Le syndrome de stress post-traumatique comme déclencheur de changements épigénétiques dans le corps

0
123
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

ARTIGO DE REVISÃO

REIS, Ariadna Jihani Damasceno Vidal de Santana [1], ANJOS, Maria Clara Mota Nobre dos [2], CAVALCANTI, Bruna Luiza de Mendonça [3], SANTOS, Ketully Stefane Chaves dos [4], DINIZ, Maria Celeste Campello [5]

REIS, Ariadna Jihani Damasceno Vidal de Santana. Et coll. Trouble de stress post-traumatique comme un déclencheur de changements épigénétiques dans le corps. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 05, Ed. 08, vol. 04, p. 96 à 114. août 2020. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/sante/changements-epipgenetiques

RÉSUMÉ

Le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) a comme définition diagnostique l’occurrence du stress traumatique grave comme facteur déclencheur étiologique, et après l’exposition à cet événement traumatique commence une série variable de symptômes caractéristiques et de troubles psychologiques, sociaux et biologiques. Cet article évalue systématiquement comment le SSPT peut influencer l’axe hypothalamus-pituitaire-surrénale par des modifications épigénétiques qui suppriment ou stimulent l’expression génétique d’un gène donné par le biais de biomarqueurs. Recherche de l’approche qualitative, avec la nature du type d’examen bibliographique systématique du caractère analytique. Des études ont été étudiées qui ont cherché à corréler le SSPT avec des altérations épigénétiques dans les générations suivantes. La recherche a été construite à travers des requêtes aux bases de données NCBI: PubMed, VHL et Scielo. L’information a été recueillie à partir de 14 articles scientifiques publiés entre 2009 et 2018, et les langues ont été délimitées au portugais et à l’anglais. Il a été observé que le SSPT est responsable d’un changement considérable dans le cortisol, la sérotonine et la sensibilité aux récepteurs glucocorticoide. L’examen a permis la construction d’une synthèse des connaissances scientifiques sur l’association entre les changements épigénétiques motivés par le SSPT chez les patients dans le matériel génétique et de telles modifications de ces gènes seront transférées aux générations futures.

Mots clés : méthylation de l’ADN, épigénétique, biomarqueurs, troubles du stress post-traumatique.

1. INTRODUCTION

Le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) est défini comme un ensemble de signes et symptômes psychiques, physiques et émotionnels qui causent un trouble anxieux. Le SSPT est responsable d’un changement considérable dans le cortisol, la sérotonine et la sensibilité aux récepteurs glucocorticoïdes (RGS). Ainsi, il se développe chez l’individu qui a été victime ou témoin d’une situation traumatisante qui représentait une menace pour son intégrité ou celle des personnes qui l’entouraient. Ce trouble provoque des changements hormonaux liés à l’axe hypothalamique-pituitaire-surrénale (HPA) et à l’expression de certains gènes (VUKOJEVIC et al., 2014).  En attendant, la relation entre le stress, le SSPT et l’épigénétique devient claire, parce que même si elle n’implique pas le changement lui-même dans la séquence du code génétique, il ya des altérations qui peuvent affecter la stimulation ou l’inhibition de l’expression génique de certaines informations. Ces changements sont la méthylation de l’acide désoxyribonucléique (ADN) et les changements dans les histonas qui présentent le rôle du développement normal et sont cruciaux pour l’exécution de la programmation correcte de l’expression génique.

Dans cet article, nous discuterons principalement du processus de méthylation de l’ADN des principaux gènes du RGS, des minérauxocorticoïdes (MR) et de la sérotonine (HTR3A) qui favorise une adaptation au corps et une influence sur la susceptibilité aux maladies qui seraient par conséquent également propagées aux générations suivantes.

Les gènes HTR3A, NR3C1, NR3C2 et FKBP5 se concentreront sur cet article. Tout d’abord, l’hyperméthylation du gène NR3C1 entraîne une faible expression et une diminution des niveaux de cortisol. NR3C2 est responsable de la baisse des niveaux de MR et, par conséquent, de la diminution de la quantité de corticotropine. Ce processus se produit par méthylation du gène qui exprime NR3C2 (PERROUD, 2014). HTR3A peut être associé à la modification des structures cérébrales au cœur du traitement des émotions, en particulier lorsque ces structures sont exposées au stress. Il est également remarquable l’influence potentielle du système sérotonergique sur la pathophysiologie des troubles affectifs, tels que le SSPT. Enfin, FKBP5, qui agit comme un co-chaperon, modulant l’activité de RG en réponse aux facteurs de stress pendant la grossesse et est également liée à l’exposition à un traumatisme génère la possibilité que l’enfant soit déjà né avec un mécanisme plus adapté et enclin à développer la dépression et le SSPT (PAQUETTE et al., 2014); (SCHECHTER et al., 2016).

1.1 ÉPIGÉNÉTIQUE

Le terme épigénétique signifie « n plus de l’information génétique codée dans l’AD » et est utilisé de façon générique pour définir les changements qui se produisent dans l’expression des gènes sans toutefois aucune altération dans la séquence du code génétique (COSTA et al., 2013).

Certains mécanismes épigénétiques incluent la méthylation de l’ADN, l’impression, les changements dans la conformation de la chromatine et le silençage à médiation de l’ARN. La méthylation de l’ADN est la modification épigénétique la plus couramment utilisée par la plupart des êtres vivants comme agent de régulation de l’expression génique, et peut être caractérisée comme un facteur de silençage génétique. Il consiste en l’ajout d’un radical méthylique (CH3) au carbone 5 de cytosine, généralement suivi par guanine (dinucléotide CpG), catalysé par des enzymes ADN méthyltransferases (DNMTs) (COSTA et al., 2013); (AMLI et al., 2016).

Figure 01. Cytokine méthylation.

Source: CMLA. Cellule. Mol. Life Sci 59 (2002) 241-257

1.2 RÉGLAGE DE L’ARBRE HPA

L’activité de l’axe Hpa est régie par la sécrétion de HLC – hormone corticotrophique et vasopressine (AVP) – par l’hypothalamus, qui à son tour active la sécrétion de l’hormone adrenocorticotrophique (ACTH) par la glande pituitaire, qui stimule finalement la sécrétion de glucocorticoïdes à travers le cortex surrénale. De ce point de vue, les glucocorticoïdes interagissent avec leurs récepteurs dans plusieurs tissus cibles, y compris l’axe HPA lui-même, où ils sont responsables d’inhiber la rétroaction négative de la sécrétion d’ACTH par l’hypophyse et le HLC de l’hypothalamus (JURUENA et al., 2004).

Bien que les glucocorticoïdes ajustent les fonctions de presque tous les tissus dans le corps, l’effet physiologique le plus connu de ces hormones est la régulation du métabolisme énergétique. Dans ce contexte, plusieurs facteurs contrôlent l’activité de l’axe HPA. En outre, il y a des preuves de l’innervation catécholammente, sérotoninergique et dopaminergique directe dans les neurones hlc-produisant dans l’hypothalamus et ces neurotransmetteurs et d’autres semblent influencer la libération de HLC. Par exemple, la sérotonine exerce une influence stimulante sur HLC par le biais des sous-types récepteurs 5-HT1A, 5-HT1B, 5-HT1C et 5-HT2. La noradrénaline a un effet plus variable, étant stimulateur à faibles doses (via les récepteurs alpha 1) et inhibition à fortes doses (via les récepteurs bêta) (JURUENA et al., 2004).

Cet article visait à découvrir la relation épigénétique de l’expression génique dans le SSPT à travers les biomarqueurs susmentionnés. De l’étude de ceux-ci, leur interaction avec la régulation et la performance dans l’axe hypothalamus-pituitaire-surrénale a été étudiée. Enfin, nous avons cherché à comprendre comment de tels changements agiront dans le transfert de ces gènes aux générations futures.

2. MÉTHODOLOGIE

La recherche a été développée avec une approche qualitative, qui est justifiée par permettre le déscellement du monde étudié avec l’approfondissement des données scientifiques, ce qui permet une meilleure compréhension et analyse de l’objet de recherche. La nature de l’étude consistait en un examen systématique de la littérature de nature analytique. Se justifier d’avoir aidé à la construction d’une analyse large de la littérature, contribuant à la réalisation d’études futures. Le biais a été délimité avec le stress et l’épigénétique des descripteurs. Au total, 77 937 articles ont été utilisés pour consultation dans la Bibliothèque virtuelle, tels que lilacs, bibliothèque de santé virtuelle (VHL), Scielo et MEDLINE via Pubmed, un total de 77 937 articles qui ont été soumis à un nouvel examen effectué en lisant les titres qui permettaient également un critère d’inclusion qui serait l’article traitant du SSPT; ce dépistage préliminaire a exclu 76 359 articles.

En lisant le titre sous le critère d’être lié au SSPT. Ces filtres ont réduit le nombre d’articles d’environ 80 000 à 1 578 articles. Cette systématisation de la façon dont la recherche a été effectuée est définie à la figure 02.

La nouvelle étape de la spécification thématique comprenait l’inclusion de nouveaux critères d’inclusion et d’exclusion, tels que: la race humaine, les femmes, les publications jusqu’à 5 ans, l’exclusion de la revue d’articles, âgés entre 19-44 ans. Les 89 articles résultant de ce filtrage ont fait l’objet d’une analyse dans laquelle il y a eu suppression d’articles en double liés aux critères d’exclusion et d’inclusion, réduisant le nombre d’articles à 14 articles soumis à une autre analyse qui impliquait la lecture de ces articles afin que le groupe puisse choisir ce qui serait plus pertinent pour un examen.

L’accent a été mis sur les articles sur les victimes de catastrophes, de génocides ou d’événements traumatisants à grande échelle qui ont donc abouti à l’exclusion d’articles qui traitaient du thème, mais ne correspondaient pas à nos objectifs pour la rédaction de cet article de révision, seulement huit articles utiles pour la section thématique choisie par le groupe. Les articles choisis ont été organisés et représentés dans le tableau 01.

La figure 02. Flowchart démontrant la façon dont la ligne d’exclusion de l’examen systématique a été effectuée

Source: Auteurs de la recherche (2019).

Tableau 01 Liste des auteurs et de leurs articles respectifs et présentation des résultats trouvés.

Auteur Articles Étude Objectifs Résultats
McNerney, MW et al (2018) 8 Contributions d’intégration neuronale et épigénétique aux symptômes du syndrome de stress post-traumatique : Le rôle du volume d’hippocampe et de la méthylation du gène glucocorticoïides. Article de recherche L’article cherche à déterminer si la combinaison des images cérébrales et épigénétiques est un meilleur prédicteur de la symptomatologie du SSPT que n’importe quel facteur seul.Mesure du volume de l’hippocampe et de la méthylation de cytosine. Les données ont indiqué une interaction significative entre la méthylation NR3C1 et la taille de l’hippocampe. Les résultats renforcent l’idée que l’épigénétique et l’anatomie neuronale peuvent être utilisées comme indicateur efficace pour le SSPT
Schechter D.S et al (2016) Association du récepteur de la sérotonine 3A méthylation avec l’exposition à la violence maternelle, l’activité neuronale et l’agression de l’enfant. Rapport de recherche L’étude en question a examiné si la méthylation de HTR3A peut être associée à l’exposition de la mère à la violence interpersonnelle (IPV), à la psychopathologie liée au VPI, au désordre d’attachement de l’enfance, et à l’activité neuronale maternelle.

La fréquence de l’exposition au VPI maternel était associée au SSPT maternel; et le SSPT-SSPT maternel, à son tour, a été associé à la SDD infantile.

Perroud N et al(2014) Le génocide tutsi et la transmission transgénérationnelle de l’effort maternel : épigénétique et biologie de l’axe HPA. Article de recherche L’étude de la transmission du syndrome de stress posttraumatique parental (SSPT) à la progéniture qui peut s’expliquer par la transmission de processus épigénétiques, tels que l’état de méthylation du gène NR3C1 et du récepteur glucocorticoïde (GR) Il y avait une corrélation significative entre la gravité du SSPT et la dépression chez les mères et la gravité du SSPT et de la dépression chez leurs enfants, respectivement.
Paquette A.G et al (2014) Trouble de stress post-traumatique chez les patients atteints de trouble bipolaire : examen de la prévalence, des correrreports et des stratégies de traitement. Étude de cohorte L’étude vise à tester l’hypothèse que la méthylation du placenta FKBP5 et la variation génétique contribuent au contrôle de l’expression des gènes, et sont associés aux résultats du neurodéveloppement chez les enfants. Les données montrent que les nourrissons présentant les niveaux les plus élevés de méthylation éprouveraient une réduction de l’expression FKBP5, ce qui entraînerait une activation accrue du cortisol dans les récepteurs glucocorticoïdes dans le placenta, ce qui peut influencer l’activation de la voie de réponse glucocorticoïde chez le bébé en développement.
Lynn M. et al (2016) Une variante de risque à l’échelle du génome pour le SSPT est un lieu de la méthylation quantitative caractéristique et confère une diminution de l’activation corticale et des visages craintifs Étude de cohorte Cette étude vise à comprendre le risque génétique de SSPT. Un échantillon avec un phénotype extrême de conception et de cas de contrôle avec des expositions semblables a été observé. Le BSBPCohort avait une moyenne générale des scores de symptôme de SSPT. Cependant, comme la cohorte a été développée avec des phénotypes extrêmes, la sévérité des symptômes était beaucoup plus élevée dans les cas de SSPT.
Vukojevic   et al (2014) La modification épigénétique du gène du récepteur glucocorticoïde est liée à la mémoire traumatique et au risque de stress post-traumatique chez les survivants du génocide. Comportemental/Cognitif Il vise à analyser les événements traumatiques qui induisent la méthylation de l’ADN, et qui fournit des changements dans les différents promoteurs de RG et des modifications transcriptionnelles, en plus d’une analyse de la régulation de l’activité cortisol. Associant ainsi ces facteurs à l’axe hypothalamus-hypophyse-hypophysis-hypophysis-surrénale chez les personnes atteintes de SSPT. L’analyse a également révélé un effet principal du temps d’échantillonnage du cortisol. Des tests partiels ont indiqué que les niveaux de cortisol étaient significativement plus bas dans le groupe de SSPT comparés au groupe témoin pour l’intervalle de temps entre 30 et 45 minutes après le réveil (et entre 45 et 60 minutes après le réveil, les récepteurs glucocorticoïdes étaient sensiblement plus bas dans le SSPT comparés à l’autre groupe de comparaison.)
Kaminsky Z et al ( 2015) Variation épigénétique et génétique du comportement suicidaire prédicat du trouble de stress ska2 et posttraumatique. Original Article L’objectif était d’étudier l’interaction du SKA2 et l’exposition au traumatisme dans la fonction de l’axe hpa, la tentative de suicide et le SSPT Il a été observé que le biomarqueur épigénétique et génétique, SKA2, prévoyait des cas de SSPT chez les civils lorsque la maltraitance des enfants était constituée en société.
MULLIGAN C.J.  et al (2012) Méthylation chez les nouveau-nés chez les nouveau-nés associée à l’exposition au stress prénatal maternel et au poids du nouveau-né Article intégré  L’étude vise à tester l’idée que les facteurs de stress psychosociaux maternels extrêmes observés en République démocratique du Congo peuvent modifier les marques épigénétiques du locus spécifique chez le nouveau-né, ce qui entraîne des résultats sanitaires altérés. Elle a conclu que l’augmentation de la méthylation peut restreindre la malléabilité de l’expression des gènes et restreindre l’éventail des réponses possibles à l’adaptation au stress chez les personnes touchées, augmentant ainsi le risque de maladies atteintes du SSPT à l’âge adulte.

Source: Auteurs de la recherche (2019).

3. RESULTATS ET DISCUSSION

3.1 HYPERMÉTHYLATION, HYPOMÉTHILATION ET SSPT

Le processus de méthylation joue un rôle clé dans le développement embryonnaire, l’inactivation du chromosome X, la régulation des gènes, l’empreinte génomique et les modifications de la chromatine. Cependant, il existe deux mécanismes pour réguler l’expression des gènes dans le processus de méthylation : l’hyperméthylation et l’hypométhylation. L’hypométhylation de l’adn provoque généralement une augmentation de l’expression des gènes, mais l’hyperméthylation diminue l’expression des gènes déterminés (VUKOJEVIC, 2014).

Naturellement, les modèles de méthylation du génome changent avec l’arrivée de la sénescence. La plupart du temps, l’hypométhilation se produit en même temps que l’hyperméthylation de certaines îles CPG distribuées dans des séquences récurrentes, ainsi que des gènes d’importance transcription. Les changements épigénétiques sont directement liés à l’avancement de l’âge, contribuant à divers troubles ou maladies acquis (FRAGA et al., 2005).

L’exposition répétée au stress pendant l’enfance prédispose une réaction neurobiologique qui est maintenue tout au long de la vie de l’individu, et peut affecter négativement la santé psychique. Des études antérieures ont effectivement montré que les facteurs de stress environnementaux, non seulement tôt dans la vie, mais aussi pendant la grossesse, augmentent l’état de méthylation de l’exon 1F du gène NR3C1. Dans le cerveau, l’hippocampe est une zone abondante dans RGS, qui exprime également le promoteur NR3C1-1F. En outre, il existe des dossiers selon lesquelles l’hippocampe est sensible au stress à un niveau biochimique et structurel. Par conséquent, la méthylation de l’ADN a été associée à des changements dans la densité de RG dans l’hippocampe après exposition au stress environnemental. Par conséquent, des études indiquent que, soit en raison de l’exposition au stress et de la perte possible du volume de l’hippocampe, soit par l’état d’hypométhylation ininate combiné à un volume d’hippocampe plus faible, ils sont capables de prédisposer un individu au SSPT (MCNERNEY et al., 2018).

On ne peut affirmer que le SSPT est associé au volume d’hippocampe. Bien que cette controverse puisse être justifiée par la raison pour laquelle toutes les variables importantes impliquées dans les volumes d’hippocampe et le SSPT n’ont pas été complètement considérées comme le mécanisme de méthylation de l’ADN (PERROUD et al., 2014).

La performance de l’hyperméthylation est capable de perturber efficacement l’équilibre de l’axe HPA, ce qui explique comment les niveaux de cortisol (YEHUDA et al., 2009) ont été modifiés chez les enfants de survivants d’une catastrophe diagnostiqués avec le SSPT. Ainsi, l’épigénétique peut fournir des informations importantes sur la pathophysiologie du SSPT, ce qui permet de comprendre comment se produit la transmission transgénérationnelle de ce trouble (PERROUD et al., 2014); (JURUENA et al., 2004).

Altération épigénétique du porteur et de la propagation du sspt pour leur progéniture.

Cette altération épigénétique est directement liée à l’axe HPA, qui est essentiellement responsable de la régulation neuroendocrine des processus physiologiques. Cependant, pour une personne atteinte de SSPT, le fonctionnement de cet axe change comme une forme d’adaptation qui peut être liée à de faibles niveaux de cortisol. Par conséquent, plusieurs études suggèrent que ce processus est lié au début du développement des maladies psychiques, et a probablement son apparition de l’utérus, en raison de la réflexion de la programmation glucocorticoïde par l’épigénétique (BRAND et al., 2006).

Ces études indiquent que l’augmentation de la méthylation du gène NR3C1, responsable du codage rg, provoque un déséquilibre de m. – codé par le gène NR3C2 – résultant essentiellement en la réduction de la disponibilité de RG fournissant une plus grande susceptibilité de cette personne aux maladies psychiatriques liées au stress, telles que la dépression et le SSPT (BRAND et al., 2006; MULLIGAN et al., 2012)

Ajouté à ce facteur d’altération de la structure dans l’ADN des personnes qui souffrent d’interférences de facteurs de stress externes, plusieurs études suggèrent que le SSPT est une forte corrélation pour le développement de cette même pathologie dans les générations futures (ROBERTS et al., 2012). La propagation transgénérationnelle est associée à la transmission de changements biologiques adaptatifs sur l’axe HPA. Le SSPT provoque le changement dans l’équilibre neuroendocrinien de l’axe HPA, en particulier quand il s’agit de la sécrétion de faibles niveaux de cortisol et cette faible sécrétion est également augmentée par des médicaments anti-inflammatoires qui font partie du groupe de corticostéroïdes qui instillent la production de cortisol par le corps, améliorant également sa faible sécrétion, ce qui augmente par conséquent la probabilité de la progéniture des parents atteints de SSPT acquérir la maladie à l’avenir (BRAND et al., 2006), (LABONTÉ et al., 2014). Le faible niveau de cortisol par rapport au SSPT parental semble être présent dans le développement précoce du bébé – probablement de l’utérus – car ils provoquent la reprogrammation des rgs par des altérations épigénétiques qui favorisent l’apparition de troubles dans l’expression génétique (RADTKE et al., 2011). La réponse foetale au niveau de cortisol indique que l’exposition au stress gestationnel maternel a des impacts durables sur le développement de cet enfant par une méthylation accrue du gène rg-promotion qui persiste au-delà de l’enfance (RADTKE et al., 2011), (LABONTÉ et al., 2014). Cela représente la programmation adaptative fœtale de l’axe HPA, qui peut être responsable de problèmes psychologiques ultérieurs tels que la dépression ou le SSPT. De ce point de vue, le fœtus exposé à des niveaux altérés de cortisol dans la circulation maternelle est associé à des problèmes neurologiques et développementaux de la prochaine génération (BRAND et al., 2006).

Le placenta, l’organe central du développement foetal, régule l’exposition et la rétroaction à la signalisation maternelle, modifiant l’environnement de développement foetal. Les mécanismes épigénétiques, tels que la méthylation de l’ADN, lorsqu’ils se produisent dans les régions régulatrices, modifient la fonction placentaire, modifiant la transcription des gènes ou le potentiel de transcription (PAQUETTE et al., 2014). FKBP5 (Binding Protein FK506) diminue la sensibilité RG et empêche la translocation nucléaire, ce qui réduit par conséquent la réactivité à la libération du cortisol (KAMINSKY et al., 2015). La méthylation du FKBP5 dans la région de régulation à l’intron 7 est associée à des changements neurologiques. On a observé que l’intron 7 se lie au site du début de la transcription et de la méthylation de FKBP5 modifie l’induction de FKBP5. Dans une lignée de cellules d’hippocampe humain, le cortisol induit la déméthylation de cette région réguleuse dans l’intron 7 pendant les périodes critiques de différenciation cellulaire et de prolifération. Le polymorphisme FKBP5 est également lié à l’induction modifiée de mrna, qui détermine les changements dans la taille de l’hippocampe, ainsi qu’aux maladies liées aux changements dans l’axe HPA tels que le SSPT (SCHECHTER et al., 2016); (KAMINSKY et al., 2015).

Des études montrent que le foetus avec le gène situé dans l’intron hyperméthylé 7 éprouverait une réduction de l’expression de FKBP5, ayant pour résultat une plus grande sensibilité des RG au cortisol de la circulation maternelle dans le placenta, influençant ainsi le développement foetal. Des études antérieures au biomarqueur FKBP5 ont observé des associations avec le SSPT qui sont caractérisées par un comportement hypervigilant et hyperexcité. Par conséquent, les changements dans FKBP5 diminuent le comportement d’influence de réponse de cortisol en favorisant une réponse hypervigilant. Les personnes ayant une méthylation accrue de FKBP5 in utero ont une voie de réponse au cortisol peu active à la naissance, devenant prédisposées à développer des troubles liés à l’hyperresponsivité de l’axe hpa, comme le SSPT ou l’anxiété (KAMINSKY et al., 2015). Ensuite, il a été analysé que ce biomarqueur a sa pertinence fonctionnelle pour un contrôle épigénétique encore inconnu et peut modifier le développement foetal, en particulier dans le développement neurobehavioral. Ainsi, les études démontrent efficacement que les facteurs de stress externes, affectant activement pendant la grossesse, causent l’hyperméthylation de l’éthyle 1F du gène NR3C1 et de la région du promoteur de RG afin d’interférer de manière significative à l’âge adulte (RADTKE et al., 2011).

Ce phénomène est pertinent pour modifier prolongéement l’équilibre de l’axe HPA et modifier les niveaux de cortisol trouvés chez les enfants des victimes de catastrophes naturelles ou anthropiques qui ont été diagnostiqués avec le SSPT. Ainsi, l’épigénétique peut fournir des informations sur le comportement des biomarqueurs et des manifestations macrostructurales afin de clarifier la transmission transgénérationnelle de ce trouble.

Figure 03. L’ADN méthylation- Les paires de base forment l’ADN. Ces paires s’entremêlent en protéines appelées histones. Cette structure est similaire à un « collier de perles » qui forme la chromatine. La méthylation est le principal mécanisme épigénétique.

Source: Site de la science et de la cognition.

3.2 LE RÔLE DU CHANGEMENT ÉPIGÉNÉTIQUE DANS LE VOLUME DE L’HIPPOCAMPE ET LE RÉCEPTEUR GLUCOCORTICOÏDE

Actuellement, la méthylation du gène NR3C1 est corrélée avec le volume d’hippocampe et la dépression. L’hippocampe est sensible au stress et très sensible à la méthylation de ce biomarqueur. En reliant ces facteurs aux mécanismes neuroimaging et épigénétiques, ils ont été utilisés pour fournir la base d’une orientation intéressante dans la recherche liée au SSPT et aux changements de génotype. En général, le SSPT a indiqué une réponse négative entre la taille de NR3C1 et l’hippocampe. En outre, une relation forte entre ce biomarqueur, hippocampe, RG et la réponse de sspt. Plus précisément, l’hippocampe régule l’activité de l’axe hpa et, par conséquent, l’action des glucocorticoïdes, tels que le cortisol. Ainsi, augmenter considérablement les signes de stress dans l’organisme (PERROUD et al., 2014), (AMLI et al., 2016).

Cela nous amènerait à nous attendre à ce que des valeurs de méthylation plus faibles soient associées à un hippocampe de plus petite taille, ce que les anciens combattants qui n’ont probablement pas de SSPT devraient avoir. Cependant, le SSPT est associé à l’hypométhylation en général et il est vérifié que cette relation est perdue parce que des valeurs de méthylation inférieures peuvent également se produire, indépendamment de la taille de l’hippocampe. Des recherches futures devraient être menées pour déterminer si cette tendance demeure la même chez les personnes en bonne santé, d’autres anciens combattants ou des groupes civils atteints de SSPT, et chez les patients atteints d’autres troubles psychiatriques (AMLI et al., 2016).

La relation entre le volume d’hippocampe et le SSPT est actuellement controversée dans la littérature. Des études d’imagerie indiquent que les anciens combattants du SSPT après le combat ont un volume d’hippocampe plus faible que les anciens combattants sans SSPT. Cependant, d’autres études n’ont pas réussi à reproduire cette relation. La raison probable de cette incohérence dans les résultats est due au fait que le SSPT est un trouble multifactoriel (AMLI et al., 2016), (LABONTÉ et al., 2014). Par conséquent, la compréhension de la base biologique de ce trouble exige plus que la neuroimagerie pour analyser la relation du SSPT avec le volume et le fonctionnement de l’hippocampe. Par conséquent, il est impératif d’intégrer les connaissances de l’imagerie, de la biochimie et de l’épigénétique afin d’approfondir les connaissances actuelles sur ce trouble.

4. CONSIDÉRATIONS FINALES

Dans cet article, après avoir étudié les biomarqueurs cités qui sont exprimés ou non par des changements épigénétiques, nous pouvons souligner certains des résultats les plus actuels dans la recherche sur le SSPT et suivre la façon dont ces articles fournissent des perspectives intéressantes et variées pour la découverte prématurée de la prédisposition à certains troubles psychologiques. Bien que les articles ne soient pas concluants, les résultats de leurs études indiquent que les événements traumatiques dans le SSPT dans la macrostructure du corps sont justifiés par des altérations de méthylation de l’ADN qui modifient l’expression des gènes et, par conséquent, l’activité de l’axe HPA. Par conséquent, le SSPT produit non seulement des changements dans l’axe de contrôle neuroendocrinien du corps, mais également des modifications peuvent être propagées aux générations futures qui modifient le mécanisme de la progéniture pour agir et de même avec le mécanisme de son parent.

Bien que l’éventail d’informations sur le sujet abordé était large, certains articles étudiés ont révélé la nécessité de poursuivre la recherche pour obtenir une étude plus approfondie sur le sujet. Ainsi, il serait possible de consolider les informations obtenues dans les études susmentionnées.

RÉFÉRENCES

AMLI, Lynn M. et al. A Genome-Wide Identified Risk Variant for PTSD is a Methylation Quantitative Trait Locus and Confers Decreased Cortical Activation to Fearful Faces. Am J Med Genet B Neuropsychiatr GenetGeorgia, p. 327-336. 18 maio 2018. Disponível em: <https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4844461/>. Acesso em: 22/11/ 2019.

BRAND, Sarah R. et al. The effect of maternal PTSD following in utero trauma exposure on behavior and temperament in the 9-month-old infant. Annals of the New York Academy of Science. Nova Iorque, p. 454-458. abr. 2006. Disponível em: <https://nyaspubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1196/annals.1364.041>. Acesso em: 30/10/2019.

COSTA, Everton de Brito Oliveira; PACHECO, Cristiane. Epigenetics: gene expression regulation at transcriptional level and its implications. SeminaLondrina, p. 125-136. dez. 2013. Disponível em: <http://www.uel.br/revistas/uel/index.php/seminabio/article/viewFile/5142/13877>. Acesso em: 01 fev. 2019

FRAGA, Mario F. et al. Epigenetic differences arise during the lifetime of monozygotic twins. Epigenetics Differences Arise During The Lifetime Of Monozygotic Twins. Proceedings Of The Proceedings Of The National Academy Of Sciences Of The United States Of America. Seattle, p. 106-117. 17 jan. 2005. Disponível em: <https://www.pnas.org/content/102/30/10604.long>. Acesso em: 27/10/2019.

HARRIS, Angela P. et al. Mineralocorticoid and glucocorticoid receptor balance in control of HPA axis and behaviour. Psychoneuroendocrinology. Edimburgo, p. 648-658. maio 2013. Disponível em: <https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0306453012002983?via%3Dihub>. Acesso em: 11/09/2019

https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.3109/15622975.2013.866693?journalCode=iwbp20. Acesso em: 7 ago. 2019.

JURUENA, Mario F; CLEARE, Anthony J; PARIANTE, Carmine M. The Hypothalamic Pituitary Adrenal axis, Glucocorticoid receptor function and relevance to depression. Rev. Bras. Psiquiatr. São Paulo, v. 26, n. 3, p. 189-201, Setembro 2004.   Disponível em: <http://www.scielo.br/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1516-44462004000300009&lng=en&nrm=iso>. Acesso em: 22/11/2019.

KAMINSKY, Z et al. Epigenetic and genetic variation at SKA2 predict suicidal behavior and post-traumatic stress disorder. Translational PsychiatryBaltimore, p. 627-639. 25 ago. 2015. Disponível em: <https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4564560/>. Acesso em: 20/11/2019.

LABONTÉ, Benoit et al. Epigenetic modulation of glucocorticoid receptors in posttraumatic stress disorder. Translational Psychiatry. Montreal, p. 368-381. abr. 2014. Disponível em: <https://www.nature.com/articles/tp20143>. Acesso em: 31/10/2019.

MCNERNEY, M. Windy et al. Integration of neural and epigenetic contributions to posttraumatic stress symptoms: The role of hippocampal volume and glucocorticoid receptor gene methylation. Plos OneCalifornia, p. 421-434. 07 fev. 2018. Disponível em: <https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0192222>. Acesso em: 10 dez. 2019.

MULLIGAN, Connie et al. Methylation changes at NR3C1 in newborns associate with maternal prenatal stress exposure and newborn birth weight. Epigenetics. Florida, p. 853-857. jul. 2012. Disponível em: <https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.4161/epi.21180>. Acesso em: 08 /12/2019.

NEUGEBAUER, Richard et al. Post-traumatic stress reactions among Rwandan children and adolescents in the early aftermath of genocide. International Journal Of Epidemiology. Nova Iorque, p. 1033-1045. ago. 2009. Disponível em: <https://academic.oup.com/ije/article/38/4/1033/849053>. Acesso em: 20 /12/ 2019.

PAQUETTE, Alison G. et al. Placental FKBP5 genetic and epigenetic variation is associated with infant neurobehavioral outcomes in the RICHS cohort. Plos OneNew Hampshire, 12 ago. 2014. p. 133-143. Disponível em: <https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25115650>. Acesso em: 20 out. 2019.

PERROUD, Nader et al. The Tutsi genocide and transgenerational transmission of maternal stress: epigenetics and biology of the HPA axis. The World Journal Of Biological Psychiatry. Genebra, 01 abr. 2014. p. 334-345. Disponível em:

RADTKE, Karl M. et al. Transgenerational impact of intimate partner violence on methylation in the promoter of the glucocorticoid receptor. Translational Psychiatry. Konstanz, p. 456-470. jul. 2011. Disponível em: <https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3309516/>. Acesso em: 20/10/2018

ROBERTS, Andrea L et al. Posttraumatic stress disorder across two generations: concordance and mechanisms in a population-based sample. Biol Psychiatry. Massachussetts, p. 505-511. abr. 2012. Disponível em: <https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3412195/>. Acesso em: 21/09/2019.

SCHECHTER, Daniel S. et al. The association of serotonin receptor 3A methylation with maternal violence exposure, neural activity, and child aggression. Behavioural Brain ResearchGenebra, p. 268-277. 15 maio 2017. Disponível em: <https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0166432816307720?via%3Dihub>. Acesso em: 20 out. 2019.

VUKOJEVIC, Vanja et al. Epigenetic Modification of the Glucocorticoid Receptor Gene Is Linked to Traumatic Memory and Post-Traumatic Stress Disorder Risk in Genocide Survivors. The Journal Of NeuroscienceSuiça, p. 10274-10284. 30 de julho 2014. Disponível em: http://www.jneurosci.org/content/34/31/10274.long. Acesso em: 02 nov. 2019.

YEHUDA, Rachel; BIERER, Linda M. Transgenerational transmission of cortisol and PTSD risk. Progress In Brain Research. Nova Iorque, p. 121-135. nov. 2007. Disponível em: <https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0079612307670095?via%3Dihub>. Acesso em: 19/11/2019.

[1] Academic of the Medical Course of the Tiradentes University Center (UNIT-AL).

[2] Academic of the Medical Course of the Tiradentes University Center (UNIT-AL).

[3] Academic of the Medical Course of the Tiradentes University Center (UNIT-AL).

[4] Académique du cours de médecine du Centre universitaire de Mauricio de Nassau (UNINASSAU).

[5] Professeur, Master, Professeur adjoint du cours de médecine du Centre universitaire de Tiradentes (UNIT-AL).

Envoyé : janvier 2020.

Approuvé : août 2020.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here