Politique des quotas raciaux et des lycéens des écoles publiques de la région d’Itapetininga

0
66
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

ARTIGO ORIGINAL

NASCIMENTO, Marcelo Victor Rodrigues do [1]

NASCIMENTO, Marcelo Victor Rodrigues do. Politique des quotas raciaux et des lycéens des écoles publiques de la région d’Itapetininga. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 05, Ed. 01, Vol. 08, p. 49-73. janvier 2020. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/sciences-sociales/politique-de-quotas

RÉSUMÉ

Cette étude visait à vérifier le degré de science des élèves du secondaire dans la région d’Itapetininga, en ce qui concerne la politique de quotas entreprise par le gouvernement fédéral, leurs opinions sur le racisme et s’ils ont participé à des débats et à d’autres « ctions positive » à la fois à l’école et dans la municipalité, qui leur permettent de réfléchir sur les questions raciales impliquant des afro-descendants. À cette fin, 192 élèves du secondaire public qui étudient dans le domaine du Conseil de l’éducation – Région d’Itapetininga, du Département de l’éducation de l’État de São Paulo, ont été interviewés. Dans l’entrevue, la science des étudiants sur l’existence de la « loi sur les quotas » a été abordée; (2) le racisme au Brésil; 3) la réalisation de débats et d’actions liés aux Noirs à l’école et dans la municipalité qu’ils vivent; (4) le sport de la capoeira et le programme scolaire; (5) la réserve de postes vacants pour les Noirs dans les universités et les appels d’offres publics, et (6) le nombre d’Afro-descendants dans les écoles de la région. Les pourcentages obtenus indiquent que (1) la plupart des élèves n’ont jamais entendu parler de la loi sur les quotas (2) tout le monde sait ce que signifie le racisme et la plupart ont été témoins de situations qui se classent comme telles, (3) la grande majorité comprennent que l’éducation est le moyen d’éradiquer le racisme, mais peu ont participé à des actions positives culturelles et éducatives à l’école et à la municipalité. , (4) tous les étudiants connaissent la capoeira, mais tous ne le veulent pas dans le programme scolaire, (5) plus de la moitié des personnes interrogées sont contre la réserve de postes vacants pour les afro-descendants dans les appels d’offres universitaires et publics et (6) la majorité se sont déclarés blancs, bien que la recherche pointe vers la prévalence de la race mixte au Brésil. Il est conclu que l’insuffisance de l’action des pouvoirs publics et des établissements d’enseignement publics dans la région étudiée est l’une des principales causes d’inefficacité dans la lutte contre les préjugés raciaux au Brésil, un fait qui, en plus d’entraver le développement du sens critique par les lycéens, contribue à perpétuer les modèles hautement racistes du passé, qui ont condamné des milliers de personnes à vivre dans la marginalité.

Mots clés: racisme, loi sur les quotas, postes vacants, enseignement supérieur, capoeira.

1. INTRODUCTION

À la recherche du paiement d’une dette présumée envers la race noire et autochtone et de la promotion de l’égalité raciale au Brésil, le 29 août 2012, la loi 12 711 a été adoptée, connue sous le nom de « loi sur les quotas » qui prévoit l’entrée des Noirs autoproclamés, des bruns et des autochtones et des personnes ayant des déficiences physiques dans les universités fédérales et les institutions fédérales d’enseignement technique secondaire (loi no 12 711 , 2012).

Cette loi, cependant, ne ratifiait que ce qui s’était passé dans les universités brésiliennes depuis 2003, lorsque l’Université d’État de Rio de Janeiro (UERJ) a commencé un « r programme de quota », qui s’est étendu à d’autres universités, atteignant 14 (quatorze) universités en 2005, 43 (quarante-trois) en 2006 et 83 (quatre-vingt-trois) en 2010 (Guarnieri et Melo-Silva , 2017).

Par conséquent, il est possible d’insinuer que, malgré toute la controverse qui existe au sujet des quotas raciaux, le programme de quotas au Brésil a été mis en œuvre avant même qu’il ne devienne une loi fédérale, étant donc un indicateur que ce programme, lancé en 2003 à l’UERJ, a été un succès, même s’il n’était pas consensuel (Guarnieri et al, 2017).

Depuis lors, plusieurs « ctions positive » (programmes et mesures spéciales visant à corriger les inégalités raciales et à promouvoir l’égalité des chances) ont été menées au Brésil, afin de se conformer aux déterminations contenues dans la législation en vigueur et d’atteindre les objectifs proposés (Ferreira et Mattos, 2007).

En 2008, une loi a été adoptée qui a déterminé que, dans les écoles primaires et secondaires publiques et privées, l’étude de l’histoire et de la culture afro-brésiliennes et autochtones serait obligatoire (loi no 11 645, 2008).

Deux ans plus tard, en 2010, le gouvernement fédéral a institué le Système national pour la promotion de l’égalité raciale (Sinapir), définissant, entre autres, que des campagnes éducatives seraient développées, y compris dans les écoles, afin que la solidarité avec les membres de la population noire fasse partie de la culture de la société dans son ensemble. En outre, la « aboeira » deviendrait un sport de création nationale en vertu de l’article 217 de la Constitution fédérale, étant fourni son enseignement dans les institutions publiques et privées, par capoeiristas et maîtres traditionnels, public et formellement reconnu (loi n° 12,288, 2010).

Quatre ans plus tard, le gouvernement fédéral a déterminé que 20 % (vingt pour cent) des postes vacants offerts dans les appels d’offres publics, afin de fournir les postes effectifs et les emplois publics, dans le cadre de l’administration publique fédérale, les municipalités, les fondations publiques, les sociétés publiques et les sociétés d’économie mixte contrôlées par l’Union, seraient destinés à l’auto-déclaré noir ou brun, selon la classification de couleur ou de race définie par l’Institut brésilien de géographie et de la statistique de la Fondation (loi no 12,990), selon la classification de couleur ou de race définie par l’Institut brésilien de géographie et de la statistique de la Fondation (loi no 12,990 , 2014).

Cependant, bien que salutaires du point de vue des « ctions positive », de tels changements, selon Ferreira et al (2007), ont fini par toucher un passant dans un aspect beaucoup plus profond: l’identité de l’Afro-descendant, construit (comme dans le cas de toute personne) à partir de leurs conditions de vie, à la fois en ce qui concerne l’image de lui-même et l’image établie par la société pour un tel groupe de personnes.

Ces auteurs suggèrent que, pour un changement efficace, des « situations d’impact » sont nécessaires pour nier les identités culturelles, générant des moments de crise, afin d’inciter les Noirs et les Blancs à repenser leurs valeurs et à changer leurs conceptions et leurs subjectivités (Ferreira et al., 2007).

Les débats semblent être de bonnes situations de crise, où les personnes impliquées sont invitées à pénétrer le cœur des questions, à réorganiser leurs idées et à revoir leurs concepts. Pour les Noirs, en particulier, ils semblent être de bonnes occasions de rompre avec l’idée que les différences sont naturelles et de réfléchir sur qui étaient leurs ancêtres, quelles sont leurs conditions actuelles et ce qu’ils veulent pour les jours à venir, à la fois pour eux-mêmes et pour leurs descendants (Ferreira et al., 2007).

L’école est sans aucun doute l’espace le plus approprié pour promouvoir les débats sur des questions d’intérêt national, comme le racisme, par exemple, parce que, en plus de la curiosité naturelle de la jeunesse, après la vie familiale, c’est le groupe social où les enfants et les jeunes ont des contacts avec les « ifférent », c’est-à-dire avec des personnes de différentes religions, les normes sociales, la couleur, la culture, etc (Silva e Ferreira, 2014).

Conformément à la Loi sur les lignes directrices et les bases de l’éducation (LDB), c’est au secondaire que les élèves devraient être encouragés à développer la pensée critique et à se préparer à l’exercice de la citoyenneté, faisant de cette phase (du développement humain) la plus propice aux discussions sur des sujets controversés, tels que la loi sur les quotas par exemple (loi no 9 394, 1996). En outre, les élèves du secondaire sont à la porte de l’enseignement supérieur, directement touchés par cette action positive du gouvernement fédéral.

De ce point de vue, cette recherche scientifique vise à vérifier le degré de science des lycéens de la région d’Itapetininga – SP concernant la politique de quotas entreprise par le gouvernement fédéral, leurs opinions sur le racisme et s’ils ont participé à des débats et à d’autres « actions positives », tant à l’école que dans la municipalité, qui leur permettent de réfléchir sur les questions raciales impliquant les afro-descendants.

2. MÉTHODOLOGIE

Selon les définitions de Cervo et Bervian (1983), cette recherche peut être classée comme une étude descriptive et transversale, visant à observer, enregistrer, analyser et corrélation des phénomènes (variables), sans les manipuler, ce qui s’est produit à un moment donné avec un public spécifique.

L’instrument de collecte était un questionnaire élaboré par l’auteur (appendice A), contenant 1(un) question ouverte, 3 (trois) questions mixtes, 13 (treize) questions fermées, dont 2 (deux) sont à choix multiples et 11 (onze) sont de type dichotomique, c’est-à-dire qui vérifie l’accord ou le désaccord de la personne interrogée au sujet d’une certaine déclaration favorable ou défavorable par rapport à l’objet de recherche (Vieira , 2010; Ribeiro et coll. 2016).

Les questions étaient fondées sur le Statut de l’égalité raciale (loi no 12 288, 2010) et portaient sur les aspects suivants de la loi :

  • Le racisme, comme quelque chose qui doit être combattu (Art. 1°);
  • Débats sur les préjugés raciaux dans les établissements d’enseignement et la société, comme quelque chose qui devrait être encouragé et parrainé par les autorités publiques (Art. 11°);
  • Capoeira sport, de matrice noire, comme un bien de nature immatérielle et la formation de l’identité culturelle brésilienne (Art. 20°, 21° e 22°);
  • L’accès des Noirs à l’enseignement supérieur, en tant qu’action positive visant à promouvoir l’égalité des chances et l’inclusion sociale (Art. 56°).

Au départ, le questionnaire portait sur les connaissances et la compréhension des personnes interrogées sur le thème de la recherche, la loi sur les quotas, ainsi que sur l’origine de ces connaissances. Ensuite, il a été abordé sur le thème du racisme, sa compréhension et son existence concrète dans le présent, basé sur l’univers des étudiants.

Ensuite, le questionnaire portait sur la question de savoir s’il y avait ou non des débats et des actions visant à lutter contre les préjugés raciaux, tant à l’école que dans la municipalité de la personne interrogée. Puis, il s’est interrogé sur la connaissance ou non de la « capoeira », un sport d’origine africaine, et son acceptation dans le cadre du programme scolaire.

Plus tard, l’opinion de la personne interrogée a été demandée sur les mesures qui pourraient être prises contre les préjugés raciaux et le questionnaire a été finalisé avec deux sujets clés: l’accès des Noirs à l’université publique par le biais de quotas raciaux et la classification que l’interviewé lui-même fait de la couleur de sa peau.

La quantification du nombre d’Afro-descendants parmi les élèves interrogés visait à obtenir une image de la réalité scolaire de la région étudiée, sachant au préalable que le niveau d’éducation est historiquement exclu par rapport aux Noirs au Brésil (Chemim, 2013).

Dans la relation de couleur présentée aux personnes interrogées, afin qu’il souligne la couleur de sa peau, la classification « brune » a été délibérément modifiée (classification officiellement définie par l’Institut brésilien de géographie et de statistique comme intermédiaire entre blanc et noir) par la classification « brune », parce qu’il s’agit d’une expression plus populaire, considérée psychologiquement comme moins agressive et moins polarisée. , ce qui rend plus favorable l’acceptation de sa propre couleur en tant que non-blanc (IBGE, 2008, p. 37, 65; Sansone, 2003, 75).

Toutefois, le questionnaire comportait l’option « autre », pour les cas où l’interviewé choisirait, comme couleur de sa peau, la couleur brune elle-même, ou toute autre classification comme « mulâtre », ou « race mixte », ou « brune foncée », ou « brune foncée », ou « rousse », etc., classifications très courantes, selon d’autres enquêtes du genre (IBGE, 2008, p. 40; Sansone, 2003, p. 62).

2.1 ÉCHANTILLON

L’échantillon analysé dans le cas de l’enquête était composé de 192 lycéens des écoles publiques de l’État, de la région du Conseil de l’éducation – région d’Itapetininga, du Département de l’éducation de l’État de São Paulo (Gouvernement de l’État de São Paulo, 2019).

Les personnes de l’échantillon ont été recrutées au hasard, sans critères spécifiques de sexe, de couleur, d’âge, d’année scolaire (1ère, 2e ou 3e année de lycée), de religion ou de condition sociale, formant un simple échantillon aléatoire selon la définition de Vieira (2011). Les étudiants, après avoir pris connaissance de la recherche, ont exprimé leur intérêt à y participer volontairement.

Quant aux établissements d’enseignement des personnes interrogées, le chercheur a été empêché de mener la recherche dans les écoles publiques en 2019, puisque le Conseil régional d’enseignement de la région d’Itapetininga a répondu négativement (annexe A) à une lettre de demande du chercheur (Annexe B), en raison des « exigences éducatives ». Par conséquent, la recherche a été menée directement avec les élèves, en dehors de l’environnement scolaire.

2.2 PROCÉDURES

Le questionnaire a été imprimé par l’auteur de la recherche et présenté en particulier aux élèves, du 1er octobre au 10 décembre 2019, sans la participation des écoles publiques de la région d’Itapetininga, qui l’ont rempli individuellement, sous auto-administration et sans l’intervention de l’intervieweur.

Les données recueillies en questions fermées et mixtes sont traitées quantitativement, à l’aide de graphiques et de variables statistiques, telles que « pourcentage », « valeur minimale » et « valeur maximale » (Medeiros, 2007).

La question ouverte, à son tour, a été analysée qualitativement (contenu et sémantique), compte tenu de la situation vécue par l’interviewé, d’un élève d’une école publique à l’intérieur de l’État de São Paulo (Henkel, 2017; Martins, 2017).

3. ANALYSE ET DISCUSSION DES DONNÉES

La loi sur les quotas, approuvée il y a 7 ans, a été l’un des instruments les plus efficaces pour élargir l’accès des afro-descendants (noirs et bruns) à l’enseignement supérieur au Brésil, selon les statistiques de l’Institut national d’études et de recherches éducatives (INEP, 2018). Cependant, tous les lycéens ne le savent pas, même s’ils sont les plus intéressés par le sujet, précisément parce qu’ils sont aux portes de l’enseignement supérieur.

Le tableau 1 montre que sur les 192 personnes interrogées, 44 % n’avaient jamais entendu parler de la Loi sur les quotas et, parmi ceux qui en ont entendu parler (56 %), 12,8 % ne savent pas ce que cela signifie. En outre, parmi ceux qui ont déclaré connaître la loi sur les quotas, 49 % d’entre eux ont déclaré avoir pris conscience par d’autres moyens que l’école.

Cela révèle que les institutions directement impliquées dans le processus de création d’une nouvelle identité pour les afrodescendants au Brésil (les écoles de la région d’Itapetininga), ne semblent pas être attentifs à leurs responsabilités et à leur importance pour la réalisation des politiques publiques du Gouvernement fédéral, en vue d’éradiquer les préjugés raciaux au Brésil.

 Tableau 1. Pourcentages liés à la connaissance de la loi sur les quotas.

Questions 1, 2 et 3 du questionnaire de l’annexe A
1. Avez-vous déjà entendu parler de la loi sur les quotas pour les Noirs?
 56% Oui 44% Non
2. Si vous avez entendu parler de la « loi sur les quotas » pour les Noirs, répondez : où avez-vous entendu ? (Note: si vous n’avez pas entendu, ne vérifiez pas les réponses)
    13% TV

51% École

12% Chez les amis 


16% Internet 


5% Magazines/Journaux


0% d’événemen
t

3% Autres

3. Si vous avez entendu parler de la loi sur les quotas pour les Noirs, répondez-moi, savez-vous ce que cela signifie? (Remarque : si vous n’en avez jamais entendu parler, ne répondez pas).
87,2% Oui 12,8% Non
Source: Auteur (2019), basé sur l’annexe A Questionnaire.

On pourrait affirmer que l’une des causes de la désinformation est le fait que plus d’un tiers des ménages brésiliens n’ont pas accès à Internet, en particulier les classes sociales D et E, qui fournissent la majorité des élèves des écoles publiques (Mello, 2018). Toutefois, en raison de la période d’adoption de cette loi (7 ans) et de la clarté de la législation concernant la participation directe des autorités publiques et des établissements d’enseignement à ce processus, l’ignorance est injustifiable, d’autant plus si l’on considère que la recherche a été menée dans l’État de São Paulo, le plus développé du pays.

L’absence de tensions raciales au Brésil, contrairement aux États-Unis, et la politique de cordialité raciale initiée à l’époque du gouvernement populiste du président Getúlio Vargas renforcent l’idée que le Brésil connaît une démocratie raciale. Cependant, les chiffres montrent exactement le contraire, c’est-à-dire qu’une telle idée n’est rien de plus qu’une illusion (Sales Jr, 2006).

Le tableau 2 révèle que : (1) tous les élèves interrogés savent parfaitement ce que signifie le racisme, (2) les préjugés raciaux sont quelque chose de concret dans la société brésilienne actuelle, et (3) la plupart ont vu des situations qui se classent comme racistes. Cette réalité semble contredire le discours qui garantit que la plupart des gens sont contre le racisme et veulent qu’il soit combattu et éradiqué (Nunes, 2010).

Ce sont des chiffres inquiétants qui méritent une profonde réflexion de la part des Brésiliens, en particulier des institutions directement impliquées dans l’éducation morale, éthique, intellectuelle et sociale des jeunes Brésiliens.

Tableau 2. Pourcentages relatifs au racisme.

Questions 4, 5 et 6 du questionnaire de l’annexe A
4. Savez-vous ce que signifie « acism »?
100% Oui 0% Non
5. Pensez-vous qu’il y a actuellement du « acism » au Brésil?
99,5% Oui 0,5% Non
6. Avez-vous déjà vu une situation que vous appelleriez « acism »?
78% Oui 22% Non
Source: Auteur (2019), basé sur l’annexe A Questionnaire.

Il est fort probable que les jeunes étudiants ne seront pas en mesure de distinguer les dimensions du racisme (idéologique, attitude et structurelle), sans identifier, par conséquent, qu’en plus du racisme déclaré, il y a encore un racisme voilé et subtil (Nunes, 2010; Campos, 2017). Bien sûr, s’ils connaissaient et reconnaissaient les subtilités du racisme, les taux de recherche seraient beaucoup plus graves.

La littérature montre que les débats sont des situations d’impact, qui amènent les gens à être mis en échec et à mieux réfléchir à leurs conceptions, les conduisant, à bien des reprises, à mieux se connaître et, dans le cas du racisme, par exemple, à comprendre qu’ils sont racistes sans s’en rendre compte (Ferreira et al., 2007; Nunes, 2010).

Le tableau 3 montre que la grande majorité des étudiants croient que le débat est fondamental pour promouvoir des réflexions profondes sur le sujet. Toutefois, les données montrent que tant l’école dans laquelle ils étudient que la municipalité dans laquelle ils vivent ne semblent pas avoir compris l’importance de cette réalité, ignorant une grande partie de leurs attributions prévues dans la législation en vigueur, liée à la culture et à l’éducation (loi no 12 288, 2010).

Tableau 3. Pourcentage lié aux actions positives effectuées à l’école et dans la municipalité.

Questions 7, 8, 9 et 10 du questionnaire de l’annexe A
7. Avez-vous déjà participé à votre école à un débat sur la situation des Noirs au Brésil?
39% Oui 61% Non
8.  Pensez-vous que la situation des Noirs au Brésil doit être discutée à l’école?
94% Oui 6% Non
9. Avez-vous participé, dans votre ville, à toute action visant à réfléchir sur la situation des Noirs au Brésil?
15% Oui 85% Non
10. Pensez-vous qu’il est nécessaire que des actions soient menées dans votre ville pour faire réfléchir les gens sur la situation des Noirs au Brésil?
91% Oui 9% Non
Source: Auteur (2019), basé sur l’annexe A Questionnaire.

En ce qui concerne l’éducation, par exemple, le Statut de l’égalité raciale établit, en tant que responsabilité des agences éducatives, des mesures visant à amener, à des dates importantes pour les Noirs, des membres du mouvement noir à discuter avec les étudiants de leurs expériences liées au thème de la commémoration (loi no 12 288, 2010).

En ce qui concerne la culture, ce système juridique détermine aux autorités publiques l’incitation à célébrer les personnalités et les dates commémoratives, liées aux manifestations culturelles d’origine africaine, telles que la samba, dans les écoles publiques et privées (loi no 12 288, 2010).

La « atoeira », par exemple, est traitée dans le Statut de l’égalité raciale avec une grande importance, étant reconnue comme un sport de création nationale (de matrice afro) et digne d’encouragement et de protection totale par les autorités publiques, et peut même être enseignée dans les institutions publiques et privées (loi n° 12 288, 2010; Constitution fédérale, 1988).

L’information du tableau 4 révèle que 91 % des élèves interrogés connaissent la « capoeira », dont 61 % sont d’accord pour dire qu’il s’agit d’une discipline scolaire à enseigner ou à pratiquer à l’école. Cependant, il est peu probable que les étudiants reconnaissent dans la « capoeira » l’un des éléments de la lutte contre le racisme, précisément parce qu’ils ne connaissent pas son sens réel pour la cause des Noirs.

Une telle ignorance provient probablement de l’ignorance du Statut de l’égalité raciale, de telle sorte que de nombreux étudiants ne sont pas en mesure d’établir un lien entre la « apoeira » et la lutte contre le racisme au Brésil, vidant son importance pour la construction d’une nouvelle identité pour les Noirs.

Tableau 4. Pourcentage d’étudiants qui connaissent la « apoeira ».

Questions 11, 12 et 13 du questionnaire de l’annexe A
11. Savez-vous ce que le sport appelé « capoeira » signifie?
91% Oui 9% Non
12. Si vous savez ce que signifie « apoeira », répondez: êtes-vous d’accord pour dire que la « apoeira » fait partie du programme scolaire? (Note: si vous ne savez pas ce qu’est la capoeira, vous n’avez pas à répondre).
61% Oui 19% Non 20% indifférent   
13. Si vous n’êtes pas d’accord pour dire que la « apoeira » fait partie du programme scolaire, répondez : pourquoi ne pas vous faire? (Note: si vous ne savez pas ce qu’est la capoeira, vous n’avez pas à répondre).
    15% Capoeira est un combat et non un sport
    27% Capoeira est une danse et non un sport
    15% Capoeira est un art et non un sport
     0% En capoeira, il y a des chansons qui évoquent les esprits
     7% Capoeira nécessite des vêtements spécifiques
    21% Je n’aime pas la capoeira
    15% Autres
Source: Auteur (2019), basé sur l’annexe A Questionnaire.

À l’ordre du jour des politiques publiques relatives à la lutte contre le racisme, la réserve de postes vacants dans les universités et d’appels d’offres publics pour les afro-descendants a été l’étape immédiatement après l’approbation du Statut de l’égalité raciale (loi no 12 711, 2012; Loi no 12 990, 2014).

Le tableau 5 montre une forte tendance des étudiants interrogés à ne pas être d’accord avec une telle politique publique (56 %), probablement en raison du manque de débats et de la connaissance des avantages que ces mesures ont apportés à la société brésilienne en général et en particulier pour la cause des Noirs au Brésil (Mendes, 2017).

Le fait est que cette tendance est encore une manifestation du racisme non déclaré et subtil qui existe au Brésil, parce que, malgré la condamnation des préjugés, les étudiants, confrontés à des situations communes, jour après jour, sont lésés (Mendes, 2017; Nunes, 2010).

Sur les 56% qui ont dit ne pas être d’accord avec la politique des quotas, la majorité s’est justifiée en citant l’égalité de tous devant la loi comme un idéal de justice et de méritocratie comme la forme la plus équitable de sélection pour l’accès aux appels d’offres universitaires et publics. Une fois de plus, les étudiants, sans s’en rendre compte, ont exposé un racisme voilé, parce qu’il est impossible de parler d’égalité dans une réalité totalement inégale et injuste avec les afro-descendants brésiliens (Ferreira, 2007).

En ce qui concerne le mérite, beaucoup de gens croient que tout processus d’admission qui n’a pas de mérite personnel comme critère est injuste, et c’est aux afro-descendants de gagner par leurs propres capacités (Ferreira, 2007).

Toutefois, comme le font valoir Ferreira et coll. (2007), ce concept semble ignorer le fait que les conditions historiques des Noirs, au fil des ans, ont produit et reproduit la pauvreté, les mettant dans une situation désavantageuse pour rivaliser avec les meilleurs.

Tableau 5. Pourcentage d’opinions sur les quotas raciaux dans les universités et les appels d’offres publics.

Questions 14 et 15 du questionnaire de l’Annexe A
14. Êtes-vous d’accord pour dire que les Noirs ont réservé des places (exclusives) pour l’admission aux universités et toute compétition publique?
44% Oui 56% Non
15. Si vous n’êtes pas d’accord pour dire que les Noirs ont des places réservées à l’admission à l’université et aux appels d’offres publics, répondez : pourquoi ne pas le faire ?
    39% Je ne suis pas d’accord parce que tous sont égaux devant la loi
      9% Je ne suis pas d’accord, parce que c’est un préjugé avec les autres races
      2% Je ne suis pas d’accord, parce que les gens qui ne sont pas noirs ne sont pas à blâmer pour ne pas être né de cette façon
    39% Je ne suis pas d’accord, parce que les postes vacants devraient être occupés sur le mérite et non pas en raison de la couleur de la peau
    11% Autres
Source: Auteur (2019), basé sur l’annexe A Questionnaire.

À la suite des questions posées aux élèves et en plus des données spécifiées au tableau 2, qui traite de l’existence du racisme au Brésil, les étudiants ont été invités à soumettre des propositions pour lutter contre les préjugés raciaux au Brésil.

Regroupées par similitude, afin d’établir des schémas de réponses (Vieira, 2010), les propositions ont montré que l’éducation était considérée comme le principal moyen d’éradiquer le racisme, suivi par la conscience personnelle/sociétal. Sauf erreur, deux actions qui ont une relation étroite les unes avec les autres, car, selon certains auteurs, l’éducation contribue à la formation d’une prise de conscience critique de la réalité, des faits et du « i » lui-même (Agostini, 2018).

Troisièmement, après l’éducation et la sensibilisation, les étudiants ont souligné, comme solution, la nécessité de lois plus strictes et de peines exemplaires, telles que la peine de mort et l’emprisonnement à perpétuité, en accord avec le résultat de recherches similaires, comme celle menée par Santos (2015).

Avec cela, il est parfaitement possible de conclure que, dans la conception des élèves, la punition joue un rôle important dans l’éducation des personnes, ou du moins a un caractère inhibant pour conduite erronée. Très probablement, cette pensée représente le reflet frappant des règles de socialisation de la famille, par lesquelles les étudiants ont été éduqués, acceptant, aussi naturel, la punition comme un bon moyen de corriger la conduite inappropriée (Claro et al., 2017).

En quatrième position, l’aspect « espect pour les autre » est apparu, quelque chose qui est également lié à l’éducation. Cependant, malgré le lien entre les préjugés et le manque d’éducation, de sensibilisation et de respect, la plupart des personnes interrogées semblent transférer leurs responsabilités à des tiers (gouvernement, société, etc.), ne parlant pas d’eux-mêmes, comme s’ils étaient à l’abri de ce mal (Santos, 2015).

Tableau 6. Pourcentage de propositions de mesures contre les préjugés raciaux.

Question 16 du questionnaire à l’annexe A
Si vous pensez qu’il y a des préjugés raciaux contre les Noirs au Brésil, et que vous n’approuvez pas un tel préjugé, dans quelle mesure pensez-vous que le gouvernement et/ou la société pourraient prendre pour changer cette situation?
1. Loi(s) plus stricte(s) 32 étudiants
2. Améliorer l’éducation (éducation) 38 étudiants
3. Punition 25 étudiants
4. Respect des autres 18 étudiants
5. Conscience personnelle/sociéte 34 étudiants
6. Ne sera jamais changé   3 étudiants
7. Il n’y a pas de classification par couleur de peau 3 étudiants
8. Être une discipline de programme scolaire   1 étudiant
9. Plus d’opportunités pour les Noirs   6 étudiants
10. Cela s’est produit dans le passé, mais il n’y a pas de préjudice   1 étudiant
11. Rapport aux autorités   3 étudiants
Source: auteur (2019), basé sur l’article écrit par Santos (2015).

L’un des grands obstacles à l’éradication des préjugés est sans aucun doute la difficulté des afro-descendants à prendre leurs racines, parce que dans une société où la normalité doit être blanche, comme celle du Brésil, prendre ses distances avec le modèle signifie être considéré comme anormal et, par conséquent, condamné à vivre en marge de la société (Fernandes et al., 2016).

Cependant, les chiffres affichés par l’Institut national d’études et de recherches éducatives (INPE), dans le Cahier d’études et de recherche en politiques éducatives, sur l’accès aux universités publiques, montrent que l’univers des afro-descendants autoproclamés augmente considérablement chaque année (INPE, 2018). Certains experts confirment cette tendance, attribuant cette avancée aux politiques positives du gouvernement fédéral (Silveira, 2019).

Le tableau 7 montre que sur les 192 étudiants interrogés, plus de 50 % ont déclaré être blancs, bien que le visage typique du Brésilien soit brun, selon des études récentes qui indiquent un nombre plus élevé de métisses que les Blancs au Brésil (Silveira, 2019).

Bien que le nombre de personnes qui prétendent être afro-descendants a augmenté de manière significative, beaucoup sont encore réticents à le faire, et il est très probable que parmi les étudiants interrogés, il ya ceux qui n’ont pas encore pris leurs racines et se sont déclarés blancs, même si elles ne sont pas. Cependant, on ne peut ignorer les aspects de la colonisation de l’État de São Paulo, qui, parmi les États de la fédération, a été celui qui a reçu le plus d’immigrants européens au 19ème siècle, en particulier l’intérieur (IBGE, 2007).

Cependant, ce qui est remarquable, c’est le fait que 10 étudiants renoncent à la classification « brune » (plus populaire et moins polarisée, selon l’IBGE) pour se déclarer « brun », dans une démonstration de victoire sur les concepts et les « pré-concepts » sociaux et personnels (IBGE, 2013).

Tableau 7. Nombre d’étudiants selon la corde de peau.

Question 17 du questionnaire à l’annexe A
17. Quelle est la couleur de votre peau?
       3e Noir
     74e Brunette
       1 Asiatique
       2 Autochtones
   102 Blanc
     10ème Un autre
Source: Auteur (2019), basé sur l’annexe A Questionnaire.

4. CONCLUSIONS

Les résultats obtenus par les analyses du questionnaire appliqué révèlent que la solution pour éradiquer les préjugés réside dans l’éducation; cependant, une grande proportion d’étudiants semblent ne pas être familiers avec les politiques publiques visant à la réadirer, comme c’est le cas avec la loi sur les quotas, qui est inconnue par 44% des étudiants interrogés. Le plus triste de cette réalité est que l’ignorance est présente précisément parmi les plus grandes parties prenantes de ce dispositif juridique (lycéens), qui sont sur le point de postuler pour une place dans l’enseignement supérieur.

Tant l’école que la municipalité de la région d’Itapetininga ne semblent pas avoir parfaitement compris le sens et l’importance des actions positives, culturelles et éducatives dans la lutte contre le racisme, car une partie importante des élèves interrogés n’ont jamais participé à des actions de ce genre dans l’environnement éducatif et social.

Cette vérité semble être confirmée par le refus du Conseil de l’éducation de la région d’Itapetina de permettre que cette recherche soit menée dans le milieu scolaire, même si : (1) il n’y avait aucun coût pour l’État, (2) elle pouvait être effectuée en dehors des heures de classe, et (3) elle n’exigeait pas la participation des enseignants.

Les données ont montré que le racisme est une réalité bien présente dans la société brésilienne, parce qu’en plus de tous les étudiants le sachant, plus de 70% ont dit qu’ils avaient été témoins d’une situation qualifiée de raciste. Toutefois, même s’ils reconnaissent l’existence de préjugés raciaux au Brésil, plus de la moitié étaient contre le système de quotas raciaux pour l’accès à l’université et pour les appels d’offres publics, qui peuvent être révélateurs de racisme non déclaré, probablement résultant de l’absence d’actions culturelles et éducatives positives dans la région.

Les débats, bien sûr, auraient donné aux élèves de plus grandes conditions pour comprendre ce que signifie le racisme « non déclaré » et quelles sont les dimensions dans lesquelles les préjugés raciaux se manifestent (idéologiques, pratiques et structurelles), leur permettant d’augmenter la liste des situations de racisme dont ils ont été témoins et de les faire accepter plus facilement et de soutenir les actions positives pour combattre quelque chose d’aussi cruel que les préjugés raciaux (Campos , 2017).

Le bref recensement effectué dans l’enquête a montré que la majorité des étudiants se considèrent comme blancs, ce qui n’est pas absurde, parce que l’État de São Paulo était la plus grande destination d’immigrants européens au 19ème siècle. Cependant, il est très probable qu’il y aura, parmi les étudiants, ceux qui ont honte de se déclarer afro-décent, quelque chose de très commun dans une société qui n’est pas motivée à développer des actions qui permettent aux gens de surmonter la difficulté de s’assumer comme non-blanc.

La vérité est qu’aucune politique publique du gouvernement fédéral ne sera couronnée de succès s’il n’y a pas d’engagement des autorités d’exécution et qui sont plus proches des étudiants (établissements d’enseignement et les autorités de l’État et de l’administration municipale), faisant tous les efforts entrepris par le gouvernement fédéral dans la recherche de former une nouvelle identité pour les afro-descendants au Brésil.

Avec cela, ils perdent la société dans son ensemble et, principalement, les étudiants qui finissent par ne pas développer le sens critique sur les questions actuelles et fondamentales de la société brésilienne, tendant à reproduire les modèles précédents, très préjugés, afin de propager l’idée illusoire que le Brésil vit une démocratie raciale.

RÉFÉRENCES

AGOSTINI, Nilo. Conscientização e Educação: ação e reflexão que transformam o mundo. Revista Pro-posições, Campinas, v.29, n. 3,  p. 187-206, set./dez. 2017.

BRASIL. Constituição (1988). Constituição da República Federativa do Brasil. Brasília, DF: Senado Federal: Centro Gráfico, 1988.

BRASIL. Lei n° 9.394, de 20 de dezembro de 1996. Diário Oficial [da] União, Poder Executivo, Brasília, DF, 23 dez. 1996. p. 27833.

BRASIL. Lei nº11.645, de 10 de março de 2008. Diário Oficial [da] União, Poder Executivo, Brasília, DF, 11 mar. 2008. Seção 1, p. 1.

BRASIL. Lei nº 12.288, de 20 de julho de 2010. Diário Oficial [da] União, Poder Executivo, Brasília, DF, 21 jul. 2012. Seção 1, p. 1.

BRASIL. Lei nº 12.711, de 29 de agosto de 2012. Diário Oficial [da] União, Poder Executivo, Brasília, DF, 30 ago. 2012. Seção 1, p. 1.

BRASIL. Lei nº 12.990, de 9 de junho de 2014. Diário Oficial [da] União, Poder Executivo, Brasília, DF, 10 jun. 2014. Seção 1, p. 3.

CAMPOS, L.A. Racismo em três dimensões: uma abordagem realista-crítica. Revista Brasileira de Ciências Sociais, São Paulo, v. 32, n. 95, p. 1-19, 2017.

CERVO, A.L.; BERVIAN, P.A. Metodologia científica (3. ed.). São Paulo: McGraw-Hill, 1983.

CHEMIM, M.S.A. O negro no espaço escolar. In: Os desafios da escola  pública paranaense na perspectiva do professor. Ponta Grossa: Secretaria de Estado da Educação, 2013, p. 4-25. Disponível em: <http://www.diaadiaeducacao.pr.gov.br/portals/cadernospde/pdebusca/producoes_pde/2013/2013_uepg_hist_pdp_maria_do_socorro_chemim.pdf>. Acesso em 12 nov. 2019.

CLARO, A.L.A; RIBEIRO, C.S.S. Educar ou punir? um olhar sobre os atos de indisciplina. 2017. Trabalho apresentado no XII Congresso Nacional de Educação, Curitiba, 2017.

FERNANDES, V.B.; SOUZA, M.C.C.C. Identidade Negra entre exclusão e liberdade. Revista do Instituto de Estudos Brasileiros, São Paulo, n. 63, p. 103-120, abr. 2016.

FERREIRA, R.F; MATTOS, R.M. O Afro-Brasileiro e o Debate Sobre o Sistema de Cotas: Um Enfoque Psicossocial. Psicologia, Ciência e Profissão, Brasília, v. 27, n. 1, p. 46-63, 2007.

GOVERNO DO ESTADO DE SÃO PAULO. Diretoria de Ensino – Região de Itapetininga. 2019. Diponível em: <https://deitapetininga.educacao.sp.gov.br/>. Acesso em 12 nov. 2019.

GUARNIERI, F.G.; MEL-SILVA, L.L. Cotas Universitárias no Brasil: Análise de uma década de produção científica. Psicologia Escolar e Educacional, São Paulo, v. 21, n. 2, p. 183-193, mai./ago. 2017.

HENKEL, K. A categorização e a validação das respostas abertas em surveys políticos. Opinião Pública, Campinas, v. 23, n. 3, p. 786-807, set./dez., 2017.

INSTITUTO BRASILEIRO DE GEOGRAFIA E ESTATÍSTICA (IBGE). Brasil 500 anos de povoamento. Rio de Janeiro: IBGE, 2007. Disponível em: < https://biblioteca.ibge.gov.br/visualizacao/livros/liv6687.pdf>. Acesso em 28 nov. 2019.

INSTITUTO BRASILEIRO DE GEOGRAFIA E ESTATÍSTICA (IBGE). Características étnico-raciais da população: classificações e identidades. Rio de Janeiro: IBGE, 2013. Disponível em: <https://biblioteca.ibge.gov.br/visualizacao/livros/liv63405.pdf>. Acesso em 12 nov. 2019.

INSTITUTO NACIONAL DE ESTUDOS E PESQUISAS EDUCACIONAIS (INEP). Caderno de estudos e e pesquisas em políticas educacionais. Ministério da Educação, Brasília, DF, 2018. Disponível em: < http://portal.inep.gov.br/informacao-da-publicacao/-/asset_publisher/6JYIsGMAMkW1/document/id/5047099>. Acesso em 26 nov. 2019.

MARTINS, Júlio. Metodologia da pesquisa científica. Praia Grande: Alfamérica Faculdade, 2017.

MEDEIROS, Carlos Augusto. Estatística aplicada à educação. Brasília: Universidade de Brasília, 2007.

MELLO, Daniel. Mais de um terço dos domicílios brasileiros não tem acesso à internet. Empresa Brasileira de Comunicação, Brasília, DF, 2018. Disponível em: < http://agenciabrasil.ebc.com.br/geral/noticia/2018-07/mais-de-um-terco-dos-domicilios-brasileiros-nao-tem-acesso-internet>. Acesso em: 26 nov. 2019.

NUNES, S.S. Racismo contra negros: um estudo sobre o preconceito sutil. 2010. Tese (Doutorado em psicologia)-Instituto de Psicologia da Universidade de São Paulo, São Paulo, 2010.

RIBEIRO, S.M.; ALMEIDA, M.T.C.; MAIA, F.A.; SOUZA, F.A.; AMARAL, D.P.O.; ALVES, M.R. Política de cotas no ensino superior: percepções de professores e estudantes. Revista Unimontes Científica, Montes Claros, v. 18, n.1 – jan./jun. 2016.

SALES JUNIOR, R. Democracia racial: o não-dito racista. Revista de Sociologia da USP, São Paulo, v. 18, n. 2, p. 229-258, 2006.

SANSONE, L. Pais Negros, Filhos Pretos. Trabalho, cor, diferença entre gerações e o sistema de classificação racial num Brasil em transformação. In: Negritude sem etnicidade: o local e o global nas relações raciais e na produção cultural negra do Brasil [online]. Salvador: EDUFBA, 2003, pp. 38-87. Disponível em: <http://books.scielo.org/id/cqtc4/pdf/sansone-9788523211974-02.pdf>. Acesso em 12 nov. 2019.

SANTOS, G.A. Nem crime, nem castigo: o racismo na percepção do judiciário e das vítimas de atos de discriminação. Revista do Instituto de Estudos Brasileiros, São Paulo, n. 62, p. 184-207, dez. 2015.

SILVA, L.G.M; FERREIRA, T.J. O papel da escola e suas demandas sociais. Periódico Científico Projeção e Docência, Taguatinga, DF, v. 5, n. 2, dez. 2014.

SILVEIRA, Daniel. Em sete anos, aumenta em 32% a população que se declara preta no Brasil. Portal de Notícias G1, Economia, Rio de janeiro. 2019. Disponível em: < https://g1.globo.com/economia/noticia/2019/05/22/em-sete-anos-aumenta-em-32percent-a-populacao-que-se-declara-preta-no-brasil.ghtml>. Acesso em: 28 nov. 2019.

VIEIRA, J.G.S. Metodologia de pesquisa científica na prática. Curitiba: Fael Editora, 2010.

APPENDICE

A – Questionnaire.

[1] Docteur et Maître de théologie, Université de la Bible. Spécialiste de l’exercice de résistance en santé, maladie et vieillissement, à la Faculté de médecine de l’Université de São Paulo (USP).  Troisième cycle dans l’enseignement supérieur de l’Universidade Paulista (UNIP). Baccalauréat en sciences militaires de l’Académie de l’armée de l’air brésilienne (AFA). Baccalauréat en éducation physique, de l’École d’éducation physique de l’Armée de terre (EsEFEx). Baccalauréat en administration des affaires de l’Université presbytérienne Mackenzie.

Envoyé: Décembre, 2019.

Approuvé : janvier 2020.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here