L’expression de l’avenir du présent en langue portugaise

DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!
Rate this post
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
Email

CONTEÚDO

ARTICLE ORIGINAL

MONKEN, Priscila Mattos [1]

MONKEN, Priscila Mattos. L’expression de l’avenir du présent en langue portugaise. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 05, Ed. 12, Vol. 10, p. 93-105. décembre 2020. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/paroles/avenir-du-present

RÉSUMÉ

Compte tenu de la variété des catégories linguistiques, il est indiqué que l’emploi de l’avenir du présent peut être énoncé de différentes façons. Ainsi, cet article visait à analyser les formes verbales qui expriment l’avenir du présent dans la langue portugaise, en vérifiant l’occurrence et le comportement de celui-ci dans les dessins animés. Plus tard, dans d’autres études, nous traiterons plus spécifiquement, dans la variante des bandes dessinées capixabas des auteurs Milson Henriques et Zappa, sous l’accent de la théorie de la Variation, présentée par William Labov. Ainsi, en utilisant la méthodologie d’examen bibliographique, nous analyserons les trois variantes qui expriment l’avenir selon les concepts abordés par Dubois (2001), Houaiss (2001), Mateus et al (1986), entre autres. Nous concluons que, dans les bandes dessinées, il ya l’utilisation prédominante de périfrase, désignant la croyance en l’événement express et révélant les sentiments du personnage. Cependant, il est nécessaire de poursuivre nos études afin d’élargir les connaissances sur la grammaire traditionnelle en se concentrer sur l’avenir du présent.

Mots-clés: Formes verbales, avenir du présent, variation linguistique.

INTRODUCTION

En portugais du Brésil, l’avenir du présent peut être énoncé, comme une catégorie linguistique, de diverses manières, telles que synthétique (je vais partir), le périfriatique ou analytique (je vais partir) et le présent de l’indicatif (je pars). Il convient également de mentionner, mais pas au centre de nos recherches, les formes modales (je dois partir) et les formulaires triples (je vais commencer à sortir tous les soirs).

Notre travail est basé sur le corpus de bandes dessinées qui sera développé dans d’autres études. Ce corpus a un langage écrit qui ressemble à un langage oral, parce qu’il est novateur et ne se limite pas au servile suivant les diktats de la grammaire normative. Nous examinerons les trois variantes qui expriment le temps futur, comme indiqué ci-dessus. Objectifs, donc, de vérifier l’occurrence et le comportement de l’avenir du présent dans les dessins animés pour montrer quels sont les contextes qui favorisent une certaine forme linguistique, pour confronter plus tard des données de recherche telles que celles d’autres variétés linguistiques, telles que la langue orale dans les éditoriaux des journaux. Dans une prochaine étape, nous analyserons le processus de grammaticalisation que traverse la construction étudiée. Nous avons constaté que la forme synthétique est de moins en moins utilisée, puisque nous voyons une incidence plus élevée de conjugaisons perifriques qui sont disponibles dans l’ordre décroissant de l’intensité de la signification lexicale de l’auxiliaire. Nous notons également que les verbes auxiliaires perdent progressivement la notion de temps et deviennent modaux, puisque les verbes dans la construction de l’avenir du présent perdent tout leur sens et acquièrent un caractère de certitude et d’incertitude, d’hypothèse, de condition, de besoin, d’exigence, de possibilité ou d’impossibilité d’un événement donné. Cette modalité est définie par Ingedore Koch et Mário Villaça (2001) comme « la grammaticalisation des attitudes subjectives de l’orateur et sa transposition au contenu de l’expression ».

Pour mieux comprendre notre recherche, nous clarifions certains concepts d’avenir et de temps : l’avenir est défini par Jean Dubois (2001, p. 300) comme un « temps qui est situé dans l’expression à un moment après le moment présent, après maintenant ». Il indique également que « l’avenir s’exprime par des combinaisons d’états verbaux (Il viendra) ou par des adverbes (Il vient demain) ».

Pour Houaiss (2001), l’avenir du présent est un temps verbal du mode indicatif qui situe une action possible ou un état à un instant plus tard que celui dans lequel se trouve le discours.

Le temps est conceptualisé par Jean Dubois (2001) comme une catégorie grammaticale habituellement associée à un verbe et qui traduit plusieurs catégorisations en temps réel ou naturelles. Maria Helena de Mira Mateus et al (1986, p. 104) ajoute qu’« à l’époque naturelle portugaise, il y a le présent, le passé et l’avenir », elle fait également observer que, puisque l’avenir exprime toujours une valeur modale, dans des langues où il n’est pas grammaticalisé, il est discutable de le considérer comme un temps.

MÉTHODOLOGIE

THÉORIE SOCIOLINGUISTIQUE

Toutes les langues, à tout moment historique et n’importe où, ne seront jamais égales -uniformes-, leur caractéristique essentielle étant l’hétérogénéité. Si nous voyageons à travers le Brésil, nous pouvons observer différentes façons de parler qui révèlent des divergences phonétiques, cinétiques, morphologiques, lexicales, sémantiques, pragmatiques. Il y a des similitudes, cependant, les différentes façons d’exprimer ce que nous pensons nous permettent d’évaluer les façons de parler comme différentes façons de s’exprimer.

Même lorsque nous étudions les façons de parler des gens du même endroit, nous nous rendons compte que la variété de la langue présente des différences qui correspondent à une diversité sociale telle que l’origine géographique, le sexe des gens, l’ethnicité.

Les façons de parler des cultes brésiliens varient aussi. Cependant, ils présentent des traits communs significatifs parce qu’ils sont parlés par des personnes ayant une éducation supérieure de l’éducation formelle. Les locuteurs instruits, constamment exposés à la norme, cherchent souvent à aborder un idéal de langue culturenelle que nous appelons norme.

L’étude des relations entre les variantes sociales et linguistiques qui caractérisent un certain phénomène linguistique est appelée sociolinguistique. L’avènement de cette théorie – sociolinguistique – s’est produit dans les années 60 aux États-Unis, principalement grâce aux œuvres de Labov, qui nous montrent que la langue change et varie, soulignant l’insuffisance des théories linguistiques qui traitent la langue comme immuable. L’objectif des sociolinguistiques, comme dans Alkmin (2001), est d’étudier la langue parlée dans des situations réelles d’utilisation.

Selon Labov (apud TARALLO, 1990), le terme sociolinguistique est redondant, puisque chaque étude de la langue est – ou devrait être – sociale, parce que la langue est un événement social, qui fonde toutes les sociétés. Labov, depuis ses premières recherches, relie le phénomène linguistique au fait social. Ainsi, il est noté que la variation linguistique existante peut ou non avoir un caractère stigmatisé ou, au contraire, de prestige social. Selon Scherre (2000), en portugais, de nombreux phénomènes tels que l’absence d’accord – nominal, verbal – sont stigmatisés, alors que des utilisations comme l’impératif ne le sont pas. Nous avons vérifié que l’utilisation de la forme péristique pour indiquer l’avenir du présent n’est pas stigmatisée, et est même fréquemment utilisée dans les textes écrits.

Il est intéressant pour les sociolinguistiques de vérifier quels facteurs influencent l’utilisation de la forme synthétique pour indiquer l’avenir du présent et de ses variantes, en l’occurrence la forme périfrástica (aller + infinitif) et le présent de l’indicatif. Pour cette analyse, le sociolinguistique variationniste utilise un programme statistique, Varbrul 2S, qui permet de calculer les facteurs qui agissent le plus sur le phénomène en question.

LA VISION DE L’AVENIR DU PRÉSENT DANS CERTAINES GRAMMAIRES DE LA LANGUE PORTUGAISE

Les grammaires normatives du portugais énumèrent certaines utilisations des temps verbaux sans mentionner les aspects sous-jacents à leur signification et leur fonctionnement, reliant étroitement le temps verbal au temps chronologique, même face à des usages verbaux dans lesquels cette relation n’existe pas. Ils se tournent vers la langue écrite, car ils dictent des règles pour réguler et mesurer la langue écrite littéraire, sans tenir compte des variations linguistiques, comme l’alternance de la forme synthétique d’expression du futur (je le ferai) par la forme périphérique (je ferai). Ainsi, ils n’offrent pas une étude complète des verbes, car leurs considérations, bien qu’ayant beaucoup contribué à l’étude que nous proposons aujourd’hui, ne sont pas satisfaisantes. Partant de la détection de cet aspect, nous utilisons la grammaire descriptive et la grammaire fonctionnaliste pour s’opposer à la vision traditionnelle de la langue. La grammaire fonctionnaliste, selon Maria Helena de Moura Neves (1997), a son intérêt tourné vers la vérification de la manière d’obtenir la communication d’une langue, ce qui implique de considérer les structures des expressions linguistiques comme des configurations de fonctions, chacune d’elles étant des vues comme un sens différent de la prière. De cette manière, les différentes formes du futur y sont analysées en référence à des paramètres tels que la cognition et la communication, le processus mental, l’interaction sociale et la culture, le changement et la variation, l’acquisition et l’évolution.

Dans la Grammaire d’Ingedore Koch et Mário Villaça (2001), nous voyons que le verbe sert à marquer la position que les faits énoncés occupent dans le temps, et que cela comme une catégorie grammaticale, est effectuée exclusivement par le verbe et, comme une catégorie nocional, par des morphèmes, des lexemes et d’autres expressions. Les auteurs contribuent à l’étude de l’avenir en différeciant la forme simple et composée, ajoutant à la vision traditionnelle la notion d’aspect. Ainsi, l’avenir simple est considéré comme un temps plus linéaire, car il indique les faits après le moment de l’énonciation, tandis que le futur composé est utilisé pour exprimer l’avenir comme un événement fini, n’indiquant pas exactement les relations de temps.

Dans la grammaire descriptive, nous essayons d’expliquer les mécanismes linguistiques qui impliquent certaines utilisations des formes analytiques et synthétiques de l’avenir du présent.

Notre recherche porte sur le biais de l’analyse linguistique proposé par Labov, dans lequel nous avons des variantes linguistiques qui, selon Tarallo (1990), sont différentes façons de dire la même chose dans le même contexte sans changement sémantique. Nous avons vérifié, de ce point de vue, la préférence de certaines formes au lieu d’autres, cela se produit parce que le langage exprime non seulement l’individu par son caractère de création, mais aussi l’environnement social par son caractère de répétition, l’acceptation de la norme.

LE CORPUS DE LA RECHERCHE : L’ANALYSE DE LA BANDE DESSINÉE

Penha Lins (2002), dans ses études sur les textes comiques, dit qu’il s’agit d’une modalité de langage et qu’ils fonctionnent avec deux codes de signes graphiques: l’image et le langage écrit. Des éléments qui composent la bande dessinée, ce qui donne plus de dynamisme au texte sont les ballons, qui, selon l’auteur, augmentent le niveau de sens. Lyyten (1985) énumère, en plus des plus utilisés, le ballon-discours, d’autres tels que ballon-pensée, ballon-boom, ballon-peur, et clarifie que les mots et les expressions sont sauvés par les effets de tel ou tel ballon.

L’onomatopée apparaît dans les bandes dessinées associées à une figure ou une situation, complétant ainsi le langage et facilitant l’interprétation ou l’induction de celui-ci.

Moya (1977) parle de l’inclusion des mots dans le domaine de l’imagerie de la bande dessinée. Il indique que les mots subissent un traitement plastique, sont maintenant dessinés, devenant des éléments importants pour le texte.

Les bandes dessinées sont publiées quotidiennement sur des pages de journaux internes et leurs récits sont structurés à partir de codes, de linguistiques et de visuels. Ce langage si novateur qui allie visuel et verbal, qui nous rapproche de la langue parlée, une réalité sociale et qui nous révèle souvent de l’humour, est la base idéale pour nos études de variation de l’utilisation de l’avenir du présent, car les bandes dessinées nous offrent une étude sur un langage écrit qui, en approchant de l’oral, nous permet d’entrer dans un univers créatif et en même temps collé aux règles grammaticales.

L’ALLER PERÍFRASE + INFINITIF

L’utilisation de la forme perifrástica pour désigner l’avenir du présent est peu discriminée chez les Portugais. De plus en plus de locuteurs portugais choisissent l’utilisation de la perfection aller + infinitif à la place de l’avenir, ce qui nous amène à la conviction que nous sommes confrontés à un processus de grammaticalisation de la périfrase.

La forme perifrique entre dans la langue parlée pour coder la modalité inhérente au temps futur et coder progressivement l’aspect.

L’avenir ne permet pas l’expression d’une modalité factuelle, puisqu’elle a une valeur temporelle, qui n’accepte que les affirmations selon l’évaluation de la possibilité ou de l’impossibilité que l’orateur fait au sujet de l’apparition d’un état des choses. En ce sens, cette circonstance compromet la détermination de la valeur de vérité de l’hypothèse lorsqu’elle est énoncée, ce qui nous permet d’affirmer qu’il y a toujours une valeur modale liée à la valeur temporelle.

Pour exprimer l’avenir, l’orateur utilise diverses formes verbales, telles que le présent de l’indicatif, l’avenir du présent de la forme indicative et périric, qui est rarement prédit dans les grammaires traditionnelles.

Le verbe aller + infinitif est communément considéré comme un auxiliaire temporel, qui indique le futur, cependant, moins souvent, nous avons le verbe aller comme auxiliaire d’aspect ou comme verbe modal. Les savants considèrent le verbe aller comme modal, à l’exception d’Almeida (1980), ils ne justifient pas une telle classification. Ainsi, nous nous posons une question sur l’avenir, s’il appartient à la catégorie temps ou à la catégorie mode. Traditionnellement, nous voyons la catégorie de temps, comme l’affirment Siqueira (1987) et Silva (1997), qui considèrent tout au plus les verbes modaux comme une exception. D’autres chercheurs, comme Mattoso Câmara Jr., considèrent la modalité d’expression comme fondamentale et le temps comme dérivé. Ainsi, défend Câmara (1957, p. 223), présentant des arguments fonctionnels et diachroniques: «l’avènement de la catégorie future n’est pas déterminé par le besoin d’expression temporelle, certains besoins modaux la matérialisent, de sorte que l’avenir commence comme muet ». Eugenio Coseriu (1957) maintient une position intermédiaire, considérant que le futur vécu est en réalité un temps modal. Maria Carlota Rosa (1994), quant à elle, établit la distinction entre le futur et le futur, le premier étant une catégorie morphologique, comme on peut le voir dans les morphèmes indiquant ce temps verbal, et le futur une notion qui désigne le futur du présent de manière indicative comme mode et pas aussi tendu. Sten (apud ROSA, 1999) considère la temporalité de base dans le futur et parle de certaines utilisations modales, qu’il considère dérivées de la fonction temporelle.

Nous nous demandons si, dans le cas du verbe aller + infinitif, la désignation de l’avenir est sa fonction primordiale, indiquée par son aspect morphologique de l’auxiliaire, ou si le « aller » désigne la futurité par la sémantique du verbe lui-même, étant donc un fait secondaire, comme dans le devoir modal des verbes et ayant qu’ils sont considérés comme auxiliaires par Ilari (1997).

ALLER DANS LE SYSTÈME DES VERBES MODAUX DANS UNE DESCRIPTION ACIONAL

Dans une analyse de la sémantique du verbe aller + infinitif, sous l’angle de la Théorie de l’Action, nous avons constaté que l’aller fait partie, à l’exception de l’utilisation dans le passé parfait du mode indicatif, dans le système sémantique des verbes modaux, et ce dans les deux utilisations que nous appelons l’orientation anationale et épistémique. Dans le contexte de la théorie de l’action, élaborée pour les verbes modaux de l’allemand, par Brunner Redder (1983), qui s’applique également aux verbes modaux de la langue portugaise, les verbes modaux dans l’emploi non épistémique font partie de deux ensembles sémantiques : un ensemble qui désigne des objectifs aimables (appartiennent à ce sous-ensemble, en portugais : aller, vouloir, vouloir, vouloir, avoir l’intention, penser, aimer, avoir) et l’autre ensemble et poids de l’action (le pouvoir qualifie et pondère des alternatives d’action (le pouvoir qualifie et pondère des alternatives d’action (le pouvoir qualifie et pondère des alternatives d’action (pouvoir , sachant, être capable, doit, avoir besoin, avoir à, avoir à, avoir à, et, comme verbes modaux impersonnels: ajustement, ajustement, se conformer, remplir, donner à, doivent, être d’être de, d’être légal, d’être avare, d’être monsieur, d’être nécessaire, d’être possible, d’être précieux).

Les verbes modaux qui désignent un objectif acional diffèrent les uns des autres dans les aspects suivants :

– Position dans les phrases du processus d’action

– (non) L’identité entre l’agent de niveau objectif acional et l’administrateur de la

– Certitude de l’objectif acional

-Question de savoir si l’objectif acional est situé à l’intérieur ou à l’extérieur de l’espace contrôlé par l’agent.

Les verbes modaux qui qualifient et réfléchissent aux alternatives d’action diffèrent dans le thème de trois questions :

– la question sur laquelle repose l’existence de l’action alternative en question;

– La question de savoir quel est le poids attribué à l’action alternative en question, par rapport aux autres alternatives possibles, présente dans le stock de connaissances des partenaires de communication;

– La question du résultat du poids attribué à l’action alternative en question.

Les verbes modaux épistémiques diffèrent :

– Quant à la genèse de la qualification épistémique, qu’elle soit probante (intention et opinion) ou inférentielle (pouvoir, devoir, devoir et non besoin);

– Le type d’inférence responsable de la source de la preuve;

– Quant à la probabilité de l’état des choses à ce sujet (seuls les verbes modaux épistémiques-inférentiels)

 L’AVENIR DU PRÉSENT : VISION SOCIOLINGUISTIQUE

Comme on le voit dans la section se référant à la méthodologie, la sociolinguistique labovienne propose d’étudier la relation entre la langue et la société, considérant le système linguistique comme hétérogène, mais sensible à la systématisation. Il est important pour les sociolinguistiques de vérifier l’existence de formes variantes et si ces formes ont tendance à devenir un changement ou non. Yacovenco (2002) considère que lors de l’étude d’un phénomène de variation ou de changement, il est nécessaire de suivre les étapes suivantes : restrictions; ajustement, évaluation et transition; Application. Dans la phase de restrictions, nous avons établi les variables, sociales ou linguistiques, qui influencent le phénomène analysé. Dans le cas de l’avenir du présent, sur la base de l’étude de Gibbon (2001), nous avons établi les variables linguistiques suivantes : mode verbal, type sémantique du verbe, personne de la parole, influence des verbes auxiliaires, marques de futurité. Nous ajoutons le parallélisme facteur comme actif sur l’utilisation de l’une des variables indépendantes.

Dans l’étape appelée amarrage, nous analysons comment la variation et le changement affectent ce qu’on appelle une langue. Toujours dans cette phase, l’évaluation a lieu, qui se réfère « à l’étude sur les changements et leurs effets sur la structure linguistique et l’efficacité communicative » (YACOVENCO, 2002, p. 158). Par conséquent, nous basons la recherche sur le fonctionnalisme américain, de sorte que nous essayons d’expliquer, sur la base des préceptes de cette théorie, la grammaticalisation de la forme perifrástica. Cette étape sera développée dans les travaux futurs.

La transition et la mise en œuvre se réfèrent au changement linguistique lui-même. La première vérifie les étapes intermédiaires entre la variation et le changement, tandis que la seconde cherche à évaluer quels sont les facteurs impliqués dans l’efficacité du changement linguistique.

Nous analyserons ci-dessous les facteurs linguistiques qui influencent l’utilisation de l’avenir du présent dans la langue portugaise.

MODE VERBAL

Selon Gibbon (2003), le périfrase tend à apparaître lié à l’époque du mode indicatif et est inhibé par le subjonctif, puisque ce mode est considéré comme l’incertitude, le doute et l’hypothèse, tandis que l’indication indique la certitude au sujet de l’affirmation. Gibbon vérifie alors l’influence du mode verbe de la prière liée sur l’utilisation de la forme perifrástica. Selon certains auteurs (MATEUS et al., 1993 apud GIBBON, 2003), la forme périssastique doit être interprétée comme modale, exprimant la certitude quant à la réalisation du fait exprimé dans l’affirmation. Toutefois, nous notons que, parce que le mode indicatif exprime la modalité, l’indication du temps futur est exprimée par la forme perifrástica, étant donc cette forme dans le processus de grammaticalisation, n’étant pas entièrement à la hauteur de la fonction de codage du temps, parce que sa motivation initiale serait de marquer la modalité.

TYPE SÉMANTIQUE DU VERBE

Comme Gibbon (2003) le souligne, les verbes, qui se caractérisent par l’indication du mouvement, restreignent l’utilisation de la forme perifrástica pour indiquer l’avenir du présent, parce que, si l’utilisation de la partphrase se produisait, il y aurait un double marquage du mouvement. Ainsi, les verbes avec dénotation de mouvement sont plus susceptibles d’utiliser la forme actuelle ou synthétique pour indiquer l’avenir du présent. D’autre part, nous avons observé (GIBBON, 2003) que le principal facteur de conditionnement de l’utilisation de la forme péristique est le caractère statique du verbe, à la fois dans la prière liée aux données et dans le verbe principal lui-même qui est jumelé avec l’ALLER  dans la périfrase.

PERSONNE DE LA PAROLE

Selon l’étude de Gibbon (2003), l’un des facteurs de conditionnement de l’utilisation de la forme périfriatique est la participation des interlocuteurs, c’est-à-dire la présence de la première et de la deuxième personne du discours, puisque, parallèlement à la notion de temporalité, il y a, comme déjà affirmé, la notion de modalité dans l’expression de l’avenir par la forme analytique. L’une des questions abordées est que la présence d’interlocuteurs favorise l’expression de la certitude et d’autres intentionnalités, dans l’énonciation, d’où le favoritisme de la forme perifstique. Inversement, le facteur qui inhibe cette forme est l’utilisation de la troisième personne dans le discours, peut-être parce qu’il s’agit d’une forme qui n’implique pas les participants de l’interaction, ne compromettant donc pas l’expression.

CONCLUSIONS PARTIELLES

Nous croyons que dans les bandes dessinées, en raison de notre étude initiale, nous avons plus d’utilisation de la périphrine, désignant plus de croyance dans l’événement exprimé par les personnages ainsi que le sentiment révélateur. Nous avons remarqué que dans une situation de plus grande informalité, la perfection est largement utilisée et donc, dans le genre hybride de la bande dessinée, nous avons pensé que ce serait une justification du choix pour de telles formes d’expression.

Au début de nos recherches, nous avons ressenti le besoin d’élargir nos connaissances sur les propositions de grammaires traditionnelles concernant l’expression de l’avenir du présent. En conséquence, nous poursuivrons nos études pour un enseignement plus humanisé et pour la vie, qui rompt avec la dynamique de répétition et de reproduction du contenu.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

ALKMIN, Tânia Maria. Sociolinguística. In: MUSSALIN, Fernanda, BENTES, Anna Christina (orgs). Introdução à linguística: domínios e fronteiras. São Paulo: Cortez, 2001.

BECHARA, Evanildo. Moderna gramática da língua portuguesa. Rio de Janeiro: Lucerna, 2002.

CAMARA JR., Joaquim Mattoso. História e estrutura da língua portuguesa. Rio de Janeiro: Padrão, 1975.

CUNHA, Celso e CINTRA, Lindley. Nova gramática do português contemporâneo. Rio de Janeiro: Nova Fronteira,2000.

GIBBON, Adriana de Oliveira. A expressão do tempo futuro na língua falada de Florianópolis: gramaticalização e variação. Boletim da Abralin. N 26, vol. 2, 2003:29-32.

GIBBON, Adriana de Oliveira. A gramaticalização da forma perifrástica (ir+infinitivo) como codificadora do tempo futuro: o percurso a partir de fatores semânticos, discursivos e sociais. Cadernos do CNLF, série IV, n7, 2000 (versão on-line).

JOHNEN, Thomas. Da integração semântica de ir + infinitivo no sistema dos verbos modais numa perspectiva de descrição semântica no âmbito de uma teoria de ação. Filologia e linguística portuguesa. São Paulo, Humanitas, V. S, pl143-176, 2003.

LINS, Maria da Penha Pereira. O humor em tiras de quadrinhos: uma análise de alinhamentos e enquadres em Mafalda. Vitória: Grafer,2002.

LUFT, Celso Pedro. Moderna Gramática Brasileira. São Paulo: Globo,2000.

MATEUS, Maria Helena Mira et al. Gramática da língua portuguesa. Coimbra: Almedina,1983.

NEVES, Maria Helena de Moura. A gramática funcional. São Paulo: Martins Fontes, 1997.

NEVES, Maria Helena de Moura. A gramática funcional. São Paulo: Martin Fontes, 2001.

NEVES, Maria Helena de Moura. Gramática do português falado. Vol. VII. São Paulo: editora da UNICAMP, 1999.

VILELA, Mário e KOCH, Ingedore Villaça. Gramática da Língua Portuguesa. Coimbra: Almedina, 2001.

[1] Maîtrise en cognition et langue. Spécialisation en révision de texte. Graduation en lettres portugaises.

Soumis : décembre 2020.

Approuvé : décembre 2020.

Rate this post

Leave a Reply

Your email address will not be published.

DOWNLOAD PDF
RC: 71820
POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

Solicitar Registro DOI
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita
WeCreativez WhatsApp Support
Temos uma equipe de suporte avançado. Entre em contato conosco!
👋 Bonjour, Besoin d'aide pour soumettre un article scientifique?