REVISTACIENTIFICAMULTIDISCIPLINARNUCLEODOCONHECIMENTO

Revista Científica Multidisciplinar

Pesquisar nos:
Filter by Categorias
Administration
Administration navale
Agronomie
Architecture
Art
Biologie
Chimie
Communication
Comptabilité
cuisine
De marketing
Dentisterie
Déontologie
Droit
Éducation
Éducation physique
Environnement
Génie Agricole
Génie chimique
Génie de l’environnement
génie électrique
Génie informatique
Génie mécanique
Géographie
Histoire
Ingénierie de production
Ingénierie de production
l'informatique
Littérature
Mathématiques
Météo
Nutrition
Paroles
Pédagogie
Philosophie
Physique
Psychologie
Santé
Science de la Religion
Sciences aéronautiques
Sciences sociales
Sem categoria
Sociologie
Technologie
Théologie
Tourisme
Travaux Publics
Vétérinaire
Zootechnie
Pesquisar por:
Selecionar todos
Autores
Palavras-Chave
Comentários
Anexos / Arquivos

Effets psychologiques de l’isolement social au Brésil pendant la pandémie de COVID-19

RC: 124814
96
Rate this post
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!

CONTEÚDO

ARTIGO DE REVISÃO

MAGALHÃES, Ricardo Antonio [1], GARCIA, July Mesquita Mendes [2]

MAGALHÃES, Ricardo Antonio. GARCIA, July Mesquita Mendes. Effets psychologiques de l’isolement social au Brésil pendant la pandémie de COVID-19. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. Année 06, Éd. 01, Vol. 01, p. 18-33. Janvier 2021. ISSN : 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/psychologie-fr/isolement-social

RÉSUMÉ

Dans cette étude, les impacts du Covid-19 sur la santé mentale ont été évoqués. Plus précisément les maladies mentales observées lors de l’isolement social causé par la pandémie. L’étude visait à répondre à la question suivante : quels sont les effets psychologiques observés dans la littérature actuelle sur l’isolement social causé par le COVID-19 ? Quant à la nature de cette recherche est caractérisée comme appliquée, par rapport à sa forme d’approche comme qualitative, en ce qui concerne ses objectifs la recherche est classée comme descriptive et en termes de procédures techniques comme une enquête. En conséquence, il a été observé que le Covid-19 entraîne des changements dans la santé mentale de la population avec une augmentation du nombre de symptômes de trouble de stress post-traumatique, de troubles anxieux et d’affects négatifs après la fin de l’isolement social. L’éloignement physique a réduit la disponibilité de nombreux soutiens familiaux, sociaux et psychiatriques. Les personnes atteintes de maladie mentale grave et de désavantages socio-économiques associés sont particulièrement exposées aux effets directs et indirects de la pandémie. Cependant, il est conclu que le COVID-19 cause non seulement des problèmes de santé physique, mais entraîne également un certain nombre de troubles psychologiques. La propagation de la COVID-19 peut avoir un impact sur la santé mentale des personnes dans différentes communautés.

Mots clés : Covid-19, Isolement Social, Santé Mentale.

1. INTRODUCTION

En décembre 2019, la Chine a informé l’Organisation mondiale de la santé (OMS) d’une épidémie d’une nouvelle maladie, similaire à la pneumonie. Cette maladie, transmise par le nouveau coronavirus, identifié plus tard comme Sars-Cov-2, a été appelée COVID-19. En janvier 2020, de nouveaux cas de COVID-19 ont été signalés en dehors de la Chine, incitant l’OMS à déclarer une urgence de santé publique internationale. En Amérique latine, le premier cas enregistré a eu lieu à São Paulo, au Brésil, le 25 février 2020. Selon le rapport de situation 115, publié par l’OMS, jusqu’au 14 mai 2020, 4 248 389 cas ont été confirmés et 292 046 décès dus à la maladie à l’échelle mondiale. Au Brésil, à la même date, 177 589 cas et 12 400 décès ont été confirmés, selon le bulletin quotidien de l’OMS (WHO, 2020). Dans cette situation, le statut de la maladie a changé, en raison du taux élevé de transmission du virus et de sa propagation dans le monde, passant à la classification d’une pandémie, selon le rapport de situation nº 114, publié par l’OMS.

Plus de 180 pays à travers le monde ont enregistré la présence du COVID-19, et à travers la propagation de ce virus, plusieurs autorités gouvernementales ont adopté différentes stratégies, visant à réduire le rythme de sa progression (KRAEMER et al., 2020). Étant identifié comme une maladie principalement respiratoire, le COVID-19 peut être transmis d’une personne à l’autre par des gouttelettes de salive, des éternuements, de la toux et des mucosités, ainsi que par un contact étroit avec la bouche, le nez, les yeux ou des objets et surfaces contaminés (TEIXEIRA, 2020).

L’évolution rapide de la situation a radicalement modifié la vie des gens ainsi que divers aspects de l’économie mondiale, tant publique que privée. Les baisses du tourisme, de l’aviation, de l’agriculture et de l’industrie financière, en raison de la pandémie de COVID-19, sont signalées comme des réductions massives des aspects de l’offre et de la demande de l’économie qui sont devenues des conséquences inévitables et qui ont dépendu de l’adoption de stratégies par gouvernements.

Parmi les stratégies nécessaires, il apparaît que la distanciation sociale a été la première mesure préventive adoptée dans le but d’éviter les agglomérations, afin de maintenir au moins un mètre et demi de distance entre les personnes, ainsi que l’interdiction des événements qui rassemblent un grand nombre d’individus (écoles, universités, concerts, centres commerciaux, académies sportives, événements sportifs, entre autres) (REIS et al., 2020).

De ce point de vue, on observe qu’avec la pandémie de COVID-19, un état de panique sociale surgit au niveau mondial et le sentiment d’isolement social déclenche des sentiments (d’angoisse, d’insécurité et de peur), qui peuvent se prolonger même après le virus contrôle (HOSSAIN et al., 2020).

En ce sens, malgré le fait que l’isolement social soit une mesure largement utilisée dans le domaine de la santé publique visant à préserver la santé physique de l’individu, il est essentiel de penser à la santé mentale et au bien-être des personnes soumises à cette période d’isolement social. Soulignant ce fait, cette étude visait à effectuer une analyse des conséquences causées en santé mentale, suite à la période d’isolement social pendant la pandémie de COVID-19, en prononçant, à la fin, des stratégies d’adaptation pour les minimiser.

Au Brésil, il apparaît que la grande inégalité sociale et régionale a entravé le processus d’isolement, puisque la population de personnes pauvres et extrêmement pauvres, qui représentent plus de 66 millions de Brésiliens, doit quitter son domicile à la recherche de sa subsistance et de la famille, augmentant ainsi le risque d’infection et de transmission du nouveau Coronavirus (OLIVEIRA et al., 2020).

Dans ce contexte, la praticabilité de l’isolement social pendant la pandémie se traduit par l’exposition de la souffrance d’une grande partie de la population, causée par des préoccupations exacerbées telles que: les problèmes liés à l’économie et l’explosion des nouvelles, ainsi que d’autres problèmes liés à la réalité de chacune des personnes qui entretiennent des relations au quotidien. De tels facteurs peuvent provoquer la manifestation ou l’aggravation de symptômes psychologiques tels que l’anxiété, le stress et la dépression (ORNELL et al., 2020). Il convient de mentionner qu’il n’y a pas qu’un seul groupe spécifique qui souffrira des effets de l’isolement social, donc toutes les personnes sont sujettes aux effets psychologiques causés pendant cette période de pandémie, quel que soit leur âge ou leur groupe social (MARTINS et al., 2020).

Les incertitudes et les peurs associées à la pandémie de coronavirus, ainsi que les fermetures massives et la récession économique, ont montré qu’elles avaient le potentiel d’augmenter l’incidence du suicide, ainsi que les troubles mentaux associés au suicide (MAVROUDEAS, 2020).

À différents niveaux, le processus d’isolement social a eu de nombreux impacts sur la vie des gens. En ce sens, cette recherche a cherché à comprendre les principaux effets de l’isolement social, en analysant les facteurs qui coopèrent ou entravent ce processus, en corrélant également certaines caractéristiques socio-économiques de la population avec des facteurs liés à l’isolement social.

Le but de cet article tend vers le domaine de la psychologie et traite de la perspective de la production de matériel informatif visant la santé mentale de la population présente dans un scénario très délicat concernant la confrontation de COVID-19. Parler de santé mentale en temps de pandémie est crucial, car l’éloignement et/ou l’isolement social est présent parmi les mesures préventives, ce qui est considéré comme l’une des plus percutantes, car il peut amener les gens à développer divers troubles émotionnels, tels que tels comme le stress, l’anxiété, la panique entre autres (RIBEIRO, 2020).

Pour obtenir les résultats, nous avons opté pour la méthode de revue systématique de la littérature avec une approche qualitative et exploratoire, dans laquelle les auteurs visaient à : mieux comprendre les impacts sur la vie quotidienne de la population face à l’isolement social par le coronavirus, plus explicite.

2. MÉTHODOLOGIE

Quant à la nature, cette recherche est qualifiée d’appliquée, par rapport à son approche qualitative, en ce qui concerne ses objectifs la recherche est classée comme descriptive et en termes de procédures techniques comme une enquête.

La collecte de données a été traitée à partir d’une enquête bibliographique par consultation, réalisée en accédant à des plateformes numériques telles que la bibliothèque virtuelle d’Estácio, le portail de périodiques EBSCO-Estácio, DynaMed Periodicals, Meu Pergamum e acervo, SciELO, PubMed, Lilacs, Bireme, Google Academic et Capes Journal.

Les mots : « COVID-19 », « pandémie », « santé mentale », « maladies mentales », « isolement social » ont été utilisés comme descripteurs afin de délimiter la recherche. Les publications en portugais, anglais et espagnol, publiées dans des revues indexées de 2004 à 2020, ont été prises en compte.

Le critère d’inclusion était l’admission de bibliographies ayant répondu à la question directrice liée à l’objectif général de cet article : Quels sont les effets psychologiques observés dans la littérature actuelle sur l’isolement social causé par le COVID-19 ? Ensuite, les résumés des publications ont été lus et ceux qui ne répondaient pas à des critères tels que, par exemple, la mention de cas sur le territoire brésilien, ou la présentation de caractéristiques culturelles différentes de la réalité brésilienne, ont été exclus.

3. RÉSULTATS

Sur les 110 publications relevées à l’aide des descripteurs, 60 ont été écartées car ne répondant pas aux critères d’inclusion, enfin, la dernière étape renvoyant à la lecture intégrale des 50 publications restantes, a permis d’en retenir 38 pour la production finale de cet article et que répondent aux critères d’inclusion et d’exclusion.

Tableau 1 – Sélection des publications par thème, auteurs et année.

Thème Auteurs An
Effets psychologiques de l’isolement social Brooks et al.;

Zanon et al.;

JOHAL.

2020

2020

2009

La santé mentale et la pandémie de COVID-19

 

WHO;

DE MORAES, et al.;

YAO et al.;

HAO et al.;

KOZLOFF et al.;

FERNÁNDEZ-ARANDA et al.;

CARR.

2020

2020

2020

2020

2020

2020

2020

Psychopathologies liées à l’isolement social MARTINS et al.;

BROOKS et al.;

RUBIN et al.;

NERIA et al.;

LIM et al.;

HOLMES et al.

2020

2020

2020

2011

2018

2020

Stratégies de suivi des psychopathologies issues de l’isolement social BONANNO;

BONANNO et al.;

BLACK; LOBO;

BONANNO, et al.;

2004

2008

2008

2015

Impacts du COVID-19 au Brésil AQUINO et al.;

GANEM et al..

2020

2020

Source : Auteurs

Certains auteurs ont été utilisés dans plus d’un thème.

Ensuite, les principaux effets observés du Covid-19 sur la santé mentale seront présentés à travers l’enquête sur les effets psychologiques de l’isolement social, la relation entre la santé mentale et le COVID-19, les principales psychopathologies observées dans l’isolement social et les stratégies utilisées dans le suivi de ces psychopathologies.

3.1 EFFETS PSYCHOLOGIQUES DE L’ISOLEMENT SOCIAL

Brooks et al., (2020) ont effectué une revue de la littérature récente sur les effets psychologiques de l’isolement social sur des participants de dix pays qui ont été soumis à l’isolement parce qu’ils ont été exposés à Ebola, à la grippe H1N1, au SARS (syndrome respiratoire aigu sévère) et au MERS (syndrome respiratoire du Moyen-Orient), parmi d’autres virus d’épidémies/pandémies précédentes, dans lesquels certains facteurs prédictifs de détresse psychologique ont été observés.

Les indicateurs concernant la démonstration d’antécédents de troubles psychiatriques et le fait d’être un professionnel de la santé, par exemple, prédisaient des émotions négatives durables. Les professionnels de la santé, en plus de manifester une variété d’émotions négatives après l’isolement social (tristesse, nervosité, culpabilité), ont indiqué qu’ils subissaient une plus grande stigmatisation par rapport aux autres professionnels. Ces données indiquent une plus grande disponibilité à la souffrance mentale et, par conséquent, un plus grand besoin d’intervention.

D’autres facteurs observés comme précurseurs d’une plus grande souffrance mentale étaient la durée de la période d’isolement social pendant plus de dix jours, la peur d’être infecté ou d’infecter les autres, la frustration, l’ennui, le manque de fournitures et une information inadéquate sur la maladie (Brooks et al. , 2020). Certains de ces indicateurs étaient liés à un plus grand nombre de symptômes de l’état de stress post-traumatique (TEPT), de troubles anxieux et d’affects négatifs après la fin de l’isolement social. Ainsi, les pertes financières et la stigmatisation, ainsi que d’autres conditions défavorables causées par l’isolement social, ont été identifiées comme des facteurs de risque pour le développement de troubles mentaux et d’affects négatifs prolongés.

Il a également été identifié que les pertes financières sont le facteur de risque le plus important dans le développement de troubles mentaux liés aux familles de faible statut socioéconomique, en raison de la représentation de ces revenus à ces familles et de l’impact de la perte de celui-ci (Brooks et al., 2020). Les preuves montrent que 30% de l’échantillon de certaines études sur les participants soumis à l’isolement social avaient des critères pour le diagnostic du TEPT (ZANON et al., 2020).

La prévalence continue des symptômes traumatiques chez les personnes exposées à des pandémies, soumises à des périodes d’isolement social, peut éventuellement s’expliquer par le fait que la peur et la perception du risque fonctionnent comme des amplificateurs d’informations peu claires, ce qui est courant dans les premières périodes d’épidémies (JOHAL , 2009). Outre le manque de connaissances sur la maladie et l’absence de vaccins et de médicaments représentent d’autres facteurs pertinents. En ce sens, la couverture des pandémies par des sources d’information authentiques est un facteur déclenchant de la peur, car elles rapportent quelque chose d’important et, peut-être, l’existence d’une éventuelle menace pour la population, difficile à contrôler.

3.2 LA SANTÉ MENTALE ET LA PANDÉMIE DE COVID-19

Les urgences de santé publique peuvent affecter la santé, la sécurité et le bien-être des individus et des communautés par des pertes économiques, des fermetures d’emplois et d’écoles, une utilisation inappropriée des ressources de soins de santé et une mauvaise répartition des produits de première nécessité. Ces effets peuvent se traduire par une gamme de réactions émotionnelles perçues par le biais de souffrances ou de troubles psychiatriques, de comportements malsains tels que la toxicomanie et le non-respect des directives de santé publique (telles que le confinement à domicile et la vaccination) chez les personnes qui contractent la maladie, et dans le population générale. La recherche sur la santé mentale en cas de catastrophe a établi que la détresse émotionnelle est fréquente dans les populations touchées – une découverte qui trouvera certainement un écho auprès des populations touchées par la pandémie de Covid-19 (WHO, 2020a).

La pandémie de Covid-19 a des implications alarmantes pour la santé individuelle et collective et pour le fonctionnement émotionnel et social. Les prestataires de soins, déjà débordés, en plus de fournir des services de soins de santé, ont un rôle important dans le suivi des besoins psychosociaux et le soutien psychosocial à leurs patients, aux professionnels de santé et au public – des activités qui doivent être intégrées aux soins médicaux généraux pour un pandémie (DE MORAES et al., 2020).

Les personnes atteintes de troubles mentaux préexistants ont signalé une augmentation des symptômes et un moins bon accès aux services et au soutien depuis le début de la pandémie de COVID-19 (YAO et al., 2020). Les sorties précoces des unités psychiatriques et l’interruption des soins psychiatriques en face à face sont devenues courantes, avec des conséquences négatives qui peuvent inclure des rechutes, des comportements suicidaires, le manque d’accès aux soins médicaux et l’isolement social. La quarantaine et le confinement peuvent particulièrement affecter les personnes ayant des problèmes de santé mentale préexistants : une augmentation des symptômes d’anxiété et de dépression et des taux élevés de trouble de stress post-traumatique et d’insomnie ont été signalés (HAO et al., 2020).

Parallèlement, l’éloignement physique a réduit la disponibilité de nombreux soutiens familiaux, sociaux et psychiatriques. Les personnes atteintes de maladie mentale grave et de désavantages socio-économiques associés sont particulièrement exposées aux effets directs et indirects de la pandémie (KOZLOFF et al., 2020). De même, une augmentation des symptômes et de la vulnérabilité a été signalée pendant la pandémie de COVID-19 chez les personnes atteintes de troubles de l’alimentation, de troubles du spectre autistique, de démence et de déficiences intellectuelles et développementales (FERNÁNDEZ-ARANDA et al., 2020). Le confinement à domicile, la perturbation de la routine quotidienne et l’éloignement physique peuvent tous aggraver ces conditions et poser un défi aux usagers des services et aux soignants.

De nombreux pays ont des équipes dédiées pour fournir un soutien en santé mentale aux professionnels de la santé et aux services de liaison psychiatrique. Le soutien nécessaire dépend du stade de la pandémie. De nombreuses questions demeurent quant à la manière d’atténuer les effets de la pandémie de COVID-19 sur la santé mentale. Les professionnels de la santé mentale ayant de l’expérience dans les sciences sociales et les services communautaires devraient également conseiller aux régulateurs d’élaborer, de mettre en œuvre et d’évaluer des stratégies pour faire face à la pandémie et à ses conséquences.

Pour les personnes en détresse aiguë qui risquent de développer une maladie de longue durée et celles qui ne font pas confiance aux services de santé mentale conventionnels ou ne s’y adonnent pas, il est particulièrement important de faciliter un accès diversifié et flexible aux soins de santé mentale. Les organisations communautaires, les utilisateurs locaux et les familles, ainsi que les petites initiatives indépendantes de soutien par les pairs se sont rapidement mobilisés pour fournir une aide et des conseils immédiats pendant la pandémie. Ces services de soutien communautaire ont réagi de manière proactive à la COVID-19 différemment des services cliniques conventionnels et pourraient s’étendre de manière rentable pour répondre à une augmentation prévue de la demande de services (CARR, 2020). Cependant, ils peuvent ne pas être appropriés ou suffisants pour tout le monde et doivent donc compléter, mais non remplacer, les soins de santé mentale conventionnels.

3.3 PSYCHOPATHOLOGIES LIÉES À L’ISOLEMENT SOCIAL

Une grande partie des nouvelles publiées sur COVID-19 sont affligeantes et parfois les nouvelles sont associées à des rumeurs, c’est pourquoi les niveaux d’anxiété augmentent lorsqu’une personne est constamment exposée aux nouvelles de COVID-19. La désinformation et les rapports fabriqués sur le COVID-19 peuvent exacerber les symptômes dépressifs dans la population générale.

Les recherches émergentes sur les effets psychologiques du COVID-19 se sont principalement concentrées sur la compréhension des réactions excessives de peur ou d’anxiété. Un phénomène tout aussi important mais négligé concerne l’absence de peur et d’anxiété face au COVID-19 ; en fait, les personnes peu anxieuses face à une épidémie infectieuse sont moins susceptibles de respecter les recommandations de santé publique (p. ex. distance sociale).

Dans les pays sous-développés et en développement, dont le Brésil, les conditions épidémiques de COVID-19 imposent des effets psychologiques plus importants sur la population, car ces pays sont également touchés par de nombreuses autres maladies infectieuses telles que les maladies endémiques qui se transmettent par des vecteurs et qu’aujourd’hui encore, il a encore une incidence élevée dans ces populations. L’incertitude quant à l’état de santé, au suivi des patients, aux soins de traitement et à l’inefficacité de ces communautés peut également accroître la vulnérabilité de ces communautés aux effets psychologiques de la COVID-19 (MARTINS et al., 2020).

La nervosité et l’anxiété dans une société affectent tout le monde dans une large mesure. Des preuves récentes suggèrent que les personnes maintenues en isolement et en quarantaine éprouvent des niveaux importants d’anxiété, de colère, de confusion et de stress (BROOKS et al., 2020). En général, toutes les études qui ont examiné les troubles psychologiques pendant la pandémie de COVID-19 ont rapporté que les personnes touchées présentent divers symptômes de traumatisme mental, tels que la détresse émotionnelle, la dépression, le stress, les sautes d’humeur, l’irritabilité, l’insomnie, le trouble déficitaire de l’attention, l’hyperactivité, stress post-traumatique et colère (RUBIN et al., 2020).

La recherche a également montré qu’une exposition fréquente aux médias peut causer de la détresse (NERIA et al., 2011). Cependant, dans la situation actuelle, il est difficile de prédire avec précision les conséquences psychologiques et émotionnelles de la COVID-19. Les résultats d’études épidémiologiques montrent que les femmes sont plus à risque de dépression. Les femmes sont plus vulnérables au stress et au trouble de stress post-traumatique que les hommes (LIM et al., 2018).

Des études récentes ont révélé une association entre les antécédents médicaux et l’augmentation de l’anxiété et de la dépression causées par la propagation du COVID-19. Des travaux de recherche antérieurs ont montré que les antécédents médicaux et les maladies chroniques sont associés à des niveaux accrus de détresse psychiatrique. Les personnes ayant des antécédents de problèmes médicaux et en mauvaise santé peuvent se sentir plus vulnérables à une nouvelle maladie (HOLMES et al., 2020).

3.4 STRATÉGIES DE SUIVI DES PSYCHOPATHOLOGIES DÉCOULANT DE L’ISOLEMENT SOCIAL

La principale tâche psychologique de la plupart des gens pendant la pandémie est de réduire au minimum la souffrance. Cependant, face à l’incertitude engendrée par la pandémie, les questions fusent. Dans quelle mesure la résilience sera-t-elle courante ? Que peuvent faire les individus face à la pandémie de COVID-19 pour maintenir leur résilience ? Les études spécifiques au COVID-19 qui peuvent répondre à ces questions ne font que commencer. Cependant, des recherches antérieures liées aux épidémies et aux catastrophes naturelles ont fourni des informations importantes qui peuvent fournir des lignes directrices pour nous aider à surmonter la pandémie. Dans ce commentaire, nous abordons ces questions importantes et suggérons quelques directions de recherche importantes.

Les études sur l’exposition à un stress extrême, comme les épidémies, ont fait état d’une prévalence plus élevée de psychopathologie et d’un taux de résilience plus faible par rapport aux études qui n’examinaient que des événements modérément aversifs. Dans tous les types d’études et d’approches de modélisation, la proportion d’individus résilients était en moyenne d’environ deux tiers (BONANNO, 2004).

Pour les personnes infectées par la COVID-19, il peut être particulièrement important de mobiliser le soutien social, d’augmenter les comportements de recherche d’aide et de maintenir des soins physiques continus pour maintenir la résilience (BONANNO et al., 2008).

Au niveau familial, des études ont identifié certains facteurs de résilience, tels que l’adaptabilité, la cohésion familiale, une bonne communication et une gestion financière adéquate (BLACK ; LOBO, 2008). Bien que ces études contribuent à notre compréhension des trajectoires individuelles, peu d’études ont spécifiquement examiné les résultats résilients au niveau des ménages (BONANNO et al., 2015). Étant donné que de nombreuses personnes sont mises en quarantaine avec des membres de leur famille, il est important d’envisager des voies vers la résilience au niveau familial.

Au niveau communautaire, les résultats résilients sont plus susceptibles de se produire dans les communautés avec une plus grande cohésion sociale, des taux de criminalité plus faibles et moins d’exposition aux catastrophes. D’autres facteurs importants incluent l’impact négatif possible des disparités en matière de santé telles que l’accès aux soins de santé et le statut socio-économique sur la peur et l’anxiété (BONANNO et al., 2015). La recherche visant à mieux comprendre les origines des disparités en matière de santé dans le contexte de la COVID-19, les effets de l’inégalité perçue en matière de santé sur la psychopathologie et les politiques associées qui s’efforcent de combler l’écart d’inégalité sont essentielles au maintien de la résilience communautaire.

3.5 IMPACTS DU COVID-19 AU BRÉSIL

Le Brésil a enregistré le premier cas en Amérique latine en février 2020, après confirmation en laboratoire du COVID-19, le patient a reçu des soins standardisés par surveillance épidémiologique, restant en isolement à domicile, tandis que les membres de la famille qui ont eu des contacts avec le sujet, à l’hôpital où il était traités et sur le vol de retour d’Italie, ont fait l’objet d’une enquête. Depuis, l’épidémie s’est propagée dans tout le pays. Il est important de noter que le Brésil n’ayant pas adopté de stratégies de dépistage complètes dans la population, il existe une forte possibilité de sous-déclaration du nombre de cas et de décès (AQUINO et al., 2020).

Étant donné que les progrès technologiques résultent des progrès des politiques et des pratiques humaines et sociales, il est entendu que la santé mentale est essentielle au maintien des capacités de créativité et de productivité humaines. De cette façon, l’étude est justifiée par la nécessité de mieux cibler et orienter les campagnes et les propositions pour contrôler la propagation du COVID-19, puisque les niveaux de santé mentale de la population se reflètent dans le comportement des citoyens, qui peuvent se conformer plus ou moins moins aux politiques de distanciation.

Bien que la loi nº 13.979/2020, qui traite des mesures de lutte contre le COVID-19 au Brésil, soit en vigueur depuis le 7 février, c’est-à-dire depuis le moment précédant le début officiel de l’épidémie, le président de la république a sous-estimé sa pertinence, tout en restant l’un des rares dirigeants mondiaux à nier la menace qu’il représente. Plusieurs articles journalistiques communiquent leur opposition aux mesures adoptées dans les États et les municipalités et encouragent leurs partisans sur les réseaux sociaux à ne pas respecter les recommandations de distance sociale. Une impasse politique claire s’est installée entre le président et le ministre de la Santé de l’époque, qui a défendu les mesures guidées par l’OMS et soutenu les initiatives locales et régionales plus strictes de mesures de contrôle du COVID-19 (AQUINO et al., 2020).

Insérée dans ce scénario politique, en plus de la crise sanitaire, une crise politique importante, la mise en œuvre de mesures de contrôle, qui incluent la distanciation sociale, a été garantie par les gouverneurs et les maires, en particulier dans les États les plus touchés. L’autonomie administrative des États et des municipalités dans les domaines de la santé, de l’éducation et du commerce, prévue par la Constitution fédérale, réduit la possibilité d’ingérence directe du gouvernement fédéral dans les décisions des gouvernements locaux. Par conséquent, l’objet de discussions par le Suprême Tribunal fédéral. Cependant, jusque-là, la reconnaissance de l’autonomie des États et des municipalités concernant l’adoption de mesures d’urgence liées à la santé publique a prévalu.

La plupart des États et le District fédéral ont adopté des pratiques et des mesures pour minimiser plus ou moins le mouvement et l’agglomération des personnes. Cependant, le gouvernement fédéral, en sous-estimant l’importance de la distanciation sociale et en s’opposant aux mesures adoptées par les États et les municipalités, a perdu l’adhésion de la population à celles-ci. En ce sens, une étude brésilienne a appliqué une modélisation mathématique pour estimer l’effet des mesures de distanciation sociale sur la région métropolitaine de São Paulo (AQUINO et al., 2020).

Cette étude a montré que, si des mesures de distanciation sociale n’étaient pas adoptées, la capacité des unités de Soins Intensifs pour le traitement du COVID-19 serait dépassée d’environ 130 % au cours du premier mois, tandis qu’au cours du deuxième mois, cela correspondrait à 14 fois. Il suggère également que « l’ensemble des mesures de distanciation sociale mises en place (et leur maintien pour le moment) pourraient éviter une surcharge du système de santé (maintien de l’occupation à 76%) et la mort de près de 90 000 personnes tout au long de l’épidémie » (AQUINO et al., 2020 p.2429). De plus, l’étude indique l’utilisation des données d’hospitalisation du SARS (syndromes respiratoires aigus sévères) pour surveiller l’impact des mesures de distanciation sociale (GANEM et al., 2020).

Selon les dernières nouvelles, l’épidémie de COVID-19 au Brésil est toujours dans sa première phase, et la crise politique, alimentée par le remplacement du ministre de la Santé, ajoute plus d’insécurités concernant les politiques qui pourraient être adoptées par le gouvernement fédéral . Des enquêtes scientifiques suggèrent que la combinaison de l’isolement des cas, de la mise en quarantaine des contacts et des mesures étendues de distanciation sociale, en particulier celles qui réduisent les contacts sociaux d’au moins 60 %, ont le potentiel de minimiser la transmission de la maladie. Bien que peu explorées dans la littérature sur le sujet dans le contexte brésilien, l’observation précédente des pays asiatiques et européens suggère que les stratégies de distanciation sociale devraient être stimulées et appliquées et coordonnées entre les différentes sphères gouvernementales et les régions visant à atteindre la fin de l’épidémie au plus vite dès que possible, ainsi que pour prévenir de nouvelles vagues de contagion de la maladie.

Sa mise en œuvre dans la réalité brésilienne est sans aucun doute un grand défi. L’inégalité sociale du pays, avec de nombreuses personnes en situation de pauvreté et la part croissante de personnes vivant dans la rue, ajoutée au grand nombre d’individus privés de liberté, peut contribuer à la transmission et rendre difficile la mise en œuvre de la distanciation sociale. En outre, la part importante des travailleurs informels nécessite que, pour garantir la pérennité et l’efficacité réelle des mesures de lutte contre le COVID-19, des politiques de protection sociale et de soutien aux personnes en situation de vulnérabilité soient appliquées. Des politiques telles que le revenu minimum qui certifient la protection des travailleurs qui ont des relations d’emploi formelles sont essentielles pour garantir la survie des personnes, pas seulement tant que les restrictions au développement des activités économiques persistent.

Même si l’isolement social est considéré comme une source d’anxiété et de stress pour la population, cette variable n’est pas significativement identifiée dans le modèle de régression. De telles enquêtes peuvent suggérer que la distanciation sociale et la restriction des contacts physiques entre les personnes pendant la pandémie ne sont pas intrinsèquement un facteur de risque de maladie mentale ; mais plutôt que d’autres facteurs qui imprègnent ce contexte influencent le développement d’une telle maladie. Les pertes financières dues aux effets de la maladie sur le scénario économique local et, également, l’exposition à des informations négatives sur le COVID-19 sont des facteurs qui présentent des risques pour la santé mentale. Réclamant ainsi une attention particulière aux facteurs économiques et à la perte de revenus familiaux, afin de renforcer la nécessité de politiques publiques et d’aides financières pendant cette période.

Ainsi, comme l’indique l’Organisation mondiale de la santé, il apparaît que les troubles mentaux et comportementaux représentent l’une des principales causes d’absence au travail. En conséquence, il est identifié que la fourniture de bons taux de santé mentale aide les comportements préventifs et le maintien de la santé de la population, permettant à ces personnes de pouvoir reprendre leurs activités, peu après la pandémie, ce qui est essentiel au rétablissement de la l’économie du pays.

4. CONCLUSION

Le COVID-19 ne cause pas seulement des problèmes de santé physique, il entraîne également un certain nombre de troubles psychologiques. La propagation du nouveau coronavirus peut avoir un impact sur la santé mentale des personnes dans différentes communautés. Ainsi, il est essentiel de préserver la santé mentale des individus et de développer des interventions psychologiques pouvant améliorer la santé mentale des groupes vulnérables pendant la pandémie de COVID-19. Par conséquent, on peut conclure que la pandémie de COVID-19 peut affecter la santé mentale des individus et des différentes communautés.

Dans la crise actuelle, il est essentiel d’identifier les individus sujets à des troubles psychologiques dans différents groupes et dans différentes strates de la population, afin que, avec des stratégies, des techniques et des interventions psychologiques adéquates, la santé mentale de la population en général soit préservée et améliorée. Ce que la plupart ressentent, ce sont les effets des pertes passagères.

Les implications économiques de la pandémie de COVID-19 sont graves. Il est important d’être conscient des risques liés à la promotion de solutions bon marché pour élargir l’accès aux soins de santé mentale. Des soins de santé mentale de mauvaise qualité basés sur l’accessibilité sans évaluation de la qualité ou suivi des besoins et de l’efficacité ne feront qu’accroître les inégalités et aggraver la santé mentale.

RÉFÉRENCES

AQUINO, Estela ML et al. Medidas de distanciamento social no controle da pandemia de COVID-19: potenciais impactos e desafios no Brasil. Ciência & Saúde Coletiva, v. 25, p. 2423-2446, 2020.

BEZERRA, Anselmo César Vasconcelos et al. Fatores associados ao comportamento da população durante o isolamento social na pandemia de COVID-19. Ciência & Saúde Coletiva, v. 25, p. 2411-2421, 2020.

BLACK, Keri; LOBO, Marie. Uma revisão conceitual dos fatores de resiliência familiar. Journal of family enfermagem, v. 14, n. 1, pág. 33-55, 2008.

BONANNO, George A. Perda, trauma e resiliência humana: subestimamos a capacidade humana de prosperar após eventos extremamente aversivos? Psicólogo Americano, v. 59, n. 1, pág. 20, 2004.

BONANNO, George A.; MANCINI, Anthony D. A capacidade humana de prosperar diante de um potencial trauma. Pediatrics, v. 121, n. 2, pág. 369-375, 2008.

BONANNO, George A.; ROMERO, Sara A.; KLEIN, Sarah I. Os elementos temporais da resiliência psicológica: uma estrutura integrativa para o estudo de indivíduos, famílias e comunidades. Investigação Psicológica, v. 26, n. 2, pág. 139-169, 2015.

BROOKS, Samantha K. et al. El impacto psicológico de la cuarentena y cómo reducirla: revisión rápida de las pruebas. Lancet, v. 395, p. 912-20, 2020.

CARR, Sarah. Assistência Social para Comunidades Marginalizadas: Equilibrando auto-organização, micro-provisão e apoio geral. Documento de política, v. 18, 2014.

DA SILVA, Carlos Eduardo Menezes et al. Influência das condições de bem-estar domiciliar na prática do isolamento social durante a Pandemia da Covid-19. Journal of Health & Biological Sciences, v. 8, n. 1, p. 1-7, 2020.

DE MORAES, Érica Brandão et al. A segurança dos profissionais de saúde em tempos de COVID-19: uma reflexão. Research, Society and Development, v. 9, n. 7, p. e134973832-e134973832, 2020.

DE SOUSA CARVALHO, Leilanir et al. O impacto do isolamento social na vida das pessoas no período da pandemia da COVID-19. Research, Society and Development, v. 9, n. 7, p. e998975273-e998975273, 2020.

DUARTE, Michael de Quadros et al. COVID-19 e os impactos na saúde mental: uma amostra do Rio Grande do Sul, Brasil. Ciência & Saúde Coletiva, v. 25, p. 3401-3411, 2020.

FERNÁNDEZ‐ARANDA, Fernando et alCOVID ‐ 19 e implicações para transtornos alimentares. European Eating Disorders Review, v. 28, n. 3, pág. 239, 2020.

GANEM, Fabiana et al. The impact of early social distancing at COVID-19 Outbreak in the largest Metropolitan Area of Brazil. MedRxiv, 2020.

HAO, Fengyi et al. Os pacientes psiquiátricos apresentam mais sintomas psiquiátricos durante a pandemia e bloqueio de COVID-19? Um estudo de caso-controle com implicações de serviço e pesquisa para imunopsiquiatria. Brain, Behavior, and Immunity, 2020.

HOLMES, Emily A. et al. Prioridades de pesquisa multidisciplinar para a pandemia COVID-19: um chamado para ação para as ciências da saúde mental. The Lancet Psychiatry, 2020.

HOSSAIN, Md Mahbub; SULTANA, Abida; PUROHIT, Neetu. Resultados de saúde mental da quarentena e isolamento para prevenção de infecções: uma revisão sistemática abrangente das evidências globais. Disponível em SSRN 3561265, 2020.

JOHAL, Sarbjit S. Impactos psicossociais da quarentena durante surtos de doenças e intervenções que podem ajudar a aliviar a tensão. 2009.

JUNIOR, Rodolpho Telarolli. Epidemias no Brasil: uma abordagem biológica e social. 3. ed. São Paulo: Moderna, 2012.

KOZLOFF, Nicole et al. A pandemia global COVID-19: implicações para pessoas com esquizofrenia e transtornos relacionados. Boletim da Esquizofrenia, 2020.

KRAEMER, Moritz UG et al. O efeito da mobilidade humana e das medidas de controle na epidemia de COVID-19 na China. Science, v. 368, n. 6490, pág. 493-497, 2020.

LIM, Grace Y. et al. Prevalência de depressão na comunidade de 30 países entre 1994 e 2014. Relatórios Científicos, v. 8, n. 1, pág. 1-10, 2018.

MARTINS, MARCELI TOMÉ; MARTINI, SANDRA REGINA. Covid-19 na perspectiva dos países fundadores do Mercosul: uma análise dos cenários a partir dos discursos presidenciais e consequentes medidas tomadas pelos líderes1. O Direito à Saúde Frente à Pandemia COVID-19: da crise sanitária à crise.

MAVROUDEAS, Stavros D. 3. A pandemia de coronavírus e a crise econômica e da saúde1. Covid-19, Capitalismo e Crise: bibliografia comentada, p. 113, 2020.

NERIA, Yuval; SULLIVAN, Gregory M. Compreendendo os efeitos na saúde mental da exposição indireta ao trauma em massa por meio da mídia. Jama, v. 306, n. 12, pág. 1374-1375, 2011.

ORNELL, FELIPE et al. Pandemia de medo e COVID-19: impacto na saúde mental e possíveis estratégicas. Revista debates in psychiatry, 2020.

PEREIRA, Mara Dantas et al. A pandemia de COVID-19, o isolamento social, consequências na saúde mental e estratégias de enfrentamento: uma revisão integrativa. Research, Society and Development, v. 9, n. 7, p. e652974548-e652974548, 2020.

REIS-FILHO, José Amorim et alCOVID-19, Afastamento social, Pesca artesanal e Segurança alimentar: Como esses temas estão relacionados e quão importante é a soberania dos trabalhadores da pesca diante do cenário distópico. 2020.

RIBEIRO, Eliane Gusmão et al. Saúde Mental na Perspectiva do Enfrentamento à COVID-19: Manejo das Consequências Relacionadas ao Isolamento Social. Revista Enfermagem e Saúde Coletiva-REVESC, v. 5, n. 1, p. 47-57, 2020.

RUBIN, G. James; WESSELY, Simon. Os efeitos psicológicos de colocar uma cidade em quarentena. Bmj, v. 368, 2020.

SHANAHAN, Lilly et al. Sofrimento emocional em adultos jovens durante a pandemia COVID-19: evidências de risco e resiliência em um estudo de coorte longitudinal. Medicina psicológica, p. 1-10, 2020.

SHARMA, Arpit. Finding community during a pandemic. Science (New York, NY), v. 368, n. 6487, p. 206, 2020.

SCHMIDT, Beatriz et al. Impactos na Saúde Mental e Intervenções Psicológicas Diante da Pandemia do Novo Coronavírus (COVID-19). 2020.

TEIXEIRA, Sandra. Novo Coronavírus (Covid-19): informações básicas. Ministério da Saúde, Rede Bibliosus, PÁGINA INICIAL, ARTIGOS, NOTÍCIAS, NOVO CORONAVÍRUS (COVID-19): INFORMAÇÕES BÁSICAS. Publicado 09 de Março de 2020, 17h51. Disponível em: <http://bibliosus.saude.gov.br/index.php/artigos/14-noticias/244-novo-coronavirus-covid-19-informacoes-basicas#:~:text=A%20Covid%2D19%20%C3%A9%20uma,algu%C3%A9m%20doente%20tosse%20ou%20espirra>

WHO, World Health Organization. (2020a). Mental health and psychosocial considerations during the COVID-19 outbreak. Disponível em: <https://www.who.int/docs/default-source/coronaviruse/situation-reports/20200514-covid-19-sitrep-115.pdf?sfvrsn=3fce8d3c_6>

WHO, World Health Organization. (2020b). (COVID-19) situation reports – 115. Disponível em: <https://www.who.int/docs/default-source/coronaviruse/situation-reports/20200514-covid19-sitrep-115.pdf?sfvrsn=3fce8d3c_6>

YAO, Hao; CHEN, Jian-Hua; XU, Yi-Feng. Pacientes com transtornos mentais na epidemia de COVID-19. The Lancet Psychiatry, v. 7, n. 4, pág. e21, 2020.

ZANON, Cristian et al. COVID-19: implicações e aplicações da Psicologia Positiva em tempos de pandemia. Estudos de Psicologia (Campinas), v. 37, 2020.

[1] Diplômée en psychologie à l’Universidade Estácio de Sá et diplômée en technologie de la sécurité au travail au Centro Universitário Gama e Souza.

[2] Diplômée en psychologie à l’Universidade Estácio de Sá et diplômée en gestion des ressources humaines à l’Universidade Estácio de Sá.

Envoyé : Décembre 2020.

Approuvé : Janvier 2021.

Rate this post
Ricardo Antonio Magalhães

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

SOLICITAR REGISTRO
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita