L’attachement mère-enfant à la lumière de la psychanalyse et le film « il faut parler de Kevin ». [1]

0
585
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

PEDRO, Eliane [2], BEZERRA, Érica Juliana de Macedo [3], LEITE, Laurence Bittencourt [4]

PEDRO, Eliane Pedro; BEZERRA, Érica Juliana de Macedo; LEITE, Laurence Bittencourt. L’attachement mère-enfant à la lumière de la psychanalyse et le film « il faut parler de Kevin ». Revue scientifique pluridisciplinaire de la base de connaissances. 03 ans, Ed. 06, vol. 04, pp. 118-129, juin 2018. ISSN:2448-0959

Résumé

Cet article provient d’une recherche bibliographique dont le champ conceptuel est issu de la psychanalyse lacanienne-perspective psychanalytique de freud et certains de ses partisans, sur le sujet proposé. L’objectif de ce travail vise à développer les joints dans l’attachement mère-enfant, qui cherchent à passer par les mouvements et l’objet de liens deviennent et le même est constitué comme sujet de désir, effectuer des connexions analyses du film Nous devons parler à KEVIN, vérification et suivi les chemins de Kevin de la théorie psychanalytique et comprendre l’attachement mère-enfant, exprimée dans la dynamique du film basé sur la théorie de la psychanalyse.

Mots-clés : Constitution du sujet, l’attachement mère-enfant, psychanalyse.

1. Introduction

Cet article traite de la construction de l’attachement mère-enfant à la lumière de la psychanalyse. À cette fin, nous avons couvert les notions de la maternité, les façons de devenir sujet et que la même structure dans les concepts psychanalytiques. Nous utilisons comme l’objet de l’analyse de film que nous avons besoin de parler à Kevin, vous avez dans votre regard le meurtre des jeunes dans une école aux Etats-Unis, par le protagoniste du film, dans le cas de Kevin, personnage adolescent qui commet l’acte à la veille de votre date de naissance 16 années et, à la maison, tuer votre soeur et le père de ta mère, étant le seul survivant.

Le film n’est pas forme apparentée à chronologique, utilise des flash-backs pour remonter l’histoire de Eva et Kevin, autrement dit, mère et fils. Nous pouvons suivre cette relation dense et sur les mêmes « constructions » personnalité de Kevin, qui montre drapeau dans votre plus tendre enfance que quelque chose vous manque (et mère) dans la relation mère-enfant, permettant de structurer.

Ce qu’on entend, par conséquent, était de chercher à analyser comment la construction et les impasses de la maternité et comment ces propositions prendront part à la Constitution du sujet (dans le cas précis du film, Kevin) et comment il a été construit ce lien mère-enfant, votre intérêt pour le développement affectif, social et cognitif, ainsi que les problèmes de cette relation et votre impact dans la formation de ce sujet au cours de votre vie.

Tout au long de l’article, le lecteur y trouvera des cinq sujets. Dans le premier, fait un devoir d’aborder « la Constitution du sujet », dans les rubriques suivantes nous dissertent la notion de « Sujet » pour la psychanalyse, terme gagne l’intérêt pour des injections de Jaques Lacan à la théorie psychanalytique, dans lequel il tente d’expliquer comment cette sous réserve de la lumière de la théorie psychanalytique. Ainsi, nous parlons de l’attachement mère-enfant, cherchant à montrer l’importance de l’autre comme fondamental et structurant de ce sujet dans la rubrique suivante, nous cherchons à expliquer les structures cliniques et votre importance pour la Constitution du sujet. Dans le dernier paragraphe de dissertamos afin de répertorier tous les discorridos des concepts dans le lien de l’article dans l’analyse du film déjà mentionné, en particulier dans la structure du caractère Kevin, cherchant à comprendre et à montrer comment les mêmes est soumis.

2. La Constitution du sujet

Il y a des cas qui se sont démarqués dans l’histoire pour avoir dans leurs contextes, les jeunes gens qui finissent par tuer leurs camarades de classe ou les parents ou proches parents. Lorsque de tels actes se produisent, on se demande : Comment était la vie de ce sujet ? Il a démontré ce qui donnerait des indices de cette barbarie ? C’était un problème d’éducation familiale. Quand les parents ont échoué ? L’acte commis serait quelque chose de génétique ou acquise ? Ces questions se posent toujours dans l’esprit du citoyen moyen.

En général, la famille de ces jeunes gens vont souffrir finalement les pressions de la société, qui aspirent à une réponse, essayant de trouver des indices qui montrent en ce moment de la construction du sujet a été une telle « erreur ».

Pour obtenir une explication qui pourrait justifier des actes comme les exposés dans le film déjà mentionné et partant d’un point de vue théorique de la psychanalyse, il nous paraît important de distinguer entre un concept central de la théorie, qui est le complexe de Œdipe. C’est de lui, selon la théorie psychanalytique que le sujet va structurer et s’organiser tout en l’homme.

Sur la construction de la théorie psychanalytique, déjà en 1897, Freud raconte les premières traces et les contours du complexe de Œdipe terme, cependant, sera uniquement à partir de 1910 qu’il devient largement exprimé.

Freud 1897 commence à tracer le complexe de Œdipe à travers un rêve avec votre fille Mathilde. Ces premiers rapports ont eu lieu dans les échanges de lettres avec votre ami Wilhelm Fliess.

Freud commence la lettre à Fliess annonçant un sentiment bientôt découvert la source de la moralité et suivre un rêve renvoyant à des sentiments « supercarinhosos » à votre fille aînée Mathilde. (MATTHEWS, 2004, p. 2)

Freud a fondé l’expression complexe de Œdipe vient du grec jouer Oedipus Rex par Sophocles 496-406 Bce La pièce parle d’une prophétie de la consultation du roi Laïos (père biologique de Œdipe) à Oracle, où la même carte que ton fils, Œdipe, va tuer et ensuite va se marier ta femme, Jocaste. Le résultat est donc que Œdipe tuera ton propre père et épouser ta propre mère. Freud fonde le complexe de Œdipe de demandes portant sur le triangle, père, mère et fils. L’enfant aura votre souhait réalisé, (dans le cas de l’enfant), à la figure de la mère, où l’entrée à l’autre, représentée par figure paternelle apportera agitation, angoisse et rivalité de l’enfant avec ce tiers.

Cible de chacun d'entre nous, est peut-être, conduire notre première impulsion sexuelle de notre mère et notre premier meurtrier de haine et de la luxure, à notre père. Nos rêves en convaincu que c’est ce qui se passe. Œdipe roi, qui a tué votre père Laïos et épouse Jocaste, ta mère, nous montre tout simplement la réalisation de nos propres désirs.  (FREUD.1900, p. 179).

C’est donc dans le complexe de Œdipe pour voir comment l’autre auront un rôle important dans la Constitution du sujet, où s’articulera les fonctions fondamentales. Selon Moreira (2004, p. 1), « est de le Œdipe que le sujet se structurer et organiser votre devenir. » Ainsi, Œdipe seront encapsulés et apporter des requêtes dans les structures familiales et un élément structurant dans le développement du sujet.

2.1 la notion d’objet en psychanalyse

Le concept du sujet commence à être utilisé dans la théorie psychanalytique, par Jacques Lacan, psychanalyste Français et psychiatre, où les mêmes proposera c’est pour une autre médiation, autres ceci, selon Lacan, est décisif dans la Constitution du sujet, un temps pour être à ce titre, il faudra céder (d’abord sur la langue, d’une part), mais aussi de laisser l’assujeitação de la position subjective du désir maternel, d’autre part, possible de sortie lorsque l’entrée dans la relation entre la mère et fils d’un autre, un troisième, dans ce cas, le père, qui auront un rôle important, dans ces premiers liens comme un moyen d’établir et de développer notre appareil psychique, permettant ainsi l’avènement du sujet. C’est par ce biais une autre que nous pouvons se poser tout en question.

Pour Lacan sont soumis avant notre naissance. Notre nom est un exemple de cette soumission à la volonté de l’autre, et c’est par le langage que nous empruntera le Royaume des mots et leurs signifiants que nous déterminer et marquer.

La notion d’objet n’est pas, par conséquent, l’ordre naturel, ne pas avoir un statut biologique et, oui, bien sûr. Ce statut ne peut être considéré par l’insertion du signifiant père-nom, où par le biais de ce devenir absents.

3. L’attachement mère-enfant

La construction de l’attachement mère-enfant à la lumière de la psychanalyse ont dans votre Constitution le sujet dans votre prématuré plus tôt. Le bébé humain à la naissance est attestée dans votre désespoir extrême, ayant besoin d’être pris en charge par une autre qui fournira et soulager les premiers besoins fondamentaux comme la faim, sommeil, douleur, malaise, etc.. Ces besoins sont exprimés par le biais de pleurer, et qui sera interprétée par l’autre (dans ce cas, la mère, ou qui s’acquitte de cette fonction) comme la recherche de la suppression de ces besoins de base. Dans cette recherche de la nécessité d’être prudent, le bébé susceptibles de la langue comme moyen de Salut et créer une liaison amoureuse avec ce qui saura répondre à ces besoins.

Freud (1950/1985/1989) souligne que la première expérience de satisfaction marque dans la psyché de telle sorte que chaque fois certains inconfort si presentifica, l’enfant tente de sauver telle expérience (satisfaction) pour un halluciné. Pourquoi ne pas se livrer, le bébé pleure, l’autre prétend en quelque sorte. Toutefois, cette première expérience n’est pas pleinement représentée, certaines d'entre elles est perdu, il y a un reste qui persiste sans représentation et est constitué comme un trou où le désir peut survenir.

Pour le bébé d’être immergé dans un univers culturel et symbolique préexistant déjà à votre naissance, il est nécessaire qu’une autre similaire agissent comme une référence et qui l’insert dans la langue. La mère doit agir dans cette relation comme une autre. Lacan (1957-1958) explique le rôle de la mère comme l’incarnation de la grosse autres, car elle traduit une première fois, à côté de l’enfant, l’acte symbolique de la culture, et qui fournira le premier miroir à travers lequel il à la fois si aliena et est.

Pour Freud pendant le complexe de Œdipe l’enfant normal est tendrement attaché au parent de sexe opposé, alors que l’hostilité est axée sur le parent du même sexe. Nous suivons (dans une première tentative pour porter le film choisi comme objet d’étude) que pendant le film il y a une inversion, le bond de Kevin en ce qui concerne l’hostilité de la mère et le père de la bienveillance.

Dans le complexe de Œdipe positif, dans le cas de l’enfant, nous allons jeter un coup d’oeil au début un objetal cathexis au sujet de la maman et l’identification avec le père, qui n’apparaît que dans votre manière conflictuelle, à une époque où les désirs sexuels de l’enfant par la mère sont accentués. Son identification avec le père assumera une intensité ambivalente. La possibilité de conserver la mère comme objet d’amour s’affiche par le biais de l’intensification de l’identification avec le père. (MATTHEWS, 2004, p. 6).

Nous pouvons penser dans le contexte familial dans lequel Kevin est immergé, où l’identification avec ce papa lui met dans une position pour obtenir votre objet de désir, la mère, ce qui prouve, comme nous ne pouvons pas échapper à le Œdipe.

4. Structures cliniques dans la Constitution du sujet

Les structures cliniques terme dans ses premiers jours n’est pas signalé dans les œuvres de Freud. Le même fera mention du terme « structure », discutant de l’importance de vous rencontrer pour que le traitement puisse avoir votre cours.

Selon les auteurs – et de la marine (2011)

Freud n’a pas utilisé très souvent la structure et ne mentionne même pas les structures cliniques du terme ; Cependant, ceux-ci sont implicites dans votre travail depuis ses débuts, au sujet de l’importance des Diagnostics différentiels pour la conduite de l’examen (2011, s/n).

Le terme de Structures cliniques, en fait, va commencer à être dessinés et décrits par Jacques Lacan, où à partir de votre analyse et étude des concepts du structuralisme commence à broder le terme Structures cliniques.

Pour les deux auteurs, Freud et Lacan, structures cliniques sont les façons avec lesquelles le sujet structurerai avant les mouvements de la castration, le complexe de Œdipe, la sexualité inconsciente et infantile. Immersion du sujet psychotique ou névrotique, structures perverses, se produit lorsque la même au cours de votre formation, est enveloppé par des chiffres fondamentaux engendrarão structurer votre clinique.

Le contexte familial auquel appartient à l’objet apporte structuration de questions, comme prendrait même dans les sujets précédents. Le complexe de Œdipe est l’un de ces concepts d’une extrême importance à la théorie psychanalytique, et les mouvements expérimentés dans cette relation œdipienne fera partie de la Constitution du sujet dans votre structure, que ce soit des psychotiques, névrotiques ou méchants.

Le complexe de Œdipe a offert l’enfant deux possibilités de satisfaction, un actif et un passif. Elle pourrait se mettre à la place de ton père, le mâle moyen et avoir des relations sexuelles avec sa mère, comme son père, auquel cas tôt aurait senti le dernier comme nuisance ou pourrait vouloir prendre la place de sa mère et d’être aimé par le père, dans lequel cas la mère deviendrait superflu. (FREUD, 1923-1925, p. 104).

Au sein de la structure du sujet, du complexe de Œdipe, au départ, la volonté prédominante maternelle fonctionne et agiront sous la forme d’offrir des soins et la satisfaction à l’enfant, où l’enfant semble pour être une extension de cet être, dans ce cas, la mère ; Déjà le père, à l’intérieur du développement libidinal de l’enfant, sera le porteur de la Loi, qui se déplacera à l’enfant de montrer qu’il existe un autre au-delà de cette relation fusionnelle initiale avec maman. La manière dont cette fonction paternelle est présentée, en particulier la mère, va contribuer à structurer votre clinique.

Il est essentiel que la mère souffle son père en tant que médiateur de ce qui est au-delà de la Loi et de vos désirs, c'est-à-dire, tout simplement, la Loi comme telle. Il est le père, alors comment nom-du-père, étroitement lié à l’énonciation de la Loi, comme toute élaboration de la doctrine freudienne là-dessus annonce et fait la promotion. Et c’est ce qu’il est ou n’est pas accepté par l’enfant comme l’un qui prive ou ne prive pas la mère de votre désir. (LACAN, 1957-1958, p. 197)

La partie enfant du principe qu’il n’y a aucune différence anatomique entre les sexes, c'est-à-dire, les deux ont le pénis, lorsque vous vous rendez compte que la mère est un neutre et possesseur du phallus, pas l’enfant sera placé en face de votre menace imminente de la castration en s’identifiant avec la figur le père comme un moyen d’assurer votre sécurité ; déjà la fille se rendent compte que maman est un neutre et se tourneront vers le père comme un moyen d’obtenir ce qui vous manque, dans les deux positions, l’entrée de la figure paternelle agira afin de placer l’enfant dans le partage des sexes et être responsables de déplacer l’enfant hors de la relation duelle avec la mère. La façon dont l’enfant abordera cette autre entrée et la complexe de castration la structure pour le déplacer dans la structuration de la névrose, psychose ou Perversion.

Maintenant, cependant, votre acceptation de la possibilité de castration, votre reconnaissance que les femmes ont été castrées, mettre un terme aux deux méthodes possibles d’obtenir satisfaction du complexe de Œdipe, une fois tous les deux a entraîné la perte de votre pénis – mâle comme punition et la jeune fille comme une condition préalable. Si la satisfaction de l’amour sur le complexe de Œdipe, l’enfant devrait coûter le pénis, est lié à naître un conflit entre votre intérêt narcissique dans cette partie de votre corps et la cathexis libidinal de leurs objets parents. (FREUD, 1923-1925, p. 104).

Comme auparavant, serait même de prendre la complexe de castration a une importance fondamentale pour le choix de l’enfant dans votre poste en question, lui provoquant une structures cliniques. Dans le cas de la structuration de la psychose castration n’a pas été effectuée, la figure du père qui apporte l’interdiction et la loi a été présentée à l’enfant, en l’absence de l’inclusion de cette autre, promotion de la séparation, bientôt, donc l’enfant ne quittera pas la double relation mère-enfant, Ainsi dans la position et l’étendue des désirs maternels, ne pas reconnaître votre propre souhait, avoir aliéné désir.

La construction de la névrose le long quand l’entrée d’une autre, la figure du père, prendra l’enfant à se rendre compte qu’il y a une autre au-delà de la relation mère-enfant double, et cela empêche la pleine réalisation de la volonté de cet enfant, lui mettant le visage avec le castration, celui-ci apportera les mouvements de l’interdiction, privation.

Dans la structure Perverse l’enfant visualise la volonté de la mère un autre au-delà d’être la figure du père, celui-là, l’enfant se met alors en position de ne pas reconnaître cet autre, tout en interditor vos désirs ou le titulaire des désirs maternels, étant ainsi, l’enfant sera placé en mesure de se déplacer aux désirs maternels, rivalisant avec la Loi, que ce soit paternel, droit ou droit social.

Les structures cliniques au-dessus de discorridas, l’entrée de la figure du père sur la relation duelle mère-enfant auront un rôle clé, parce que la forme et l’intensité que le même est inséré dans la relation mère-enfant, que ce soit dans votre défaut, absence ou présence entraîne la décisif pour structurer le mouvement clinique du sujet.

5. Jouant le rôle de Kevin à la lumière de la théorie psychanalytique

Dans cette rubrique, nous avons l’intention de procéder à l’analyse du film que nous avons besoin de parler à Kevin, qui cherchent à interpréter le film de la base théorique de la psychanalyse. Le film utilise des flash-backs pour remonter les antécédents familiaux Khatchadourian, composé d’Eva, sa mère, Franklin, le père, Kevin (16 ans), fils et personnage principal et Celia (6 ans), fille et soeur.

Eva (nom suggestif, Rappelant la veille biblique, du paradis dans Eden) au milieu de leurs souvenirs commencent à rappeler votre histoire, nous emmène pour rencontrer la famille Khatchadourian, d’un élément fondamental pour le développement de l’histoire et qui se met en marche le passé et présent, la conception de votre fils aîné Kevin.

Kevin est né à un moment où Eva est à l’apogée de votre carrière professionnelle. Eva démontre l’apathie avec l’évolution de la grossesse, Franklin est le gars que vous voulez et accueille le fils se pose. Eva résiste à donner naissance à Kevin durant l’accouchement.  Dans leurs premiers mois de vie, que Kevin montre des pleurs intenses, Eve montre épuisement et ne sachant pas comment satisfaire l’appelé Kevin, démontrant la difficulté dans l’exercice de la fonction maternelle.

Au cours du film, nous pouvons réaliser que la relation mère-fils devient dense, le dialogue entre Eva et Kevin apporte clairement et dit comment la mère ne voulait pas de ce fils et combien même était heureux avant votre naissance.  Kevin à développer illustre l’imposition (demande) à désirs maternels, cherchant l’attention d’Eva en suivant le chemin opposé, demandé par la même, avec une attitude comme s’il voulait demander le regard et le désir maternel. Lacan a écrit :

Ce que vous voulez le sujet ? Il n’est pas sur le simple appel d’attention, le contact ou la présence de la mère, mais l’appétit de votre désir. Depuis cette première symbolisation qui affirme la volonté de l’esquisse de l’enfant-si toutes les complications ultérieures de symbolisation, dans la mesure où votre désir est le désir du désir de la mère. (LACAN, 1957-1958, p. 188).

Il y a une scène pendant le film auquel nous visualisons la relation entre mère et fils, Kevin d’être malade est les soins maternels, où est caressé et chéri par Eve, qui a ensuite lu une histoire de l’arc et flèche, objet à laquelle Kevin se pratique au cours de votre enfance et dolescência et qui sera l’instrument que Kevin utilisera pendant le massacre.

Celia, la soeur de Kevin est générée dans un autre moment de la vie, le désir maternel et les besoins fondamentaux de l’enfant soient respectées, il existe un lien mère-fille, produit par Celia et Eva, à l’encontre de la Constitution de Kevin. L’entrée de cette nouveauté étant dans les tons clairs de film l’importance de la position maternelle lors de la Constitution du sujet, nous visualisons la position de cette maman dans le développement de Celia et Kevin, dans des moments et différentes postures et en entrant chez les sujets avec les structures et les positions différentes.  Selon Lacan (1957-1958, p. 186) « la première interface de réalité concevoir entre mère et fils, et c’est lorsque l’enfant éprouve des réalités de votre premier contact avec le milieu.

Dans votre acte final, Kevin attend la mère hors de la maison, et l’arc et flèche (cadeau de ton père) tue votre père et la soeur ; puis va à l’école et rejoindre que l’institution scolaire tue certains de ses collègues.  Le seul survivant du massacre commis par Kevin sera la figure de la mère qui, pendant le film, portées Kevin vos plus grands dilemmes lors de votre construction et de la Constitution. Quel est le point de Kevin ? Nous nous rendons compte que finalement il a obtenu le regard que les deux réclamés dans votre développement.  Lors du passage de la Loi, pour commettre les meurtres, il attire l’attention de la mère, vous pouvez y brancher votre look.

Après les actes commis par Kevin, Eve est jugée et mises à la place un être qui ne pouvait pas être une mère, souffrant de l’agression physique et psychologique en négligeant la construction et le développement de Kevin, étant considéré comme prenant le blâme ou même avoir un plus grand fardeau de culpabilité pour s actes de ton fils. Nous visualisons que Eva reçoit les agressions afin de sanctionner et de supposer que si quelque chose nous manque Kevin.

Dans ses dernières scènes, le film présente des moments quand Eve tente de remonter dans le détail salle de Kevin, comme si la même recherche-si vous reconstruire quelque chose dans cette relation. Eva réalise des visites à la prison où Kevin est, pendant les premières visites, il n’y a aucun dialogue ou les regards et la veille de deux ans de l’événement, il y a le dialogue final où Eva demande : « vous ne regardez pas heureux ? » Kevin répond : « Un jour j’avais l’habitude d’être heureux ? » Eva : « quel est le point de votre acte ? » Kevin : « je pensais que je savais, maintenant je ne suis pas sûr ».

Considérations finales

Le présent article avait pour objectif principal de discuter sur la façon de vous donner la Constitution du sujet à la lumière de la théorie psychanalytique. Nous cherchons à tracer les chemins d’accès, depuis le point de vue théorique, qui nous amène à devenir objet de notre désir, ce qui provient d’une autre, avec ce désir, nous visualiser comment le contexte familial structurerai celui-ci et sera formateur de ce sujet vous le souhaitez.

La Constitution du sujet à la lumière de la psychanalyse vise à apprécier les différents facteurs qui passent par la construction de l’objet, la figure du père, les liens mère-enfant et le contexte familier, ces éléments seront déplacera l’enfant dans la culture et de la communauté qui appartient, ce complexe familial sera d’une importance fondamentale pour l’objet en cours de construction peut être en interaction entre eux et avec les autres.

Nous utilisons comme un outil pour développer et appliquer la construction théorique psychanalytique qui a servi à cet article, analyse du film que nous avons besoin de parler à Kevin, qui cherchent à comprendre à travers des extraits mettant en cause, en particulier, les personnages centraux le drame tragique, dans cas Kevin (le fils) et Ève (ta mère), afin de mieux comprendre quels actes (sur la dynamique familiale) et facteurs qui indiquent comment ce gars-là (Kevin) si structuré et s’est placé dans le monde. Cependant, il n’était pas notre intention de répondre le pourquoi (s) Kevin dans votre acte final tué leurs camarades de classe, votre sœur et votre père, laissant comme seul survivant de votre mère ; Ce que nous cherchons, roulait les chemins de la Constitution du sujet, de la théorie, prenant le lecteur à remettre en question les questions suivantes avant de tels actes : Comment était la vie de ce sujet ? Ce que le contexte familial qu’elle a été constituée comme discipline ? La question que nous ne cherchons pas à nous déclarer coupable ou innocent, seulement retracer les chemins vers la compréhension et de la construction du sujet qui commettent de tels actes.

Enfin, nous pouvons demander, quelle serait la position structurelle de Kevin, à la lumière de discorrida de la théorie psychanalytique sur cet article ? Dans quelle structure encadrer ? Même si le risque d’une analyse d’un film, comme nous le faisons une psychanalyse rigoureusement appliquée, nous trouve des peuplements importants ou proposer n’importe quelle chance. Notre hypothèse est que le caractère Kevin devant ses relations familiales et leurs dilemmes, peut être formulée comme une structure Perverse, où nous visualisons que Kevin, tout avis ou montre votre plus tendre enfance depuis l’objet de désir de maman est au-delà de lui-même, d’autre part, donne clairement montre qui ne reconnaît pas, cependant, la figure du père comme l’interditor de l’objet de ses désirs, ni la Loi, Kevin dans votre acte final viole la Loi.

Références

FREUD, Sigmund. L’interprétation des rêves. Leipzing : Standart, 1900. 226 p.

FREUD, Sigmund. L’avenir d’une illusion, le malaise dans la civilisation et autres œuvres. Standart, 1927-1931.

FREUD, Sigmund. L’ego et l’Id et autres œuvres.  Standart, 1923-1925.

LACAN (1957-1958). Séminaire, livre 5 : les formations de l’inconscient. Rio de Janeiro : Jorge Zahar, 1999.

Milandre Lima Gomes. Femme mère : les circuits du désir d’amour et de la jouissance. 2006. 434 f. Thèse de doctorat-cours de psychologie, Institut de psychologie, Université de Sao Paulo, Sao Paulo, 2006.

Moreira, Jacqueline de Oliveira. Œdipe de Freud : le mouvement d’une théorie. 2004. 9 f. Thèse de doctorat-diplôme de psychologie, psychologie, Puc-sp, 2004.

SADALA, Gloria ; MARTIN, Maria Helena. La structure en psychanalyse : une énonciation depuis Freud. Agora (Rio J). Vol 14, numéro 2. Rio de Janeiro, 2011.

[1] Communication présentée à l’Université Rn-UnP, dans le cadre des exigences pour l’obtention du titre de psychologue.

[2] Diplômé en psychologie de l’Université au Brésil

[3] Diplômé en psychologie de l’Université au Brésil

[4] Master conseiller dans l’étude de la langue. Professeur à l’Universidade Potiguar

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here