Bien au-delà du crochet: La science et le football dans la couverture sportive du Pará

DOI: 10.32749/nucleodoconhecimento.com.br/communication-fr/dela-du-crochet
5/5 - (4 votes)
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
Email

CONTEÚDO

ARTICLE ORIGINAL

SOUSA, André Laurent Souza Lopes [1], SANTOS, Ana Lucia Prado Reis dos [2], DENDASCK, Carla Viana [3], OLIVEIRA, Euzébio de [4], BAHIA, Mirleide Chaar [5]

SOUSA, André Laurent Souza Lopes. Et al. Bien au-delà du crochet: La science et le football dans la couverture sportive du Pará. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 05, Ed. 03, Vol. 11, pp. 135-167. En mars 2020. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/communication-fr/dela-du-crochet, DOI: 10.32749/nucleodoconhecimento.com.br/communication-fr/dela-du-crochet

RÉSUMÉ

Les rapports relatifs à la science et au football ne sont pas fréquents dans la couverture sportive du Pará. Comprendre les causes de ce problème est l’objectif principal de cette étude. De l’examen de la littérature des sciences du sport dans le football, l’interdisciplinarité qui contribue depuis des décennies à des études pertinentes qui ont abouti non seulement à la compréhension des problèmes du sport, mais aussi à l’augmentation de la performance des joueurs de soccer et des équipes. Dans un deuxième temps, l’ouvrage apporte le dialogue entre la culture scientifique (VOGT, 2003) et le journalisme, du point de vue du journalisme scientifique (BUENO, 2009) et du journalisme sportif (BUENO, 2005; MALULY, 2005), afin de souligner la provocation de Messa (2005), qui attribue au journalisme sportif d’un caractère scientifique, le journalisme sport-scientifique, la possibilité d’aller au-delà du divertissement pour les fans-spectateurs. Cependant, il est nécessaire de comprendre, à partir d’entretiens semi-structurés, les facteurs limitatifs de la couverture sportive au Pará et les raisons pour lesquelles la science a peu d’espace. L’expertise et les relations entre les journalistes et les membres des comités techniques des équipes de football du Pará sont l’une des possibilités d’élargir le contenu de la science et du football.

Mots-clés: science du sport, diffusion scientifique, journalisme scientifique, journalisme sportif.

INTRODUCTION

Une fois, un diffuseur expérimenté a déclaré dans la diffusion du match entre Paysandu et Castanhal, le 25 Février, pour le Campeonato Paraense 2018, après Pedro Carmona a été remplacé dans la première moitié: « il a senti un crochet dans la cuisse gauche ». Lors de la conférence de presse, après le match, l’entraîneur de Paysandu de l’époque, Dado Cavalcanti, s’est montré préoccupé par l’entorse du genou de Carmona. Le club n’a pas fourni de médecin pour donner des interviews aux journalistes.

La saison était encore au début. L’équipe n’avait disputé que le neuvième des 61 matches de la saison 2018 et avait déjà subi un changement au comité technique (Dado Cavalcanti a été engagé pour remplacer Marquinhos Santos). Le lendemain, Carmona a reçu un diagnostic de lésion du ligament collatéral médial (LMC). À l’époque, les manchettes soulignons l’absence de Carmona à l’entraînement, le résultat du test et le temps qu’il serait en convalescence : 30 jours. Un indice de ce qui aurait pu causer la blessure s’est résume à une glissade sur la pelouse.  Bien qu’il n’ait pas subi de chirurgie, Carmona a mis plus de temps, environ trois mois, pour pouvoir retourner au jeu.

Pour Villardi (2004), les changements constants dans les commissions techniques découlent de la nécessité pour les clubs d’obtenir des résultats à court terme. Toutefois, ces changements modifient les méthodes d’entraînement, rendant impossible l’élaboration d’un programme de travail individualisé, y compris pour les groupes d’athlètes ayant des caractéristiques similaires.

L’effet des changements brusques dans la charge de travail et de la non-observation de l’individualité et de la spécificité dans la formation, ajouté ou non aux faits prédisposants, peut causer l’équilibre entre la capacité d’absorption des stimuli répétitifs et le seuil de chaque individu, déterminant les lions par utilisation excessive (VILLARDI, 2004, p. 173).

La couverture sportive, dans des situations comme celle-ci, détourne souvent le chemin du bon journalisme sportif vers le divertissement. Les causes de la blessure perdent du terrain pour le moment où il embezzbe l’équipe. Le spectacle prend les devants en raison de la facilité des nouvelles franchissant la ligne de divertissement.

Tout comme la blessure ne peut pas être vu isolément (VILLARDI, 2004), le football et le sport ne le font pas non plus. A commencer par l’introduction de l’éducation physique au Brésil, qui ressemble aux intérêts des classes dirigeantes des pays d’Europe. Souffrant, aussi, l’influence des théories positivistes, l’idée de former des individus forts, sains et importants pour le développement de la nation peut être observée dans les lois, qui ont émergé avec l’intention de valoriser l’esprit du nationalisme. Selon le président Vargas, « accroître l’éducation civique des nouvelles générations en organisant la jeunesse afin de constituer une réserve facilement mobilisée, chaque fois qu’il y a un objectif patriotique à atteindre » (CASTELLANI FILHO, 2006, p. 89).

Dans la période militaire, lorsque cette intervention s’est intensifiée, en plus du nationalisme, il y avait d’autres prétentions, tant politiques qu’économiques. Le nouveau championnat a également été utilisé dans le Plan national d’intégration, servant à intégrer les clubs de plusieurs États brésiliens, plaçant dans les équipes de compétition des régions où l’Arène était mauvaise dans les sondages, afin de gagner des votes, ce qui a conduit à l’incroyable nombre de 94 clubs (de 21 des 22 États de l’époque) dans l’édition du championnat de 1979, à l’époque où la Confédération brésilienne des sports (CBD) a été commandé par Heleno Nunes. La construction de grands stades de football dans les régions où le sport n’était pas populaire ou l’arène était impopulaire, était très fréquente.

Le football a également été d’affaires, comme Mário Gobbi, alors président des Corinthians / SP, une fois dit, en justifiant la vente de trois joueurs importants de l’équipe qui a remporté le Campeonato Paulista et la Copa do Brasil en 2009.  Près de dix ans plus tard, Gobbi l’a classée comme une phrase très forte pour notre culture, l’a regrettée et a retiré ce qu’il a dit. Cependant, les aspects économiques continuent d’entrer dans la composition du jeu et la couverture médiatique. Un rapport sur le site « Valor Econômico » révèle la taille de ce marché: le chiffre d’affaires des 22 meilleurs clubs de football du pays a augmenté de 2,7% en 2017. L’année précédente, l’augmentation était encore plus élevée : 30 %. Avec cela, ces clubs ont totalisé un chiffre d’affaires de R $ 5,11 milliards. Ceux qui parviennent à mettre leurs finances au point et à adopter des pratiques de bonne gouvernance pourront former une élite au sein de l’élite du football brésilien dans les années à venir, avec des répercussions décisives sur l’argent et sur les terrains.

Ainsi, l’objectif central de ce travail est de comprendre pourquoi la couverture sportive au Pará réserve si peu d’espace pour la science dans le sport. D’après une revue bibliographique interdisciplinaire des sciences du sport dans le football, le dialogue avec les concepts de culture scientifique et de journalisme est contextualisé, en particulier scientifique et sportif, qui semble d’abord n’avoir aucun lien au-delà du journalisme spécialisé, mais, comme messa (2005) le provoque : est-il possible de faire du journalisme sportif à caractère scientifique ?

Ainsi, nous avons cherché à connaître le profil des journalistes et des radiodiffuseurs travaillant dans les médias du Pará, à comprendre la routine des salles de rédaction et à identifier les facteurs qui limitent et délimitent les questions qui seront à l’ordre du jour de la couverture sportive. Pour cela, 16 professionnels associés à l’ACLEP (Association des chroniqueurs et annonceurs sportifs du Pará) avaient répondu à des interviews semi-structurées.

Certaines constatations étaient déjà attendues, c’est tout à fait vrai. La science du sport n’est pas à l’ordre du jour et le football de Clube do Remo et Paysandu Sport Club détiennent l’hégémonie dans la couverture sportive du Pará.

Toutefois, l’analyse des données a permis de démonter deux hypothèses : la première selon laquelle les professionnels n’étaient pas d’accord sur le fait que la science était présente dans le sport et, par conséquent, n’identifierait pas la façon dont elle se manifeste dans les matchs d’entraînement et de football au quotidien. Le point central est la divergence qui a été établie est dans la perception du public, où le débat se demande si les lecteurs, les téléspectateurs et les auditeurs ont un intérêt pour la science dans le sport.

A partir des dialogues de ce travail, il est possible de proposer une première étape pour le journalisme sportif de nature scientifique. L’application des connaissances scientifiques au sport est l’une des fonctions des professionnels qui composent les comités techniques des équipes de football. Par conséquent, la relation entre les journalistes et les radiodiffuseurs et les comités techniques est un moyen d’atteindre cet objectif. Après tout, les professionnels qui ont des liens avec les académies et les institutions de recherche du Pará sont rares. Il est possible d’établir une relation non seulement de source journalistique, mais aussi d’une source de connaissances scientifiques, également basée sur la culture scientifique. Il est possible, oui, d’aller au-delà du crochet.

MÉTHODOLOGIE

Selon l’Association des chroniqueurs et annonceurs sportifs du Pará (ACLEP), l’État compte environ 150 professionnels inscrits et en mesure de demander l’accréditation dans les jeux organisés par la Confédération brésilienne de football (CBF) ou la Fédération de football paraense (FPF). Selon l’article 6, paragraphe VII du Règlement général des compétitions de CBF, il est expressément aux fédérations d’approuver les listes transmises par les entités locales des catégories représentatives de professionnels qui doivent travailler, dans le but d’accréditer et de superviser l’accès au stade et à la pelouse (CBF, 2019).

Malgré la difficulté de préciser les informations pertinentes, telles que les véhicules de communication et les programmes sportifs qui participent à la couverture des matches de football organisés par la FPF et la CBF, l’ACLEP a présenté un aperçu timide des professionnels et associés accrédités qui travaillent directement dans la couverture.

Tableau 1 : Classification des rôles professionnels

Fonction Montant
Journaliste 36
Éditeur 20
Narrateur 18
Commentateur 10

Source: ACLEP, 2019

À partir de ces données, 16 professionnels ont été sélectionnés pour l’application d’entrevues semi-enterrées. Le choix était de type non probabiliste, intentionnel selon des critères de représentativité et d’accessibilité (BRUYNE et coll., 1977). Le nombre de participants a été défini en fonction du critère de saturation des données, c’est-à-dire lorsque les réponses sont devenues répétitives, l’application des entrevues est terminée, puisque « la recherche qualitative peut utiliser des ressources aléatoires pour corriger l’échantillon. C’est-à-dire qu’il cherche à accroître la représentativité du groupe de sujets qui participeront à l’étude » (TRIVIÑOS, 1997, p. 132).

Ce document définit comme une méthodologie qualitative l’application d’entretiens semi-structurés (semi-directives ou semi-ouverts), dans lesquels « des questions ouvertes et fermées se combinent, où l’informateur a la possibilité de discuter du thème proposé » (BONI & QUARESMA, 2005, p. 75), observant ce que Lakatos propose (1996) par rapport au choix de l’interviewé, à l’opportunité de l’entrevue et à la préparation du scénario avec les principales questions , et reconnaissant que l’on reçoit le portrait du monde de l’informateur, et c’est au chercheur d’évaluer le degré de correspondance des énoncés de réalité objective ou factuelle (BONI et QUARESMA, 2005). Ainsi, l’interview semi-structurée suit la ligne théorique historique-culturelle (dialectique), avec l’objectif de déterminer les rations directes et indirectes, non seulement en favorisant la description des phénomènes sociaux, mais aussi l’explication et la compréhension de la totalité, en plus de maintenir la présence consciente et active du chercheur dans le processus de collecte d’informations (TRIVIÑOS, 1987).

Pour cette étude, les critères suivants ont été pris en considération pour la définition des personnes interrogées : (i) Interviewer au moins 10 % des professionnels accrédités ou des membres de l’ACLEP; (ii) Contempler tous les types de véhicules (tv, radio, presse écrite et web); iii) Interviewer au moins une femme de chaque type de véhicule (tv, radio, presse écrite et web); iv Envisager l’intégration des médias (tv et web, presse écrite et web), diversifier les fonctions, payer près de l’accumulation d’entre eux (journaliste et présentateur, éditeur et producteur) et observer l’expérience professionnelle (débutants, expérimentés et vétérans).

Ainsi, un échantillonnage hétérogène a été composé, avec des hommes et des femmes qui sont récemment entrés sur le marché du travail ou qui approchent des 50 ans de carrière; travailler dans les radios AM, FM et Web, les stations de télévision commerciales et publiques, les journaux imprimés qui distribuent également du contenu sur Internet à partir de sites d’information; ont commencé leur carrière à la radio et sont à la télévision; formé ou sont en formation académique en journalisme ou dans d’autres domaines qui ne sont pas liés à la communication sociale, sans négliger ceux qui n’ont pas eu l’occasion de passer par l’Académie; et accumuler deux fonctions ou plus dans les salles de rédaction.

Tableau 2 : Liste des professionnels interviewés

Nom Fonction Véhicule Âge Carrière Formation
Agripino Furtado Journaliste Radio libérale 67 ans 47 ans Moyen complet
André

Júnior

Commentateur Radio métropolitaine 27 ans 11 ans Superior Complete (Administration)
Andréia Espírito Santo Journaliste Journal libéral 29 ans 9 ans Superior Completeo (Journalisme)
Bruna

Dias

Journaliste Site Web de DOL 30 ans 6 ans Superior Completeo (Journalisme)
Carlos Ferreira Chroniqueur et commentateur Journal libéral et télévision libérale 54 ans 38 ans Supérieur complet (sciences sociales)
Carlos

Felipe

Éditeur Journal libéral et oliberal.com 29 ans 10 ans Superior Completeo (Journalisme)
Chêne d’Edson Reporter et présentateur Enregistrement TV 33 ans 11 ans Superior Completeo (Journalisme)
Guilherme Guerreiro Directeur administratif et commercial Radio Club et RBA TV 59 ans 45 ans Supérieur Complet (Droite)
Lauany Chaliê Journaliste Astral Web Radio 31 ans 1 an Superior Completeo (Journalisme)
Nom Fonction Véhicule Âge Carrière Formation
Magnus Fernandez Producteur et commentateur Radio Club et site Web radioclube.com.br 31 ans 14 ans Supérieur incomplet (Journalisme)
Marcelo Dinelly Producteur TV Libéral 28 ans 4 ans Superior Completeo (Journalisme)
Mariana Malato Rédacteur en chef et présentateur RBA TV 28 ans 5 ans Superior Completeo (Journalisme)
Marquinho Belém Commentateur Radio Club et TV Cultura 43 ans 7 ans Niveau technique (Animateur radio)
Max

Sousa

Journaliste CBN Amazon Radio 25 ans 5 ans Supérieur incomplet (Journalisme)
Paloma Andrade Coordonnateur de la radiodiffusion CULTURE TV 39 ans 18 ans Superior Completeo (Journalisme)
Valmir Rodrigues Narrateur et présentateur Radio Club et TV Cultura 49 ans 32 ans Supérieur incomplet (Journalisme)

Source : Propre paternité, basée sur les données recueillies lors d’entrevues semi-structurées.

Ainsi, il a été possible de connaître le profil professionnel et la routine et d’identifier les facteurs qui limitent et délimitent les questions qui seront la couverture sportive à Pará.

RÉSULTATS ET DISCUSSIONS

Le journaliste Agripino Furtado de Liberal Sports, émission de radio libérale qui a plus de six heures d’émissions divisées en quatre éditions quotidiennes, révèle la taille de l’espace destiné aux nouvelles de football de Remo et Paysandu. Selon le radiodiffuseur expérimenté, le programme apporte les nouvelles de Paysandu et Remo, la Fédération de football (paraense), en plus des résultats et des tableaux des compétitions nationales et internationales. En outre, « le programme a encore la participation de commentateurs qui analysent les actualités et les faits (sportifs) du jour » (FURTADO, 2019, information verbale).

Cependant, la couverture sportive n’a pas été présentée dans Pará exclusivement journalistique. Pour le commentateur André Chaves Júnior, 27 ans, le journalisme et le divertissement sont présents dans l’émission Metropolitan Sports, radio Metropolitan. Pour Chaves Júnior, la partie du journalisme sportif est représentée par l’analyse et l’information. La partie divertissement implique le football lui-même (JÚNIOR KEYS 2019, information verbale). En ce sens, Guilherme Guerreiro, directeur de l’administrateur sportif et du club de radio commerciale et présentateur de RBA TV, il y a une autre fonction à jouer qui rapproche les professionnels d’un show man.

Je me retrouve dans ce monde avec une responsabilité journalistique, en vérifiant les nouvelles, mais nous développons le divertissement. Nous avons l’obligation de nous occuper de l’actualité, de la base de la crédibilité, de la transparence et de la fiabilité du public. Mais nous devons être conscients que nous avons affaire à un produit qui est aussi passionnant (GUERREIRO, 2019, information verbale).

Cette relation existe également dans l’édition de l’émission produite par TV Liberal, globo affilié à Pará. Marcello Dinelly Júnior, un producteur qui a commencé sa carrière dans la maison d’édition sportive de la station il ya quatre ans, estime que Globo Esporte est un programme à la fois de divertissement et journalistique. Pour le jeune producteur, le sport n’est pas du journalisme, c’est du divertissement, mais « globo esporte pará reports sont produits et élaborés sur les deux niveaux, parce que c’est encore de l’information » (DINELLY JÚNIOR, 2019, information verbale).

Avançant vers l’analyse web, c’est-à-dire sur internet, l’espace marqué par le divertissement, le journalisme a été absorbé en tant que tel et est venu à avoir un visage plus léger, selon la journaliste Bruna Dias, du site Diário Online (DOL). La routine de Dias prévoit la production de nouveaux textes à partir des rapports du journal imprimé du groupe, Diário do Pará. Avec cela, le texte journalistique commence à présenter des caractéristiques de divertissement et « comme le Quotidien donne déjà à ces choses plus de journalisme, de formation, et nous reproduisons, nous venons de faire des histoires froides, plus de curiosités » (DIAS, 2019, information verbale).

Ainsi, le journalisme sportif fournirait un service que Dejavite (2007) appelle Infotainment. C’est le journalisme qui, en même temps, apporte un service et fournit de l’information et du divertissement. Le contenu sérieux est le rapport qui apporte de nouvelles informations, approfondit et critique, dans le but de la réflexion. Le divertissement, le pas sérieux, ne ferait qu’amuser, avec humour, attirer le récepteur en traitant de sujets plus légers, de lumières. Mais cela a un risque: ne rien apporter de nouveau, juste quelque chose de vieux, avec une autre tenue.

Il ya des soins dans la production de contenu avec un langage plus léger aussi à la télévision. Edson Carvalho, de TV Record présente le conseil des sports dans le bilan général, dit qu’il doit faire des adaptations dans la langue, ce qui rend plus simple, direct et même didactique de ne pas restreindre le contenu au public sportif. (CARVALHO, 2019, information verbale).

Des journalistes plus expérimentés, comme le commentateur et chroniqueur Carlos Ferreira, de TV Liberal et du Journal O Liberal, ont également pour mission de rendre le contenu plus léger. Pour Ferreira, il est nécessaire de travailler dans les deux perspectives, de l’engagement du journalisme sportif et du sport, du point de vue de la légèreté, dans l’approche. A savoir: « quand vous remplissez votre obligation? Lorsque vous obtenez votre message de manière responsable. Qu’en est-il du divertissement? Quand il donne de la légèreté et rend ce contenu attrayant. (FERREIRA, 2019, information verbale).

En outre, les données ont confirmé que la couverture journalistique largement basée sur le football de Clube do Remo et Paysandu Sport Club. Cependant, il est important de souligner que l’émission du matin Camisa 13, RBA TV, a comme règle éditoriale couvrir toutes les compétitions et l’affichage, en plus des rapports sur le football de Remo et Paysandu, au moins deux rapports sur les sports considérés comme amateurs (tels que l’athlétisme, futsal, basket-ball, volley-ball) tous les jours.

Dans d’autres véhicules, la règle est de conditionner l’espace à d’autres modalités à l’occasion et l’interactivité du ventilateur. Max Sousa, producteur, annonceur et présentateur de l’émission de radio CBN Amazônia Esporte le souligne.

Il se concentre non seulement sur Remo et Paysandu, nous nous concentrons sur d’autres modalités. Ce qui est mis en avant, ce qui est plus concentré, c’est même Remo et Paysandu. C’est ce qui attire le plus l’attention, ce qui provoque le plus de répercussions parmi les fans. Comme nous nous ouvrons davantage au public, dans le programme sportif, c’est quand nous gagnons plus d’auditoire. Mais dans le sport, car c’est quelque chose qui implique plus la passion de Paraense, Remo et Paysandu, c’est quand il se remplit vraiment de message (SOUSA, 2019, information verbale).

En ce sens, la journaliste du journal O Libéral, Andréia Espírito Santo justifie la couverture sportive d’avoir la plupart du football centré sur Remo et Paysandu pour deux raisons: l’emplacement, dans la capitale, et ce sont deux grandes équipes de l’Etat. Après tout, « cela attire l’attention et, dans le football, qui est le sport principal, nous avons beaucoup de demande en ce sens » (ESPÍRITO SANTO, 2019, information verbale).

Il est important d’observer un autre point important révélé dans l’analyse des données, qui a identifié trois facteurs principaux limitant la couverture sportive. Le premier est le nombre d’employés, directement lié au calendrier des entreprises de communication. Selon l’Association brésilienne de la presse (ABI), il y a eu 1 200 licenciements, dont des journalistes, pour la seule année 2016.

En outre, les entreprises de communication intègrent les salles de rédaction, comme ce qui s’est passé dans la division Sports de Grupo Globo. Roberto Marinho Neto, directeur exécutif des Sports, a présenté les changements de gestion, qui comprenait la nouvelle structure qui intègre, dans le même domaine, toutes les activités de TV Globo et Globosat, c’est-à-dire: les salles de rédaction de Globo Esporte, les programmes Sportv et globoesporte.com ont commencé à travailler de manière intégrée. Le phénomène n’est pas nouveau et des études sur l’intégration des médias (MOHERDAUI, 2004) sont à venir depuis les années 2000.

La restructuration des salles de rédaction et le changement dans la routine des journalistes, avec des professionnels effectuant le multitâche, est également une réalité dans les salles de rédaction des véhicules paraense. L’expérience la plus récente a été celle du groupe libéral. La salle de rédaction du journal imprimé liberal.com reçu la compagnie de l’équipe de Radio Liberal et liberal.com commencé à produire du contenu pour un site (en remplacement du portail ORM) dans lequel il était autoprodifférait écrit intégré. Carlos Fellip, qui n’éditait auparavant que le cahier sport imprimé, produit aujourd’hui du contenu pour le webjournalisme (MIELNICZUK, 2003). Dans la routine, le contenu produit pour le site est factuel et multimédia. Ensuite, le texte est élargi et distribué dans le journal imprimé (ARAÚJO, 2019, information verbale).

Ainsi, le temps consacré à l’extérieur pour surveiller l’entraînement et les matchs a été réduit. « Cela a poussé les journalistes à cesser de suivre les séances d’entraînement et les matchs, en fonction des informations recueillies sur internet ou transmises par le service de presse des clubs » (DIAS, 2019, information verbale).

Agripino Furtado cite également « les difficultés à se déplacer dans la formation. Ils sont loin du centre et il est compliqué pour vous de bouger. Parfois, nous allons de notre propre chef » (FURTADO, 2019, information verbale).

Pour aller au-delà de la couverture de l’entraînement et de l’aviron et des jeux paysandu, les professionnels doivent faire des choix. Les sociétés de communication offrent un maximum de deux équipes exclusives pour la couverture sportive à la télévision, par exemple. Pour le rédacteur en chef et présentateur de l’émission Camisa 13, RBA TV, couvrir d’autres sports demande des efforts supplémentaires : « Nous couvrons le sport amateur. Et il doit encore s’adapter à l’agenda de Remo et Paysandu. Nous n’avons que deux journalistes » (MALATO, 2019, information verbale).

La conséquence est la priorisation de la couverture du duo remo-paysandu et la réduction de l’espace pour d’autres sports.

Nous travaillons la plupart de l’année avec l’aviron et Paysandu, notre même fort est le duo Re x Pa. Nous commençons à travailler le sport amateur quand nous n’avons pas (Remo et Paysandu). […] Remo et Paysandu sont les deux clubs, mais de toute la région nord, et le football, comme c’est la plus grande passion du Brésilien, reflète également cela. (DINELLY JÚNIOR, 2019, information verbale).

Le troisième facteur limitant révélé par les données de recherche montre des difficultés financières dans l’coût des voyages vers d’autres villes. « Les stations de radio, par exemple, ont besoin d’un parrainage spécifique à cette fin. Comme ce n’est pas toujours le cas, il reçoit également le contenu mis à disposition par les avis des clubs » (CHAVES JUNIOR, 2019, information verbale).

Compte tenu de ce scénario, il est évident que les journalistes et les radiodiffuseurs ont de la difficulté à observer, dans une première, la possibilité de diversifier le contenu au-delà de la couverture du football remo et paysandu. De plus, insérer la science dans le discours journalistique n’est pas l’unanimité. Cependant, il est important de discuter de la science du sport comme un élément important pour le développement du journalisme sportif à caractère scientifique.

Toutes les personnes interrogées et les personnes interrogées étaient d’accord avec la déclaration « la science est présente dans le sport ». À partir de ce constat, ils illustrent les différentes formes que la science du sport se manifeste au quotidien. Ce sont les impacts que l’activité sportive a sur le corps, avec les progrès de la physiologie qui ont contribué à développer l’entraînement qui se traduire par une meilleure performance des joueurs à partir des méthodes d’entraînement et des jeux; l’évolution des études de football non seulement dans l’exécution des mouvements, la vitesse, la force, mais aussi dans l’esprit. Un autre facteur est dans la médecine, avec la prévention des blessures et, comme dans le cas de l’ancien joueur et commentateur de Rádio Clube, Marquinho Belém, 43 ans, le diagnostic des maladies. Marquinho a été un joueur à Clube do Remo, en 2004, a dû suspendre sa carrière.

Il y avait cette tragédie de Serginho (30 ans, joueur de football qui a eu un arrêt cardiorespiratoire jouer un match en 2004), à São Caetano. Après cela, il y avait ce médicament snap en faisant l’écho cardiogramme. Avant, je ne faisais qu’une électro et un tapis roulant, le stress test. L’écho est spécifique au cœur. La médecine est venue pour prévenir des situations comme Serginho l’a fait. J’ai acquis la myocardiapathie hypertrophique asymétrique obstructive en raison du surentraînement, qui pourrait avoir comme conséquence un arrêt cardiaque. Plus je m’entraînais, plus mon cœur grandissait. Puis, après avoir récupéré, j’ai pu rejouer (SOUZA, 2019, information verbale).

Un autre point important identifié dans l’analyse des entretiens était la relation entre les journalistes et les comités techniques professionnels des clubs, en particulier ceux de Remo et Paysandu. Les journalistes qui suivent peu de formation et de matches gardent le contact par téléphone ou comptent sur l’intermédiation des relations presse. Mais qui est souvent dans les stades, a une relation plus étroite. Les reporters du secteur, qui accompagnent exclusivement un club, sont en mesure d’établir des relations durables et, dans certains cas, l’amitié. Toutefois, la plupart des professionnels sont en contact avec la source dans la routine de l’échéance et les règles des clubs, comme l’affirme Edson Carvalho: « dans une limitation de son propre quotidien, des secrets qui ne sont pas révélés. Souvent, ce qu’ils apportent à notre réalité est quelque chose de avant-gardiste, novateur. Ils ne veulent pas faire de publicité (sic), exposer à tout le monde » (CARVALHO, 2019, information verbale).

Les professionnels du Pará diffèrent également par rapport à l’intérêt du public pour la science dans le sport. « Parfois, le ventilateur ne veut pas savoir grand-chose, veut savoir s’il est bon ballon, joueur célèbre ou sait comment marquer. Supporter ne se soucie pas beaucoup, donc nous évitons de parler de cette partie » (FURTADO, 2019, information verbale). Toutefois, même s’il n’est pas intéressé, le lecteur / auditeur / spectateur / fan ont besoin d’avoir accès, comme Walmir Rodrigues dit: « Je ne pense pas qu’il aime ça. Mais il a besoin de comprendre quelques choses, de comprendre ce qui arrive à certains joueurs. C’est qu’il faut comprendre quand c’est important » (RODRIGUES, 2019, information verbale). Après tout, « peut-être qu’il (le fan) n’est pas conscient de la dimension qui peut englober la science et le sport, peut-être qu’il n’a aucune notion de ce lien » (MALATO, 2019, information verbale).

LA SCIENCE DU SPORT

Cette blessure à Pedro Carmona pourrait soulever plusieurs questions au-delà du terrain de jeu: quel était le mécanisme de la blessure? S’il s’agissait vraiment d’une entorse, le joueur était-il équipé d’un équipement approprié? Avez-vous fait un mouvement à tort ? La pelouse était-elle idéale ? Y a-t-il eu insouciance de Carmona ou du joueur adverse ? L’arbitrage était-il permissif avec des jeux violents ? S’il ne s’agissait pas d’une entorse, y avait-il une surcharge d’entraînement dans la semaine précédant le match? Le changement de comité technique aurait-il pu contribuer? Le joueur a-t-il des antécédents de blessures chroniques? La séquence des matchs peut-elle contribuer à la blessure?

Face à une blessure sportive, l’objectif principal est d’intérêt est le temps que l’athlète sera absent. On se demande rarement comment et pourquoi la blessure s’est produite ou ce qui aurait pu être fait pour éviter cette blessure. Premièrement, il est d’une importance primordiale de comprendre que la blessure d’un athlète ne peut pas être un événement purement occasionnel (VILLARDI, 2004, p.174).

La médecine a des contributions à ce débat et à la science du sport. Inklaar (1994) traite de l’importance de l’étiologie des blessures au soccer et des différents programmes de prévention visant à réduire l’incidence et la gravité des blessures, en tenant compte des facteurs de risque intrinsèques (souplesse articulaire, laxisme pathologique des ligaments et raideur musculaire, instabilité fonctionnelle, blessures antérieures et réadaptation inadéquate) et du risque extrinsèque (charge d’exercice dans le football, équipement inadéquat, conditions de terrain). Pour Villardi (2004), les blessures au genou causées par un traumatisme sont fréquentes dans le football. Toutefois, la mise en œuvre de mesures préventives n’est pas toujours simple. Il est nécessaire de tenir compte de l’individualité de l’athlète et de la charge d’entraînement. Mais le groupe d’athlètes est hétérogène, puisqu’ils viennent de plusieurs États ou pays. Et plus encore:

Les mesures préventives ne sont pas toujours faciles à mettre en œuvre pour un certain nombre de causes, et l’individualité binomiale de l’entraînement à la charge de l’athlète est l’une des principales. Dans la plupart des clubs de football, on peut observer une population extrêmement hétérogène d’athlètes. Les personnes de différents États ou pays, ayant une histoire sportive, des somatotypes, des âges, des habitudes culturelles et sportives, un état nutritionnel ou un progrès, sont les plus variables possibles (VILLARDI, 2004, p. 172)

Comprendre les causes des blessures au soccer n’est qu’un des défis variés qui nécessitent des études interdisciplinaires, puisque la modalité implique des aspects physiques, techniques, tactiques et psychologiques. Depuis les années 1980, les sciences du sport ont présenté des études qui aident à identifier et à caractériser les particularités. D’après les études de Guerra e Barros (2004), il est possible de trouver une conceptualisation large du football (Shepart et Leatt, 1987; Ekblom, 1993; Zeederber, 1996; Reilly, 1996, Valquer et Barros, 2004).

Certaines conclusions physiques peuvent vous aider à mieux comprendre la routine d’entraînement dans les clubs. Physiquement, un match exige de multiples exigences physiologiques de la part des joueurs (vitesse, force, souplesse et endurance). Il était possible, par exemple, de dessiner un profil du joueur. Quand il s’agit de taille et de poids, la moyenne est de 1,79 cm et 76 kg, respectivement (Oberg, 1984; Relly, 1997; Shepard et Leatt, 1987). Il était également convaincu que les nombreux entraîneurs répètent habituellement dans la couverture sportive: situation de jeu d’entraînement. C’est-à-dire que l’entraînement, comme la vitesse, doit suivre les mêmes caractéristiques des activités effectuées pendant le match : 1) rarement les brochets sont supérieurs à 30 mètres ; 2) la grande prédominance est entre 5 et 15 mètres ; 3) Plus de 95% des brochets sont sans boule; 4) l’athlète commence le brochet de la manière la plus différente ; 5) normalement le brochet se termine par une action; 6) il ya une tendance pour les côtés à effectuer des brochets plus longs (20-30 mètres) et les attaquants, plus court (5-10 mètres).

Comme on le remarque dans la couverture des nouvelles sportives, les formations composent une grande partie de la production de contenu. De la perception de l’entraînement à la vitesse, il est possible de comprendre les situations qui se produisent dans un match et de guider un reportage télévisé ou un commentaire dans la transmission radio, pour illustrer. Est-ce qu’un club nouvellement arrivé à l’arrière qui n’a pas eu une séance d’entraînement de vitesse peut montrer la lenteur au cours d’un match? Quelle en serait la cause? Handicap tactique ou physique ?

D’autres contributions importantes proviennent de la biomécanique, la discipline dérivée des sciences naturelles, qui traite des analyses physiques des systèmes biologiques, et par conséquent des analyses physiques des mouvements du corps humain comme modèle de coup de pied et des mouvements nécessaires pour que le joueur effectue l’action (AMADIO et SERRÃO, 2004). La nutrition, ainsi que l’entraînement des joueurs et la santé, contribue à la meilleure performance sur le terrain. Un exemple :

[…] il est nécessaire de consommer des glucides immédiatement après la fin du jeu afin que le remplacement des stocks de glycogène musculaire soit plus efficace et plus rapide dans les deux heures, puisque dans cette période les enzymes responsables de la resynthèse glycogène musculaire sont plus actives (GUERRA, 2004, p. 334).

L’esprit a également reçu l’attention d’études sur le terrain de football. Armando Nogueira a écrit dans Folha de São Paulo en 1999 que « non seulement les jambes vivent une grande équipe ». Pour Ekblom (1995), seuls quelques athlètes atteignent la perfection maximale. « Le stress résultant de l’effort physique et mental peut contribuer aux blessures brutales et causer et aggraver les problèmes relationnels entre les membres de l’équipe et une équipe de déséquilibre interne est un candidat sérieux à la défaite et à plus de stress » (BRANDÃO, 2004, p. 207).

En arbitrage, des études sur la perception visuelle – de notre champ de vision, composé du photoindex central (région rétinienne spécialisée dans la visualisation claire des détails) et de la vision périphérique (où certains événements autour de nous peuvent passer inaperçus) – ont permis de comprendre les performances des arbitres assistants et de réduire les erreurs de positionnement (OLIVEIRA et al., 2004).

Verheijen et coll. (1999) a mené des études auprès de trois arbitres et des études de renom ont suggéré que les arbitres prennent des décisions en marchant plutôt que d’être garés ou en courant. Ils soulignent également que la meilleure distance, pour une plus grande prise de décision, doit être maintenue entre l’arbitre et les situations du jeu dans la gamme de 15 et 20 mètres.

Il y a encore des études sur le football féminin, dans lesquelles il a été conclu qu’il n’est pas approprié de comparer le jeu masculin et le jeu féminin sur des bases égales. Tout le monde joue le même jeu, avec les mêmes règles, seuls les jeux sont différents (KIRKENDALL, 2004). En ce qui concerne la formation des joueurs dans les catégories de base, la fonction éducative de l’entraîneur se distingue, non seulement en le limitant à l’orientation de l’athlète lors de l’entraînement et de la compétition, mais en contact constant avec le club, les parents et les responsables du développement de la personnalité de l’athlète (GOMES et ERICHSEN, 2004).

Comme on le remarque, la science du sport peut expliquer divers phénomènes dans le football. Mais malgré les progrès des études dans ce domaine, il est encore nécessaire de comprendre pourquoi la diffusion de cette production scientifique est encore limitée.

CULTURE SCIENTIFIQUE

Les réflexions de ces travaux visent à contribuer non seulement à la communication, mais aussi à la diffusion scientifique. Comment bueno (2010) distingue:

La communication scientifique vise essentiellement la diffusion d’informations spécialisées entre pairs, afin de faire connaître, dans la communauté scientifique, les avancées obtenues (résultats de recherche, rapports d’expériences, etc.). dans des domaines spécifiques ou l’élaboration de nouvelles théories ou le raffinement des théories existantes. La diffusion scientifique remplit une fonction première : démocratiser l’accès aux connaissances scientifiques et établir les conditions de ce qu’on appelle la littératie scientifique. Il contribue donc à inclure les citoyens dans le débat sur des sujets spécialisés qui peuvent avoir un impact sur leur vie et leur travail (BUENO, 2010, p.1).

La communication et la diffusion scientifique contribuent, entre autres facteurs, à un type particulier de culture que Vogt (2003) appelle la spirale de la culture scientifique. Cet espace peut être représenté par une spirale, accompagnant le développement de la science à travers des institutions axées sur sa pratique et sa production, facilitant la visualisation et la compréhension, et définissant ce que l’auteur appelle l’espace ibéro-américain de la connaissance.

Figure 1 – La spirale de la culture scientifique


Source : Vogt (2011, p. 10).

Ainsi, il est possible d’observer, dans le quatrième IV, que les journalistes et les scientifiques sont destinés à l’information scientifique pour la société, en assumant un rôle fondamental dans l’interlocution de la culture scientifique et du journalisme. Toujours selon Vogt (2011), l’objectif idéal du diffuseur scientifique est que les connaissances scientifiques, en tant que phénomène culturel, puissent atteindre le niveau de traitement et d’expérience du football – dans lequel peu sont ceux qui y jouent efficacement, mais il y en a beaucoup qui la comprennent, connaissent ses règles, savent jouer, critiquent ses réalisations, sont émues et passionnées par elle.

Pour cela, outre les talents, des conditions structurelles de soutien institutionnel, telles que des ressources, des plans de gestion, des programmes d’éducation et de formation, qui sont à la charge des politiques publiques visant à établir et à faire fonctionner, régulièrement et efficacement, sont nécessaires. Le fait de ne pas jouer au football ne nous empêche pas de l’aimer, d’être des amateurs de sa pratique, de le pratiquer toujours, même si, la plupart du temps, « seulement » par l’admiration aficionado de supporter. (VOGT, 2011, p 13).

Journalisme

JOURNALISME SPÉCIALISÉ

Pour Tavares (2007, p. 42), le journalisme est une pratique sociale axée sur la « narration », où, dans les dossiers, il y a le témoignage ou l’enquête, la construction ou la reconstruction d’un événement ou de connaissances. « Le journaliste capture le monde, le conforme et l’informe à travers un dicton. On le dit sur le monde, pour lui et souvent pour lui.

C’est ainsi que le journalisme est le résultat, comme traquina (2001), de processus d’interaction sociale entre les journalistes, entre les journalistes et la société, et entre les journalistes et leurs sources d’information. Cette interaction, très souvent, se réalise dans une unité discursive du système journalistique : l’actualité, un méta-événement discursif (RODRIGUES, 1993), qui rapporte un autre événement, mais pas n’importe quel événement, mais un événement remarquable, singulier et concret qui rompt avec l’organisation d’une réalité.

Sousa (2002, p. 13), le journalisme n’est rien de plus que « des artefacts linguistiques qui cherchent à représenter certains aspects de la réalité et résultent d’un processus de production et de fabrication où plusieurs facteurs interagissent, entre autres ».   Il y a aussi une conceptualisation plus directe :

Le journalisme, c’est le journalisme, qu’il soit sportif, politique, économique, social. Il peut être propagé à la télévision, à la radio, aux journaux, aux magazines ou à Internet. Peu importe. L’essence ne change pas parce que sa nature est unique et est étroitement liée aux règles d’éthique et d’intérêt public (BARBER; RANGEL, 2006, p. 13).

Cependant, il existe une catégorie de journalisme, le journalisme spécialisé, qui révèle certains « événements invisibles » du processus de médiation.

La médiation, en ce sens, est présentée comme une pratique médiatique consistant à capturer la réalité et à la transmettre à partir d’un processus de production qui lui est propre, sans échapper à l’idée d’interaction communicative qui l’entoure. Ainsi, nous percevons la médiation comme un processus socialement contextualisé, inséré dans une logique communicative plus large, qui englobe plusieurs domaines de production, d’accueil et de relation entre les deux (TAVARES, 2007, p.12).

En ce sens, le journalisme scientifique et sportif peut-il jouer un rôle de médiateur dans les « événements invisibles » produits par la science du sport et l’intérêt public? Il est important de réfléchir sur le sport et le journalisme scientifique.

JOURNALISME SCIENTIFIQUE

Bueno (2009) rappelle que l’histoire de la presse brésilienne coïncide avec les débuts du journalisme scientifique, comme Hipólito da Costa, fondateur de Correio Brasiliense, qui a maintenu un contact étroit avec les scientifiques et produit des reportages et des nouvelles dans les domaines de la botanique, de l’agriculture et de la médecine, en plus des périodiques « O Fazendeiro » et « Chácaras e Quintais ».

Le journalisme scientifique, au cours de ces un peu plus de 200 ans d’existence au Brésil, selon Bueno (2012), a beaucoup évolué, mais, s’il a gagné en popularité et en visibilité, il a accumulé de nouveaux défis qui doivent être rapidement confrontés, non seulement à partir d’une meilleure formation technique, mais avec un esprit critique et le courage. Ainsi:

Le journalisme scientifique concerne le processus de circulation de l’information sur la science, l’innovation et la technologie (CI&T) formatée pour servir un public non qualifié, c’est-à-dire le public laïc.  Elle a des caractéristiques uniques : cette information est avant tout véhiculée par les médias et obéit au système de production journalistique, c’est-à-dire qu’elle compose le soi-disant discours journalistique. Ainsi, il se distingue à la fois de la communication scientifique et de la diffusion scientifique au sens large, se définissant comme l’un de ses individus (BUENO, 2012, p. 2).

Vera Lúcia Salles (1981) comprend que le journalisme scientifique est l’information véhiculée par les médias et transmise dans un langage accessible au grand public.

Comme le souligne Bueno (2009), l’analphabétisme scientifique, conséquence de la précarité de l’enseignement formel des sciences au Brésil, éloigne le « grand public » du journalisme scientifique, ce qui ajoute au peu de sensibilité des éditeurs et des entreprises de communication, l’idée que la science, la technologie et l’innovation n’intéressent pas le citoyen ordinaire. Sauf dans certains cas spectaculaires, en assumant un récit sensationnaliste, contribuant encore plus à la désinformation.

JOURNALISME SPORTIF

Le journalisme sportif, peut-être dans la conception qui est aujourd’hui, a été « inventé », selon Capraro (2011), par le Carioca Mario Rodrigues Filho, encore 23 ans, quand il a fondé, en 1931, l’un des premiers (éphémères) journaux sportifs, « le monde des sports ». Cinq ans plus tard, avec l’aide financière, y compris Roberto Marinho, il est devenu le propriétaire de jornal dos Sports. Les biographes de Mario Rodrigues Filho en témoignent comme l’une des principales références de la rupture avec l’ancien modèle journalistique qui traitait du sport, caractérisé par une écriture longuement récupérée, un contenu frivole et une analyse d’un point de vue élitiste (CASTRO, 1992 apud CAPRARO, 2011).

Bien qu’il ait été l’un des premiers chroniqueurs consacrés exclusivement au football, devenant aussi populaire que les joueurs de l’époque, en plus de la popularisation du football exigeant des changements dans la façon dont le sport a été signalé, le plus engagé dans l’éloge des vertus professionnelles de Mario Filho était son propre frère, Nelson Rodrigues, théologien déjà consacré et écrivain:

Amis, chaque génération devrait avoir un Mario Filho, c’est-à-dire un homme de grande évocation homérique. Et puis, voici ce qui se passerait merveilleusement: – l’histoire d’une génération se transmettrait à une autre génération, tout comme l’appel du círio passe à un autre cyrio. Mais Mario Filho est mort et nous n’avons plus entendu les grands coins du football (RODRIGUES, 1994, p. 174).

Avant même que Mário Filho ne devienne le père du journalisme sportif « moderne », d’autres professionnels se consacraient déjà à la couverture d’événements sportifs. André Ribeiro (2007) considère « L’Athlète », publié pour la première fois en 1891, comme un point de repère du journalisme sportif à São Paulo et au Brésil. D’autres périodiques de São Paulo sont également en train d’émerger (comme ” O Sport « , ” O Sportsman « , ” A Pátria Esportiva « ) des décennies plus tard. Cependant, les sports qui ont gagné en importance dans les magazines et les journaux étaient le cyclisme, l’aviron et la tourbe.

La presse de l’époque n’a pas donné la priorité au football. Après tout, la capitale de São Paulo a vécu un processus intense d’urbanisation et de croissance économique, attirant les immigrants à travailler dans l’industrie et les travaux d’infrastructure. Le football était encore pratiqué comme un loisir, y compris par les étrangers.

Marquer des agendas liés au football dans ce scénario de São Paulo a été très difficile. Mais fermer les yeux sur la croissance du football dans les plaines inondables semblait une grave erreur d’évaluation des responsables des principaux journaux de l’époque. Cependant, comme l’élite a également prévalu dans les salles de rédaction, la création de la première Paulista Football League, à la fin de 1901, avec seulement cinq clubs d’élite, est devenue une nouvelle (RIBEIRO, 2007, p. 23).

A Rio de Janeiro, selon Oliveira (2013), le scénario était similaire à celui de la capitale de l’Etat. Jusqu’au début du 21ème siècle, il n’y avait que deux équipes (Paysandu Cricket Club et Rio Cricket and Atlhetic Association) qui ont gagné la couverture de la presse locale, encore peu d’intérêt pour les principaux journaux de l’époque pour diffuser des nouvelles sur le football dans la capitale de l’époque de Rio.

Ce qu’il a appelé les journalistes, c’est le fait qu’un match s’est terminé sans gagnants, comme indiqué dans une petite note du Morning Mail dans le premier match de foot-ball « a montré la déception du journaliste avec le résultat du match, qui s’est terminé à égalité à 1-1 ». Habitué à la couverture de compétitions telles que l’aviron et la tourbe, qui a toujours eu un gagnant, la façon était d’écrire que le score était indécis (RIBEIRO, 2007).

La couverture actuelle du journalisme sportif, selon Bueno (2005), est axée sur le sport de la compétition. Travailler avec le journalisme sportif a ses spécificités et est souvent confondu avec le divertissement pur. En outre, d’un œil attentif, il est révélé une préoccupation presque exclusive avec le football, résultant en un espace disproportionné (et le temps) dans les médias malgré le nombre de praticiens des diverses activités sportives (BARBER ET RANGEL, 2006).

Les médias n’envisagent que certains sports dans les grands événements internationaux, comme les Jeux panaméricains et les Jeux olympiques, tout en met en évidence les gagnants (les médaillés), reléguant les meilleurs à l’oubli, ne remplissant pas son rôle de stimulation de nouvelles vocations et de valorisation de l’esprit de compétition (BUENO, 2005, p. 21).

En outre, Bueno (2005) estime que la couverture se limite à un espace d’action limité – avant, pendant et après le départ – ce qui entraîne de mauvaises priorités, traitant des commérages et des intrigues, même s’il y a des sujets pertinents à aborder. L’auteur souligne également un troisième prêt: la presse sportive souffre d’une myopie chronique, présentant des préjugés contre les clubs et les sports de moindre expression, oublié que nos principales valeurs ont été révélées loin des grands centres. Sans parler du souci des journalistes qui cherchent à favoriser dans les commentaires ou diffuse les équipes de plus grands fans, sinon les grands centres. Le cinquième point, lié à la qualité de l’information journalistique, associé à la couverture sportive au Brésil. Selon Bueno:

Il n’est pas rare de trouver de mauvais résultats de match, les questions de titre par opposition aux commentaires et aux nouvelles, la désinformation sur les meilleurs buteurs, ce qui est absolument commun, l’ignorance des règlements du tournoi douloureux et sur la position des clubs dans les tableaux. Dans ce cas, il y a des commentaires surréalistes sur des situations qui ne se matérialisent jamais parce qu’elles reposent sur de fausses données. Il improvise beaucoup dans ce domaine, ce qui est risqué parce que, dans la plupart des cas, en raison de l’intérêt des fans, cette information est bien connue, ce qui ne fait qu’augmenter le manque de crédibilité de ceux qui couvrent le sport brésilien (BUENO, 2005, p. 24).

Le scénario est favorable à différents résultats. Selon Maluly (2005), dans le journalisme sportif, le fait vient toujours avant (local et la compétition sont déjà prévues) et les joueurs ont été, pour la plupart, exprimés. C’est-à-dire: le journaliste finit par dépendre uniquement du déroulement des faits. Et cela peut être étendu aux séances d’entraînement, biographies, préparations et résultats de nouvelles. Après tout, dans le journalisme sportif, tout ce qui implique le fait est important de retenir l’attention du public, en fonction de la quantité et de la qualité de l’information qui est transmise.

Dans tout différend, le rapport peut être fait d’une manière agréable et intéressante, si le journaliste expérimenté prend note à l’avance des équipes, informer si et arriver sur le site une heure avant pour le contrôle final. Si vous attendez que le concours commence à obtenir cette information, le résultat de votre travail peut devenir inintéressant (HOHENBERG, 1981, p.391, apud MALULY, 2005, p. 47).

Toujours selon Maluly (2005), Internet facilite l’accès aux données avant un accès difficile. Toutefois, il souligne que la question fondée uniquement sur l’utilisation des nouveaux médias est dangereuse, parce que, pas toujours, l’information placée sur Internet est fiable. Les moyens électroniques servent d’outil d’aide dans la recherche d’informations. Le journaliste, dans ce cas, dans le rôle de chercheur, doit observer la source disséquée ou même avec d’autres sources, qu’elles soient humaines ou bibliographiques, si les données sont valides.

Il est évident que, dans ce contexte, les publications scientifiques (articles, livres, thèses et thèses) sont reconnues comme des sources fiables pour la production d’un sujet. Mais l’auteur met en garde contre ce qu’il appelle la « spéculation scientifique et technologique ». La nouveauté ou la nouveauté ont amené le journalisme à se méfier de ce qui est divulgué, « puisque les médias pourraient être utilisés comme diffuseurs de promesses douteuses ou de fausses expériences, et non comme diffuseurs de science et de technologie » (MALULY, 2005, p. 49). Le journaliste doit s’en détacher et utiliser des recherches et des productions de données déjà scientifiquement prouvées afin de ne pas tomber dans l’erreur de produire un article plus publicitaire que journalistique.

Ainsi, le journalisme sportif aborde un scénario réel de compétitions, avec des personnages construits à travers des faits (et non fictifs), et ouvre des fenêtres pour des questions plus alignées sur la réalité vécue par l’athlète. Une autre façon de produire le rapport est le comité technique, l’équipe de soutien de l’athlète ou de l’équipe, qui peut fournir des informations exactes (MALULY, 2005). En outre, la tactique du comité technique pour une compétition, comme la programmation, les moyens de préparation (alimentation, concentration, altitude, etc.). et l’information sur les autres athlètes sont des facteurs qui influencent le résultat et peuvent contribuer à la couverture journalistique.

On ne peut nier que l’une des préoccupations des journalistes est de choisir un professionnel expert en la matière, et pas seulement un ami ou un collègue. « Les spécialistes sont des professionnels des domaines de connaissance les plus variés (humains, exacts et biologiques), et leurs témoignages sont utilisés pour clarifier un certain sujet qui n’est pas clair pour le journaliste » (MALULY, 2005, p. 57). Ainsi, toutes les personnes directement ou indirectement impliquées dans le sport sont des sources d’information pour le journaliste dans la couverture sportive. Toutefois, comme le fait remarquer Bueno (2005, p. 15), le sport ne peut être considéré comme une « activité à l’abri des intérêts économiques, sociaux, culturels et politiques. Cela provoque une décontextualisation qui entrave certaines compréhensions de ce qui se passe dans la modalité.

Cette attitude critique à l’égard de la situation du sport au Brésil et la diffusion du sport en tant qu’élément culturel pour les loisirs et la santé, entre autres valeurs, peuvent contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des Brésiliens (MALULY, 2005, p. 59).

JOURNALISME SPORT-SCIENTIFIQUE

Selon les études de Messa (2005, p. 3), à partir de l’histoire du journalisme sportif brésilien, on observe qu’il ne s’agit que de divertissement et qu’il a 80% des thèmes de l’actualité et des reportages spécialisés autour d’un seul sport qu’est le football. De là, l’auteur lance une question : « Pourrions-nous concevoir un journalisme sportif qui ne se limite pas au divertissement du public lecteur-fan ? »

Suite à l’analyse critique de Messa (2005), la couverture sportive ne donne pas la priorité à ce qui est essentiel pour le public : « le journalisme sportif quotidien est, en réalité, un journalisme d’équipements variés, dont le thème n’est pas le sport lui-même, mais ses conglomérats et attaquants (personnages) qui composent ce réseau de marché » (MESSA, 2005, p. 3).

Cela corrobore ce qu’Alsina (2009) qualifie de culture de masse, structurée dans la logique de répondre aux exigences du marché. Le marché du divertissement détermine un nombre limité de (bien que nombreux) produits et produits standardisés au contenu, qui sont vus dans une série de rendements cycliques du même produit et dans l’imitation de plusieurs autres. Et le public est conditionné dans ses goûts par l’abstrait, « ce qui caractérise la culture de masse, c’est la normalisation et la répétition (ALSINA, 2009, p.198).

Pour cette raison, Ivanissevich (2005) fait quelques pondérations quand il s’agit de populariser la science à travers les médias. Selon l’auteur, il y a une résistance de la part de la communauté scientifique. Comme les médias sont une entreprise avec un producteur vendant, dans ce cas l’information, les entrepreneurs, qui ne sont pas nécessairement des journalistes, visent à atteindre la marge bénéficiaire la plus élevée possible en un temps record.

Le succès des ventes ou la réalisation de plusieurs points à Ibope dépend, entre autres facteurs, du type d’information transmise et de la façon dont elle est présentée au public. Ainsi, ce qui déterminera quelles nouvelles seront transmises n’est certainement pas la volonté du scientifique de divulguer ses résultats, mais ce que le rédacteur en chef de la télévision, de la radio, du magazine ou du journal et parfois ce que le gestionnaire du secteur commercial – considèrent comme le plus intéressant d’augmenter la vente de son produit (IVANISSEVICH, 2005, p. 14).

Cependant, l’auteur reconnaît que les tentatives isolées de diffusion des connaissances scientifiques (à travers des classes conventionnelles, des pièces de théâtre, des films, des expositions, des conférences) ont peu d’impact sur la population. Mais si la science est véhiculée dans les médias, elle peut toucher des millions de personnes en une seule journée et « il serait inutile d’ignorer un instrument avec ce pouvoir d’atteindre les scientifiques et les éducateurs devrait le considérer comme un allié – toujours attentif à son vice – dans sa tentative de diffuser la science » (IVANISSEVICH, 2005, p. 28).

Le langage des articles ou des programmes publiés par les médias est un facteur déterminant du succès ou de l’échec de la transmission de l’information. On s’attend à ce que les journalistes – experts en communication – choisissent, sélectionnent, interprètent, résument et traduisent l’information au public. Pour atteindre la population, les nouvelles sur la science doivent passer, comme celles de tout autre domaine, par ce processus. Les difficultés d’interprétation et d’édition peuvent être ajoutées au temps variable. Bien sûr, il a des significations différentes pour les journalistes et les scientifiques. Les scientifiques comprennent à peine la précipitation apparemment négligente des journalistes. Ceux-ci, en particulier ceux qui travaillent dans l’actualité, souffrent de la ironiquement nommée « belle de la mort » (date limite) (IVANISSEVICH, 2005, p.18).

Dans ce contexte, la couverture journalistique se limite, selon Messa (2005), à l’identification d’un trou journalistique, généralement pour scandaliser, produire du matériel éphémère et consommable, résumant la construction d’images d’athlètes, de marques, de parrainages, d’images des fans. Malgré cela:

Je propose un journalisme sportif de nature scientifique. Je ne veux pas, en substance, exprimer une répudiation du journalisme sportif factuel, maintenant il serait trop tard pour le purger. Au contraire, je suppose déjà qu’il y a cette tendance pratiquement irréversible, parce que le public de lecture a déjà été formé pour cela. Ce serait comme le laisser tomber de ses attentes passionnées. Ce qui est destiné est d’essayer d’éveiller d’autres ou nouveaux angles d’intérêt pour le lecteur / spectateur, afin de répondre à la demande de connaissances sur le sport. La proposition du journalisme sport-scientifique n’est qu’une raison d’être due à cette conjoncture (MESSA, 2005, p. 4).

Mais, bien sûr, dans la logique de la culture de masse, Ivanissevich (2005) souligne qu’il doit y avoir un alignement des intérêts entre la diffusion scientifique et les médias. Même si le rôle des médias est de vendre de l’information, il est possible que le bon journaliste sache choisir des sujets d’intérêt et les transmettre correctement et de manière attrayante, en utilisant certaines ressources, en augmentant la qualité du produit avec crédibilité.

Pour être véhiculée par les médias, la science doit pouvoir susciter l’intérêt, maintenir l’attention du lecteur, de l’auditeur ou du spectateur jusqu’à la fin de l’article ou de l’émission, et être bien comprise par le grand public (IVANISSEVICH, 2005, p. 21).

En ce sens, il est important d’analyser la dernière édition de la Recherche sur la perception publique de la science et de la technologie (C&T) au Brésil, du Center for Management and Strategic Studies (CGEE) qui, en 2015, a entendu 1 962 jeunes et adultes de plus de 16 ans, dans toutes les régions du pays, entre autres, l’intérêt des Brésiliens pour le C&T.

La recherche a conclu qu’il s’agit d’un taux d’intérêt élevé déclaré par la population par la science et la technologie dans son ensemble ou par des sujets spécifiques impliquant des connaissances scientifiques et technologiques, y compris les approches de la médecine et de la santé ou de l’environnement.

Il est également très intéressant que les Brésiliens révèlent avoir, en particulier, la science et la technologie, puisque la majorité de la population (61%) se déclare intéressé (35%) ou très intéressés (26%). En outre, ce que les personnes interrogées expriment d’avoir pour le sport ou l’art et la culture. (CGEE, 2015), comme indiqué ci-dessous.

Figure 2 : Pourcentage de répondants selon l’intérêt déclaré pour la science et la technologie et d’autres sujets, 2015.

Source : Recherche sur la perception publique des C&T au Brésil (CCGE, 2015).

Ainsi, l’intérêt pour la science et la technologie mène à une voie fertile pour la littératie scientifique (DURANT, 2005) qui désigne ce que le grand public devrait savoir sur la science. Ivanissevich (2005) soutient qu’il s’agit d’un mythe que le désintérêt du public pour la science et doit être renversé et qu’il est possible de s’appuyer sur une diffusion scientifique de qualité. Et pourtant: « plus qu’un alphabétisation en sciences, le public a besoin de bons interprètes » (IVANISSEVICH, 2005, p. 28-29).

CONSIDÉRATIONS FINALES

Messa (2005) et Bueno (2005) ont sévèrement critiqué la couverture sportive. Il estime également qu’il n’a pas la compétence des médias pour traiter des questions spécialisées, telles que le dopage et les lions du sport, simplement parce que la couverture n’assume pas le caractère d’enquête ou de recherche, se contentant de sources superficielles et de déclarations. Selon l’auteur, « il n’y a ni temps ni espace pour les questions à couper le souffle, parce que le journalisme ne vit qu’en fonction des tournois et des matchs » (BUENO, 2005, p. 21).

Tu dois aller au-delà du crochet. La première étape consiste à comprendre que le sport, en particulier le football, ne peut pas être traité isolément, sans observer le contexte dans lequel il est inséré. À partir des réflexions de ce travail, il a été possible de percevoir la science du sport assumer un rôle fondamental dans ce sens. Les études en médecine, physiologie, biomécanique, nutrition, psychologie, entre autres, ont contribué de manière décisive au développement des joueurs, des équipes et des compétitions. À l’approche du journalisme scientifique, le journalisme sportif intègre certaines particularités qui peuvent aboutir à une relation fructueuse, comme le soutient Messa (2005), dans la proposition du journalisme scientifique et sportif.

Au Pará, les comités techniques de Remo et paysandu ont parié sur des professionnels de plus en plus qualifiés ayant une trajectoire académique. Et, à ce qui a été dit, peut-être la fissure pour les journalistes et les radiodiffuseurs non seulement face aux facteurs qui limitent la couverture sportive, mais aussi assurer la diversité du contenu livré au spectateur, auditeur ou lecteur – qui a prouvé, de la recherche, intéressé beaucoup plus par la science et la technologie que le sport lui-même, contrairement au bon sens – et de contribuer au développement de la culture scientifique , puisque les scientifiques et les journalistes sont des protagonistes dans la diffusion des connaissances produites par la science à la société (VOGT, 2011).

Ce serait l’équilibre entre le journalisme sportif et les opportunités, après tout, comme l’affirme Barbaeiro & Rangel (2006), l’essence du journalisme est unique et est liée aux règles d’éthique et à l’intérêt public. D’après l’analyse des entretiens de professionnels du Pará, un scénario favorable est identifié dans un aspect important : la formation. Sur les 16 personnes interrogées et interrogées, 14 ont atteint l’enseignement supérieur. Bien qu’il soit possible d’observer des professionnels plus expérimentés à la recherche d’une formation dans des domaines autres que la communication, une quantité considérable d’échantillonnage, en particulier ceux qui sont entrés sur le marché il ya une dizaine d’années, a une formation en journalisme. Bien que l’un des quatre établissements d’enseignement supérieur qui offrent un cours de journalisme en face-à-face à Pará ait la discipline du journalisme sportif dans le volet curriculaire, le scénario est favorable. Et en même temps urgent.

La couverture sportive est reconnue depuis l’époque de Mario Filho pour son langage accessible et sa facilité de narration. Cependant, il doit être conscient de ce que Bueno a mis en garde contre les risques d’improvisations, qui entraînent des erreurs et des commentaires surréalistes sur des situations impossibles. Parallèlement à cela, l’intérêt des fans et la disponibilité d’autres formes d’accès à l’information ne font que contribuer au manque de crédibilité de ceux qui chargent le sport au Brésil (BUENO, 2005).

Ainsi, le journalisme sportif peut aussi être un allié dans la littératie scientifique. Mais pas seulement ça. Comme maluly (2005) l’a déclaré, la diffusion en tant qu’élément culturel pour les loisirs et la santé, et pourquoi pas la science, peut contribuer à l’amélioration de la vie au Pará, en provenance du Brésil. Va trop au mépris du crochet.

RÉFÉRENCES

Alsina, R. M. A construção da notícia. Petrópolis, RJ: Vozes. 2009.

Amadio, A.; Serrão, J. C. A biomecânica e seus métodos para análise de movimentos aplcados ao futebol. In: I. Guerra, & T. Barros, Ciência do Futebol (p. 338). Barueri, SP: Manole. 2004.

Andrade, P. Muito além da fisgada: a ciência e o esporte na cobertura jornalística no Pará. (A. L. Sousa, Entrevistador) (29 de Janeiro de 2019).

Barbeiro, H.; Rangel, P. Manual do Jornalismo Esportivo. São Paulo: Contexto. 2006.

Boni, V.;Quaresma, S. Aprendendo a entrevistar: como fazer entrevistas em Ciências. Revista Eletrônica dos Pós-Graduandos em Sociologia Política, 68-80. 2005.

Brandão, M. F. O lado mental do futebol. In: I. Guerra, & T. Barros, Ciência do Futebol (p. 338). Barueri, SP: Manole. 2004.

Bueno, W. d. Chutando Prá Fora: os equívocos do jornalismo esportivo brasileiro. In: J. C. Marques, S. Carvalho, & V. T. Camargo, Comunicação e Esporte – Tendências (p. 2016). Santa Maria: Palloti. 2005.

Bueno, W. d. Jornalismo Científico: revisando o conceito. In: G. Caldas, & S. Bortoliero, Difusão e Cultura Científica: alguns recortes (pp. 157-178). Salvador: EDUFBA. 2009.

Bueno, W. d. O Jornalismo Científico no Brasil: os desafios de uma longa trajetória. In: C. d. Porto, Difusão e Cultura Científica (pp. 113-125). Salvador: EDUFBA. 2009.

Bueno, W. d. As fontes comprometidas no jornalismo científico. In: C. D. Porto, A. M. Botas, & S. Bortolieiro, Diálogos entre Ciência e Divulgação Científica: Leituras Contemporâneas (p. 240). Salvador: EDUFBA. 2011.

Capraro, A. M. Mario Filho e a “Invenção” do Jornalismo Esportivo Profissional. Movimento, 17(2), 213-224. 2011.

Carvalho, E. Muito além da fisgada: a ciência e o esporte na cobertura jornalística no Pará. (A. L. Sousa, Entrevistador) (28 de Janeiro de 2019).

Centro de Gestão e Estudos Estratégicos. A ciência e a tecnologia: percepção pública da C&T. Brasília, DF: Centro de Gestão e Estudos Estratégicos. 2017.

Chaliê, L. Muito além da fisgada: a ciência e o esporte na cobertura jornalística no Pará. (A. L. Sousa, Entrevistador) (26 de Janeiro de 2019).

Dejavite, F. A. A notícia light e o jornalismo de infotenimento. XXX Congresso Brasileiro de Ciências da Comunicação. Santos, SP: Intercom. 2007.

Dias, B. Muito além da fisgada: a ciência e o esporte na cobertura jornalística no Pará. (A. L. Sousa, Entrevistador) (29 de Janeiro de 2019).

Fernandes, M. Muito além da fisgada: a ciência e o esporte na cobertura jornalística no Pará. (A. L. Sousa, Entrevistador) (27 de Janeiro de 2019).

Ferreira, C. Muito além da fisgada: a ciência e o esporte na cobertura jornalística no Pará. (A. L. Sousa, Entrevistador) (26 de Janeiro de 2019).

Furtado, A. Muito além da fisgada: a ciência e o esporte na cobertura jornalística no Pará. (A. L. Sousa, Entrevistador) (27 de Janeiro de 2019).

Futebol, C. B. Regulamento Geral das Competições – 2019. Acesso em 14 de Janeiro de 2019, disponível em CBF: https://conteudo.cbf.com.br/cdn/201812/20181211073907_874.pdf (10 de Dezembro de 2018).

Globo Esporte Pará. Sem Pedro Carmona, Paysandu se reapresenta após goleada no Parazão. Acesso em 15 de Novembro de 2018, disponível em Globo Esporte Pará: https://globoesporte.globo.com/pa/futebol/times/paysandu/noticia/sem-pedro-carmona-paysandu-se-reapresenta-apos-goleada-no-parazao.ghtml (26 de Feveveiro de 2018).

Gobbi, M. Mário Gobbi volta atrás e diz que futebol não é business. (U. Esportes, Entrevistador) (27 de Maio de 2013).

Gomes, A.; Erichsen, O. A. A preparação do futebolista na infância e adolescência. In: I. Guerra, & T. Barros, Ciência do Futebol (p. 338). Barueri, SP: Manole. 2004.

Guerra, I. Nutrição no Futebol. In: I. Guerra, & T. Barros, Ciência do Futebol (p. 338). Barueri, SP: Manole. 2004.

Guerra, I.;Barros, T. Demandas fisiológicas do futebol. In: I. Guerra, & T. Barros, Ciência do Futebol (p. 338). Barueri, SP: Manole. 2004.

Guerreiro, G. Muito além da fisgada: a ciência e o esporte na cobertura jornalística no Pará. (A. L. Sousa, Entrevistador) (28 de Janeiro de 2019).

Haguette, T. M. Metodologias Qualitativas na Sociologia . Petrópolis: Vozes. 1992.

Inklaar, H. Soccer Injuries – II: Aetiology and Prevention. Sports Medicine, 81-93. 1994.

Ivanissevich, A. A mídia como intérprete. In: S. Vilas Boas, Formação & Informação Científica (pp. 13-30). São Paulo, SP: Summus. 2005.

Júnior, A. C. Muito além da fisgada: a ciência e o esporte na cobertura jornalística no Pará. (A. L. Sousa, Entrevistador) (27 de Janeiro de 2019).

Júnior, M. D. Muito além da fisgada: a ciência e o esporte na cobertura jornalística no Pará. (A. L. Sousa, Entrevistador) (27 de Janeiro de 2019).

Kirkendall, D. O futebol feminino. In: I. Guerra, & T. Barros, Ciência do Futebol (p. 338). Barueri, SP: Manole. 2004.

Lakatos, E.;Marconi, M. d. Técnicas de Pesquisa. São Paulo, SP: Atlas. 1996.

Luz, G.; Castilho, M.; Vieira, C. N. O futebol brasileiro no contexto do período militar (1964 – 1979). Revista Observatorio de la Economía Latinoamericana, 17. 2017.

Malato, M. Muito além da fisgada: a ciência e o esporte na cobertura jornalística no Pará. (A. L. Sousa, Entrevistador) (26 de Janeiro de 2019).

Maluly, L. O jornalismo esportivo e as técnicas de reportagem. In: J. C. Marques, S. Carvalho, & V. R. Camargo, Comunicação e Esporte – Tendências (p. 216). Santa Maria: Pallotti. 2005.

Messa, F. d. Mario Filho e a “Invenção” do Jornalismo Esportivo Profissional. Anais do 8o Fórum Nacional de Professores de Jornalismo, 1-8. 2005.

Mielniczuck, L. Jornalismo na web: uma contribuição para o estudo do formato da notícia na escrita. Salvador, Bahia: Universidade Federal da Bahia. (Março de 2003).

Neto, R. M. Encontro Globo e Afiliadas – Esporte. Palestra: integração no esporte do Grupo Globo. São Paulo, São Paulo. (29 de Agosto de 2018).

Oliveira, M. Os componentes físicos e técnicos necessários ao melhor desempenho do árbitro de futebol. In: I. Guerra, & T. Barros, Ciência do Futebol (p. 338). Barueri, SP: Manole. 2004.

Oliveira, R. Jornalismo Esportivo/Entretenimento: a construção identitária das edições carioca e paulista do Globo Esporte. Juiz de Fora, MG, Minas Gerais: Universidade Federal de Juiz de Fora. 2013.

Oliveira, R. Uma nova geração de jornalistas esportivos se dedica a pôr mais ciência no futebol brasileiro. Acesso em 31 de Janeiro de 2018, disponível em Época: https://epoca.globo.com/esporte/noticia/2018/01/uma-nova-geracao-de-jornalistas-esportivos-se-dedica-por-mais-ciencia-no-futebol-brasileiro.html (31 de Janeiro de 2018).

Penna, G. Dado afasta clima de euforia no Paysandu e revela preocupação com Carmona. Acesso em 30 de Novembro de 2018, disponível em Globo Esporte Pará: https://globoesporte.globo.com/pa/futebol/times/paysandu/noticia/dado-afasta-clima-de-euforia-no-paysandu-e-revela-preocupacao-com-carmona.ghtml (25 de Fevereiro de 2018).

Rodrigues, A. D. O Acontecimento. In: N. Traquina, Jornalismo: questões, teorias e “estórias” (pp. 27-33). Lisboa: Vega. 1993.

Rodrigues, N. O Baú de Nelson Rodrigues. São Paulo, SP: Companhia de Letras. 2004.

Rodrigues, V. Muito além da fisgada: a ciência e o esporte na cobertura jornalística no Pará. (A. L. Sousa, Entrevistador) (28 de Janeiro de 2019).

Roseguini, G. Laboratório do GE explica diferenças de massa muscular nos atletas. Acesso em 02 de Janeiro de 2019, disponível em Globoplay: https://globoplay.globo.com/v/3981972/ (15 de Fevereiro de 2015).

Santo, A. E. Muito além da fisgada: a ciência e o esporte na cobertura jornalística no Pará. (A. L. Sousa, Entrevistador) (27 de Janeiro de 2019).

Santos, V. L. João Ribeiro como jornalista científico no Brasil: 1895-1984. São Paulo, SP: Universidade de São Paulo. 1981.

Silva, P. e. A importância do limiar anaeróbico e do consumo máximo de oxigênio em jogadores de futebol. Revista Brasileira de Medicina Esportiva, 225-232. 1999.

Sousa, J. P. Teorias da notícia e do jornalismo. Chapecó, SC: Argos. 2002.

Sousa, M. Muito além da fisgada: a ciência e o esporte na cobertura jornalística no Pará. (A. L. Sousa, Entrevistador) (26 de Janeiro de 2019).

Souza, D. A. As origens de “O futebol é o ópio do povo”. Acesso em 20 de dezembro de 2018, disponível em Ludopédio: https://www.ludopedio.com.br/arquibancada/as-origens-de-o-futebol-e-o-opio-do-povo/ (25 de Junho de 2018).

Souza, M. “. Muito além da fisgada: a ciência e o esporte na cobertura jornalística no Pará. (A. L. Souza, Entrevistador) (27 de Janeiro de 2019).

Tavares, F. d. O Jornalismo Especializado e a mediação de um ethos na sociedade contemporânea. Em Questão, 13, pp. 41 – 56. (jan/jun de 2007).

Traquina, N. O Estudo do jornalismo no século. São Leopoldo: Editora da Universidade do Vale do Rio. 2001.

Triviño, A. N. Introdução à Pesquisa em Ciências Sociais. São Paulo, SP: Atlas. 1997.

Valor Econômico. Futebol enfrenta bem tempo de crise na economia. Acesso em 20 de Dezembro de 2018, disponível em Valor Econômico: https://www.valor.com.br/empresas/5558479/futebol-enfrenta-bem-tempo-de-crise-na-economia (01 de Junho de 2018).

Valquer, W.; Barros, T. Preparação física no futebol. In: I. Guerra, & B. Turibio, Ciência do Futebol (p. 338). Barueri, SP: Manole. 2004.

Villardi, A. As lesões no futebol. In: I. Guerra, & T. Barros, Ciência do Futebol (p. 338). Barueri, SP: Manole. 2004.

Vogt, C. A Espiral da Cultura Cientifica. Acesso em Dezembro de 2018, disponível em ComCiência: http://www.comciencia.br/reportagens/cultura/cultura01.shtml (Julho de 2003).

Vogt, C. De Ciências, Divulgação, Futebol e Bem-Estar Cultural. In: C. D. Porto, A. P. Brotas, & S. Bortoliero, Diálogos entre Ciência e Divulgação Científica: Leituras Contemporâneas (p. 240). Salvador: EDUFBA. 2011.

[1] Diplômé en communication sociale, avec qualification en journalisme, de l’Université de l’Amazonie (MANUA); Spécialiste de la communication scientifique en Amazonie (FIPAM/NAEA), par l’Université fédérale du Pará (UFPA); Maîtrise en planification du développement, dans le cadre du Programme d’études supérieures en développement durable du tropique humide (PPGDSTU/NAEA), par l’UFPA.

[2] Professeur à la Faculté de communication de l’UFPA; Maîtrise en communication contemporaine et culture de l’Université fédérale de Bahia; Doctorat en sciences de l’information et études des médias, Université Fernando Pessoa, Porto-Portugal.

[3] Théologien. Doctorat en psychanalyse clinique. Chercheur au Center for Research and Advanced Studies, São Paulo, SP.

[4] Professeur du Graduate Program in Anthropic Studies in the Amazon (PPGEAA/UFPA). Doctorat en médecine/maladies tropicales. Professeur et chercheur à l’Université fédérale du Pará (UFPA). Chercheur au Center for Tropical Medicine (NMT/UFPA), Belém (PA), Brésil.

[5] Professeur du Graduate Program in Sustainable Development of the Humid Tropic (PPGDSTU), du Center for High Amazonian Studies (NAEA), de l’Université fédérale du Pará (UFPA); Master en éducation physique, de l’Université méthodiste de Piracicaba (UNIMEP); Doctorat en sciences : Développement socioenvironnemental, Université fédérale du Pará (UFPA).

Envoyé : Mars, 2020.

Approuvé : mars 2020.

5/5 - (4 votes)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

DOWNLOAD PDF
RC: 70868
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita
WeCreativez WhatsApp Support
Temos uma equipe de suporte avançado. Entre em contato conosco!
👋 Bonjour, Besoin d'aide pour soumettre un article scientifique?