La psychopédagie et l’art-thérapie se rencontrent dans le processus d’apprentissage de l’enseignement

DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!
3.7/5 - (3 votes)
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
Email

CONTEÚDO

ARTICLE ORIGINAL

MAINARDI, Maria Lucia Teixeira [1], AMARAL, Célia Regina Da Silva [2]

MAINARDI, Maria Lucia Teixeira. AMARAL, Célia Regina Da Silva. La psychopédagie et l’art-thérapie se rencontrent dans le processus d’apprentissage de l’enseignement. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 05, Ed. 02, Vol. 03, p. 39 à 54. février 2020. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/education-fr/psychopedagie

RÉSUMÉ

Cet article traite d’une recherche en psychopédagie, dans laquelle deux expériences vécues en classe sont rapportées et vise à comprendre le processus d’enseignement de l’apprentissage chez les enfants en difficulté pour améliorer leur performance scolaire et l’interaction avec d’autres enfants. Les sujets choisis étaient deux enfants : l’un d’une école privée et l’autre d’une unité municipale d’éducation de la petite enfance, parce qu’ils ont démontré des difficultés à présenter la langue, l’interaction et la socialisation. Pour cette recherche, les concepts de psychopédagogie et d’art-thérapie ont été réalisés. Le but de cette recherche était de démontrer que la psychopédagogie et l’art-thérapie peuvent être des facilitateurs du développement cognitif de ces enfants, considérant que la rencontre d’activités de dessins, peintures et actes de modélisation sur les émotions des enfants qui ont de la difficulté à verbaliser leurs découvertes dans l’apprentissage.

Mots clés: psychopédagogie, art-thérapie, enfants, difficultés, apprentissage.

INTRODUCTION

Cet article traite d’une recherche d’une monographie dans Psychopedagogy, dans laquelle deux expériences vécues en classe sont rapportées et visant à comprendre le processus d’apprentissage de l’enseignement chez les enfants ayant des difficultés à améliorer leurs performances scolaires, l’interaction et la socialisation avec d’autres enfants.

Les sujets choisis étaient deux enfants : l’un de l’école privée de la petite enfance et l’autre d’une unité municipale d’éducation de la petite enfance, parce qu’ils ont démontré des difficultés à présenter la langue et l’interaction.

[…] bien que nous connaissions les notions d’art-thérapie parce qu’elle inclut dans son contexte le traitement psychothérapeutique, qui utilise l’expression artistique comme médiation (danse, théâtre, musique et autres), nos connaissances sont encore limitées, en ce qui concerne la représentation plastique : dessin de peinture, gravure, modélisation, masque, marionnette. (PAIN, 1996, p.9)

Pour cette recherche, les concepts de psychopédagogie et d’art-thérapie ont été jumelés.  Le but de cette recherche était de démontrer que la psychopédagogie et l’art-thérapie peuvent être des facilitateurs du développement cognitif de ces enfants considérant que la rencontre d’activités de dessins, peintures et actes de modélisation sur les émotions des enfants qui ont de la difficulté à verbaliser leurs découvertes dans l’apprentissage. Valoriser le monde ludique avec des contes de fées, des jouets de roue comme une forme de reconstruction interne.

La psychopédagogie et l’art-thérapie ont des points similaires dans la conduction et la prévention des difficultés dans l’apprentissage des enfants et ont comme diagnostics et intervention. Les professionnels doivent concevoir un œil vif et une notion vive de compréhension pour comprendre les messages qui sont transmis par la forme non verbale de la communication.

À cette fin, il est nécessaire d’observer tout le comportement présenté par l’enfant comme sa marche, le ton de la voix, son « yst » général traite cette étude de problèmes simples et communs, ainsi que montre la symbologie enfantine et les façons créatives de traiter dans chaque cas.

La psychopédagogie, ainsi que l’art-thérapie, vise le bien-être du développement et de l’équilibre dans le domaine de l’apprentissage et de la conscience de soi. Et il a en commun des références théoriques qui ont défini des concepts similaires et qu’il dit le respect de l’expression de soi. C’est l’art illimité lié au processus thérapeutique qui transforme et élargit le potentiel créatif.

Ces deux domaines d’étude visent le bien-être, le développement, l’équilibre, dans le domaine de l’apprentissage et de la conscience de soi. Par conséquent, c’est une façon de travailler en utilisant le langage artistique comme base de la communication client-professionnel, c’est-à-dire, enseignant – étudiant. Et son essence est la création non esthétique et l’élaboration artistique pour la santé et l’apprentissage.

Les langages plastique, sonore, dramatique, corporel et littéraire, impliquant les techniques de dessin, de peinture, de modélisation, de constructions, de son, de musicalisation, de danse, de théâtre, de poésie et de jouets de roue chantés. Dans ces suivis, une évaluation est également appliquée pour prouver les résultats obtenus.

À cette qualité de vie dans une institution scolaire que la science de la psychopédagogie s’applique à la connaissance de la psychologie qui constitue une façon de voir et de sentir le besoin de l’enfant comme l’élément principal et le percesee comme il est.

La pertinence de cet article est l’association des deux domaines de la connaissance, parce que le travail psychopedagogique et l’art thérapeutique vise à la croissance culturelle émotionnelle pour les étudiants et les enseignants, à partir du moment où ils fournissent le bien-être de l’autre, En ce sens, l’objectif général de cette étude était: Comprendre le processus d’apprentissage de l’enseignement chez les enfants avec difficulté leur école interactive et la performance affective.

Et comme objectif spécifique: Identifier les enfants ayant plus de difficultés à verbaliser à travers leur imaginaire et de comparer la performance parmi les enfants assistés par psychopédagogie, ayant dans ce processus l’art-thérapie comme un facilitateur de l’enseignement / apprentissage.

CADRE THÉORIQUE

BRÈVE HISTOIRE DE LA PSYCHOPÉDAGOGIE

La psychopédagogie est née en Europe, au début du siècle. Les premiers centres psychopédagogiques ont été fondés en France en 1946 par J. Boutonier et George Mauco, qui ont essayé de réadapter les enfants avec des comportements socialement inappropriés à l’école ou à la maison et d’aider les enfants ayant des difficultés d’apprentissage, même si les enfants étaient intelligents, les centres ont réuni des connaissances de psychologie, psychocanalisation et pédagogie. (MERY, apud BARBOSA, 2000).

En Amérique du Sud, les premières études psychopédagogiques ont vu le jour en 1960, et en Argentine, influencées par les courants européens et à Buenos Aires dans les années 1970, des centres psychopédagogiques ont vu le jour.

Au Brésil, à Porto Alegre, dans les années 1970, des formations spécialisées en psychopédagogie ont commencé, se concentrant sur les problèmes d’apprentissage, ayant comme principal diffuseur le professeur argentin Jorge Visca, qui a publié un cours dans plusieurs villes brésiliennes.

La psychopédagie est née comme une occupation empirique en raison de la nécessité d’aider les enfants ayant des difficultés d’apprentissage, dont les causes ont été étudiées par la médecine et la psychologie. Au fil du temps, qui était initialement une action subsidiaire de ces disciplines, il a été présenté comme des connaissances indépendantes et complémentaires, possédant un objet d’étude (le processus d’apprentissage) et des ressources diagnostiques, des courtiers et des ressources préventives de ses propres. (VISCA, 1987, p.7).

La psychopédagogie n’est pas une discipline mais interdisciplinaire, car elle opère dans divers domaines de la connaissance, des études et des travaux dans l’apprentissage humain, offre un champ d’intervention dont les limites sont larges. Le processus d’apprentissage humain lui-même est un phénomène complexe qui implique de multiples facteurs et remet en question toute tentative d’explication d’un seul discours scientifique.

Selon Fernandez (1990). L’être humain apprend de son organisme individuel hérité et de son corps construit de manière spectaculaire, d’une intelligence construite d’une manière interactionniste, c’est-à-dire que le sujet et l’environnement dans lequel il vit sont imprégnés de désirs, qu’ils soient les siens ou les autres.

Ces apprentissages ont lieu dans le lien humain, dont le premier noyau est dans la famille, parce que l’être humain est le seul être qui a besoin, jusqu’à la fin de sa vie, d’apprendre pour vivre.

Allessandrine (1996) souligne que la psychopédagogie agit praxis avec l’ensemble de l’être, permettant à l’étudiant de se développer intégralement. Il considère également que c’est une façon pour lui de développer ses connaissances et son processus d’apprentissage tout au long de la vie. L’auteur est une maîtrise en psychologie, psychopédagogie et, Art Therapy étudié le constructivisme de Jean Piaget et ses conséquences dans les pensées cliniques, dans la façon de penser le monde dans l’univers de la formation de concept et de la construction cognitive.

Pour synthétiser les théories présentées, un cadre a été élaboré pour comprendre la définition des concepts de base des auteurs qui soutiennent cet article.

Tableau 01 : Définition des auteurs sur certains concepts fondamentaux de la recherche

Concepts

                PSYCHOPEDAGOGY ARTTHÉRAPIE
ALLESSANDRINI: Psychopedagogy travaille praxis avec l’ensemble de l’être, permettant à l’étudiant de développer son développement intégral. Il considère également que c’est une façon pour lui de développer ses connaissances et son processus d’apprentissage tout au long de sa vie.

BARBOSA: L’apprenti est un entier; en même temps qu’il a des aspects communs à tous les apprentis, ils ont une particularité qui est liée aux relations qu’il établit comme un moyen au moment de l’interaction.

VISCA: La psychopédagogie est née comme une occupation empirique en raison de la nécessité d’aider les enfants ayant des difficultés d’apprentissage, dont les causes ont été étudiées par la médecine et la psychologie. Au fil du temps, qui était initialement une action subsidiaire de ces disciplines, est devenu l’objet d’études (processus d’enseignement de l’apprentissage) et de ressources diagnostiques, de courtiers et de ressources préventives.

FERNANDEZ: L’apprentissage est un processus dont la matrice est de lier, ludique et sa racine du corps; son déroulement, la créativité se met en jeu par l’articulation : intelligence, désir, équilibre, assimilation et accommodement.  

 

 

PAIN: L’art-thérapie joue un rôle important – de suivre le processus d’apprentissage et d’être un témoin de votre aventure, aidant à surmonter les obstacles rencontrés, compte tenu d’un point de vue subjectif. Par conséquent, il doit y avoir une norme dans l’observation des sujets qui effectuent une activité créative pour décider de l’opportunité et du contenu de l’intervention

CIORNAI: L’importance de la subjectivité et de l’inconscient (« de ce qui influence et pèse sur les choix humains n’obéissent pas aux lois cartésiennes, la logique rationnelle ») et les images oniriques et picturales comme un élément diagnostique et révélateur de ce qui devient révélateur dans les œuvres de Freud, Jung.
FERGUSON : Il s’agit d’études sur la subjectivité humaine complexe et sa transformation, c’est-à-dire la transformation de la conscience : être conscient de sa propre conscience.

VALADARES; FUSILI : L’art-thérapie comme processus de stimulation de la créativité permet aux clients d’exprimer et de communiquer des idées et des émotions, ce qui permet d’accroître l’estime de soi et l’expression émotionnelle, réduisant ainsi leur anxiété.

JUNG: processus d’individuation est une ingénierie entre le centre d’auto-organisation à partir de laquelle l’action réglementaire émane que l’auteur a appelé le « noyau atomique » de notre système Psyché.

Source : Collection de chercheurs/2007.

DÉFINITION DE L’ART-THÉRAPIE

Selon Pain (1996), ces activités ont en commun l’objectif de la représentation visuelle du domaine figuratif, de la transformation de la matière. Parce qu’il s’agit d’un domaine récent, datant de l’après-guerre, il est nécessaire de prendre le mot « r » dans le sens qu’il a acquis dans la seconde moitié du siècle, dans lequel il n’est plus un métier de la récréation de la beauté idéale, ni au service de la religion ou l’exaltation à la nature.

Cette observation constitue une reconnaissance de la rupture de l’art contemporain avec ceux qui l’ont précédée, en demandant à notre époque quelle est la fonction de l’art et quel changement est possible de se produire, du choix des techniques à utiliser et aussi de l’idéologie du sujet qui le vit.

Le langage de l’art-thérapie devient hybride, à partir de la compréhension que d’autres peuples utilisent divers moyens d’art thérapeutique. Cependant, le dessin et la peinture sont ceux qui expriment le plus la contextualisation de « tre z-es », conduisant l’individu a servi à acquérir une meilleure qualité de vie, en relation et en s’intégrant avec leur environnement et avec le monde qui l’entoure.

Parmi les tendances actuelles, selon Pain (1996), le travail en art-thérapie est le plus proche de la clinique psychothérapeutique, qui considère l’activité plastique comme un support secondaire parce qu’il attribue l’effet thérapeutique provenant des échanges verbaux autour du contenu de l’œuvre.

[…] bien que nous connaissions les notions d’art-thérapie parce qu’elle inclut dans son contexte le traitement psychothérapeutique, qui utilise l’expression artistique comme médiation (danse, théâtre, musique et autres), nos connaissances sont encore limitées, en ce qui concerne la représentation plastique : dessin de peinture, gravure, modélisation, masque, marionnette. (PAIN, 1996, p.9)

 D’autre part, l’art-thérapie soutient l’individu de sorte que, à travers les images acquises dans son univers intérieur, donner des sens, explorer et purger les conflits subjectifs.

L’art-thérapie, pour l’auteur, a un rôle important qui est de suivre le processus d’apprentissage et d’être un témoin de son aventure, aidant à surmonter les obstacles rencontrés, en les considérant, à la fois, d’un point de vue subjectif et objectif. Pour cela, il est nécessaire d’avoir des normes dans l’observation des sujets qui effectuent une activité créative et, d’autre part, décider de l’opportunité et le contenu des interventions.

Dans le contexte du thérapeute est nécessaire une grande capacité de concentration chaque fois que le processus de construction symbolique est considéré comme une aventure continue, dans laquelle les transformations successives sont plus importantes que le résultat final. Selon la dernière définition, Art Therapy:

[…] il est fondé sur la conviction que le processus créatif impliqué dans l’activité artistique est thérapeutique et enrichit la qualité de vie des gens. L’art-thérapie est l’utilisation thérapeutique de l’activité artistique dans le contexte d’une relation professionnelle par des personnes qui éprouvent des maladies, des traumatismes ou des difficultés dans la vie, ainsi que par des personnes qui recherchent le développement personnel. En créant de l’art et en réfléchissant aux processus et aux œuvres d’art qui en résultent, les gens peuvent élargir leurs connaissances d’eux-mêmes et des autres, accroître l’estime de soi, mieux gérer les symptômes, le stress et les expériences traumatisantes, développer des ressources physiques, cognitives et émotionnelles, et profiter et apprécier la réalisation vitalisante de la pratique artistique. Les art-thérapeutes sont des professionnels ayant une formation en art et en thérapie. Il a des connaissances sur le développement humain, la théorie psychologique, la pratique clinique, les traditions spirituelles, multiculturelles et artistiques et sur le potentiel curatif de l’art. Ils utilisent l’art dans les traitements, les évaluations et la recherche, offrant des conseils aux professionnels dans des domaines connexes. Les arthérapistes travaillent avec des personnes de tous âges, individus, couples, familles, groupes et communautés. (AATA, 2003).

Allessandrini (1969), a été l’implémenteur d’ateliers créatifs et l’élaboration d’une méthodologie pour travailler dans l’atelier thérapeutique, contextualise qu’il s’agit d’un espace dans lequel le participant, à travers une activité artistique, exprime de manière créative une image, qui est traitée dans la découverte et la sensibilisation.

Pensez selon Pain; Jarreau (apud ALLESSANDRINI, 1969) qui considère l’atelier thérapeutique comme un lieu d’aventure, dans lequel le participant choisit les risques qu’il veut prendre, comme il entre en contact avec le matériel qu’il avait affinité: un fait intéressant au lieu d’une belle action. Créer, c’est explorer les mondes intérieurs, éveiller par la sensibilisation, le dialogue et sentir le matériel qui aflorathe émotions, le partage et l’évaluation de son résultat final.

Pour explorer les mondes intérieurs, il est nécessaire de comprendre l’autre par le développement humain, son temps conscient et inconscient.

La psychologie, selon Winnicott (apud ALLESSANDRINI, 2004) a étudié le mécanisme conscient et inconscient de la psyché. En ce sens, le dévoilement des processus psychiques de Freud, Jung, Winnicott et d’autres nous aident, d’une manière forte, à comprendre l’importance de tels mécanismes dans le développement humain.

ÉTUDE DE CAS I

Cet article traitait d’un compte rendu de l’expérience vécue dans un établissement scolaire public municipal, dans le but de diagnostiquer certains problèmes d’apprentissage, dans le contexte de la relation entre les parents et les enfants de l’éducation de la petite enfance. Cette analyse se fait basée sur les changements dans le comportement des enfants pendant le cours, ainsi que sur l’évolution dans le développement de l’apprentissage avec les enfants ayant de la difficulté à verbaliser.

La présente étude était basée sur des observations dans le jardin I et II, dans lesquelles nous avons trouvé un enfant, dont le nom fictif est (M) qui présente des difficultés d’apprentissage, en particulier dans la parole et la langue, étant de six ans, étudiant le matin à Jardim l et l’après-midi à Jardim ll, sous la garde du même professeur dans les deux quarts de travail. Il est souligné qu’une entrevue a été menée avec leurs parents, enseignants et autres collègues de leurs classes.

Nous savons que l’apprentissage dans les premières années scolaires est un facteur primaire dans le développement de l’enfant, à la fois à l’école et dans la famille, en plus des facteurs affectifs émotionnels qui permettent à l’enfant d’acquérir ses connaissances avec beaucoup de succès. Par conséquent, les préparatifs d’activités ludiques impliquant la motricité, la concentration, l’équilibre et la perception pour vérifier quelles difficultés d’apprentissage (M) présentaient.

L’article est basé sur la lecture du point de vue de la psychologie analytique structurée par Carl Gustav Jung, dans lequel il ya un accent sur la relation entre la famille et l’apprentissage, parce que selon Jung (apud SARGO, 2005, p.57):

[…], la base indispensable pour le développement de l’Ego de l’enfant est sa relation avec la mère personnelle ou le substitut, qui humanisera l’archétype de la Grande Mère, dont la norme est d’assurer la sécurité et, surtout, la protection de la continuité de l’existence de cet être. Cet archétype est régi par les principes du plaisir de la fertilité, de la sensualité, de l’émotion et de la nutrition.

Depuis,

 […] dans ce cycle, a non seulement un sentiment de nourrir physiquement, mais surtout de nourrissant affectivement. Dans cette mesure, il est entendu que la nourriture donnée sans affection n’est pas en mesure de se nourrir avec la qualité de toute façon (ibid. p.58)

Par conséquent, il est nécessaire que la relation de l’enfant avec sa mère dans les premiers mois de la vie soit indispensable et d’un caractère exceptionnel.

Il a été observé au cours de l’entrevue avec les parents et les grands-parents que la naissance de (M) était un peu problématique, puisque l’enfant en question est né de l’accouchement normal à la maison avec huit mois de gestation, étant hospitalisé dans la Santa Casa de Misericórdia pendant une semaine, en raison de présenter des taches sur son corps, appelé cyanose. Comme sa mère nous le rapporte même (M), elle a toujours été un enfant affaibli sujette à des maladies, et jusqu’à l’âge de quatre ans a été traitée avec des médicaments contre la pneumonie et seulement après une certaine consultation avec le pneumologue a été un problème cardiaque détecté, ce qui l’amène à être constamment médicamenté avec des médicaments contrôlés et d’avoir à consulter des médecins périodiquement , en plus de passer des tests régulièrement.

(M) présente des difficultés dans la parole, c’est-à-dire la langue et, pour cette raison, son écriture, c’est-à-dire que ses dossiers ou codes écrits ne sont pas encore assez développés pour son âge. Puis, ses professeurs ont demandé à sa mère de demander l’aide et l’accompagnement d’un orthophoniste. Ainsi, la mère de l’enfant a demandé une référence au médecin, cependant, cette dame avait perdu le rôle, le guide médical, pour un tel spécialiste.

Ce que nous pouvons observer et détecter au cours de nos entretiens avec les parents de (M) est intéressant car il ya des similitudes dans les comportements des parents avec l’enfant, parce que le ton de la voix est faible et très prudent lors de l’expression; ils ne doivent pas parler beaucoup, mais observer beaucoup; ils ne parlent que lorsqu’ils sont incités. De plus, les parents et les personnes vivant avec (M) n’ont pas l’habitude de lire et de se parler; la mère ne s’acquitte que des tâches de la maison, comme s’il s’agissait de son obligation totale et ne démontre aucune voix imposante pour ses enfants; sont des figures apathiques, avec des expressions très tristes et souffrantes.

En ce qui concerne l’interaction en classe, il trouve difficile de s’identifier, parce que nous détectons qu’il ne peut pas terminer les activités proposées. Dans quelques instants, il commence, mais ensuite abandonne la procédure. Nous avons identifié dans (M), qui n’a pas réagi aux stimuli et est presque toujours apathique.  Au cours des activités développées en groupes, cherche toujours à s’éloigner.

Nous avons donc remarqué qu’il s’exprime beaucoup plus après les interventions, bien que d’une manière faible et précaire, parce qu’il a une bonne coordination motrice épaisse (courir, sauter et surmonter l’obstacle). À la fin du deuxième semestre, il a été constaté que l’enfant s’exprimait déjà volontairement, par exemple, qu’il irait aux toilettes, souriant quand sa mère arrivait pour le ramasser, en plus d’avoir montré à plusieurs reprises l’intérêt pour la manipulation du jouet alphaoctet, pris pour effectuer des interventions psychopédagogiques, y compris avoir à parler à (M) qu’il y avait d’autres mécanismes, c’est-à-dire d’autres formes d’écriture comme le crayon , par exemple, puisqu’il a refusé d’enregistrer ses codes écrits de cette manière simple. (E) à travers beaucoup de conversation pour se convaincre et grâce à la coopération de certains enfants et les enseignants qui l’ont accompagnée.

Il a été vérifié à la lumière de la psychologie analytique de Jung que la difficulté de (M) dans l’apprentissage provient de l’absence d’un plus grand contact physique, l’affection, les règles d’enseignement, à la fois de la part de la mère et le père, parce qu’il n’a pas de voix de commandement, un plus grand dialogue avec l’enfant, ne démontrent qu’une certaine surprotection.

Pour Jung (apud SARGO, 2005, p.166):

 Nous savons que les implications des relations interpersonnelles dans le processus d’apprentissage sont sans aucun doute incontestables. Une relation insatisfaisante peut créer des conflits chez les enfants générant en plus de difficultés spécifiques (écriture, lecture, raisonnement) des problèmes tels que la dispersion de l’apathie et l’indiscipline. Ces comportements sont des symptômes générés par les mécanismes de défense, utilisés par les enfants et les adolescents contre les influences externes des adultes, afin qu’ils puissent se donner, sans être dérangés, aux processus internes de la fantaisie (p.166)

ÉTUDE DE CAS II

Cette étude de cas et d’observation avait comme principe le suivi du développement de l’apprentissage de l’élève (E), nom fictif, de l’élève du Jardin I d’une école privée. Suivre la croissance d’un enfant, c’est comme planter une graine et la voir germer graduellement, avec quelques moments d’interruption causés par des maladies telles que la grippe, les allergies et d’autres qui empêchent souvent l’enfant d’aller à l’école avec plus de satisfaction.

Pour commencer, une entrevue avec la mère de l’enfant pour connaître son sujet (E.), et aussi sur sa famille. La mère de l’enfant a déclaré qu’elle avait une grossesse normale, sans problèmes : elle avait des soins prénatals et avait un bon suivi médical. Cependant, son accouchement était césarienne, parce que l’enfant avait son nombril enroulé autour de son cou. Après la naissance, quelques jours plus tard, la mère s’est rendu compte que l’enfant avait la peau et les yeux jaunâtres. Inquiète, elle l’a emmenée chez le pédiatre qui l’a informée qu’il s’agissait d’une jaunisse et qu’elle devait prendre un bain de soleil tous les matins avant de se baigner. (E) est le deuxième enfant et a cinq ans. (E) s’est très bien développé, kittenu, marchait au bon moment, a appris dans son espace, c’est-à-dire, dans sa maison, à monter, descendre et reconnaître ses limites. Jusqu’à l’âge d’un an, ses parents vivaient encore ensemble et à l’âge de deux ans, ils en faisaient partie et, à partir de là, on s’est rendu compte à quel point la présence du père manquait. Ce manque a commencé à interférer avec l’apprentissage et l’accord pour développer leurs activités. Ces découvertes ont été détectées à Jardim l, parce que cette année est à Jardim ll. Dans l’une des entrevues avec les enseignants de (E.), il nous a informés de la relation avec des amis dans la salle de classe et si au cours des activités, il a développé une coordination motrice fine et épaisse bien.

Les enseignants ont rapporté qu’il socialise bien avec ses amis, sauf avec un garçon du même âge, plus avec une taille physique beaucoup plus grande et qu’il a fallu un certain temps pour qu’il s’habitue à l’écolière. Et il a également été signalé que l’ensemble du processus de développement était bon dans certains paramètres selon l’enseignant, mais avait une grande charge émotionnelle qui l’empêchait, par exemple, de participer aux activités festives qui nécessitaient la danse, le mouvement avec le corps, citant comme exemple l’une des présentations de la journée de juin dans laquelle tous les amis de (E) dansé le carimbó de danse typique de Pará , mais il est devenu statique et n’avait personne pour le faire bouger.

Les séquences d’observations concernant l’apprentissage étaient fondées sur les activités proposées dans le programme scolaire. L’enseignant a transmis les activités et il a toujours dit « Je ne sais pas comment faire cela » et n’a montré aucun intérêt à regarder ce que les autres faisaient. La plupart du temps, il était toujours accompagné de ses poupées liées aux dessins regardés par la télévision, avec lesquels il parlait et était distrait.

Après une série d’observations continues, il a été perçu sa sécurité (E.) lorsque les activités psychopédagogiques mettant l’accent sur l’art thérapeutique ont été enregistrées, toujours commencé par la sensibilisation, le travail du souffle de sorte qu’il y avait une relaxation et les enfants étaient plus à l’aise pour le choix du jeu. Lorsqu’un jouet à roues a été fabriqué, les enfants ont été invités à choisir entre la chanson « Tant d’oranges mûres » ou « Tous les canetons savent nager ». Ils ont choisi « Tant d’oranges mûres. »

Cette chanson parle de couleurs, incitant à l’apprentissage, les laissant plus lâches, plus participatives et sans résistance. C’était le cas de (E.) à ce moment-là, le point clé s’est passé pour vous faire participer. Une blague a été réalisée dans la maison de (E), parce que la mère aimerait participer à cette activité d’art-thérapie. Il y a participé, imité les mouvements qu’il a demandés à tourner le dos. Une fois le jouet de roue fini, on lui a demandé de prendre le matériel, les crayons, les feuilles de papier sulfite. Et en silence chacun s’est assis à sa place et a commencé à dessiner: il a été observé son potentiel créatif et ce qu’il pouvait nous révéler avec son histoire.

Le temps est venu pour (E) de partager son dessin, parce qu’il s’est terminé en premier, ce qu’il n’a pas fait avant lors de l’application de l’art-thérapie. On s’attendait à ce que tout le monde finisse, notamment parce qu’il s’agissait d’un groupe de cinq enfants. En leur demandant qui veut parler de votre dessin? (Et)-répondu: Je! Il a décrit son dessin comme ceci: « Ceux-ci ici, (dans le cas où il était en haut du papier), ceux-ci qui sont ici sont les nuages » ce jour-là pleuvait et il a dit qu’il avait très peur de la pluie et le tonnerre et à droite sur le pied de la page a attiré les enfants jouant à la roue et m’a dit qu’ils étaient les oranges mûres, révélant – » Ces enfants sont heureux parce qu’ils sont tous danser , peut-être qu’il faisait référence à la personne elle-même.

Il est perçu que son refus de faire le travail scolaire a été associé aux jeux et, à partir de ce jour, (E.) fait toutes les tâches sans se plaindre.

Selon Rubinstein (1999, p.32):

Faites l’expérience du « ne pas savoir » avec une condition à connaître. Être capable de vivre un processus d’enseignement/apprentissage dans lequel le thérapeute peut également se montrer dans son processus d’apprentissage et dans lequel aussi le « e pas savoi » est présent, dans le sens où il n’a pas la réponse à tout pour faire face à l’erreur dans le sens constructif et aussi manquant, dans le sens de notre incomplétude, doit être constamment présent dans le processus d’intervention. L’expérience de ces deux aspects contribuerait certainement à la constitution d’un sujet qui apprend de façon créative et productive.

Et de cette façon, il est perçu quand un enfant a besoin d’une plus grande attention, en plus de l’enseignant lui-même se comprendre comme une personne qui fait face aux défis, l’angoisse et la tristesse des enfants et leur non-connaissance. Du côté de l’art psychopédagogique et thérapeutique, il est nécessaire d’apprendre à faire face à ces problèmes qui dérangent l’âme des enfants. À cet égard, faire une analogie avec la sagesse des abeilles pour construire des connaissances et de nouveaux suivis pour améliorer la qualité de leur miel. C’est une analogie avec les découvertes des enfants dans leur apprentissage.

Les abeilles ont une reine qui se montre ou se présente comme gardienne de la ruche, tandis que les ruches vont à la chasse pour laquelle la meilleure fleur donnera un bon miel, c’est-à-dire, le résultat à la fin de leur long travail. Cela accompagne le développement et l’apprentissage d’un enfant : ce qui se passe sur cette voie sera la responsabilité des parents et des enseignants dans la production de la conscience d’être lui-même, des vagues et des oscillations qui représentent la croissance cognitive de l’enfant.

CONCLUSION

On croit qu’à la fin de cet article, les objectifs ont été atteints, tant dans l’art psychopédagogique que thérapeutique, parce qu’on perçoit que les instruments de travail utilisés étaient novateurs et que les enfants étudiés avaient l’occasion de se redécouvrir comme de véritables apprenants.

Dans le cas de l’enfant (M.) l’utilisation de l’instrument Alphabyte, qui serait hors de sa portée, c’est-à-dire hors de sa réalité a causé sa performance par rapport à l’écriture (codes) et la parole à améliorer de manière significative. Et comme l’a mentionné l’enseignant, les parents de l’enfant sont des personnes hébergées, parce qu’ils n’insistent pas pour demander le traitement approprié pour cela. Mais que ces questions servent d’exemple pour que, à l’avenir (M), revendiquent vos droits en tant que citoyen et continuent à la recherche d’une meilleure éducation et ne deviennent pas plus inertes ou hébergés, comme vos parents.

Dans le cas II, l’enfant (E) qui a trouvé dans un instrument simple, comme la masse de la modélisation, un moyen de créer des situations familiales qui voudraient qu’ils se produisent dans leur vie réelle, transmis, l’enseignant et le chercheur, qui pourrait s’exprimer très bien par d’autres moyens, non seulement par le langage oral, mais par le langage de l’art.

Un point exposé dans cet article a été la construction des connaissances dans l’ensemble du réseau d’enseignement, dans lequel il y aurait la planification de projet et le rôle de médiateur de l’enseignant.

Toujours à partir de la notion que l’apprentissage se produit depuis la naissance de l’individu et que le développement et l’apprentissage constituent les uns les autres, dans une unité dialectique, l’objet d’étude interagit avec le monde, donnant à l’éducation un rôle fondamental.

Pour cette raison, on ne peut pas voir l’éducation de la petite enfance seulement comme un lieu de loisirs, de soins ou de préparation de l’apprentissage futur, mais comme un espace pour la construction de la connaissance et l’expansion de l’univers symbolique des enfants.

Partant de la conception historic-culturelle, tous ceux qui font partie de ce réseau éducatif pour enfants agissent comme médiateurs entre l’enfant et la connaissance. Nous ne sommes pas des observateurs de la maturation de l’enfant, ni de ceux dont la responsabilité principale est seulement de transmettre des informations absorbées. En tant que médiateurs, nous les mettrons en contact avec différents contenus ou façons de les trouver, et les aiderons à les faire connaître de façon critique. Les enfants et les connaissances émergeront res-sens dans chaque réunion, parce qu’à partir des connaissances précédentes déjà acquises par l’enfant, l’enseignant indiquera le chemin de nouveaux contenus conceptuels.

L’enseignant devient un intercession, c’est-à-dire celui qui promeut l’intercession entre l’enfant et la connaissance, indiquant, à chaque intercession, ses possibilités de nouvelles connexions avec d’autres domaines de la connaissance, provoquant l’émergence de la notion de construction de la connaissance en réseau.

Ayant cette connaissance, il faut considérer que le sujet qui apprend doit être impliqué dans des transformations constantes et qu’il change après chaque nouvelle interaction. Après tout, le sujet et le milieu n’existent pas comme des instances isolées, parce que ce que chacun est, à chaque instant, est défini à partir de leurs interactions qui provoquent continuellement de nouvelles configurations.

La construction des connaissances, dans cette perspective, devrait être liée à des projets qui ont comme thème les événements sociaux que les enfants vivent en ce moment ou des événements culturels qui sont prévus dans le calendrier scolaire (comme la visite à des expositions ou des excursions) ou qui sont décidés et planifiés par les enfants et / ou les enseignants. Cela les conduira à la nécessité d’une division des tâches et de la recherche d’informations dans différentes sources, ce qui conduira à l’apprentissage collaboratif et la production de connaissances si souhaitées en réseau.

Nous avons la clarté que l’axe entre psychopédagogie et art-thérapie, dévoilé dans cet article, est d’une importance capitale, afin de résigner la rencontre de l’enfant avec la connaissance, en dépit de nombreux obstacles. Une telle réunion devrait être vécue à l’école comme quelque chose d’attrayant, nécessaire à la vie et à la citoyenneté.

Il conclut – que nous devons compter sur l’aide et l’aide d’autres professionnels spécialisés (psychopédagogue, orthophoniste, art-thérapeute, et d’autres), avec l’enseignant dans l’univers scolaire, de sorte que les possibilités de faire progresser le développement des enfants sont plus complètes et plus vraies, de sorte que, enfin, tout le monde dans un proche avenir a plus de possibilités dans leur éducation.

Il est suggéré que de nouvelles recherches soient menées dans le domaine de l’art-thérapie avec psychopédagogie ici à Belém do Pará et que ces professionnels soient donnés des possibilités, parce que ces deux spécialités contribuent d’une manière particulière avec les enseignants dans la vie quotidienne pour comprendre les faits qu’ils vivent dans la salle de classe, car ils ont souvent des fondations. À ce stade, l’enseignant participera davantage aux discours des lois de l’école, en aidant à comprendre pourquoi écouter les enfants ou dialoguer avec eux, en commençant par le point de vue de l’enfant, en allant à la recherche de la compréhension de leurs préoccupations et de leurs désirs, ainsi que de leurs mécanismes d’apprentissage, en reconnaissant que l’enfant doit se développer par un apprentissage avec la famille et le groupe dont il fait partie.

Avoir en art-thérapie l’aide pour fournir aux enfants des conditions pour établir une relation d’apprentissage différenciée avec leurs pairs et avec le monde qui les entoure, leur faire comprendre et s’exprimer à travers les sens, les formes, les couleurs et les images.

RÉFÉRENCES

ALLESSANDRINI, Cristina Dias. Oficina Criativa e Psicopedagogia. São Paulo: Casa do Psicólogo, 1996.

BARBOSA, Laura Monte Serrat. Psicopedagogia: Um dialoga entre a psicopedagogia e a educação. 2.ed.rev. e ampl. Curitiba: Bolsa Nacional do Livro, 2006.

CALVINO, Ítalo. Salto para o futuro: reflexões sobre a educação no próximo milênio. Brasília: Secretaria de Educação à Distância/SEED/MEC, 1998.

CIORNAI Selma: percursos em arteterapia: Arteterapia geostática, arte em psicoterapia, supervisão em arteterapia. São Paulo: Summus, 2004.

DEWEIK, Mania. Revista Intersecções. (5) São Paulo, 1.p.47-56, Departamento de Psicodinâmica, Instituto Sedes Sapientiae, 2003.

FERRAZ, Maria Heloisa Corrêa de Toledo; Fusari. Metodologia do Ensino da Arte. – São Paulo: Cortez, 1993.

FERNANDEZ, Alicia. Inteligência  Aprisionada, porto. Alegre: Arte Médicas, 1990.

FERGUSON, M., A conspiração Aquariana. Rio de Janeiro: Eitora Recor, 1980.

JUNG, C.G. O homem e seus Símbolos. Rio de Janeiro: Nova Fronteira, 1977.

LELOUP, Jean-Yves. Além da luz e da sombra: sobre o viver, o morrer e o ser. Petrópolis/RJ: Vozes, 2001.

MAINARDI. Maria Lúcia Teixeira. Descobrindo o eu interior em Arteterapia: O adolescente evolução e vivências, arte terapêuticas. Alquimy Art. São Paulo Universidade de Potiguar. 2005.

PAÏN Sara. Teoria e técnica de arte-terapia: a compreensão do sujeito. Porto Alegre: Artes Médicas, 1996.

RUBINSTEIN, Edith: Psicopedagogia: uma prática, diferentes estilos. São Paulo: Casa do Psicólogo, 1999.

SARGO, Claudete. O berço da aprendizagem: Um estudo a partir da psicologia de Jung. – São Paulo: Ícone, 2005.

VISCA, J.L. Clínica Psicopedagógico: a Epistemologia convergente. Porto Alegre: Artes Médicas, 1987.

VALADARES, Ana Cláudia: FUSSI, Carvalho Flora Elisa. Arte terapia  imagem da transformação. n. 1 – vol. 10, 2003.

WINNICOTT. D.W. Tudo começa em casa. In: O conceito de Indivíduo Saudável; vivendo de modo criativo; a imaturidade do adolescente. São Paulo: Martins Fontes, 1989.

[1] Spécialiste en psychopédagogie institutionnelle. Université d’État de la vallée d’Acaraú. Diplôme: Diplôme en arts visuels et technologie de l’image – Université de l’Amazonie.

[2] Amélioration du plan de travail annuel et des ressources de tecnolo. Spécialisation dans l’enseignement du 3ème degré. Spécialisation en psychologie de l’éducation. Maîtrise en maîtrise.

Soumis : juin 2019.

Approuvé : février 2020.

3.7/5 - (3 votes)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

DOWNLOAD PDF
RC: 64215
POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

Solicitar Registro DOI
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita
WeCreativez WhatsApp Support
Temos uma equipe de suporte avançado. Entre em contato conosco!
👋 Bonjour, Besoin d'aide pour soumettre un article scientifique?