Prise de conscience des erreurs de traduction

DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!
Rate this post
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
Email

CONTEÚDO

ARTICLE ORIGINAL 

CAMPELLO, Mônica Conte [1]

CAMPELLO, Mônica Conte. Prise de conscience des erreurs de traduction. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 06, Ed. 02, Vol. 02, pp. 126-144. février 2021. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/paroles/erreurs-de-traduction

RÉSUMÉ

Le manque de connaissance de la langue maternelle et de la langue étrangère ainsi que le manque de maîtrise sur le sujet à traiter peuvent générer un désordre dans l’exercice de la traduction, produisant un résultat insatisfaisant. Il est donc nécessaire que le traducteur connaisse le lexique et toutes les propriétés des langues respectives afin de développer de manière satisfaisante le travail de traduction.  Dans ce contexte, cet article vise à sensibiliser les professionnels de la traduction à la nécessité de la connaissance de la langue maternelle et de la langue étrangère en ce qui concerne le lexique, l’aspect socioculturel, la grammaire, l’orthographe, la sémantique, car les aspects linguistiques correctement interconnectés contribuent à la cohésion et à la cohérence textuelle comme produit final d’un résultat parfait de l’œuvre afin que tout son contenu soit intelligible. L’absence de cet engagement à la correction des langues en question implique une négligence qui ne correspond pas à la gravité avec laquelle le travail de traduction doit être développé. Si, peut-être, il y a un manque de formation ou d’information suffisante, la conscience de la responsabilité professionnelle doit se manifester afin de fournir toutes les connaissances nécessaires qui sont conformes à la pratique de la traduction. Afin d’atteindre cet objectif de sensibilisation, une recherche bibliographique qualitative sera effectuée sur la base des questions liées aux erreurs de la traduction sur « comment » elles se produisent et « d’où » elles viennent, quant à des sujets d’une grande pertinence qui seront axés sur des exemples de règles linguistiques, des illustrations d’erreurs courantes et des corrections appropriées pour mieux comprendre ce qui est destiné à être souligné. En conséquence, il sera possible de reconnaître les mesures nécessaires pour parvenir à une traduction fiable sous les thèmes pertinents dans le processus de traduction en tant que vocabulaire pertinent, adaptation entre les langues, révision textuelle, qui produisent à la fin un texte de bonne qualité qui présente un équilibre relationnel syntaxique et sémantique capable de communiquer clairement son message.

Mots-clés: Traduction. Erreurs. Langues. Lexique. Texte.

1. INTRODUCTION

Dans le travail de traduction, le manque de connaissance de la langue maternelle et de la langue étrangère est un élément préjudiciable à son développement complet et efficace. La traduction est un outil linguistique qui nécessite une excellente connaissance des langues impliquées dans ce travail. Son développement parfait dépendra de la familiarisation non seulement avec le lexique des langues, mais aussi avec son contenu culturel, ses coutumes, ses niveaux d’applicabilité, sa grammaticalité; enfin, avec tous ses aspects intrinsèques afin de transmettre l’information à son lecteur/auditeur d’une manière intelligible. Ce qui est censé signifier ne peut pas être contorsionné par des mots, des phrases, etc. appliqués par inadvertance. Une connaissance préalable et riche de toutes les exigences pour l’exécution satisfaisante et efficace de ce travail est nécessaire : développement du thème, présentation de l’idée de base, délimitation de l’orientation de la recherche, situation meme dans le cadre de son domaine de travail.

Le traducteur doit avoir une maîtrise sur le sujet à traiter, avoir une bonne connaissance de la langue de l’auteur du texte, être capable d’identifier et de différencier les éléments graphiques et soniques entre les mots des langues utilisées qui ont tendance à conduire à une applicabilité correcte du sens qui est destiné à être transmis, reconnaître les propriétés orthographiques, synthétiques et grammaticales des deux langues afin d’être en mesure de former des styles phrasaux diversifiés pertinents à leur structure formelle. C’est-à-dire qu’un traducteur doit être conscient que son travail nécessite un exercice polyvalent dans lequel il en vient à se reconnaître comme enseignant, critique, grammairien, rédacteur capable de créer des textes aussi variés que possible – essais, rapports, compositions, articles, etc. – à partir du texte original. Un traducteur n’est pas seulement un traducteur.

2. OBJECTIFS

L’objectif de ce travail est de sensibiliser le professionnel de la traduction à la nécessité d’améliorer la connaissance globale de sa langue maternelle et de la langue qu’il traduira. Pour cela, il est intéressant de le placer dans une perspective spécifique de la zone de traduction : les erreurs de la traduction. Comment cela se produit-il? D’où viennent-ils ? Traduire un texte simple et court n’est pas si simple qu’une tâche. La plupart du temps, une phrase de deux mots peut créer d’immenses difficultés lorsque vous essayez de la traduire.

Figure 1 – High Five

Source: WIRED (2008)

Par exemple: «High five». Il y a une grande tendance à traduire les textes littéralement. L’expression High five est basée sur les notions de High – (au) haut, et five  – (représentant) les cinq doigts de la main. Une illustration résoudrait tout doute quant à la signification réelle de cette expression. Observez la figure de Jason Lee: Le high five est une variante de Give me five, ce qui signifie qu’une personne offre les cinq doigts de la main avec la paume pour toucher la main plate de l’autre qui était auparavant levée en attendant le toucher; ainsi, les mains levées en l’air se touchent dans un geste de célébration pour une réalisation. Par conséquent, la meilleure traduction selon le portugais brésilien populaire serait: «Toca aqui!». Il est nécessaire d’avoir une connaissance des régionalismes – tendances culturelles, dialectes, argot. Une traduction littérale quelque chose qui (du moins c’est ce que l’on attend) s’applique aux traducteurs professionnels. Il est donc entendu qu’avant même de penser à traduire, il est extrêmement important de connaître les structures des langues impliquées dans ce processus et d’apprendre à les utiliser.

Il y a des situations très graves liées au domaine de la traduction qui peuvent nuire à la réputation d’une institution donnée en raison d’une mauvaise interprétation de mots lâches ou de phrases complètes, des idiomes, dans lesquels il y a un mauvais vocabulaire d’emploi correspondant dans la langue seconde. Il est essentiel que l’on ait la capacité de re-chercher diverses significations qui peuvent s’adapter parfaitement avec le contexte sans nuire à l’idée de ce qui est destiné à être transmis. Voici un extrait qui met en lumière un incident frappant dans le domaine de la traduction simultanée :

« Se donner un coup de pied aux fesses ». Jamais auparavant dans l’histoire du Brésil une expression Français n’a causé autant de répercussions que celle utilisée par le secrétaire général de la Fifa Jèrôme Valcke pour dire que le pays doit avancer dans les travaux pour la Coupe du Monde 2014. Traduit littéralement, les paroles du leader serait comme « donner un pied dans le bas », et Valcke lui-même a fait un point de dire que sa phrase a été mal interprétée. […] « C’est une expression idiomatique. Vous ne pouvez pas traduire mot à mot. Si vous essayez comme ça, ce serait « kick yourself in the ass ». L’expression idiomatique, cependant, signifie « s’efforcer ». Dans le contexte qu’il a utilisé, le « speedup » se passe bien », a-t-elle expliqué. (Rádio Estadão ESPN, 2012)

De même, les professionnels du sous-titrage doivent être aussi prudents avec la qualité des traductions et les techniques utilisées pour leur applicabilité. Les sous-titres doivent être simplifiés, compte tenu de leur synchronie parfaite et devraient servir d’adaptation des dialogues pour une parfaite compréhension de l’intrigue. Voir les erreurs de traduction dans les sous-titres d’un canal payant :

« Grounded For Life » sur Fox

Discours original: Get that done!

Traduction correcte: Finissez cela!

Traduction de canal : Obtenez la poupée !

(Détail: les personnages sont au milieu de la rue portant des tuyaux et il n’y a pas de poupée dans la scène.)

La traduction a probablement été faite à l’oreille, sans script à suivre, et le traducteur a compris «doll» au lieu de «done». L’interruption de l’audience n’aurait pas été aussi grave si le traducteur n’avait pas commis l’erreur beaucoup plus grave de ne pas soupçonner que cela n’avait pas de sens dans son contexte. En fait, rien ne justifie cela. [sic] (CARVALHO, 2007)

3. 3. LA TRADUCTION DE FIDEDIGNA NÉCESSITE UNE FORMATION BASILAIRE PRÉALABLE

Un traducteur responsable doit être conscient de la nécessité d’une connaissance globale de la langue maternelle et, pour cela, doit s’être déjà consacré à une étude exhaustive, soit par le biais de cours gratuits, de vulgarisation ou de cours de premier cycle, mais aussi de cours de troisième cycle qui le dirigent vers son intérêt spécifique. En ce sens, vous devez connaître la langue dans toute sa structure morphologique, sintactic, sémantique, linguistique, et également connaître la langue à laquelle elle traduit afin de développer un travail de traduction fiable.

Selon Silveira, un traducteur dépourvu des connaissances essentielles à l’exécution parfaite de ses œuvres est au niveau de la médiocrité, et peut, dans ce degré d’intelligence, traduire un best-seller populaire, mais seul un traducteur compétent sera en mesure de préserver le goût de classiques tels que Balzac, Dickens, Tolstoï. « Le succès d’une telle traduction dépendra du degré de connaissance que vous avez de votre propre langue maternelle et de votre capacité à y trouver les expressions familières et idiomatiques correspondant à celles avec lesquelles vous devez exister dans le texte étranger » (Silveira, 2004, p. 26, 37).

Almeida (2004), dit que « certaines traductions sont si mal faites que l’impression que le lecteur a, c’est que le traducteur n’a aucune connaissance de notre langue », basé sur le livre technique PCWorld Excel© 4.0 pour Windows, par John Walkenbach et David Maguiness qui a été traduit par un traducteur de la zone informatique:

Commandez les options dans un menu de drop-down avec des ellipses (trois périodes) après la production d’un cadre de dialogue si vous sélectionnez cette commande. Étant donné que les dialogboards sont répandus dans Excel, il vous est utile pour l’instant de comprendre comment travailler avec eux efficacement.

La technicité d’un texte ne justifie aucune intelligibilité, car même les professionnels insérés dans le dit domaine au courant du programme en question ne pouvaient pas comprendre le texte mis en évidence dans lequel il existe une preuve complète que le traducteur respectif ne connaît pas la méta-langue. Par conséquent, la bonne tendance pour ce type de professionnel est de disparaître du marché du travail, perdant ainsi la possibilité d’être invité à fournir d’autres services connexes.

Figure 2 – Les difficultés du mauvais et du bon traducteur

Source: Almeida (2004)

Selon Almeida (2004), « les erreurs de traduction les plus facilement détectées sont causées par l’absence de ce qui serait l’un des ingrédients les plus essentiels pour un traducteur : la connaissance de la langue source ». Il illustre cette réalité à partir d’un dessin animé republié par Folha de São Paulo en 1996 dans lequel la princesse Diana et Lisa Marie Presley sont apparues assises dans une salle d’attente de la Cour de séparation judiciaire, alors qu’elles s’sur le point de se séparer de leurs maris respectifs, le prince de Galles et Michael Jackson. La figure montre le dialogue entre les deux personnages de la bande dessinée. Princesse Diana soupire et dit: « CIt’s not easy living with a queen », à laquelle Lisa Presley commente: « Tell me about it ». Dans les termes suivants, la traduction a été faite: « Il est difficile de vivre avec une reine », ayant comme réponse la phrase suivante: « Parlez-moi à ce sujet ». L’ambiance du dessin animé résidait exactement dans le mot « queen » qui signifie denoactivement « reine » et signifie connotant « homosexuel » de sorte que le mot utilisé par les deux avait des significations différentes – littéralement reine de la princesse Diana belle-mère et figurativement reine le mari à l’envers de Marie Presley – chacun révélant ses sentiments sur la difficulté à vivre avec une reine, étant les mots de Marie Presley une expression de la vraie ironie. Le but du dessin animé en manifestant la bande dessinée n’a pas pu être atteint parce que le traducteur ne connaissant pas l’expression idiomatique « Tell me about it » qui se rapproche le plus étroitement de notre interjection « Je dis-le », et ne s’inquiète même pas de s’assurer que la traduction qu’il a faite en raison du manque de sens qu’il a démontré.

4. SUJETS PERTINENTS DANS LE PROCESSUS DE TRADUCTION

Les expressions idiomatiques révèlent une grande partie de ce besoin d’être conscient du lexique formel et informel des langues impliquées dans le processus de traduction avec leurs caractéristiques particulières. Dans cet aspect, non seulement la norme de la langue est incluse, mais aussi la norme populaire à laquelle de nombreux traducteurs ne donnent pas toute l’importance voulue parce qu’ils ne considèrent que le premier titulaire d’un poste de statut, sans tenir compte du fait que de nombreux textes développent la langue des personnes qui manquent pour la plupart de connaissances sur la grammaire normative ou la norme culturelle, précisément parce qu’ils n’appartiennent pas à une élite culturelle; développer un langage simple, de la vie quotidienne, sans formalités qui ne nécessitent pas l’application correcte de la langue puisque ce qui importe est de communiquer et si elle peut communiquer, il n’est pas nécessaire d’«orner le paon », d’où l’argument: « Avez-vous compris? Donc, c’est bien!

Dans ce paramètre, la langue est riche en présentation de son côté simple d’une manière aussi complète, comme l’explique Araújo (2008, p. 4) sur le « multidialetalisme des différents ordres (sociaux, géographiques, situationnels, historiques) », soulignant la possibilité de communication entre utilisateurs diversifiés de la même langue. Si c’est le cas dans le but de communiquer entre les locuteurs d’une même langue dans laquelle si l’un ne connaît pas les particularités linguistiques de l’autre, il ne peut y avoir de communication logique et parfaite, plus on dira d’une traduction dans laquelle des personnes si différentes de différentes langues ont besoin de savoir ce que l’autre veut communiquer.

Pour cela, un autre aspect d’une grande importance entre deux paires de langues est mis en évidence ici: les faux cognatos ou les faux amis. Les illustrations suivantes se réfèrent à la traduction de textes du domaine médical, faisant donc allusion à l’importance d’étudier la terminologie qui guide le traducteur pour en apprendre davantage sur le vocabulaire spécifique du domaine de connaissance avec lequel il opérera.

Les faux cognates ou faux amis sont appelés «mots similaires dans deux langues, mais avec des significations totalement différentes». (…) Parmi les nombreuses difficultés de traduction, il y a les faux cognates. Examinons quelques-uns des exemples les plus courants de faux cognates anglais trouvés dans les traductions de textes médicaux:

(…) Adherence- observance et non-observance (au traitement)

Adhesion – adhérence et non-adhérence (viscérale)

Appoint (v.) – marquer et non pointer (requête)

Injury – blessures et non-blessures (dommages à un organe ou à un tissu)

Process – bosse et non-processus (anatomie)

Provocative – induisant et non provocateur (test diagnostique) (…)

Une autre difficulté des traductions réside dans la polysémie. La polysémie est appelée la multiplicité des significations pour le même mot. Si le traducteur ne maîtrise pas le sujet qu’il traduit, il tombera dans de véritables écueils. (…). Certains faux cognatos sont déjà enracinés dans le vocabulaire médical dans leurs pseudotranslations (…). (REZENDE, 2004)

Selon Oliveira (2002, p. 5), les « faux cognatos », comme on l’appelle académiquement, « sont des mots qui ressemblent à des mots de la langue portugaise, mais dont le sens diffère ». Il explique que les « faux amis » représentent l’un des héritages latins legada à l’anglais, étant des mots qui ont changé leur sens au fil des siècles à travers divers aspects sociaux, au détriment de leur base sémantique. En outre, il les considère comme de « véritables pièges pour le lecteur brésilien », et illustre en citant le cas de la demande d’extradition du général chilien Augusto Pinochet dans lequel l’un des requérants espagnols a qualifié ce dernier de « formidable dictator », ce qui signifierait apparemment un « dictateur formidable », mais dans le contexte actuel « formidable» devrait être traduit par « terrible », « horrible » ou « inhumain ». Par conséquent, il faut prendre soin d’employer de « faux amis » parce qu’ils sont abondants dans la langue anglaise et permettre des traductions trompeuses qui inciteront les lecteurs à mal interpréter ce qui peut ternir la réputation du traducteur ou de l’entreprise où il remplit cette fonction. Compte tenu de ces faits, il est entendu que, tout comme les mots mal utilisés conduisent à des interprétations erronées, les traductions erronées conduisent à des interprétations erronées. Un traducteur doit être conscient de sa responsabilité de transmettre des messages dont le contenu ne changera pas.

Très illustratif est également le livre de Jack Scholes (2001) dans lequel il présente d’une manière très détendue les expressions quotidiennes en anglais avec des équivalents en portugais et l’histoire originale de chacun d’eux, les expliquant. Par exemple: a) « To get someone’s goat » – Ennuyer ou exaspérer quelqu’un (p. 58); b) « To pay through the nose » – Payer excessivement, payer les yeux du visage (p. 86); c) « Warts and all » – Avec les points positifs, inclure tous les défauts ou faits désagréables, sans rien cacher (p. 108); d) « Wet behind the ears » – Inexpérimenté, immature, naïf (p. 110); et tant d’autres expressions qui doivent être étudiées avant d’être traduites arbitrairement. Il ne suffit pas de connaître des mots lâches dans une langue pour donner à quelqu’un les moyens de bien performer en traduction, un travail qui exige de la compétence. Il ne faut pas attribuer la traduction littérale aux expressions idiomatiques; ce serait comme essayer de faire la version de l’expression « Ao pé da letra » pour la langue anglaise et d’aboutir à At the foot of the letter au lieu de Word-for-word qui serait l’expression appropriée.

Même la Sainte Bible qui est considérée comme «Le Livre des Livres» n’est pas exempte d’erreurs de traduction comme l’a déclaré Couto (2007, p. 37) que l’écrivain théologien indien Frédéric William Farrar dans son livre History of Interpretation démontre sa capacité à identifier à au moins quinze traducteurs de la Septante d’où proviennent des carences telles que les idiomes hébreux traduits sous une forme littérale qui «ne transmettent même pas l’idée de l’original»; translittération au lieu de traduire des idées; certains livres qui ont été paraphrasés mais non traduits; altération des sentiments hébreux afin de les faire correspondre avec la mentalité grecque alexandrine. De telles actions ont tendance à provoquer de graves erreurs de traduction, justifiant par le texte de Daniel 11 qui présente les expressions «roi du Nord» et «roi du Sud» qui ont été traduites respectivement par «roi d’Assyrie» et «roi d’Égypte» . De plus, pire encore, c’est le cas des traductions fallacieuses qui tentent d’inciter leurs lecteurs à mal comprendre la Bible afin de les retirer du mot original, visant à valider la leur comme authentique, usurpant la position de la Bible canonique et la transformant. en Dieu le dieu qu’ils présentent:

      1. Cl 1:15-17 – Le mot « autre » est entré quatre fois. Ce n’est pas dans le grec original et n’est pas implicite. C’est une section où Jésus est décrit comme le créateur de toutes choses. Tant que l’organisation de T.J. croit que Jésus est un être créé, ils ont inséré le mot « autre » pour montrer que Jésus était même « d’autres » choses, ce qui implique qu’Il était aussi un être créé.
      2. A) Il y a deux mots, en grec, traduits par « autres » : heteros et allos. Le premier signifie une autre chose différente, c’est-à-dire d’une nature différente. Le second signifie quelque chose de la même nature ou du même type. Ni l’un ni l’autre n’est utilisé dans cette section de l’Écriture. Le T.J. changé la Bible pour la rendre appropriée à leur théologie aberrante.
      3. Heb 1:8 (…) Depuis les T.J. ne sont pas d’accord avec cela, encore une fois, ils ont modifié la Bible en fonction de leur théologie. (…) Pour justifier la traduction de N.T ils ont actuellement également échangé la traduction de l’Ancien Testament!
      4. A) La traduction du Nouveau Monde est horrible. Elle a changé le texte en fonction de sa propre théologie dans de nombreux endroits. (SLICK, [s.d.])

Il y a des gens qui utilisent leur intelligence pour le mal. C’est un mauvais traducteur. Ce genre de professionnel sait que juste pour un mot peut détruire la réputation d’une Écriture renommée, ainsi que l’image et la crédibilité d’une entreprise, et peut utiliser ses talents pour une simple vengeance, pour des intérêts égoïstes ou pour toute autre raison contraire à l’éthique. Cela peut apparaître comme un domaine dangereux dans le domaine de la traduction auquel il faut également accorder une plus grande attention – les sous-onduleurs de la traduction.

5. IMPRÉSCINDIBILITÉ DE L’EXAMEN TEXTUEL

5.1. PLACEMENT ET INTERPRÉTATION DE MOTS INVARIABLES

La traduction exige une révision textuelle et une correction par des connaissances linguistiques appropriées. Un langage est composé d’éléments caractéristiques essentiels qui contribuent à sa performance communicationnelle. Dans la communication écrite, il est essentiel qu’on s’inquiète de l’utilisation correcte des règles conventionnelles de la langue, parce que cette capacité exige l’obéissance aux différents styles de textes et à leurs composantes, étant donné qu’elle est conceptualisée comme une norme standard ou une norme culturelle de la langue selon le contexte social dans lequel elle est utilisée.

5.1.1. SENTIR L’OBSCURITÉ PAR OMISSION

Envisagez une communication écrite concernant les normes grammaticales. Il y a une légère différence entre les connaître et les appliquer. Par exemple, la phrase: «La fille à qui j’ai parlé est celle là-bas». “Qu’est-ce que j’ai dis”? Dans un contexte purement situationnel, la phrase est considérablement intelligible car à la fois l’expéditeur du message et le destinataire connaissent le sujet en question. Par conséquent, ce type de construction dans le langage courant est courant et ouvert à la compréhension entre les parties impliquées dans le processus de communication (orale). Par conséquent, linguistiquement correct et acceptable. Cependant, notez la même phrase de manière éditoriale: «La fille à qui j’ai parlé est celle là-bas». Cela semble ambigu – “La fille à qui j’ai parlé” ou “La fille à qui j’ai parlé”? La phrase est syntaxiquement incorrecte car le verbe est mal utilisé, sans élément différentiel: la préposition qui clarifie sa transition. L’utilisation nécessaire de l’une de ces deux prépositions – «de» et «avec» – dénote des significations complètement différentes et, par conséquent, elles doivent être utilisées avec pertinence par rapport à ce que l’on veut transmettre. Notez le sens de la phrase avec le premier: «La fille à qui (m) [quelle personne j’ai parlé est celle là», c’est-à-dire que l’interlocuteur a parlé de la fille; avec le second: «La fille avec qui (m) (laquelle) [avec quelle personne] j’ai parlé est celle là-bas», c’est-à-dire l’interlocuteur a parlé à la fille.

Il est également entendu un événement circonstanciel dans le contexte de la communication respective aux prépositions utilisées dans les phrases ci-dessus. Dans le cas de l’utilisation de la préposition «dans», dans laquelle l’accent est mis sur le résultat de la parole, il y a une action indirecte concernant la troisième personne face à l’interlocuteur puisque la manifestation de la deuxième personne peut être soulignée, parce qu’elle présuppose un jugement possible de sa part, qui donne à la préposition un caractère transitoire; dans le cas de l’utilisation de la préposition «avec», dans laquelle l’accent est mis sur l’acte de parler, il y a une action directe concernant la troisième personne face à l’interlocuteur puisque la manifestation de la deuxième personne n’est pas soulignée, parce qu’elle n’exige pas nécessairement son jugement, ce qui donne à la préposition un caractère intransitif.

5.1.2. DIFFÉRENCIATION DU SENS PAR ACCENTUATION :

Prenant le crase comme un moyen d’illustration, on peut observer la différence qu’il provoque entre deux phrases apparemment égales: 1) « La jeune fille a dit: Je suis vierge »; 2) « J’ai dit à la jeune fille, je suis vierge. » Dans l’exemple 1, « La fille » est le sujet de la phrase, parce que l’on demande: Qui a dit qu’elle est vierge? Réponse: La jeune fille a dit. Il y a simplement une inversion de la position du sujet avec le verbe qui ne modifie pas la fonction sintactic. Dans l’exemple 2, « À moça » est l’objet indirect de la phrase, parce que le verbe « Dire » agit comme un verbe transitoire direct et indirect, qui exige deux termes complémentaires qui sont l’objet direct et l’objet indirect, étant « Je suis vierge » l’objet direct. Le sujet est caché, et peut être un nom de son propre nom en tant que nom masculin ou féminin ou peut être un pronom personnel de la troisième personne cas droit du singulier. Dans le premier cas, la jeune fille effectue l’action de dire; dans la seconde, une troisième personne en dehors de la jeune fille, non décrite, effectue l’action. Le changement des sujets dans les deux phrases ne peut être démontré que par l’utilisation de crass; sinon, ils auraient le même sens.

5.2. PLACEMENT DE PONCTUATION ET SON INTERPRÉTATION

5.2.1. DIFFÉRENCIATION DU SENS PAR LA POSITION DE LA PARTITION

Pendant longtemps, la phrase suivante circule sur Internet: « Si l’homme savait la valeur que la femme serait à la recherche de tous les quatre », suggérant qu’une virgule soit placée après la prière subordonnée qui peut s’étendre au mot « femme » ou même le verbe sous sa forme conjuguée « a ». En plaçant la virgule, le sens de la phrase est totalement modifié : 1) « Si l’homme connaissait la valeur de la femme, il passerait de quatre à sa recherche » ; 2) « Si l’homme connaissait la valeur qu’il a, la femme marcherait des quatre à sa recherche ».

Jeached, de tels placements, il est conclu que d’avoir été la virgule placée après le mot femme, certainement qui l’a fait était une femme; d’autre part, si la virgule a été placé après le verbe dans sa forme conjuguée « a », certainement qui l’a fait était un homme. La vérité est que le simple placement de la virgule, quelle que soit la position, modifie complètement le sens de ce que l’on a l’intention de transmettre, indépendamment de l’action arbitraire ou non.

5.2.2. DIFFÉRENCIATION DU SENS PAR L’UTILISATION DE LA PONCTUATION

En prenant la virgule (,) comme moyen d’illustration, on peut observer la différence que cela fait entre deux phrases apparemment identiques: «Tu ne peux pas aller» et «Non, tu peux partir». La virgule a plusieurs règles d’utilisation, mais l’accent est mis dans ce cas sur le «changement de sens» qu’elle peut provoquer. En contextualisant les phrases ci-dessus, il semble qu’il y ait deux occurrences distinctes pour les réponses apparemment égales, si ce n’était de l’utilisation de la virgule:

Dr John, la réuni on est finie. Dois-je rester ici dans le salon ?

Non, tu peux y aller.

Dr John, la réuni on est finie. La secrétaire peut venir avec moi dans le hall ?

Tu ne peux pas y aller.

Dans le premier exemple, « Non, (vous) pouvez y aller », il est entendu que le Dr João n’a plus besoin de son subordonné, lui parlant directement – la deuxième personne du discours; dans le deuxième exemple, « (Il) ne peut pas aller », il est entendu que le Dr João a encore besoin de son subordonné, le citant indirectement – la troisième personne dans le discours.

5.3 . RECONNAISSANCE D’EXPRESSIONS COQUINES

5.3.1. LE PLÉONASME COMME FIGURE DE LA LANGUE

Dans la Sainte Bible (1995), Édition révisée et corrigée, l’Évangile de Jean présente au verset 43 du chapitre 11 la phrase suivante : « Lazare, sors ». Il est entendu que le verbe « sair » porte déjà avec lui la notion de « sortir », comme on peut le voir dans d’autres versions bibliques: « Lazare, sors ». Par conséquent, l’utilisation de l’expression « out » sonore redondant. Toutefois, cette construction stylistique renforce le contexte, qui ne s’applique qu’au champ d’application de la littérature dans laquelle elle est reconnue comme une figure de la langue. L’expression, cependant, va au-delà d’un simple aspect littéraire, se configurant comme nécessaire à ce qui correspondait à la volonté de Jésus. Il voulait non seulement que Lazare quitte le tombeau, mais en utilisant l’expression « out », il avait l’intention de mettre l’accent sur l’extérieur, « être à l’extérieur » de la tombe où il serait libre de la mort et libre pour la vie; à l’intérieur du tombeau, il ne pouvait pas profiter de la vie et de cette libération, mais resterait emprisonné dans la mort. Donc, quand il dit « sortir », il a l’intention de signifier, « sortir de la mort et de venir à la vie » ou « sortir pour la vie. » C’est la bonne façon d’interpréter le texte sans stigmatiser l’incorrection textuelle. En outre, il existe d’autres significations qui ne sont plus pertinentes pour cette étude, mais pour l’autre domaine de la connaissance.

5.3.2. LE PLÉONASME COMME ADDICTION À LA LANGUE

Un exemple typique et commun parce que commun au discours du peuple brésilien en général est l’utilisation du mot « derrière » lorsqu’il n’est pas nécessaire, et il résume à peine: « Je suis entré dans le cours de traduction il ya cinq mois ». Le verbe « haver » dans sa forme conjuguée « là » se réfère à un temps dans le passé, et peut être remplacé par le verbe « à faire » dans sa forme conjuguée «Est-ce que». Si le verbe porte déjà avec lui la notion de temps passé, il n’est pas nécessaire d’employer un mot qui porte aussi avec lui la notion du passé, parce qu’il se réfère à ce qui a été laissé derrière, c’est-à-dire dans le passé. Compte tenu de cette obviency, la redondance est configurée en ne produisant aucune information supplémentaire. Par conséquent, il ne serait pas nécessaire d’utiliser en même temps que le verbe, en disant simplement: « Je suis entré dans le cours de traduction il ya cinq mois » ou « Je suis entré dans le cours de traduction il ya cinq mois » . Ce dernier, cependant, très peu utilisé. Considéré à tort comme un renfort pour provoquer l’expressivité, le mot « derrière » dans la première phrase serait un élément jetable, car il finirait par générer une redondance configurée comme « pléonasme vicieux ».

Pleinement ancrée dans le domaine de la logique, la tautologie, par sa définition, a remplacé, principalement dans les médias et les réseaux sociaux, le concept de « figures du langage » appartenant au domaine de la stylistie. Il semble euphémisme l’utilisation de ce terme comme un moyen d’atténuer la présence de la langue portugaise comme un « dictateur de règles » comme vu et rejeté par beaucoup. Ainsi, les listes tautologiques sont couronnées de succès et adoptées par la société dans son ensemble.

5.4. INSUFFISANCES ORTHOGRAPHIQUES ET PHONIQUES

5.4.1. UTILISATION APPROPRIÉE DES MOTS

En tant que partie intégrante de la grammaire de la langue portugaise, l’orthographe est d’expliquer la bonne façon d’écrire afin d’éviter les erreurs graphiques résultant d’un manque de connaissances grammaticales ou découlant de substitutions phonémiques inadéquates. Dans ce contexte, les mots homographiques, homonymes, homophones, parony, entre autres, jouent un rôle important afin qu’ils soient utilisés correctement à la fois oralement et par écrit selon leur définition. Il est nécessaire de connaître le sens d’un mot et son orthographe correspondante pour l’utiliser correctement. Voici deux exemples d’erreurs :

  • « En se conformant aux règles d’enregistrement des impôts et autres états financiers, il est essentiel de discriminer avec précision les dépenses avec les cadeaux ou les divertissements offerts dans le cadre de son activité […] (DICTIONNAIRE LINGUEE, 2020);
  • « Favela da Chatuba où les bandits se sentent maîtres de la situation. »

Le premier se trouve dans le dictionnaire en ligne susmentionné largement utilisé par les traducteurs. Même avec les dictionnaires renommés, il faut être très prudent lors de leurs recherches. Entre autres exemples avec le même verbe « décrypter », le texte mis en évidence abuse de ce verbe, considérant son sens dénotatif pour « disculper, absoudre, dépénaliser, prendre la culpabilité des autres » qui ne correspond pas au contexte; le verbe correct à utiliser en l’espèce est « discriminatoire » dont le sens dénotatif est « différencier, distinguer, séparer, énumérer, classer, séparer ». Le traducteur peut encourir cette erreur de traduction de la mauvaise utilisation du verbe. Il est conseillé au traducteur de comparer plusieurs dictionnaires de traduction pour trouver celui qui correspond exactement au sens du texte. Le dictionnaire Word Reference (2020) présente correctement la traduction de ces deux verbes paronimos : a) « Dépénaliser » : dépénaliser, dépénaliser; b) « Discriminer » signifie discriminer. Tout aussi opportun n’est pas d’accepter un terme comme correct basé donc uniquement sur le fait que quelqu’un de renom l’emploie. C’est le cas du deuxième exemple dont les propos ont été prononcés par le secrétaire à la Sécurité Jose Mariano Beltrame sur RJ TV (TV Globo) le 14/09/2012. Une traduction d’un texte original avec des erreurs grammaticales jusqu’alors non corrigées donne une signification différente de l’interprétation correcte que le texte exige. Respectivement, les mots grisonnants employés correctement seraient : discriminer et où.

Il est donc nécessaire de comprendre la différence dans l’utilisation des mots afin de pouvoir les traduire de manière appropriée. Selon le dictionnaire Oxford (HORNBY, 1987, p. 5, 344, 377), le terme Descriminar, utilisé en référence aux gens, serait « Absolve (1) » : to state formally that somebody is not guilty or responsible for something. (déclarer officiellement qu’une personne n’est pas coupable ou responsable de quelque chose); le terme Dépénalisation, utilisé en référence aux noms, serait « Decriminalize »: to change the law so that something is no longer illegal. (modifier la loi pour que quelque chose ne soit plus illégal); le terme Discrimination, utilisé en référence à des personnes ou à des choses, serait « Discriminate (1) » : to recognize that there is a difference between people or things. (reconnaître qu’il y a une différence entre les gens ou les choses). Très souvent, l’adverbe « où » a été utilisé au lieu de « où » et vice versa parce qu’il n’est pas connu la règle d’utilisation ou parce qu’il est plus emphatique, par exemple: Où habitez-vous? Pour la traduction, cette phrase pourrait suivre le style textuel dans lequel elle a été utilisée comme un dialogue populaire, ou être corrigée: Où habitez-vous? Sachant qu’en anglais le même mot Where serve les deux adverbes; il faut donc observer la transitivité du verbe pour une traduction parfaite : Where do you live? et où Where are you going? respectivement: Où habitez-vous? et où allez-vous?

5.4.2 ÉVITER SILABADA ET CACOEPIA

Contrairement à la prosodia et à l’orthosie, les erreurs habituelles de prononciation déjà consacrées par les locuteurs portugais sont parfois automatiquement transférées à l’écriture dans la façon dont elles sont exécutées oralement, causant des fautes d’orthographe. Par exemple: intérimaire, qui en portugais est généralement prononcé «interim» dont la tonicité tombe sur la dernière syllabe, oxitonando il, en anglais est écrit interim (ne tenant pas compte de la prononciation anglaise), ce qui rend encore plus possible l’erreur d’orthographe à des fins de traduction par ceux qui ne connaissent pas l’orthographe correcte.

5.4.3. INEPTCIA DANS L’EMPLOI DE FORMES VERBALES NOMINALES:

Aujourd’hui, il y a une tendance à réduire ou allonger les expressions peut-être dans le but d’avoir un effet élégant sur la façon de s’exprimer. Les gerundismes et les verbes abondants sont mal utilisés en raison du manque de connaissance des règles d’utilisation. En ce qui concerne le premier, il est entendu qu’il sonne mal lorsqu’il est utilisé pour exprimer une action qui sera effectuée lors de la parole parce que l’on n’admet pas le caractère progressif. Par exemple, « Attendez un moment, je vais passer l’appel. » Passer un appel est instantané et non progressif. D’où un aspect vicieux du gérundisme. D’autre part, il peut être parfaitement acceptable s’il est utilisé pour exprimer des actions progressistes qui s’étendent indéfiniment dans l’avenir. Par exemple, « Ne m’appelez pas après le dîner parce que je conduis. » Par conséquent, il est nécessaire de faire connaître les verbes ou les expressions verbales qui dénotent la durée.

En ce qui concerne le second, il est entendu qu’il ne semble pas mauvais lors de l’utilisation de la participle régulière à la place de l’irrégulier et vice versa. Il existe une règle claire qui aide à l’utilisation correcte de ces participants. Les verbes « être » et « être » doivent être utilisés avec les formes irrégulières de participants verbaux, tandis que les verbes « avoir » et « être » doivent être utilisés avec leurs formes régulières, celles qui sont finies en –ado et -disparu. Exemples : 1) « L’invitation a été acceptée. » « L’invitation est livrée »; 2) « Il avait / avait accepté l’invitation. » « Il avait / avait livré l’invitation. » Ces phrases contiennent des verbes abondants, c’est-à-dire des verbes qui ont des participants réguliers et irréguliers. Les phrases de l’exemple 2 se retrouvent dans le « composé précédent plus que parfait » verbal, ce qui équivaut au « plus que parfait », selon les phrases suivantes : « Il avait accepté l’invitation ». « Il avait livré l’invitation. »

Cependant, malgré l’existence de ces règles si claires, il y a des gens qui ne peuvent pas les appliquer ou, parce qu’ils ne les connaissent pas, préfèrent appliquer des formes erronées qui sont devenues populaires même dans les médias sociaux d’un niveau culturel considérable. Exemples: 1) « Je ne suis toujours pas arrivé quand elle m’a appelé »; 2) « J’ai une collation tous les jours »; 3) « Le verbe a été utilisé à tort ». Ces verbes ne sont pas abondants, n’admettant que la forme régulière de la participle, respectivement: 1) est arrivé; 2) apporté; 3) Employé. Il est urgent de connaître les règles grammaticales et orthographiques pertinentes aux sujets liés à cette section afin d’éviter les erreurs qui peuvent être utilisées par inadvertance dans la traduction.

6. ADAPTATION ENTRE LANGUES DANS L’ACTIVITÉ DE TRADUCTION

Étant donné que la traduction est une transposition textuelle entre deux langues, le traducteur doit être prêt à adapter les particularités d’une langue à une autre langue lors de l’exécution de son travail. Si le traducteur n’est pas familier avec sa propre langue de sorte qu’il lui permet d’effectuer une bonne lecture et une bonne écriture, effectuer une traduction de grande qualité sera impossible. Il a besoin de dictionnaires, de grammaires, d’acquérir des connaissances par la recherche, principalement les domaines de connaissance liés à ce qu’il va travailler avec, mais il est perspicace lorsqu’il utilise les sens dénotatifs et connotatifs qu’il obtient de ces outils linguistiques. Plus que d’attribuer des définitions simples trouvées dans les dictionnaires, la traduction doit être faite en respectant les structures sintatiques, sémantiques, stylistiques, phonétiques, orthographiques de la langue à laquelle elle est traduite afin qu’elle soit compréhensible à ce qu’elle lit, à ce qu’elle entend, à ce qu’elle interprète. Pour cette partie même, il ne peut jamais être fait à la lettre, mais prendre en compte les différentes significations textuelles originales pertinentes aux significations dans la langue maternelle.

Les riches structures de la langue portugaise n’ont pas toujours d’équivalents dans d’autres langues, comme dans le cas de la langue anglaise. Par exemple, dans la section 3 de cet article, qui traite de la différence de sens par accentuation, il convient également de mentionner un autre aspect d’une extrême importance: la classification et la performance du sujet dans la phrase. On sait qu’en anglais il n’y a pas de sujet caché, indéterminé ou inexistant, car dans cette langue, toutes les phrases doivent avoir un sujet, à l’exception des verbes impératifs. Il est intéressant de noter que le sujet indéterminé ressemble à l’agent inconnu de la voix passive, comme dans The bank was robbed two weeks ago qui pourrait se traduire par: «Ils ont volé la banque il y a deux semaines». Un autre exemple dans cette section «L’invitation a été acceptée» équivalent en anglais à The invitation was accepted («Ils ont accepté l’invitation»). On comprend qui est l’agent passif en raison du contexte dans lequel la phrase est appliquée. Ce sont des cas dans lesquels la voix passive peut être utilisée en anglais.

Toujours dans la même section, d’autres sujets ont été abordés sur lesquels certains commentaires peuvent être faits au sujet de leur utilisation dans la langue anglaise. Par exemple, la partition en anglais n’est pas utilisée aussi souvent qu’en portugais. Normalement, la langue anglaise utilise plus de critères d’évaluation que les virgules, ce qui tend à diminuer la durée des phrases et provoque ses éléments à subir un changement considérable de position.

L’ordre de placement des phrases entre une langue et une autre est naturellement modifié lorsqu’une traduction est effectuée. En anglais, il est difficile d’éviter l’utilisation de mots ou d’expressions superflus, des déclarations plus objectives qui écartent les idées évasives sont recherchées, rendant les phrases plus transparentes qu’on ne le voit habituellement en portugais lorsqu’on écrit trop pour impressionner le lecteur avec une intellectualité défa vue.

Il y a des particularités dans une langue qui ne peuvent pas simplement être transférées automatiquement à une autre sans observer ses caractéristiques culturelles. Les règles de la langue anglaise, par exemple, excluent la possibilité d’apparaître pléonasmos dans leurs constructions phrasales. Dans ce cas, si un traducteur a l’intention d’utiliser ce type de ressource dans une traduction en portugais devrait tenir compte du niveau de pertinence de son application, comme dans le cas de la référence biblique citée par Jean 11:43 correspondant à Lazarus, come out! dont la référence pléonastique révélerait son application stylistique, parce qu’elle implique un sens au-delà du simple dénotatif.

Toujours dans ce raisonnement faisant référence aux vices de langage, il y a ce qui s’est transformé en gérundisme dans la langue portugaise qui peut provenir d’une tendance de la société dans son ensemble à élitiser la parole, imitant la manière étrangère d’exprimer des phrases, en anglais, qui a une grande influence sur la culture brésilienne. La structure anglaise will + be doinga au moins quatre formes d’application qui doivent être connues pour comprendre son utilisation correcte, et ne pas faire par inadvertance des utilisations équivalentes en portugais. will + be doing (ADMIN, 2019), qui peut se traduire par «Nous ne ferons rien tant que vous ne serez pas ici». Cependant, compte tenu de la pratique «gérundiste» d’aujourd’hui, cette phrase serait dite comme suit: «Nous ne ferons rien tant que vous ne serez pas ici». Ici, il ne s’agit pas seulement de traduire à la lettre car ce n’est même pas le cas, mais c’est le cas de la tendance grossière élitisante par manque de considération (et peut-être pas seulement de connaissance) de la langue elle-même.

On note également les mots seat en anglais et «banque» en portugais. Il existe respectivement des homonymes (1) et des homographes (2):

  1. Seat (of government) = siège du gouvernement; Seat = siège;
  2. Siège (gouvernement) = seat (of government); Soif (eau) = thirst (for water).

Les aspects structurels d’une langue sont variés, mais ceux présentés ici ne servent qu’à attirer l’attention sur la nécessité d’améliorer l’exercice de la fonction de traducteur par la reconnaissance des mots et des expressions, son applicabilité parfaite dans les différents types de textes ainsi que dans l’ensemble de la structure linguistique à l’étude.

7. CONSIDÉRATIONS FINALES

Les « traducteurs » irresponsables, comme l’affirme Silveira (2004), continueront d’exister, comme ils l’ont toujours été. Comme les graines, elles germent toujours à côté de la bonne plante, embrouillant avec elle. Ils ne seront jamais excisés. Mais quoi qu’il en soit, quelqu’un doit se référer, de temps en temps, pour se référer, comme un avertissement sérieux, au mal qu’ils représentent. Dans le domaine où les idées fleurissent, leur existence est aussi nuisible, si catastrophique, qu’une érosion contre laquelle aucune mesure n’a été prise.

Les traductions mal faites ont le pouvoir d’avoir un impact négatif sur n’importe quel lecteur. Il y a des traducteurs humains qui ressemblent beaucoup à des traducteurs virtuels qui sont incapables d’interpréter les caractéristiques et les styles syntaxiques et sémantiques d’une langue seconde et finissent par modifier le message original – les résultats de leur travail sont insuffisants, ce qui peut causer divers dommages.

Premièrement, une connaissance préalable des propriétés lexicales-grammaticales des deux langues dans le processus de traduction est nécessaire pour éviter les erreurs découlant de l’utilisation de mots impertinents sur le sujet à développer ou qui sont écrites en désaccord avec l’orthographe ou dont les significations ne correspondent pas à l’idée centrale du texte parce qu’elles ne sont pas conformes au thème qui est destiné à être abordé. À partir de cette enquête précise, la recherche d’autres exigences linguistiques d’importance égale, telles que les singularités de la langue, se poursuivra : dialectes, expressions idiomatiques, structures verbales – auxiliaires, insinences, contractions, formes nominales, voix – placements pronominaux, etc., afin qu’ils soient appliqués de manière cohérente afin de manifester leur efficacité.

Le bon traducteur est zélé dans le sens d’exceller dans la bonne qualité du texte, en évitant les superfluidités qui ne transmettent rien, mais ne servent qu’à remplir le texte de vains mots afin d’apparaître la suffisance du contenu. En fait, cette suffisance provient d’une capacité communicative du texte qui est reçue par des aspects textuels essentiels comme continuité qui ne peut exister que par la cohésion qui à son tour doit être combinée avec cohérence et même ces articulations avec d’autres accessoires pertinents à la composition textuelle. Ce n’est qu’ainsi qu’il sera possible de former un tout harmonieux dont les unités s’interconnectent offrant un équilibre relationnel syntaxique et sémantique.

Un traducteur approprié fait sa traduction en pensant au lecteur, sur la façon dont le message va l’atteindre, le rendant intelligible. À cette fin, il reconnaît le type, le genre ou la forme textuelle dans lequel il est inséré et adapte son contenu au langage cible afin qu’il y ait une équivalence textuelle qui puisse transmettre avec précision le sens du texte original; cela n’a rien à voir avec la vaine tentative de deviner ce que l’auteur voulait dire. En outre, il adapte le langage (verbal, non verbal ou mixte) à votre public cible en fonction de votre niveau socioculturel.

Tous les traducteurs et les aspirants aimer devraient être conscients de la nécessité d’une amélioration professionnelle par le biais de cours de recyclage et d’une connaissance approfondie des langues impliquées dans le processus de traduction afin de ne pas encourir même des erreurs élémentaires qui finiront par détruire leur réputation professionnelle.

RÉFÉRENCES

ADMIN. English Grammar Secretes: Business English Grammar Will be doing. 22/09/2019. Disponível em: <https://englishgrammarsecrets.com/will-be-doing/business-english-grammar>. Acesso em: 30/12/2020.

ALMEIDA, Virgílio Pereira de. As dificuldades do mau e do bom tradutor. Centro de Ciências de Educação e Humanidades – CCEH. Universidade Católica de Brasília – UCB. Revista Humanitates. Vol. I – Número 1 – Setembro 2004. Charge republicada pela Folha de São Paulo em 1996. Disponível em:

<https://www.researchgate.net/publication/258223157_As_dificuldades_do_bom_e_do_mau_tradutor>. Acesso em: 28 dez. 2020.

ARAUJO, Silvana Silva de Farias. O Embate Norma Popular/ Norma Culta/ Norma Padrão: Implicações no trabalho com análise linguística para falantes do Português Rural Afro-brasileiro. 2008. Disponível em: <www.uesc.br/eventos/selipeanais/anais/silvanaaraujo.pdf>.

BÍBLIA SAGRADA. Trad. João Ferreira de Almeida. Edição Revista e Corrigida. 83ª impressão. Rio de janeiro: Imprensa Bíblica Brasileira, 1995.

CARVALHO, Carolina Alfaro de. A Arte da Tradução: Erros de tradução nas legendas de canais pagos. 06/03/2007. Disponível em: <http://artedatraducao.blogspot.com.br/2007/03/erros-de-traduo-nas- legendas-de-canais.html>. Acesso em: 28 dez. 2020.

COUTO, Sérgio Pereira. A incrível história da Bíblia. São Paulo: Universo dos Livros, 2007.

Dicionário Linguee. Descriminar. 2020. Disponível em:  <https://www.linguee.com.br/portugues-ingles/search?source=auto&query=descriminar+>. Acesso em: 29 dez. 2020.

DICIONÁRIO WORD REFERENCE. Decriminalize. 2020. Disponível em: <https://www.wordreference.com/enpt/decriminalize>. Acesso em: 29 dez. 2020.

DICIONÁRIO WORD REFERENCE. Discriminate. 2020. Disponível em: < <https://www.wordreference.com/enpt/discriminate>. Acesso em: 29 dez. 2020.

ESPN.com.br com Radio Estadão ESPN. ÁUDIO: Professora de francês diz que houve erro em tradução da frase de Valcke. 06/03/2012. Disponível em: <http://www.espn.com.br/noticia/244357_audio-professora-de-frances-diz-que-houve-erro-em-traducao-da-frase-de-valcke>. Acesso em: 28/12/2020.

HORNBY, A. S. Oxford Adavanced Learner’s Dictionary of Current English. Oxford, Oxford University Press, 1987. 1600p.

OLIVEIRA, Ronaldo Alves de. 280 erros comuns na tradução da língua inglesa: termos cujas traduções não são o que parecem. São Paulo: Edicta, 2002. 162p.

REZENDE, Joffre M. de. Linguagem Médica: Falsos Cognatos. 2004. Disponível emm: <http://www.jmrezende.com.br/falsoscognatos.htm>. Acesso em 29 dez. 2020.

SCHOLES, Jack. Inglês para curiosos: a origem, o significado e o uso de palavras e expressões do inglês cotidiano. São Paulo: Papier, 2001. 116p.

SILVEIRA, Brenno. A arte de traduzir. São Paulo: Melhoramentos; Editora UNESP, 2004 [1954].

SLICK, Mathew. Traduções Errôneas da Bíblia das Testemunhas de Jeová. [s.d.] Disponível em: <http://www.monergismo.com/textos/seitas_heresias/tj_traducoes.htm>. Acesso em: 29 dez. 2020.

WIRED. How to: High Five, Treat Beach Wounds, Use Your Computer Remotely. Illustration: Jason Lee. High-Five. Color. 23/06/2008. Disponível em: <https://www.wired.com/2008/06/st-howto-14>. Acesso em: 28 dez. 2020.

[1] Doctorant en enseignement supérieur, master en sciences des religions, spécialiste de l’enseignement supérieur, spécialiste de la traduction, baccalauréat en théologie, baccalauréat et baccalauréat en lettres.

Soumis: Septembre 2020.

Approuvé : février 2021.

Rate this post

Leave a Reply

Your email address will not be published.

DOWNLOAD PDF
RC: 76836
POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

Solicitar Registro DOI
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita
WeCreativez WhatsApp Support
Temos uma equipe de suporte avançado. Entre em contato conosco!
👋 Bonjour, Besoin d'aide pour soumettre un article scientifique?