Le maître Ignorant : technologies et des Interfaces de Communication en réseau dans les voies de l’émancipation intellectuelle

0
601
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI [ SOLICITAR AGORA! ]
Classificar o Artigo!
ARTIGO EM PDF

SOARES, Welington [1]

DENDASCK, Carla Viana [2]

« Pour émanciper un ignorant, il prend et suffisent à nous pour être nous-mêmes, émancipé ; autrement dit, conscient de la réalité du pouvoir de l’esprit humain. « (RANCIÈRE, 2002, p. 27).

SOARES, Kay ; DENDASCK, Carla Van Zyl. Le maître ignorant : technologies et interfaces de communication en réseau dans les voies de l’émancipation intellectuelle. Revue scientifique pluridisciplinaire de la base de connaissances. Année 1. Vol. 9. pp. 5-22, septembre 2016. ISSN : 0959-2448

RÉSUMÉ

Réflexion présentée dans cet article cherche à marcher vers les relations entre les passages du maître livre ignorants de Jacques Rancière, un ouvrage de philosophie de l’éducation qui vise à discuter des méthodes éducatives actuelles au XIXe siècle et réseaux de communication Cyber contemporaines, cherchant à faire apparaître les questions pertinentes la question suivante : Quels sont les éléments qui rendent les plateformes numériques de réseau environnement pour la construction autonome des savoirs et apprentissage collectif porteur , coopérative, décentralisé et sans une méthode planifiée ? Pour cela, il est reconnu que les réseaux numériques sont des environnements interactifs, la synergie entre les personnes et les appareils de technologie de communication de réseau fait DCP, des tendances et des postures de guide de médiation sociale. Ces mêmes réseaux constituent également des outils utiles dans le raccord d’individus dans le tissu social. Médias concernent les transports, circulation entre les différentes zones territoriales et culturelles, en ce qui concerne les mouvements de consommateurs et culturelle et informations échanges idéologique, les réseaux sont somptueux dans la création et la composition des propagateurs des concepts et des partenaires opinantes, la présence numérique participative va au-delà du physique et apporte à haute vitesse une multiplicité d’interfaces culturelles. Le corps sert d’émetteur et récepteur d’informations dans le réseau, avec ses affections et des émotions, des transferts via les technologies en réseau vos impressions et électronique quotidienne de visions se joint à l’expansion de dimensions de la communication cognitive, réseaux sont infrastructure, mais aussi la production de sens et des relations qui vont au-delà de simples connexions, qui naissent des associations entre somatique et technique points distribué son horizon. Prendre la communication comme un mentor de la dynamique de la transformation du langage et de la composition sociale de la matière traitée par le biais de la communication et des médias réseaux une étape de processus importants sémantique. Vous obtenez dans la réflexion, les arguments critiques et prise de conscience de la nécessité d’intégrer la nouvelle identité en mesure de faire face à la technologie déjà engendrée.

Mots clés: réseaux, interaction, social, relations et communication.

1. INTRODUCTION

1.1 le maître Ignorant : brève de découpes

L’expérience vécue par un professeur de Français en territoire néerlandais, il est intéressant demande une réflexion pertinente sur les possibilités d’émancipation que nouvelles expériences méthodologiques peuvent fournir l’éducation dans la formation des étudiants.

Les processus éducatifs jusqu’alors étaient dans un environnement basé sur des méthodes traditionnelles, celles-ci ont été imprégnés par l’idéologie humaniste et aussi la scolastique positiviste (FILARDI, 2002). L’école du XIXe siècle appuyé sur la répétition, sur l’autorité des enseignants et des processus mécanistes et rigides. Rancière (2010) affirme dans son livre une méthode de vision émancipatrice, cherchant l’autoconstruction du sujet sous une forme différenciée d’approche, à l’aide d’improvisation et de créativité, d’une proposition constructive.

Il raconter brièvement l’histoire célèbre qui a pris naissance cette épiphanie : participe à la révolution de 1789, Joseph Jacotot a travaillé dans diverses fonctions institutionnelles pour le gouvernement, notamment comme professeur. Jacotot est allé à l’exil aux pays-bas lorsque la maison de Bourbon et la noblesse avaient leur pouvoir restauré en France en 1814, quand la défaite de Napoléon à une coalition des puissances européennes.

Dans ce scénario est demandé pour enseigner à la classe d’études en langues classiques, cependant une (au début) grande difficulté apparaît : vos élèves avaient un minimum de connaissance du Français et de Jacotot, à son tour ne savait pas néerlandais.

Pour résoudre l’équation qui a été, Jacotot avec un interprète et une édition en Français-Néerlandais de Télémaque, proposé à sa classe de lire cette édition bilingue et si l’exercice en Français autant que possible, conscient des difficultés, a entrepris la proposition sans rien attendre de grands résultats (RANCIÈRE, 2010).

À sa grande surprise, les étudiants sont acquittés de la tâche à la satisfaction, ce qui démontre un niveau d’interprétation aussi intéressante et excitante comme toute personne ayant une bonne connaissance de la langue Français.

Cette expérience a révélé à lui quelque chose qui a conduit à une forte réflexion : enseignement pourrait configurer sans nécessairement un maître qui les expliquent que les méthodes pédagogiques en vigueur à l’époque, qui a mis l’accent excessif sur l’elucidações d’un maître, un professeur, pourraient être repensées (FILARDI, 2002).

De là, mis au point une méthode qui encourage les gens à développer leurs compétences avec plus d’autonomie, amenant à l’émancipation intellectuelle.

Le rôle du maître ne disparaîtrait pas, serait reconfiguré, cela correspondrait à proposer des chemins et relier les connaissances.

Pour Jacotot toutes les intelligences sont égales et il n’y a pas besoin d’un enseignant avec nom de domaine complet de l’enseignement de la matière, mais cela doit accompagner le travail de l’étudiant une fois donné l’objet d’étude et de leurs interfaces (RANCIÈRE, 2002).

Au contraire, la méthode utilisée puis suivait les préceptes plus rigides, a été un processus d’explication et de répétition, étant si loin la quête d’émancipation, une méthode de dégradation, où il était commun pour l’intelligence de le d’élève-maître soumission (FILARDI, 2002).

Émancipation devrait habiliter l’utilisation multisensorielle ». apprendre quelque chose et qui concernent tout le reste, selon le principe que tous les hommes ont une intelligence égale «. (RANCIÈRE, 2002).

Rancière, Jacotot soutient que l’intelligence est circonstancielle, développé au sein des besoins spécifiques, étant alors il ne serait pas un homme naturellement plus intelligent que l’autre.

Ces différences serait conforme à l’effort que la compagnie immédiatement autour et naturel conditions l’exigent, quand la nécessité cesse, les mensonges de l’intelligence, c’est lorsque la volonté apparaît comme une caractéristique pertinente pour exercer un tel développement, il serait un coup de pouce pour le printemps de trajectoire intellectuelle, cette volonté de continuer à appliquer la pensée, il emploie constamment même si les conditions environnantes n’ont pas besoin. « L’homme est une servi par une intelligence ».  (RANCIÈRE, 2002).

Jacotot mis au point plusieurs méthodes, était aussi un discours politique contre un rationalisme exagéré et systèmes extrêmement fermés, si fréquents dans la méthode scolastique et positiviste.

Sa méthode d’émancipation intellectuelle ont le caractère universel, est égale à l’homme dans son potentiel de création, de développement et de travail, est un spectre social d’expérience et transformateur.

Mais Rancière vient aussi à la conclusion que sa méthode libertaire est déconseillé aux institutions officielles, liées à l’État, l’église ou des entités similaires, car un raisonnement émancipatrice ne suit pas les paramètres hermétiques, est un autodidacte et tentaculaire, étant si peu travail coutume d’intellectuelle, environnement institutionnel plus appropriées et des associations libres, réseaux de partenariats et échanges spontanés d’informations (FILARDI 2002).

Ce n'est pas environ notamment enseignement universel à des programmes de parties ni les réformateurs de l’émancipation intellectuelle parmi les drapeaux de la sédition. Seul un homme peut s’émanciper d’un homme. (RANCIÈRE, 2002, p. 108)

2. CYBER NETWORKS

Après cette brève introduction à la pensée de Rancière, c’est un effort méditatif entre sa conception émancipatrice et toutes les correspondances dans le cyberespace.

Territoire des associations libres et fréquents partage des informations, transmises à grande vitesse, réseaux virtuels sont très présents dans les études contemporaines de la communication, le concept du réseau a été largement cité dans les analyses des chercheurs de différents domaines (CASTELLS, 1996).

Nous nous arrêtons ici pour assez simple, dans les réseaux comme des formes de socialisation et de flux d’information.

Fondamentalement, les réseaux numériques sont constitués d’éléments (les gens, les machines et les technologies de connexion) connectés en profils caractéristiques, existant en interrelation et reformulations constantes.

À l’époque contemporaine, réseaux numériques sont fortement interférer dans des systèmes sociaux, sont des intérêts communs et peut avoir à long terme et de grande envergure, même avec une restriction possible des aspirations et fugacité ayant donné lieu à ces intérêts : comment le commerce de services rapides et simples ou complexes promos et ceux-ci proviennent de différentes cultures et régions géographiques.

Mais le destin en décide autrement. En effet, les leçons du lecteur modeste ont afflué rapidement les étudiants. Et, parmi ceux qui étaient disposés à leur bencliciar, un bon nombre ignoré des Français. Joseph Jacotot, à son tour, totalement ignoré les hollandais. Il n’existe donc aucune langue où je pourrais les instruire sur ce que vous avez demandé. Malgré cela, il a voulu répondre à leurs attentes. À cette fin, il était nécessaire d’établir, parmi eux, au moins une chose commune. Maintenant, publié à Bruxelles, à ce moment-là, une édition bilingue de Telémaco : a trouvé la chose commune. (RANCIÈRE, 2002, p. 15)

À l’instar de Jacotot trouvé quelque chose en commun à partager avec ses élèves, le même principe déplace des actions de coopération vers l’autonomie dans les réseaux de cyber. A soumettre tout ou facteur commun peut venir dans l’ordre du jour et produire des chocs, ce qui, dans un processus de troc et contrepoints intelecções constructions spontanées, la portée rapide de réseaux contribue à cette construction.

Dans sa genèse réseaux étaient familiers et domaine privé (dans les réseaux de relations générales moyennes de ce passage et pas seulement l’Internet ou tout autre réseau), centré en noyaux plus petits, ils ont historiquement augmenté sa gamme et sa flexibilité, assisté par la technologie, telles que la création de l’impression qui obtenu une augmentation du nombre d’interlocuteurs et était un facteur important dans le développement de la sphère publique ainsi [3]que l’entrée des technologies de l’information dans la vie quotidienne a contribué à élargir fortement cette élasticité entre ces carottes (MAFFESOLI, 2006).

Dans l’espace Internet, interconnexion de réseaux divers et données Exchange au sein d’une structure technique régie par des protocoles qui permettent des informations en transit entre ces différents réseaux, il y a plusieurs modèles de réseaux relationnels en commutant entre eux, sont ces isolés dans les forums ou sur ouverture du social réseaux (ENNE, 2004).

Un facteur commun dans les réseaux est le travail et le développement du collectif, ce concept trouve appui dans la vision de Rancière de cette intelligence se manifeste dans l’ensemble, est médiatisée et active dans social, avoir plusieurs interfaces et la souffrance grande hétérogénéité, n’est pas consensuelle et apporte au milieu de ce manque d’a vraiment cherché les tensions qui animent leur progression dans le tissu de la société : « Alors, le monde social n’est pas seulement le monde sans raison, mais que de la déraison, c’est une activité de la volonté, possédée par la passion de l’inégalité ». (RANCIÈRE, 2002).

Avez-vous besoin des réseaux sociaux contact, réseaux d’entraide entre les associations, les réseaux, les réseaux de résistance culturelle et idéologique, réseaux contiennent des espaces narratifs (RICŒUR, 1997), contextualizações et actes interactives entre les agents sociaux, ce qui signifie, debout dans ce milieu et le pluralisme que cela confère.

Concernant la cyber réseaux, nous avons une telle structure comme base pour l’organisation dans les centres d’interaction sociale.

La diversité dans les réseaux de l’Internet et les tensions générées en elle nous référer à Ranciere lorsque atteste l’existence d’un principe d’inégalité. Mais les inégalités donnent pluralisme entre identités. Ces inégalités devraient se concentrer sur les différences, qui devraient être reconnus par la société conférant des conditions égales.

« La langue elle-même, qui est placée comme un instrument de pouvoir et de soumission, est aussi un moyen d’émancipation et existe seulement sur l’insignia. Seulement l’individu isolé du contact ne crée pas de langage, sens, de cette façon pourrait être émancipé ? (FILARDI, 2002 p 5).

Une autre caractéristique importante de l’intelligence, l’éducation et le raisonnement explicite dans ce passage : le rôle de la volonté.

Selon Rancière, Jacotot fait valoir que dans bien des cas plus complexes rompre avec peu disponible, que certaines personnes ont avec l’enseignement, d’apprentissage. Et cet argument est plutôt sobre. Par exemple, que beaucoup de fois de ceux pour lesquels il propose un nouvel énoncé : « je ne peux pas, je ne peux pas ». Cette phrase dit Rancière, signifie aussi : « je ne veux, je ne suis pas prêt à bouger, je n’avez pas besoin de cela » (RANCIÈRE, 2002).

3. CONSTRUCTION DES CONNAISSANCES SUR LA CONSTRUCTION DE RÉSEAUX DE CYBER

Serait trop spéculatives ou Intuit précipité sur le rôle de sera, motivées par le besoin d’une course aux armements qui, dans un premier temps, mis au point l’Arpanet, l’embryon de l’Internet, réseau, qui plus tard, sans davantage de pressions un belliciste vedette rien d’autre que la volonté, avec l’esprit novateur, autodidacte et collectif de chercheurs qui bien que ne savait pas exactement où ils allaient Si ne pas intimidé pour chercher le développement ?

L’Arpanet (qui deviendra plus tard l’Internet), qui est entré dans le milieu militaire de la guerre froide (MATTELART, 1996 p 102) déjà en vedette dans les éléments qui sont aujourd'hui tellement courant et nécessaire dans les systèmes de réseaux numériques, architecture ouverte, permettant aux applications et divers paliers de n’importe quel développeur, interaction en temps réel, des échanges rapides d’information, construction collaborative (CASTELLS 2006).

Il est possible d’affirmer que l’Internet est aujourd'hui indispensable, conçue comme un usage strictement militaire à sa naissance, le lieu de naissance de la guerre de la Genèse n’a pas empêché qu’ans plus tard il a développé la technologie et socialement dans un contexte de liberté et de la décentralisation, l’apprentissage coopératif.

Après la fin de la guerre froide, commandée par le démantèlement de l’URSS, Internet tomberait dans les bras de la culture hacker comme présent au milieu de la Décennie des 70 University, où fervilhavam les idéologies et les idéaux de l’innovation (MATELLART, 1996), expérimentation et la liberté d’information, de nouvelles méthodes et de nouveaux résultats sont apparus dans cet environnement de forte recherche indépendante et des directions inattendues.

Toutefois, l’expérience a dépassé leurs attentes. Il a demandé d’étudiants comment disposé à écrire en Français ce qu’ils pensaient de ce qu’ils avaient lu. « Il attendait pour barbarismos terrible ou, même, par une impuissance absolue. Comment, en effet, pourraient tous ces jeunes, privés d’explications, comprendre et résoudre les difficultés d’un nouveau langage pour eux ? De toute façon, il était nécessaire de vérifier dans quelle mesure cette nouvelle voie, ouvert par hasard, avait mené et que les résultats de cet empirisme désespérée. Mais quelle fut leur surprise quand il a découvert que ses élèves, abandonnés à eux-mêmes, était allé si bien dans cette situation difficile comme aurait beaucoup de Français. Il donc ne prendrait pas plus d’envie, pour le pouvoir ? Tous les hommes seraient, Eh bien, presque capable de comprendre ce que d’autres avaient fait et entendu ? " (RANCIÈRE, 2002, p. 16)

Ainsi que les difficultés d’une nouvelle langue que se tenait comme un défi aux étudiants de Jacotot, la langue de l’Internet avec leurs éclaireurs, pour atteindre les milieux alternatifs et expérimentale de la culture hacker, qui a pris le rôle de premier plan dans la deuxième phase du développement de réseaux de communication via Internet, interagir non seulement créer les conditions de nouvelle et potentielles d’expansion technologique des canaux qui appuieraient les relations entre utilisateurs , ainsi que dans la fabrication de périphériques matériels.

Poussé par les nouvelles exigences de capital mondialisé, Commerce et production, les préoccupations de la société pour la liberté individuelle et valeurs une communication ouverte, plus que jamais, il était et il est possible d’être présent en temps réel, à être, apprendre des intérêts praxis et structuration autour d’une plateforme de communication agile dans le développement rapide, qui exigeait l’agilité pense aussi , décisions rapides et longues heures d’activité de réflexion dont la demande a forcé l’émancipation intellectuelle, la coopération et l’intelligence collective.

4. COMMUNICATION 

L’émancipation intellectuelle Ranciére proposé collaboration élément nécessaire, la volonté et de la communication entre l’enseignant et les étudiants.

Pour entrer dans une affaire de médias avec coin interpenetrada pour plusieurs autres disciplines, telles que l’art, littérature, psychologie, philosophie et psychologie. Santaella (2001, p. 76) soutient que la communication est positionnée au Centre pour les sciences humaines et aussi aller chercher des sciences naturelles, bien que le phénomène est présent dans divers domaines de la vie communicationnelle et sociale, dans le monde en constante transformation, rejoint les deux disciplines qu’à ceux qui sont encore consolidés émergeant, étant fréquent de trouver des éléments de communication dans le caractère de l’omniprésence.

Mais avant la situation ci-dessus, des études sur ce sujet cherchent à trouver le lieu de communication en sciences humaines, Braga cite un certain holisme (BRAGA, 2009) où il parle, s’exprime dans le monde, la communication finit n’est pas n’importe où.

Par conséquent, il est clairement nécessaire d’être à l’intérieur de ses frontières, même si clair et non diluée parmi les autres sciences, également éviter le point de vue plus logique (et selon Braga, selon nos préférences) pour réduire la communication à une vue partiale et bannir ainsi les autres directions et les notes qu’il peut prendre.

Mais à partir d’un point spécifique, centralizaremos se concentrer sur la conversation Act, favoriser le dialogue, les échanges symboliques et essayer d’atteindre cette pratique avec les moyens des réseaux numériques.

L’idée de communiquer est étroitement liée avec le social habituel, pense communication c’est de voir la conversation, est la perception des espaces sémantiques entre le j’et l’autre (BRAGA, 2009), est la production de connaissances entre les cercles interdépendants de la signification.

Fragments de prise sur les concepts de Ricoeur (1997), le monde nous frappe sous forme de texte, il est absorbé comme (ne) et texte est un texte, et c’est dans la conversation, dans le sens et la structure.

Cette langue est utilisée comme un instrument de pouvoir. La rhétorique sert d’élément dissuasif de cet éclaircissement, trop. Mais la rhétorique est le dialogue entre l’individu et la société, est une représentation de leurs personnages. Comment serait la compréhension et la communication, si elles ne partagent pas les mêmes idées ?

« L’homme peut être doué de raison, le citoyen ne peut pas être. Il n’y a aucune rhétorique raisonnable, il n’y a aucun discours politique raisonnable «. Mais, comment peut-il y avoir un homme si pas pour la langue ? Comme il peut y avoir langue sans la parole ? Comme il peut y avoir un discours sans politique ? (FILARDI, 2002, p. 16)

L’interrogatoire de Rancière présenté par André Filardi est pertinent, la langue est un instrument de pouvoir, convaincre, d’engagement, le dialogue individuel avec leurs pairs et par conséquent à la société, personnes composent la société, société font écho au discours et la langue que nous faisons des acteurs sociaux (SHAFIQ, 2012).

Dans la mise en réseau, une demande, générée par un besoin momentané (nous devrions comprendre pas ici seulement rapide temps comme quelque chose de passager, mais comme un intervalle variable et rénové une ou plusieurs demandes), induit une relation causale, motivée par les besoins des réclamations individuelles ou collectives à un moment donné dans l’histoire.

Ce même réseau devient un champ, un espace social d’exemple, régi par ses propres règles, avec quelques espaces de réponse, qui même ciblés sur une seule entité, se faisant l’écho du collectif, création de différents effets et interprétations du message, transcendant ainsi un chemin simple entre émetteur et récepteur, car le même message atteint simultanément plusieurs récepteurs périphériques et différents supports (CASTELLS 2003).

Nous avons un flux discontinu, le message est ré-encodé, partagé, fragmenté et plus nouveaux éléments, prendre de nouveaux vêtements, étant encore très répandue, révisé et révisé multidirecionalidade, chaque nouvelle réponse, nouveau intelecções suivra fondateurs de chemins d’accès de nouvelles mesures et nouveaux flux de discontinu nouvelles étapes interactives viendra aussi bien contribuer et compléter ses lacunes en générant de nouveaux conflits dans les directions indépendantes les interactions en réseau ont le rôle d’organiser cette discontinuité du flux et par défaut il s’étendant comme prothèses en expérience somatique de conjonction et acteur.

Évoquant McLuhan (1971) et son aphorisme « le médium est le message » signifie que nous pouvons discuter de la question du format, l’extension, l’esthétique de l’interface et son apparence et cyber-technologie d’impression sur la perception de l’utilisateur, Marialva Barbosa (2011) nous donne sa contribution en disant tout le monde dans lequel nous développons nos interactions comme un environnement communicationnel, où les dispositifs étendent les prothèses cités et énoncés de notre présence dans les réseaux sociaux sont ipads, téléphones mobiles, tablettes, qui nous mettent en communication avec d’autres utilisateurs et autres appareils, ordinateurs, nous transportent à l’accès concurrentiel.

Nous avons parlé avec les périphériques converser avec les gens, qui à son tour de parler à d’autres appareils, c'est-à-dire établi infocomunicacionais et tecnosociais des réseaux avec des entités organiques et électroniques, Lemos (2003) fait remarquer que telle relation donne vie aux objets dans ce métaphoriquement "Prism", émerge alors que les relations sont plus importantes que les objets eux-mêmes, les transformations extraordinaires qui ont eu lieu à vertigineux développement technologique nécessairement nous amènent à cette symbiose.

Changement rapide d’un analogue mondiale pour un monde numérique, a radicalement modifié notre perception de l’utilisation de l’espace et le temps.

5. LE TEMPS

Le facteur temps s’attache à cette équation, nous vivons historique moment où nous avons assisté en temps réel à la chute des tours jumell[4]es et messages vibrent dans nos gadget[5]s au moment précis, nous recevons un email.

La marche sur un réseau suivez les notions de temps, la vitesse et sens de déplacement dans le flux de téléprésence.

Le corps comme un lieu de convergence reçoit des stimuli géographiques et culturelles distinctes dans les environnements qui agissent comme des dimensions réelles, structurée des paysages, l’incarnation est donnée par le biais de représentations de l’avatáricas a[6]vec laquelle et par laquelle nous interagissons.

Les possibilités générées par ces espaces virtuels mobilisent une coexistence sociale avec les autres, une « vie numérique », où les corps sont tecnologizados, en créant des réseaux sociaux et virtuels, formant et culturellement formés.

Ces pratiques transmidiáticas reliant contenu dans une parcelle de diverses langues. Expériences immersives évoluent dans l’expérience des activités dans les espaces sociaux de la vie quotidienne, car le contact même si virtualisé en temps réel se produit entre soi et les autres moi interagissant entre eux.

L’impulsion générée par une telle interaction génère une immersion narrative dans l’espace virtuel et implique la notion de participation. Les formes les plus variées de ce récit de dialogue toujours autoriser un niveau d’interaction de l’individu par le biais de l’imagination, le répertoire, l’histoire immédiate, générant une diversification des interprétations au sujet de certain témoignage.

L’interaction par le biais de récits dans un environnement virtuel en réseau car le récit est basé sur un modèle flexible, dont phénomènes impliquent une connaissance généralisée particulière qui composent le savoir-faire individuel avec la sémantique, ce qui permet des analogies, agit comme un médiateur entre les variables le répertoire de chaque individu et le modèle culturel général.

6. IMMERSION

Le facteur immersif, condition nécessaire l’interaction est importante partie des relations établies dans le réseau et l’apprentissage collectif par conséquent, la visions conceptuelles tout trempage ont cependant plusieurs points de convergence, de garder plusieurs perspectives aux classifications de compte pour une telle variation Dominic Arsenault (2005) créé pour une expérience immersive : systémique et fiction sensorielle. Ce modèle de classification mappe le processus d’immersion.

La dimension de l’immersion sensorielle met l’accent sur les sens et de ses stimuli dans un environnement interactif. Dedans, sont l’implémente et des outils techniques qui nourrissent la cohérence et sens de la vérité et que la couche plus actif les stimuli de la vue et toucher, c’est dans cette première phase que notre perception est le soi-disant quatrième mur, la terminologie de théâtre sur le mur imaginaire sur scène qui sépare et relie fantaisie et public.

Lorsque vous avez une immersion systémique, nous nous référons à un système de règles régissant un environnement qui est accepté par le joueur et permet à votre interaction cognitive avec les processus automatisés de l’univers fictif. Serait au milieu de l’immersion systémique non seulement mécanique des commandes ainsi que des histoires, mythes, les situations géographiques et les personnalités des personnages avancent habitat.

L’immersion fictionnelle concerne la participation du sujet et l’histoire qui entoure ces éléments ensemble construire un gisement de sens, combinant une chance, le recadrage et le résultat de l’intrigue en constante évolution.

Curiosité et anxiété générée dans les faits qui se déroule lance le spectateur dans l’atmosphère de participation et d’immersion, création d’espaces d’empathie à travers une projection des attentes entre les personnages.

Immersion dans les environnements numériques nous aider à soutenir des activités du réseau, la sensation d’être immergé constitue un mécanisme très efficace dans le processus d’apprentissage.

7. ACTEURS DU RÉSEAU

Lorsque vous entrez dans un réseau, navigation est transmise à plusieurs visages, l’espace numérique permet une repagination constante et rapide nos personas, avatars donnent emblématique interface d’interaction, structure technique qui facilite la circulation de données reçoit valide si une interface offerts par des fournisseurs qui apportent quelque chose de persona, qui sera le vecteur final d’un processus de conversation , une dialectique véhiculée par les organes de copeaux, de câbles et de pixializados.

Ils ont érigé le corps formés par pixel, agir sur l’horizontalité fournie par les réseaux (ce qui est apparent, parce que les réseaux numériques sont composées de couches et accès différencié, mais au sein de chacune de ces couches existe horizontalité) motion cette loi comme la diffusion des données et la création de stratégies, de résistance, mais convergence importants dans le processus de construction de sens , de l’intelligence collective et l’émancipation (ENNE, 2004).

Castells (2013, p. 168) répond que les performances du réseau, des acteurs individuels ou collectifs développent autonomie par suit dans les projets, souvent de provenance purement personnelle, catch up avec écho de récepteurs plus devenir une demande collective qui renforce les intérêts, les valeurs et les échanges coopératifs, en tenant dans les réseaux informatiques de la plate-forme propice à ce type d’organisation.

Ce qui se passe est un transfert d’individuation à l’autonomie collective donnée par la Constitution de réseaux d’intérêt mutuel, le Web des affinités au sein de ce système crée des nouveaux systèmes parallèles, coexistence, de s’associer ou de passer en état de choc et peut être affiché comme coordonnées.

Barbero insère ces systèmes sur deux axes : une histoire de longue durée, située entre les baies de formats culturels et industriels et autres synchrone, rendant compte de la logique de la production dans sa relation avec ce qu’il appelle des « compétences de réception et de consommation » (BARBERO, 2004, p. 230). Un système qui pense, et quand le phénomène communicationnel est perçu comme tel, perd la spontanéité et s’explique, comme prend conscience de lui-même, ce qui permet à cette question et donc interroger votre écosystème et comme toute une tradition et interrogé Jacotot, enseignement, repenser elle-même est plus une pièce de théâtre sur l’émancipation intellectuelle.

Aucun homme sur terre qui n’a pas appris quelque chose par lui-même et sans maître tuteur. Nous appellerons cette façon d’apprendre « L’éducation universelle » et nous pouvons dire : « l’enseignement universel existe, en effet, depuis le commencement du monde aux côtés de toutes les méthodes de tuteurs (RANCIÈRE, 2002, p. 28).

Facteurs de cet état de la science qui consiste à la sphère collaborative et culturelle, s’appuient sur les entrepreneurs des activités associatives qui tissent les fils contre les sphères de la production commerciale, la perception des acteurs dans l’utilisation d’outils de l’axe commercial, et état productif n’empêche pas son utilisation dans la systématique des valeurs de ce même axe, qui, si un visage ternit initiatives indépendantes et copyright dans un autre fournit du matériel qui peut être utilisé par les groupements des matrices culturelles et de la production indépendante, cherchant la réceptivité dans des environnements de réseau à travers le processus de consommation des biens et des concepts.

8. ARTEFACTS

Nous avons communication pratiques base pilier des relations et la presse, et bien que le rôle des technologies dans ce processus est parfois réduit au minimum son implication, comme un véhicule de ces pratiques est d’une importance primordiale.

Maintenant, bien sûr, la technologie de réseau n’est pas la cause des affrontements idéologiques, philosophiques, économiques et culturels qui déplacent le volant social, ceux-ci naissent des tensions qui sont érigées au sein de la Communauté elle-même, mais nient son rôle dans la force de l’écho qui se déplace entre les coeurs et esprits est au moins de son sens (SHAFIQ, 2012).

La présence de ces moyens comme quelque chose de concret nous permet de vous renseigner sur le processus communicationnel, puisque l’intangibilité apparente du processus lui-même est susceptible d’être critique à l’aide de cette pénétrables à l’observation de masse n’est pas seulement intuitive l’empirisme et le corps, seuls réseaux de communication ne donnent pas la communication de corps (BARNES, 2011), mais sont des outils de référence qui permettent à un endroit visible de l’enquête et l’interrogatoire.

Il s’agit de l’espace où le phénomène de communication organise et reçoit son impression d’omniprésence.

Les artefacts technologiques que nous portons, contient la mémoire de solidité et de garder de nos actions en communication, livres, radio, journaux, télévisions, photographie et médias numériques nous fournissent l’interface confortable, dialoguer avec nous dans la tâche d’interpréter le monde, sont au milieu, la matrice esthétique que semantiza nos processus.

Il est intéressant pour plus décantée qui peut être l’espace numérique, nous ne devons pas perdre de son caractère instrumental (comme le réseau composé d’ordinateurs, de câbles et de protocoles d’accès), vue dans cette perspective, cet espace est un environnement qui oblige les agents interactives, donc son caractère informatif et social émerge qui dépasse la sphère de simple intermédiaire.

Un facteur intéressant de l’utilisation des plates-formes de communication numérique est structure décentralisée, sa composition comme un vaste réseau composé de plusieurs autres réseaux qui exigent cette décentralisation.

Dans le tissu social urbain ont la macro de la société et de ses noyaux plus petits, de relation et de conduite, même si répété dans la communication de la cybernétique, et à ce titre, c’est un mutant, disparaît et refait surface, frontières, absorbant les participants dispersés vaguement de hiérarchies rigides et espaces physiques surchargés des avances.

9. CONSIDÉRATIONS FINALES

Télémaque entre dans la vie de Joseph Jacotot et a été l’instrument d’une toute nouvelle perception méthodologique qui a évolué dans le groupe.

La communication fait référence à un acte collectif, la construction du sens et l’apprentissage, les structures sociales, culturelles et historiques, de politiques et de leurs corrélations, langue, conversation et signifie que le transport et la forme, estetizando le monde pour le rendre compréhensible, entoilage le sujet et l’élément qui dialogue avec cela.

Se rapporte, vous invite à réfléchir à cette relation et les enquêtes entre le sujet et les réseaux technologiques, autres que l’écriture, de parler, d’impression, réseaux sociaux, Internet et des réseaux alternatifs, sont l’homme dans le monde, vous donner un rôle actif et transporter au-delà de l’i, extériorise des processus cognitifs par langue que les dispositifs créés par l’homme lui-même format dans différents niveaux sémantiques élargir leur potentiel comme se connecter en quelque sorte le Télémaque était une solution de l’improvisation, mais aussi, à petite échelle, une expérience philosophique, nos découvertes individuelles dans les dialogues avec le collectif des réseaux que je serais ?

Les réseaux peuvent être conçus en divers points de vue, dans les systèmes d’intégration entre les personnes qui suivent des pratiques sociales et codes organisés en interaction, comme des échanges symboliques des biens culturels, tels que les outils d’affaires, la mondialisation a apporté clairement la vision de systèmes en réseau, connexion à un réseau de la société (CASTELLS, 1996) qui sert à briser les frontières géographiques et temporelles, à comprendre le degré de facilitateur du partenariat interpersonnelles , brisant même les frontières entre privé et public, présentant des « grains de sable dans l’engrenage » d’apprentissage collectif.

Comme vous pouvez le voir dans le livre, le processus a battu le maître Jacotot, qui a développé une expérience interactive et avait en conséquence l’apprentissage sans enseignant tuteur, mais non sans maître. Bientôt, le rôle du maître se poursuit, qu'il communique quelque chose qui nous préoccupe, mais apprenant chaque suit, que le maître introduit la façon dont les élèves font pour eux-mêmes, cyber réseaux trouvent plusieurs d'entre eux qui peut servir d’indicateurs des maîtres directions ainsi que nous pouvons faire la même chose pour d’autres personnes.

Les caractéristiques susmentionnées a incité la quête de la libre circulation de l’information, qui a changé la nature associative, l’interaction rapide en temps réel et l’intégration qui brise des localités et des temporalités, malgré les intentions différentes et l’idéologie, la communication réseau suit subtilités bien ritualisées et capables de reconfiguration et intercambiamento et des possibilités intéressantes d’apprentissage collectif.

RÉFÉRENCES

ARSENAULT, d. eaux sombres : Pleins feux sur l’Immersion. Dans : Jeu sur l’Amérique du Nord. Actes du colloque, 2005, p. 5052.

BARBOSA, Marialva. Recherche sur la communication au Brésil, nous n’avons pas à avoir peur de la contagion. Rio de Janeiro. Interphone, 2011.

BRAGA, José Luiz. 2011. Constitution du champ de la communication. Verset magazine et inverse. 2008.

CASTELLS, M. La galaxie Internet : réflexions sur l’internet, l’entreprise et la société. Rio de Janeiro. Zahar. 2003.

CASTELLS, M. Le réseau de la société. L’ère de l’information : économie, société et culture ; c. 1. São Paulo : Paix et terre, 1996.

CASTELLS, réseaux d’indignation et d’espoir. Rio de Janeiro. Zahar. 2013.

ENNE, Ana Lucia n. réseau Concept et sociétés contemporaines ; Communication et information. Goiás, 2004.

FILARDI, André, RANCIÈRE, Jacques. Le maître ignorant : cinq leçons de l’émancipation intellectuelle. Trad. Lily of the Valley. Belo Horizonte : Authentique, 2002.

LAMBERT, André. Aperçu de la cyberculture. Porto Alegre : Sulina, 2003.

LÉVY, Pierre. Cyberculture. Rio de Janeiro : Editora 34, 1999.

MAFFESOLI, Michel. Le temps des tribus : le déclin de l’individualisme dans les sociétés de masse. 4e éd. Rio de Janeiro : légale de l’Université, 2006.

MATELLART, Armand. L’histoire du monde des idées et des stratégies de Communication. Choc des idéologies. Petrópolis : Vozes, 1996.

McLuhan, m. les médias comme des prolongements de l’homme. Rio de Janeiro, Cultrix, 1971.

RANCIÈRE, Jacques. Le maître Ignorant : Cinq leçons à l’émancipation intellectuelle. Belo Horizonte, authentique, 2010.

RICOEUR, Paul. Temps et récit. Campinas, SP : Papirus, 1997.

SHAFIQ, Muniz. 2012. Communication, un champ en difficulté. Matrix magazine, 5 (2) : 1127.

[1] Maîtrise en langue et Communication de l’Universidade Tuiuti : contact : [email protected]

[2] Théologien, master et doctorat en psychanalyse clinique, maîtrise en bioéthique, un chercheur au centre de recherche et d’études supérieures. Contact : [email protected]

[3] Pour le philosophe allemand Jürgen Habermas, la sphère publique représente une dimension sociale qui agit comme un médiateur entre l’Etat et la société, dont le public est organisé comme un transporteur de l’opinion publique.

[4] http://www.portalangop.co.AO/Angola/pt_pt/Noticias/politica/2014/8/37/AtentadoscontraTorresGemeascompletamhojetrezeanos,
accès de 23ac33e5836c451382a0be56d6c4194c.html 27/09/2015.

[5] Appareils dotés de fonctions définies pour les pratiques quotidiennes, longs associé à des appareils numériques.

[6] La signification d’Avatar vient du sanscrit et signifie quelque chose de rouge, contenue dans une forme matérielle.

Como publicar Artigo Científico

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here