Surveillance épidémiologique de la Dengue : l’éducation préventive pour les personnes sourdes à travers la recherche-action

0
2005
DOI: 10.32749/nucleodoconhecimento.com.br/saude/vigilancia-epidemiologica
PDF

FREITAS, Heldimar Soares de [1], VIEIRA, Silvio Santiago [2], OLIVEIRA, Euzébio de [3]

FREITAS, Heldimar Soares de; VIEIRA, Silvio Santiago; OLIVEIRA, Euzébio. Surveillance épidémiologique de la Dengue : l’éducation préventive pour les personnes sourdes à travers la recherche-action Magazine multidisciplinaire scientifique du Centre de connaissances, année 1, vol. 4, pp. 60-74 – juillet 2016 – ISSN:0959-2448

RÉSUMÉ

La dengue est une maladie causée par le moustique Aedes aegypti, qui touche la société et constitue un problème grave de santé publique au Brésil et dans le monde. Cet article cherche à comprendre la personne ayant une déficience auditive sur la dengue, besoin d’en connaître, en langue brésilienne de signes (Libras) dans la municipalité de Marituba, situé dans la région métropolitaine de Belém, Pará-Brésil. Afin de faire prendre conscience de l’importance du thème proposé pour les sourds, par le biais de conférences au courant le même sujet traduit/interprétées et aussi dans une langue source dans une langue cible, langue portugaise les livres par le biais de visuel à l’aide de littérature sourde comme une façon d’enseigner, ce qui en fait une meilleure compréhension du sujet en discussion et ayant pour but principal Prenez cette information est d’une importance primordiale pour la personne ayant une déficience auditive, permettant aux personnes sourdes en savoir plus sur la dengue et porvindouro relais leur apprentissage à la communauté sourde.

Mots-clés: surveillance. Épidémiologie. Fièvre dengue. Sourds. Éducation.

1. INTRODUCTION

Depuis la fin du siècle dernier, le monde a retourné son regard aux groupes spéciaux. Ces groupes représentent les personnes ayant une déficience, c’est-à-dire des personnes avec un certain type de déficience qui empêche en tout ou en partie à participer à des activités sociales entièrement régulières. La société est pleine d’exemples de déficiences (lancer, 2013).

Actuellement, les personnes atteintes de surdité sont plus en plus encouragés à intégrer les activités et certainement dans les services que le système offre à tous. Ainsi, les nouveaux modèles d’inclusion seront proposées et testés tout le temps, comme des postes vacants dans les écoles et les marchés publics. Rinaldo (2003), les États que « La Communauté doit apprendre que, lorsqu’un de ses membres est né avec une déficience, tous les membres doivent assumer ensemble l’engagement de construire un environnement inclusif. » Personnes atteintes de surdité représentent un signe que nous sommes tous différents, et que cette différence avant quelque chose de négatif, peut nous conduire à termes d’attitudes plus tolérantes avec ces difficultés.

Ainsi, le système de santé publique, ne peut pas renoncer à ajustement aux besoins de cette clientèle, cela nécessite une grande précision pour la personne sourde sur les sites où les insectes utilisent comme aires de reproduction, afin que chaque personne puisse contribuer plus activement en action, promotion et maintien de leur santé et la personne sourde et/ou auditeur (AB 1998).

Il est donc nécessaire de s’engager comme une mise en garde contre une éventuelle épidémie de dengue, bien que la société a le souci avec la maladie, il reste encore beaucoup à faire, surtout dans les comtés qui ont un système inadéquat de garbage collection et le manque d’installations sanitaires de base (DONALISIO ; GLASSER, 2002).

Moyens de communication quotidienne, circulent informations exprimant de nombreux épisodes, qui sont considérées comme d’une grande importance pour la personne sourde et l’auditeur. L’un des faits qui sont traités par les médias, sont ceux liés aux problèmes dans le domaine de la santé publique, surtout à l’heure actuelle, on peut citer la dengue. Depuis l’antiquité, les entreprises s’intéressant à l’établissement de relations entre les facteurs environnementaux et la santé, à prévenir l’apparition et la propagation de nouveaux cas de maladies comme la dengue (AB, 1998).

Par conséquent, la présente étude vise à sensibiliser la personne ayant une déficience auditive pour le thème sont dans les médias et c’est d’une extrême importance à votre alphabétisation secourir un multiplicateur du devoir de citoyen de la communauté sourde.

At a tout d’abord voulu prévoir ces individus de la même précision de la maladie et causent le vecteur Aedes aegypti, les autres.

La seconde a montré la voie de l’utilisation de la traduction en langue portugaise pour le langage gestuel brésilienne (Libras) d’interpréter le sujet pour une meilleure compréhension de la personne ayant une déficience auditive.

Sur la troisième fois, fournie comme la fièvre dengue dans la ville de thème Marituba-PA par littérature sourde avec exposé à l’aide de la production d’images (classificateurs) à la compréhension des sourds du Canada.

2. MÉTHODOLOGIE

Pour l’élaboration de cet article, nous avons utilisé l’approche qualitative en mettant l’accent sur la recherche-action, comme le dit :

Le participant-méthodologie de recherche d’action s’articule, radicalement, la production de connaissances avec une action éducative, c’est-à-dire étudie d’une part, produit des connaissances sur la réalité étudiée et, d’autre part, effectue en même temps un processus éducatif pour le compteur de cette réalité. Un autre facteur important de se rappeler que ce genre de recherche permet une recherche qualitative. (TOZONI-rois, 2006, p. 7).

Action recherche-mieux comprendre la dengue-a eu lieu à escola Municipal Paulo Freire, dans la municipalité de Marituba, situé dans la région métropolitaine de Belém-Pará, où les matériaux utilisés pour une meilleure compréhension du thème comme : banderoles, tracts et vidéos associés au sujet, où la production littéraire a été utilisée en mode de lecture sur la dengue en langue portugaise (L2) pour la traduction/interprétation pour la chique (L1). Informer sur la maladie et les soins pour l’élimination de l’insecte d’aegypti Aedes qui causent la dengue.

3. RÉSULTATS ET DISCUSSION

3.1 ENTENTE LA DENGUE

La dengue est une maladie non contagieuse infection causée par un virus (BOSCHILIA, 2003). L’institution clinique reconnue de la maladie de 1779 (LOYOLA, 2000).

L’Aedes aegypti est un vecteur de la dengue et est une espèce de moustique originaires d’Afrique, on croit qui ont atteint le continent américain ainsi que les gros bateaux, ce qui porte les esclaves à l’époque de la colonisation par le 16ème siècle. Et le virus qui cause la maladie depuis le continent de l’Asie et le seul admis en Amérique après (NAIR, 2003).

Son étiologie s’établit à l’article 40, lorsque mis au point des techniques de laboratoire appropriées pour permettre l’isolement du virus et sa porvindoura. Pour Teixeira (1999), tout au long de l’histoire, on peut voir que l’incidence de l’épidémie est groupé avec l’arrivée de nouveaux sérotypes en insérant dans ces domaines.

Il existe 4 sérotypes du virus de la dengue, appelée le sérotype 1, 2, 3 et 4. En 1954, le virus de sérotype 2, a été isolé pour la première fois en Amérique, sur l’île de la Trinité-Tobago & mais le virus de la dengue fait que s’intensifier après la Décennie des 60. Le sérotype 1, a présenté son apparition en 1977, en Jamaïque, venant probablement du continent africain. Ensuite les pays d’Amérique du Sud, qui étaient libres de la dengue ont été touchés par une épidémie causée par ce sérotype. Déjà le sérotype 2, venant d’Asie, a été chargé pour la première flambée de fièvre hémorragique s’est produite à l’extérieur de cet emplacement (BRAGA ; VALLE, 2007).

En 1981, il y a eu plusieurs épidémies avec l’introduction du type 4 dans les Amériques, croyant venant des îles du Pacifique. Le sérotype 3, qui était introuvable depuis 1978, a refait surface en 1994 dans les pays du Nicaragua et du Panama. Et en 1995, la fièvre de la dengue était déjà la plus importante maladie virale transmise par les moustiques dans le monde (BARNES ; VALLE, 2007).

Au début de la seconde moitié du XXe siècle, réputé sérum positif à la maladie dans l’Amazonie, la première épidémie a été seulement enregistré en 1982 à Roraima dans la ville de Boa Vista, produites par le sérotype du virus 1 et 4. Il y a aussi des cas de dengue au début des années 1980, avec des flambées de dengue classique dans les États de Rio de Janeiro, Alagoas, Ceará, Pernambouc, São Paulo, Bahia et Minas Gerais (TEIXEIRA et al., 1999).

L’épidémie de Boa Vista, capitale de l’Etat de Roraima, en 1982, a été un jalon dans l’histoire médicale du Brésil et a montré le manque de surveillance Aedes aegypti. Avec cela, l’épidémie a été seulement détectée lorsque la courbe épidémique est en déclin et ne savait pas même le temps que boa vista a été dominée par le moustique. Les sérotypes responsables pour environ 11 000 cas d’infection étaient de sérotype 1 et sérotype 4 (FACACCIO, 2010).

Dans l’état du Pará, deux petites flambées dans l’État ont été signalées en 1995 dans les municipalités de rédemption et de Rondon do Pará, dont sérotype 1 a été isolé. Dans l’état de Tocantins, épidémies se sont produites chaque année montrant des personnes infectées par la fièvre dengue de sérotype 2 (Lion, 1997).

L’Aedes aegypti est l’émetteur principal de la fièvre jaune urbaine et la fièvre dengue dans le monde entier, est venu d’Afrique en Amérique lors de la colonisation et l’esclavage, tout d’abord diffusée dans chaque piste tropicaux en vue de son propre mode de reproduction et est aujourd’hui considéré comme cosmopolite. Les femelles effectuent Ponte sur le mur de n’importe quel récipient, proche du niveau de l’eau (NAIR, 2003).

Au Brésil l’Aedes aegypti a comme son élevage préféré des sites les plus divers récipients pour l’eau domestique et peridomiciliares : pneus inutilisés, bouteilles, bidons, plaques avec fougère en pot, réservoirs d’eau, piscines sans utilisation, parmi d’autres (Figure 1).

prolifération du moustique de la dengue
Figure 1 : Elevage de la prolifération du moustique de la dengue.

Figure 1mostra certains conteneurs où la prolifération des insecte peut se produire. L’alimentation en sang, la copulation et la ponte sont diurnes. On croyait que ce moustique a dispersion active et petit, dépassant rarement les 200 mètres, mais des recherches récentes montre que la capacité de vol de femelles gravides est 700 mètres cubes par jour ce vecteur vit autour de 20 jours (NAIR, 2003).

Tenant le hématophage, tant à l’intérieur et à l’extérieur des maisons, pour la plupart à 07 heures à 10 heures et après 16 à 19 heures. Prédisposition à sucer l’être humain, en particulier dans les jambes, mais aussi des flux sur d’autres animaux. Ce comportement a une grande importance car une femelle épidémiologique infectée peut avoir plusieurs flux de sang court dans des hôtes différents, prenant ainsi le virus de la dengue. Ces particules virales sont inoculés par la salive de l’insecte (NAIR, 2003).

Dans l’évolution du cycle du moustique la dengue (Figure 2), les œufs sont résistants à la dessiccation et peut rester pendant plus d’un an, après contact avec l’eau, les larves peuvent éclore dans les 15 premières minutes. La capacité de dessiccation des oeufs est considéré comme l’un des obstacles pour votre contrôle. Parce que cela permet à que ces oeufs sont transportés sur de longues distances dans des environnements secs.

Figure 2 : le cycle évolutif du moustique de la dengue.
Figure 2 : le cycle évolutif du moustique de la dengue.

La figure 2 fait ressortir le cycle évolutif de l’insecte vecteur. D’où l’augmentation de la population d’Aedes aegypti durant la saison des pluies. Le bogue se distingue facilement par brun moyen couleur générale, montrant un virage serré, rayure noir et blanc de chaque côté de la cage thoracique (mesonoto) et un autre de minces, droites, longitudinal, central, qui forment la figure d’un cri (NAIR, 2003).

Le virus de la dengue appartient au groupe B des arbovirus, famille Flaviviridae, genre Flavivirus. Ce type de genre a une couverture de 60 virus, dont 21 ont été décrits comme étant pathogène pour l’homme. Comprend 4 (quatre) immunologiquement distincts : la dengue dengue 1, 2, 3 et 4 de la fièvre dengue fièvre dengue. Après que la période d’incubation de 4 à 6 jours et cette période peut varier également d’au moins 3 et un maximum de 10 jours, le virus de la dengue est présent dans le sang des patients à la phase aiguë de la maladie. Infection par ces sérotypes chez l’être humain produit une immunité permanente contre un nouveau sérotype, causant une infection, mais l’infection produit seulement une immunité partielle contre les autres sérotypes, c’est-à-dire une immunité temporaire contre d’autres types (VERONESSI, 1991).

L’Aedes aegypti est un vecteur qui agit comme un réservoir, car une fois infecté, les insectes restera toute sa vie avec le virus. L’Aedes plus important est l’Aedes aegypti qui est peut-être le seul vecteur de la dengue dans les Amériques (Lion, 1997).

L’homme tous les sérotypes peuvent causer la fièvre ou la forme hémorragique de la dengue classique avec ou sans choc, ne sais pas ce qu’un type est plus pathogène que l’autre (Brésil, 2006).

Infection par le virus de la dengue provoque une maladie dont l’aspect varie de la façon inapparente ou asymptomatique, mais peut être une évolution de la mortelle (FUNASA, 2002).

La fièvre dengue, dans son classique se caractérise par une tache rouge sur la peau et les petites manifestations hémorragiques, douleurs articulaires, douleurs musculaires, fièvre. C’est la manière, mais fade de la maladie, dont les symptômes régressent environ sept jours, la forme la plus grave, la dengue a des symptômes semblables à la dengue, mais dans les troisième et quatrième jours, commencent à se produire les hémorragies internes, la pression artérielle diminue, le lèvres tourner pourpre, affectent des douleurs abdominales, entre autres symptômes conduisant à la mort (AMABIS, 2006).

Dengue hémorragique survient probablement lorsqu’un patient qui a eu la dengue est exposé à l’infection par un autre sérotype du virus. Et avec cela l’influence mutuelle des facteurs individuels, épidémiologie et le virus lui-même peut favoriser cette condition à l’émergence de cette nouvelle maladie (AB, 1998).

Le diagnostic de laboratoire a une importance principale spécifique dans les zones sans et avec la présence de l’insecte, Aedes aegypti dans les localisations avec transmission établie, mais avec peu de cas. Le résultat pour confirmation en laboratoire peut être fait par isolement du virus, des tests sérologiques, détection du génome et des antigènes viraux (Lion, 1997).

Pour la fièvre dengue classique encore il n’y a pas de traitement spécifique, mais le médicament est uniquement symptomatique avec l’utilisation d’analgésiques et antipyrétiques, et afin d’éviter l’utilisation de salicylates et anti non hormonale, qu’à l’aide de manifestations hémorragiques peut-être apparaître et l’acidose, le patient devrait être invité à rester à la maison et commencer une hydratation par voie orale (FUNASA, 2002).

Toutefois, Ab (1998) nous ramène au fait que nous devons avertir cette hydratation orale seulement, la plupart du temps ne suffit pas, et que dans les cas les plus graves, s’il faut employer l’hydratation par voie intraveineuse avec sérum physiologique et dextrose, jusqu’à ce que la diminution de l’hématocrite et la normalité de la diurèse et la stabilisation du sang pression, donc , les malades de la dengue hémorragique doivent être observés avec soin afin d’identifier les premiers signes de (Figure 3).

Figure 3 : évaluation médicale sur les symptômes de la maladie-la dengue.
Figure 3 : évaluation médicale sur les symptômes de la maladie-la dengue.

La figure 3 représente l’évaluation médicale sur les symptômes de la maladie – fièvre de la dengue. La période la plus critique se produit au cours de la transition de phase fébrile d’afébrile, qui survient généralement au cours de la troisième journée de la maladie. Dans les cas moins graves les vomissements des malades menacent de causer la déshydratation ou acidose, ou il peut y avoir des signes de hemoconcetração, votre réhydratation peut être faite à l’échelle laboratoire (FUNASA, 2002).

Le contrôle de vecteur plus efficace est encore prévention, puisque la transmission implique le cycle homme-insecte-man. La femelle moustique Aedes aegypti, étant vampire se nourrit de sang humain et de mordre une personne infectée, le virus commence à se multiplier au sein de l’insecte, passe à son tour contaminer d’autres. Il n’y a pas de transmission par contact direct d’une personne infectée avec leurs sécrétions, transmettre la maladie à une personne en bonne santé, même pas par les aliments (AB, 1998).

La meilleure méthode encore plus efficace pour réduire l’incidence de la dengue est toujours en contrôle du moustique Aedes aegypti. Visant ainsi à écarter les aires de reproduction, puisqu’il s’agit d’un problème d’assainissement domestique. Le grand défi consiste à faire prendre conscience de la personne/écouteur sourd à l’extermination des insecte pour contrôler la dengue. (AMABYS, 2006)

3.2 TRADUCTION/INTERPRÉTATION DE LA LANGUE PORTUGAISE (L2) À LIVRES (L1)

Apprentissage de la langue portugaise comme L2 (L2-est la deuxième langue parlée. L1-Mother de la langue, c’est-à-dire la première langue) pour la personne sourde doit tenir compte du fait que c’est un processus différent pour les auditeurs, qui apprennent la langue portugaise à la maison, dans les relations familiales.  La plupart des personnes sourdes est livré à l’école sans un langage. Étant entendu que, pour la perte d’audition, ils comprennent l’interagir avec le monde grâce à l’expérience visuelle, exprimant sa culture en utilisant principalement des livres-langue des signes brésiliennes, le fédéral décret no 5 226, du 22 décembre 2005, indique que les élèves sourds sont soumis à une éducation bilingue, dans lequel la langue portugaise, en mode d’écriture , est la seconde langue (L2).

Le fait que le processus se fera par langue visuelle spatiale, veiller à ce que l’école de langue si développer chez les enfants sourds, exige un changement dans la façon dont ce processus a été géré dans le cadre de l’enseignement de la langue des signes comme L1 (STOKOE, 1965, p. 02).

L’auteur commente que les kilos comme L1, développe des compétences communicatives des personnes atteintes de surdité, afin qu’elle peut mener à bien une vision du monde ainsi magnifiée et contextualisée. Tous les humain langue des signes comme langue parlée par les sourds – répond aux critères de créativité, de flexibilité et de polyvalence. Comme la langue est les livres n’est pas superficielle, est donc un langage naturel, qui émerge de la communauté et se transforme au fil du temps, est dynamique et avec contenu absolument illimité. Vous pouvez dire n’importe quoi en livres-étant donné que le sinalizante ont fluage-parce que même en l’absence de mots communs entre livres et en Portugais, il y a possibilité de transmission (traduction/interprétation) de la notion du mot.

En ce qui concerne la possibilité de transmission du concept de la parole, lorsque vous recherchez une conférence concernant la dengue. En tenant compte du fait que, parmi les participants il y étaient sourds, nécessaires à l’utilisation en plus de la langue orale, la langue indiquée : détails des langues naturelles avec canal émetteur-récepteur différenciée. Pour une meilleure compréhension de ce que vous essayez d’expliquer, il illustre une partie du texte de la Conférence sur la prévention de la dengue. On l’observe dans le tableau 1, où les points de la présentation de l’ouvrage extrait interprétés :

Texte en langue portugaise (L2) Texte en livres (LI).
La dengue est une maladie qui peut être mortel si laissé non traité, la personne est à l’origine le moustique « Aedes aegypti. LA DENGUE, MALADIE SOINS-NON, POUVOIR DE LA MORT. DENGUE NAME-E-D-E-S-E-G-Y-P-T-I.

Tableau 1 : texte en langue portugaise (L2) et texte en livres (LI).

L’expression en langue portugaise a été traduite à livres, pour une meilleure compréhension du travail qui a été développé au cours de la Conférence. Pour afficher ce processus de traduction, prévu, faire un petit réveil quant aux différences dans les structures grammaticales de ces langues.

Selon les cadres (2004) :

Une traduction toujours implique une langue écrite. Alors, pouvons-nous obtenir une traduction d’une langue des signes à langue écrite d’une langue parlée, langue écrite de la langue parlée, la langue écrite de la langue des signes, langue des signes à la langue écrite, langue des signes d’écriture pour l’écriture de la langue parlée et la langue écrite pour écrire la langue des signes. L’interprétation toujours implique les langues parlées/marqué, c’est-à-dire dans l’auditif et le Visual-oral-espace. Donc, nous pouvons avoir l’interprétation du langage des signes à la langue parlée et vice versa, la langue parlée à la langue des signes. Il est à noter que le traducteur de terme est utilisé dans une plus large et inclut l’interprétation du terme. (Cadres, 2004, p. 9).

Important si vous remarquer que l’interprétation, il peut être subjective, car elle peut être transmise l’information de diverses manières, y compris par l’utilisation de classificateurs est un type de morphème utilisé en définissant les mains et une propriété physique peut avoir des significations différentes, bien que présent classifieur et expresse à la meilleure compréhension des sourds du Canada (SUPALLA 1982).

La thème « sachant la dengue », proposée dans cet article pour les sourds, est une tentative de combiner des informations tirées de plusieurs sources bibliographiques et dans la pratique, qui généreusement se révèle, sous la forme d’échanges d’expériences, en qui se trouvent sur les sourds, conscients de leur performance sociale dans la promotion de la culture sourde et auditeurs enseignants/chercheurs, fournissant des informations sur la question l’éducation des sourds.

Enfin, une contribution de ceux qui ont pas longtemps retournée le look pour les sourds, face à un professionnel nommé, qui bientôt transformée en enthousiasme et le désire d’en savoir plus et participer à des débats et actions au profit de la communauté sourde, la tâche de construire une société multiculturelle et fraternelle (SALLES, 2004).

Il existe un ensemble de pratiques et d’événements au sein de la culture sourde qui activent la langue de signal et de ses formes d’interaction produisant tous les deux individuellement et alphabétisation sociale qui révèlent sa propre dynamique agir et interagir socialement. Regarder les expériences ludiques produites avec le langage des signes, réalisant la spontanéité en création à présenter textuelle dans les associations des sourds du Canada ont une infrastructure particulière que culturellement et est représenté à travers les récits de sourds.

Analyse également les expériences qui se produisent dans les places dans les écoles où il y avait la possibilité de rencontre sourds-sourds montre également une méthodologie qui met en perspective une forme de création en ce qui concerne les aspects d’un langage visuel, imagerie, expression et représentation artistique du corps.

3.3 LITTÉRATURE SOURDE

Littérature sourde a une proposition similaire à ce qui concerne la littérature brésilienne à l’auditeur en ce qui concerne les œuvres et les auteurs.

Littérature sourde dispose d’une mémoire différente, suivant les cultures qui transmettent leur présence et les récits oraux. Qui se manifeste dans les histoires racontées dans les signes, mais le record des histoires racontées dans le passé demeure dans la mémoire de certaines personnes ou ont été oubliés. « Pour refléter documentation visuelle doit penser que ce mode texte intervient à un moment quand les personnes sourdes ont ouvert les connaissances sur la puissance de production d’images de votre langue. » (DO, 2011, p. 169).

Dans ce contexte, que la Conférence sur la dengue naît de la nécessité de fournir à la communauté sourde, connaissances sur la prévention de la dengue et pour les deux, ancré dans les préceptes de la littérature sourde.

Selon Faria (2011) :

Aujourd’hui, on peut considérer trois types de productions littéraires. La première est liée à la traduction en langue des signes des textes littéraires écrits ; le second est le résultat d’adaptations des textes classiques la réalité des sourds et enfin, le type qui représente vraiment la littérature sourde qui est la production de textes en prose ou verset faite par les personnes sourdes. (DO, 2011, p. 169).

Il était le deuxième aspect qui fait déborder si cette recherche parce qu’il considère que les connaissances préventives sur la dengue fever, c’est une étude classique sur la société en général et dans ce cas, la réalité des sourds, inséré dans ce contexte.

Les sourds font partie d’un groupe visual, une communauté sourde qui peut s’étendre au-delà de la sphère nationale, au niveau mondial. Est une communauté qui traverse les frontières. « Afin qu’ils font partie d’une société nationale, avec une gestuelle propre et cultures partagent avec les gens vos auditeurs pays. » (Tableaux ; SUTTON-SPENCE, 2006).

Cette couverture a tendance à être plus grande, dès le moment qu’enseigner l’écriture gestuelle devienne une partie du cursus scolaire et circulaire dans les productions littéraires.

[…] Il est remarqué que les conteurs sourds cherchent le chemin de la représentation de soi dans la lutte pour la création de l’OMS reconnaissent comment leur identité par le biais de la légitimité de leur langue, leurs façons de raconter les histoires de leurs formes d’existence, des formulaires pour lire, traduire, conception et juger les produits culturels qu’ils consomment, et qu’ils produisent. (KARNOPP, 2010, p. 172).

Outre l’importance des enregistrements de livres, se trouve également plusieurs Littératures, présents dans les associations de sourds, dans les écoles, les lieux de la communauté sourde.

Ces expositions sont d’une grande importance pour la compréhension de la production littéraire en signes. Personnes présentant une surdité, vivant avec les gens, auditeurs sur leur lieu de travail ou avec votre famille, le cas échéant des médias visuels pour couvrir les connaissances et se rapportent aux auditeurs de personnes (Figure 4).

Présentation de la dengue de thème en livres.
Figure 4 : présentation de la dengue de thème en livres.

La figure 4 affiche l’interprétation de la dengue thème en livres avec l’interaction chercheur/professeur et Communauté (sourds et auditeurs), à l’aide de matériel audiovisuel pour une meilleure compréhension de tous.

Il y avait intérêt pour le thème en livres, où le gars sourd qui s’est passé à insérer dans le contexte social et avait une participation active en quête de connaissances, où a réitéré la nécessité de prendre des mesures disciplinaires livres dans les écoles. Les personnes qui ont assisté les auditeurs de la Conférence ont montré l’intérêt dans le sujet et le langage des signes. Et les sourds par la fièvre de dengue compréhension devient cette intermédiation pour la communauté sourde, où elle est insérée. Parce que la culture des sourds réfère aux personnes sourdes elles-mêmes, leurs langues et leur organisation. Les sourds avec la culture sourde s’identifie comme participant (SKLIAR, 1998).

Cependant apportant des informations sur la dengue au sein de la culture sourde, ce compte doit parler de sagesse ou même informer avec propriété en livres et en rendant ainsi l’agent multiplicateur de cette information pour d’autres personnes sourdes.

4. CONSIDÉRATIONS FINALES

La Conférence sur la dengue pour la personne atteinte de surdité chez Paulo Freire à l’école de Marituba dans la région métropolitaine de Belém-Pará, vient de souligner l’acuité de la langue des signes brésilienne à tracter la personne sourde et le destinataire, voir Loi sur les étudiants sourds étaient en mesure de comprendre l’importance de connaître les moustiques et les maladies, et a commencé à inclure dans le thème avec autonomie. Les manifestations des étudiants enseignants et des auditeurs sur l’intérêt d’apprendre les livres d’avoir un contact direct avec la personne sourde a seulement renforcé la nécessité d’obtenir une meilleure connaissance. La personne sourde, sachant ces informations à la dengue, passe à multiplicateurs sur le sujet et prenez votre prévention communautaire (sourds) et la connaissance de la maladie. Car il est bon d’avoir toutes ces informations.

RÉFÉRENCES

AGUIAR, Adriana Chandra. Surveillance épidémiologique texte de soutien. Editeur : Cruz, Rio de Janeiro, 1998.

AMABIS, José Mariano. Fondements de la biologie moderne. 4e édition, Editora Moderna, São Paulo, 2006.

BOSCHILIA, Cleusa. Mini dictionnaire compact de la biologie. 2e édition. Ed. Rideel. São Paulo, 2003.

BRAGA, Ima amin ; Valle, Denise. Aedes aegypti : histoire du contrôle au Brésil. 2007.

Brésil. Ministère de la santé. Fondation nationale de la santé, la Dengue : épidémiologiques Aspects, diagnostic et traitement, Brasilia, 2002.

Brésil, Geraldo Son. Pathologie. 7e édition, Ed. Guanabara. Belo Horizonte. Année 2006.

EXÉCUTER, Rinaldo. Handicap et l’inclusion sociale : construction d’une nouvelle communauté. L’éditeur de l’Université du sacré-coeur. São Paulo. 2003.

DONALÍSIO, Maria Rita, GLASSER, Carmen Moreno. Surveillance entomologique et le contrôle des vecteurs de la Dengue. Bras de l’Apocalypse. Épidémiologie. Vol. 5, no 3, année 2002.

FACACCIO, Roberto. Dans le cas de maladies infectieuses, vol. 1, Atheu. São Paulo, 2010.

Faria, Mary Brito Evangeline de et.al. Langue portugaise et livres : théories et pratiques 3. João Pessoa : Université Editeur UFPB, 2011.

KARNOPP, Lodenir. Littérature sourde. Cours degré et baccalauréat de lettres-livres dans le lointain. Université fédérale de Santa Catarina, 2010.

_________. Littérature sourde. Florianópolis, 2008.

Lion, Raimundo Nonato Queiroz. Infectieuse et parasitaire maladies-amazonienne approche, éditeur Cejup, Bethléem-Man, 1997.

LOYOLA, Carlos Prates Pratão. Dengue dans les Amériques. Colloque sur la dengue. Université de São Paulo. Collège de la santé publique. 2000. p. 48-56.

SNOW, David Parker. Parasitologie humaine, éditeur Atheneu 10 édition. São Paulo. 2003

TABLES, Shana Muller. Le traducteur brésilien et l’interprète de signes et de la langue portugaise : programme national visant à soutenir l’éducation des sourds. Brasília, 2004.

SALLES, Heloisa Maria Maurice. Langue portugaise d’enseignement pour les sourds : voies vers la pratique de l’éducation.  Vol. 1. Brasilia. 2004.

SILVEIRA, texte de h. Rosa Maria et les différences. Dans : 03 lecture de magazine. année 02,Janvier-juin, 2002. p. 19-22.

SKLIAR, C. Surdité : un regard sur les différences. Porto Alegre. Médiation, 1998.

STOKOE, w. c. / Casterline, d. c. / Croneberg, c. g. (1976) : un dictionnaire de langue des signes américaine sur les principes de l’a. Nouvelle édition. Silver Spring, Md : Listok presse.

SUPALLA, t. Structure et acquisition de verbes de mouvement et l’emplacement en American sign language. Ph. D. intitulé dissertation, Université de Californie à San Diego.

Teixeira, Maria da Glória ; BARRETO, Mauricio Lima ; GUERRE, Zouraide. Épidémiologie et prévention de la Dengue. 1999, vol. 8, no 4,

TONOZI-rois, méthodologie de recherche de Marilia de f. c.. Curitiba : IESDE, 2005.

VERONESI, Ricardo ; Maladies infectieuses et parasitaires. Ed. 08. Editora Guanabara Koogan, Rio de Janeiro-1991.

[1] Biologiste. Spécialiste en microbiologie. Bien-versé dans les livres. Collège UNISABER. Courriel : [email protected]

[2] Spécialiste en £, maître e. mathématiques. Collège UNISABER. Courriel : [email protected]

[3] Biologiste. Docteur en médecine tropicale maladies. Maître de conférences et chercheur à l’Université fédérale du Pará – UFPA. Courriel : [email protected] (auteur correspondant).

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here