REVISTACIENTIFICAMULTIDISCIPLINARNUCLEODOCONHECIMENTO

Revista Científica Multidisciplinar

Pesquisar nos:
Filter by Categorias
Administration
Administration navale
Agronomie
Architecture
Art
Biologie
Chimie
Communication
Comptabilité
cuisine
De marketing
Dentisterie
Déontologie
Droit
Éducation
Éducation physique
Environnement
Génie Agricole
Génie chimique
Génie de l’environnement
génie électrique
Génie informatique
Génie mécanique
Géographie
Histoire
Ingénierie de production
Ingénierie de production
l'informatique
Littérature
Mathématiques
Météo
Nutrition
Paroles
Pédagogie
Philosophie
Physique
Psychologie
Santé
Science de la Religion
Sciences aéronautiques
Sciences sociales
Sem categoria
Sociologie
Technologie
Théologie
Tourisme
Travaux Publics
Vétérinaire
Zootechnie
Pesquisar por:
Selecionar todos
Autores
Palavras-Chave
Comentários
Anexos / Arquivos

Contributions de l’espièglerie au développement de l’enfant dans la clinique de neuropsychologie

RC: 78553
167
5/5 - (1 vote)
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!

CONTEÚDO

ARTICLE ORIGINAL

SILVA, Vanussa Sampaio Dias da [1], CARVALHO, Priscila Viviane de Sousa [2]

SILVA, Vanussa Sampaio Dias da. CARVALHO, Priscila Viviane de Sousa. Contributions de l’espièglerie au développement de l’enfant dans la clinique de neuropsychologie. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. Année 05, éd.11, vol. 03, p. 49-63. Novembre 2020. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/psychologie-fr/clinique-de-neuropsychologie ‎

ABSTRAIT

L’étude vise à évaluer les apports du jeu dans le développement de l’enfant et sa viabilité en clinique de neuropsychologie, mettant également en évidence son potentiel de communication, d’expression et de projection qui favorise le neuropsychologue un meilleur diagnostic et une meilleure intervention. Nous proposons de rechercher les conceptions des théoriciens sur l’importance du jeu pour le développement des domaines et des compétences indispensables à l’enfant et sur la manière dont cette activité constitue l’une des principales ressources de la clinique de neuropsychologie pour enfants. Les hypothèses sont que l’activité ludique contribue de manière significative au développement de l’enfant, est stimulante et motivante, en plus d’être une ressource importante dans la clinique avec les enfants. La méthodologie utilisée sera bibliographique, qualitative et descriptive. Cette étude est organisée en: Neuroscience et ludique dans la construction du développement de l’enfant, psychologie et ludique dans le développement de l’enfant et ludique comme ressource thérapeutique pour le diagnostic et l’intervention en clinique pour enfants, et nous abordons dans celles-ci les principales conceptions théoriques sur les apports du ludisme dans l’enfance, jusqu’à entrer dans la discussion de celui-ci comme ressource ludique contribue à la clinique dans le diagnostic et l’intervention, en tenant compte de l’importance qu’elle a pour le traitement des enfants en difficulté et / ou retard de développement.

Mots clés: ludique, ressource thérapeutique, neuropsychologie.

1. INTRODUCTION

La neuroscience et la psychologie dans différents domaines, mais parfois interconnectés, ont apporté d’innombrables contributions pour comprendre comment se déroule le développement de l’enfant, en parallèle, les chercheurs dans ces domaines se sont efforcés de rechercher des ressources et des activités importantes, en particulier des activités ludiques, qui contribuent à stimuler et à motiver l’enfance. développement. Des études et des expériences ont été décrites et rapportées dans la littérature sur l’efficacité du jeu, également dans la clinique pour enfants en neuropsychologie.

Le thème a été choisi parce qu’il reconnaît que le jeu a été démontré dans le développement des enfants et dans son utilisation comme ressource dans la clinique de neuropsychologie pour enfants pour le diagnostic et l’intervention.

Les hypothèses sont que l’activité ludique contribue de manière significative au développement de l’enfant, est stimulante et motivante, en plus d’être une ressource diagnostique et thérapeutique importante en clinique avec des enfants qui ont des difficultés et / ou des retards de développement, car on sait que l’acte de le jeu est quelque chose d’intrinsèque, de spontané et de projectif et pour cette raison il apparaît comme une pièce fondamentale pour la communication, l’observation, la collecte d’informations et l’intervention dans le processus de soins cliniques.

L’étude cherche également à contribuer au domaine du développement de l’enfant dans plusieurs aspects et domaines d’intervention, notamment en tant que ressource pour soutenir le thérapeute dans le domaine de la neuropsychologie clinique.

La recherche a pour domaine de connaissance les sciences biologiques et humaines, elle vise à découvrir quelles sont les contributions ludiques dans le développement de l’enfant et dans la clinique de neuropsychologie, en mettant en évidence quelles et de quelle manière ces actions ludiques (jeux, jeux, dessins, contes, entre autres) a une contribution importante à l’identification des difficultés neurologiques, émotionnelles et éducatives de l’enfant.

La recherche telle qu’elle est dans les domaines des neurosciences et de la psychologie sur le jeu, contribue également à la motivation d’adoption et à l’encouragement de cette activité dans de nombreuses situations de la première phase de la vie.

Chercher à en savoir plus sur ce sujet nous offre également la possibilité de souligner quels types de domaines et de compétences cognitives sont des aides ludiques dans le développement et la rééducation, en mettant en évidence ce que pensent les auteurs de neurosciences et de psychologie et leurs contributions en clinique et en rééducation pour les avancées. développement et apprentissage. Nous soulignerons les discours d’auteurs sur le jeu et sa viabilité, parmi lesquels Piaget (1975), Vygotsky (2000), Relvas (2009 et 2015), Meyer (2004), Cunha (1994), Maluf (2004), Kishimoto ( 2002), qui défendent le jeu comme une activité importante de développement et le reconnaissent comme une ressource pour le travail de différents professionnels.

Cette étude est organisée en chapitres: Neuroscience et ludique dans la construction du développement de l’enfant, psychologie et ludique dans le développement de l’enfant et le jeu comme ressource thérapeutique pour le diagnostic et l’intervention en clinique pour enfants, et nous abordons dans ceux-ci les principales conceptions théoriques sur les contributions du jeu dans l’enfance , jusqu’à entrer dans la discussion de celui-ci comme une ressource ludique contribue à la clinique dans le diagnostic et l’intervention, en tenant compte de l’importance qu’elle a pour le traitement des enfants qui ont des difficultés et / ou un retard de développement.

Enfin, le travail cherche à prouver l’efficacité de l’utilisation du ludique comme ressource diagnostique et thérapeutique en clinique, en mettant en évidence comment cette contribution est apportée.

2. LA NEUROSCIENCE ET L’ACTEUR DANS LA CONSTRUCTION DU DÉVELOPPEMENT DE L’ENFANT

La neuroscience en tant que science, interrogée sur les contributions du jeu dans le développement de l’enfant, cherche des réponses sur cette activité importante et intrinsèque pour une enfance saine. Le ludique fait partie d’un thème qui a été largement étudié par plusieurs domaines et présente un biais important dans les possibilités d’agir, soit comme activité de loisir, soit comme ressource et alliée importante dans différents domaines tels que l’éducation, la psychologie et les neurosciences intéressées par le processus cognitifs l’apprentissage de l’enfant.

On voit aujourd’hui dans les différentes études dans le domaine des neurosciences qui suggèrent de nouvelles voies pour la clinique de neuropsychologie auprès d’enfants et d’adolescents, des scores qui ont aiguisé le développement de cette étude. C’est dans la pratique clinique que nous, neuropsychologues, sommes constamment confrontés à des problèmes de développement, nous conduisant à la nécessité de comprendre les capacités et le potentiel cognitif présents chez les individus servis, agissant et intervenant sur ces problèmes, cherchant dans la neuroscience les réponses et les alternatives d’amélioration. dans notre intervention.

La neuroscience est un domaine de connaissances qui étudie plus en profondeur la compréhension du cerveau humain, ainsi que son développement et son fonctionnement, impliquant différents professionnels et révolutionnant les études scientifiques. Il fournit des réponses fiables aux questions sur l’apprentissage humain, aidant à comprendre ce qui est commun à tous les cerveaux. (RELVAS, 2018, p.1).

Relvas (2015) attire l’attention sur les nombreuses limitations fonctionnelles possibles existant dans le système nerveux central et sur la nécessité pour les neurosciences de se préoccuper non seulement de l’étude de ces fonctions et de leurs limites, mais également de l’apprentissage de l’application des méthodologies et des ressources didactiques afin d’améliorer les réseaux neuronaux des apprenants correctement. Il souligne également que c’est un fait de pouvoir résoudre ou atténuer plusieurs difficultés d’apprentissage, à condition que l’élève soit stimulé à des stimuli neuronaux, une fois la connaissance des processus et principes par lesquels passe le cerveau, connaissant et identifiant ses aires fonctionnelles, objectifs d’établir des voies alternatives pour l’acquisition d’apprentissage, en utilisant des ressources sensorielles, avec des instruments de réflexion et d’action.

Selon Relvas (2015) pour déclencher l’apprentissage cognitif, nous avons besoin d’un processus complexe et dynamique qui a conduit à des changements dans les structures fonctionnelles du SNC (Central Nervous System). Les transformations résultent d’un acte moteur et perceptif élaboré dans le cortex cérébral. Nous pensons que le jeu a un grand potentiel pour stimuler les sens et pouvoir accéder aux zones et aux fonctions nerveuses supérieures et déclencher des actions cognitives de plusieurs commandes nécessaires à l’apprentissage.

Sans les contributions de la neuropsychologie, il serait impossible pour nous, universitaires et thérapeutes, de discuter des propositions et des moyens d’améliorer les réseaux neuronaux et de l’utilisation appropriée des ressources et des méthodes d’intervention dans la réadaptation des fonctions supérieures altérées dans le développement des enfants vus à la clinique. . Comme le souligne Relvas (2015), c’est à partir de la stimulation de ces ressources sensorielles, déclenchée par l’utilisation du jeu par exemple, que l’on peut obtenir des réponses à la stimulation des instruments de la pensée et de l’action.

Le chercheur Sousa (2005 apud GUIMARÃES; SILVA 2017, p.126), souligne que:

Le cerveau aime jouer car cette activité stimule le système limbique (responsable du traitement des émotions) et produit du bien-être, du plaisir et de la joie. Le jeu, étant significatif pour le réseau neuronal, renforce les synapses (circuits neuronaux) qui relient le système limbique au néocortex, apportant une prise de décision, c’est-à-dire des compétences rationnelles qui favorisent l’apprentissage.

Par conséquent, il est clair que ces émotions aident à l’apprentissage du cerveau.

Les recherches constantes et les rapports de neuroscientifiques importants renforcent la thèse selon laquelle les informations obtenues par les enfants sont fixées dans la mémoire pendant plus longtemps, en raison de son stimulus, et de cette manière, elles généreront des mécanismes importants d’activation de l’apprentissage.

Le but de nous chercheurs est de prendre les orientations et les indications des chercheurs importants soulignés dans cette étude, de découvrir, en théorie, comment le jeu déclenche des sensations et des sentiments de manière organique et émotionnelle, ce qui en fait un potentialisateur d’importants déclencheurs d’apprentissage basés sur la compréhension du fonctionnement du cerveau au moment d’une activité ludique.

Selon les neurosciences, le jeu libère des émetteurs qui améliorent l’apprentissage sans provoquer de dépression, d’épuisement ou de stress et préparent l’étudiant à de nouvelles compétences tout au long de son apprentissage plus formel. Avec le jeu, le cerveau libère de la dopamine, connue sous le nom d’hormone du plaisir et de noradrénaline. De cette manière, plusieurs autres organes sont activés et améliorent la plasticité cérébrale. Nous aurons comme effet global une large collaboration pour l’apprentissage. (GUIMARÃES; SILVA, 2017, p.127).

Les différents auteurs pointent le jeu comme une activité qui favorise le développement et le bien-être des enfants, cette activité importante, organiquement naturelle et intrinsèque, est quelque chose d’instinctif et de naturel que le bébé apporte déjà comme potentiel, personne ne naît en sachant jouer. , mais personne ne naît sans aucune capacité à développer le jeu. C’est une activité initiée dans l’enfance, complète de développement et indispensable à une saine maturation.

Maluf (2004) souligne que dans le développement de l’enfant, il apprendra d’innombrables jeux et avec lesquels il interagira avec d’autres enfants, les jeux évolueront, mais l’intérêt qui a été observé au début ne sera pas perdu et cela n’est que possible. quand il respecte son rythme. Jouer éveille vos tendances à expérimenter.

Kishimoto (2002) défend que toute activité ludique a sa fonction, et quiconque pratique aura la chance d’un bon développement psychologique et moteur.

A travers des activités ludiques, l’apprenti-matière exerce des compétences de fonctions cognitives, qui sont: la perception, l’attention, la mémoire, le langage et les fonctions exécutives. Le jeu fournit les conditions adéquates pour le développement physique, moteur, émotionnel, cognitif et social, dans lequel les actions visant le jeu stimulent le désir d’apprendre, devenant la porte d’entrée vers le monde extérieur, facilitant l’interprétation du cerveau dans le processus cognitif. (MALUF, 2004).

Il est possible de mettre en évidence dans cette recherche la grandeur du développement cognitif qu’est la parole chez l’enfant, qui selon un travail publié sur le site de la FAPESP, par Schimitd (2019) dans sa thèse souligne que la langue est une dimension importante pour être stimulée et développée dans la petite enfance dont le développement du répertoire verbal dépend d’un appareil biologique approprié et de la manipulation des contingences ontogénétiques et culturelles par la communauté verbale. Fait à souligner, l’enfant étant encore immature dans sa capacité organique, il ne présentera pas un répertoire vocal développé qui lui fournisse des ressources pour une bonne compréhension et une discussion verbale avec le thérapeute.

Malgré cela, on observe que jouer favorise et aide à ne pas comprendre les situations et les sentiments, qui n’a pas encore les ressources et la maturité pour parler, mais que dans la situation ludique se manifeste l’enfant. Selon Silveira et Silvares (2003 apud GADELHA; MENEZES 2004), les activités telles que les jeux, les dramatisations et autres, peuvent montrer un comportement verbal concernant la mise en évidence des sentiments et des états de manque d’affection, en plus de pouvoir renforcer les relations.

Froebel (1912, apud KISHIMOTO 2002, p.27) «conçoit le jeu comme une activité libre et spontanée, responsable du développement physique, moral et cognitif; et les cadeaux de jouets en tant qu’objets qui subventionnent les activités des enfants ». Jouer, en tant qu’activité enfantine, a non seulement la capacité de développer des potentiels, mais il est en soi motivant et invitant, l’enfant refuse difficilement les appels d’un jouet ou d’un jeu. La démotivation face à une activité peut être le signe de problèmes. Qu’elle soit d’origine organique ou psychique.

Pour Cunha (1994, p. 11), «c’est jouer, l’enfant développe son potentiel et ne se sent pas fatigué». Les défis cachés du jeu incitent l’enfant à réfléchir et à atteindre de meilleurs niveaux de performance. Un enfant est, par lui-même, curieux et a une imagination débordante, est connecté au monde et a besoin de cet exercice exploratoire au quotidien pour se développer sainement.

Maluf (2004), parmi d’autres aspects favorables du jeu, met en évidence que le jeu devient un moment où l’enfant démontre sa créativité, son imagination, son intelligence et son potentiel. Grâce au jeu, ils peuvent développer des compétences indispensables à de futures performances professionnelles, telles qu’une bonne attention, une bonne concentration et d’autres compétences psychomotrices.

Dans cette perspective, nous pensons que le jeu en tant que ressource pour le développement de l’apprentissage est un allié important des réseaux de neurones et de l’ensemble du processus de développement, constituant un intérêt pour les neurosciences.

3. LA PSYCHOLOGIE ET ​​L’ACTEUR DU DÉVELOPPEMENT DE L’ENFANT

Il est à noter que le jeu et les jeux sont d’une importance primordiale en ce qui concerne le développement de l’enfant et du point de vue de la psychologie, car en jouant, l’enfant sauve de manière ludique le plaisir d’apprendre, de cesser d’être quelque chose d’imposé et d’être vu dans un Manière naturelle.

Par conséquent, pour Kishimoto (2002, p.1):

Le pouvoir de prendre des décisions, d’exprimer des sentiments et des valeurs, de se connaître, de se connaître, des autres et du monde, de répéter des actions agréables, de partager, d’exprimer son identité individuelle à travers différents langages, d’utiliser le corps, les sens, les mouvements, pour résoudre problèmes et créer. En jouant, l’enfant éprouve le pouvoir d’explorer le monde des objets, des personnes, de la nature et de la culture, de le comprendre et de l’exprimer à travers différentes langues. Mais c’est sur l’imaginaire que le jeu se détache pour la mobilisation des significations. Enfin, son importance est liée à la culture de l’enfance, qui place le jeu comme un outil permettant aux enfants de s’exprimer, d’apprendre et de se développer.

On peut considérer que Guimarães et Silva (2017), ont pris en compte l’importance du jeu, le plaçant à «la place d’une partie intégrante du développement de l’enfant et que sans lui les petits perdent de précieuses opportunités d’apprentissage fondamental pour la construction. de leurs connaissances » et de leur bien-être psychologique.

Le jeu dans les premières années de la vie est essentiel à la croissance, car il est à travers lui et son stimulus sera développé des actions cognitives, sensorielles et motrices, par exemple, la parole, le langage qui facilitera l’interaction et la socialisation avec d’autres enfants, jouer à l’extérieur l’environnement scolaire ou même préscolaire, où ils ont des enfants d’âge similaire ou différent, en raison de l’espace dans lequel il est inséré. Ainsi Guimarães et Silva (2017, p.125), considèrent que:

En jouant avec les autres ou seul, l’enfant utilise toutes ses ressources pour explorer le monde et se connaître, construire sa réflexion et travailler sur ses affections, sa capacité d’initiative et d’être sensible à chaque situation, apprendre à vivre et développer. L’activité de jeu aide les enfants à partager des connaissances, à appartenir à un groupe, à construire leur identité, à communiquer avec eux-mêmes et avec les autres, à établir des relations entre eux, à s’approprier et produire de la culture, à prendre des décisions et à créer.

On ne pouvait manquer de diriger, dans un regard de la psychologie et de sa relation avec le jeu dans l’enfance, vers les théories psychogénétiques de Jean Piaget et Levy Vygotsky.

Afin de comprendre la réflexion de Piaget (1975, p.207) sur le jeu, à laquelle il a mis en évidence les jeux, l’auteur a abordé des concepts tels que l’accommodation et l’assimilation, présents à tous les stades de développement dans un processus continu, et insiste sur «[…] Le le jeu constitue le pôle extrême de l’assimilation du réel au soi ». Ainsi, Piaget (1975) souligne que le jeu peut être présenté à l’enfant dans les premières années, et souligne que dans les premiers stades de développement, le comportement, dans sa majorité, est devenu un jeu, dans le processus d’assimilation. Et il a classé les jeux en «Jeu ​​d’exercice, jeu symbolique et jeu de règles», présents dans les différentes phases et périodes de l’enfant.

La pièce analysée du point de vue socio-historique est comprise comme une activité sociale de l’enfant, dont la nature et l’origine spécifiques sont des éléments fondamentaux pour la construction de la personnalité et la compréhension de la réalité. Et, dans les jeux d’enfants, l’imagination est utilisée, ainsi que l’imitation et les règles à respecter, qui sont soumises à des problèmes psychologiques, tels que: la pensée, le langage, la mémoire, l’attention, la perception et l’apprentissage, valoriser les caractéristiques de l’enfance avec leurs besoins respect de l’âge chronologique, le rôle du jouet en particulier pour l’enfant inséré dans un contexte socioculturel en tant que facteurs influençant la personnalité et l’éducation de l’enfant. (VYGOTSKY, 2000).

4. LE JOUEUR COMME RESSOURCE THÉRAPEUTIQUE POUR LE DIAGNOSTIC ET L’INTERVENTION DANS LA CLINIQUE POUR ENFANTS

Dans une proposition de soins cliniques, le neuropsychologue doit tenir compte de l’âge chronologique et des intérêts de l’enfant, en mettant à disposition des objets et des jouets en qualité et en quantité satisfaisant à leurs exigences. Ces jouets doivent être variés dans leurs différents types de stimuli et zones à travailler, parfois dans des activités libres, parfois sous médiation. Les enfants évalués à la clinique passent par différentes étapes, avec différentes activités et ressources, afin d’identifier les changements dans leur développement et d’intervenir tôt, en dirigeant un plan d’intervention et des lignes directrices.

Certains domaines d’intervention et clinique pour enfants sont unanimes à reconnaître l’importance du jeu comme ressource de gestion clinique diagnostique et thérapeutique, faisant l’objet de nombreuses recherches dans les domaines de la psychopédagogie, de la psychologie, de la neuropsychologie, de la pédiatrie, de la psychiatrie, entre autres.

Au sein de la clinique de l’enfant psychanalyste, l’un des principaux représentants, Winnicott (1975) reconnaît fondamentalement l’importance du jeu dans l’enfance et dans toute forme d’intervention avec lui:

La chose naturelle est le jeu et le phénomène hautement perfectionné du XXe siècle est la psychanalyse. Pour l’analyste, il est toujours utile de se souvenir constamment non seulement de ce qui est dû à Freud, mais aussi de ce que l’on doit à la chose naturelle et universelle que l’on appelle le jeu. (WINNICOTT, 1975, p. 63).

Weiss (2010), un théoricien important de la psychopédagogie clinique, apportera l’importance de la relation thérapeute-méthode-patient mise en évidence par Winnicott (1975) pour parler de la rencontre qui s’établit entre le thérapeute et le patient lorsqu’un espace est ouvert à jouer pendant le diagnostic, où un mouvement vers la santé et la guérison est déjà possible, car selon Winnicott (1975, p.59) «la psychothérapie se déroule dans le chevauchement de deux aires de jeu, celle du patient et celle du thérapeute. La psychothérapie, c’est deux personnes qui jouent ensemble ». Pour une rencontre similaire, le neuropsychologue, dans un acte de jeu, offre au patient cette rencontre, qui est thérapeutique, créant des espaces d’intervention et de guérison sur des problèmes d’apprentissage, ayant une bonne connaissance de la manipulation de cette ressource.

Pour une rencontre similaire, le neuropsychologue, dans un acte de jeu, offre au patient cette rencontre, qui est thérapeutique, créant des espaces d’intervention et de guérison sur des problèmes d’apprentissage, ayant une bonne connaissance de la manipulation de cette ressource tout en l’utilisant. Selon Weiss (2010, p.73):

La session de jeu diagnostique se distingue de la session thérapeutique, car en cela le processus de jeu se produit spontanément, tandis que dans le diagnostic, il y a des limites plus définies. Dans ce dernier cas, des interventions provocantes et limitantes peuvent être faites pour observer la réaction de l’enfant: s’il accepte ou non les propositions, révèle comment il veut ou peut jouer dans cette situation, comment il résiste aux frustrations, comment il élabore les défis et les changements de situation. , etc.

Meyer (2004) renforce la fonction primordiale du jeu dans l’enfance et à quel point le jouet devient un médium thérapeutique et d’intervention important en raison de ses particularités et de son lien avec l’exercice de la simulation de la réalité, qui sont essentiels pour la manipulation clinique dans l’enfance:

Le jouet stimule la représentation, l’expression d’images qui évoquent des aspects de la réalité. Le jouet en tant qu’objet est le matériau qui permet à l’imagination des enfants de circuler. (…) Le jouet finit par se substituer à des objets réels, pouvant ainsi les manipuler. (…) Dans le jeu, le sens de la réalité peut changer: les choses deviennent différentes. Les objets peuvent jouer des rôles différents de ceux qu’ils représentent. (MEYER 2004, p. 38).

Winnicott (1965 apud MALUF 2004), «le jeu des lieux comme espace intermédiaire d’expérimentation auquel contribuent la réalité interne et externe». De cette manière, l’enfant devient capable de relier ses situations internes à sa réalité externe, devenant capable de réagir au contexte et de se percevoir dans le monde.

Pereira (2004, p.40) met en évidence des actions cognitives importantes et complexes impliquées dans le jeu, déclarant que «pour jouer, il faut communiquer et interpréter, sur la base d’une décision de ceux qui jouent».

Le jeu, s’observe dans la pensée de l’auteur comme processus de construction, c’est une succession de décisions et de règles à respecter dans un univers ludique, partagé ou non avec les autres, dans un service clinique ou dans un autre environnement. Il y a des enfants qui demandent désormais à jouer seuls, impliqués dans leur action, dans d’autres ils cherchent à partager le moment ludique.

Selon Wajkop (1999, p.38), lorsque l’adulte se propose d’intervenir auprès de l’enfant, intermédié par une ressource ludique, on lui conseille, «tantôt en tant qu’observateur et organisateur, tantôt en tant que personnage qui explique ou questionne et enrichit le déroulement de l’intrigue, désormais comme lien entre les enfants et l’objet ».

Les activités ludiques nécessitent une première clarification, où l’enfant doit toujours être à l’aise, mettant l’accent sur le jeu, la façon de jouer et la relation qu’il entretient avec le thérapeute, où elle se présente comme ludique comme une activité clinique diagnostiquée. Ainsi, Weiss (2010, p.76) dit:

Comme il s’agit d’un jeu inhérent à l’homme, et pour révéler spontanément sa personnalité intégrale, il favorise l’obtention de données spécifiques et différenciées en relation avec le modèle d’apprentissage du patient. Ainsi, les aspects des connaissances que vous avez déjà, le fonctionnement cognitif et les liens et significations existant dans l’apprentissage, le chemin utilisé pour apprendre et ne pas apprendre, ce que vous pouvez révéler, ce que vous devez cacher et comment vous le faites peuvent être clairement observés. à travers le jeu.

Observé dans les discours des auteurs, le jeu est aussi une ressource thérapeutique, un espace de projections et de sublimations de sentiments et d’expériences négatives, si indispensables à guérir dans certains cas. Lorsqu’il joue, le thérapeute doit, chaque fois que nécessaire, diriger l’activité, effectuer des interventions et rendre l’objectif du jeu clair, en fonction du moment de l’enfant afin que, par le jeu, il puisse travailler son impulsivité, son agressivité, son impulsivité, ainsi que comme apprendre à faire face à la destructivité elle-même. (OLIVEIRA, 2014).

Par conséquent, il a été possible de percevoir que, à l’instar d’Oliveira (2014), que les auteurs mentionnés ci-dessus sont d’accord et voient à quel point il est important d’utiliser des jouets, des jeux et des jeux comme activités thérapeutiques dans les cliniques pour enfants et d’encourager les professionnels, y compris les neuropsychologues, à faire l’utilisation de ces matériaux avec des connaissances adéquates, non seulement en plaçant des jouets pour les enfants uniquement, mais en sachant faire abstraction du moment ludique, le meilleur de l’enfant, les hypothèses sur l’origine de leur problème et en soi une ressource d’aide thérapeutique .

Maluf (2004) attire notre attention sur la participation de l’adulte à jouer avec l’enfant, avec l’élévation possible de l’intérêt de l’enfant à jouer, à se sentir interpellé et honoré par l’adulte. L’adulte, à son tour, peut aider l’enfant à vivre de nouvelles expériences et découvertes enrichissant son apprentissage.

Adoptant la relation thérapeute-enfant, où le thérapeute est doté de techniques, en tant qu’adulte et professionnel, il est mieux à même de contribuer à la croissance et au progrès du patient. Nous devons, comme le souligne Maluf (2004), avoir l’esprit ouvert au jeu, reconnaître son importance pour le développement de l’enfant. La relation entre le jeu et le développement de l’enfant permet de mieux connaître les fonctions mentales importantes, comme le développement du raisonnement et du langage. Aspects importants évalués en clinique de neuropsychologie.

Gadelha et Menezes (2004, p. 62) révèlent que:

Certaines stratégies ludiques ont été utilisées par nous dans la pratique clinique dans le but de favoriser le lien avec l’enfant, d’identifier les concepts et les règles qui régissent son comportement, de vérifier sa relation avec les personnes dans les environnements dans lesquels il est inséré, d’identifier ses sentiments dans relation à elle-même, à certaines personnes et situations, à s’entraîner à la solution des problèmes quotidiens, à développer des compétences, à travailler la confiance en soi et à favoriser la concentration et la détente.

Dans une étude, les principales stratégies ludiques à développer dans la relation thérapeutique avec l’enfant en thérapie comportementale par le psychologue ont été notées de manière intéressante par le chercheur, comprenant à travers l’interaction ludique de l’enfant avec le thérapeute, où il peut développer différentes compétences, il peut travailler sur la confiance en soi et l’estime de soi de l’enfant, développer la concentration et détendre l’enfant lors des réunions cliniques.

5. HYPOTHÈSES

En neuropsychologie, la performance de l’activité ludique aide au développement de domaines importants et de compétences cognitives. Par conséquent, plusieurs chercheurs liés aux neurosciences et à la psychologie sont intéressés à expliquer les contributions du jeu dans le développement de l’enfant comme moyen de stimuler l’utilisation de cette ressource dans différents contextes de l’enfance.

L’utilisation du jeu dans la clinique de neuropsychologie devient une ressource importante dans le diagnostic et le traitement des enfants qui ont des difficultés et / ou un retard de développement, car on sait que l’acte de jouer est quelque chose d’intrinsèque, spontanée et projective de l’enfant, apparaissant pièce fondamentale pour la communication, l’observation, la collecte d’informations et l’intervention dans le processus de soins cliniques.

6. MÉTHODOLOGIE

Le présent travail, dont la recherche a les sciences biologiques et humaines comme domaine de connaissance, vise à mettre en valeur les apports du jeu dans le développement de l’enfant et dans la clinique de neuropsychologie, en soulignant que ces activités ludiques (jeux, jeux, contes, dessins, entre autres)) a une contribution importante dans l’identification des difficultés neurologiques, émotionnelles et éducatives de l’enfant, aide à la thérapie, étant soutenu par des auteurs importants et récents.

Il s’agit d’une recherche qualitative développée, dans le but de comprendre la nature d’un phénomène qui nécessite des connaissances dans plusieurs domaines. Cette méthode a été choisie car elle apporte des réponses aux caractéristiques que présente l’étude, en tenant compte du fait qu’il s’agit de l’approche la plus appropriée. Cette méthode valorise la créativité du chercheur dans la conduite de son enquête, c’est une méthode flexible et non linéaire. Sa flexibilité confère à la méthode un caractère de remise en question des nouveaux concepts et paradigmes issus des phénomènes sociaux, à propos de ces aspects que Minayo (1992, p.98) met en évidence:

[…] Les méthodes qualitatives présentent les grandes possibilités d’opérationnaliser les concepts qui émergent des nouveaux paradigmes. Cette méthode se concentre sur l’interrogation des phénomènes qui se produisent avec l’être humain dans la vie sociale, mais surtout la construction de repères théoriques, à partir des informations issues de la réalité étudiée, qui serviront plus tard de références pour d’autres études.

Cette recherche est qualifiée de bibliographique, pour exploiter des contenus disponibles dans des livres, des articles et des magazines spécialisés, en plus des matériaux disponibles sur le web, afin de contrer les idées de plusieurs théoriciens sur le même thème. Dans cette perspective de recherche, la recherche bibliographique selon Gil (1999, p.65) “permet au chercheur de couvrir un éventail de phénomènes beaucoup plus large qu’il ne pourrait le rechercher directement”.

L’objectif principal de la recherche est, en plus de trouver des résultats, d’analyser et de comprendre le thème, afin de développer et d’améliorer les pratiques cliniques et, par conséquent, de mieux comprendre la méthode d’enseignement et d’apprentissage pour les enfants.

Cette étude est organisée à des fins de meilleure disposition en chapitres, étant que nous abordons les principales conceptions théoriques sur les apports du ludique dans l’enfance, jusqu’à ce qu’entrer dans la discussion de cela comme ressource ludique contribue à la clinique dans le diagnostic et l’intervention, en prenant en tenant compte de l’importance que cela a pour le traitement des enfants ayant des difficultés et / ou un retard de développement.

Par la suite, la recherche bibliographique analysera les informations, les discussions théoriques, la considération finale et la référence bibliographique. De même, il devrait contribuer à la diffusion de l’information, car il devient le sujet de débats entre professionnels et étudiants de différents domaines.

7. CONSIDÉRATIONS FINALES

De nombreux chercheurs en neurologie et en psychologie, entre autres domaines, ont exploré de nombreuses questions sur l’importance du jeu dans le développement de l’enfant, où ils soulignent sa pertinence et sa contribution significative à leur apprentissage avec une influence dans des domaines cognitifs importants;

L’adoption d’une ressource enfantine basée sur le ludisme dans la prise en charge thérapeutique est sans aucun doute liée à l’adoption d’une activité importante dans l’enfance dans un contexte de prise en charge en rééducation, notamment en neuropsychologie, bien qu’il soit possible et indispensable d’y réfléchir dans des contextes différents. et les domaines de pratique des soins primaires.

Le caractère ludique de la clinique pour enfants lorsqu’il est utilisé comme ressource favorise la communication, élargit le répertoire verbal, peut renforcer le comportement verbal de l’enfant à propos duquel le thérapeute aura de meilleures conditions pour comprendre ce qui se passe avec l’enfant, renforçant cette communication, souvent pas verbal.

Dans la clinique de neuropsychologie, l’utilisation du jeu devient un allié important dans le diagnostic et le traitement des enfants qui ont des difficultés et / ou un retard de développement, car on sait que l’acte de jouer est quelque chose d’intrinsèque, spontanée et projective de l’enfant et pour c’est pourquoi il apparaît comme un élément fondamental pour la communication, l’observation, la collecte d’informations et l’intervention dans le processus de soins cliniques.

RÉFÉRENCES

CUNHA, N. H. da S. Brinquedoteca: um mergulho no brincar. São Paulo: Maltese, 1994.

GADELHA, Yvanna Aires; MENEZES, Izane Nogueira de. Estratégias lúdicas na relação terapêutica com crianças na terapia comportamental. Univ. Ci. Saúde, Brasília, v. 2, n. 1, jan./jun. 2004. Disponível em: http://publicacoes.uniceub.br/index.php/cienciasaude/article/view/523/344. Acesso em: 05 maio 2020.

GIL, Antonio Carlos. Métodos e técnicas de pesquisa social. São Paulo: Atlas, 5ª ed. 1999.

GUIMARÃES, Adriana I. & SILVA, Carlos A. S. da. A Neurociência Do Lúdico Na Aprendizagem. Revista Acadêmica RPGM, São Paulo, v. 1, n. 1, p. 121-130, mar./jun. 2017. Disponível em: http://fics.edu.br/index.php/rpgm/article/view/475. Acesso em: 05 maio 2020.

KISHIMOTO, Tizuko Morchida. Froebel e a concepção de jogo infantil. In: ___. (Org). O brincar e suas teorias. São Paulo: Pioneira Thomson Learning, 2002.

MALUF, Cristina Munhoz. Brincar, Prazer e Aprendizado. Editora Vozes. 3ª edição. 2004.

MEYER, Ivanise. C. R. Brincar e Viver. Projetos em Educação Infantil. 2ª ed. WAK Editora. Rio de Janeiro, RJ. 2004. 145 p

MINAYO, Maria Cecília de Souza. O desafio do Conhecimento: pesquisa qualitativa em saúde. 2. Ed., São Paulo: Hucitec/ Abrasco, 1992.

OLIVEIRA, Vera Barros (Org). O brincar e a criança do nascimento os seis anos. 11ª edição. Editora Vozes. Petrópolis, RJ. 2014. 182 pg.

PEREIRA, Mary Sue. A Descoberta da criança, introdução à educação infantil. Rio de Janeiro: Wak, 2004.

PIAGET, Jean. O nascimento da inteligência na criança. Rio de Janeiro, Zahar. 1975.

RELVAS, Marta Pires. Neurociências e Transtornos de Aprendizagem. As múltiplas eficiências para uma educação inclusiva. 6ª ed. Ed. WAK Rio de Janeiro. 2015. 143 p.

RELVAS, Marta Pires. Neurociência: a aprendizagem e o brincar na infância; entenda essa relação. Vya Estelar. 2018. Disponível em: https://www.vyaestelar.com.br/post/11523/neurociencia-a-aprendizagem-e-o-brincar-na-infancia-entenda-essa-relacao. Acesso em: 05 maio 2020.

SILVA, Vanussa S. D. da. O lúdico como recurso metodológico na inclusão de alunos com deficiência intelectual no ensino fundamental. Tese de Conclusão de Pós-graduação de Educação Especial e Inclusiva. UEMA. São Luís/MA. 2019. 22p.

SOUSA, E. C. M., FERNANDES, F. E. M. C., SILVA, H. C. M da. Enquanto eu brinco, eu aprendo?! Reflexões acerca da Neurociência. IV Colóquio Internacional Educação, Cidadania e Exclusão. Didática e Avaliação, 2015. Disponível em: http://docplayer.com.br/22898539-Enquanto-eu-brinco-eu-aprendo-reflexoes-acerca-da-neurociencia.html. Acesso em: 05 maio 2020.

SCHIMIDT, Andréia Aprendizagem do repertorio verbal na educação infantil: um estudo exploratório. Tese de mestrado. Biblioteca Virtual da FAPESP. FFCLRP/ USP. Ribeirão Preto. 2019. Disponível em: https://bv.fapesp.br/pt/bolsas/173468/aprendizagem-do-repertorio-verbal-na-educacao-infantil-um-estudo-exploratorio/. Acesso em: 05 maio 2020.

VIGOTSKI, L.S. A construção do pensamento e da linguagem. São Paulo: Martins Fontes, 2000.

VYGOSTSKY, L. S. A Formação Social da Mente. Martins Fontes – São Paulo. 5ª edição, 1994.

VYGOTSKY, Lev Semenovich. A formação social da mente. 6. ed. São Paulo: Martins Fontes, 1998.

WAJKOP, Gisela. Brincar na pré-escola. São Paulo: Cortez, 1999.

WEISS. Maria Lúcia Lemme. Vencendo as dificuldades de aprendizagem escolar. Rio de Janeiro: Wak Ed., 2010.

WINNICOTT, D. W. O brincar e a realidade. Trad. José Octavio de Aguiar Abreu e Vanede Nobre. Rio de Janeiro: Imago. 1975;

[1] Diplômé en Licence de Psychologie de l’Université Fédérale de Maranhão, post-universitaire en Psychopédagogie du CAPEM, Neuropsychologie du SINAPSE et post-universitaire de l’UEMA en Éducation Spéciale et Inclusive.

[2] Conseiller. Maître des arts. Graduation en plein diplôme en lettres / anglais.

Soumis: Février 2020.

Approuvé: Novembre 2020.

5/5 - (1 vote)
Vanussa Sampaio Dias da Silva

Une réponse

  1. hola buenas tardes soy estudiante de psicologia de argentina y estoy haciendo un trabajo para una catedra en cual queria saber si me podrias facilitar articulo enviandome a mi correo “el Aportes del juego al desarrollo infantil en neuropsicología clínica” desde ya muchas gracias

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

SOLICITAR REGISTRO
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita