REVISTACIENTIFICAMULTIDISCIPLINARNUCLEODOCONHECIMENTO

L’évolution des soins aux patients atteints de lèpre : les léproseries de polychimiothérapie

DOI: 10.32749/nucleodoconhecimento.com.br/saude/paciente-hanseniase-dos-leprosarios-poliquimioterapia
2/5 - (1 vote)

CONTEÚDO

OLIVEIRA, Ciane Martins de [1], MACHADO, Angela Maria Ramos Canuto [2], ALVES, Régia Cristina da Silva Pereira [3], MAR, Zenaide Soares do [4], FECURY, Amanda Alves [5], DIAS, Cláudio Alberto Gellis de Mattos [6], OLIVEIRA, Euzébio de [7], DENDASCK, Carla [8]

OLIVEIRA, Ciane Martins de; et. al. L’évolution des soins aux patients atteints de lèpre : les léproseries de polychimiothérapie. Revue scientifique pluridisciplinaire de la base de connaissances. Année 1. Vol. 6, pp. 68-80. Août 2016. ISSN:0959-2448

RÉSUMÉ

Objectif : décrire l’évolution du porteur de l’assistance de la lèpre, depuis l’internement obligatoire dans les léproseries jusqu’à ce que le traitement actuel par le biais de polychimiothérapie. Méthodologie : l’enquête a été réalisée grâce à la revue de la littérature, approche qualitative exploratoire, descriptive et rétrospective de multiples études, par le biais de données disponibles dans des bases de données en ligne, des articles, des thèses et des manuels du ministère de la santé, publié dans la période de 1998 à nos jours. Résultats : avant l’adoption de la polychimiothérapie dans le traitement de la lèpre, la mesure appliquée pour briser la chaîne épidémiologique de la maladie a été l’isolement obligatoire des patients dans les hôpitaux, les colonies de léproseries. Au cours du XXe siècle, le progrès de la science dans la lutte contre la lèpre dans les importantes découvertes thérapeutiques de médicaments tel le Dapsone dans les années 1940, Clofazimine dans les années 1960 et à la rifampicine en 1970. L’utilisation de ces médicaments a apporté le remède tant attendu. Conclusion : il est important que les professionnels de santé ont une connaissance des mesures de prévention, évaluation et traitement afin d’éviter un nombre croissant de personnes infectées, mais aussi les incapacités créées par la maladie. De cette compréhension, il est possible de fournir un traitement complet à hanseniano, tant dans le domaine biologique et psychosociale.

Mots-clés: Polychimiothérapie antilépreuse, léproseries,.

INTRODUCTION

La lèpre est une maladie infectieuse chronique causée par des bactéries de type Bacillus, dont le nom scientifique est le Mycobacterium leprae. Cela revient au bacille de la tuberculose, qui a été identifié en 1874, par un médecin norvégien, Gerhard Henrik Hansen Armanuer (1841-1912). En son honneur, la bactérie appelée bacille de Hansen et la maladie, comme la lèpre. Ce nom fut suggéré par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour ne pas avoir un sens si agressif et exigeants comme nom « lèpre », cité dès avant le Christ et avec beaucoup d’emphase au moyen-âge (EDER, 2005).

La lèpre n’aurais pas l’importance s’étaient seulement une maladie de peau contagieuse, il est leur penchant pour les nerfs périphériques qui causent des troubles et déformations, responsables de la peur, un préjudice et les tabous qui entourent (GHIDELA, 2000). Les premiers signes de cette maladie sont : blanchâtre ou rougeâtre de la peau, perte de sensation, d’engourdissement ou de picotements dans la région touchée, l’insensibilité à la douleur, la perte de contact, de chaleur et de cheveux sur les taches (EDER, 2005).

La transmission se fait principalement par le biais de la voie aérienne supérieure, d’une personne à l’autre, par le biais de la convivialité de sensibles avec des patients infectieux non traitées et l’incubation période est de deux à sept ans (Brésil, 2002). L’aggravation de la maladie implique l’engagement du système nerveux périphérique, avec perte de sensibilité, atrophie musculaire et paralysie, qui, si non traitée peut évoluer vers des handicaps physiques irréversibles (Brésil, 2001). Cette marque de déshonneur cela défiguré des branches de la physique « lépreux » a été incorporée à son identification et libéré de la maladie sur le côté sombre de la société. Ainsi, depuis de nombreuses années que l’isolement obligatoire des patients signifie l’exclusion de convivialité sociale, est la seule forme existante de traitement jusqu’à ce que le milieu du 20e siècle a été l’isolement dans les léproseries (AUVRAY, 2005).

Au début des années 1980, qui a ensuite pour recommander un traitement par polychimiothérapie (PCT), avec schéma thérapeutique appropriée toutes les formes cliniques de la maladie, le contrôle et le traitement de la lèpre. Les formes cliniques sont : pour une période indéterminée, tuberculoïde, borderline (boderline) et la Lèpre lépromateuse (Figure 1). Selon l’OMS, la lèpre peut être classifiée selon le nombre de lésions cutanées dans : cas paucibacillaire (PB) avec jusqu’à cinq lésions cutanées ; et des cas de lèpre multibacillaire (MB) avec plus de cinq lésions cutanées (Brésil, 2001).

A                                      B

Formes cliniques de la lèpre
C D Figure 1-clinique formes de lèpre. Le) indéterminé. B) la tuberculose. C) borderline. D) Lèpre lépromate
use. source : meclicinageriatria.com.br

Compte tenu de l’importance de la maladie, l’objectif de ce travail était de décrire l’évolution du porteur de l’assistance de la lèpre, depuis l’internement obligatoire dans les léproseries jusqu’à ce que le traitement actuel par le biais de la polychimiothérapie.

MÉTHODOLOGIE

L’enquête a été réalisée grâce à la revue de la littérature, approche qualitative exploratoire, descriptive et rétrospective de multiples études, par le biais de données disponibles dans des bases de données en ligne, des articles, des thèses et des manuels du ministère de la santé, publié dans la période de 1998 à nos jours. Les mots clés utilisés pour effectuer des recherches bibliographiques ont été la lèpre, léproseries et polychimiothérapie.

Critères d’inclusion étaient la date de la publication de l’ouvrage et l’emplacement de l’un des mots clés.

RÉSULTATS

Avant l’adoption du PCT comme norme de traitement de la lèpre, la mesure appliquée pour briser la chaîne épidémiologique de la maladie a été l’isolement obligatoire des patients dans les hôpitaux, les colonies de léproseries. Cette procédure a été recommandée par les autorités fédérales de la santé (Brésil, 2001). Dans les léproseries, il n’y avait pas de traitement spécifique, juste l’isolement et cette mesure a été considérée comme le seul moyen de contenir la propagation de la maladie. Au Brésil, l’isolement était considérée comme éteinte avec l’approbation du décret no 968, 07/05/1962 (MORHAN, 2005). Commence alors la recherche d’un traitement efficace.

Ainsi, l’huile de chaulmoogra, une plante originaire de l’Inde, qui était déjà utilisé depuis des siècles pour traiter les maladies en Asie, a été utilisé sous forme de pommade pour usage externe, pilule contraceptive, gouttes et très douloureuse injection-(PARASCANDOLA, 2003). Cependant, ce traitement chez les patients hansênicos a été inefficace, car la consommation de pétrole est peu tolérée par le corps, causant des vomissements, des problèmes de diarrhée et de l’estomac (FERNANDES, 2004). Outre les importants effets secondaires de ce traitement, le traitement était trop long et avait une efficacité douteuse, car il n’y avait pas de consensus quant aux possibilités réelles de guérison (Araujo, 2003).

Au Brésil, l’huile a été utilisée pendant plusieurs années, mais l’introduction de sulfones a permis la transformation de la politique d’isolement des malades, qui pourraient être traités uniquement avec les visites ambulatoires, c’est-à-dire les sulfones apparaissent non seulement comme une médecine plus efficace, mais a permis une pratique contraire à l’isolement des patients dans la léproserie (CUNHA, 2005). En 1960, à une époque où les sulfones ont déjà été utilisés à grande échelle de quelques décennies, leur poursuite utiliser, ont commencé à produire des cas de résistance aux antituberculeux (Brésil, 2003).

Au cours du XXe siècle, le progrès de la science dans la lutte contre la lèpre dans les importantes découvertes thérapeutiques de médicaments tel le Dapsone dans les années 1940, Clofazimine dans les années 1960 et à la rifampicine en 1970. L’utilisation de ces médicaments a apporté le remède tant attendu (Brésil, 1998).

Ainsi, en 1981, ce qui est de recommander la thérapie ou MDT, y compris les médicaments Dapsone, rifampicine et la Clofazimine (Brésil, 2001). MDT tue Bacillus, rendant impossible, empêche le développement de la maladie, prévention des handicaps et déformations causées par lui. Le bacille est incapable d’infecter d’autres personnes, rupture de la chaîne de l’épidémiologie de la maladie. Par conséquent, au début du traitement, la transmission de la maladie est interrompue et, en cours complets et exacts, assure la guérison de la maladie (Brésil, 2001).

Au Brésil, pour obtenir une guérison, PB et Mo les patients sont traités avec différents schémas.

RÉGIME DE PB POUR ADULTE

  • Dose sous surveillance : 100 mg Dapsone et rifampicine 600 mg (2 gélules de 300 mg).
  • Self-administered dose quotidienne : 100 mg Dapsone.
  • Le traitement se fait avec 6 cartes (Figure 2) jusqu’à 9 mois, soit nécessaire la présence d’unité de santé pour dose sous surveillance de l’Administration tous les 28 jours (Brésil, 2002).
Paucibacillaire régime pour adulte
Figure 2-paucibacillaire Scheme pour adulte. S
ource : BRASIL, 2002.

SCHÉMA DE MB POUR ADULTE

  • Dose sous surveillance : 100 mg Dapsone, Clofazimine 300 mg (3 capsules de 100 mg) et rifampicine 600 mg (capsule de 300 mg 2).
  • Self-administered dose quotidienne : 100 mg Dapsone et Clofazimine 50 mg.
  • Le traitement se fait avec 12 cartes (Figure 3) jusqu’à 18 mois (Brésil, 2002).
Multibacillaire régime pour adulte
Figure 3-schéma multibacillaire pour adulte. S
ource : Brésil, 20002.

RÉGIME DE PB POUR ENFANT

Âge : 0-5 ans

  • Une dose mensuelle supervisée : 25 mg Dapsone et la rifampicine 150-300 mg.
  • Self-administered dose quotidienne : 25 mg Dapsone.

Age : 6-14 ans

  • Une dose sous surveillance mensuelle : 50-100 mg Dapsone et la rifampicine 300 à 450 mg.
  • Self-administered dose quotidienne : 50-100 mg Dapsone.
  • Le traitement se fait avec 6 cartes (Figure 4) jusqu’à 9 mois (Brésil, 2002).
Paucibacillaire régime pour enfant
Figure 4-paucibacillaire régime pour les enfants.
Source : Brésil, 2002

SCHÉMA DE MB POUR ENFANT

Âge : 0-5 ans

  • Une dose mensuelle supervisée : 25 mg Dapsone, rifampicine 150-300 mg et Clofazimine 100 mg.
  • Self-administered dose quotidienne : 25 mg Dapsone et Clofazimine 100 mg/semaine

Age : 6-14 ans

  • Une dose sous surveillance mensuelle : 50-100 mg Dapsone, rifampicine et la Clofazimine 300 à 450 mg 150 à 200 mg.
  • Self-administered dose quotidienne : 50-150 mg Dapsone et Clofazimine 150 mg/semaine.
  • Le traitement se fait avec 12 cartes (Figure 5) jusqu’à 18 mois (Brésil, 2002).
Multibacillaire régime pour enfant
Figure 5 – schéma multibacillaire pour enfants.
Source : Brésil, 2002

Le soins aux patients lépreux est effectuée à partir des visites un Agent communautaire de santé (ACS), qui vise à identifier les suspects de la maladie. L’ACS transmet au patient de soins infirmiers en clinique plus proche de votre résidence, ce patient subit une évaluation avec une infirmière et est transmis au médecin. Le médecin demande des tests spécifiques pour confirmer ou non la maladie Hansen et après les résultats, pour la libération du diagnostic. Si positif, le patient retourne au poste de santé et de la supervision d’une infirmière, commence le traitement, ce qui est offert gratuitement par le gouvernement fédéral.

Intradomiciliares contacts des patients, appelées communiants, naviguer sur une évaluation du programme de santé familiale (PSF). Si vous n’avez pas de symptômes, sont transmis à l’administration du vaccin BCG, ce qui n’est pas spécifique pour la lèpre, mais produit de protection contre les formes graves de la maladie. À la fin du traitement, le patient reçoit de haut et est accompagné de l’équipe PSF, afin qu’une rechute, si cela arrive, il est détecté et traité immédiatement.

DISCUSSION

Le traitement est essentiel pour fermer la source d’infection, s’arrêtant à la chaîne de transmission de la maladie, étant le contrôle stratégique des maladies endémiques et l’élimination de la lèpre comme problème de santé publique (Brésil, 2001).

En 1986, le huitième national health Conference, qui déterminé à transformer les léproseries en hôpitaux généraux ou recherche centers. Cependant, aujourd’hui encore, il y a environ 30 ex-colonies au Brésil, où l’ex patients et leurs proches (ARAUJO, 2003). Hansênicos patients subissant des isolement et hospitalisation obligatoire dans les hôpitaux-colonies, ont droit à appliquer pour spéciale pension mensuelle, vie et non transférable. Un droit reconnu par le gouvernement fédéral, qui a approuvé la mesure provisoire n° 373/07, converti en loi n° 11 520/2007, qui vous donne droit à une pension spéciale s’élevant à vie R 750 $ chaque mois pour les personnes atteintes de la maladie (Brésil, 2007).

Avec la fin de l’isolement obligatoire, patients pourraient sortir de leurs maisons, si ils voulaient, et traitement pourrait être fait dans les cliniques. Toutefois, après des décennies de ségrégation, beaucoup ont choisi de continuer dans les léproseries, simplement parce qu’ils n’ont pas revenir en arrière et ne pas comme vivre dans une société « sonore » avec l’argent de retraite qu’ils ont reçu (M, 2003).

En plus des médicaments MDT, des mesures telles que le diagnostic précoce, communication, surveillance, prévention et traitement du handicap physique et éducation à la santé, font partie des politiques actuelles. C’est le schéma de traitement en vigueur sur tout le territoire national aujourd’hui (Brésil, 2001).

CONCLUSION

L’importance de cette évolution historique, depuis le traitement dans les léproseries jusqu’en polychimiothérapie, est en effet permettre la diffusion des connaissances sur la lèpre et les facteurs contribuant à l’émergence et le contrôle. Permet la compréhension des diverses attitudes et sentiments des patients qui arrivent endommagés, déprimé et même dégoûté par les soins de santé, compte tenu de la discrimination et les préjugés ont connu au fil du temps.

La lèpre est considérée comme un problème de santé publique et, si peut pas diagnostiquée et traitée très tôt, conduire à des compromis physiques (et une déficience des déformations) et sociale, provient de la peur, les préjugés et la stigmatisation qui entoure l’ignorance sur la contagion, de prévention, de signes et de traitement de cette maladie. Par conséquent, il est important, que les professionnels de santé ont une connaissance des mesures de prévention, évaluation et traitement afin d’éviter ce nombre croissant de personnes infectées, ainsi que les incapacités créées par la maladie. De cette compréhension, il est possible de fournir un traitement complet à hanseniano, tant dans le domaine biologique et psychosociale.

RÉFÉRENCES

AGUILAR, Cesar Heraclides Shahzad. Histoire de la lèpre au Brésil. Journal de la société brésilienne de médecine tropicale : Uberaba, v. 36 n° 3, 2003.

AUVRAY, Katya. Ville de l’oublié : la vie des malades de la lèpre dans une ancienne léproserie du Brésil. UIT : Ottoni éditeur ; 2005.

Brésil, ministère de la santé. Secrétaire des politiques de santé. Département d’attention base. La zone technique de dermatologie sanitaire-santé pour la formation de la vie pour la prévention des handicaps de la lèpre. Brasilia : American Leprosy Mission. 1998.

BRÉSIL, MINISTÈRE DE LA SANTÉ. Contrôle de la maladie de Hansen dans le soin de base. Guide pratique aux professionnels de l’équipe de santé familiale. Secrétaire des politiques de santé Ministère de base attention. Brasília-DF, mars 2001.

BRÉSIL, MINISTÈRE DE LA SANTÉ. Secrétaire des politiques de santé Ministère de base attention. Guide pour le contrôle de la lèpre. Brasília-DF, 3ème Ed. 2002.

BRÉSIL, MINISTÈRE DE LA SANTÉ. Programme de contrôle de la lèpre : SES/CIP/CVE/São Paulo, 2003. Disponible en :<http//WWW.cve.saude.sp.gov.br/htm/Hans/Hans_camp 03. www.cve.saude.sp.gov.br/htm/hans/hans_camp=””></http//WWW.cve.saude.sp.gov.br/htm/Hans/Hans_camp 03.> HTS > : accès au 25 avril 2013.

BRÉSIL, MINISTÈRE DE LA SANTÉ. Mesure provisoire n° 373 du 24/05/2007. Règles concernant l’octroi d’une pension spéciale aux personnes touchées par la maladie de Hansen qui a subi l’hospitalisation en isolement et obligatoires. Brasília-DF, 2007. Disponible à : <http www.planalto.gov.br/ccivil=”” 03/ato2007-2010/2007/lei//11520htm.=””>consulté le : 08 avr</http> 2013.

CUNHA, Vivian. L’isolement obligatoire en question : politiques de lutte contre la lèpre au Brésil (1920-1941). Thèse (Master). Fondation Oswaldo Cruz, Rio de Janeiro, 2005.

Eder, H.M.M.T. la lèpre. Editeur moderne. São Paulo, 2005. Disponible à : <htt www.moderna.com.br/moderna/arte/aleijadinho/hanseníase:=””>.</htt>  Accès à : 24 avr. 2013.

Fernandes, Tania Maria. Plantes médicinales : mémoire de la science au Brésil, Rio de Janeiro : Ed. Croix de fil, 2004.  

GHIDELA. C. Hansen. São Paulo, 2000. Disponible à : <htt www.geocities.com/hanseníase/idex.html:=””>.</htt> Consulté le 27 avr. 2013.

HTT / / www.meclicinageriatrica.com.br./2009/05/02/hansen íase-partie-2-clinique formulaires : accès en 08 avr. 2013.

M, Laurinda Rosa. Mémoires et histoire de la maladie de hansen au Brésil racontée par témoins (1960-2000). Histoire, sciences, santé-Manguinhos à Rio de Janeiro. 2003. c. 10, p. 308-336.

MORHAN (réinsertion, circulation des personnes touchées par la maladie de Hansen). Rapport du je de synthèse Séminaire national des colonies de l’ancienne maladie Hansen. Surveillance du Secrétariat de la MS/santé. Rio de Janeiro, 2005.  Disponible en : <http www.morhan.org.br/views/upload/jornal-40=””>: accès au 25 avril 2012.</http>

PARASCANDOLA, John. Chaumoogra l’huile et le traitement de la lèpre. Pharmacie dans l’histoire, Madison, 2003.  c. 45, p. 47-57.

[1] Biologiste. Docteur en sciences-génétique biologique zone de Concentration. Professeur et chercheur en CESUPA-Centro Universitário do Pará état.

[2] Voyage soins infirmiers académique zoubeir-Faculdade Metropolitana da Amazônia.

[3] Voyage soins infirmiers académique zoubeir-Faculdade Metropolitana da Amazônia.

[4] Voyage soins infirmiers académique zoubeir-Faculdade Metropolitana da Amazônia.

[5]  Biomédicale. Doctorat en maladies tropicales. Maître de conférences et chercheur à l’Université fédérale d’Amapá, AP. Chercheur de collaborateur du Center for Tropical Medicine UFPA (NMT-UFPA).

[6] Biologiste. Docteur en théorie et recherche. Maître de conférences et chercheur à l’Institut fédéral de Amapá-FIPA.

[7] Biologiste. Master en biologie environnementale. Docteur en médecine tropicale maladies. Maître de conférences et chercheur à l’Université fédérale du Pará – UFPA. Chercheur de collaborateur du Center for Tropical Medicine UFPA (NMT-UFPA).

[8] Doctorat en psychanalyse-chercheur clinicien du Center for research and avancé étude-CEPA.

2/5 - (1 vote)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

DOWNLOAD PDF
RC: 3614
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita
WeCreativez WhatsApp Support
Temos uma equipe de suporte avançado. Entre em contato conosco!
👋 Bonjour, Besoin d'aide pour soumettre un article scientifique?