Profil d’allo-immunisation chez les patients en oncologie

0
12
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

ARTICLE ORIGINAL

AFONSO, Thaynara Freitas [1], OLIVEIRA, Amanda Ribeiro De [2], ALVES, Mauricio Drummond [3], VASCONCELLOS, Christiane Mariotini Moura [4]

AFONSO, Thaynara Freitas. Et al. Profil d’allo-immunisation chez les patients en oncologie. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 06, Ed. 05, Vol. 13, p. 05 à 19. mai 2021. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/sante/profil-dallo-immunisation

RÉSUMÉ

La transfusion sanguine est une procédure qui met les antigènes des donneurs en contact avec les anticorps récepteurs. Bien que ce processus soit une thérapie efficace, il existe des risques causés par des procédures inadéquates, des erreurs ou des omissions. Les anticorps irréguliers (alloantibodies) sont liés à la plupart des réactions hémolytiques mortelles signalées, étant la deuxième cause principale de décès liés à la transfusion. Pour éviter ces réactions, la poche phénotypique est un outil fondamental, cependant, elle n’est pas toujours disponible en temps opportun, où la transfusion est souvent une urgence. La présente étude visait à évaluer la fréquence des anticorps irréguliers et à décrire le profil phénotypique des patients traités à l’hôpital du cancer Muriaé. Il y avait 149 protocoles pour le soin des patients cancéreux avec des résultats positifs pour la recherche irrégulière d’anticorps (PAI). Le profil de ces patients correspondait à celui observé pour la population brésilienne, les femmes prévalant (59,7%) et les personnes de plus de 50 ans. Le groupe sanguin le plus répandu était le type O (34,9 %). Les leucémies et les lymphomes ont prévalu (18,8 %). Environ 23 % des patients alloimmunisés ont développé une anémie et 33,6 % avaient déjà subi des transfusions sanguines. Parmi les anticorps détectés, 29,7% étaient équivalents aux anticorps sans spécificité, 25,5% autoantibodies et 45% sont des anticorps de spécificité déterminée, où l’anti-E > l’anti-c > l’anti-D > l’anti-K > l’anti-M étaient les plus fréquents. En ce qui concerne les systèmes d’anticorps, les plus fréquents étaient: Rh (37,6%), Kidd (26,2%), Duffy et MNS (21,5%). Nous avons observé que l’alloimmunisation s’est produite déjà dans les premiers contacts avec la transfusion, différemment de ce que rapportent d’autres études, où la plupart des patients alloimmunisés ont été polytransfusés. La présence de ces anticorps pose un risque pour la pratique transfusionnelle. Nous croyons que l’exécution de l’immunophenotyping dans l’hôpital lui-même apporterait plus d’agilité et de sécurité dans le processus de transfusion, particulièrement pour des patients alloimmunisés.

Mots-clés : Alloimmunisation, Anticorps irréguliers, Néoplasmes.

INTRODUCTION

Les anticorps anti-érythrocitiques sont classés comme naturels ou réguliers et immunisés ou irréguliers. Les habitués se développent naturellement après la naissance, à partir de stimuli spontanés de bactéries du microbiote normal de l’intestin exprimant des molécules homologues en antigènes érythrocytaires, comme dans le système ABO générant des anticorps anti-A et anti-B. Les systèmes irréguliers (Rh, Kell, MNS, Lewis, Duffy, Kidd et autres) ne sont normalement pas trouvés et se développent en raison de transfusions incompatibles ou de grossesses hétérospécifiques (ALBERTI; Vasconcellos; PETROIANU, 2006).

En outre, les anticorps peuvent être classés comme alloantibodies ou autoantibodies. Lorsqu’un individu subit une exposition à des alloanticorps (érythrocytes étrangers), avec un phénotype différent, par des transfusions sanguines, des grossesses et des greffes d’organes/tissus ou de greffes par exemple, une allo-immunisation érythrocytaire se produit, considérée comme une réponse immunitaire de son corps à ces antigènes étrangers, avec production d’alloanticorps spécifiques (ALVES, 2012). Les auto-anticorps sont produits par le système immunitaire contre une ou plusieurs protéines de l’individu lui-même.Ces auto-anticorps sont responsables du déclenchement de maladies auto-immunes telles que le lupus, le purpura et les maladies hémolytiques (ANVISA, 2007).

La transfusion sanguine est une procédure qui met les antigènes des donneurs, qu’il s’agit de cellules ou de membranes plasmiques, en contact avec des anticorps récepteurs. Bien que le processus de transfusion soit une forme de thérapie sûre et efficace, il existe des risques causés par des procédures inadéquates, des erreurs ou des omissions des professionnels responsables de la transfusion. Certains effets indésirables doivent être pris en compte : transmission de maladies infectieuses, réaction transfusionnelle, hémolyse aiguë secondaire à l’incompatibilité ABO, surcharge en fer, immunosuppression, maladie du greffon contre l’hôte (DECH), inhibition de la production endogène d’érythropoïétine et alloimmunisation (BATISTETI et al., 2007).

Selon le ministère de la Santé (2010), le développement de ces réactions est associé à différents facteurs, tels que des erreurs dans l’identification des patients, des échantillons ou des produits, l’utilisation d’insums inadéquats, des facteurs liés au receveur et/ou au donneur, tels que l’existence d’anticorps irréguliers non détectés dans les tests pré-transfusionnels de routine.

Chez les personnes atteintes de cancer, cette prévention est primordiale pour l’état clinique du patient puisque le traitement de la maladie est considérablement plus agressif et que le système immunitaire du patient devient plus affaibli (BRANTLEY et RAMSEY, 1988). La connaissance des patients et des facteurs qui conduisent à des réactions transfusionnelles peut fournir une base plus large pour la mise en place de mesures préventives, contribuant à l’amélioration des services d’hémothérapie et des soins offerts à ces patients.

Cette recherche a été menée à l’hôpital du cancer de Muriaé, le plus grand complexe de cancérologie de l’État du Minas Gerais, couvrant environ 270 municipalités de plus de sept millions d’habitants.L’objectif de ces travaux était d’évaluer la fréquence des anticorps irréguliers et d’analyser le profil phénotypique des patients atteints de cancer (receveurs) à travers l’analyse des données des protocoles de service d’immunohématologie, fournis par l’agence de transfusion de la Fondation Cristiano Varella à Muriaé-MG entre 2015 et 2018.

DÉVELOPPEMENT

Une étude transversale a été réalisée dans laquelle ont été analysées toutes les données des protocoles du service d’immunohématologie pour les patients atteints de cancer concernant le phénotypage des érythrocytes, fournies par l’agence de transfusion de la Fondation Cristiano Varella entre 2015 et 2018. Son objectif principal est d’analyser la fréquence des anticorps irréguliers et dresser un profil phénotypique plus fréquent chez les patients positifs au PAI.

Les critères d’inclusion étaient les patients ayant eu des résultats positifs à l’PAI, entre 2015 et 2018 à l’hôpital du cancer. Les patients dont les données pour l’étude étaient incomplètes ont été exclus.

Cette étude a été soumise à plataforma Brasil et approuvée (CAAE: 11356519.6.0000.5105. Les analyses statistiques des données émises par les protocoles des services mis à disposition ont été effectuées via le logiciel SPSS®, version 17 et la construction de graphiques par le programme Microsoft Excel.

L’agence transfusionnelle de l’Hôpital du Cancer Muriaé – Fondation Cristiano Varella identifie la présence d’anticorps irréguliers grâce à la méthodologie d’agglutination de la colonne de gel, mais il n’est pas possible d’identifier la spécificité de ces anticorps. Ainsi, la détermination des anticorps irréguliers ou des associations est réalisée dans un hémocentre de soutien (Hemominas), où l’identification est réalisée en fonction de la spécificité de chaque anticorps trouvé.

Pour cette étude, les données des protocoles de soins transfusionnels des patients atteints de cancer avec des résultats positifs pour la recherche sur les anticorps irréguliers (PAI) ont été analysées, totalisant un échantillon de 149 patients, au cours de la période 2015 à 2018.

Vingt-deux anticorps irréguliers ont été détectés parmi les patients analysés. Parmi eux, 29,7% correspondaient à des anticorps de spécificité indéterminée, 25,5% d’auto-anticorps et les 45% restants sont des anticorps caractéristiques des individus alloimmunisés, de spécificité déterminée. Parmi eux, les anticorps qui présentaient la fréquence la plus élevée étaient: anti-E (19,4%), anti-c (11,4%), anti-D (10,1%), suivis de l’anti-K (8,3%) et anti-M (6 %) (tableau 1).

Tableau 1 – Identification des anticorps détectés et de leurs fréquences respectives chez les patients PAI-positifs.

Anticorps irréguliers Fréquence (n) Pourcentage (%)
Anticorps sans spécificité 44 29,7%
Auto-anticorps 38 25,5%
Anti-E 29 19,4%
Anti-C 17 11,4%
Anti-D 15 10,1%
Anti-K 12 8,3%
Anti-IgM 11 7,4%
Anti-IgG 10 6,7%
Anti-M 9 6%
Anti-Jka 8 5,4%
Anti-e 7 4,6%
Anti-C 6 4,0%
Anti-Fya 3 2%
Anti-S 3 2%
Anti-Lea 3 2%
Anti-Dia 2 1,3%
Anti-IgA 1 0,7%
Anti-PP1PK (anti-J)a 1 0,7%
Anti-F 1 0,7%
Anti-Bga 1 0,7%
Anti-Lua 1 0,7%
Anti-Dib 1 0,7%

Source : Paternité et propre auteur.

Après l’identification des anticorps, ils ont été regroupés selon les systèmes auxquels ils appartiennent. Ainsi, parmi les 9 systèmes identifiés, les plus fréquents étaient : Rh (37,6 %), Kidd (26,2 %), Duffy et MNS (21,5 %) (tableau 2).

Tableau 2 – Distribution des anticorps détectés selon leurs systèmes respectifs.

Systèmes d’anticorps Fréquence (n) Pourcentage (%)
Rh 56 37,6%
KIDD 39 26,2%
DUFFY 32 21,5%
MNS 32 21,5%
LEWIS 9 6%
KELL 4 2,7%
P 1 0,7%
LUTHERAN 1 0,7%
Di 1 0,7%

Source : Paternité et propre auteur.

Pour décrire un profil phénotypique des 149 patients étudiés, quelques variables telles que : le genre et l’histoire gestational ont été analysées ; groupes sanguins; groupe d’âge; types de néoplasmes; histoire de l’anémie et de l’histoire de transfusion. Et pour certaines analyses statistiques, le test d’association exacte du pêcheur a été effectué et la valeur de signification adoptée était p <0,05.

Quant au sexe, le profil des patients cancéreux avec AIP positif parmi les 149 patients analysés était caractérisé par une fréquence plus élevée chez les femmes avec 59,7 % (89) par rapport aux hommes avec 40,3 % (60). Dans cette étude, l’anticorps anti-D était l’anticorps le plus fréquent chez les femmes, avec une proportion significativement plus élevée que chez les hommes (tableau 3). Et en corrélant le sexe avec la présence d’anti-D, il a été possible d’observer un p significatif (test exact de Fisher ; p=0,027).

Tableau 3 – Corrélation du sexe avec la présence d’anticorps anti-D.

Anti-D Femmes (n) Hommes (n) Pourcentage (n)
absence 56,7% (76) 43,3% (58) 100% (134)
présence 86,7% (13) 13,3% (2) 100% (15)
total: 59,7% (89) 40,3% (60) 100% (149)

Source : Paternité et propre auteur.

En ce qui concerne les groupes sanguins, le groupe sanguin O (44,3 %) était plus fréquente par rapport aux autres : A (38,9 %), B (13,4 %) et AB (3,4 %) (tableau 4).

Tableau 4 – Classification de la fréquence des groupes sanguins détectés chez les patients.

groupe sanguin Fréquence (n) Pourcentage (%)
O 66 44,3%
A 58 38,9%
B 20 13,4%
AB 5 3,4%
total: 149 100%

Source : Paternité et propre auteur.

Le groupe d’âge de la plupart des patients analysés se trouvait entre 54 et 69 ans (38,9 %) et plus de 70 ans (32,2 %) (tableau 5).

Tableau 5 – Groupe d’âge des patients analysés.

groupe Fréquence (n) Pourcentage (%)
0 à 15 ans 2 1,3%
16 – 31 ans 8 5,4%
32 – 47 ans 18 12,1%
48 – 53 ans 15 10,1%
54 – 69 ans 58 38,9%
Plus de 70 ans 48 32,2%
total: 149 100%

Source : Paternité et propre auteur.

En ce qui concerne le type de néoplasme, cette étude s’est avérée très diversifiée, puisque plus de 50 types de cancer répartis dans la population analysée ont été identifiés. Nous avons observé que sur le total de 149 patients, les leucémies et les lymphomes se sont démarqués, avec 28 cas (18,8%), suivis de la néoplasie maligne du sein, avec 22 cas (14,8%), néoplasie maligne des deux points de l’utérus, avec 12 cas (8,1%) (tableau 6).

Tableau 6 – Incidence des néoplasmes dans les patients analysés.

Types de néoplasmes Fréquence (n) Pourcentage (%)
Leucémie et lymphomes 28 18,8%
Néoplasme malin du sein 22 14,8%
Néoplasme malin du côlon de l’utérus 12 8,1%
Néoplasme malin de la réhest 11 7,4%
Myélodysplasies 11 7,4%
Néoplasie maligne du poumon 8 5,4%
Autres néoplasmes avec n < 8* 57 38,3%
total: 149 100%

*Les néoplasmes ayant une incidence <8 ont été regroupés pour une meilleure visualisation des données.

Source : Paternité et propre auteur.

Trente-quatre patients ont eu une histoire d’anémie représentant 22.8% du nombre total de patients positifs de PAI. De plus, toutes les personnes qui ont été détectées avec l’anémie dans cette étude ont exigé des procédures de transfusion. En ce qui concerne les antécédents transfusionnels, sur les 149 patients analysés, 66,4 % ont obtenu des résultats positifs à l’PAI avant les procédures transfusionnelles, tandis que 33,6 % des patients ont subi un test de dépistage du PAI après une ou plusieurs transfusions (tableau 7).

Tableau 7 – Antécédents transfusionnels des patients analysés.

Historique des transfusions Fréquence (n) pourcentage
0 99 66,4%
1 46 30,9%
2 4 2,7%
Total 149 100%

Source : Paternité et propre auteur.

À partir des analyses des fréquences des anticorps irréguliers présents chez les 149 cancéreux de la Fondation Cristiano Varella, on a observé que 29,7% des anticorps de spécificité indéterminée, 25,5% d’auto-anticorps et 45% d’anticorps de spécificité déterminée, caractéristiques des personnes alloimmunisées, où (anti-E > anti-c > anti-D > anti-K > anti-M) étaient les plus fréquents, dans cet ordre. Études menées par Martins et al., (2008) et Trenti (2011), ont évalué des patients alloimmunisés provenant d’un hôpital et ont observé des résultats similaires, où les anticorps les plus courants étaient les anti-D (24,8 %), les anti-E (18,5 %), les anti-K (13,87 %) et anti-M (10,4 %).

La prévalence de 29,7% d’anticorps sans spécificité était une caractéristique trouvée dans cette étude. Dans certains cas, cela se produit en raison de ses propres caractéristiques ou de sa marée très basse, l’alloanticorps n’est détecté qu’avec l’utilisation de techniques spéciales telles que l’incubation prolongée, l’utilisation de globules rouges traités avec des enzymes ou avec une concentration ionique moyenne de faible concentration ionique (NOVARETTI et al., 2000; FABRON, 2001; MURAO et VIANA, 2005). De plus, des études similaires menées dans différentes villes ont également montré une prévalence plus élevée d’anticorps de spécificité indéterminée par rapport à d’autres anticorps détectés (TRENTI, 2011; WINTERS et al., 2001; BRANTLEY et RAMSEY, 1998).

La fréquence élevée des auto-anticorps (25,5 %) en ce qui concerne les alloantibodies peut être justifiée par le fait que les auto-anticorps se trouvent librement dans le plasma et non seulement liés aux globules rouges et, ainsi, ils peuvent interférer avec les tests pré-transfusionnels, qui utilisent des concentrés plasmatiques (SHIREY et al., 2002). En outre, la présence des autoantibodies peut également être liée aux caractéristiques cliniques des patients, puisque ces autoantibodies peuvent se manifester comme complication passagère et self-limited de l’infection par certains agents. Les marées hautes apparaissent dans les infections par Mycoplasma pneumoniae, la grippe, le virus d’Epstein-Barr, ainsi que dans les maladies du collagène, les néoplasmes, les lymphomes et parfois l’utilisation de médicaments en excès (HEMOCENTRO, 2008).

En ce qui concerne les systèmes d’anticorps, les plus fréquents étaient: Rh (37,6%), Kidd (26,2%), Duffy et MNS (21,5%), ils sont considérés comme des systèmes caractéristiques des patients alloimmunisés. Des études antérieures ont indiqué que la fréquence élevée des anticorps du système Rhésus est caractéristique des patients qui ont déjà subi une transfusion et que cela est dû au degré élevé d’immunogénicité de l’antigène (BAIOCHI et NARDOZZA, 2009; CRUZ et al., 2011; PINTO et al., 2011; RODRIGUES et al., 2013; NOVARETTI et al., 2000; ALVES et al., 2012).

Le profil des cancéreux avec PAI positif parmi les 149 patients analysés a été caractérisé par la fréquence plus élevée dans les femelles avec 59,7% (89) comparé aux mâles avec 40,3% (60). Cette fréquence plus élevée de femelles est également confirmée dans d’autres études (WALKER et al., 1989, WINTERS et al., 2001 et SCHONEWILLE et al., 2006).

Le fait que la fréquence élevée de l’alloimmunisation chez les femmes peut s’expliquer par la fréquence plus élevée de l’anti-D chez les femmes, en raison de son implication dans la survenue de la sensibilisation pendant la grossesse et, en outre, cet anticorps est considéré comme le plus immunogène en cas d’incompatibilité materno-fœtale (BAPTISTA-GONZÁLEZ et al., 1991).

La prévalence du groupe sanguin O par rapport aux autres groupes du système ABO peut s’expliquer par le fait qu’il s’agit d’une caractéristique de la population brésilienne, où les groupes les plus courants sont O et A, couvrant 87% de la population, tandis que le groupe B ne correspond qu’à 10% de la population brésilienne et AB à seulement 3% (BEIGUELMAN, 2003). Ce résultat est également caractéristique d’une étude similaire, dans laquelle les dossiers de donneurs de sang du service d’hémothérapie ont été analysés, et il a été constaté que le groupe sanguin le plus souvent dans le système ABO était le groupe O (47,1%), suivi des groupes A (36,9%), B (12,3%) et le groupe AB (3,6 %) (SILVA, 2011).

Une étude menée dans la ville de São Paulo où les fréquences phénotypiques pour le système de groupe sanguin ABO ont été analysées a également montré une fréquence plus élevée du groupe O (46,5%), suivie des groupes A (39,4%), B (11,5%) et AB (2,52 %) (NOVARETTI et al., 2000).

En ce qui concerne le groupe d’âge, cette étude a démontré que les patients atteints de cancer analysés ont plus de 50 ans. Récemment, Oliveira et Braga (2015), Mendes et Paula (2015) et Shin (2013) ont trouvé des données similaires, dans lesquelles ils ont observé que les patients atteints de cancer alloimmunisés étaient âgés de plus de 50 ans.

Il est important de souligner que les caractéristiques individuelles peuvent déterminer la chute du titre d’anticorps après alloimmunisation. Certains facteurs tels que l’apparition d’une sensibilisation dès l’âge adulte peuvent s’expliquer par la désintégration des réponses immunitaires des lymphocytes T et B, ce qui entraîne une diminution de la protection immunitaire affectant par conséquent la persistance des alloantibodies formées (COZAC, 2009).

En ce qui concerne le type de néoplasme, selon le protocole de transfusion émis par le gouvernement fédéral de Brasília, il existe certaines pathologies dans lesquelles la transfusion sanguine et les composants sanguins sont utilisés comme traitement de soutien et non pour guérir la maladie, en soi. Ainsi, les pathologies qui correspondent à ce groupe sont celles qui, à un moment donné de son évolution, auront le potentiel de nécessiter un soutien en hémothérapie. Selon la Classification internationale des maladies (CID-10), certains néoplasmes sont inclus dans ce groupe, tels que: les néoplasmes en général, y compris les maladies hématologiques malignes (leucémies, lymphomes, maladie de Hodgkin et myélome multiple), les hémoglobinopathies, les syndromes myélodysplasiques et d’autres maladies hématologiques (MINISTÉRIO DA SAÚDE, 2010).

De ces informations, on peut dire que les néoplasmes qui se sont démarqués sont caractérisés comme des pathologies qui, à un moment donné de l’évolution de la maladie, nécessitent une transfusion et un soutien hémato-hémorragique. Ce fait peut justifier l’apparition d’anticorps irréguliers plus fréquemment dans ces patients, puisqu’ils sont soumis à des transfusions successives, étant exposés aux antigènes non propres.

L’histoire de l’anémie des patients dans cette étude était équivalente à 22.8% et tous ces patients ont exigé de subir des procédures de transfusion. Ce pourcentage était similaire à une autre étude dans laquelle environ 39 % de tous les patients atteints d’anémie aiguë et chronique avaient besoin d’une transfusion sanguine (FERREIRA et JÚNIOR, 2015).

L’anémie touche plus de 90 % des patients atteints de cancer et plus de 60 % subissent des transfusions sanguines (ALBERTI; VASCONCELLOS ET PETROIANU, 2006). Ainsi, la thérapie transfusionnelle chez les cancéreux peut provoquer l’immunisation et entraîner la formation d’anticorps irréguliers, en particulier chez les patients polytransfusés et, ainsi, les personnes atteintes d’anémie sont plus sujettes à cette sensibilisation.

Parmi les 99 patients avec des antécédents de transfusion égaux à 0, il y avait une fréquence femelle plus élevée 61 (62%) et la plupart de ces femmes (47) ont eu une ou plusieurs grossesses, de sorte que l’apparition de l’alloimmunisation chez ces patientes peut s’expliquer en partie par la présence d’anticorps anti-D qui était plus présente chez la plupart des femmes de cette étude.

En ce qui concerne les autres patients, les informations sur les transfusions disponibles dans les protocoles ont été rapportées par le patient lui-même ou par un membre de la famille, et peuvent être justifiées par une ignorance possible de la part du patient ou du membre de la famille qu’à un moment donné de la vie, il a subi une transfusion qui n’a pas été informée ou par oubli, étant une limitation pour notre étude.

En ce qui concerne les 34 % de patients qui ont reçu entre 1 et 3 transfusions, cela indique que les patients de cette étude avaient comme caractéristique d’être alloimmunisés dès le premier contact avec la transfusion, différemment de ce qu’ils ont rapporté dans d’autres études (TRENTI, 2011), où la plupart des patients alloimmunisés étaient polytransfusés. Ce fait peut être expliqué par la caractéristique clinique du cancéreux et parce que la présence des auto-anticorps est plus répandue dans ces patients en raison de la production de cellules incontrôlées stimulant l’apparition de ces auto-anticorps

Dans des études menées au Brésil, il a été noté que la plupart des études portant sur les transfusions sanguines ont lieu chez des patients atteints de cancer. Ce fait peut être associé aux particularités des cancéreux concernant leur statut immunohématologique, ce qui rend de nombreuses transfusions sanguines nécessaires pendant leur traitement (CALLERA et al., 2004; BELÉM et al., 2011 e FREITAS et al., 2014).

L’alloimmunisation érythrocitique est un phénomène résultant des transfusions chroniques, c’est-à-dire que plusieurs patients deviendraient alloimmunisés pendant leur exposition primaire brillait aux antigènes. D’autres facteurs peuvent contribuer à la sensibilisation du patient transfusé, tels que la prédisposition individuelle, éventuellement de caractère héréditaire, qui pourrait se manifester dès les premières expositions à l’antigène étranger (BLUMBERG et al., 1984). Ainsi, il est important de détecter un patient présentant des anticorps irréguliers (PAI positif) il est nécessaire de confirmer l’absence de l’antigène respectif dans le globule rouge du récepteur, ainsi que de transfuser les globules rouges également négatifs pour de tels antigènes en évitant la survenue d’une éventuelle alloimmunisation (WALKER, 1989).

CONSIDÉRATIONS FINALES

Compte tenu des résultats présentés dans cette recherche, nous croyons qu’il serait idéal d’effectuer l’immunophénotypage dans l’agence de transfusion elle-même, puisqu’il accélérerait le processus de transfusion sanguine pour les patients alloimmunisés. Une telle mesure serait certainement nécessaire pour réduire les taux d’alloimmunisations érythrocyclastiques dans ces récepteurs de concentré de globules rouges, puisque les médecins n’auraient pas besoin d’opter pour une transfusion incompatible en cas d’urgence chez les patients alloimmunisés, réduisant ainsi le risque de réactions transfusionnelles, avec des répercussions positives sur la sécurité transfusionnelle et la qualité de l’hémothérapie fournie par l’Hôpital.

Enfin, il est essentiel de souligner que l’identification des anticorps irréguliers est d’une grande importance clinique pour la pratique transfusionnelle. De plus, le thème abordé tout au long de la recherche constitue un problème de santé publique. Nous réitérons l’importance de discuter du thème et de reconnaître sa pertinence, afin que davantage d’études soient menées et que des améliorations soient apportées à la pratique transfusionnelle afin d’assurer la sécurité transfusionnelle. Ainsi, nous espérons contribuer à la réduction de la morbidité et de la mortalité liées aux procédures d’hémothérapie, en particulier chez les cancéreux qui sont plus immunodéprimés.

RÉFÉRENCES

ALBERTI, Luiz Ronaldo; VASCONCELLOS, Leonardo de Souza; PETROIANU, Andy. Influência da transfusão sanguínea no desenvolvimento de infecção em pacientes com neoplasias malignas do sistema digestório. Arquivos de Gastroenterologia, v. 43, n. 3, p. 168-172, 2006.

ALVES, Vitor Mendonça et al. Pesquisa de aloimunização após transfusão de concentrados de hemácias em um estudo prospectivo. Revista Brasileira de Hematologia e Hemoterapia, v. 34, n. 3, p. 206-211, 2012.

AGÊNCIA NACIONAL DE VIGILÂNCIA SANITÁRIA (ANVISA). Manual Técnico de Hemovigilância – investigação das reações transfusionais imediatas e tardias não infecciosas. Brasília: ANVISA; 2007. 124 p.

BATISTETI, Caroline Belotto et al. O sistema de grupo sangüíneo Rh. Filosofia e História da Biologia, v. 2, n. 1, p. 85-101, 2007.

BRANTLEY, Stephen; RAMSEY, Glenn. Red cell alloimmunization in multitransfused HLA‐typed patients. Transfusion, v. 28, n. 5, p. 463-466, 1988.

BAIOCHI, Eduardo; NARDOZZA, Luciano Marcondes Machado. Aloimunização. Revista Brasileira de Ginecologia e Obstetrícia, v. 31, n. 6, p. 311-319, 2009.

BAPTISTA-GONZÁLEZ, H. A, et al., Anticuerpos irregulares antieritrocitarios fuera del sistema ABO en el periodo perínatal. Bol Med Hosp Infant Mex 1991;48(11):814-19.

BEIGUELMAN, Bernardo. Os sistemas sangüíneos eritrocitários. Funpec, 2003.

BELÉM, Lindomar et al. Descrição de reações transfusionais imediatas na Fundação Assistencial da Paraíba, Brasil. Revista Baiana de Saúde Pública, v. 34, n. 4, p. 810-810, 2010.

CALLERA, Fernando et al. Descriptions of acute transfusion reactions in a Brazilian Transfusion Service. Revista Brasileira de Hematologia e Hemoterapia, v. 26, n. 2, p. 78-83, 2004.

COZAC, Ana Paula. Estudo do potencial antigênico relativo dos antígenos de grupos sanguíneos menores em pacientes sob esquema de transfusão [tese]. Ribeirão Preto: Faculdade de Medicina de Ribeirão Preto, Universidade de São Paulo; 2009.

CRUZ, Roberto de Oliveira et al. Incidência de aloimunização eritrocitária em pacientes poli transfundidos. einstein (São Paulo), v. 9, n. 2, p. 173-178, 2011.

FABRON, Antonio. Estudo da significância clínica de aloanticorpos eritrocitários em pacientes com anemia falciforme. Revista Brasileira de Hematologia e Hemoterapia, v. 23, n. 2, p. 121-122, 2001.

FERREIRA, Bárbara Mendes; JÚNIOR, Milton Rego. Determinação da frequência de anticorpos irregulares pós-transfusionais. Universitas: Ciências da Saúde, v. 13, n. 2, p. 79-86, 2015.

FREITAS Jamilly Vital, et al., Perfil das reações transfusionais em pacientes pediátricos oncológicos. Rev Enferm UFPE. 2014;8(9):3030-8.

HEMOCENTRO UNICAMP. Manual de Orientações para uso de hemocomponentes e derivados. 2008.

MARTINS, Paulo Roberto et al. Freqüência de anticorpos irregulares em politransfundidos no Hemocentro Regional de Uberaba-MG, de 1997 a 2005. Revista Brasileira de Hematologia e Hemoterapia, v. 30, n. 4, p. 272-276, 2008.

MINISTÉRIO DA SAÚDE. “Protocolo Transfusional–Indicação de Hemocomponentes.” Guia para Uso de Hemocomponentes. 2010.

MURAO, Mitiko; VIANA, Marcos. Risk factors for alloimmunization by patients with sickle cell disease. Braz J Med Biol Res. 2005;38:675-82.

NARDOZZA, Luciano Marcondes Machado et al. Bases moleculares do sistema Rh e suas aplicações em obstetrícia e medicina transfusional. Revista da Associação Médica Brasileira, v. 56, n. 6, p. 724-728, 2010.

NOVARETTI, Marcia CZ; DORLHIAC-LLACER, Pedro E.; CHAMONE, Dalton AF. Estudo de grupos sangüíneos em doadores de sangue caucasóides e negróides na cidade de São Paulo. Revista Brasileira de Hematologia e Hemoterapia, v. 22, n. 1, p. 23-32, 2000.

OLIVEIRA, Rodrigo Cunha; BRAGA, Jacqueline Ramos Machado. Frequência de Anticorpos Irregulares em Serviço de Transfusão de Sangue em Salvador-BA, no Período de 2009 a 2013. Rev. Eletrôn. Atualiza Saúde Salvador, v. 2, n. 2, 2015.

RODRIGUES, Romir et al. Aplicabilidade da Fenotipagem Eritrocitária em Doadores Voluntários e Pacientes Politransfundidos. Saúde e Pesquisa, v. 6, n. 3, 2013.

SCHONEWILLE, Henk et al. Red blood cell alloantibodies after transfusion: factors influencing incidence and specificity. Transfusion, v. 46, n. 2, p. 250-256, 2006.

SHIN, Jeong Won. Detecção inesperada de anticorpos de eritrócitos por combinação condicional de LISS / Coombs e testes de gel de NaCl / enzima em um hospital terciário na Coréia: um estudo de 5 anos. Pesquisa de sangue , v. 48, n. 3, pág. 217, 2013.

SHIREY, Sue R et al. Prophylactic antigen‐matched donor blood for patients with warm autoantibodies: an algorithm for transfusion management. Transfusion, v. 42, n. 11, p. 1435-1441, 2002.

SILVA, Rodrigo Andrade et al. VARIABILIDADE DOS SISTEMAS DE GRUPOS SANGUINEOS ABO E RH EM MULHERES DOADORAS DE SANGUE EM PRIMAVERA DO LESTE–MT. Biodiversidade, v. 10, n. 1, 2011.

TRENTIN, Natalia Posser. Prevalência de anticorpos irregulares em doadores de sangue do Hemocentro Regional de Passo Fundo- RS. 2011.

WALKER, Ruth H, et al., Alloimmunization following blood transfusion. Arch Pathol Lab Med. 1989;113(3):254-61.

WINTERS, Jeffrey L et al. RBC alloantibody specificity and antigen potency in Olmsted County, Minnesota. Transfusion, v. 41, n. 11, p. 1413-1420, 2001.

[1] Troisième cycle en hématologie, diplôme en biomédecine.

[2] Diplôme en biomédecine.

[3] Diplôme en médecine.

[4] Conseiller d’orientation.

Déposée : Octobre 2020.

Approuvé : Mai 2021.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here