Procédures de physiothérapie dermatofonctionnelle dans le rajeunissement du visage

0
22
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
5/5 - (2 votes)
PDF

REVUE DE LITTÉRATURE

BESSA, Vicente Alberto Lima [1]

BESSA, Vicente Alberto Lima. Procédures de physiothérapie dermatofonctionnelle dans le rajeunissement du visage. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 06, Ed. 09, Vol. 05, p. 05 à 26. Septembre 2021. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/sante/dermatofonctionnelle

RÉSUMÉ

Le vieillissement est un processus naturel de tout être vivant et représente le déclin inévitable et irréversible des fonctions des structures corporelles. Il favorise également un impact émotionnel et esthétique, de sorte que beaucoup cherchent à le ralentir en maintenant une vie plus saine grâce à une bonne nutrition, à l’exercice et à des procédures esthétiques. Le ralentissement du vieillissement facial est possible grâce à la physiothérapie dermatofonctionnelle qui utilise un arsenal de traitements esthétiques. Cependant, la question suivante s’est posée : quelles sont les principales procédures qui peuvent être utilisées dans le rajeunissement du visage en kinésithérapie dermatofonctionnelle ? Pour répondre à cette question, une étude a été développée qui visait à étudier les principaux traitements esthétiques et leurs effets thérapeutiques utilisés pour garder la peau du visage plus jeune et plus saine. A cet effet, une revue de la littérature a été réalisée sur les traitements esthétiques anti-âge du visage, qui sont disponibles dans les bases de données de PubMed, Semantic Scholar, Scielo, BVS-BIREME et Science Direct. Il a été conclu que les principales procédures utilisées sont : la radiofréquence, le laser, la lumière intense pulsée, la LED, le micro courant, l’électrolifting, le microneedling, la microponction, les peelings, l’acupuncture et les cosmétiques. On peut en déduire que la kinésithérapie dermatofonctionnelle dispose d’un vaste arsenal pour hydrater, nourrir, améliorer le tonus cutané et musculaire, dépigmenter, stimuler la synthèse de collagène et d’élastine, avoir des actions antioxydantes, anti glycation et déglycémiques qui se traduisent par une peau plus complexe. jeune et en bonne santé.

Mots-clés : traitement de rajeunissement, traitement anti-âge, esthétique du visage.

INTRODUCTION

Les projections de l’Organisation mondiale de la santé estiment que plus de 800 millions de personnes de plus de 65 ans dans le monde d’ici 2025 (PORTELA et DUTRA, 2019). Et comme l’espérance de vie de la population a tendance à augmenter, il en va de même pour la recherche de maintenir un niveau de beauté avec une peau jeune, sans imperfections et sans rides. C’est un fait que nous voulons tous vivre plus longtemps et d’une manière saine, tant de gens recherchent un mode de vie plus sain, et dans ce cas sont inclus les procédures esthétiques.

Cependant, chaque être vivant est prédestiné à vieillir et le processus de vieillissement cutané est le résultat de facteurs intrinsèques et extrinsèques qui produisent plusieurs changements dans l’architecture faciale et réduisent progressivement la capacité homéotasique du corps (PEREIRA et al., 2019).

Mais pour répondre aux besoins de l’être humain de rester en bonne santé et beau, la science a beaucoup évolué et, actuellement, il existe plusieurs traitements qui adoucissent le vieillissement du visage à partir de cosmétiques, d’agents physiques, d’acupuncture et même de chirurgies. Bien que la chirurgie esthétique soit très recherchée par les gens pour retarder ou minimiser les signes du vieillissement du visage, il existe d’autres procédures non chirurgicales très efficaces. Ces procédures non chirurgicales ont l’avantage de fournir un rajeunissement de la peau grâce à des techniques rapides et sûres qui contribuent au bien-être de ses sympathisants (PORTELA et DUTRA, 2019).

Dans ce contexte, la physiothérapie dermatofonctionnelle a été un allié de l’être humain pour maintenir la peau plus joviale et saine et corriger certaines de ses imperfections. On sait qu’il existe plusieurs ressources physiques et cosmétiques qui contribuent au rajeunissement de la peau. Par conséquent, la question guide suivante se pose: quelles sont les principales procédures qui peuvent être utilisées dans le rajeunissement du visage en physiothérapie dermatofonctionnelle?

Pour mieux comprendre la performance du physiothérapeute, une recherche de revue de la littérature a été développée, dont l’objectif était d’étudier les principaux traitements esthétiques et leurs effets thérapeutiques utilisés pour garder la peau du visage plus jeune et en meilleure santé.

Une analyse des recherches publiées sur les traitements esthétiques anti-âge du visage a été réalisée, qui sont disponibles dans les bases de données de PubMed, Semantic Scholar, Scielo, BVS-BIREME et Science Direct, couvrant les 13 dernières années. Les descripteurs étaient: traitement de rajeunissement, traitement anti-âge et esthétique du visage. Les critères d’inclusion comprennent des articles, des livres et des articles universitaires en portugais et en anglais qui ont travaillé sur les traitements esthétiques du rajeunissement non invasif et mini-invasif. Les critères d’exclusion étaient les articles sans caractère scientifique et ceux qui traitent des procédures esthétiques qui ne peuvent pas être prescrites par le physiothérapeute.

80 documents ont été recueillis à partir d’articles, de livres et d’articles universitaires qui discutaient du thème, mais 37 articles, 2 livres et 1 thèse pour l’étude ont été sélectionnés.

DÉVELOPPEMENT

Il est nécessaire de souligner que le vieillissement diminue la fonction des organes et des systèmes du corps, y compris la peau. On sait que le vieillissement de la peau est influencé par l’hérédité, mais surtout par l’exposition au soleil. Ces facteurs favorisent les changements épidermiques, tels que: diminution du potentiel prolifératif, dysfonctionnement des mélanocytes, des cellules de Langerhans et des adepitiques dermoïdaires; en plus des changements dans le derme, tels que: réduction de l’épaisseur, de la cellularité et de la vascularité, la dégénérescence du collagène (MORAES, 2008). On peut affirmer que la peau est l’organe qui témoigne le plus du vieillissement (PORTELA et DUTRA, 2019). Cependant, les signes et l’intensité du vieillissement naturel du visage peuvent être réduits grâce à des procédures de physiothérapie dermatofonctionnelle.

Il convient de noter qu’il est possible de classer le vieillissement cutané comme intrinsèque ou chronologique ou actinoscenescence causée par la programmation génétique et extrinsèque ou le photovieillissement dérivé de conditions environnementales externes, telles que l’irradiation ultraviolette, le vent, la chaleur et le tabac.

Pour expliquer le vieillissement, plusieurs théories biologiques ont émergé, cependant, les mécanismes impliqués dans le processus ne sont pas encore entièrement connus. Il existe trois groupes de théories biologiques proposées par Weinert et Timiras : les théories évolutionnistes, les théories systémiques et les théories du vieillissement au niveau moléculaire-cellulaire (TEIXEIRA et GUARIENTO, 2010).

Les théories évolutionnistes expliquent que le vieillissement est lié à de multiples facteurs tels que l’accumulation de mutations qui affectent la santé avec l’âge; les gènes qui sont bénéfiques lorsque la personne est jeune deviennent plus nocifs dans la phase post-reproductive; et les cellules somatiques qui restent saines pour assurer la reproduction, mais qui sont jetables après la période de reproduction. D’autre part, les théories du vieillissement au niveau moléculaire-cellulaire impliquent la possibilité d’erreurs dans la synthèse des protéines; dommages moléculaires accumulés dans l’ADN; raccourcissement des télomères; métabolisme oxydatif qui produit des radicaux libres hautement réactifs; les produits finaux de glycoylation avancée s’accumulent dans les protéines de la matrice extracellulaire au cours du vieillissement; et la mort cellulaire programmée. À leur tour, les théories systémiques abordent les changements dans le système neuroendocrinien qui altèrent l’homéotase; déclin de la fonction du système immunitaire qui augmente l’incidence des maladies auto-immunes; et le rythme de vie qui considère que la consommation d’énergie représente une limitation de la longévité (TEIXEIRA et GUARIENTO, 2010).

Les théories qui expliquent le vieillissement sont importantes pour le développement de la technologie cosmétique et de l’équipement qui peuvent ralentir les dommages cutanés qui peuvent être traités par l’esthétique. Il est évident que les théories du vieillissement ne se limitent pas à la peau, mais se réfèrent à l’organisme dans son intégralité. Cependant, la recherche pour ralentir le vieillissement est un fait. Et en ce qui concerne le vieillissement cutané, la physiothérapie a contribué de manière significative.

Au fil du temps, de grands progrès ont émergé dans les traitements du vieillissement, en particulier avec l’avènement de plusieurs techniques non invasives qui cherchent à traiter la dyschromie, les rides et les rides d’expression, l’affaissement de la peau et des muscles avec des procédures de récupération rapide et sans interférence dans les tâches quotidiennes des clients.

Par conséquent, dans le monde entier, il y a des efforts pour ralentir le processus de vieillissement de la peau et, par conséquent, il y a une croissance du marché de l’industrie anti-âge. Des traitements esthétiques pour la peau ont été constamment proposés, que ce soit par le biais de cosmétiques, d’appareils électroménagers, de chirurgies et de modalités alternatives. Beaucoup recherchent la santé et l’esthétique de la peau, en particulier du public féminin.

Cependant, il est bon de souligner que les traitements esthétiques pour la peau ne sont pas le privilège exclusif du public féminin, car les hommes ont déjà montré beaucoup d’intérêt pour ce type de thérapie. Les mêmes ressources cosmétiques, électrothérapeutiques, thermothérapeutiques et photothérapeutiques utilisées dans le public féminin peuvent être appliquées chez les hommes. Cependant, l’industrie cosmétique a déjà développé une ligne cosmétique exclusive pour hommes (PEREIRA et al., 2019).

Une revue intégrative de l’analyse 8 articles décrit les types de traitements esthétiques qui peuvent être utilisés pour atténuer le vieillissement de la peau. Le résultat de l’étude a indiqué que les procédures les plus couramment utilisées dans les soins de la peau pour lisser les rides, remodeler la peau et améliorer la texture sont: radiofréquence, laser, lumière pulsée intense, LED, microcourants, électrolifting, microneedling, micropuncture, peelings et cosmétiques (NOVAIS et DE SOUZA, 2020). En plus de ces procédures, il existe l’utilisation d’une thérapie alternative, telle que l’acupuncture pour maintenir une peau jeune.

Cette technique millénaire a été incorporée comme alternative thérapeutique par les physiothérapeutes pendant des décennies pour traiter divers types de maladies et, actuellement, c’est un autre allié des techniques anti-aging pour le visage. Il a l’avantage d’être indolore, a un faible coût financier, des résultats rapides et aucun effet colatérien (CRUZ et PEREIRA, 2018). Par conséquent, l’acupuncture peut ralentir le vieillissement du visage, car elle améliore le fonctionnement des organes et des systèmes internes, un fait qui adoucit les lignes d’expression, tonifie les muscles, améliore la vascularisation et la nutrition locale et améliore l’apparence générale de la peau (SANTOS; NASCIMENTO et BRITO, 2018).

On sait que depuis 2003, l’acupuncture est devenue une tendance alternative utilisée dans le traitement anti-âge et ses effets thérapeutiques à cet effet auraient été découverts accidentellement lors du traitement d’autres maladies. Pour la médecine traditionnelle chinoise, l’acupuncture consiste à introduire des aiguilles dans des points du visage et du corps pour assurer un équilibre local et systémique. On sait qu’il existe une correspondance entre le visage et les organes, comme l’oreille qui se rapporte aux reins, la ligne horizontale au-dessus de la lèvre supérieure qui se rapporte aux ovaires et à l’utérus (CRUZ et PEREIRA, 2018).

Pour l’acupuncture faciale, l’aiguille produira deux actions, l’une est locale qui représente une blessure à la peau qui répond avec la production de collagène et d’élastine pour réparer les dommages; une autre est la stimulation de l’équilibre des organes à la suite de la représentation de Zang Fu (organes et viscères) sur le visage (CRUZ et PEREIRA, 2018).

Il existe des preuves scientifiques qui prouvent la réduction des rides du visage par une intervention d’acupuncture. Une étude visant à évaluer l’efficacité de l’acupuncture pour réduire la profondeur, la surface et le volume des rides du tiers supérieur du visage a été réalisée dans le cadre d’un essai clinique randomisé avec croisement partiel. 87 femmes entre 40 et 65 ans avec des rides de grades III et IV sur l’échelle de Glogau ont participé à la recherche. Ils ont été répartis au hasard en 3 groupes : 27 dans le groupe témoin, 31 dans le groupe acupuncture et 29 dans le groupe électroacupuncture. Des évaluations ont été réalisées avant la première séance et après la dernière séance pour mesurer la profondeur, la surface et le volume des rides grâce à une analyse photographique traitée dans deux logiciels libres (ImageJ et IDEA), en plus d’utiliser la checklist  adaptée (Guideline Face-Q et Arizola) la perception des rides et de l’apparence des participants. Les volontaires ont subi 8 séances de 30 minutes, deux fois par semaine. Et on peut voir que dans les groupes d’acupuncture et d’électroacupuncture, il y avait une réduction des mesures de profondeur, de surface et de volume des rides dans la région de la glabelle et du front par rapport au groupe témoin. Il y a eu une amélioration entre la 4ème et la 5ème session (SOUZA, 2020).

Une autre étude qui a abouti à des avantages esthétiques faciaux grâce à l’acupuncture a été menée à l’hôpital universitaire Kyung Hee à Gangdong, en Corée du Sud en 2011. L’étude a émis l’hypothèse que l’acupuncture cosmétique faciale affecte l’élasticité faciale en rétablissant le tonus du muscle mime au repos en insérant des aiguilles dans les muscles de la tête, du visage et du cou. À cette fin, une étude pilote ouverte et à un seul bras a été menée dans laquelle 28 participants étaient admissibles, mais seulement 27 ont terminé l’étude. Les participantes étaient des femmes avec une moyenne de 50,04 ± 6,07 ans (intervalle: 40-59) ans avec le grade III sur l’échelle de Glogau et ont été évaluées avant et après les cinq séances par les critères de topographie moiré et par l’échelle d’auto-évaluation de l’élasticité faciale orientée. Ils ont été soumis à 5 sessions sur 3 semaines. Le résultat a été une amélioration significative observée par la topographie de Moiré et par le score dans l’auto-évaluation de l’élasticité des volontaires (YUN et al., 2013).

En plus de l’acupuncture, il existe des traitements plus conventionnels utilisés dans l’esthétique du visage, tels que la radiofréquence qui est excellente pour améliorer le teint de la peau. Cette caractéristique chauffe les tissus générant un effet tenseur immédiat en raison de la réduction des faisceaux de collagène, mais stimule également l’augmentation de la production de collagène. C’est une excellente méthode non invasive pour tonifier la peau et les tissus mous, qui permet de réduire les rides nasogéniennes, la papauté et une meilleure définition de l’angle cervicomentonien.

On sait que la radiofréquence représente une technologie dans la génération d’une action tissulaire thermique qui favorise des résultats satisfaisants pour atténuer les marques typiques du vieillissement cutané, elle est donc bénéfique pour le processus de rajeunissement du visage. Cependant, l’augmentation de la température peut également causer des dommages cellulaires, il est donc nécessaire de normaliser la température idéale à prescrire dans les traitements. Des études ont conclu que des températures comprises entre 37º et 40º Celsius montrent de meilleurs résultats du traitement des rides et de l’affaissement de la peau (SANTOS et al., 2020).

Il existe plusieurs études qui prouvent l’efficacité de la radiofréquence dans le traitement du vieillissement du visage. Parmi eux, il existe une étude de cas de nature exploratoire de base, quali-quantitative, qui visait à analyser les effets du traitement par radiofréquence sur le vieillissement du visage dans les rides et ridules d’expression, en particulier les sillons périorbitaires et nasogéniques chez les femmes. Dans celui-ci, 5 volontaires âgés de 30 à 50 ans ont été soumis à 9 séances de traitement. Tous ont été évalués avant et après le traitement par radiofréquence au moyen d’une évaluation photographique et de questionnaires. Dans chaque séance, il y avait la désinfection de la peau et l’application pendant 10 minutes de thérapie avec une puissance de 60W dans les séances initiales et de 70W dans les sessions suivantes. La température a été contrôlée entre 39 et 41ºC. À la fin de chaque séance, une crème hydratante pour le visage et un écran solaire FPS 60 ont été appliqués. Le résultat a été un indice de satisfaction et d’amélioration de 9,6 de l’apparence de la peau, tant en ce qui a été l’hydratation que la texture, la fermeté et l’élasticité (CASTRO et MENSCH, 2017).

Une autre étude, menée en 2018, a mis en évidence les avantages de la radiofréquence afin d’évaluer les preuves scientifiques publiées sur ses effets pour le traitement des rides et de l’affaissement du visage. Pour cela, une revue systématique de la littérature a été menée avec une méta-analyse sur la radiofréquence dans le vieillissement cutané du visage. Une étude a été développée qui a évalué la qualité méthodologique des études de radiofréquence dans le vieillissement de la peau du visage sur la base des 27 éléments pointables publiés par Downs et Black dans 16 études. La plupart des études utilisent des enregistrements photographiques, mais 2 ont fait une analyse histologique. Il y a eu une amélioration des régions périorbitaire et nasogénienne par les évaluateurs, de sorte qu’il existe suffisamment de preuves cliniques pour affirmer que la radiofréquence a diminué l’affaissement et les rides dans la région du visage face aux températures élevées (MENDONÇA et al., 2018).

Une étude importante a été menée à l’hôpital de dermatologie de Yongin, Gyeonggi-do, Corée du Sud et a eu la participation de 30 femmes âgées de 30 à 55 ans. Les effets de la luminothérapie de faible puissance (non ablative) ou de faible niveau (LLLT), de l’électroacupuncture (EA) et de la radiofréquence (RF) sur la pigmentation et le teint du visage chez les volontaires ont été étudiés. Les participants ont été divisés en 3 groupes de 10 composantes, c’est-à-dire : le groupe LLLT, le groupe EA et le groupe RF. Deux séances hebdomadaires de 15 minutes ont eu lieu pendant une période de 6 semaines. Et l’analyse du teint de la peau a été effectuée avant et après l’intervention. On peut en déduire que le groupe LLLT n’a pas montré d’amélioration significative de la pigmentation de la peau après l’intervention, mais il y avait une augmentation du teint de la peau dans la région frontale et dans les deux bords des yeux. Le groupe EA a entraîné une réduction significative de la pigmentation sur les bords des deux yeux, ainsi que sur la joue gauche, mais sans changements significatifs du teint de la peau. Le groupe RF a montré une diminution post-intervention de la pigmentation sous l’œil gauche, ainsi que dans les bords des deux yeux et de la joue gauche et a entraîné une augmentation significative du teint de la peau sous les deux yeux. L’étude a conclu que les 3 caractéristiques avaient des effets positifs sur la pigmentation et le teint du visage des femmes adultes (KIM et al., 2016).

Ainsi, la tentative de rajeunissement, notamment au niveau du visage, est possible avec l’utilisation de traitements au laser (light amplification by stimulated emission of radiation, en français: amplification de la lumière par émission stimulée de rayonnement) et avec une lumière pulsée intense (intense pulse light, en français: lumière intense pulsée). La plus grande différence entre le laser et la lumière pulsée intense est que le laser utilise une technologie qui produit un rayonnement électromagnétique monochromatique, cohérent et collimaté (direction unique), tandis que LIP émet des faisceaux de lumière polychromatiques non cohérents, non collimatés (dans plusieurs directions).

Il est à noter qu’il existe plusieurs types de lasers utilisés pour le rajeunissement du visage, car ils sont capables de minimiser les rides, les marques d’expression, les cicatrices d’acné et les taches cutanées et permettent ainsi une apparence plus esthétique. Parmi les lasers utilisés figurent le type CO2, Nd-YAG longue impulsion et Érbium-YAG, mais les plus agressifs pour le resurfacing ablatif sont le laser CO2 et l’Érbium-YA. D’autre part, les lasers les moins agressifs sont les lasers non ablatifs et, actuellement, le laser à fractionnement représente une autre avancée dans les techniques de rajeunissement (SANTOS, 2019).

Par conséquent, les progrès de la technologie ont fourni de nouveaux dispositifs pour le rajeunissement du visage et le traitement des dommages cutanés. Et cela inclut les lasers ablatifs fractionnaires et non ablatifs, bien qu’ils ne soient pas aussi efficaces pour le renouvellement de la peau que les lasers traditionnels, ils peuvent fournir de bons résultats avec des effets secondaires réduits. Il convient de mentionner que la technique fractionnée permet une régénération plus efficace que la non fractionnée, ce qui raccourcit le temps de récupération et réduit les complications (ZACHARY, 2016).

Le laser ablatif fractionné représente une bonne stratégie pour stimuler la régénération du collagène en fonction du chauffage dermique et ce fait conduit à un lifting. Ce fait peut être prouvé avec plusieurs études de terrain, parmi lesquelles il y a une recherche utilisant des lasers fractionnaires non ablatifs 1340nm en haute énergie avec un seul passage et une énergie moyenne avec triple passage pour évaluer le rajeunissement du visage. À cette fin, une étude clinique prospective, unicentrique et comparative a été réalisée à la clinique externe de dermatologie de la Faculté de médecine de Jundiaí. Vingt femmes âgées de 40 à 70 ans y ont participé, avec des phototypes I à IV sur l’échelle de Fitzpatrick et un degré modéré en classification glogau. Les 15 volontaires ont été soumis à 3 séances laser avec un intervalle de quatre semaines et 5 autres volontaires n’ont participé qu’à 2 sessions en raison de l’incapacité personnelle d’y assister. L’hémiface droite des volontaires a reçu trois foulées et un refroidissement de la peau avec le laser fractionné non ablatif 1340nm (appareil SIBERIAN) avec une fluidité de 90mJ et une durée d’impulsion de 5′, 100mtz/cm². L’hémiface droite a reçu un passage avec laser fractionné non ablatif 1340nm, avec une fluidité de 120mJ, durée d’impulsion 5′, 100mtz/cm². Les volontaires ont été évalués sur une période de 6 à 24 mois grâce à une analyse photographique concernant les variables taches, rides, porphyrines et apparence générale. En conséquence, il y avait une diminution des rides des deux côtés, mais l’amélioration des taches n’était significative que du côté droit, mais il n’y avait pas d’amélioration par rapport aux porphyrines. La recherche a conclu que la peau est devenue plus belle et avec une apparence rajeunie, de sorte que le laser émerge comme une alternative sûre et efficace pour le rajeunissement du visage (CAMPOS et al., 2017).

La lumière pulsée intense (LIP) est une autre option pour traiter le vieillissement, car elle peut stimuler l’ajout de collagène et de fibres élastiques avec une diminution des rides et une amélioration de la texture de la cutis. Une étude rapportant les avantages du LIP a été publiée en 2020 et visait à vérifier les avantages de la lumière pulsée intense dans le vieillissement de la peau. Dans cette étude bibliographique, les publications ont été analysées entre 2007 et 2019 à travers les bases de données de Google Scholar, Scielo et PubMed. LIP est une thérapie appropriée pour les peaux âgées puisque cette ressource peut stimuler les fibroblastes à produire du collagène et de l’élastine, réduisant les rides et les marques d’expression, en plus d’améliorer la texture de la peau (STROPARO et DE SANTIS, 2020).

Une recherche menée auprès de 26 femmes entre 40 et 65 ans, de phototypes Fitzpatrick II et III et de grade III sur l’échelle de Glogau a été développée pour étudier l’action de la lumière pulsée intense sur le photovieillissement et sur la réponse immunitaire cutanée. L’étude clinique et histopathologique a évalué les cellules de Langerhans (CD1), l’expression de la molécule d’adhésion intercellulaire, les lymphocytes CD4 et CD8, et la quantification du collagène et des fibres élastiques. Les volontaires ont été évalués histologiquement et immunohistochimiquement avant et après traitement (6 mois), ainsi que photographiquement. La peau a été préparée avec 0,025 % d’acide rétinoïque plus 4 % d’hydroquinone sur le visage pendant la nuit. L’application du LIP consistait en 5 sessions avec des intervalles mensuels avec l’équipement israélien Record 618, qui a une large longueur d’onde (420 à 1100 nm). La durée de l’impulsion unique était de 10 millisecondes, l’énergie 20 J/cm² et le refroidissement par air, 3 passages étant effectués. Les résultats ont été une amélioration clinique de la peau de modérée à sévère dans 76,92 % des cas (p<0,05) ; histologiquement il y avait une augmentation de 51,33 % (p<0,05) des fibres de collagène et de 44,13 % des fibres élastiques ; la quantification des cellules CD1 de Langerhans et des lymphocytes CD8 n’a pas montré de différences significatives, mais il y avait une diminution des lymphocytes CD4 avec une augmentation de la fraction surfacique des petits vaisseaux sanguins dans le derme. Ce fait nous a permis d’affirmer que la LIP favorise le rajeunissement de la peau (PATRIOTA ; RODRIGUES et CUCÉ, 2011).

En plus du laser et du LIP, il existe un autre type de photothérapie largement utilisé dans le domaine de l’esthétique appelé LED (light emitting diode, en français: diode électroluminescente) qui améliore la qualité de la peau. La LED agit par photobiomodulation qui permet de stimuler les réponses antioxydantes, d’augmenter la production d’ATP et, de cette manière, d’agir sur l’amélioration de la qualité de la peau et le rajeunissement (BORGES, SANTOS et MOLZ, 2019).

La photobiomodulation peut être obtenue avec l’utilisation de la photothérapie laser et led dans la plage lumineuse qui correspond à 600-950nm, c’est-à-dire les plages rouge et infrarouge. La photothérapie dans cette gamme de spectre lumineux permet la stimulation des mitochondries pour augmenter la synthèse d’ATP et, en raison de l’augmentation de la production d’ATP, il y a également une augmentation de la production de superoxyde qui agit comme un antioxydant. Ainsi, la photobiomodulation améliore la qualité de la peau et favorise le rajeunissement (BORGES; SANTOS et MOLZ, 2019).

Par conséquent, la led est souvent utilisée dans la thérapie de rajeunissement de la peau en raison de son mécanisme de photobiomodulation. C’est une procédure sûre et indolore et pour valider cette thérapie, plusieurs études ont été développées. L’une des études était une étude expérimentale avec un essai clinique contrôlé et aveugle chez des volontaires âgés de 35 à 55 ans, vivant dans la municipalité de Parnamirim / RN. Les femmes ont été évaluées avec un protocole d’évaluation faciale et une analyse photographique pour évaluer l’angle et la mesure du sulc nasogénien, par le logiciel radiocef studio 2. Ils ont été divisés en un groupe témoin (groupe 1) composé de 20 femmes et un groupe expérimental (groupe 2) formé de 20 autres. Cependant, au cours de l’étude, 16 volontaires ont été exclus pour avoir abandonné ou abandonné le traitement. Étant donné que 8 volontaires appartenaient au groupe 1 et 8 au groupe 2, le résultat de l’étude était lié à 24 volontaires. L’objectif de cette étude était d’évaluer l’effet des LED sur le rajeunissement du visage. Le groupe 2 a été traité par photothérapie avec LED rouge (660nm), une puissance de 20 watts, pendant 20 minutes, dans une fréquence de 2 séances hebdomadaires, pour un total de 16 séances. L’étude a conclu que la led rajeunit le visage, car elle diminue l’hypotonie cutanée mise en évidence par l’augmentation de l’angle nasogénique et la réduction de la mesure du sillon nasogénique (ESTRELA et al., 2014).

Par conséquent, l’intégrité de l’épiderme et la stimulation dans l’augmentation de la production de collagène dans le derme sont possibles avec l’application de techniques de rajeunissement non ablatif. Par exemple, la lumière pulsée intense (LIP) permet un photorejuvé non ablatif. Il convient de noter que LIP n’est pas un laser, mais tout comme le laser non ablatif génère de la chaleur sur la peau sans coupures et est une thérapie qui peut être utilisée contre le vieillissement, l’affaissement et les imperfections de la peau (SANTOS, 2019).

Un traitement moins coûteux pour le rajeunissement de la peau est le microcourant également appelé MENS (Microcurrent Electrical Neuromuscular Stimulation). C’est un type d’électrostimulation qui utilise des courants de faible intensité (microampères) et de basse fréquence, et peut présenter des courants continus ou alternatifs. Ce type de courant a pour caractéristique d’être sous-sensoriel, de sorte qu’il ne génère pas d’inconfort pour le client. La fréquence de l’appareil, en général, peut être aidée entre 0,5 Hz et 900 Hz et l’intensité entre 10 et 1000 μA. Il présente un avantage pour les pièges cutanés vieillis en rétablissant la bioélectricité des tissus, en améliorant l’oxygénation des tissus et en augmentant le transport actif des acides aminés, la synthèse des protéines et l’ATP.

MENS a été fréquemment utilisé dans les traitements esthétiques et il existe des études pertinentes sur son efficacité. Une de ces études a analysé les effets du MENS chez 6 volontaires présentant des rides périorbitaires, leur degré de satisfaction et de tolérance au traitement. Des femmes entre 45 et 60 ans ont été évaluées à l’aide d’une technique non invasive de viscoélasticité cutanée par aspiration. Pour cela, l’équipement Cutometer® MPA580 de Courage & Khazaka Electronic GmbH a été utilisé, qui permet l’analyse des propriétés mécaniques, de la fermeté et de l’élasticité de la peau. Un questionnaire sur l’indice de satisfaction et l’indice de tolérance a également été appliqué. Pour appliquer le MENS, le dispositif Ibramed Neurodyn Esthetic a été utilisé, dont les paramètres étaient : mode continu et forme d’onde carrée monopolaire, avec inversion de polarité toutes les 3 secondes, fréquence 500 Hz, intensité variable de 10 à 990 μA, dans un total de 16 applications réparties en 2 séances hebdomadaires. La recherche a entraîné une augmentation de 54,4% de la fermeté dans la zone périorbitaire gauche et de 53,8% dans la zone droite (p<0,05). L’indice de satisfaction et de tolérance avec le traitement MENS était de 66,67 %, ce qui nous permet d’en déduire que le MENS améliore la fermeté de la peau, contribuant ainsi à l’amélioration générale de son aspect (SANTOS, 2015).

Une autre procédure utile pour traiter les rides typiques du vieillissement cutané est l’électrolifting également appelé galvanopuntura ou microgalvanopuntura. Il s’agit d’une thérapie qui utilise le courant galvanique dans l’ordre de certains microampères indiqués pour le traitement des vergetures, des rythmes et des marques d’expression. Cette thérapie permet d’augmenter la vascularisation, l’action antioxydante, d’augmenter le nombre de jeunes fibroblastes augmentant la synthèse des protéines, de faciliter la migration des kératinocytes et des macrophages qui entraîneront une réparation tissulaire (BESSA et BESSA, 2019).

Une étude de cas menée à Santa Cruz do Sul, dans l’État du Rio Grande do Sul, auprès de 5 volontaires âgés de 40 à 55 ans, a comparé l’efficacité de l’électrolifting seul à l’électrolifting associé à un nutricosmétique pour traiter le vieillissement du visage. Les femmes ont été évaluées par des questionnaires utilisant l’échelle d’estime de soi de Rosenberg (EAR) et un questionnaire de satisfaction modifié (évaluation des résultats faciaux), l’Self Perception Age (SPA) et l’échelle visuelle et analogique (VAS) pour la douleur, en plus de l’enregistrement photographique. Dans le groupe associé à l’électrolifting avec nutricosméctique composé de vitamines A, C et E, le zinc, le sélénium et le collagène hydrolysé a obtenu un meilleur effet rajeunissant sur les rides périorbiculaires que le groupe qui n’a été soumis qu’à l’électrolifting. La perception de la douleur, d’autre part, a subi de légères variations. Les résultats des questionnaires étaient plus satisfaisants dans le groupe d’électrolifting avec nutricosmétique indiquant une augmentation de l’estime de soi, une plus grande satisfaction et un sentiment de jeunesse dans la perception de soi de l’apparence par rapport à l’âge (HELFER et MACHADO, 2017).

Une autre recherche sur l’électrolifting dans le traitement du vieillissement du visage était une étude pré-expérimentale avec 6 volontaires âgés de 34 à 65 ans qui avaient des rides et / ou des rides d’expression sur le visage. L’étude visait à vérifier les effets du courant galvanique grâce à la technique d’électrolifiting dans le traitement des rides et / ou des rides d’expression. Tous les participants ont été évalués pour le type de peau, la couleur de la peau, l’utilisation d’un écran solaire, l’utilisation de cosmétiques et s’il existe des troubles circulatoires ou des cicatrices, en plus des enregistrements photographiques. Le traitement était composé de 10 séances, une fois par semaine et avec une intensité variant en fonction de la sensibilité de chaque volontaire (entre 350 et 400 uA). L’équipement utilisé était le Striat d’Ibramed®. Les résultats de l’étude ont prouvé la satisfaction des participants et la réduction des rides (BARBOSA et CAMPOS, 2013).

Pour stimuler la formation de collagène afin de rajeunir la peau, il est possible d’appliquer une thérapie d’induction percutanée du collagène (IPC) qui est une procédure basée sur l’utilisation de micro-aiguilles qui provoquent des microlésions pour stimuler une réponse au processus inflammatoire. L’IPC peut être obtenu à la fois avec la micropuncture (avec dermographe) et avec le microneedling (avec dermaroller ou dermapen), et la grande différence est que la micropuncture est utilisée pour traiter les lignes et les cicatrices de manière concentrée et ponctuelle. Le microneedling, d’autre part, est une technique qui ralentit une plus grande surface, cependant, sans beaucoup de concentration dans des lignes spécifiques.

On sait que lorsque l’IPC est appliqué, il causera une blessure à la peau qui peut atteindre même le derme. Le perçage à l’aiguille peut briser la barrière cutanée et certains capillaires, ce qui peut provoquer des saignements. Initialement, il y a la libération de plaquettes et de neutrophiles qui sont responsables de la libération des facteurs de croissance de transformation (TGF-α et TGF-β), du facteur de croissance dérivé des plaquettes (PDGF), du facteur de croissance de l’insuline (IGF), du facteur de croissance de l’endothélium vasculaire (VEGF). À son tour, la dissociation des kératinocytes favorise la libération de cytokines (interleukine -1α, interleukine-8, interleukine-6, TNF-α et GM-CSF). Dans une 2ème phase de guérison commence, dans laquelle les neutrophiles sont remplacés par des monocytes et dans cette phase se produit le processus d’angiogenèse, d’épithélialisation, de prolifération des fibroblastes et d’induction de collagène de type III, d’élastine, de glycosaminoglycanes et de protéoglycanes. Les monocytes sécrètent des facteurs de croissance des fibroblastes (TGF-α et TGF-β) permettant la formation de nouveau collagène. À un stade ultérieur, le collagène de type III est remplacé par du collagène de type I qui dure plus longtemps (LIMA; LIMA et TAKANO, 2013).

L’IPC appliqué seul stimule déjà la formation de collagène et rajeunit la peau, mais l’efficacité du traitement sera beaucoup plus grande s’il est associé à des cosmétiques. Il est important de souligner que cette technique facilite la perméat des ingrédients actifs (drug delivery), car les aiguilles ouvrent des canaux qui relient la peau à l’environnement extérieur. L’ouverture de ces canaux sert de passerelle vers des actifs topiques dans les couches les plus profondes de la peau. Par conséquent, il est recommandé de profiter de la technique et d’associer l’actif aux fonctions antioxydantes, hydratantes, blanchissantes, antiglicantes, etc.

L’efficacité de l’administration de médicaments induite par l’IPC a été présentée dans plusieurs études. Une recherche intitulée « l’utilisation de la technique de microneedling associée à la vitamine C dans le traitement du rajeunissement du visage », visait à élucider les mécanismes liés au microneedling et son association avec la vitamine C dans le processus de rajeunissement du visage. Et le résultat a été que l’IPC était efficace dans la perméation de la vitamine C favorisant une synthèse accrue du collagène ainsi qu’une action antioxydante pour rajeunir le visage (GARCIA; LIMA et BOMFIM, 2017).

Une autre ressource importante pour traiter la peau âgée est le peeling qui signifie peeling et se présente de deux types: les peelings chimiques et physiques. Ce sont des procédures non invasives qui éliminent les couches de la peau et stimulent le renouvellement cellulaire, favorisant ainsi la desquamation de la peau. Nécessairement, le peeling chimique utilise des acides spécifiques pour favoriser le renouvellement cellulaire tandis que le peeling physique utilise un processus de ponçage sur la peau.

Le peeling chimique est également appelé chimioexfoliation et est essentiellement un acide qui peut être appliqué par voie topique sur la peau afin d’enlever, de manière contrôlée, les couches de la peau avec une régénération conséquente, ce qui se traduit par une peau plus saine. On sait qu’il existe différents types d’acides et avec différentes concentrations qui peuvent être appliqués pour une action très superficielle, superficielle, moyenne et profonde, c’est-à-dire qu’ils ne peuvent éliminer que la couche cornéenne ou même le derme réticulaire moyen (BESSA, 2020).

On sait que le peeling chimique présente de nombreux avantages pour la peau et est extrêmement efficace dans la lutte contre son vieillissement, combiné au fait qu’il s’agit d’un traitement rapide et qui apporte des résultats dès la première application (FERNANDES et al., 2018).

Une étude de cas dans laquelle un peeling à l’acide glycolique à 10% a été appliqué sur le visage chez un volontaire de 47 ans, phototype II et avec un degré de vieillissement modéré, a été réalisée dans la ville de Cascavel, dans l’État du Paraná. Au total, il y avait 8 séances de 40 minutes avec des pauses hebdomadaires. Le volontaire a été évalué par questionnaire de satisfaction et analyse photographique. Le résultat a été la réduction des signes de l’âge avancé, car la peau est devenue plus douce, uniforme, claire et revitalisée à court terme. Confirmant que l’acide glycolique agit comme exfoliant qui favorise un renouvellement accru de l’épiderme et une uniformité de la pigmentation (ZDEBSKI et al., 2014).

Une autre étude menée en Inde sur les peelings chimiques dans le traitement de la mélanose faciale (mélasma, photomélanose et pigmentation post-acné) a démontré l’efficacité de ce type de thérapie pour la revitalisation de la peau. La recherche était une étude de contrôle aveugle, parallèle et randomisée de 36 cas, 12 cas pour chaque dysfonctionnement dermique (mélasma, photomélanose et pigmentation post-acné). Les volontaires ont été divisés en 3 groupes de 12 avec leurs lésions cutanées élémentaires respectives. Et chaque groupe a été divisé en 3 sous-groupes: groupe 1 à traiter avec de l’acide salicylique (SA) peeling 20% appliqué une fois toutes les 2 semaines; groupe 2 pour le peeling à l’acide glycolique (GA) à 50% appliqué une fois toutes les 3 semaines; et le groupe 3 avec l’acide trichloroacétique (TCA) 15% appliqué une fois toutes les 3 semaines. Le suivi a été fait en classant la satisfaction des volontaires et sur la base de photographies cliniques. Le résultat a été que les peelings de GA, TCA et SA ont fourni une réponse extraordinaire dans le mélasma, la photomélanose et la pigmentation post-acné, respectivement. Les 3 agents de peeling ont été bien tolérés sans effets secondaires significatifs aux concentrations spécifiées testées (CHOUDHARY; DHANDE et SINGH, 2017).

Parmi les peelings qui ont obtenu des réponses satisfaisantes dans le traitement du mélasma qui est une hyperpigmentation dans la peau typique du photovieillissement se distinguent l’acide tranexamique, l’acide ascorbique, l’acide rétinoïque, la solution de Jessner combinée à 15% d’acide trichloroacétique, l’acide glycolique et l’acide manadélique salicylique (BESSA, 2020). En plus d’éclaircir la peau, le peeling chimique améliore l’apparence et la texture de la peau, réduit les rides et les marques d’expression et a diminué l’huile, c’est donc un rajeunissement puissant.

Les peelings physiques sont de trois types: le cristal qui utilise une poudre d’oxyde d’aluminium sur la peau, le diamant qui favorise l’exfoliation à travers une pointe de papier de verre au diamant et l’ultrason qui utilise une pointe métallique qui émet des ondes ultrasonores pour éliminer les cellules mortes de la surface de la peau. Il existe également des peelings physiques formulés avec des substances abrasives véhiculées avec des crèmes, des émulsions, des gels, des gels-crèmes ou des lotions qui éliminent les premières couches de la peau.

Le peeling au diamant est une caractéristique de microdermabrasion qui se compose d’un appareil à pression négative avec un stylo en verre ou en acrylique et des pointes en diamant de différentes tailles de particules (50 à 200 microras). Son utilisation permet l’enlèvement des cellules âgées, stimuler la production de nouvelles cellules et la néocollagénénèse. En général, il est associé à l’application de cosmétiques, mais même son action isolée produit déjà des avantages pour la peau.

Il existe des études cliniques qui prouvent que le peeling au diamant seul ou associé à des cosmétiques est efficace pour traiter le vieillissement du visage. C’est le cas de l’essai clinique non contrôlé composé de 26 femmes sélectionnées pour des raisons de commodité, âgées de 25 à 55 ans. L’étude visait à analyser les effets de la microdermabrasion par peeling au diamant par rapport à son association avec la vitamine C topique. Pour participer à l’étude, les volontaires devraient présenter des signes de vieillissement du visage, tels que: taches, rides et sécheresse. Ils ont été évalués par forme de test de physiothérapie, questionnaire de perception de la qualité de la peau et photographie avant et après le traitement. Ils ont été divisés en deux groupes: groupe A: microdermabrasion avec peeling au diamant et microdermabrasion du groupe B avec peeling au diamant associé à la vitamine C topique, Bio C® Soins à domicile 10% du Bel Col®. Le traitement a duré 4 semaines, étant appliqué une fois par semaine. Dans les deux groupes, le peeling au diamant a été appliqué à 200 microns et avec une pression sous vide de -100 à -200 mmHg, et de la vitamine C a été ajoutée au groupe B dans le groupe B. Chez tous les volontaires, un écran solaire facteur 30 a été appliqué, en plus des orientations concernant son utilisation et d’éviter l’exposition au soleil. En conséquence, une amélioration visuelle a été observée dans les rides fines et les rainures faciales dans les deux groupes et sans différence significative. Cependant, le teint, la texture et l’apparence générale étaient mieux perçus dans le groupe B. Par conséquent, dans les deux groupes, le résultat a été satisfaisant (CAMPOS; CALEGARI et SILVA, 2017).

Le peeling aux cristaux est une autre ressource qui peut être utilisée dans le traitement du rajeunissement du visage. L’équipement fonctionne également avec une pression négative, mais le stylo a deux canules, l’une qui éjecte les cristaux d’oxyde d’aluminium et l’autre qui les aspire de la peau. Les microcristaux sablés à la surface de la peau produisent une microabrasion pour stimuler les mécanismes de réparation et de renouvellement de la couche dermoépidermique.

Un trouble typique de la peau âgée est l’hyperchromie faciale et pour le traiter, il y a un peeling aux cristaux. Il représente une méthode non invasive utilisée pour la revitalisation et le rajeunissement de la peau. Ce type de peeling a été utile pour augmenter l’hydratation et contrôler la perte d’eau, mais ses résultats sont momentanés et obtenus peu de temps après son application et ne durent qu’un jour après son utilisation (DE ALMEIDA et FERRACINI, 2012).

Un autre type de peeling qui peut être utilisé pour traiter la peau vieillissante est le peeling par ultrasons, car il émet des ondes vibratoires qui aident à éliminer les cellules de l’extrait cornéen et de l’excès de sécrétion sébacée, favorisant le renouvellement cellulaire, réduisant l’incidence des formations de comédons, fournissant brillance et vibration à la peau. Cette caractéristique permet une exfoliation superficielle de la peau sans douleur et sans produire d’érythème. Il peut être utilisé seul ou en association avec ionisation. Les autres avantages fournis par cette ressource sont: une hygiène profonde, un blanchiment superficiel, une diminution de l’huile, une oxygénation et une revitalisation améliorées de la peau, l’hydratation de la peau et l’introduction de cosmétiques ionisables (SOUZA et NASCIMENTO, 2015).

Par conséquent, la microdermabrasão est une ressource qui peut être utilisée dans le traitement du vieillissement cutané, car elle est efficace pour réduire l’épaisseur de la couche cornée, augmenter la circulation locale, améliorer l’hydratation et la synthèse du collagène et, par conséquent, améliorer l’apparence de la peau (FERNANDES et DE OLIVEIRA ASUNÇÃO, 2011).

Bien que toutes les ressources électroesthésiques puissent fournir plus de jeunesse et de santé à la peau, les cosmétiques sont essentiels pour améliorer et ajouter les avantages obtenus. Et quand il s’agit d’une peau âgée, il est nécessaire d’agir dans plusieurs points de dysfonctionnement qu’elle présente, de sorte que les actifs sélectionnés doivent avoir plusieurs actions, telles que: hydratation, dépigmentation, antioxydant, antiglicante, desglicante, contrôle du pH, maintien du manteau hydrolipidique, nutrition, firmants cutanés et musculaires, protecteurs contre les UVA, UVB et lumière visible, etc. Un même actif peut avoir plus d’une fonction, il est donc important de sélectionner, dans la mesure du possible, un actif multifonctionnel, car il agira simultanément sur divers changements cutanés.

Un exemple est l’acide lactobionique qui est un puissant antioxydant, hydratant, en plus d’améliorer le retournement cellulaire et la fermeté de la peau. C’est une excellente option pour les peaux photogées et hyperkératinisées sans provoquer de réactions cutanées irritantes (FERREIRA, 2019).

Un autre exemple est la vitamine C ou l’acide ascorbique qui est un actif très commun dans les formulations cosmétiques. Il a une grande efficacité dans l’action antioxydante, mais est également un protecteur dans la synthèse du collagène et de l’élastine, en plus d’être un dépigmenter, il aide donc à ralentir le vieillissement cellulaire de la peau (DE OLIVEIRA, 2018).

Il existe plusieurs ingrédients actifs bénéfiques pour les peaux âgées, brièvement, comme actifs antioxydants, on a: coenzyme Q10, extrait de thé vert, Ginkgo biloba et idébénone; pour l’hydratation, l’aquaderme, l’hydrovance, l’urée de 1% à 10%, l’aquaporine active, l’allantoïne et l’aquaxyl; des actifs raffermissants tels que la densiskine, la rafermine, l’acétoamidobenzoate de diméthylaminoéthanol (DMAE), la liftiline, le vegetensor, le levage facile et le sesaflash; dermorelaxants, argireline, leuphasyl et vialox poder (BORGES et SCORZA, 2016).

Les facteurs de croissance sont également largement utilisés dans le traitement de la peau, car leur carence peut accélérer le processus de vieillissement. Ils représentent un groupe de nombreuses molécules de structure protéique biologiquement active qui régulent le cycle cellulaire, parmi lesquelles se distinguent: PDGF, TGFα, TGFβ, EGF, FGF, KGF, IGF, VEGF et CTGF. Ainsi, plusieurs facteurs de croissance sont utilisés pour favoriser la synthèse du collagène et lutter contre les signes du vieillissement, tels que les rides et l’affaissement du visage (AMARAL et al, 2020).

CONSIDÉRATIONS FINALES

Le vieillissement est une certitude que nous avons tous, cependant, la recherche de la préservation de l’apparence jeune a été une exigence pour l’idéalisation de la beauté. Une bonne alimentation, la pratique régulière d’exercices physiques et de traitements esthétiques peuvent ralentir le processus de vieillissement naturel du corps, y compris la peau.

Cette étude visait à étudier les principaux traitements esthétiques et leurs effets thérapeutiques utilisés pour garder la peau du visage plus jeune et plus saine. Et il a été possible d’observer que la physiothérapie dermatofonctionnelle utilise un arsenal de conduites qui peuvent hydrater, nourrir, améliorer le tonus de la peau et des muscles, dépigmenter, stimuler la synthèse du collagène et de l’élastine, avoir des actions antioxydantes, antiglicantes et desglicante qui se traduisent par une peau plus joviale et saine.

Plusieurs ressources peuvent être utilisées par le physiothérapeute dans le processus de rajeunissement du visage, telles que: radiofréquence, laser, lumière pulsée intense, LED, microcourants, électrolifting, microneedling, micropuncture, peelings et cosmétiques. Toutes ces ressources ont déjà des recherches qui attribuent de la crédibilité à ses effets, par conséquent, justifient sa prescription isolément ou combinée.

RÉFÉRENCES

AMARAL, I.C.C et al. Revisão do uso de fatores de crescimento e suas evidências clínicas em procedimentos estéticos antienvelhecimento. Brazilian Journal of Surgery and Clinical Research, v. 31, n. 2, p. 96-105, jun/ago. 2020.  Disponível em: https://www.mastereditora.com.br/download-3508. Acesso em: 10/07/2021.

BARBOSA, D.F. e CAMPOS, L.G. Os efeitos da corrente galvânica através da técnica de eletrolifting no tratamento do envelhecimento facial. Revista Inspirar: Movimento & Saúde, São Paulo, v. 5, n. 1, p. 1-5, 2013. Disponível em: http://www.inspirar.com.br/wp-content/uploads/2013/03/corrente-galvanica-artigo-292.pdf. Acesso em: 08/07/2021.

BESSA, V.A.L. Tratamento do melasma com peelings químicos. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento, a. 5, ed.3, v. 7, p. 5-18, mar. 2020. doi: 10.32749/nucleodoconhecimento.com.br/saude/tratamento-do-melasma.

BESSA, V.A.L. e BESSA, M.F.S. O eletrolifting como uma alternativa no tratamento de estrias. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento, a.4, ed. 7, v. 11, p. 67-78, jul. 2019. doi: 10.32749/nucleodoconhecimento.com.br/saude/tratamento-de-estrias

BORGES, A.S.; SANTOS, K.C. e MOLZ, S. Fotobiomodulação: mecanismo de ação e eficácia no rejuvenescimento facial. Revista Eletrônica Biociências, Biotecnologia e Saúde, Curitiba, v. 12, n. 24, p. 60-69, maio/ago. 2019. Disponível em: https://revistas.utp.br/index.php/GR1/article/view/2446. Acesso em: 17/06/2021.

BORGES, F. S., e SCORZA, F. A. Terapêutica em estética: conceitos e técnicas. São Paulo, SP: Phorte, 2016.

CAMPOS V. B. et al. Estudo comparativo do laser fracionado não ablativo 1340nm para rejuvenescimento facial: alta energia com passagem única versus energia média e passagem tripla. Surg Cosmet Dermatol, v. 9, n. 3, p. 228-232, 2017 doi: http://dx.doi.org/10.5935/scd1984-8773.20179303. Acesso em: 05/06/2021.

CAMPOS, J.O.; CALEGARI, A. e SILVA, V. G. Os efeitos da microdermoabrasão com peeling de diamante associado à vitamina c tópica no envelhecimento facial. Rev Inspirar Mov Saúde, v. 13, n. 2, p. 11-5, 2017. Disponível em: http://www.inspirar.com.br/wp-content/uploads/2017/05/revista-inspirar-ms-42-476-2015.pdf. Acesso em: 10/07/2021.

CASTRO, E.S. e MENSCH, M. Envelhecimento facial: efeito da radiofrequência nas linhas e rugas de expressões. Revista Saber Científico, Porto Velho, v. 6, n. 2, p. 1-8, jan/dez, 2017. Disponível em:  http://repositorio.saolucas.edu.br:8080/xmlui/bitstream/handle/123456789/2956/Elizete%20de%20Souza%20Castro%20-%20Envelhecimento%20facial%20-%20efeito%20da%20radiofrequ%C3%AAncia%20nas%20linhas%20e%20rugas%20de%20express%C3%B5es.pdf?sequence=1&isAllowed=y. Acesso em: 12/07/2021.

CHOUDHARY, S; DHANDE, S e SINGH, A. Evaluation of various chemical peels in facial melanosis. IP Indian J Clin Exp Dermatol, v. 3, n. 2, p. 85-87, 2017. Disponível em: https://www.ijced.org/article-details/4484. Acesso em: 10/07/2021.

CRUZ, F.L.S. e PEREIRA, L.P. Estética facial: acupuntura no tratamento de rugas. Revista Saúde em Foco, n. 10, p. 181-185, 2018. Disponível em: [email protected] Acesso em: 22/06/2021.

DE ALMEIDA, C. da S. e FERRACINI,  G. N. Eficácia do microdermoabrasão na hipercromia facial: revisão de literatura. Revista Inspirar Movimento & Saude, v. 4, n. 4, p. 6-8, jul/ago. 2012. Disponível em: https://www.inspirar.com.br/wp-content/uploads/2012/09/eficacia-microdermoabrasao-artigo-182.pdf. Acesso em: 10/06/2021.

DE OLIVEIRA, A. C. et. Efeitos do ácido ascórbico no combate ao envelhecimento cutâneo. BWS Journal, v. 1, p. 1-7, 2018. Disponível em: http://bwsjournal.emnuvens.com.br/bwsj/article/view/15. Acesso em: 08/07/2021.

DOS SANTOS, A. S.; OLIVEIRA, F. F. S. S. e CALDAS, É. C. Radiofrequência como coadjuvante no processo de rejuvenescimento facial. Revista Brasileira Interdisciplinar de Saúde, v. 4, n. 1, p. 55-59, 2019. Disponível em: https://revistarebis.rebis.com.br/index.php/rebis/article/download/109/101/232. Acesso em: 10/07/2021.

ESTRELA, J.V. et al. Efeito do led na flacidez tissular facial. Revista Científica da Escola de Saúde, CATUSSABA, v. 3, n. 2, p. 29-36, abr/set, 2014. Disponível em: https://repositorio.unp.br/index.php/catussaba/article/view/577. Acesso em: 10/07/2021.

FERNANDES, A.C.F. et al. Peeling químico como tratamento estético. Revista Saúde em Foco. v. 10, p. 496-502, 2018. Disponível em: https://portal.unisepe.com.br/unifia/wp-content/uploads/sites/10001/2018/07/061_PEELING_QUIMICO_COMO_TRATAMENTO_EST%C3%89TICO.pdf. Acesso em: 22/06/2021.

FERNANDES, M.J.S. e DE OLIVEIRA ASSUNÇÃO, F.F. Efeito do microdermabrasão no envelhecimento facial. Movimento, n. 3, p. 18-23, maio/jun. 2011. Disponível em: https://www.inspirar.com.br/wp-content/uploads/2010/04/MICRODERMOABRASaO.pdf. Acesso em: 17/06/2021.

FERREIRA, L.A. O uso do ácido lactobiônico na pele fotoenvelhecida. Brazilian Journal of Natural Sciences, v. 2, n., p. 73-79, maio, 2019. doi: https://doi.org/10.31415/bjns.v2i2.51

GARCIA, F.S.; LIMA, L.T. e BOMFIM, F.R.C. O uso da técnica de microagulhamento associada à vitamina c no tratamento de rejuvenescimento facial. Revista Científica da FHO|UNIARARAS, v. 5, n. 1, p. 71-80, 2017. Disponível em: http://uniararas.br/revistacientifica/_documentos/art.019-2017.pdf. Acesso em: 17/06/2021.

HELFER, J.B. e MACHADO, G.R. Eletrolifting associado com nutricosmético no fotoenvelhecimento. In Anais Salão de Ensino e de Extensão. p. 155, 2017. Rio Grande do Sul: Universidade de Santa Cruz do Sul. Disponível em: https://online.unisc.br/acadnet/anais/index.php/salao_ensino_extensao/article/view/17110. Acesso em: 19/06/2021.

KIM, H.K. et al. Effects of lowlevel laser therapy, eletroacupuncture, and radiofrequency on the pigmentation and skin tone of adult women. Journal of Physical Therapy Science, v. 28, n., p. 1407–1411, 2016. doi: https://doi.org/10.1589/jpts.28.1407. Acesso em: 17/06/2021.

LIMA, E. V. A.; LIMA, M. A. e TAKANO, D. Microagulhamento: estudo experimental e classificação da injúria provocada. Surgical & Cosmetic Dermatology, Rio de Janeiro, v. 5, n. 2, p. 110-114, 2013. Disponível em: http://www.surgicalcosmetic.org.br/detalhe-artigo/261/Microagulhamento–estudo-experimental-e-classificacao-da-injuria-provocada. Acesso em: 15/06/2021.

MENDONÇA, A.C. et al. Efeitos da radiofrequência no envelhecimento cutâneo: uma revisão sistemática com metanálise. In Anais 4º Congresso Brasileiro de Fisioterapia Dermatofuncional. São Paulo: Associação Brasileira de Fisioterapia Dermatofuncional, p. 19, ago/set. 2018.

MORAES, E.N. Processo de envelhecimento e bases da avaliação multidimensional do idoso. In: Borges APA, Coimbra AMC, organizadores. Envelhecimento e Saúde da Pessoa Idosa, Rio de Janeiro: Fiocruz/ENSP/EAD, p. 151-175, 2008. Disponível em: http://www5.ensp.fiocruz.br/biblioteca/dados/txt_215591311.pdf. Acesso em: 17/06/2021.

NOVAIS, M.D.J.A. e de SOUZA, É.P. Utilização de tratamentos estéticos no retardo do envelhecimento cutâneo: revisão integrativa. ID on line Revista de Psicologia, v. 14, n. 53, p. 950-961, 2020. Recuperado em https://idonline.emnuvens.com.br/id/article/view/2828. Acesso em: 12/07/2021.

PATRIOTA, R.C.R.; RODRIGUES, C.J. e CUCÉ, L.C. Luz intensa pulsada no fotoenvelhecimento: avaliação clínica, histopatológica e imuno-histoquímica. Anais Brasileiros de Dermatologia, Rio de Janeiro, v. 86, n. 6, nov./dez. 2011. Disponível em: https://www.scielo.br/j/abd/a/C55Vkc3pjvckBsssdqkMrLB/?format=pdf&lang=pt. Acessado em: Acesso em: 11/07/2021.

PEREIRA, J. et al. Envelhecimento cutâneo e os cuidados estéticos na pele masculina. Revista Pesquisa e Ação, v. 5, n. 1, p. 26-34, jun. 2019. Disponível em: https://revistas.brazcubas.br/index.php/pesquisa/article/view/564. Acesso em: 12/07/2021.

PORTELA, D.P e DUTRA, R. Inovações terapêuticas para rejuvenescimento facial: uma abordagem biomédica.  Revista Eletrônica Biociências, Biotecnologia e Saúde, v. 12, n. 23, p. 27-38, maio/ago. 2019. Disponível em: https://seer.utp.br/index.php/GR1/article/view/2271/1892. Acesso em: 12/07/2021.

PROVENCIATO, J. M.; CASTRO, N. T. e CARVALHO, F. A eficácia da acupuntura no tratamento de rugas: revisão bibliográfica a partir de relatos clínicos. Humanidades & Inovação, v. 6, n.13, p. 72-76, 2019 Disponível em: https://revista.unitins.br/index.php/humanidadeseinovacao/article/view/1520. Acesso em: 18/07/2021.

SANTOS, A.R.B. O uso do laser não ablativo no rejuvenescimento facial. Scire Salutis, v. 9, n. 1, p. 43-49, jan. 2019. doi: https://doi.org/10.6008/CBPC2236-9600.2019.001.0006

SANTOS, A.S. et al. Radiofrequência como coadjuvante no processo de rejuvenescimento facial. Revista Brasileira Interdisciplinar de Saúde, v. 2, n. 3, p. 55-9, 2020. Disponível em: https://revistarebis.rebis.com.br/index.php/rebis/article/download/109/101/232. Acesso em: 12/07/2021.

SANTOS, E.S. A eficácia da estimulação elétrica por microcorrente em rugas periorbitais. Revista Multidisciplinar da Saúde, v. 7, n. 11, p. 29-36, 2015. Disponível em: https://revistas.anchieta.br/index.php/RevistaMultiSaude/article/view/997. Acesso em: 02/07/2021.

SANTOS, L.R.O.L.; NASCIMENTO, L.O.L.S. e BRITO, J.Q.A. Acupuntura como tratamento do rejuvenescimento facial: uma revisão literária. Id on Line Rev.Mult. Psic., v. 12, n. 40, p. 381-396, 2018. Disponível em: http://idonline.emnuvens.com.br/id. Acesso em: 12/07/2021.

SOUZA, C.G.S. Acupuntura aplicada à estética facial para redução de rugas de expressão: ensaio clínico. (Tese de Doutorado). Universidade de São Paulo, São Paulo, 2020. doi: https://doi.org/10.11606/T.7.2020.tde-24022021-123549.

SOUZA, S. e NASCIMENTO, I.S. Estética facial e avaliação facial.  Indaial: UNIASSELVI, 2015.

STROPARO, L. e DE SANTIS, S.A.C. Benefícios da luz intensa pulsada no envelhecimento cutâneo. Revista Eletrônica Biociências, Biotecnologia e Saúde, Curitiba, v. 13, n. 27, p. 56-67, 2020. Disponível em: https://interin.utp.br/index.php/GR1/article/view/2633. Acesso em: 12/07/2021.

Teixeira, I.N.D.O. e Guariento, M.E. Biologia do envelhecimento: teorias, mecanismos e perspectivas. Ciênc. Saúde Coletiva, v. 15, n. 6, p. 2845-2857, set. 2010. doi: https://doi.org/10.1590/S1413-81232010000600022.

YUN, Y. et al. Efeito da acupuntura cosmética facial na elasticidade facial: um estudo piloto de rótulo aberto e de braço único. Medicina Alternativa e Complementar Baseada em Evidências: eCAM, v. 2013, p. 1-5, jul. 2013. doi: https://doi.org/10.1155/2013/424313

ZACHARY, C. B. Facial Rejuvenation: 40th Anniversary Review. Seminars in Cutaneous Medicine and Surgery, v. 35, n. 6 Suppl, p. S122–S124, 2016. doi: https://doi.org/10.12788/j.sder.2016.039

ZDEBSKI, A.C. et al. Utilização do ácido glicólico a 10% para revitalização de peles maduras. Revista Thêma et Scientia, v. 4, n.1, p. 127-130 jan/jun. 2014. Disponível em: https://www.fag.edu.br/upload/arquivo/1431177663.pdf. Acesso em: 12/07/2021.

[1] Prof.

Publié : Juillet 2021.

Approuvé : Septembre 2021.

5/5 - (2 votes)
Master en sciences de la motricité humaine; Spécialisation en entraînement sportif et entraîneur personnel; Spécialisation en gymnastique médicale; Spécialisation en sujets avancés en physiothérapie; Spécialisation en physiothérapie dermatofonctionnelle; Spécialisation en langue portugaise; Diplômé en physiothérapie; Technologue en esthétique et cosmétique; Baccalauréat et diplôme en éducation physique; Diplôme en lettres; Diplôme en pédagogie.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here