Le paradigme du pastorat féminin dans l’église évangélique aujourd’hui

DOI: 10.32749/nucleodoconhecimento.com.br/theologie-fr/pastorat-feminin
4.9/5 - (71 votes)
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
Email

CONTEÚDO

ARTICLE ORIGINAL

SÁ, Danielle Mendonça de [1], GHEDINI, Robson Maurício [2]

SÁ, Danielle Mendonça de. GHEDINI, Robson Maurício. Le paradigme du pastorat féminin dans l’église évangélique aujourd’hui. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 06, Ed. 12, vol. 07, p. 159 à 173. Décembre 2021. ISSN : 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/theologie-fr/pastorat-feminin, DOI: 10.32749/nucleodoconhecimento.com.br/theologie-fr/pastorat-feminin

RÉSUMÉ

Actuellement, il y a des Églises qui choisissent de limiter la contribution des femmes dans l’exercice de leur ministère dans certains secteurs ecclésiastiques, voire de la réduire au silence. Par conséquent, cette recherche est basée sur la question suivante: comment l’analyse du rôle des femmes dans le contexte biblique aide-t-elle à accepter la légitimité du pastorat féminin dans l’Église évangélique aujourd’hui? Ainsi, l’objectif de cette étude est de fournir un nouvel horizon dans la compréhension du thème du direction ecclésiastique féminin, afin de contribuer à la résolution de ce problème et à la rupture des paradigmes, à la lumière de la Sainte Bible, décrivant les principales difficultés rencontrées par les femmes dans l’exercice ministériel, tout en cherchant à comprendre la pensée dérivée des aspects du contexte social, politique, historique, économique et religieux depuis l’époque où les textes bibliques ont été écrits. À cette fin, la recherche bibliographique et l’approche qualitative ont été utilisées comme présupposé méthodologique descriptif, car il était nécessaire de présenter des éléments et des faits extraits de l’histoire concernant ces aspects, car la combinaison de tous permettait de traduire la façon dont les hommes et les femmes de cette époque se comportaient, pensaient et ressentaient. Il est également entendu que cette pensée a imprégné la tradition de l’Église au cours des siècles, cependant, il est souligné que la tradition culturelle de l’époque n’a pas les mêmes éléments socioculturels d’aujourd’hui. En ce sens, des informations sont recueillies sur les difficultés rencontrées par les femmes dans le domaine social et religieux, la fonction féminine dans le judaïsme, leur participation au christianisme, depuis la façon dont Jésus les a traitées; à leur participation à l’Église primitive, en plus d’offrir un espace pour l’analyse de textes bibliques qui éclairent la vision biblique des ministères féminins, un récit de l’histoire de Débora, une pasteure dans la pratique, bien qu’elle ne porte pas le titre, ainsi que des discours sur le ministère pastoral comme un don donné par Dieu. On en conclut qu’aujourd’hui, il est appelé à des femmes plus intrépides, courageuses, fidèles à Dieu, pieuses, obéissantes, loyales, pasteurs d’âmes, telles que Débora, Marie, Hulda, entre autres. Après tout, pour les hommes et les femmes, il n’y a qu’un seul Dieu, une seule mission (la sienne), une seule vision et une seule cible, Jésus.

Mots-clés: Bible, église, direction, femmes, tradition.

1. INTRODUCTION

Au sujet du direction féminin dans la société d’aujourd’hui, si la question suivante s’adressait à des personnes de sexes différents : « Accepteriez-vous volontiers d’être dirigée par un capitaine militaire s’il s’agissait de votre officier subordonné ? Seriez-vous d’accord pour être le copilote d’un avion sachant qu’il est piloté par une femme? Accepteriez-vous de vous soumettre aux directives d’un chef d’entreprise? » peut-être que la réponse de beaucoup, hommes et femmes, serait: « Oui, tant qu’elle est pleinement qualifiée pour le rôle ». Cependant, dans l’environnement ecclésiastique, l’ordination de femmes à des postes de direction a fait l’objet de nombreuses discussions ces derniers temps.

La tradition ecclésiastique interdit souvent aux femmes de faire semblant ou d’enseigner. La base théologique de cette théorie est basée sur des instructions, telles que les paulines, qui se produisent dans un contexte dans lequel les femmes n’étaient généralement pas instruites, dans une société attachée aux valeurs et aux coutumes découlant de la tradition juive, et aussi les païens, où il était nécessaire pour l’apôtre de sauver et de maintenir l’ordre dans l’Église, afin de ne pas scandaliser les frères nouvellement convertis au christianisme. La tradition juive interdisait aux femmes d’enseigner dans la synagogue. La tradition grecque les empêchait, presque entièrement, d’avoir une vie sociale, parce qu’ils étaient loin des lieux et des événements publics, y compris religieux.

Au cours des siècles, la figure féminine a souffert de répression intellectuelle, bien que silencieuse, et parfois d’humiliations, ce qui a déclenché la lutte féminine pour son espace dans un monde dominé, par des générations entières, par la figure masculine. Des facteurs tels que l’inégalité salariale, les obstacles invisibles dans les promotions, le manque de respect et l’abus de l’autorité masculine sont encore la réalité de nombreuses femmes aujourd’hui. Face à cette difficulté de compréhension, cette recherche est justifiée par le rassemblement de concepts bibliques et de fondements qui abordent le thème du direction ecclésiastique féminin, après tout, Dieu ne dépend pas des jugements humains pour accomplir son œuvre rédemptrice. Dans l’histoire de l’Église, Jésus compte sur les hommes et les femmes comme collaborateurs de sa mission donnée à l’Église (BÍBLIA, 2011, 1 Coríntios 3.9).

Avec le nombre croissant de confessions chrétiennes qui acceptent la légitimité du pastorat féminin et la multiplication des églises plantées par les femmes, de nombreux affrontements ont eu lieu entre différents groupes dans l’environnement évangélique. De ceux qui défendent et croient que les femmes peuvent occuper des postes de direction pastorale ecclésiastique, et de ceux qui défendent et croient que seuls les hommes ont l’autorisation divine d’occuper de telles positions. Il y a un contrepoint à considérer qu’il est d’une importance fondamentale, de savoir ce que la Bible dit à ce sujet. Par conséquent, nous avons cherché à recueillir des informations de la littérature biblique et judéo-chrétienne sur le sujet, afin de clarifier la question suivante: comment l’analyse du rôle des femmes dans le contexte biblique aide-t-elle à accepter la légitimité du pastorat féminin dans l’église évangélique aujourd’hui?

La Bible est la Parole inerrante et infaillible de Dieu (BÍBLIA, 2011, 2 Timóteo 3.16). Considérant que les hommes inspirés par Dieu vivaient dans un contexte social, politique, historique, économique et religieux, afin d’extraire les vérités bibliques qu’ils contiennent, il est essentiel de connaître la culture et la proposition originale des textes bibliques avant d’effectuer leur interprétation correcte et, lorsqu’il s’agit de la culture juive, il est nécessaire d’être encore plus prudent en raison de leurs particularités littéraires et poétiques, car si des éléments strictement liés à la culture du peuple juif étaient préservés dans la contextualisation des textes, des situations telles que les femmes utilisant le voile comme condition préalable à l’adoration de Dieu, comme écrit par l’apôtre Paul dans la Bíblia Sagrada (2011) dans 1 Corinthiens 11:1-16, seraient actuellement vécues.

Ainsi, cette recherche vise à contribuer à la clarification de ce que la Bible enseigne sur le rôle des femmes dans l’Église du Christ et comment Il fait d’elle une participante à sa Mission, avec des éléments et des faits extraits de l’histoire, afin de fournir un nouvel horizon dans la compréhension du thème du direction ecclésiastique féminin. En outre, il vise également à contribuer à la solution de ce problème à la lumière de la vision biblique sur le sujet et, pour cela, la recherche bibliographique et l’approche qualitative de manière descriptive ont été utilisées comme présupposé méthodologique. Dans la collecte d’informations pour la collecte de données et de faits, en plus de la Sainte Bible, cette étude avait les auteurs suivants: Curtis Allen, Branca Moreira Alves, Jacqueline Pitanguy, Simone Beauvoir, Russell Champlin, Arthur Cundall, Kathy Keller, Sandra Kochmann, Lucado, John MacArthur, Eugene Merril, Flávio Josefo, Charles Pfeiffer; Everett Harrison, Fani Averbuh Tesseler, Nicholas Thomas Wright, entre autres.

Cet article s’applique aux femmes qui, comme l’auteur, ont souffert du manque d’acceptation et des préjugés des dirigeants qui ne reconnaissent pas l’autorité divine dans l’exercice du ministère pastoral féminin, et aussi à tous ceux qui sont coopérateurs et amoureux de la Mission. de Dieu et de sa Sainte Parole. Dans sa structure, dans un premier temps, est abordé le thème appelé « une voix réprimée dans la société », un récit des principales difficultés rencontrées par les femmes pour accéder à l’éducation et la manière dont elles sont perçues par la société dans la sphère sociale et religieuse. Dans le troisième thème, des informations sont recueillies sur « le rôle des femmes dans le judaïsme », en tenant compte, principalement, de la réflexion du rabbin Sandra Kochmann sur le sujet.

Dans le quatrième thème, « la participation des femmes au christianisme » est abordée, subdivisée en : « Jésus a brisé les paradigmes humains », qui présente des informations sur la manière dont Jésus a traité les autorités religieuses de son temps, qui ont invalidé la Loi de Dieu au détriment des traditions humaines ; « Jésus valorisait les femmes », à partir de ce thème, explique la manière dont Jésus se comportait avec les femmes de cette époque, les valorisant et les incluant, sans le vouloir, voire en contradiction avec les traditions rabbiniques, comme celle qui lui interdisait de les diriger publiquement ; « Femmes sans puissance de la parole dans l’église », qui analyse et propose une interprétation adéquate des textes bibliques controversés, tels que 1 Timothée 2.11,12 et 1 Corinthiens 14.34,35, pour une bonne compréhension du message proposé ; et le dernier sous-thème, qui rassemble quelques données relatives à la « participation des femmes dans l’église primitive », dans le contexte biblique.

Dans le cinquième thème est relatée l’histoire de « Débora, une bergère en exercice » qui, bien qu’elle ne porte pas le titre, avait tous les attributs qui lui confèrent, principalement, l’appel de Dieu, qui lui a permis de diriger sa nation. , sans que cela éclipse son rôle de bonne épouse et de mère, un véritable exemple à suivre par tous. Enfin, le dernier sujet de discussion présente « le ministère pastoral comme un don donné par Dieu » et que, par conséquent, il le donne à qui et comme il veut, sans aucune distinction, uniquement pour l’édification de son Église ; se terminant par des remarques finales.

2. UNE VOIX RÉPRIMÉE DANS LA SOCIÉTÉ

Le direction religieux pendant de nombreuses générations a appartenu à la figure masculine. Pour le rabbin Kochmann[3] (2005), à travers l’histoire, la préférence dans l’étude de la Bible était celle des hommes, parce que les femmes n’avaient pas accès à autant d’informations qu’aujourd’hui. Sur la figure féminine au 4ème siècle avant JC, dans la Grèce antique, Xénophon déclare: « […] vivez sous étroite surveillance, voyez le moins de choses possible, entendez le moins de choses possible, posez le moins de questions possible » (ALVES ; PITANGUY, 1985, p. 12). De telles déclarations reflétaient la pensée de l’époque sur le sujet et la façon dont les femmes étaient réprimées par la société de domination principalement masculine. Au Brésil, ce n’est qu’à partir de la fin du 19ème siècle que les femmes ont commencé à fréquenter les écoles, et même alors, timidement, car, au départ, seules les écoles privées étaient destinées aux femmes (TESSELER, 2009).

Sur la façon dont elle est perçue dans la société, Beauvoir (1970, p. 72) affirme dans un texte écrit dans les années 1970 que « l’homme est défini comme un être humain et une femme est définie comme une femme. Quand elle se comporte comme un être humain, elle est accusée d’imiter le mâle. » Dans un texte plus récent, contenant le témoignage de Kathy Keller, épouse de l’un des pasteurs les plus éminents d’aujourd’hui, Tim Keller, qu’elle a épousé et l’a accompagné à la tête de l’West Hopewell Presbyterian Church en Virginie pendant neuf ans, elle déclare:

Em todos os lugares nos quais tenho ministrado desde então, sinto-me como uma mulher sem país. Em alguns deles, sou vista com suspeição, como uma ‘louca feminista’, porque encorajo mulheres a ensinar e a liderar, e eu mesma faço. Certa vez, no norte da Escócia, durante uma sessão de perguntas e respostas conduzidas pelo Tim após o culto de uma congregação da Free Church of Scotland (Igreja Livre da Escócia), eu entrei na conversa. Como normalmente fazíamos a sessão de perguntas e respostas juntos todo domingo em nossa casa, após o culto da noite, nunca liguei sobre expressar minha opinião. No entanto, todas as cabeças viraram para me olhar com incredulidade estampada em face, masculina e feminina. Foi como se o cachorro de repente tivesse falado (KELLER, 2019, p. 8).

Le problème vécu par Keller dans son témoignage, malheureusement, a encore été la triste réalité de nombreuses femmes, que ce soit dans le milieu social ou religieux. Selon Perrot (1992, p. 185), « de l’histoire, souvent, les femmes sont exclues ». Selon les données du ministère de l’Économie, 43,8 % des femmes occupent des postes de direction au Brésil, c’est-à-dire qu’elles représentent encore la minorité occupant des postes de haut rang et, bien qu’elles occupent des postes de direction, leur rémunération moyenne reste inférieure à celle des hommes, à 69,8 %, pour les mêmes postes de conseil d’administration, de direction, de supervision, de gestion, de coordination et de gestion (BRASIL, 2019).

3. LE RÔLE DES FEMMES DANS LE JUDAÏSME

Le rôle des femmes dans le judaïsme, selon Kochmann (2005), s’est diversifié en fonction de son socio-contexte historique et a souffert d’influences étrangères, en particulier grecques, qui l’ont empêchée, presque totalement, d’avoir une vie sociale, car cela l’a tenue à l’écart des lieux et des événements publics, y compris religieux. Selon elle,

Na época bíblica, as mulheres dos Patriarcas eram as Matriarcas, mulheres ouvidas, respeitadas e admiradas. Havia mulheres profetisas e juízas. As mulheres estavam presentes no Monte Sinai no momento em que Deus firmou o Seu Pacto com o povo de Israel. Participavam ativamente das celebrações religiosas e sociais, dos atos políticos. Atuavam no plano econômico. Tinham voz, tanto no campo privado como no público. Com o decorrer do tempo e por força das influências estrangeiras, especialmente a grega, foram excluídas de toda atividade pública e passaram a ficar relegadas ao lar. Essa situação das práticas cotidianas daquela época foi expressa nas leis judaicas então estabelecidas e permanece a mesma até hoje (KOCHMANN, 2005, p. 35-36).

En accord, MacArthur (2019) déclare dans son récit de la position féminine à l’époque des patriarches de la Bible, que

Os relatos bíblicos dos patriarcas sempre dão o destaque devido às suas mulheres. […] Miriã, irmã de Moisés e de Arão, era tanto profetisa quanto compositora – e em Mq 6:4, o próprio Deus a honra, ao lado de seus irmãos, como uma das líderes da nação durante o Êxodo. Débora, também uma profetisa, era juíza em Israel antes da monarquia (Jz 4:4). […] Em Provérbios, a sabedoria é personificada como uma mulher. A Igreja do Novo Testamento é igualmente representada por uma mulher, a noiva de Cristo (MACARTHUR, 2019, p. 16-17).

Cependant, la religion païenne avait tendance à dévaloriser les femmes. La mythologie grecque et romaine avait ses dieux, tels que Diane et Aphrodite, servis par des prostituées sacrées, une pratique qui serait humiliante pour les femmes (MACARTHUR, 2019). Au fil du temps, certains éléments ont été incorporés dans la tradition juive et rassemblés dans le Talmud, une collection de livres saints juifs. Pour Kochmann (2005, p. 37), « à l’époque taludique », entre le 3e et le 6e siècle après JC., « une époque où les règles du quotidien juif étaient établies, basées sur l’interprétation et l’analyse des textes bibliques par les rabbins (exclusivement des hommes) », la femme rencontre des obstacles pour assister à la scène publique, car cette conception « reçoit une influence directe de la société grecque antique dans laquelle elle a été insérée. Dans celui-ci, la femme n’avait pratiquement aucune vie sociale, car elle était loin des lieux et des événements publics, y compris religieux. Selon Judith Baskin,

Carol Meyers argumenta que, quando o trabalho agrícola e a gravidez, duas esferas nas quais as mulheres desempenhavam um papel ativo, eram centrais na sociedade bíblica, a vida social e religiosa no Israel antigo era relativamente igualitária. Quando o estado político e a monarquia emergiram, e a vida religiosa foi institucionalizada no culto ao templo e na burocracia sacerdotal (a partir do século X a.C), no entanto, as mulheres foram cada vez mais excluídas da arena pública e perderam o acesso à autoridade comunitária (BASKIN, 2020, s.p.).

Dans la culture juive, certaines coutumes et habitudes considérées comme si dégradantes et humiliantes pour les femmes ont été insérées, ce que Sandra Kochmann déclare:

Começar cada dia escutando os homens dizerem ‘Bendito sejas Tu, Eterno, nosso Deus, Rei do Universo que não me fizeste mulher’ não é agradável para mulher alguma que, por sua vez, deve proferir com ‘resignação’ as palavras ‘Bendito sejas Tu, Eterno, nosso Deus, Rei do Universo, que me fizeste segundo Tua vontade’. Essas bênçãos fazem parte da liturgia tradicional judaica dentro do conjunto de ‘agradecimentos a Deus’ conhecido como ‘Bênçãos matinais’ e que são recitadas toda manhã ao despertar. […] Segundo o rabino contemporâneo Joel H. Kahan, essa bênção se originou do dito helênico popular, citado por Platão e Sócrates […]. ‘Ser homem e não mulher’ era central em ambas as culturas, onde a mulher ocupava um lugar secundário, especialmente na vida pública (KOCHMANN, 2005, p. 36-37).

Le rite susmentionné a été incorporé dans la tradition juive et la figure féminine a été intériorisé par rapport à la figure masculine, classée comme un « être humain de second ordre ». Même dans la société juive, les femmes et les enfants n’étaient pas comptés dans les recensements, ce qui rend difficile la détermination de la somme de leur population. Vaux (2004) affirme que même le total le plus bas de 2 Samuel 24.1-9 (BÍBLIA, 2011) est très exagéré, car les documents statistiques manquent, c’est-à-dire que, bien que, dans la Bible, il y ait quelques indications numériques, ils n’aident pas beaucoup.

La lecture de la Torah de manière publique fait partie de l’aspect de la liturgie du culte de la synagogue, dont les femmes seraient exemptées. Si une femme se levait à la place d’un homme pour effectuer la lecture de la Torah, parce qu’elle figurait parmi les lecteurs de la cérémonie, dans les sept, cela impliquerait qu’aucun des hommes présents ne serait en mesure de remplir une telle obligation, une situation honteuse, pour de nombreux Juifs (KOCHMANN, 2005). D’autres interprètent que l’attitude ne serait considérée comme déshonorante que dans les cas où la lecture a été entièrement faite par une femme (SHPERBER, 2003).

Kochmann (2005) soutient que, compte tenu du fait que, à l’heure actuelle, les femmes juives sont déjà autorisées à assumer des attributions religieuses dont elles seraient auparavant exemptées, comme c’est également le cas à d’autres niveaux de la société, beaucoup d’entre elles ont revendiqué le droit d’étudier pour former des rabbins et des dirigeants communautaires. Pour elle, la connaissance des antécédents et des mutations de la loi juive aiderait à comprendre à quel point elle est dynamique et, par conséquent, permettrait une plus grande acceptation de cette nouvelle réalité.

4. LA PARTICIPATION DES FEMMES AU CHRISTIANISME

Toutes les Saintes Écritures pointent vers Jésus, car Il est le sujet, la cible et l’accomplissement des Prophéties de l’Ancien Testament (BÍBLIA, 2011, Mateus 1.22; 2.6,15,17-18,23; 3.3; 4.14-16). Selon Keller (2019, p. 10), « Jésus a fait confiance à l’inspiration de l’Ancien Testament et a promis l’inspiration du Nouveau Testament », par l’intermédiaire du Saint-Esprit (BÍBLIA, 2011, João 14.26). En ce qui concerne l’interprétation correcte des textes bibliques, Allen (2012) affirme qu’il est nécessaire de les interpréter en respectant le contexte dans lequel ils sont insérés et à la lumière du Christ, l’accomplissement de la Bible dans son intégralité, en supposant qu’il est le modèle de conduite pour chaque chrétien (BÍBLIA, 2011, 1 João 2.6), comme le dirait Sheldon (2007) dans son livre intitulé Em seus passos o que faria Jesus? Par conséquent, il est nécessaire d’analyser ce qu’il enseigne sur le rôle des femmes dans son Église et comment il fait d’elle aussi une participante à sa mission de salut et de sauvetage de l’humanité. Ces informations sont ensuite recueillies de manière concise.

4.1 JÉSUS A BRISÉ LES PARADIGMES HUMAINS

Pendant le ministère terrestre de Jésus, parmi les autorités religieuses de l’époque, un groupe appelé « pharisiens », des hommes respectés par les Juifs comme connaissant profondément les lois juives se sont distingués (JOSEFO, 2004). Cependant, ils avaient construit leur propre système d’interprétation, qui est devenu un ensemble de traditions et de règles, souvent placées au-dessus des Saintes Écritures lorsqu’il y avait désaccord entre elles, ce qui est devenu dangereux parce qu’ils valorisaient les traditions humaines plus que la Parole de Dieu, comme Jésus les a avertis dans Marc 7:13. Josèphe (2004, p. 819) les classe comme « […] une secte d’hommes qui veulent que nous les jugeons plus instruits que les autres dans la religion, qu’ils sont si chers à Dieu, qu’Il leur communique et leur donne la connaissance des choses à venir ».

Selon Allen (2012, p. 54), dans son commentaire sur Matthieu 12:1-8, « Jésus parle directement de l’arrogance de l’interprétation pharisienne ». Il les a accusés de ne pas pratiquer la Loi de Dieu, même s’ils la connaissaient bien (BÍBLIA, 2011, Mateus 23.23-28). Pour Merril (1987, p. 412), « Jésus, en fait, a affirmé que le jugement imposé aux pharisiens serait plus grand que celui qui est tombé sur Ninive. […] les pharisiens ne se repentirent pas de la prédication de celui qui était plus grand que Jonas (Lc 11, 32). Jésus a rejeté l’ensemble des instructions imposées par la tradition juive, qui étaient contraires au véritable dessein divin, de sauver l’homme pécheur (BÍBLIA, 2011, Mateus 18.11), parmi lesquelles celles qui ont essayé de l’empêcher d’accomplir des miracles le jour du sabbat, le jour du repos des Juifs, selon la Loi de Dieu (BÍBLIA, 2011, Êxodo 34.21).

Peu de temps après avoir guéri un homme qui avait une de ses mains déformées, à l’intérieur de la synagogue locale (BÍBLIA, 2011, Mateus 12.9-10), Jésus répond aux pharisiens qui l’ont interrogé sur la légalité de son action, en disant : « […] l’homme qui a une brebis, si elle tombe dans une fosse le jour du sabbat, ne la saisira pas et ne la soulèvera pas ? Car combien vaut un homme plus qu’un mouton ? Il est donc permis de faire le bien le jour du sabbat » (BÍBLIA, 2011, Mateus 12.11-12), ce qui signifie que la pratique du bien doit être quotidienne, quel que soit le jour de la semaine. Jésus est Seigneur, « même du sabbat » (BÍBLIA, 2011, Mateus 12.8). Il a brisé les paradigmes humains et a établi le Royaume de Dieu (BÍBLIA, 2011, João 14.6), selon sa bonne, parfaite et agréable volonté (BÍBLIA, 2011, Romanos 12.2).

4.2 JÉSUS VALORISAIT LES FEMMES

Comme mentionné ci-dessus, pendant le ministère terrestre de Jésus, la figure féminine était sous-estimée par la société de l’époque. Cependant, le Maître n’a fait aucune distinction. Bien qu’il ait choisi douze apôtres pour lui-même, la collégiale apostolique n’était pas composée uniquement d’eux. Il avait aussi beaucoup d’autres disciples, parmi lesquels il y avait aussi des femmes, « une pratique inconnue parmi les rabbins de son temps » (BÍBLIA, 2011, p. 1639), et certains d’entre eux l’ont aidé à faire don de ses propres ressources financières (BÍBLIA, 2011, Lucas 8.1-3). Ils ont joué un soutien et un rôle fondamentaux dans le ministère de Jésus. Le Maître les a encouragés à devenir des disciples, élevant même leur importance à celle du service domestique (BÍBLIA, 2011, Lucas 10.38-42). Dans les récits des disciples de Jésus, la Bible cite plus sur Marie-Madeleine, Marthe, Marie, mère de Jacques et Salomé, que sur Nathanaël ou Matthias. En outre, Jésus avait aussi de nombreux disciples anonymes et des collaborateurs bien-aimés (BÍBLIA, 2011, Lucas 10.1) et aujourd’hui l’Église du Seigneur Jésus est dispersée dans le monde entier en d’innombrables disciples (BÍBLIA, 2011, Mateus 28.18-20; Romanos 12.4-5).

Jésus a brisé les paradigmes humains en se référant à la Samaritaine dans le puits de Jacob (BÍBLIA, 2011, João 4.9), contrairement aux critiques de la société et même à l’incompréhension de ses propres disciples (BÍBLIA, 2011, João 4.27) et l’a également transformée en missionnaire de son peuple (BÍBLIA, 2011, João 4.28-30). Selon A Bíblia da Mulher: « Culturellement, les Juifs et les Samaritains ne s’associaient pas les uns aux autres. En outre, il était jugé inapproprié pour un rabbin de parler à une femme en public. La considération du Christ pour cette femme était donc révolutionnaire. » (BÍBLIA, 2011, p. 1639). Il traitait avec dignité les femmes marginalisées par la société de l’époque (BÍBLIA, 2011, Mateus 9.20-22; Lucas 7.37-50; João 4.7-27). Pendant le ministère de Jésus, les femmes ont non seulement été valorisées, mais aussi chargées, avec les hommes, d’être « lumière du monde » (BÍBLIA, 2011, Mateus 5.14-16) et habilitées par le Saint-Esprit à témoigner du salut de Dieu jusqu’aux extrémités de la terre (BÍBLIA, 2011, Atos 1.8).

MacArthur (2019, p. 190) déclare que « le Christ a encouragé les hommes et les femmes à prendre sur eux leur joug et à apprendre de lui. C’est aussi une autre preuve de la façon dont les femmes sont honorées dans les Écritures. » Ils ont également été les premiers à témoigner de sa résurrection et à recevoir l’ordre de partager avec d’autres la nouvelle qu’il est vivant (BÍBLIA, 2011, Marcos 16.7; João 20.15-18). Il est possible d’affirmer que le tournant culturel de son temps, chez Pierre et chez les autres disciples de Jésus, était prépondérant pour eux de douter du récit des femmes qui avaient été témoins de la résurrection de Jésus (BÍBLIA, 2011, Marcos 16.9-11; Lucas 24.9-12), car, comme mentionné ci-dessus, selon l’ancienne tradition juive, leur témoignage public n’était pas fiable.

Il affirme également que Marie-Madeleine, disciple de Jésus, « émerge comme l’une des femmes les plus importantes du Nouveau Testament » (MACARTHUR, 2019, 183). En ce qui concerne son passé, les évangiles la décrivent comme une femme qui a été libérée de la possession démoniaque (BÍBLIA, 2011, Lucas 8.2; Marcos 16.9). Il soutient que « sans révéler aucun détail dégradant du passé de cette femme, ils enregistrent son esclavage aux démons afin d’exalter la puissance généreuse du Christ » (MACARTHUR, 2019, p. 190), c’est-à-dire qu’une esclave des démons au fidèle disciple de Jésus-Christ, elle « est devenue une partie du cercle intérieur des disciples qui ont voyagé avec Jésus au cours de leurs longs voyages » (MACARTHUR, 2019, p. 189). Selon lui, elle aussi était l’une des femmes qui ont aidé Jésus et ses disciples avec des dons financiers. Selon Lucado (2018, p. 213) : « Après que le Seigneur Jésus a guéri Marie, elle est également devenue une disciple dévouée. Hippolyte de Rome, un théologien du 3ème siècle, l’appellera plus tard « l’apôtre des apôtres ». Sa dévotion l’a même fait rester à Jérusalem pendant la crucifixion de Jésus (BÍBLIA, 2011, João 19.25).

Dans Jean 20:1-17, l’attitude de Marie attire l’attention. Après avoir vu Jésus ressuscité, sa réaction a peut-être été de le tenir fermement pour ne pas le lâcher, au point qu’il a déclaré au verset 17 : « Ne m’arrêtez pas. » Sur cette expression, Champlin (1982, p.  636) soutient que « le grec original est « aptomai », […] ce mot peut avoir le sens de manipuler ou de dissuader, indiquant quelque chose de plus que le simple toucher d’un objet. […] Marie-Madeleine s’est probablement jetée aux pieds du Seigneur Jésus et s’y est accrochée. En conséquence, MacArthur (2019, p. 196) déclare que « Marie, d’une manière très différente, ne voulait pas quitter Jésus. C’est pourquoi Jésus lui a accordé un honneur sans pareil, lui permettant d’être la première à le voir et à l’entendre après sa résurrection », telle était sa dévotion envers lui. Elle l’a vraiment reconnu comme le Fils de Dieu.

4.3 FEMMES SANS PUISSANCE DE LA PAROLE DANS L’ÉGLISE

Dans 1 Timothée 2:11,12, l’apôtre Paul écrit : « Une femme apprend en silence avec toute soumission. Je ne permets pas à une femme d’enseigner ou d’avoir autorité sur l’homme. Mais taisez-vous. Cependant, il est clair que, selon la Bible (2011), Dieu n’interdit pas aux femmes de parler en public. Selon Kathy Keller,

[…] há vários exemplos no Novo Testamento de mulheres sendo elogiadas, e não condenadas, por falarem em público. Mulheres profetizam em 1Coríntios 11:5 (observe que, em 1Coríntios 12:28, o dom de profecia é considerado superior ao dom de ensino); Priscila e Áquila explicam o evangelho a um homem (Apolo) em Atos 18:26 e, em Romanos 16:3, Paulo se refere à Priscila como uma ‘colaboradora’ (synergos), designação também aplicada à Evódia e Síntique em Filipenses 4:3, mulheres que participaram do trabalho de evangelismo ao lado de Paulo. Também há no Antigo Testamento exemplos de mulheres líderes e profetas, como Miriã, Débora e Hulda […] (KELLER, 2019, p. 25-26).

Par conséquent, pour Keller (2019), dans le texte mentionné ci-dessus, et aussi dans le texte de 1 Corinthiens 14:34,35, qui dit: « Les femmes se taisent dans les églises, parce qu’elles ne sont pas autorisées à parler; mais sont soumis, comme la loi l’exige aussi. Et si vous voulez apprendre quelque chose, demandez à vos propres maris à la maison; parce qu’il est indécent pour les femmes de parler dans l’église », Paul se réfère à l’ordre dans l’adoration, en continuité avec ce qu’il avait abordé depuis le chapitre 11, en enseignant que les hommes et les femmes doivent garder leurs rôles tels que commandés par Dieu, et l’acte de se couvrir la tête en L’adorant dans 1 Corinthiens 11:1-16, un signe culturel lié aux femmes. Elle affirme que « l’Église primitive a appris à guider son culte selon le modèle de culte de la synagogue juive » (KELLER, 2019, p. 28), cependant, pour elle, il n’était pas interdit aux femmes d’exercer leurs dons publiquement, car l’apôtre ne condamnerait pas cette conduite, mais la réglementerait.

Cependant, Champlin (1982) affirme que l’apôtre Paul a reconnu l’interdiction absolue pour les femmes de participer de quelque manière que ce soit, activement et oralement, aux services publics, mais malgré cela, de telles interdictions ne font que refléter l’attitude de l’époque, la pratique d’une ancienne coutume juive employée dans les synagogues, car le Nouveau Testament n’a pas été écrit dans le vide. Par conséquent, il est naturel que certains enseignements de nature strictement « locale et culturelle » aient été inclus, mais ils peuvent ne pas être obligatoires pour tous les lieux et toutes les époques.

Casos notáveis de mulheres crentes, que foram mestras, profetisas e elementos de autoridade, são chamados de ‘atos extraordinários de Deus’, por Calvino, o que não perturbaria a ordem normal da Igreja. Mas essa ordem ‘normal’, conforme ensinado neste texto, na realidade só se aplica bem ao antigo judaísmo, e não à igreja moderna, onde os preconceitos contra as mulheres tem desaparecido grandemente, e onde uma atitude mais realista é mantida (CHAMPLIN, 1982, p. 304).

Ainsi, l’interdiction exprimée dans le texte biblique n’implique pas que les femmes se voient refuser des postes administratifs dans l’Église évangélique aujourd’hui. Champlin (1982) considère que tant dans le texte de 1 Timothée 2 que dans 1 Corinthiens 14,34,35, il est possible que l’ordre donné aux femmes ait été dirigé vers l’Église locale, en tenant compte de situations spécifiques impliquant des femmes qui déshonorent l’Église et les dirigeants, n’étant donc pas normatif pour toutes les femmes de l’Église du Seigneur Jésus. Il considère également que, dans la tradition juive, une femme décente ne devrait jamais être vue en public, sauf lors de certaines fêtes spéciales, ce qui n’est pas pratique dans l’église évangélique d’aujourd’hui. Par conséquent, dans ces conditions sociales, à quel point il serait déplacé de permettre aux femmes de participer oralement aux services publics. Dans les synagogues juives, cette procédure serait considérée comme un scandale. Cependant, une telle instruction est classée par lui comme un signe culturel, ainsi que celui susmentionné, se référant à l’utilisation du voile des femmes dans le culte public, dans 1 Corinthiens 11.1-16 (BÍBLIA, 2011). Par conséquent, une telle tradition ne s’applique pas à l’Église évangélique actuelle.

Sur l’instruction donnée à une femme qu’elle n’enseigne pas à l’homme, basée sur l’ordre de la création, exprimé dans le texte de Genèse 3:1-6, Russell Champlin soutient que

[…] Aquela primeira ocasião em que a mulher resolveu ‘ensinar’ ao homem, ou exercer influência sobre ele, foi horrivelmente fatal. […] Por meio desse exemplo tornar-se-ia óbvio que a mulher não é digna de gozar de igualdade com o homem. Antes, a ordem natural das coisas é que a mulher sempre se ponha sob a autoridade masculina, pois isso evitará maiores desastres. Esse é o raciocínio por detrás desse versículo, o qual concorda perfeitamente com a atitude judaica acerca das mulheres. […] Dessas maneiras é que vários intérpretes têm procurado subestimar o papel de Adão em toda a questão, fazendo Eva parecer muito pior do que realmente ela foi, o que é típico da mentalidade judaica. Os judeus chamavam Eva de ‘mãe de toda a iniquidade e pecado’ (Talmude Hieros. Sabbat. fol 5:2; Sohar em Gênesis, fol. 27:3) […] (CHAMPLIN, 1982, p. 305).

En ce qui concerne le texte de 1 Timothée 2.11,12, la Bibliatodo (2020) considère le fait que l’église d’Éphèse aurait des problèmes avec les faux enseignants et, comme les femmes juives se verraient refuser le droit d’apprendre de la même manière que ce qui était offert aux hommes, elles ne seraient pas préparées à traiter ces questions, devenant des cibles faciles de ces maîtres trompeurs, parce qu’ils sont incapables de discerner la vérité. Et il commente également que

[…] Assim como Eva tinha sido enganada no jardim do Éden, assim as mulheres na igreja estavam sendo enganadas por falsos professores. E assim como Adão foi o primeiro ser humano criado Por Deus, assim os homens na igreja de Éfeso seriam os primeiros em falar e ensinar, porque tinham mais experiência. […] Outros eruditos, entretanto, sustentam que os róis que Paulo destaca são os intuitos de Deus para sua ordem criada (BIBLIATODO, 2020, s.p.).

Cependant, tout comme Adam et Ève ont tous deux trouvé la Justice de Dieu, tous deux ont également fait l’expérience de leur grâce (BÍBLIA, 2011, Romanos 5.18-19). Pour Russell Champlin,

O autor procura justificar suas regras severas e restringidoras acerca das mulheres à base do fato que é a ordem da criação […]. Para o autor sagrado, a inferioridade de Eva, o fato que ela veio à existência depois de Adão, significa que todas as mulheres devem ocupar posição de inferioridade. Mas esse conceito foi abolido em Gl 3.28, pois Cristo é o fim de tudo isso (CHAMPLIN, 1982, p. 305).

D’autre part, Wright (2020) afirma qu’à aucun moment Paul ne condamne l’ordination des femmes au ministère pastoral. Pour lui, l’accent est tout sauf contraire, qu’ils ne devraient pas être empêchés d’étudier et d’apprendre, car cela n’impliquent pas qu’ils deviendraient autoritaires, comme les femmes prêtresses du temple d’Arstanis à Éphèse (car, selon lui, il y a des indications que Timothée était dans cette ville quand il a reçu cette lettre, dirigée contre lui. Il affirme qu’au verset 12, c’est ce que Paul nie en utilisant l’expression « ni l’un ni l’autre n’exerce l’autorité de l’homme »). Ainsi, pour l’apôtre, les femmes devraient être encouragées à étudier et à apprendre à occuper des postes de direction, car Adam a délibérément péché sciemment, il avait reçu l’ordre directement de Dieu. Cependant, Eva a été trompée. Par conséquent, les femmes devraient être encouragées à étudier afin de ne pas être confuses.

Il soutient que la maternité, pour l’apôtre, n’était pas considérée comme une malédiction, comme un signe du mépris de Dieu, comme beaucoup de Juifs le voyaient à l’époque, mais comme une contribution à la création de Dieu. Selon lui, l’auteur du texte biblique avait l’intention de contribuer à l’édification de l’Église du Christ, afin que, dans l’unité, ils puissent servir Dieu.

Dans l’interprétation des textes analysés ci-dessus, cette recherche défend la théorie selon laquelle l’apôtre Paul, bien que partisan du ministère féminin, doit être exposé dans le sujet suivant, en raison du modèle de culte fourni, ressemble à celui des synagogues juives et du fait que les églises locales auxquelles il s’adressait dans ses lettres possèdent, dans son membre, de nombreux Juifs et aussi Grecs convertis au christianisme, encore très enracinés, dans leurs traditions culturelles, il devait être énergique et prudent dans ses actions liées au rôle joué par les femmes, dans le but de promouvoir l’ordre dans le culte et, surtout, l’unité de l’Église, car le direction féminin serait un sujet qui scandaliserait les frères nouvellement convertis à la foi chrétienne, qui justifieraient de telles interdictions, comme l’a soutenu plus haut Champlin (1982). Cependant, parce qu’ils proviennent d’une coutume culturelle, ils ne s’appliquent pas à l’église évangélique actuelle.

Parmi ceux qui s’opposent à l’ordination pastorale féminine, certains disent que les femmes ordonnées au pastorat rendront compte à Dieu de l’accomplissement de leurs fonctions ministérielles, qu’ils croient « non autorisées par Dieu ». Mais n’est-ce pas contraire à Dieu lui-même qui réprimande, humilie et même étouffe le ministère d’une femme élue par Lui à l’exercice du ministère pastoral, avec des attributs qui la qualifient, ce qui inclut un caractère impropre devant Dieu et les hommes ? (BÍBLIA, 2011, 1 Timóteo 2.15). En d’autres termes, c’est comme si Dieu élisait et habilitait la femme au pastorat et ceci, sur la base d’éléments de la tradition culturelle, comme mentionné ci-dessus, disait: « Je ne peux pas accepter, car c’est une situation qui contredit la tradition socio-économique et religieuse de l’époque où les textes bibliques ont été écrits ».

C’est comme si, une fois de plus, l’Église avait connu une situation similaire à celle de l’apôtre Pierre dans Actes 10, lorsque Dieu lui avait dit : « Ne te rends pas commun à ce que Dieu a purifié » (BÍBLIA, 2011, Atos 10.15), se référant à l’évangélisation des païens, tout en présentant, dans la vision, des animaux considérés comme impurs pour les Juifs, selon la Loi de Dieu, dans Lévitique 11. Bien que dans différents contextes, la compréhension s’applique également au thème, car l’apôtre, à plusieurs reprises, insiste sur sa conviction basée sur les traditions humaines, s’opposant à la volonté de Dieu d’atteindre également le peuple païen, mais à travers la Révélation de Dieu, il reconnaît que Jésus-Christ est mort pour tous, sans distinction du tout (BÍBLIA, 2011, Gálatas 3.28), puis déclare : « […] Je reconnais, pour la vérité, que Dieu n’aime pas les gens. » (BÍBLIA, 2011, Atos 10.34). De même, il ne faut pas essayer de limiter l’action de Dieu en lui imposant des éléments propres aux traditions humaines.

Comme dans les temps bibliques, Dieu a choisi des femmes revêtues de l’Esprit Saint, capables de mener et de guider des vies pour son Royaume, qui, bien qu’allant à l’encontre du contexte socioculturel de l’époque où les textes bibliques étaient écrits, n’a pas d’aspects similaires aujourd’hui. Pour Dieu, l’important est que ses enfants le servent dans l’obéissance, la foi et l’amour, en tenant compte de l’appel ministériel qu’il leur a donné. Tout comme les pharisiens mentionnés ci-dessus, la volonté et l’élection divine sont mises en échec en raison de la vision du monde de ceux qui, avec insistance, décident d’appliquer à la réalité chrétienne des éléments spécifiques à la culture locale. Contrairement à la tradition de l’époque, Jésus valorisait les femmes, leur permettait d’apprendre et de se constituer des coopérateurs de la Mission de Dieu, comme le faisaient les hommes.

4.4 PARTICIPATION DES FEMMES DANS L’ÉGLISE PRIMITIVE

Les femmes ont une participation active dans le contexte biblique. La création de l’église de Philippes impliquait des femmes (comme Lydia, dans Atos 16.11-15, 40 (BÍBLIA, 2011)) et elles étaient également impliquées dans l’annonce de l’Évangile à Bérée (BÍBLIA, 2011, Atos 17.12), et avec les hommes, elles ont été chargées de proclamer la bonne nouvelle du salut de Dieu (BÍBLIA, 2011, Mateus 28.18-20) pour servir Dieu et enseigner à l’humanité son message (BÍBLIA, 2011, Atos 18.24-26; Romanos 16.1-7). L’Église primitive s’est réunie dans des foyers (BÍBLIA, 2011, Romanos 16.3-5; 1 Coríntios 16.19; Colossenses 4.15; Filemon 1.2), et les femmes ont activement coopéré avec le discipulat. L’église qui se réunissait dans les maisons était-elle « moins d’église » ? Tupan Júnior (2017, p. 18), déclare que « l’Église n’est pas une structure, ce n’est pas un temple, ce n’est pas une institution, mais ce sont des gens convertis au Seigneur Jésus ». Pour Champlin (1982, p. 160), « la plupart des communautés chrétiennes de l’ère apostolique se réunissaient dans des maisons, probablement pour des raisons financières ».

Comme mentionné ci-dessus, Paul salue Nymphe et l’église dans sa maison (BÍBLIA, 2011, Colossenses 4.15). A aucun moment il ne cite, par exemple, « au prêtre » ou « à l’apôtre » qui est dans la maison de Nymphe, mais se réfère directement à elle, de sorte qu’il est possible qu’elle ait elle-même été la dirigeante de l’église qui s’est réunie chez elle. Dans son salut aux Romains, il cite:

Recomendo-lhes nossa irmã Febe, serva da igreja em Cencréia. Peço que a recebam no Senhor, de maneira digna dos santos, […] pois tem sido de grande auxílio para muita gente, inclusive para mim. Saúdem Priscila e Áquila, meus colaboradores em Cristo Jesus.  […] Saúdem também a igreja que se reúne na casa deles. […] Saúdem Maria, que trabalhou arduamente por vocês (BÍBLIA, 2011, Rm 16.1-7).

Il est possible de remarquer qu’à divers moments, l’apôtre adresse des paroles complémentaires à l’exercice du ministère féminin. Dans d’autres, comme 1 Timoteus 2, analysé ci-dessus, selon Champlin (1982), l’apôtre devait être dur, préserver l’ordre dans le culte, sans scandaliser les frères juifs et païens convertis au christianisme, beaucoup encore enracinés dans leurs traditions culturelles. Alors, à quel moment les Écritures affirment-elles que les femmes ne devraient pas exercer le ministère pastoral et recevoir l’ordination, c’est-à-dire la « reconnaissance du don » ? Pas du tout. Bien que l’apôtre Paul, inspiré par Dieu, compare l’amour du mari à sa femme à celui du Christ à son Église (BÍBLIA, 2011, Efésios 5.25-26) et à faire de même en ce qui concerne la sujétion : « Vous, les femmes, vous vous soumettez à votre mari, comme au Seigneur ; car le mari est la tête de la femme, comme le Christ est aussi le chef de l’Église, étant lui-même le sauveur du corps » (BÍBLIA, 2011, Efésios 5.22-23), la direction ecclésiastique d’une femme n’obscurcit ni ne change son rôle de mère et d’épouse et la soumission à son mari. La domination du mari sur la femme est biblique (BÍBLIA, 2011, Gênesis 3.16), mais la domination de toute la classe masculine sur la classe féminine, c’est-à-dire de tous les hommes d’une société à toutes les femmes, est un signe culturel, comme mentionné ci-dessus.

La Bible cite une femme qui a été appelée par Dieu à guider toute une nation. Elle était chef, mais elle était la femme de Lappidoth, elle jugeait la cause du peuple, mais elle était la femme de Lappidoth, elle était ministre de la Parole, mais elle était la femme de Lappidoth, elle était la femme de Lappidoth, mais elle était la femme de Lappidoth. À aucun moment la Bible ne présente Lappidoth comme un leader ou avec une attribution qu’il pourrait posséder. Elle mentionne seulement que cette femme appelée, élue par Dieu lui-même pour être chef, était la femme de Lappidoth. Selon Cundall (1986, p. 81), « On ne sait rien de Lappidoth, le mari de Débora, si ce n’est la simple mention de son nom, qui n’a pas été le seul à être effacé, puisque Baraque lui-même a joué un rôle secondaire dans le combat. Il a reçu du courage et de l’inspiration pour la présence de cette femme grande et talentueuse. » Débora était le chef du gouvernement, de l’armée et de la spiritualité de sa nation (BÍBLIA, 2011, Juízes 4.4,5), mais était une référence de bonne mère et de bonne épouse à l’« inconnu » Lappidoth.

Quand Dieu choisit pour le ministère, Il donne aussi du pouvoir. Quand il le fait, il enseigne aussi, il enseigne. C’est Lui qui a enseigné à Débora à avoir toutes ces tâches de direction et de gouvernement et à continuer d’être une bonne épouse et une bonne mère, au point d’être une référence pour toute une nation (BÍBLIA, 2011, Juízes 5.7). Dieu lui-même a placé les bonnes paroles au bon moment et dans la bonne mesure sur les lèvres de Débora, et tout ce qu’elle a à faire était de Lui obéir et de continuer à être le chef d’Israël et la femme du Lappidoth (BÍBLIA, 2011, Juízes 4-5).

5. DÉBORA, UNE BERGÈRE EN EXERCICE

Deborah était une dirigeante du peuple d’Israël qui vivait à une époque où les hommes négligeaient Dieu. Calvin a reconnu le leadership et le gouvernement de Deborah et a attribué à ce qu’il a appelé des « actes extraordinaires accomplis par Dieu » (CHAMPLIN, 1982, p. 304). Les dirigeants de l’époque étaient les juges (MERRIL, 1987). Ces juges, sous l’action et le gouvernement de Dieu lui-même, ont accompli des actes héroïques au nom de la nation. Dieu a établi des juges pour gouverner son peuple, car « sous la direction de Josué, la phase initiale de la conquête du pays a eu lieu. La terre était partagée entre les tribus, mais il fallait que les Israélites occupent le territoire qui leur avait été assigné » (PFEIFFER; HARRISON, 1985, p. 42). Les rois n’ont vu le jour que des années plus tard, le premier étant Saul (BÍBLIA, 2011, 1 Samuel 8).

À l’époque des juges, il n’y avait pas de roi sur le peuple, mais Dieu les a constitués, afin qu’ils les dirigent, jugent la cause d’Israël et les dirigent, suivant la direction de Moïse et de Josué. Par conséquent, Débora, étant juge en Israël, était également le dirigeant de cette nation, à la fois civil (jugé la cause du peuple, Juízes 4.4 (BÍBLIA, 2011)), et militaire (il a donné des stratégies de guerre, Juízes 4.6-7 (BÍBLIA, 2011)), et spirituel (il a reçu la direction de Dieu et a délégué ses ordres au peuple d’Israël, Juízes 4.4-7 (BÍBLIA, 2011)). Il y avait un but divin à nommer Débora pour diriger son peuple, une fonction de responsabilité et d’autorité extrêmes, alors qu’il souffrait de l’oppression de Jabim, roi de Canaan. Ces conditions chaotiques existaient parce qu’Israël avait adopté de nouveaux dieux et faisait donc l’expérience du jugement divin. Puis Dieu a ressuscité Débora, qui a rassemblé des hommes de toutes les tribus, et a remporté une victoire puissante à Quisom et Zaananin » (MERRIL, 1987, 170).

Il y avait aussi un autre aspect décisif et primordial, il était disponible et, avec foi en Dieu et courage, obéissait à son appel (BÍBLIA, 2011, Juízes 5.7). Merril (1987, p. 170) affirme « qu’après le triomphe de Débora, la terre s’est reposée pendant quarante ans ». Inspirée par Dieu, elle présenta à la Baraque les stratégies de la guerre et les encouragea à combattre : « Baraque et le reste des Israélites, émerveillés par la multitude d’ennemis, essayèrent de se retirer et de s’éloigner. […] Mais Débora les arrêta et leur ordonna de se battre le jour même sans crainte, car la victoire dépendait de Dieu, et ils devaient avoir confiance en son aide » (JOSEFO, 2004, p. 227).

La lâcheté initiale de Baraque à diriger l’armée dans la situation difficile de la nation et l’audace et l’intrépidité de Débora à diriger une nation entière montrent que Dieu agit dans la vie de ce serviteur ou serviteur qui se met à sa pleine disposition, quel que soit son sexe (plus tard, Débora chantera ce chant prophétique: « Alors […] le Seigneur m’a-t-il dominé sur les vaillants » (BÍBLIA, 2011, Juízes 5.13), se référant aux vaillants de la guerre, dans une participation notoire en tant que chef, avec Baraque). Cundall (1986, p. 23) déclare qu’ils partageaient le direction de la nation : « […] Débora, avec Baraque, comme soutien (Jz 4:5), […] ». Cependant, dans Hébreux 11:35 (BÍBLIA, 2011), elle n’est pas mentionnée, seulement Baraque, la figure masculine, malgré le direction éprouvé exercé avec l’autorité civile et spirituelle accordée par Dieu, l’honneur, la proéminence et le courage. L’explication possible est basée sur la culture prédominante de l’époque, qui disqualifiait la femme de l’exercice de ces postes, comme mentionné ci-dessus.

De plus, il est tout à fait compréhensible que, bien que Débora ait eu toutes les attributions d’une « bergère », le texte ne la présente pas explicitement comme telle, mais plutôt comme juge et prophétise, par conséquent, l’idée de « bergère » liée à la conduite des personnes, elle n’a été mentionnée, plus tard, que dans les Livres d’Ézéchiel et de Jérémie (BÍBLIA, 2011, Ezequiel 34; Jeremias 3.15-17). Auparavant, il était associé uniquement à Dieu (BÍBLIA, 2011, Gênesis 49.24; Salmo 23.1). Ainsi, la possibilité de l’auteur du Livre des Juges est écartée, s’y référant comme telle, bien qu’elle présente toutes les caractéristiques d’une bergère ordonnée par Dieu. Le mot le plus proche de ce mot dans l’Ancien Testament, compte tenu de ses attributions, était le terme « prêtre ».

Selon Cundall (1986, p. 18), « le grand prêtre, en vertu de sa position dans le sanctuaire central, pouvait être considéré comme un juge puisque le sanctuaire était le lieu traditionnel pour le droit de régler les différends, et était aussi le lieu recherché pour obtenir la bénédiction de Dieu avant une campagne militaire ». Cependant, cette occupation était discréditée à l’époque en raison de l’impréparation et du manque de sérieux des prêtres de l’époque (BÍBLIA, 2011, Juízes 17-18). Mais au milieu du péché et de l’idolâtrie, Débora est restée fidèle à Dieu et à la Torah. Une femme sage et perlée par Dieu, beaucoup se sont entassés autour d’elle pour la conseiller et lui demander de l’aide. Elle a ensuite jugé sous un palmier, à l’extérieur, c’est-à-dire là où tout le monde pouvait l’entendre et l’observer, et les a avertis de se repentir des péchés (BÍBLIA, 2011, Juízes 4.5).

Selon Cundall (1986), Baraque lui-même a reconnu l’importance du gouvernement et du direction de Débora. Ainsi, bien qu’elle ait été qualifiée de « juge » et de « prophétique », son attitude était celle d’une véritable « bergère » du troupeau de Dieu, et cela est évident dans la façon dont elle a transmis le Message divin du salut au peuple d’Israël, dans le caractère prophétique de son ministère, dans le discernement spirituel, dans la sensibilité à la voix de Dieu, dans sa posture de direction et d’intégrité qui étaient si nobles et inspirantes, au point d’être considérée comme « mère de tout Israël » (BÍBLIA, 2011, Juízes 4,5), avec une conduite sans aucun doute exemplaire.

6. LE MINISTÈRE PASTORAL COMME UN DON DONNÉ PAR DIEU

L’apôtre Pierre, dans 1 Pierre 4:10-11, inspiré par Dieu, a écrit à l’Église du Christ la direction que chacun doit administrer le don qu’il a reçu, en tant que bons penseurs de la Grâce multiforme de Dieu. Il mentionne les dons spirituels suivants : les « dons de parole (« si quelqu’un parle ») », qui comprennent « l’apostolat, la prophétie, le discernement des esprits, l’enseignement, l’évangélisation et l’exhortation » et les « dons de service (« si l’on administre ») », qui consistent en « le direction, la foi, l’administration, l’aide et le célibat » (BÍBLIA, 2011, p. 1979-1980). Dans le texte biblique fourni ci-dessus, il enseigne que chaque chrétien doit appliquer ses dons spirituels au service des autres, à l’édification de l’Église et à la glorification de Dieu. Dans sa déclaration, il n’y a aucune distinction quant au sexe, homme et femme, race et classe sociale, car il reconnaît que Dieu n’a aucun sens à distribuer ses dons spirituels. MacArthur (2019, p. 15) déclare que « dès le premier chapitre de la Bible, on nous a enseigné que les femmes, comme l’homme, portent le sceau de l’image de Dieu (Gn 1, 27 ; 5:1-2) », c’est-à-dire que Dieu veut établir des relations égales avec tous.

Dans 1 Corinthiens 12:7, l’apôtre Paul dit que « la manifestation de l’Esprit est donnée pour ce qui est utile ». Cela signifie que c’est Dieu qui choisit, désigne et qualifie un chrétien à l’exercice ministériel au sein du Corps du Christ, sans aucune distinction, pour l’édification de l’Église du Christ, la croissance, la maturité et l’unité, car une Église mûre n’est pas guidée par tous les « vents » de la doctrine (BÍBLIA, 2011, Efésios 4.12-13). Sur le terme « berger », du grec « poimén », selon A Bíblia da Mulher,

Davi é apresentado como um pastor cuidando do rebanho de seu pai. No mundo antigo o termo “pastor” costumava ser usado como metáfora para governante. Tanto no Antigo Testamento quanto no Novo Testamento, o povo de Deus é descrito, por analogia, como um rebanho, enquanto os representantes de Deus são chamados de pastores (2Sm 5.2; 7.7-8; Sl 23.1; 78.71-72; Ez 34.1-31; Jo 10.1-18). […] A imagem de pastor/rebanho é associada repetidamente a Davi e a Jesus (Sl 23, 1Sm 17.15, 20, 28, 34, 40; 2Sm 5.2; 7.8; Ez 34.23) (BÍBLIA, 2011, p. 488).

Bien que le texte biblique mentionne la responsabilité des bergers terrestres dans le soin des « brebis » (BÍBLIA, 2011, Hebreus 13.17), il est important de souligner qu’ils ne sont pas, et ne seront jamais, de lui, mais de Jésus, comme Il l’a lui-même déclaré à Pierre, en l’appelant à berger ses « brebis » (BÍBLIA, 2011, 1 Coríntios 3.9, Mateus 16.18), par conséquent, le gouvernement, la suprématie et l’autorité n’appartiennent qu’à Dieu. Il les désigne comme des collaborateurs de sa Mission (BÍBLIA, 2011, 1 Coríntios 3.9, Mateus 16.18), après tout, Christ est le chef de l’Église (BÍBLIA, 2011, Efésios 4.15) et utilise ceux qui veulent, comme homme ou femme (BÍBLIA, 2011, 1 Coríntios 12.6-14).

Comme mentionné ci-dessus, suivre le concept clair du terme « ordonner », « reconnaître le don », nier cette reconnaissance du don conféré à quelqu’un par Dieu lui-même, signifierait résister à la volonté de Dieu (BÍBLIA, 2011, Atos 11.17-18). Puisque le ministère pastoral est aussi compris comme un don donné par l’Esprit Saint à l’Église du Christ, il est possible de montrer que Dieu, par l’Esprit Saint, peut l’accorder aux hommes et aux femmes pour ce qui lui est utile (BÍBLIA, 2011, 1 Coríntios 12.7). Toujours dans 1 Pierre 4:11, « le mot ‘réalise’ vient du verbe grec energeo, qui signifie travailler, travailler, produire, produire » (CHAMPLIN, 1982, p. 193), c’est-à-dire que Dieu est souverain et omniscient et ne signifie pas les gens, mais attire tout le monde, sauve tous ceux qui croient en Lui, par sa grâce et son amour (BÍBLIA, 2011, João 3.16-18), et donne à ceux qu’il veut les moyens de produire ce qu’il veut.

L’apôtre Paul dit, en décrivant les chrétiens comme des collaborateurs du Christ : « Que possédons-nous que nous n’avons pas reçu de Dieu ? « Car qui vous fait sortir? Et que vous avez que vous ne l’avez pas reçu, et si vous l’avez reçu, pourquoi vous vantez-vous, comme si vous ne l’aviez pas reçu? » (BÍBLIA, 2011, 1 Coríntios 4.7), car certains se vantaient d’être détenteurs de la Gloire, qui est de Dieu. À cet égard, Champlin (1982, p. 157) affirme que, même aujourd’hui, « certains agissent comme si ce qu’ils avaient produit ». Après avoir vécu une expérience intense avec Dieu, Job a dit : « Je sais que tu peux tout faire et qu’aucun de tes plans ne peut être arrêté » (BÍBLIA, 2011, Jó 42.2). Par conséquent, si tout appartient à Dieu et est pour la louange de sa Gloire, Il distribue lui-même ses dons au profit de son œuvre salvatrice. Selon la Bible des femmes, « les dons spirituels sont divinement accordés, non pas pour exalter l’individu […] qui les a, mais pour augmenter leurs efforts dans le ministère. Les dons sont déversés sur les femmes et les hommes, mais sans exiger que tous les dons soient dans un sexe ou dans un autre » (BÍBLIA, 2011, p. 1802), qui réaffirme que Dieu ne fait aucune distinction dans la distribution de ses dons.

Lima et Mello (2016) montrent dans leurs recherches qu’il y a des cas où il y a reconnaissance du don de Dieu accordé aux femmes, mais lui refuser le titre, ce qui est, à tout le moins, incohérent. Il y a ceux qui préfèrent les appeler « missionnaires », ou même « médecins », mais pas « pasteurs », bien qu’ils aient toutes les qualifications pour l’exercice du ministère pastoral, y compris, surtout, l’appel de Dieu. D’autre part, il y a aussi beaucoup d’hommes qui portent le titre sans jamais être donnés au pastorat, beaucoup d’entre eux, malheureusement, servant de moquerie de l’Evangile. Dans une interview accordée au magazine Seara (qui a succédé à « A Seara »), Nascimento (1998, p. 17), il déclare: « […] Bien qu’il y ait eu un grand progrès dans l’Église en ce qui concerne le  travail des femmes, les préjugés existent toujours, en particulier dans la sphère hiérarchique. La femme, même un leader, n’a pas l’importance qu’a un prêtre. » Quoi qu’il en soit, il est important de souligner que chaque chrétien est un serviteur du Christ et un « desseigneur des mystères de Dieu » (BÍBLIA, 2011, 1 Coríntios 4.1), de sorte que la gloire, l’autorité et la domination sont, et seront toujours, exclusivement de Dieu.

7. CONSIDÉRATIONS FINALES

Selon les éléments et les faits mis en évidence dans la recherche, il est possible de conclure que, principalement en raison de l’influence de la culture et des traditions juives, et d’autres peuples, à partir de l’époque où les textes bibliques ont été écrits, la prépondérance du direction dans la Bible était masculine. Cependant, les femmes revêtues du Saint-Esprit, consacrées et choisies par Dieu, n’ont jamais été empêchées d’exercer des fonctions ministérielles et de direction, ni dans l’exercice des dons spirituels qu’il a accordés. Il est possible de voir que la domination du mari sur la femme est biblique (BÍBLIA, 2011, Gênesis 3.16), mais celle de toute la classe masculine sur la classe féminine, c’est-à-dire de tous les hommes dans une société pour toutes les femmes, est un signe culturel. Ainsi, sur la question fondamentale en ce qui concerne le direction ecclésiastique de la part des femmes, cet article montre que l’analyse du rôle des femmes dans le contexte biblique, en fait, aide à l’acceptation de la légitimité du pastorat féminin dans l’église évangélique aujourd’hui, car il serait inapproprié de devoir ces nombreuses preuves bibliques, au nom des traditions ecclésiastiques, de priver les femmes de leur droit et de leur liberté d’expression biblique dans l’exercice de leurs devoirs ministériels conférés par Dieu lui-même.

Cependant, aujourd’hui, il y en a encore beaucoup qui, avec leurs idées préformées, ne peuvent concevoir ou assimiler ce qui leur semble être contraire, et avec cela, en ce qui concerne les femmes, elles essaient de faire taire leurs voix, les retenant à occuper des postes de direction ecclésiastique, même si, avec zèle, autorité, audace, foi et amour, accordés par Dieu. Beaucoup de femmes craignant Dieu, vertueuses, pieuses, obéissantes, servantes du Très-Haut, remplies de l’Esprit Saint, engagées dans l’étude des Saintes Écritures, dans la prière et dans la pastorale des âmes et qui, elles aussi, ont la conviction de leur appel ministériel comme étant de la part de Dieu, ont été rejetées, et même humiliées, dans leur exercice ministériel, car beaucoup sont opposés à la présence féminine à la chaire des Églises dans le rôle de prédicateurs de l’Évangile ou de bergers du troupeau du Christ, car ils considèrent comme non biblique et inadmissible l’idée de se soumettre à l’autorité d’une dirigeante, même en l’absence d’une autorité biblique pour l’établissement de ces règles, comme mentionné dans la recherche.

Cependant, il est important d’être conscient que les disciples du Christ ne sont que des collaborateurs de la Mission de Dieu (BÍBLIA, 2011, 1 Coríntios 3.9) et que c’est Lui qui détient toute autorité (BÍBLIA, 2011, Efésios 4.15), pour utiliser ceux qui veulent, comme il le veut, selon sa volonté (BÍBLIA, 2011, 1 Coríntios 12.11), pour l’édification de son Église. La recherche montre que Dieu a renforcé et approuvé le direction de Débora sur son peuple, non pas pour donner une « leçon » aux hommes qui ont abandonné et négligé son appel à l’époque, mais plutôt pour prouver, une fois de plus, qu’Il est souverain et qu’Il distribue ses dons spirituels à ceux qui le veulent, qu’ils soient hommes ou femmes (BÍBLIA, 2011, Efésios 4.12-15; 1 Coríntios 12.6-14). Par conséquent, au lieu de s’accrocher à des éléments du contexte socioculturel dans lequel vivait l’Église à l’époque où les textes bibliques ont été écrits, chaque chrétien peut grandir et se fortifier en Dieu en tant que partie intégrante de l’Église du Très-Haut.

Ainsi, aujourd’hui, plus d’hommes de foi, de guerriers, courageux, pieux, pasteurs d’âmes et obéissants à Dieu, comme Paul, Pierre et tant d’autres, sont appelés aujourd’hui. Pour des pasteurs plus intrépides, courageux, fidèles à Dieu, pieux, obéissants, loyaux, tels que Débora, Marie, Hulda et tant d’autres à ce jour. Pour que le dessein de Dieu en élevant des collaborateurs pour sa mission dans l’Église (BÍBLIA, 2011, Efésios 4.11-12) puisse être accompli et que son Église soit construite, animée et fortifiée pour sa gloire, après tout, c’est dans ce but que l’humanité a été créée par Lui, homme et femme, tous deux dans le même but, o Louange de sa gloire (BÍBLIA, 2011, Efésios 1.11-12). Pour qu’ensemble les chrétiens forment un seul corps en Christ et soient individuellement membres les uns des autres (BÍBLIA, 2011, Romanos 12.5), en d’autres termes, c’est le Christ pour tous et tous par le Christ, après tout il y a un seul Dieu, une seule mission (la sienne), une seule vision et une seule cible, Jésus. À lui tout honneur et gloire, pendant des siècles, Amen!

RÉFÉRENCES

ALLEN, Curtis. Como interpretar a Bíblia: princípios práticos para entender e aplicar a palavra de Deus. Tradução: Carlos Lopes. São Paulo: Vida Nova, 2012.

ALVES, Branca Moreira; PITANGUY, Jacqueline. O que é feminismo. São Paulo: Brasiliense, 1985. (Coleção Primeiros Passos).

BASKIN, Judith. Women in the Bible: changes in society affected attitudes toward women. Disponível em: https://www.myjewishlearning.com/article/women-in-the-bible/. Acesso em: 13 mar. 2020.

BEAUVOIR, Simone. O segundo sexo. 2. ed. São Paulo: Difusão Europeia do Livro, 1970.

BÍBLIA. A Bíblia da Mulher. Leitura, devocional, estudo. 2. ed. Barueri, SP: Sociedade Bíblica do Brasil, 2011. 2176 p. Almeida Revista e Corrigida (ARC). (Português).

BIBLIATODO. Diário viver – comentário da Bíblia. Disponível em: https://www.bibliatodo.com/pt/comentarios-da-biblia/?v=PJFA&co=diario-viver&l=1+timoteo&cap=2. Acesso em: 13 mar. 2020.

BRASIL. Ministério da Economia. Secretaria de Políticas Públicas e Emprego. Mulheres ocupam 43,8% dos cargos de chefia no país. 08 mar. 2019. Disponível em: https://www.gov.br/economia/pt-br/assuntos/noticias/2019/03/mulheres-ocupam-43-8-dos-cargos-de-chefia-no-pais. Acesso em: 12 fev. 2020.

CHAMPLIN, Russell N. Comentário Bíblico do Novo Testamento: versículo por versículo. 3. ed. São Paulo: Milenium, 1982.

CUNDALL, Arthur E. Juízes. In: CUNDALL, Arthur E.; MORRIS, Leon. Juízes e Rute introdução e comentário. Tradução: Oswaldo Ramos. São Paulo, SP: Vida Nova, 1986.

JOSEFO, Flávio. História dos Hebreus: de Abraão à queda de Jerusalém. Tradução: Vicente Pedroso. 8. ed. Rio de Janeiro: Casa Publicadoras das Assembleias de Deus, 2004. (Obra Completa).

KELLER, Kathy. Jesus, justiça e papéis de gênero: mulheres no ministério. Tradução: João Guilherme Anjos. 1. ed. Rio de Janeiro: Thomas Nelson Brasil, 2019.

KOCHMANN, Sandra. O Lugar da Mulher no Judaísmo. Revista de Estudos da Religião, São Paulo, PUC-SP, n. 2, p. 35-45, 2005. Disponível em: https://www.pucsp.br/rever/rv2_2005/p_kochmann.pdf. Acesso em: 09 fev. 2020.

LIMA, Daniel Barros; MELLO, Adriana Girão da Silva. A mulher e os desafios na conquista do pastorado: Um estudo de caso em uma igreja evangélica Assembleia de Deus na cidade de Manaus. Coisas do Gênero, Revista de estudos feministas em gênero e religião. v. 2, n. 1. p. 119-134, Jan./Jul. 2016. Disponível em: http://www.est.com.br/periodicos/index.php/genero/article/view/2753. Acesso em: 10 fev. 2020.

LUCADO, Max. Dez mulheres da Bíblia: uma a uma elas mudaram o mundo. Tradução: Frank de Oliveira. 1. ed. Rio de Janeiro: Thomas Nelson Brasil, 2018.

MACARTHUR, John. Doze Mulheres Extraordinariamente Comuns: como Deus moldou as mulheres da Bíblia e o que Ele quer fazer com você. Tradução: Maurício Bezerra Santos Silva. 1. ed. Rio de Janeiro: Thomas Nelson Brasil, 2019.

MERRIL, Eugene H. História de Israel no Antigo Testamento: o reino de sacerdotes que Deus colocou entre as nações. Tradução: Romell S. Carneiro. 3. ed. Rio de Janeiro: Casa Publicadoras das Assembleias de Deus, 1987.

NASCIMENTO, Cléia. Revista Seara, Rio de Janeiro, ano 41, n.16, mar. 1998.

PERROT, Michelle. Os excluídos da história: operários, mulheres e prisioneiros. 2. ed. Rio de Janeiro: Paz e Terra, 1992.

PFEIFFER, Charles F.; HARRISON, Everett F. Comentário Bíblico Moody: Josué a Cantares. v. 2. São Paulo, SP: Imprensa Batista Regular, 1985.

SHELDON, Charles M. Em seus passos o que faria Jesus? Tradução: Robinson Malkomes. São Paulo: Mundo Cristão, 2007.

SHPERBER, Daniel. Shlosha minhaguim mathimim, umekomam shel nashim beBeit Hakneset. In: SHILO, Margalit (org.). Lihiot Isha Iehudia. Jerusalém: Ed. Urim, 2003. v. 2. p. 25-33.

TESSELER, Fani Averbuh. Vozes de mulheres: educação, universidade e trabalho nos anos 40 e 50 do Século XX. 2009. Tese. (Doutorado em Educação) – Universidade Federal do Rio Grande do Sul. Porto Alegre, 2009. Disponível em: http://www.lume.ufrgs.br/bitstream/handle/10183/18381/000729544.pdf?sequence=1. Acesso em: 20 mar. 2020.

TUPAN JÚNIOR, Galaor Linhares. Modelos de plantação de igrejas. Maringá, PR: Unicesumar, 2017.

VAUX, Roland de. Instituições de Israel no Antigo Testamento. São Paulo: Vida Nova, 2004.

WRIGHT, Nicholas Thomas. Paulo para todos: cartas pastorais. 1, 2 Timóteo e Tito. Tradução: Hilton Figueredo. Rio de Janeiro: Thomas Nelson Brasil, 2020.

ANNEXE – RÉFÉRENCE EN BAS DE PAGE

3. « Le rabbin Sandra Kochmann est diplômée du Séminaire rabbinique latino-américain ‘Marshall T. Meyer’ du Mouvement conservateur en Argentine, et dans Organisation et direction des institutions à but non lucratif, par l’Université Hebrea-Argentina Bar-Ilán. Participation au programme « Melton » pour la formation des enseignants de la diaspora juive à l’Université hébraïque de Jérusalem ; depuis septembre 2003, elle est rabbin de l’Association religieuse israélienne de Rio de Janeiro (ARI), étant la première femme à accomplir cette tâche au Brésil » (KOCHMANN, 2005, p. 35).

[1] Il a une maîtrise en théologie en cours dans la ligne de recherche Relecture de textes et contextes bibliques par FABAPAR, d’un troisième cycle en études analytiques du Pentateuque de FABAPAR, d’un troisième cycle en théologie et interprétation biblique de FABAPAR, d’un baccalauréat en informatique de l’UNESA et d’un baccalauréat en théologie de l’UNICESUMAR, en phase de conclusion. ORCID: https://orcid.org/0000-0003-0150-6313.

[2] Conseiller. ORCID: https://orcid.org/0000-0002-6862-8799

Envoyé: Novembre 2021.

Approbation : Décembre 2021.

4.9/5 - (71 votes)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

DOWNLOAD PDF
RC: 104788
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita
WeCreativez WhatsApp Support
Temos uma equipe de suporte avançado. Entre em contato conosco!
👋 Bonjour, Besoin d'aide pour soumettre un article scientifique?