Concept d’Habitus en Pierre Bourdieu et Norbert Elias

0
11607
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

DENDASCK, Carla Viana [1], LEE, Gilead Ferreira [2]

DENDASCK, Carla Van Zyl Dendasck ; LEE, Gilead Ferreira. Concept d’Habitus en Pierre Bourdieu et Norbert Elias. Revue scientifique pluridisciplinaire de la base de connaissances. Vol. 3, 1 an. Mai 2016. P. 1-10. ISSN 24480959

RÉSUMÉ

Comportement humain est quelque chose de fascinant et énigmatique dans le même temps, être un objet d’étude dans différents domaines de connaissances, y compris la psychanalyse, psychologie, anthropologie et sociologie. Cet article est une recherche exploratoire qualitative et vise la compréhension d’un concept Rico des sciences sociales de la pensée de deux grands auteurs Norbert Elias et Pierre Bourdieu. L’étude a été réalisée grâce à une recherche documentaire qui a réuni des œuvres importantes des auteurs cités ci-dessus, ainsi que scientifiques des articles qui traitent les auteurs ont travaillé. Elias et Bourdieu dans un premier temps peuvent sembler auteurs très loin les uns des autres, mais quand vous comprenez plus des auteurs, on se rend compte que, malgré leurs différences, les deux se rencontrent dans quelques points théoriques, alors vous pourriez vouloir mieux comprendre le concept d’habitus qui est si essentielle à la compréhension des deux auteurs importants.

Mots clés : Habitus. Société. Individuel.

INTRODUCTION

Comme un domaine de la sociologie de la connaissance scientifique a été institutionnalisé seulement au XXe siècle. En plus des auteurs classiques tels que Max Weber et Emile Durkheim sociologie du siècle dernier a reçu des contributions de plusieurs auteurs comme North American Talcott Parsons, l’allemand Norbert Elias et, plus récemment, le Français Pierre Bourdieu. (CHARLES, 2012).

On peut dire que, tout au long de l’histoire de la sociologie, cette science a été marquée par les dualités ou polarités théoriques, où deux auteurs ou plus discutent du même sujet, mais sous différentes perspectives. Les scientifiques en général, mais surtout les sciences humaines et sciences sociales connexes ont tendance à interpréter le monde de son théorique, pour cette raison ces polarités inhérentes à une science théorique qui a un fort caractère théorique. (ALTMANN, 2005).

Au XIXe siècle et tout au long du XXe siècle, des concepts et des dualités se détachaient dans la littérature scientifique couvrant non seulement la sociologie sociologique, mais les sciences sociales en général. Être capable de citer ainsi les débats sur le structuralisme et post-structuralisme, pourtant les débats sur la relation entre l’individu et la société ou entre les structures sociales. L’idée d’habitus de manière était présente dans tous ces débats. (CHARLES, 2012).

La première notion d’habitus est beaucoup plus âgée que la plupart des gens savent, vient de la philosophie d’Aristote dans la Grèce antique. L’origine du concept d’habitus est la notion aristotélicienne de hexis, tirée de la notion de la vertu. L’hexis consiste en un état atteint et fermement établie pour la moralité, qui guide la conduite des individus. (LOÏC WACQUANT, 2007).

La théorie sociologique contemporaine sans exception et s’ils sont confrontés à nouveau avec la dualité théorique entre l’individu et la société. Norbert Elias et Pierre Bourdieu ont été les auteurs qui ont contribué le plus dans l’étude du concept d’habitus et que plus étudié l’habitus de forme empirique et théorique de leur carrière. Pour cette raison, leurs approches au sujet du concept d’habitus, ont été choisis pour être analysé. (LANDINI ; PASSANI, 2007).

Les deux auteurs travaillent une sociologie où l’objectif et le subjectifs structures sociales se rencontrent et se complètent mutuellement, donc si vous avez alors l’hypothèse que la personne ne protège pas de ce processus, qu’il souffre de fortes influences de son contexte,

Vaut de noter que les deux auteurs plus reconnu que les sociologues ont leur formation académique en philosophie et par la suite migrent vers la sociologie. Les deux auteurs ont attribué ce changement à des questions personnelles, telles que les horreurs causées par les guerres et la distance pour eux la philosophie était la réalité sociale concrète. (SILVA ; CERRI, 2013).

Elias, qui venait d’une famille juive aisée, a servi en Allemagne pendant la première guerre mondiale, sa mère a été victime des Nazis et assassiné à Auschwitz. Bourdieu a déjà issu d’une famille humble, trouvé dans le sport, l’opportunité de rejoindre le milieu universitaire, a servi la France pendant la guerre d’Algérie. Tant suivis différents chemins théoriques et provenaient de différents chemins, cependant, les deux auteurs est devenu grands mondial fait référence non seulement pour les sciences sociales et sciences humaines en général, devenant deux des intellectuels plus influents du siècle dernier. (SILVA ; CERRI, 2013).

NORBERT ELIAS ET LE CONCEPT D’HABITUS

Norbert Elias (1887-1990) était un intellectuel avec un curieux de la vie, allemande, mais d’origine juive a été persécutés par le nazisme. Avant la sociologie étudie la philosophie et la médecine. (AGNEAU, 2005). Le plus reconnu de la carrière de Norbert Elias est le processus de civilisation, paru en 1939. Cependant, Elias est devenu reconnu uniquement au niveau mondial près de quatre décennies plus tard. (LANDINI, 2006).

Pour l’étude conceptuelle d’Elias, il est essentiel de connaître le démarrage théorique point que la notion de milieu social. Elias fait valoir que la société est formée à partir des rapports sociaux entre le « I », « you », « nous », « ils » etc. autrement dit, il est composé d’individus interdépendants, différentes personnes, mais qui deviennent égales comme dépendent les uns des autres. (Sables ; MARQUES, 2012).

Cette configuration sociale des actes à des individus de forme, cette relation d’interdépendance entre l’individu et la société, si a l’habitus. Cette façon d’Elias :

Cet habitus, la composition sociale des individus, comme qui est le sol qui jaillissent des caractéristiques personnelles par lequel un individu se distingue des autres membres de leur société. De cette manière, le langage commun quelque chose qui pousse comme individu partage avec d’autres et c’est certainement un composant de l’habitus social (ELIAS, 1994).

Bref pour l’auteur, l’individu se présente comme une complexe de la synthèse de ses socio historique, doué, donc sociale mise en dehors d’elle et une intériorité. De cette façon l’habitus de la sociologie de Elias configurationnelle, est considéré comme un espace d’interactions et de réseaux d’intercom, où les relations entre individus se manière toujours interdépendant, où les identités des individus deviennent personnelles et sociales. (KOURY, 2013).

Sur la distinction entre l’individu et la société, l’auteur déclare :

Les concepts de « individu » et « société » sont souvent utilisés comme pour dire au sujet de ces deux substances stables et distinctes. Pour cela des mots, il est facile d’avoir l’impression qu’ils désignent des objets non seulement distinctes, mais totalement indépendant de son existence. Mais en réalité sont appelés processus. Ce sont des processus qui diffèrent effectivement, mais pas séparables. (ELIAS, 2001).

Notez que pour Elias, la relation entre l’individu et la société a un caractère dynamique, différents courants sociologiques antérieures et non statiques. Comme mentionné que cette relation revêt un caractère procédural, façon interdépendante individus vivent toujours influencer, modifiant ainsi l’habitus individuel inconsciemment. (SILVA ; CERRI, 2013).

Elias dans des œuvres comme le Court Society (2001) et la société de personnes (1994), enquête sur l’émergence de commune individus habitus société moderne et contemporain, tels que l’habitus d’individus Junior européen influencé coupes. Cette enquête d’Elias commence déjà dans sa première œuvre, le processus de civilisation (1994), où l’auteur étudie l’ontologie de la civilisation de mots et de la culture, montrant comment par le biais de l’impérialisme européen de la vie de l’Afrique, modèle a commencé à être appliquées. Cette exécution survient sur habitus propre des individus.

L’auteur d’expliquer leur compréhension de l’habitus utilise des métaphores didactiques, il utilise l’idée de la danse de groupe afin de démontrer que ce type de danse chaque membre effectue les gestes et les mouvements en combinaison et synchronisée avec les autres membres, si un membre tardif ou le point de ses mouvements il modifie la danse, de cette façon qu’ils agissent interdépendante parce que dépendent les uns des autres. (ELIAS, 1994).

Pour la danse et sa chorégraphie à comprendre des membres n’est pas isolément, mais plutôt comme des parties du même tout, bien qu’ayant des caractéristiques distinctes. La manière dont se comporte un membre de la danse est déterminée par l’autre qui se trouvent dans votre social même définition, même un membre du groupe de danse disposant d’une autonomie pour briser la routine, il n’a pas. (ELIAS, 1994).

La même chose se produit avec des personnes dans leur contexte social et historique, est il en tant qu’amis, ennemis, parents, enfants, mari, épouse, serviteur, roi, travailleur, responsable, etc.. la façon dont les individus se comportent a la forme de leurs relations sociales antérieures et actuelles. Donc même si un individu a éloigner les autres, de telle sorte que les isolats, il va encore avoir un peu de lui-même trop, parce que tant qu’individu, il a toujours son habitus influencée par l’autre. (ELIAS, 1994).

CONCEPT D’HABITUS EN PIERRE BOURDIEU

Pierre Bourdieu (1930-2002) est considéré comme l’un des intellectuels plus importants du XXe siècle, il fut professeur aux universités de France les plus respectés, tels que l’École des hautes études en Sciences Sociales, où il était directeur et aussi dans le célèbre Colége de France. (MATTHEWS, 2007).

Bourdieu a pu concilier efficacement son engagement politique pour le travail intellectuel, mais il est considéré aujourd’hui comme le fondateur de l’école de bourdieusiana. Peu de temps après avoir obtenu son diplôme, Bourdieu avait l’obligation de fournir le service militaire, parce que la France allait à travers la guerre d’Algérie, grâce à cette expérience que l’auteur a écrit ses premières œuvres et a commencé ses recherches dans un des concepts plus pertinents de son œuvre, le concept d’habitus. (VASCONCELLOS, 2002).

Toutefois, pour une réelle compréhension de la notion d’habitus est nécessaire que nous savons le concept de bourdieusiano des champs, parce que les deux concepts sont intimement liés. Les champs sont des espaces délimités où les relations et les luttes de pouvoir, composé de dominant et dominé les sujets qui sont en concurrence entre eux pour une plus grande reconnaissance et pour l’obtention de capital. On peut citer de cette théorie, le domaine scientifique, politique, religion, arts et bien d’autres. (AHMAD ; ADAM ; CRUZ, 2009).

La relation entre les concepts du habitus et le champ est au centre d’habitus. L’habitus serait de l’auteur :

Un système de dispositions durables et insurmontables qui exprime, sous forme de préférences systématiques, l’objectif doit dont il est un produit. (…) constituent un type particulier de conditions matérielles d’existence, ce système de génération de schémas, éthiques ou esthétiques inséparablement, exprime sa propre logique de la nécessité de ces conditions sur les systèmes de préférences dont l’opposition reproduire, sous une façon transfigurée et souvent méconnaissable, les différences liées à la position dans la structure de la répartition de la propriété, transmutée, donc en distinctions symboliques. (BOURDIEU ; SAINT-MARTIN, 1976).

Ainsi, l’auteur Français l’habitus est liée à la classe sociale, ou le poste occupé par l’individu, cependant, la classe sociale, c’est un concept plus vaste que la perspective traditionnelle. Classe sociale ne serait pas la capitale seulement économique résultant, au contraire, mais le capital social et capital culturel, donc, qui détermine également une classe ou l’habitus d’une classe aurait non seulement sa puissance économique, mais plutôt le résultat entre capital économique, capital social et capital culturel, trop. (SCOTT, 1995).

L’habitus est tout au sujet :

Sont générateurs de principes que l’homme porte en lui-même, et qui ont été donnés par l’environnement social. L’habitus est individuelle, mais il se fonde dans le processus de socialisation. (…) le capital social est la capitale de l’habitus de Bourdieu, sont des biens symboliques, ce que l’individu acquiert tout au long de sa vie, comme la tradition, le goût pour les arts, etc.. (SCOTT, 2001).  

De cette façon, l’habitus est entendu qu’il existe un système de régimes spécifiques, une construction sociale, socialement construit par le biais de dispositions sociales structurées, et les dispositions structurelles, formé dans l’esprit de l’individu, par le biais de leurs expériences passées, aussi un caractère symbolique. Donc, si vous pensez à la relation de l’individu et la société dans la perspective de l’habitus, on se rend compte que l’individu et le social sont orchestrés en même temps, et deux étroitement liés et les influencer. (SETTON, 2002).

En raison de la relation entre les expériences passées et présentes conditions l’habitus de Bourdieu produit et reproduit des actions pratiques, parce que le schéma symbolique construit historiquement atteste sa présence dans le futur, soit par les gens de goût, ou la façon dont vous pensez, sentez, faire. En ce sens, l’habitus est intégrée dans les pratiques des individus et est en forme historiquement. (MARTINEZ ; Champs, 2015).

En raison de ce caractère unique, mais en même temps, des individus sociaux qui sont équipés du même type d’habitus ont tendance à agir depuis les attentes sur eux. Par exemple, quelqu’un qui boit un vin d’une culture précise, a probablement un habitus différent qui boit un soda sans distinction symbolique. (SILVEIRA, 2006).

CONSIDÉRATIONS FINALES

En analysant le concept d’habitus aux deux auteurs, il est possible de noter les similitudes dans sociological pensaient des deux ; par exemple, les deux auteurs cherchent à en quelque sorte une rupture avec la sociologie classique, épistémologique, ils partent d’auteurs classiques l’ayant comme référence théorique, mais ne sont pas limitées en quelque sorte les approches classiques de Karl Marx, Max Weber et Emile Durkheim.

Les deux auteurs, examiner et analysent les influences que la personne souffre d’autres individus, mais aussi ses socio historique, cependant, Bourdieu a un plus matérialiste, avec les conditions de l’individu comme un facteur qui a beaucoup d’importance à leur habitus de moulage. Elias fait valoir que les relations sociales sont que le plus important facteur sur la relation d’interdépendance, ce droit de douane de la vie humaine.

Concepts tels que le domaine du Bourdieu et le milieu social ambiant, ou sociale figuration d’Élie sont similaires. Dans le champ de Bourdieu comme un espace de relations sociales et symboliques du pouvoir, comme religieux, scientifiques, politiques, économiques, etc. de ce champ et l’interaction entre les champs a l’habitus des individus qui composent ces champs. Dans le travail d’Élie a présenter l’idée de la figuration sociale, où social relations que l’individu a dans votre famille, votre travail, dans votre école, etc.. influencer dans leur habitus.

RÉFÉRENCES

ALTMANN, Eliska. Typification, habitus et interdépendance : emblèmes pour un débat sociologique. Sciences sociales Unisinos. c. 41, n. 3, p. 143-150, 2005.

AHMAD, de m. f. b. ; ADAMS, E. M. ; Cross, m. p. quelques réflexions autour des concepts de l’Habitus et champ sur les travaux de Pierre Bourdieu. Magazine perspectives scientifiques et technologiques. c. 1, n. 1, p. 31-40, 2009.

SABLES, Sainte Hélène ; MARQUES, Ana Paula. Reconfiguration de réseau et d’organisation : la contribution de Norbert Elias. Paramètres. n. 9, p. 37-56, 2012.

BOURDIEU, Pierre ; SAINT-MARTIN, m. classe goûts et styles de vie. Actes de la recherche en Sciences Sociales. n. 5, 1976.

Carneiro, Srinivas. Interactionnisme et interdépendance : une brève analyse des contributions de Norbert Elias pour l’histoire sociale. Annales du colloque LAHES. p. 1-11, 2005.

CESARINO, Frederick Nicholas. Pensée du XXe siècle les sociologies sociologique : Talcott Parsons, Norbert Elias et Erving Goffman. Magazine de la poste. c. 11, n. 1, p. 351-370, 2012.

ELIAS, Norbert. La société des individus. Ed. Rio de Janeiro : Jorge Zahar éditeur, 1994.

ELIAS, Norbert. Le processus civilisateur. 2. Ed. Rio de Janeiro : Jorge Zahar éditeur, 1994.

ELIAS, Norbert. La société de Cour. Recherches sur la sociologie de l’aristocratie. Rio de Janeiro : Jorge Zahar Editora, 2001.

KOURY, Mauro Guilherme Pinheiro. Émotions et la société : une promenade sur les travaux de Norbert Elias. Histoire : Questions & débats. n. 59, p. 79-98, 2013.

Tatiana Savoia LANDINI. La sociologie de Norbert Elias. BIB. n. 61, p. 91-108, 2006.

Tatiana Savoia LANDINI ; PASSIANI, Enio. Habituelle des jeux-sur la notion d’habitus en Pierre Bourdieu et Norbert Elias. X le Symposium International sur la civilisation processus, Unicamp. p. 1-10, 2007.

MARTINEZ, Flavia Wegrzyn ; Champs, Anne. La sociologie de Pierre Bourdieu. Magazine électronique de FEATI. n. 11 (2015).

MATHUR, cadres d’Ulysse. Pierre Bourdieu : champ, habitus et capital symbolique, une méthode d’analyse de politiques publiques pour la musique populaire et la production musicale à Curitiba (1971-1983). Anais V Forum de la recherche scientifique dans l’art. p. 180-192, 2007.

SETTON, Maria da Graça Jacintho. La théorie de l’habitus en Pierre Bourdieu : une lecture contemporaine. Journal brésilien de l’éducation. n. 20, p. 60-70, 2002.

SILVA, Gilda Olinto do Valle Silva. Capitale de la culture, classe et genre de Bourdieu. INFORMARE-carnets du programme d’études supérieures en sciences de l’information. c. 1, n. 2, p. 24-36, 1995.

SILVA, da de Priscilla l. Ludovico. Le concept d’habitus dans elias et Bourdieu. Université fédérale de Paraná. 2001.

SILVA, José Alexandre ; CERRI, Luis Fernando. Norbert Elias et Pierre Bourdieu : biographie, les concepts et les influences sur la recherche en éducation. Lignes de la feuille. c. 14, n. 26, p. 171-198, 2013.

SILVEIRA, Ivana Teixeira. La société et l’éducation familiale. Histedbr Magazine. n. 22, p. 180-193, 2006.

Vasconcellos, Maria Drosila. Pierre Bourdieu : l’héritage sociologique. & Education Society. n. 78, p. 77-87, 2002.

Loïc WACQUANT, Loïc. Clarifier l’Habitus. L’éducation & langue. n. 16, p. 63-71, 2007.

[1] Théologien, post doctorant en psychanalyse cliniques, directeur et chercheur du centre de recherche et d’études supérieures la LCPE, e-mail : [email protected]

[2] Avec spécialisation en sciences sociales, (PUC-CAMP), développeur du Centre pour la recherche et de l’avancée des études – [email protected]

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here