent pas une discussion globale de manière systématique pour définir ce qui n’est pas négociable par rapport à ce sujet.

À l’heure actuelle, une question soulevée est la suivante : pourrions-nous considérer la protection de la vie privée comme une valeur? Certains auteurs de la littérature affirment que la vie privée n’est pas un luxe, la vie privée et l’autonomie sont deux thèmes profondément liés, la vie privée, l’autonomie et le caractère. Interférer avec la vie privée d’une personne est aussi une intervention dans sa vie privée, son autonomie et ce qu’elle est – ce qui est tout à fait acceptable d’être discuté dans un sujet de réglementation technologique. Pour en revenir à l’ingérence culturelle, il y aura toujours un choc culturel qui est une œuvre herméneutique dont les intellectuels pourraient être responsables de la discussion. Il est important de croire que cette discussion peut avoir lieu. Néanmoins, ce n’est pas quelque chose de facile et automatique. Comme caractéristique de l’éthique, il n’y a pas de lieu où la bonne réponse est écrite, les arguments peuvent être querelles à tout moment, et une certaine résistance peut apparaître. C’est pourquoi les intellectuels, les gens qui étudient ce sujet, les gens de la zone technologique, les gens de philosophie, les gens de la zone économique pourraient travailler ensemble de manière systématique pour mener la discussion.

Un exemple de valeurs et de principes qui pourraient être appliqués à différents niveaux de relations, les affaires dans les cultures, sont les valeurs et les principes judéo-chrétiens. D’autre part, parce que la technologie a apporté une société polarisée, et parce qu’une société hétérogène existe, il devient difficile d’utiliser les valeurs et les principes chrétiens comme modèle d’éthique mondiale. L’un des principes des valeurs chrétiennes est l’honnêteté, qui doit être dans toute vision du monde, politique, religieuse, économique… de ce point de vue, il est possible d’adopter cette valeur dans tout un pays. D’autre part, les non-chrétiens pourraient mal comprendre ces valeurs avec foi et tentative d’ingérence religieuse. La littérature rapportait déjà certaines études sur les entreprises et les universités utilisant les principes judéo-chrétiens au sein de leurs organisations, ce qui se reflétait positivement dans un environnement de confiance beaucoup plus grand que ceux qui ne mettent pas en œuvre ces principes, visant à collaborer avec le personnel pour travailler beaucoup plus heureux, même être plus productif pour l’entreprise et se sent dans un environnement beaucoup plus sûr et plus fiable.

Dans le livre « A Ciência da diversidade », Mona Sue Weissmark a soulevé une explication cruciale sur l’inclusion et la diversité. Les gens doivent être très prudents avec le langage qu’ils utilisent parce que cette langue peut créer une sorte de résistance et même de ressentiment de l’autre côté. Par exemple, la résistance peut être créée avec « la matière vies noires », en raison du ressentiment qui peut avoir surgi par l’utilisation abusive des mots, bien qu’il soit tout à fait compréhensible ce qui est derrière le mouvement. Cet aspect affecte également la nécessité d’un bon langage dans le cas de l’éthique et des principes chrétiens comme possibilité de diffuser une pratique éthique idéale. Si cet aspect est présenté en tenue religieuse, il peut créer de la résistance pour ceux qui ne sont pas religieux et le ressentiment chez ceux qui appartiennent à une autre religion. On pourrait comprendre que « ma religion a la réponse que la vôtre n’a pas » – c’est pourquoi la langue doit être soigneusement choisie dans un lieu d’oscillation entre les valeurs et les principes.

Par définition, un principe devrait être appliqué non seulement n’importe quelle situation, mais aussi répondre aux questions pour tous les temps – c’est exactement ce que l’éthique chrétienne faire – cependant, encore une fois, le langage correct plus chercher le lien dans d’autres religions sont vitales puisque toute religion a des similitudes et des questions qu’ils convergent et la plupart d’entre eux impliquent l’éthique. En résumé, un point commun entre les religions pourrait être trouvé pour traiter avec une perspective chrétienne sans prêcher le christianisme.

2.3 L’UNIVERSITÉ DOIT-ELLE ÊTRE PROCHE DU MARCHÉ DU TRAVAIL?

Dans le scénario actuel, les individus sont plus impliqués dans la technologie, qui est un domaine très rapide. Souvent, quelqu’un qui a un diplôme de 4 ans en informatique, par exemple, a la possibilité d’être obsolète, tout ce qui a été appris précédemment n’est plus réalisable. De cette façon, on observe une distance entre l’université et le marché du travail, en vedette par la technologie.

L’université devrait prétendre faire partie intégrante de la société, néanmoins, parfois on peut supposer que la société et l’université sont deux entités séparées. Dans l’académie, les critiques sont toujours les bienvenues, parce que c’est un endroit où les erreurs sont critiquées pour parvenir à une amélioration. À ce stade, l’université devrait avoir cette intention non seulement de chercher le classement d’être le meilleur, mais combien il contribue à la société – l’université doit être assis au milieu de la communauté (l’Université du Wisconsin mis en œuvre idée).

Deux points de vue légitimes sont possibles à cet égard. Le premier est celui des intellectuels, qui font partie de la société, observent la société et les comportements de l’extérieur, comprennent leurs douleurs, ce qui est nécessaire pour amener – comme discussion – à trouver des solutions. Le deuxième point de vue ne voit pas l’université comme une entité externe qui offre une solution, mais comme une vie dans cet environnement et qui participera à la discussion. Pour cette raison, comprendre où placer l’université est un point clé.

Il existe toutefois un consensus qui préconise le fait que les intellectuels doivent comprendre les douleurs de la société, dans leur routine, dans leur vie quotidienne à l’intérieur et à l’extérieur de l’académie, de formuler de nouvelles opinions et règles comme base de lignes directrices, comme nous l’avons vu en Europe, qui sont capables de faire face aux progrès technologiques pour éviter que les professionnels ne soient pas prêts pour le marché du travail. , pour éviter d’être obsolète. Par conséquent, des cours préparatoires et de formation au sein de certaines entreprises sont mis en œuvre, pour enseigner aux jeunes professionnels comment faire le travail, qui reprend 4 ans de diplôme en fondamentalement 6 mois. Pour comprendre le besoin éthique que le marché numérique exige quotidiennement est important – il fallait donc que les intellectuels non seulement soient limités dans le domaine de l’éducation, mais aussi s’impliquent dans le domaine numérique. Il peut commencer par changer l’état d’esprit, comprendre comment fonctionne la nouvelle génération, les applications, les solutions, quoi et qui est derrière ces sujets. Les personnes impliquées dans le développement d’une solution ont-ils des valeurs ? S’attendent-ils à une société plus juste? C’est important parce que les gens peuvent perdre le contrôle des algorithmes et c’est pourquoi les universitaires doivent être formés pour comprendre l’éthique et répondre aux besoins sur le marché numérique – mais la question ouverte est la suivante: Comment faire cela?

2.4 LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE, L’ÉTHIQUE ET LE MONDE NUMÉRIQUE

Même si les philosophes discutent régulièrement de l’éthique, le scénario actuel demande une discussion sur les questions éthiques dans le monde numérique. Corruption, honnêteté, vie privée. La protection de la vie privée est un point clé qui mérite d’être pris en considération dans le monde numérique puisque toutes les données peuvent être en cours d’exécution sans leur allocation.

Selon Santos, le paradigme de la connaissance pourrait être comparé au paradigme de la religion. Au Moyen Âge, il y avait une réponse à tout dans la religion. Lorsqu’une réponse ne pouvait pas être fournie par la religion, deux possibilités ont été signalées: (i) la question n’a pas de sens ou (ii) la question n’a pas été bien formulée – ce qui peut être qualifié de paradigme religieux. D’autre part, le paradigme de la connaissance vient avec la postmodernité. La marque historique derrière cela vient avec Américo Vespúcio, qui est venu dans les Amériques et, à son retour en Europe, a écrit: «Je ne sais pas où je suis, je ne sais pas ce qu’est cet endroit, je sais que ce n’est pas Asie ». La Bible ne parlait pas dans les Amériques, la religion ne parlait pas dans les Amériques. Lorsque Vespúcio a admis qu’il ne connaissait pas cet endroit, il a entamé une révolution cognitive et intellectuelle, basée sur des réponses inconnues à l’époque. A partir de ce moment, la modernité a été inaugurée et reposait sur une pensée que «je n’ai pas toutes les réponses».

Sur la base de ces paradigmes, il est possible de penser que certaines réponses ne peuvent plus être utiles, et c’est à ce moment-là que les gens commencent à penser et à parler de questions éthiques, et une fois que les questions éthiques sont soulevées, nous parlons surtout d’êtres humains. Il est censé êtres humains ont l’éthique, mais est-il possible pour les machines? Par exemple, il est déjà possible de soutenir que quelqu’un peut prendre le cerveau d’une personne et le charger sur l’ordinateur, s’il éteint cela sur l’ordinateur, est-ce un crime? Ont-ils tué une personne ? La société doit être prête à admettre qu’elle n’a pas toutes les réponses.

2.5 PRÉOCCUPATIONS EN MATIÈRE D’ÉTHIQUE CONCERNANT LES ORGANISMES DE FORMATION NON UNIVERSITAIRE ET LES SYSTÈMES ÉDUCATIFS

L’émergence d’organismes de formation sans surveillance de certains types de formation est en quelque sorte inquiétante. Par exemple, il existe une organisation qui enseigne la science des données, l’analyse des données, certains, le codage, python et des sujets similaires dans seulement six mois de programme. En fin de compte, l’étudiant diplômé reçoit 50% de tous les frais mensuels payés au cours des six mois d’études et une proposition d’emploi avec une entreprise qui a conclu une entente avec l’organisation. Comme cette organisation n’est pas un établissement d’enseignement, il n’y a pas d’organisme qui surveille ce type de formation.

Selon un entretien avec un PDG de l’une de ces organisations, l’un des objectifs de ce type d’entreprise de formation est d’offrir au marché quelque chose que l’université ne peut pas offrir. Le leader a déclaré que les Etats-Unis parlaient du marché américain, « il y a déjà beaucoup de professionnels dans le domaine de la géographie, de l’histoire, de la sociologie » et que « les Etats-Unis n’ont plus besoin de professionnels comme celui-ci » ont besoin de data scientists, d’ingénieurs de données, logiciel, analyste de données, analyste d’affaires et ce module qu’il a créé pour la formation est ce dont les États-Unis ont besoin et qui sert directement le marché. À cet égard, l’université doit résoudre ce problème de formation en proposant un cursus d’enseignement supérieur capable de desservir rapidement le marché et une licence pourrait être dirigée vers les personnes intéressées à suivre le domaine académique (KATHLEEN, 2017).

Cette consultation a fait l’objet de discussions tout au long de l’histoire de l’éducation et a tendance à être permanente: quel est le rôle de l’éducation? S’agit-il d’une formation pour le marché du travail ou des «arts libéraux», comme on dit aux États-Unis, ou s’agit-il de former les gens à participer à la société et à former les gens en tant qu’individus et à former l’individualité des gens? Quel est le marché du travail? Est-ce du développement personnel? Est-ce une participation à la société? Dans le domaine informatique et dans le programme informatique, les questions éthiques de la vie privée ne sont pas abordées, restant limitées aux questions techniques. En conséquence, les personnes récemment diplômées travaillent sur le marché du travail sans aucun sens des implications éthiques et ne sont pas prêtes à entrer et à affronter la société en tant que penseurs en chef, puisqu’elles ne sont pas formées pour le faire. C’est particulièrement inquiétant aux Etats-Unis, il n’est pas difficile de penser aux jeunes. Au lycée, les jeunes Américains sont formés et préparés à passer des examens, à maintenir le classement de l’école et à les préparer à entrer dans une université, qui est essentiellement axée sur la performance, rien ne résulte. En revanche, au Brésil, même avec toutes les erreurs et les problèmes intrinsèques de ce pays, il est courant de trouver un enseignant qui forme les jeunes à réfléchir, à poser une question ouverte.

Certaines universités essaient de préparer les étudiants qui viennent du secondaire à avoir une vision plus analytique et critique du monde, car cela, ces institutions offrent une discipline obligatoire pour n’importe quel cours dans le but de réduire les conséquences individuelles et sociales des étudiants impliqués dans un cours purement technique. La préoccupation est de considérer que ces jeunes sont responsables de la création de solutions pour le monde. Qu’en est-il?

2.6 COMMENT CRÉER UNE SOLUTION ET ÉVITER DE NOUVEAUX PROBLÈMES POUR LA SOCIÉTÉ?

Une série coréenne appelée « startup » a présenté deux situations. Un groupe de jeunes passe trois ans dans une grande entreprise. Dans ce groupe, un génie du codage de 25 ans avait créé un programme pour les malvoyants. Le téléphone cellulaire avec un ordinateur en face – la personne demande l’intelligence artificielle ce qui est en face d’eux. En pointant le téléphone cellulaire devant le sujet, il apparaît un moniteur qui parle à la droite malvoyante. Cette création a été faite parce que la grand-mère de sa petite amie detait aveugle, et il voulait une solution pour rencontrer grand-mère. D’une manière très bien intentionnée, il crée cette solution, mais il ne pense plus aux implications éthiques derrière elle, il ne soulève même pas ses appâts de commercialiser cela, parce qu’il crée la solution, mais il a besoin de commercialiser, il a besoin d’investisseurs, les investisseurs n’ont pas toujours ce regard éthique. La motivation est différente, et la société fait face à un grand risque avec des jeunes sans expérience du monde et, par conséquent, aucune préparation sur des questions éthiques.

Une deuxième situation dans la série « startup » a été la création de la voiture autonome – une technologie qui permettrait de réduire plusieurs postes vacants pilote puisque les gens n’auraient plus besoin d’un pilote. Le père de ce genre-guy était un chauffeur pour une entreprise et est allé à un événement pour discuter avec la fille de 29 ans PDG de l’entreprise, expliquant de nombreuses familles perdraient leur emploi… pas seulement les gens, mais les familles. Que peut-on conclure avec cette situation? Certaines solutions peuvent mettre les gens dans des situations difficiles sur le plan économique. Le marché, en utilisant la technologie, est conçu pour terminer avec la réponse. Cela amène à discuter de la nécessité de trouver un juste milieu entre éviter la stagnation du processus et éviter un processus rapide qui pourrait aboutir à un chômage généralisé. En d’autres termes, il est nécessaire de trouver un juste milieu entre une génération analogue et une génération totalement numérique, visant à éviter la création de problèmes en essayant d’en résoudre une première.

Le concept de trouver une solution pourrait être remplacé par le concept de modèles pour réfléchir à une solution spécifique. Pour atteindre une responsabilité sociale d’entreprise, la création d’un projet avec quelques erreurs corrigées après la sortie doit être échangée par un plan solide visant à établir des problèmes potentiels avant la sortie du projet – en particulier en ce qui concerne les impacts sociaux et environnementaux (DWOSKIN, 2019).

Néanmoins, la responsabilité et l’inquiétude de l’entreprise sont venues dès le début du processus, à chaque étape, en mettant l’accent sur les termes environnementaux et sociaux.

En élargissant ce concept aux entreprises technologiques, le domaine corporatif doit commencer à comprendre quelles sont les implications de chaque processus et solution – pour apporter une perspective et multiplier les discussions (MIT NEWS OFFICE, 2018).

2.7 LA COLLABORATION DE LA TECHNOLOGIE À L’ÉTHIQUE AUGMENTE

Plusieurs entreprises présentent un code d’éthique très défini et rigide, en utilisant cela comme marketing pour leur entreprise. Toutefois, ces entreprises ne pratiquent pas toujours les lignes directrices. Un exemple classique est « l’opération Carwash » au Brésil, impliquant l’ancienne société Odebrecht. Dans ce scénario, la technologie limite de plus en plus les actions de corruption, en particulier la corruption archaïque, cependant, la corruption au piratage de données est une question qui porte le sujet à un niveau plus sophistiqué. Sommes-nous dans une nouvelle ère, une ère où des entreprises plus éthiques se présenteront?

Pour répondre à cette question, il est important de comprendre et d’établir si les gens se soucient, combien ils se soucient et combien les gens se soucient des préoccupations éthiques – par exemple, la vie privée. À ce stade, il est juste de dire que l’éducation n’est pas la panacée. L’éducation n’est pas la solution pour tout. Pour illustrer, au Musée de la tolérance de Mexico, une partie du musée est consacrée à l’holocauste, et la plupart des parties des principaux bourreaux avaient un titre académique. Cependant, l’éducation est un moyen – et la revendication doit être bien définie, l’éducation pour quoi? – qui est un paradigme de l’éducation. Ainsi, combien la société se soucie et combien l’éducation aide sont deux aspects qui méritent réflexion.

Selon Edward Snowden, les gens doivent en payer le prix sur le plan personnel pour changer la société (GOLDBERG, 2020). Alors, combien sommes-nous prêts à payer le prix sur le plan personnel, est-ce une tentative de guider une réponse à ce que vous m’avez demandé, les entreprises vont-elles être plus éthiques? La société va donner le ton à cet égard, avec une tendance à atteindre le niveau individuel – qui êtes-vous souffrant d’angoisse à ce sujet?

Au niveau individuel, dans cette problématique technologique, en plus des personnes qui pourraient souffrir d’une manière ou d’une autre, les professionnels sont une catégorie qui doit se tenir au courant de la nouvelle réalité technologique. La pensée exponentielle pourrait résoudre au moins une partie du problème, cependant, seules les machines traitent de manière exponentielle. Ainsi, nous revenons à l’éthique. Comment cela se pose-t-il en tant que problème éthique? La société traite les gens comme une machine, s’attendant à ce que les professionnels de l’informatique pensent de manière exponentielle, mais ils restent un être humain. C’est une implication éthique pour les professionnels du domaine, ils doivent se préparer à donner une réponse à cela. Deux mouvements pourraient représenter l’angoisse au sein de la société, connaissant « FOMO » – peur de perdre, et « JOMO », qui signifie «j’ai la joie de perdre», représentant l’autre extrême.

Pour finir, il est essentiel de réfléchir aux implications éthiques d’une demande qui existe pour les professionnels de penser de façon exponentielle, d’avoir à se mettre à jour d’une manière presque impossible et quelle est la réponse qu’ils donneront à la société, aux organisations qui l’exigent d’eux, qui peuvent être classés comme une demande surhumaine.

3. CONCLUSION

La technologie et les solutions qui en découlent ont progressé rapidement. Ce scénario appelle les intellectuels et la société dans son ensemble à s’adapter et à faire des compromis dans le développement de technologies qui peuvent améliorer leur vie quotidienne sans nuire aux travailleurs et à leurs familles qui en dépendent. En ce sens, c’est à la discussion des valeurs et des principes au niveau mondial, qui imprègnent les points centraux de l’éthique humaine.

OUVRAGES CITÉS

DWOSKIN, Elizabeth. Stanford Helped Pioneer Artificial Intelligence. Now the University Wants to Put Humans at its Center. Washington Post, March 18, 2019; Amy Adams, “Stanford University Launches the Institute for Human-Centered Artificial Intelligence,” Stanford News, March 18, 2019.

GOLDBERG, Emma. Techlash’ Hits College Campuses. New York Times, updated January 15, 2020. [In addition, Crawford et al., AI Now 2019 Report, details many examples of students organizing against ethical lapses].

KATHLEEN, Manning. Organizational Theory in Higher Education. Routledge, 2017, 232 p., 2nd ed.

MIT News Office. MIT reshapes Itself to Shape the Future. MIT News, October 15, 2018.

O’BRIEN, John. Digital Ethics in Higher Education: 2020, Educause Review, May 18, 2020, Access on 28 Mar. 2021. Available at: <https://er.educause.edu/-/media/files/articles/2020/5/er20_2103.pdf>

[1] Candidate à la maîtrise en technologies de l’information, post-diplôme Lato Sensu en expertise judiciaire et pratiques actuarielles avec enseignement dans l’enseignement supérieur, post-diplôme Lato Sensu en contrôle de gestion et finance et un baccalauréat ès sciences en comptabilité.

Soumis : Mars, 2021.

Approuvé : Avril, 2021.

Rate this post

Leave a Reply

Your email address will not be published.

DOWNLOAD PDF
RC: 85604
POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

Solicitar Registro DOI
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita
WeCreativez WhatsApp Support
Temos uma equipe de suporte avançado. Entre em contato conosco!
👋 Bonjour, Besoin d'aide pour soumettre un article scientifique?