La perception des agents économiques sur le nouveau plan de développement économique, axé sur l’attraction d’investissements productifs dans la région métropolitaine de Brasília

0
7
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

ARTICLE ORIGINAL

CARVALHO, Rogério Galvão de [1], CASADIO, Maxwell Anderson do Prado [2], SOUZA, Gabriel Luiz Lino de [3]

CARVALHO, Rogério Galvão de. CASADIO, Maxwell Anderson do Prado. SOUZA, Gabriel Luiz Lino de. La perception des agents économiques sur le nouveau plan de développement économique, axé sur l’attraction d’investissements productifs dans la région métropolitaine de Brasília. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. Année: 06, Ed. 08, vol. 02, p. 81 à 96. Août 2021. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/sciences-sociales/attraction-dinvestissements ‎

RÉSUMÉ

Il y a des indications que les programmes en place pour générer le développement économique dans la région métropolitaine de Brasília donnent de faibles rendements, en particulier ceux qui tentent de promouvoir les investissements. Ainsi, le gouvernement voit la nécessité d’élaborer une nouvelle politique publique, qui coordonne tous les agents économiques impliqués à cette fin. Mais au début de l’élaboration de la nouvelle politique de développement, la question se pose: comment les agents du gouvernement, le secteur productif et les chercheurs du District fédéral voient-ils la formulation d’un nouveau plan de développement? Ainsi, le présent travail consiste à consulter certains de ces agents et à recueillir leurs perceptions sur 1) Le niveau de maturité des politiques publiques axées sur le développement socio-économique à Brasília ces derniers temps; 2) le degré d’importance d’une politique publique spécifique à cette fin; et 3) la satisfaction à l’égard des lignes directrices prévues pour le Plan de développement économique axées sur l’attraction d’investissements productifs. Ainsi, avec cette recherche, nous avons découvert si, dans la perception de ses agents économiques, cette politique publique a les caractéristiques nécessaires et suffisantes pour transformer la région métropolitaine de Brasília en une zone nationale d’attraction des investissements et pour rendre sa croissance moins conditionnée aux dépenses publiques.

Mots-clés: région métropolitaine de Brasília, développement régional, promotion des investissements.

INTRODUCTION

Il est de notoriété publique que la population de Brasília est l’une des plus importantes du pays, aujourd’hui environ 3 millions d’habitants, selon l’Institut brésilien de géographie et de statistique (IBGE), elle a connu, en un an, entre 2018 et 2019, une croissance démographique de 1,36% (un point trente-six points de pourcentage). Il s’agit d’une croissance démographique beaucoup plus élevée que la moyenne nationale de 0,8 % (zéro point huit points de pourcentage) au cours de la même période.

Si nous incluons la région entourant le District fédéral, c’est-à-dire la région métropolitaine de Brasília, cette population est proche de 4,1 millions d’habitants. De plus, elle (avec seulement 60 ans d’existence) est déjà l’une des régions les plus peuplées du Brésil. Au cours des dernières décennies, toujours selon le sens IBGE, il est perçu que cette région métropolitaine est passée de la 9ème (neuvième) à la 4ème (quatrième) région métropolitaine la plus peuplée du pays, juste depuis les régions métropolitaines de São Paulo, Rio de Janeiro et Belo Horizonte, comme l’indique Carvalho; Leal e Souza (2021).

La région métropolitaine de Brasília est connue sous le nom de RIDE, une région de développement intégré qui, en fait, est une zone analogue aux régions métropolitaines brésiliennes, mais comme elle est située dans plus d’une unité fédérative du territoire brésilien, dans ce cas, le District fédéral (DF), Minas Gerais (MG) et Goiás (GO), elle est nommée RIDE-DF.

D’autre part, l’évolution du PIB du District fédéral au cours des 10 (dix) dernières années, probablement en raison de la récente crise économique, n’a visiblement pas suivi le rythme de la croissance démographique. Il est noté, avec la croissance démographique très rapide de cette région, plus prononcée que la plupart des autres États, associée au mauvais comportement du taux de croissance du PIB, ceteris paribus, qu’il y aurait, dans un avenir proche, un effondrement fatidique du développement économique, en particulier dans la fourniture de services publics, comme déjà observé à Carvalho; Leal e Souza (2021).

Étant donné que les recettes sont un pourcentage du PIB, ces services publics s’effondreraient également au fil du temps, car cette collecte serait relativement plus faible chaque année. Ainsi, la nécessité d’une politique publique affirmée, visant spécifiquement à minimiser les aspects négatifs de ce problème, est claire.

En ces termes, afin de minimiser le problème socio-économique, il est important, selon la littérature sur le sujet, qu’il y ait une formulation correcte de politique publique spécifique pour assimiler la production et la consommation en adhérant au rythme de la croissance démographique, afin d’éviter cet effondrement.

Cette recherche vise à déterminer si Brasília réunit les caractéristiques pour devenir une région d’attraction et d’investissements productifs au niveau national, c’est-à-dire dans une zone de référence nationale pour la destination des entreprises privées, en particulier externes, en tenant compte de l’opinion des agents économiques régionaux.

Pour commencer l’évaluation des caractéristiques de Brasília et de la maturité des politiques d’attraction des investissements productifs, pour cette transformation, nous comprenons que le cadre théorique approprié pour ce cas est la théorie économique des Clusters, connue au Brésil sous le nom d’arrangements productifs locaux (APL), et la théorie de l’économie régionale, en particulier les modèles de Von Thunen et celui de Dixit-Siglitz.

La politique publique formulée à Brasília par le gouvernement local était basée, en plus du cadre théorique approprié, le modèle chinois de politique publique d’attraction des investissements, adopté dans la vallée de la rivière des Perles, qui a transformé, en 30 ans, par exemple, la ville de Shenzhen, qui était pratiquement un village de pêcheurs, dans la ville intelligente la plus importante de la planète, une sorte d’adaptation du modèle économique de Von Thunem, qui, selon les études menées par le gouvernement de Brasília, la proposition de politique publique, s’est avérée très adhérente aux caractéristiques de la région métropolitaine de Brasília.

Il est essentiel de respecter les particularités de la région métropolitaine de Brasília, afin que le processus d’élaboration, de formulation, de mise en œuvre et de suivi (suivi, évaluation, analyse des résultats et ajustements) selon les prémisses des techniciens de ce gouvernement afin que cette politique publique corrective soit plus adaptée à la réalité de Brasília, en particulier en ce qui concerne les entreprises à forte intensité de capital.

Les caractéristiques de Brasília peuvent être, selon ce plan, propices à sa transformation dans cette zone nationale de destination des investissements productifs. Selon l’IBGE, le District fédéral a, par exemple, une éducation médiane de la population beaucoup plus élevée que la moyenne nationale, l’obtention d’Internet est également beaucoup plus élevée que la moyenne nationale. En outre, il englobe le siège du commandement des trois puissances de l’Union et les ambassades des pays qui ont une association diplomatique avec le Brésil.

Bien qu’elle ait une croissance démographique supérieure à la moyenne et se classe actuellement au 4e (quatrième) dans la liste des régions métropolitaines les plus populaires, elle a l’une des densités de population les plus faibles, 74,45 habitants/km2 sur la même liste. Un autre privilège concurrentiel est la proximité des Grandes

Centres productifs (Anápolis, Goiânia, Formosa, Unaí, Catalão, Cristalina, Catalão, Uberlândia, Uberaba, Araguari, João Pinheiro, Paracatu et autres).

Un autre point à voir comme positif est le croissant interconnecté de deux régions métropolitaines (Goiânia et Brasília) et de ses environs, appelé l’axe Goiânia-Anápolis-Brasília, qui est actuellement, selon les données IBGE, l’une des régions les plus cultivées du Brésil, avec une population d’environ 7,5 (sept points cinq) millions d’habitants.

Il y a des projections selon lesquelles, au cours de la prochaine décennie, l’agglomération de cette région serait comblée. Les villes sont interconnectées en particulier par l’autoroute BR-060, il y a aussi des vols directs entre Goiânia et Brasília et la planification d’un chemin de fer de transport de passagers de Brasília à Goiânia, de telles études de faisabilité technique ont été réalisées par ANTT (Agence nationale des transports terrestres) en juin 2016, dont la valeur budg budgée était de R$ 7,5 milliards.

Le District fédéral se distingue, par rapport aux autres États, par plusieurs indicateurs de compétitivité économique, car il a de meilleures moyennes que le national sur huit, des dix piliers du classement de compétitivité des États. Dans certains des piliers, le DF occupe une place de choix. En capital humain, par exemple, il était à la 2e (deuxième) place et en durabilité sociale à la 6e (sixième) place.

Un facteur critique pour évaluer le potentiel de croissance d’une région ou d’un État est la disponibilité de la main-d’œuvre, compte tenu à la fois de la taille du contingent disponible et de sa qualification et des attentes de croissance. Dans ces domaines, le DF montre un grand avantage concurrentiel. La part de la population en âge de travailler (15 à 64 ans) dans le DF est de 72,5%, (soixante-douze points cinq points de pourcentage) est la plus élevée de tous les États, un autre avantage.

Dans les années 1970, le delta du fleuve au nord du territoire de Hong Kong était une région agricole, la ville de Shenzhen comptait 30 000 (trente mille) habitants. En 1979, le gouvernement chinois a créé quatre zones économiques spéciales dans le but d’attirer les investissements directs étrangers et d’encourager l’initiative privée.

La désignation de Shenzhen en tant que zone économique spéciale était une décision stratégique qui a eu un impact immédiat sur le delta de la rivière des Perles. Plusieurs facteurs ont contribué à l’ascension fulgurante de la région : (1) la proximité du secteur financier de Hong Kong ; 2) un port maritime de classe mondiale; (3) une énorme main-d’œuvre bon marché; 4) des terres bon marché et abondantes; et (5) peu d’obstacles réglementaires pour les entreprises à croissance rapide.

Au cours des deux décennies suivantes, le PIB de la région a été multiplié par plus de 10 et l’urbanisation, renforcée par des projets d’infrastructure à grande échelle, a commencé fortement. Le delta de la rivière des Perles est en pleine croissance et devient maintenant la plus grande région urbaine contiguë au monde.

Selon les lignes directrices du nouveau plan de développement économique, formulé par le gouvernement du district fédéral, par les caractéristiques de la région métropolitaine de Brasília, en quelque sorte, en gardant les proportions appropriées, ils pourraient être inspirés par ce modèle chinois, en ce qui concerne l’élaboration et la mise en œuvre de programmes, de projets, d’actions et de partenariats avec le secteur productif et la société civile, du nouveau plan de développement économique. En ce sens, il est nécessaire de comprendre: comment les agents du gouvernement, le secteur productif et les chercheurs du District fédéral voient-ils la formulation d’un nouveau plan de développement?

Un point pertinent qui traitait de l’enquête d’opinion facultative (avec des représentants du secteur productif, de la société civile et du gouvernement), était d’examiner si Brasília, selon les agents économiques locaux interrogés, recueille les caractéristiques pour devenir une zone nationale d’attraction des investissements privés au Brésil à travers les aspects suivants: 1) législation; 2) Arrangements productifs locaux potentiels; 3) Avantages concurrentiels; 4) Écosystème de l’économie de l’innovation; 5) Logistique; 6) Éducation; et (7) Environnement des affaires.

Une autre question qui s’est avérée extrêmement importante a été d’identifier la perception des agents économiques quant à l’efficacité des anciennes politiques publiques de développement économique et du nouveau plan de développement économique axé sur l’attraction des investissements productifs, dont les orientations ont pour prémisse: (1) la promotion des arrangements productifs locaux; 2) l’amélioration de l’écosystème de l’économie de l’innovation; et (3) des investissements dans les secteurs de la création et de l’économie circulaire, afin de transformer le District fédéral en un domaine d’intérêt pertinent pour les investissements et les entreprises privées au Brésil.

RÉFÉRENCE THÉORIQUE

Des taux de croissance historiques sans précédent ont été fréquents depuis la seconde moitié du XXe siècle, des miracles économiques, qui ont conduit à l’émergence et au développement économique rapide de pays dans diverses régions du monde. Le Japon a été l’un des premiers, suivi par la Corée du Sud, Taïwan, le Brésil en particulier dans les années 1960, et d’autres en Asie du Sud-Est. De nos jours, nous avons la Chine, l’Inde et le Vietnam qui composent ce groupe de pays.

Comme l’a souligné Paulino (2020), le Brésil a également connu un soi-disant miracle économique entre 1968 et 1973, connu sous le nom d’ère dure de la dictature. Et, comme l’ont observé Stough et al (2014), ce phénomène se reproduit de la même manière dans les régions à l’intérieur des pays, connues sous le nom de grappes productives concentrées dans un espace géographique donné. Leur exemple le plus connu est peut-être la Silicon Valley, dans le sud de la Californie, où vous pouvez trouver le siège de nombreuses entreprises dans les domaines des technologies de la communication et de l’information (TIC) et des domaines connexes.

Cependant, il contient, à travers le monde, de nombreux autres clusters productifs, tels que ceux situés dans le delta de la rivière des Perles dans le sud de la Chine (Shenzhen, Dongguan, Zhuhai, etc.), ou bangalore en Inde, ou celui de São José dos Campos au Brésil. Il ne fait aucun doute qu’ils sont corrélés, c’est pourquoi il est essentiel d’identifier les opportunités de promotion des grappes productives en tant que politique publique visant le développement économique, tant dans ses dimensions nationales que régionales.

Les avantages, qui s’écartent des grappes productives, ont été analysés depuis Alfred Marshall (1890). Ils sont associés à la croissance de la productivité résultant de l’agglutination des agents économiques et des entreprises dans le même environnement géographique. Fujita et al (1999), jouant Marshall, distinguent trois types d’économies d’agglomération : 1) externalités du savoir ; 2) l’approfondissement du marché du travail; et 3) la proximité géographique.

Ce qui est lié aux « rejets de connaissance » (en anglais, « knowledge spillovers »), a un mécanisme qui fait que les idées générées dans le cluster peuvent être appropriées par d’autres membres sans coût pour personne et profite à tous.

La seconde est associée à l’approfondissement du marché du travail (en compétences spécifiques) qui est également bénéfique pour toutes les parties concernées. Enfin, la proximité géographique des entreprises facilite le fonctionnement des chaînes de production intégrées.

Ces économies d’agglomération fonctionnent également pour attirer de nouveaux agents et de nouvelles entreprises, produisant une dynamique de croissance pour l’ensemble du cluster. La vision originale de Marshall a conduit à une série de concepts théoriques et empiriques connexes, tels que: chaînes de production, districts industriels, techno pôles ou parcs scientifiques et technologiques, clusters et, au Brésil, arrangements productifs locaux (APL). Selon Leme et al (2019), la terminologie des arrangements productifs locaux peut être utilisée même dans le contexte de l’agro-industrie, compte tenu de l’intégration du système productif.

Selon Porter (1990, 1998), les grappes industrielles sont des concentrations géographiques d’entreprises et d’institutions interconnectées opérant dans un secteur spécifique. Cette définition large inclut les relations entre des entreprises similaires qui partagent des ressources communes, les relations entre des entreprises qui font partie d’une chaîne de production, la participation d’organismes gouvernementaux, d’institutions de recherche, etc.

Avec la mondialisation, l’importance des avantages comparatifs géographiques est en arrière-plan et l’appréciation des avantages concurrentiels devient plus pertinente. L’avantage concurrentiel exige l’existence d’un environnement propice à l’esprit d’entreprise, en particulier l’écosystème de l’économie de l’innovation. Le processus de mondialisation économique est ombilicalement lié au processus de mondialisation de l’information, selon Lima (2020) le processus d’accélération de l’informatisation a lieu à la fin du 20ème siècle et peut être vu par le début de la diffusion des ordinateurs personnels.

Au cours des 20 (vingt) dernières années, la conjoncture économique internationale montre que la concurrence entre les pays et les entreprises est de plus en plus aiguë et que la compétitivité correspond à la capacité d’innovation. Dans ce scénario, le développement de grappes a été établi comme une stratégie de politique publique importante pour le développement et l’insertion internationale, en particulier en ce qui concerne les petites et moyennes entreprises.

L’Union européenne a excellé dans ce domaine. Tant la promotion des clusters que la stratégie des spécialisations intelligentes sont les piliers de cette politique publique industrielle. L’une des activités d’intérêt pour la coopération internationale avec d’autres pays est la Plateforme de grappes collaboratives. Jusqu’au milieu de la deuxième décennie du 21e siècle, la Plateforme a maintenu une coopération formelle avec le Groupe de travail permanent des APL (GTP APL) du Ministère de l’industrie, du commerce extérieur et des services (MDIC).

Les dispositifs productifs locaux, les APL, sont plus ou moins selon Cassiolato et Lastres (2004) des agents économiques localisés dans une région spécifique dont le foyer d’activité économique conjointe présente des liens impliquant la participation et l’interaction d’entreprises (producteurs de biens et services finaux, ou fournisseurs d’intrants et d’équipements, ou prestataires de conseils et de services, ou commerçants, ou clients, entre autres) et leurs diverses formes de représentation et d’association.

En outre, ils peuvent inclure, selon le degré de maturité de l’APL, également plusieurs autres organisations publiques et privées axées sur: la formation et la formation des ressources humaines, telles que les écoles techniques et les universités; la recherche, le développement et l’ingénierie; la promotion et le financement.

Ce concept, introduit par Redesist en 1997, a été largement accepté et a été adopté en quelques années par des institutions publiques visant à promouvoir l’innovation et le développement industriel, telles que FINEP, SEBRAE et BNDES.

En 2004, l’actuel ministère de l’Économie a créé une initiative pour promouvoir et formuler des politiques publiques visant les APL avec la participation de différents organismes gouvernementaux, qui adopte une définition plus simple des APL, selon laquelle elle constitue un nombre considérable d’entreprises et de particuliers opérant autour de une activité productive prédominante qui partage des formes observées de collaboration et une certaine méthode de gouvernance, y compris les grandes, moyennes et petites entreprises.

La reconnaissance de l’existence d’un APL repose sur quatre variables principales : 1) la concentration sectorielle des entreprises sur le territoire ; 2) la concentration des individus occupés dans des activités productives liées au secteur modèle de l’APL; 3) la coopération entre les acteurs participant à l’arrangement (entrepreneurs et autres participants) à la recherche d’une concurrence accrue; et 4) l’existence de mécanismes de gouvernance.

Selon la « Charte de Torremolinos » du Conseil de l’Europe (Union européenne, 1983), l’aménagement du territoire est l’expression spatiale des politiques publiques et pour le développement équilibré des régions dépend essentiellement de: la discipline scientifique, la technique administrative appropriée et l’approche interdisciplinaire et globale.

Dans le cas du District fédéral, la Région intégrée de développement économique du District fédéral et de ses environs (RIDE-DF), actuellement languie par la loi complémentaire n° 163 de juin 2018, et comprend, en plus du District fédéral, 29 (vingt-neuf) municipalités de l’État de Goiás et 04 (quatre) municipalités de l’État de Minas Gerais.

En outre, nous avons approuvé la législation sur l’aménagement du territoire du district fédéral: 1) Le plan directeur d’aménagement du territoire (PDOT); 2) Le zonage économique et écologique du District fédéral (ZEE-DF); 3) Loi sur l’utilisation et l’occupation des terres (LUOS); et 4) Le Plan pour la préservation du complexe urbain de Brasília (PPCUB). Il y a encore quelques transactions gouvernementales indiquant une évolution au cours des dernières années sur le sujet.

Certaines des négociations très pertinentes et dans le programme exécutif du premier échelon du gouvernement, par exemple, le Nouveau Plan de développement économique, (nouveau plan de développement économique), une politique publique qui vise, dans les années à venir, à mettre en œuvre des programmes, des projets et des actions qui favorisent exactement la transformation de la région métropolitaine de Brasília en une zone nationale pertinente d’attraction des investissements productifs.

Cette politique d’attraction des investissements (IA) a été positive au sein du District fédéral. Les projets de loi sont les suivants : 1) Plan de district (AI); 2) Création de l’Agence (AI) de Brasília; et 3) Politique de développement durable. D’autre part, les propositions de décret gouvernemental: 1) Groupe de travail pour la préparation du PL de l’Agence (IA); 2) Groupe de travail pour l’élaboration de la PL de la politique de développement productif; 3) Groupe de travail pour la réglementation de la loi de l’ZEE-DF. Enfin, les ordonnances du SDE/DF pour: 1) la mise en œuvre du programme d’attraction des investisseurs et des entrepreneurs dans des arrangements productifs locaux ou des arrangements commerciaux locaux en DF; et 2) Ordonnance pour la diffusion de la liste des APL du District fédéral.

Il est important de souligner que la croissance continue de l’économie est un phénomène qui a commencé avec la révolution industrielle, jusqu’au début du 19ème siècle, l’activité économique n’a pas subi de grandes variations, comme le note Maddison (2001). Selon l’auteur, le PIB mondial par habitant est resté pratiquement stationnaire au cours des mille premières années de notre ère. Par la suite, entre les années 1000 et 1820, c’est-à-dire au cours des huit siècles suivants, ce PIB mondial a augmenté avec une croissance de 5% (cinq points de pourcentage) pour chaque siècle écoulé. Dans la période suivante, d’après l’analyse de l’historien de l’économie, il y a eu une croissance astronomique entre 1820 et 1998, le PIB mondial a augmenté d’environ 1,3% par an.

Dans des périodes plus récentes, il y a eu une croissance encore plus élevée, avec des taux croissants, ce que l’on appelle les « miracles » économiques. Au XXe siècle, le Japon, l’Allemagne, le « miracle » du Brésil et les « tigres » asiatiques (Corée du Sud, Taïwan, Singapour, Hong Kong), d’autres pays d’Asie de l’Est et, plus récemment, la Chine, le Vietnam et l’Inde, près de 10 % (dix points de pourcentage) par an.

Jusqu’au début du 19ème siècle, comme le rapporte Maddison (2001), la population mondiale et le PIB stagnaient. À partir de cette période, le PIB mondial a augmenté plus que la population, de sorte que, en raison de l’accumulation de capital physique, il y a eu une augmentation du produit par habitant.

Les théories conventionnelles (néoclassiques) expliquent que la production économique est directement liée aux « facteurs de production », essentiellement la main-d’œuvre et le capital physique (capital et travail). Cependant, les données empiriques montrent que les rendements des facteurs marginaux diminuent. Cela signifie qu’à mesure que le stock de l’un des facteurs augmente, la même augmentation de la quantité utilisée a un effet de plus en plus faible sur la production.

Si le stock de main-d’œuvre est limité par la croissance démographique et que les rendements marginaux du capital diminuent, la croissance économique se rapprochera d’un « steady state » ou d’un état stable dans lequel la croissance de la production est égale à celle de la population, tendant à zéro dans la plupart des régions du monde.

L’utilisation croissante des facteurs de production a été très importante dans les premiers stades de la croissance économique. Des exemples empiriques sont l’Angleterre et les États-Unis au 19ème siècle, le Brésil et la Chine dans la seconde moitié du 20ème siècle.

Au cours de ces périodes, le travail a été incorporé dans l’économie et les processus d’industrialisation ont été accompagnés d’investissements dans le capital physique et les infrastructures. Il s’avère que ce type de « croissance extensive », résultant de l’augmentation de l’emploi de facteurs de production, est actuellement un modèle épuisé.

Cependant, nous avons observé que la croissance économique se poursuit, même si le modèle était apparemment épuisé, selon Schultz (1972) le taux de croissance des ressources clés ne capturait pas la croissance de la production observée parce que nous avons utilisé des mesures de capital et de travail qui ont été affinées de manière à exclure bon nombre des améliorations apportées à la qualité de ces ressources.

Pour formaliser cette croissance inexpliquée, la théorie de la croissance endogène et le concept de productivité totale des facteurs, PTF, sont apparus comme la différence entre la croissance observée et la croissance des facteurs de production. Selon Romer (1986, 1992), à travers la R&D ou les politiques publiques d’innovation, l’innovation est l’élément central pour expliquer la croissance économique à long terme, car les idées sont des biens non rivaux, c’est-à-dire des biens dont la disponibilité ne diminue pas lorsqu’ils sont utilisés par certains producteurs, on explique comment les rendements marginaux peuvent être non décroissants. Avec la nouvelle théorie de la croissance endogène viennent des concepts tels que: le capital humain et l’économie créative.

MÉTHODOLOGIE

Un sondage a été mené entre mai et juillet 2019 auprès d’un échantillon facultatif de certains représentants, de la société, du secteur privé et du gouvernement afin d’étudier leur perception du Nouveau Plan de développement économique. Pour effectuer la recherche, nous avons analysé les données primaires, par l’application d’un questionnaire (avec échelle de liker), avec les représentants impliqués dans le développement socio-économique de la région de Brasília, à travers un choix facultatif de l’échantillon.

Il s’agit d’une analyse qualitative des données primaires pour identifier la perception de ces acteurs sur cette politique publique qui est formulée à Brasília pour minimiser les impacts des aspects négatifs du problème économique identifié par la recherche, la croissance accélérée associée à la stagnation du PIB ces dernières années. Les questions ont été conçues sur la base des fondements proposés par ce nouveau plan. La recherche préliminaire a évalué la perception de ces auteurs sur deux aspects : (1) la maturité des politiques publiques pour attirer les investissements ; et (2) l’affirmation de soi du gouvernement avec le nouveau plan de développement économique axé sur l’attraction des investissements.

Afin de solliciter la coopération des différents acteurs du District fédéral, des questionnaires (pour différents organes, entités et représentations de la société civile) ont été transmis, afin d’évaluer la perception en tant qu’échantillon facultatif, comme le recommande la méthode d’analyse qualitative. Les questionnaires ont été envoyés électroniquement au moyen d’une lettre utilisant la machine publique pour l’envoi, également physiquement envoyé la version imprimée du même document. Ainsi, nous avons récolté la perception de ce qui est produit, en ce qui concerne: les actions, les projets, les programmes et les plans liés à cette politique publique d’attraction d’investissements productifs.

Le questionnaire était divisé en trois parties: a) évaluation des axes thématiques proposés; b) l’évaluation de l’efficacité de la perception du travail effectué; et c) l’accord avec les axes.

RÉSULTATS

Sur les 24 (vingt-quatre) institutions qui ont reçu le questionnaire : 14 (quatorze) ont répondu et 10 (dix) n’ont pas envoyé leurs réponses. Les axes indiqués comme prioritaires dans le questionnaire ont été bien acceptés par plus de 90 % des répondants. Le taux de rejet observé est pratiquement nul. Comme nous pouvons le voir ci-dessous:

(1) Amélioration de l’environnement des entreprises:

À partir de l’échelle continue de (0 à 5), 92,8 % (quatre-vingt-dix-deux points huit, points de pourcentage) de ceux qui ont répondu au questionnaire ont attribué des valeurs supérieures à 4 (quatre) dans l’efficacité du nouveau plan de développement économique :

  1. 71,4%   (5,0)
  2. 21,4 % (de 4,0 à 4,9)
  3. 0 % (de 3,0 à 3,9)
  4. 7,2 % (de 2,0 à 2,9)
  5. 0 % (de 1,0 à 1,9)
  6. 0 % (de 0,0 à 0,9)

(2) Améliorations de l’infrastructure logistique :

À partir de l’échelle continue de (0 à 5), 92,8 % (quatre-vingt-dix-deux points huit, points de pourcentage) de ceux qui ont répondu au questionnaire ont attribué des valeurs supérieures à 4 (quatre) dans l’efficacité du nouveau plan de développement économique :

  1. 64,3%       (  5,0   )
  2. 28,5 % (de 4,0 à 4,9)
  3. 0 % (de 3,0 à 3,9)
  4. 0 % (de 2,0 à 2,9)
  5. 0 % (de 1,0 à 1,9)
  6. 7,2 % (de 0,0 à 0,9)

(3) Efficacité :

À partir de l’échelle continue de (0 à 5) 100 %, des valeurs supérieures à 03 (trois) ont été attribuées à l’efficacité du nouveau plan de développement économique :

  1. 35,6%       (  5,0   )
  2. 42,9 % (de 4,0 à 4,9)
  3. 21,5 % (de 3,0 à 3,9)
  4. 0 % (de 2,0 à 2,9)
  5. 0 % (de 1,0 à 1,9)
  6. 0 % (de 0,0 à 0,9)

(4) Lignes directrices :

Avec une échelle continue de (0 à 5) où zéro représente un désaccord total et cinq accords totaux, 100% étaient d’accord avec les lignes directrices présentées comme pertinentes par le Nouveau Plan de développement économique.

  1. 64,3%       (  5,0   )
  2. 28,5 % (de 4,0 à 4,9)
  3. 7,2 % (de 3,0 à 3,9)
  4. 0 % (de 2,0 à 2,9)
  5. 0 % (de 1,0 à 1,9)
  6. 0 % (de 0,0 à 0,9)

Le questionnaire visait à saisir la perception initiale de l’échantillon de certains agents pertinents (représentant des entités gouvernementales et des chercheurs indépendants) sur les sujets suivants: 1) Le niveau de maturité des politiques publiques axées sur le développement socio-économique à Brasília ces derniers temps; 2) le degré d’importance d’une politique publique spécifique à cette fin; et 3) Satisfaction à l’égard des lignes directrices du Plan de développement économique, en mettant l’accent sur l’attraction d’investissements productifs

Quant au niveau de maturité des politiques publiques existantes, il semble qu’il n’ait pas été satisfaisant pour l’échantillon. L’évaluation élevée de choses telles que l’amélioration de l’environnement des affaires et de l’infrastructure montre que ces axes ne sont pas bien élaborés. Un autre type de défi dans les politiques existantes, qui divise les opinions entre les parties prenantes, est l’octroi de subventions et d’incitations du gouvernement, que le GDF n’a pas l’habitude de réussir. L’inefficacité des mesures incitatives conçues aujourd’hui par les programmes de développement existants a été soulignée comme faisant partie du mécontentement de certains répondants.

En ce qui concerne la nécessité de créer un nouveau modèle de développement pour la région métropolitaine de Brasília, elle semblait bien acceptée dans cette recherche initiale. Parmi les lignes directrices qui font consensus parmi les agents, il y a l’infrastructure et l’amélioration de l’environnement des affaires. Mais d’autres questions, comme le choix des secteurs de l’économie ou des chaînes de production à développer ; ainsi que la stratégie, par exemple l’octroi des avantages susmentionnés, ne font pas encore l’objet d’un consensus parmi les agents et nécessitent une étude plus approfondie de la part du gouvernement pour être élaborées.

CONCLUSION

Compte tenu du problème socio-économique présenté, de l’effondrement socio-économique possible, ceteris paribus, du dilemme discuté par la recherche et la politique publique corrective présentée, le nouveau plan de développement économique avec une force pour attirer des investissements qui vise à transformer Brasília en une zone nationale de destination des investissements productifs, le questionnaire a été formulé pour les secteurs impliqués dans le processus.

Selon le résultat du questionnaire d’un échantillon facultatif, pour les représentants du secteur productif, de la société civile et du gouvernement, la politique publique appelée, Nouveau plan de développement économique, qui est formulé à partir de l’identification d’un problème socio-économique de la région métropolitaine de Brasília, afin de la transformer en une zone d’attraction nationale des investissements productifs, est assez assertif, selon eux.

Il est observé que Brasília est une région qui présente certaines caractéristiques propices à devenir une région nationale d’intérêt pour attirer les investissements productifs, comme le démontrent les études techniques et les données secondaires soulignées dans cet article.

Cette recherche ne saisit que l’opinion des experts sur le début de la préparation d’un plan de développement afin de vérifier si la direction prise est satisfaisante. En plus des études théoriques, juridiques et de cas nécessaires pour créer un nouveau modèle de développement pour Brasília, il sera nécessaire d’écouter plus souvent les parties prenantes. C’est-à-dire qu’au fur et à mesure que le plan mûrit, il est nécessaire de consulter le secteur productif, ainsi que l’académie, afin d’adapter les propositions à la réalité.

De plus, du point de vue de la maturité de politiques publiques spécifiques pour attirer les investissements productifs, selon les résultats du questionnaire, elles révèlent, pour ceux qui ont répondu, un bon niveau de maturité selon les résultats de la recherche.

RÉFÉRENCES

ANTERO, Cecilia Alves da Silva; RODRIGUES, Cristiana Tristão; EMMENDOERFER, Magnus Luiz; DALLABRIDA, Valdir Roque. Política Pública de apoio ao desenvolvimento de APLs uma análise do impacto em Minas Gerais, Brasil. Cadernos Ebape.Br, [S.L.], v. 18, n. 1, p. 61-73, jan. 2020. FapUNIFESP (SciELO). http://dx.doi.org/10.1590/1679-395176924.

CARVALHO, Rogério Galvão de. Et al. Política pública de atração de investimentos em Brasília: erros e acertos. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. Ano 06, Ed. 02, Vol. 01, pp. 21-59. Fevereiro de 2021.

COOPER, RICHARD N. MADDISON, ANGUS. The World Economy: A Millennial Perspective. Foreign Affairs, v. 80, n. 6, p. 176, 2001.

LASTRES, HELENA M. M. CASSIOLATO, JOSÉ EDUARDO. Inovação e sistemas de inovação: relevância para a área de saúde. RECIIS, v. 1, n. 1, 2007.

LEME, Paulo Henrique Montagnana Vicente; AGUIAR, Bruno Henrique; REZENDE, Daniel Carvalho de. A convergência estratégica em Arranjos Produtivos Locais: uma análise sobre a cooperação entre atores em rede em duas regiões cafeeiras. Revista de Economia e Sociologia Rural, [S.L.], v. 57, n. 1, p. 145-160, jan. 2019. FapUNIFESP (SciELO). http://dx.doi.org/10.1590/1234-56781806-94790570109.

LIMA, Jacob Carlos. A globalização periférica e a ressignificação dos lugares. Sociedade e Estado, [S.L.], v. 35, n. 3, p. 765-786, dez. 2020. FapUNIFESP (SciELO). http://dx.doi.org/10.1590/s0102-6992-202035030005.

LOCAL, APL. [PDF] APL ARRANJO PRODUTIVO LOCAL – Free Download PDF. Silo.tips. Disponível em: <https://silo.tips/download/apl-arranjo-produtivo-local>. Acesso em: 7  jun.  2020.

Mapa de APLs. Redesist.ie.ufrj.br. Disponível em: <http://www.redesist.ie.ufrj.br/atividades/mapa-de-apls>. Acesso em: 7  jun.  2020.

MARSHALL, ALFREDWHITAKER, JOHN K. The correspondence of Alfred Marshall, economist, Volume 2, At the summit, 1891-1902. [s.l.: s.n., s.d.].

MASAHISA, FUJITATHISSE, JACQUES-FRANÇOIS. The new economic geography: a selective survey. [S.l.]: [s.n.], 1998.

PAULINO, Ana Elisa Lara. O impacto do “milagre econômico” sobre a classe trabalhadora segundo a imprensa alternativa. Revista Katálysis, [S.L.], v. 23, n. 3, p. 562-571, dez. 2020. FapUNIFESP (SciELO). http://dx.doi.org/10.1590/1982-02592020v23n3p562.

PORTER, MICHAEL, MAGRETTA, JOANKRAMER, MARK R. Strategy and Competition. Boston: Perseus Book LLC (Ingram), 2014.

ROMER, PAUL. Cake Eating, Chattering, and Jumps: Existence Results for Variational Problems. Econometrica, v. 54, n. 4, p. 897, 1986.

SCHULTZ, THEODORE W. Human resources [by Theodore W. Schultz]. New York: National Bureau of Economic Research, 1972.

STOUGH, ROGER, KARLSSON, CHARLIEJOHANSSON, BÖRJE. Entrepreneurship and regional development. Northampton, MA: Edward Elgar Pub., 2010.

[1] Doctorat en cours en sciences commerciales et sociales. Universidad de Ciencias Empresariales y Sociales, UCES, Argentine. Maîtrise en économie. Université catholique de Brasília (CAPES Concept 6), UCB/DF, Brésil. Spécialisation en droit public. Centre universitaire Estácio Brasília, Estácio Brasília, Brésil. Baccalauréat en économie. Centre universitaire de Brasília, UniCEUB, Brésil.

[2] Diplômé en sciences économiques de l’Université de Brasília.

[3] Diplômé en économie (UnB).

Déposée: Juin 2021.

Approuvé : Août 2021.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here