Les influenceurs numériques et l’image de soi en tant que produit du comportement des consommateurs

DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!
Rate this post
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
Email

CONTEÚDO

REVUE

ABREU, Liliane Alcântara de [1], MELO, Natalia Sayuri [2], SOARES, Pamela Cristina [3], NUNES, Letícia Monteiro [4], SILVA, Gabriella Braga Dias da [5], MENDES, Matheus Passos [6]

ABREU, Liliane Alcântara de. Et al. Les influenceurs numériques et l’image de soi en tant que produit du comportement des consommateurs. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. Année. 07, éd. 01, Vol. 05, p. 05 à 33. Janvier 2022. ISSN : 2448-0959, Lien d’accès : https://www.nucleodoconhecimento.com.br/psychologie-fr/comportement-des-consommateurs

RÉSUMÉ

Cet article est le résultat d’une étude de psychologie axée sur le comportement des individus nommés influenceurs numériques et de leurs abonnés. Le problème du guide a été résolu sur la question: qu’est-ce qui rend les sujets sensibles aux changements de comportement afin que la commande de quelqu’un d’inconnu? Ainsi, l’objectif général s’est concentré sur la façon dont les influenceurs agissent dans les espaces virtuels et leur impact sur le comportement des individus qui les accompagnent. Les hypothèses ont été supposées que les influenceurs doivent créer et maintenir des concepts de bonheur; pour cela, ils soulèvent des moyens de s’exposer, avec cela, de nombreux individus, dans la société contemporaine, développent des maladies psychiques, en raison de ce besoin d’exposition. En tant que méthode, la recherche était basée sur l’observation et l’analyse de six influenceurs brésiliennes, dans les groupes d’âge de 20 à 25 ans et de 35 à 40 ans, en observant leurs modes de vie, les sujets abordés et les commentaires produits par les partisans et les haters (expression étrangère qui définit les utilisateurs sur Internet qui propagent des discours de haine). Une revue de la littérature a également été réalisée pour la discussion théorique à la lumière de certains chercheurs afin de comprendre et d’expliquer ce phénomène. En tant que résultats et conclusions, il a été remarqué que de nombreux influenceurs, adeptes et même haters seraient en symbiose avec le narcissisme, la peur de l’exclusion, l’invisibilité et la recherche du bonheur complet. D’autre part, il a été possible de détecter que d’autres influenceurs produisent des informations d’augmentation sociale de manière utile et positive.

Mots-clés : Comportement; Influenceurs; Numérique; Psychologie; Société.

1. INTRODUCTION

Le phénomène choisi par les auteurs de cet article pour les observations était les influenceurs numériques. Aussi connus sous le nom d’influenceurs numériques, d’influenceurs ou de créateurs de contenu, qui sont des personnes qui possèdent la capacité de suggérer à travers leurs discours la vie d’autres personnes, en prenant des décisions sur la façon d’agir, de penser, de vivre et principalement de consommer. Ces influenceurs utilisent les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, Youtube, TikTok) comme moyen de communication avec leurs abonnés et utilisent ces plateformes pour discuter de sujets quotidiens et même d’agendas sociaux tels que la politique, le féminisme, le racisme et la grossophobie. De plus, c’est à travers leurs réseaux qu’ils influencent et encouragent la consommation, qu’il s’agisse de contenus, de produits ou d’idéaux.

Ce phénomène a été choisi par le groupe, car il y avait un intérêt à comprendre à quoi ressemble ce nouveau marché des influenceurs numériques et comment ces sujets peuvent atteindre d’autres personnes, en l’occurrence des femmes, qui consomment leurs publications. Par conséquent, il était nécessaire de répondre au problème du guide: qu’est-ce qui rend les sujets sensibles aux changements de comportement grâce à la commande de quelqu’un d’inconnu?

Par conséquent, l’objectif général s’est concentré sur le rôle des influenceurs numériques dans les espaces virtuels et leur impact sur le comportement des individus qui les accompagnent. En conséquence, les objectifs spécifiques se sont élargis pour comprendre comment l’influenceur agit devant son public cible ; à assimiler comment la performance de l’influenceur peut induire des processus de consommation, et à comprendre quels sont les impacts sur le comportement des individus qui acceptent ou rejettent le contenu des influenceurs.

Par conséquent, l’équipe a élaboré des hypothèses pour trois hypothèses qui pourraient être confirmées ou réfutées à la fin de la recherche: les influenceurs numériques doivent créer et maintenir des concepts de bonheur; ils donnent lieu à des façons nouvelles et intenses de s’exposer en tant que produit de consommation, et de nombreux individus dans la société développent massivement des maladies psychiques, telles que le narcissisme exacerbé en raison du besoin élevé d’exposition.

Le point central d’observation est resté essentiellement dans le phénomène de la figure de l’influenceur numérique. De ce point de vue, l’équipe a interrogé le contenu produit sur Youtube et Instagram de six influenceurs brésiliens, âgés de 20 à 25 ans et de 35 à 40 ans. On a observé les présentations faites, les modes de vie, les sujets abordés et les commentaires produits par les adeptes et les haters, principalement des femmes.

Le fondement théorique a été obtenu par l’analyse des penseurs: Michel Foucault (2001; 2019), avec le soutien de Cecília Coimbra et Maria Livia Nascimento (2001) sur les principes d’exclusion et les jugements de l’autre socialement. Pierre Bourdieu (2007) et Mary Douglas et Baron Isherwood (2009) apportent le bref soutien de Liliane Abreu (2013), la perspective anthropologique des modèles sociaux pour expliquer le système de consommation. Ce contenu est également amplifié par les  propositions de renforcement de Zygmunt Bauman (2008a; 2008b; 2009) et William Baum (2019), qui discutent des peurs pour faire taire (et affronter) de nombreux individus, ou donner la parole à ceux qui manipulent la masse pour des comportements haineux et aliénants. Han Byung-Chul (2018) donne la compréhension du phénomène d’annulation (terme utilisé sur Internet pour exclure les individus, qui présentent des commentaires ou des attitudes considérés comme socialement offensants). Burrhus Skinner (2000), Robert Hall (1975), Márcio Moreira et Carlos Medeiros (2007), montrent comment se produisent les processus de likes et de dislikes. Marilena Chaui (2011; 2012; 2017) souligne l’inversion des discours, de la réalité et de la façon dont l’appropriation idéologique des discours s’intègre également dans les comportements narcísiques par la vision psychanalytique clinique de Sigmund Freud (1972; 2011), Jacques Lacan à travers Vladimir Safatle (2007) et David Zimerman (2004). Comme cela relie et sous-tend le besoin intense de renforts chez les individus pour concrétiser leurs utopies dans l’univers virtuel contemporain, c’est ce qui sera présenté dans cet article.

2. PROCÉDURES

Les observations, études conceptuelles et analyses pour comprendre ce thème social contemporain du phénomène connu sous le nom d’influenceurs numériques, ont eu lieu au deuxième semestre (août à novembre) de 2020 dans le cadre d’un travail académique du cours de psychologie, pour l’Université Paulista-UNIP/ SP.

Deux membres de l’équipe ont été chargés d’observer dix (dix pour chaque membre) les publications d’une influenceur (femmes cisgenres) entre 20 et 25 ans et l’interaction avec leurs abonnés. Deux membres de l’équipe ont été chargés d’observer dix (dix pour chaque membre) les publications d’une influenceur (femmes cisgenres) âgées de 35 à 40 ans et d’interagir avec leurs abonnés. Deux membres de l’équipe ont été chargés d’observer cinq messages d’une influenceur (femme cisgenre) âgée de 35 à 40 ans, et cinq messages d’une influenceur (femme transgenre) âgée de 20 à 25 ans; observant également l’interaction avec les adeptes des deux. Ainsi divisés, six influenceurs connus des médias numériques ont été observés : Gabriele Pugliese, a gardé l’identification comme G.P.; Gabriela Loran identifiée comme G.L.; Lorrane Silva identifiée comme L.S. (mais à d’autres moments, il peut apparaître comme P.Q., par son surnom de Pequena Lo); Ellora Haonne sera identifiée comme E.H.; Tarine Gulusian qui sera identifiée comme T.G.; Maíra Medeiros représentée par la lettre M. Au moment des observations et des analyses, les influenceurs ont présenté les données suivantes :

Gabriela Pugliesi est une femme blanche, blonde, riche et familiale de 35 ans qui était à l’origine riche. C’est la femme influenceur avec beaucoup d’adeptes virtuels au Brésil, ayant une chaîne sur Youtube (703 000 inscrit), et agit toujours sur des plateformes telles qu’Instagram (4 200 000 abonnés) et Facebook (111 958 abonnés). Dans ce dernier, elle se présente comme une « influenceuse digitale et femme d’affaires ; a lancé ses réseaux sociaux en 2013 (…). Sur sa chaîne YouTube, il reçoit et interviewe des personnalités dans son émission ‘Vendi Meu Sofá’ ».

Gabriela Loran est une actrice transsexuelle de 24 ans (la première actrice trans de la série télévisée Malhação). Elle dispose d’une chaîne sur Youtube (9 530 inscrit), et opère également sur des plateformes telles qu’Instagram (55 600 abonnés) et Facebook (1 586 abonnés).

Lorrane Silva a 24 ans. Il est né avec un syndrome encore inconnu des médecins qui compromet ses membres inférieurs. L’influenceur utilise des béquilles pour la locomotion. Il a des abonnés sur Instagram (4 300 000 abonnés) et le réseau social TikTok (plus de 5 millions d’abonnés). Elle utilise ses réseaux pour traiter avec humour sa vie et ses difficultés quotidiennes.

Ellora Haonne a 25 ans et possède une chaîne YouTube (1 410 000 inscrit) et un compte Instagram (527 000 abonnés). Elle est l’auteure du livre « Por todas nós: conselhos que não recebi sobre luta, amor e ser mulher ». Dans ses réseaux, il produit du contenu sur le féminisme, la sexualité, les relations, la connaissance de soi, l’estime de soi, entre autres.

Tarine Gulusian est une influenceuse numérique de 35 ans. Mère de trois enfants, les deux premiers de parents différents et le plus jeune fruit de la fécondation in vitro. Il dispose d’une chaîne sur Youtube (434 000 inscrit) et Instagram (277 000 abonnés), où en plus de diviser sa vie par des histoires, il effectue également de la publicité et de la diffusion. Elle a également quelques chaînes secondaires plus petites et gère la page Instagram de sa boutique de pyjamas, appelée La Bella Plume (9 193 abonnés).

Maíra Medeiros a une chaîne YouTube intitulée « Nunca Te Pedi Nada » (1 million d’inscrits). Le créateur de contenu est diplômé en publicité, enseigne l’anglais depuis plus de dix ans et a été éditeur de contenu Web pour d’autres créateurs. Elle a lancé la chaîne en croyant que des sujets tels que l’autonomisation et l’acceptation des femmes n’étaient pas dits et méritaient d’être abordés. De plus, il fonctionne sur la plateforme Instagram (741 000 abonnés).

Les points observés par chaque membre de l’équipe :

  • De l’influenceur: comment elle s’est présentée; ce qu’il vendait comme style de vie; comment il se comportait et communiquait; ce qu’il a dit comme référence à la façon dont ses disciples devraient se comporter, consommer ou quoi faire.
  • Des adeptes: comment ils ont interagi; la façon dont ils communiquent; comment ils se sont comportés; comment ils se sont présentés; ce qu’ils considéraient comme important dans leur vie à partir de cette interaction avec l’influenceur.

Alors que les membres du groupe faisaient des observations avec des influenceurs différenciés, le couple a remarqué trois principaux points forts potentiels: 1- mode de vie (vie personnelle, humeur, style de vie / routine); 2- les enjeux sociaux actuels (modèle esthétique/beauté, machisme, déconstruction, discours de haine) ; et 3 – la consommation (de vous, de l’autre, de produits et de publicité). Il est important de souligner que ces points sont le plus souvent entre eux et en même temps éloignés les uns des autres, dans une dichotomie constante. Par conséquent, ils devaient être considérés simultanément comme des aspects indépendants et globaux au sein d’un même phénomène. C’est précisément pour cette raison que l’équipe a fini par devoir subdiviser en catégories cette analyse initiale, même pour trier et comprendre ce qu’elle rencontrait. De plus, les influenceurs choisis ne couvraient pas un point de contenu commun, comme tous parler de la conduite (aliénante) de l’esthétique de la beauté, ou de la politique, ou de tout autre sujet commun entre tous. Chacun des influenceurs numériques a abordé des agendas différents, ce qui nous a amenés à la question initiale: pourquoi tant de gens suivent-ils et font-ils ce que ces influenceurs disent, même s’ils sont différents? « Qu’est-ce que ces différences peuvent avoir en commun ? » et « qu’est-ce qui pourrait unir si fortement ces influenceurs à ces adeptes ? »

3. DISCUSSION

Pour l’élaboration de cet article, le groupe est tombé sur plusieurs sujets dichotomiques, mais avec des points plus perceptibles et constants dans l’ensemble de la subjectivité et des comportements sociaux analogues. Certains de ces points se présentaient dans le besoin du sujet d’être vu, aimé (voire idolâtré dans certains cas), et reconnu par l’image de soi. De plus, la matérialisation des discours de haine, l’instanciation et l’obsolescence des relations étaient des aspects communs, que ce soit chez les influenceurs ou chez les abonnés, fonctionnant comme une symbiose, c’est-à-dire comme une dépendance émotionnelle de l’autre. Par conséquent, les observations de ces différents influenceurs ont déclenché la perception des trois principaux groupes comportementaux qui constituaient cette discussion théorique: le mode de vie (vie personnelle, humeur, style de vie / routine); les enjeux sociaux actuels (modèle esthétique/beauté, machisme, déconstruction, discours de haine); la consommation (de vous, de l’autre, de produits et de publicité). Tous, cependant, sont des aspects indépendants et globaux au sein du même phénomène d’accepter d’être influencé par quelqu’un et de ne pas élaborer ses propres convictions.

La subjectivité humaine peut être comprise comme un produit résultant de toutes les expériences que l’on a avec le monde et qui affectent cet individu. Michel Foucault (2001; 2019; apud COIMBRA; NASCIMENTO, 2001) dans Histoire de la folie à l’âge classique, comprend la subjectivité comme un mode de vie. En tant que corps et esprit, ce sujet concerne tout et tout le monde, suscitant de là, la rétention, la réaction et même la création d’interactions de leur traitement émanant de la société. Par conséquent, les transformations positives ou négatives qui se produisent chez quelqu’un, apparaissent comme des marques individuelles et liées à l’environnement social, se reflétant toujours dans leurs comportements. Foucault souligne également que ce mécanisme socioculturel donne lieu à des discours déformés et à un public qui classe, condamne et perpétue certaines pratiques institutionnalisées de dégradation de ceux qui se trouvent dans des situations d’invisibilité.

Dans ce scénario, l’avènement de l’an 2 000 (d.C.) la contemporanéité actuelle a accéléré les potentialités technologiques qui avaient déjà émergé au cours des décennies précédentes. Avec cela, Internet est devenu populaire et a apporté avec lui des réseaux sociaux. L’union de ces réseaux sociaux et la possibilité technologique de produire des vidéos personnelles via des appareils mobiles ont déclenché la forte exposition des individus cherchant l’approbation de soi-disant likes. Un processus comme celui que Skinner (2000) a montré dans son interaction des cobayes avec l’environnement par le stimulus et le renforcement, et que nous ne pouvons pas être immatures en ignorant ces études, même si elles proviennent d’autres lignées antagonistes dans le domaine de la psychologie elle-même.

Les sujets sont progressivement modélisés, pour provoquer une nouvelle réponse comportementale, et recevoir un renforcement de aime ou de likes. L’excès de vidéos, principalement, mais avec du matériel provenant de divers messages, y compris par l’écriture – réalise le renforcement par la réponse immédiate, fournie par les likes, créant ainsi une grande motivation pour la continuité de la production de messages. Dans tous les cas, la continuité de cette stimulation comprise comme positive favorise en termes émotionnels une euphorie chez les sujets, rendant l’univers virtuel extrêmement séduisant. Ainsi, en général, les individus peuvent avoir des réactions émotionnelles variées en raison de la subjectivité et de l’histoire de chacun, allant de l’euphorie (lorsqu’ils reçoivent les likes), de la frustration et de la colère (lorsqu’ils sont ignorés ou contredits) et / ou de l’immédiateté constante (ne soutenant pas le retard des réponses de tiers dans les interlocutions). Et cela s’étend aux sujets qui interagissent sous la forme d’adeptes, en particulier lorsque, par exemple, une célébrité parle en vidéo du nom d’une personne inconnue qui la suit ou répond par écrit, car les gens ont tendance à réagir avec une grande émotion, démontrant des comportements euphoriques. D’autres qui suivent cet événement, créent l’attente que la même chose se produira avec eux, constituant un engrenage consécutif de renforcements positifs.

Selon Hall (1975), le raffinement est tout ce qui (évènement ou conséquence de stimulus) augmente la force ou la probabilité qu’un certain comportement se répète, c’est-à-dire que le comportement produit des conséquences et est contrôlé par elles. Les compliments, bonus et autres actions appliqués immédiatement après (immédiatement) une action souhaitée, agissent comme un renforcement du comportement et avec un effet maximal. Plus le renforcement dans un comportement désiré est rapide et immédiat, plus il devient efficace, comme l’avènement des likes. Moreira et Medeiros (2007) citent que les renforcements naturels tels que l’éloge et l’admiration, bien qu’extrêmement puissants. Ainsi, le raffinement continu à une fréquence élevée tend à la satisfaction délibérée de l’individu et à l’attente de vouloir plus.

Les plateformes numériques telles que Facebook, Instagram et Youtube, par exemple, ont de plus en plus changé pour fournir de plus en plus de ressources dans le but de diversifier la façon dont le contenu peut être créé, ce qui entraîne un séjour plus long pour ses membres. Il est important de comprendre que ces ressources ne sont pas créées sans raison, mais plutôt, ce sont des stratégies pour diversifier les possibilités d’une entreprise de diffuser sa publicité, en donnant de l’espace et des outils afin qu’ils puissent rendre de plus en plus naturel la diffusion d’un produit ou d’un service. D’ailleurs, cela touche un personnage qui a fortement émergé ces dix dernières années : l’influenceur digital ou influenceur.

Dans les livres The art of life et S’acheter une vie, Bauman (2009; 2008b) considère que pour comprendre la dynamique de l’univers virtuel et de ses phénomènes, il faut d’abord comprendre qu’il existe des structures générationnelles qui sont influencées par les modes de vie de leur temps, bien avant les manipulations de la conduite du marché. Ainsi, il note que la vision du monde pour les gens d’aujourd’hui est différente des individus d’antan, parce que, ce qui était important pour les seconds, n’ont pas la même valeur pour les premiers.

Bauman (2009) fait une comparaison entre les générations et mentionne que si la précédente devait peindre une image, elle serait plus méticuleuse, serait plus prudente lors du choix des solvants et ferait d’une manière qui maintiendrait la fraîcheur des couleurs pour l’éternité. La génération actuelle, l’autre année, chercherait des moyens d’imiter les artistes les plus célèbres; des artistes que personne ne sait quels chemins ont suivis et qui vivent à la merci du destin, et il n’y a rien qui puisse être affirmé, car tout peut arriver. Les installations sont fragiles car on sait qu’elles ne survivront pas jusqu’à la fin de l’exposition, et de cette façon, d’autres émergeront bientôt pour faire une nouvelle présentation. Par conséquent, l’auteur mentionne que les jeunes ne sont pas comme des œuvres d’art, ils sont comme des papiers peints; par conséquent, ils doivent être constamment mis à jour.

Le philosophe explique aussi le fait qu’un mode de vie actuellement recommandé par le marché, commande l’impulsion de consommer et de se comporter, et ce même style vient non seulement d’un porte-parole, rémunéré ou bénévole, mais aussi des gens du public. Ce mode de vie peut également être perçu même comme une forme de liberté personnelle, mais lorsque la personne choisit de rechercher une autre forme d’identité, elle est rejetée ou refusée, et à partir de là, elle se rendra compte à quel point cette liberté est courte. Les personnes qui maîtrisent de tels styles finissent par acquérir un statut de pouvoir, et l’auteur l’a comparé aux administrateurs d’une piste de course, où ils surveillent les entrées et travaillent en parallèle en encourageant les participants à courir de plus en plus. De plus, il souligne que seuls ceux qui décident d’être insoumis savent à quel point la punition est sévère. Sa perception est que la société était organisée comme une communauté de consommateurs. Pour cela, un moyen a été créé pour générer une condition inséparable du citoyen contemporain. Pour vivre en société et ne pas être exclu de la hiérarchie sociale, il faut consommer.

Toujours selon le philosophe, tout se fait à partir de la manipulation et de la conduite d’entreprises et de professionnels spécialisés dans l’univers du comportement et de la consommation, qui incluent chez les individus la compréhension de la sécurité personnelle et de l’appartenance sociale lorsqu’ils participent à un certain groupe de consommation. Comme, ils utilisent certains produits qui se réfèrent à un mode de vie, fonctionnant comme un totem social. Bauman (2008b) évoque Douglas (DOUGLAS et ISHERWOOD, 2009) pour expliquer que le sujet en bas aurait peur du rejet et de l’exclusion sociale, et donc favoriserait tout comportement de consommation matériel ou immatériel.

Cela se produirait, selon Douglas et Isherwood (2009; apud ABREU, 2013), parce que les sociétés seraient construites par l’économie du don, un cycle continu de donner, de recevoir et de redonner. C’est une référence aux bases de consommation qui servent à la fois la société industrielle et les sociétés tribales. Il définit que les dons maintiennent un modèle particulier de relations sociales, et c’est ce modèle de relations qui crée la demande et les matériaux pour répondre à un cycle, dans lequel il est consommé pour diviser et partager – et dans le cas d’Internet, littéralement partager, alimentant le système d’échange et de récompense, et qui rompt avec lui, est automatiquement sorti. Par conséquent, le facteur peur est renforcé par d’autres auteurs, dont Bauman lui-même (2008a) dans d’autres œuvres qui soulèvent le même point sur le thème. Sa compréhension est que la peur humaine est un sous-produit modifié de la peur animale primitive, servant de capacité d’autopropulsion et conduisant au silence, et que cela sera abordé à nouveau plus tard.

Toute cette question concernant la manipulation a été largement analysée dans les observations de l’influenceur G.P. et ses disciples, car elle vendait absolument tout dans son contexte de vie, de la façon de méditer et de faire de l’exercice, au carrelage de sa salle de bain. Le tout validé par les abonnés qui font l’éloge de chaque vidéo, et demandent où ou comment acquérir de tels objets ou humeurs. En parallèle, les sponsors établissent le financement de ce marché afin que leurs produits soient annoncés sans prétention dans le cadre de la routine de l’influenceur.

Ce marketing a également été souligné par Bauman (2008b) et il a été possible d’observer dans les influenceurs analysés. Le message de renouvellement constant et de démarcation efficace du temps d’échange se fait de façon saisonnière à travers le lancement des produits par les marques, et même l’obsolescence programmée insérée dans les objets électroniques. Abreu (2013) aborde également cet aspect, car tout est très rapide, avec des changements créés pour des intervalles de quelques mois entre un lancement et un autre, et il est ici pour expliquer que ces quelques mois se réfèrent à un temps chronologique entre trois mois et un an, en fonction de ce qui est dit changer. Elle explique que, par exemple, dans le monde de la mode textile, tous les quatre mois, tout est renouvelé pour générer de nouvelles tendances, tandis que dans le domaine technologique des téléphones mobiles, cette moyenne a également été la même avec les modèles qui présentent de petits changements de couleur ou des icônes pour un appareil de la même entreprise. Par conséquent, Bauman (2008b) mentionne que la lenteur dans les relations humaines est comprise dans la contemporanéité comme un processus de mort sociale, ce qui renforcerait la compréhension aux individus que ne pas accompagner tout cela, doit être dépassé et démodé, les faisant se percevoir exclus.

Tous les objets et les choses qui peuvent être insérés comme un style de vie sont délibérément placés de telle manière au sujet social qu’il croit, en général, faire les choix pour lui-même, mais sans être; parce que cette conduite se fait dès le plus jeune âge. Ainsi, dans les réseaux sociaux, la logique de consommation actuelle est celle des influenceurs. Bauman (2008b) comprend que pour devenir un membre authentique de la société et ainsi s’élever d’une position sociale, il est nécessaire d’élever le statut d’un consommateur en devenant une marchandise. C’est précisément pour cette raison que ces sujets sont contestés par les marques pour utiliser leurs produits, et servent ainsi de vitrine, faisant de ces faiseurs d’opinion de l’environnement numérique dans leurs propres articles d’affaires.

Avec les réseaux sociaux et les influenceurs, de nouvelles habitudes de consommation sont attribuées à Internet. Comme le souligne Bauman (2008b), avant la croissance de plateformes telles que Facebook et Instagram, les centres commerciaux étaient le point de rencontre entre les consommateurs et les produits. Actuellement, les médias sociaux ont permis aux biens d’être affichés par l’intermédiaire d’influenceurs. Ainsi, des profils comme l’influenceur L.S., G.P. et d’autres, mélangent mode de vie et consommation. Cela augmente la valeur marchande des produits qui ont maintenant un statut de style de vie.

Toujours en utilisant comme exemple L.S., c’est une influenceur qui maintient une logique de consommation étroitement liée à l’estime de soi et à la position sociale. Au fur et à mesure qu’il gagnait de nouveaux adeptes, il gagnait en visibilité même grâce aux marques de consommation alimentaire et de vente d’appareils électroménagers. Son statut Instagram est passé d’un simple profil de consommateur à un profil qui influence d’autres consommateurs. Cela l’a amenée à commencer à faire des publicités payantes.

L’estime de soi de leurs adeptes entre en jeu au moment où ils sont persuadés d’acheter ce que L.S. révèle, et à son tour, ils parviennent à se rapprocher de leur mode de vie. Non seulement les influenceurs, mais Internet est devenu un terrain fertile pour que les utilisateurs se convertissent en objets de consommation, en marchandises, et c’est précisément ce que dit Bauman (2018b). De plus, l’auteur renforce que l’activité de consommation est solitaire et n’a pas de liens durables. Cette fragilité est courante dans les réseaux sociaux où une figure peut être facilement oubliée. Par conséquent, les influenceurs qui font partie de cette caractéristique servent de vitrine à cette capacité à persuader la consommation de produits et de sponsors.

Comme expliqué précédemment, dans l’enchevêtrement d’informations que l’équipe de cet article a recueilli, certains groupes ont émergé que nous avons soigneusement analysés et catégorisés pour comprendre les parties et après l’ensemble, et celui que nous avons identifié comme style de vie correspond parfaitement à cette explication de Bauman (2008b; 2009), car il couvre des thèmes utilisés comme contenu lié à l’image de soi et à l’intimité des influenceurs, comme votre vie personnelle, votre routine, votre style de vie et votre humeur.

Lorsque l’influenceur expose sa vie au public qui l’assiste, il évoque la comparaison, s’éveillant dans d’autres désirs pour ce qui n’est pas eu et stimulant la création de nouveaux objectifs. Par exemple, l’influenceur E.H. en diffusant une vidéo sur « ce que c’est que d’avoir une relation saine », en plus de dicter le modèle qui devrait être considéré comme sain, cela a créé chez ses adeptes l’angoisse et le désir d’avoir une relation comme la sienne et considérée comme idéale.

La figure du créateur de contenu virtuel se positionne de cette façon, acquérant des choses que beaucoup de ses adeptes n’ont pas la chance d’avoir, semblant vivre l’idéal du bonheur. Pendant ce temps, d’autre part, le public qui consomme son contenu est privé de vivre cette vie idéalisée. Selon Bauman (2009), la privation signifie le malheur, affecte l’estime de soi et la reconnaissance sociale des sujets. Par conséquent, dans le sentiment de vie privée de l’individu, il est nécessaire d’avoir un modèle idéal. Par conséquent, de nos jours, les influenceurs sont responsables de dicter ce modèle.

L’auteur s’interroge sur ce qui n’allait pas avec le bonheur, et argumente en analysant les Américains et pas seulement eux, où dans leurs quêtes du bonheur, ils deviennent de plus en plus riches, mais pas plus heureux. Cependant, les efforts des Américains, et pas seulement d’eux – pour essayer de consommer de plus en plus pour essayer de se satisfaire, provoquent de la frustration lorsque lors de l’achat du produit ou du service, que le vide ne disparaît pas, les faisant consommer encore plus, dans une demande cyclique sans fin. Faisant un parallèle avec le phénomène de cet article, les influenceurs sont les vendeurs de ces produits et/ou services miraculeux qui promettent (explicitement ou non) à leurs adeptes, d’approcher l’idéal, ce qui est juste et le bonheur.

Quand on se demande au début des observations, pourquoi des millions de personnes sont-elles adeptes de ces femmes ou de tant d’autres et autres influenceurs digitaux ? Nous sommes entrés dans des réflexions qui n’aboutiraient jamais à une conclusion totalement vraie sans l’enquête sur la motivation de chaque disciple individuellement, ses influences socioculturelles et historiques, ses rêves. Cependant, quelque chose en commun et plus large peut unir ces individus. On pourrait penser à une hypothèse généraliste, qu’ils soient émus par cette recherche, si propre et éternelle de l’humanité pour le bonheur. C’est pourquoi tant de gens suivent, aiment, commentent et partagent des vidéos de ces autres personnes.

Aujourd’hui, dans cette société liquide-moderne à laquelle Bauman (2008b; 2009) fait référence, la consommation n’est pas seulement dans les produits, mais aussi dans les idées, les profils et les modes de vie. Au point que la vie d’une personne spécifique, comme l’influenceur numérique, peut susciter la curiosité, l’idéalisation et l’inspiration chez des millions de personnes. Les influenceurs peuvent être considérés comme quelque chose de plus proche du bonheur et que leurs adeptes, consommateurs liquides-modernes, recherchent. C’est pourquoi leurs vêtements, leur positionnement, leur nourriture et même leur vie quotidienne deviennent des chemins à observer, à admirer et souvent à copier.

Bauman (2009) dit que l’énergie du désir de bonheur peut être divisée en deux types de forces: centripète (de l’extérieur au centre) ou centrifugeuse (du centre à l’extérieur). Ainsi, pour l’auteur, la recherche du bonheur peut se résumer dans le souci du bien-être de l’individu, ou, au vu de son souci du bien-être de l’autre. Les deux alternatives, cependant, ne sont pas nécessairement contradictoires – elles peuvent fonctionner ensemble sans ni l’un ni l’autre ou presque aucun conflit. Cependant, s’il y a une relation corrélée, c’est celle de la force centrifuge vers la force centripète, où être bon avec l’autre renforce le sentiment d’être bien avec vous.

Ainsi, il a été observé par l’équipe de cet article que constamment la figure de l’influenceur numérique dicte non seulement un produit ou un service à acquérir, mais aussi des comportements qui devraient ou ne devraient pas être maintenus pour que leurs abonnés soient heureux. Ce problème est présent dans les portées féminines et les normes esthétiques, telles que couper ou ne pas couper les poils, maintenir une épilation constante ou la réduire, entre autres sujets. De cette façon, il est possible que quelque chose qui ne dérange jamais une personne, après avoir regardé une vidéo sur Youtube ou vu un message sur Instagram, la dérange.

Dans les réseaux sociaux, le moi et le style de vie deviennent le centre, le produit et le producteur de divertissement, d’idéalisation et de projection pour les consommateurs. Décrire, capturer et filmer leurs routines;  quant à l’heure à laquelle ils se réveillent, déjeunent, ce qu’ils mangent, boivent, ce qu’ils portent, quelles sont les marques, quels sont les prix, où ils vont, ce qu’ils croient, les religions, avec qui ils sortent, avec qui ils vivent, les combats, les conflits, les conquêtes, les joies … Tout ce qui se passe dans la vie d’un influenceur est diffusé, visualisé, partagé, commenté, comme si les adeptes regardaient un film ou un roman et pouvaient suivre le personnage tout le temps. Un processus narcísico ouvert, et parfois sans restrictions de la part des influenceurs. Et par conséquent, les adeptes veulent répéter ce comportement d’exposition continue et exacerbée.

Christopher Lasch est cité par Bauman (2009) comme un expert du comportement de ces nouveaux narcissiques. Ce seraient des personnes qui, lorsqu’elles sont confrontées à leurs angoisses internes, retournent cela en comportement de séduction pour attirer l’attention et les applaudissements, et que dans le cas spécifique des influenceurs, le mécanisme est conditionné aux goûts et aux commentaires des abonnés . Ce processus serait indispensable pour que le narcissique puisse soutenir son moi extrêmement incertain, selon l’auteur. Il est intéressant de voir comment ce concept s’inscrit dans ce nouveau métier d’influenceurs et qui continue en croissance constante. Quelqu’un qui décide de simplement partager des fragments édités de sa vie quotidienne et de recevoir des interactions quotidiennes avec des individus de différents endroits du monde qui peuvent suivre, s’identifier et avoir envie de ce style de vie particulier qui est vendu comme idéal.

Freud (1972; 2011), Lacan (SAFATLE, 2007) et Zimerman (2004) affirment que dans un certain degré, l’humanité est narcissique, mais que certains individus dépassent les niveaux de normalité, entrant ainsi dans le narcissisme clinique (c’est-à-dire pathologique). Dans ces cas, Zimerman explique que cet individu porte une très faible estime de soi, pour les hontes, les échecs et les humiliations, et essaie de le cacher socialement à travers la présentation primordiale du statut économique et / ou social, ainsi que, commence à avoir sa vie dans le déni de la réalité et dans une attitude défensive constante.

Il y a un sujet possessif, arrogant, égoïste, autoritaire avec une intolérance à la frustration et à la critique, et repousse généralement le vieillissement, la maladie ou la mort. De plus, en plus de porter une envie destructrice (y compris voilée) et une opposition à la hiérarchie (parce qu’elle doit être le centre d’attention et de commandement), le narcissique provoque des situations pour conquérir les sujets et louer leurs propres qualités (souvent inexistantes et créées utopiquement comme mécanisme de défense). Mais en retour, il dénigre, attaque et méprise (physiquement, intellectuellement et/ou professionnellement) tous ceux qui ne sont pas considérés comme similaires (ou génèrent le sentiment de menace). Il convient de noter que le narcissique disqualifie en fait tous ceux qui sont effectivement considérés comme plus que lui, et il est donc nécessaire de toujours se présenter au sommet de la pyramide.

L’équipe a observé une constance des récits de la vie personnelle de ces influenceurs, ainsi que de leurs modes de vie et de leurs routines. Les rapports sur leur vie personnelle apparaissent avec des récits d’expériences liées à des thèmes qui provoquent une plus grande répercussion et un plus grand engagement dans les réseaux sociaux, tels que la coupe des cheveux très courts et la relation intrinsèque des cheveux avec l’apparence, la beauté et la féminité de la femme.

Dans cette vie quotidienne, les journées étaient toujours présentées comme des courses, mais les modes de vie sont dichotomiquement suggérés comme positifs et optimistes, ne tenant pas compte des privilèges que certaines personnes ont et qui facilitent certaines routines et habitudes perçues socialement comme plus saines, plus légères et plus heureuses:

Au milieu de la vidéo, sortie de nulle part, elle apparaît filmée (peut-être par son mari) en train de faire des exercices de yoga. Ceux qui filment se font un devoir de montrer “G.P.” tout le temps, mais se déplaçant de telle sorte qu’il révèle tout l’environnement extrêmement spacieux de la chambre double de la résidence du couple. (Notes d’équipe, 2020)

L’utilisation de l’humour était également une stratégie utilisée par l’un des facteurs influencés observés pour raconter sa routine d’une manière plus dynamique et attrayante à ses abonnés:

Le 24/09/2020, “P.Q.” est apparu pour la première fois dans une vidéo avec la légende : “moi, éhonté, entrant dans la pharmacie du centre commercial juste pour me peser”. Vêtue d’un T-shirt orange et utilisant ses béquilles, elle apparaît à l’intérieur d’une pharmacie, souriante et saluant la caméra, alors qu’elle se dirige vers une balance. Les commentaires de ses abonnés proviennent de personnes qui racontent ce qu’ils font lorsqu’ils sont dans cette situation et d’employés de pharmacie qui signalent des clients qui ont des attitudes similaires. (Notes d’équipe, 2020)

La vente d’une image de soi pleine de bonheur, de temps et parfois d’argent crée une phrase très particulière. Chaque influenceur articule différemment, mais attire l’attention sur lui-même dans un aspect déterminé et puissant. Alain Ehrenberg (apud BAUMAN, 2008b, p. 121-122) explique que « les souffrances humaines les plus courantes de nos jours ont tendance à se développer à partir d’un excès de possibilités, et non d’une profusion d’interdictions, comme cela s’est produit dans le passé ». Selon cet auteur, des expressions telles que le fait d’avoir du temps, de manquer de temps et de gagner du temps sont absorbées par la société, ce qui provoque de l’usure et de l’anxiété, surtout si le sujet est incapable d’atteindre le but. Bauman (2008b) ajoute que cela s’établirait comme un complexe d’insuffisance qui reflète toute cette affliction de la vie moderne liquide. Ainsi, l’échec serait également intrinsèquement lié au fait de ne pas avoir de temps, et pas seulement de ne pas avoir d’argent.

Cette déclaration mène directement à G.P., qui a vendu à ses partisans l’union de ces deux puissants courants. Il comportait un style de vie de haut niveau – y compris, par exemple, des fêtes coûteuses et des voyages paradisiaques internationaux – et un vaste menu de temps pour faire absolument tout ce qu’elle voulait, mais qu’un adulte commun et salarié, professionnel, travaillant et / ou étudiant, et aussi organisé soit-il, ne serait pas capable en termes réels de faire autant de choses et de sourire tous les jours de l’année. Elle a effectivement vendu la perception qu’elle était extrêmement heureuse parce qu’elle a fait tout cela. En fait, elle a également déclaré qu’elle était très bénie, mettant un point d’honneur à répéter cela tout le temps lorsqu’elle présentait ses réalisations ou des objets (coûteux) achetés ou présentés, mais qui étaient censés être des cadeaux de Dieu comme récompense pour avoir prononcé le mot gratitude en tout temps, et, bien sûr, banalisé le terme. En parallèle, elle se mettait en compétition avec d’autres personnes, car à chaque fois elle avait plus de possessions et de réalisations et était donc beaucoup plus heureuse. Si quelqu’un voulait être le même, il aurait besoin de l’imiter, mais il ne serait toujours pas en mesure de l’atteindre. Ainsi, l’influenceur a maintenu le sentiment d’inadéquation de ses abonnés, s’ils ne pouvaient faire aucune des choses qu’elle proposait. En même temps, elle pouvait renouveler son plaisir constant et son sentiment de vivre intensément. C’est ce maintien du processus de satisfaction qui crée des besoins constants dans un cycle de consommation sans fin, et avec le chemin que les sujets ne seront rien sans elle.

Bauman (2018b) souligne une sévérité sans précédent dans cet engrenage presque perpétuel, car les insatisfations face à ce qui est précédent deviendraient si élevées, que cela justifierait, par exemple, les nombreux cas de chirurgies plastiques chez des individus qui détruisent leur image de soi face à la frustration de ne jamais être suffisamment satisfaits de l’intervention précédente. Cela devient une recherche incessante d’un vide qui n’est jamais comblé, et cela se produit dans tous les domaines, pas seulement avec les chirurgies. Ce comportement déplacé a été largement encouragé par les influenceurs numériques, qui présentent des conseils de beauté et de santé (sans fondement), tels que G.P. fait chaque vidéo.

Il est intéressant d’analyser ce point de vue, car il a été possible de comparer les Influenceurs G.L. et G.P. Cette seconde a été caractérisée comme l’influenceur numérique du sexe féminin avec plus d’adeptes au Brésil, parlant même et conduisant ses connaisseurs aux pratiques absurdes qu’elle indiquait, avec un risque direct de dommages à la santé mentale et physique. De plus, avec des présentations extrêmement futiles et immatures, G.P. Elle a passé tout son temps à montrer l’image d’une personne heureuse et bénie (comme déjà mentionné), ayant tout ce qu’elle voulait dans la vie et pour une seule raison: elle remerciait Dieu beaucoup chaque jour.

Notez que tandis que G.L. (une influenceur transsexuelle ) a reçu des infractions et des menaces directes ou indirectes, simplement parce qu’elle était une femme transgenre – et avec un contenu basé sur l’équilibre et le conseil constant de suivi médical et psychologique aux adeptes –, G.P. a été loué comme une personne merveilleuse, proposant même aux gens des recettes pour guérir la dépression comme ceci:

Vous êtes-vous réveillé à moitié endormi ? Sortez ça de votre tête ! Si tu t’étires, merci, sors de la maison, va faire des choses que tu aimes avec tes amis, les amis, d’accord ?! Chaque jour où vous vous réveillez, vous devez dire : “A regra do dia: ‘ser feliz e ser uma pessoa melhor’”. Les gars, avez-vous une idée de la vitesse à laquelle la vie passe ? (01:03 / 01:17. Extrait de transcription vidéo). (Notes d’équipe, 2020)

À partir de ce comportement, ses disciples ont adopté les discours suivants pour la portée supposée de l’équilibre spirituel et physique, même si elle a présenté la dichotomie de l’ostentation de la richesse parallèle. Dans le même temps, l’influenceur G.P. a montré à ses disciples qu’elle avait des haters, qui – selon elle – l’ont poursuivie et attaquée sans raison, après tout, elle était une personne grandement bénie. En écrivant ce paragraphe exact dans cet article, le lecteur peut comprendre qu’il ne s’agit que d’une exagération de l’écriture, mais pas; étaient les mots de l’influenceur elle-même dans plusieurs vidéos. Cela était évident tout le temps, et beaucoup plus que tout autre des influencés observés, ce qui dénote un renversement de la parole extrêmement manipulateur.

Ce renversement de discours est expliqué par Chaui (2011; 2012; 2017) comme idéologique. L’idéologie fonctionne comme une dissimulation des relations sociales, laissant quelque chose dans un plan voilé, en plus de cela, c’est une inversion de la réalité. L’idée est prise et la réalité est inversée de l’idée même de blâmer l’autre et de cacher les relations, cette inversion du discours vient des classes dirigeantes qui créent des stéréotypes afin de cacher les liens de domination et d’exploitation. Ainsi, l’individu prend la valeur de l’autre et apporte à lui-même la légitimation de l’idée des autres comme la sienne, et, de plus, avec toutes sortes de distorsions. G.P. a fait cela tout le temps, et toujours en agrégeant une conduite narcísique.

Comprendre tout ce processus narcísico et le comparer à ce que l’équipe a pu voir dans G.P. et même dans l’influenceur T.G., qui vend l’image d’une femme et d’une mère fortes, mais garde le contrôle des adeptes qui utilisent de jeunes enfants, comme une mère souffrante et alimentent des discours de haine aux hommes, et exposent un neveu malade. Dans le cas de T.G., l’autopromotion en utilisant des tiers est très palpable, et encore une fois, elle et G.P. conduire à l’univers du discours idéologique.

Grosso modo, tout est diverti et compose ce que l’équipe de cet article comprend comme la catégorie des problèmes sociaux actuels, ce qui renforce tout ce thème précédent du modèle esthétique et de la beauté actuelle, du machisme dans la société et du processus de déconstruction sociale et culturelle. En décrivant plus précisément, on peut même inclure les discours de haine de plus en plus perceptibles et flagrants qui sortent de l’univers virtuel et atteignent le physique.

Il vaut la peine de commencer ici l’analyse sur le thème des haters déjà mentionné ci-dessus. Ce sont des gens qui suivent les messages de l’influenceur non pas parce qu’ils vous admirent, mais plutôt en attendant tout défaut de signaler et d’encourager les discours de haine.

En prêchant une vie parfaite, l’être humain est complètement laissé de côté, qui en tant que tel fait des erreurs et des succès, et l’influenceur peut devenir plus sensible à ces actions. Par conséquent, sur Internet , il n’y a pas de place pour que le sujet se trompe, car si cela se produit, l’annulation est prête à être faite. À ce stade, on peut revenir au thème des peurs qui composent le thème de l’annulation, et brièvement mentionné précédemment. Certaines peurs réelles et perceptibles seraient réduites au silence par des inversions idéologiques, comme la conception du « perdant ou du vainqueur », par exemple. Cette standardisation de nombreuses peurs fictives et le discrédit d’autres peurs réelles, serait un dispositif socialement créé pour faire de la peur quelque chose de tolérable et même répressible face à un danger imminent.

À son tour, Baum (2019) corrobore que la peur se transmet et fait partie d’une évolution culturelle passée d’un individu à l’autre. Cela génère des personnes avec le pouvoir et se pose à la place du dominateur qui contrôle d’autres individus, et il devient donc si facile de commander l’annulation venant directement de l’influenceur. Il dicte ce qui peut être mal, créant un sentiment de colère chez ses disciples et, en même temps, de peur pour sa propre intégrité. Notez que c’est très différent des individus sociaux qui arrivent à la conclusion par eux-mêmes, de mettre fin à la relation d’affaires ou à l’admiration de quelqu’un, face à la découverte que cette personne fait partie d’une sorte de scandale qui peut générer du tort à d’autres, et cela a été fait assez récemment en tant que mouvement de groupe social. Ceci est renforcé par Byung-Chul (2018), qui présente deux extraits succincts qui expliquent bien le phénomène de l’annulation. Dans le premier extrait, l’auteur parle du fonctionnement du pouvoir du discours sous forme de communication :

O poder como meio de comunicação consiste em, tendo em vista a possibilidade do Não, aumentar a probabilidade do Sim. O Não é sempre alto. A comunicação de poder reduz consideravelmente o ruído e o barulho, ou seja, a entropia comunicativa. Assim, a palavra de poder elimina repentinamente o barulho que se infla. Ele produz um silêncio, a saber, o espaço para ações. (BYUNG-CHUL, 2018, p. 11)

Dans un autre passage, il parle de la société de l’indignation, qui est pratiquement la culture de l’annulation, et à quel point elle finit par être éphémère.

As ondas de indignação são eficientes em mobilizar e compactar a atenção. Por causa de sua fluidez e volatilidade elas não são, porém, apropriadas para organizar o discurso público, a esfera pública. Elas são incontroláveis, incalculáveis, inconstantes, efêmeras e amorfas demais para tanto. Elas se inflam repentinamente e se desfazem de maneira igualmente rápida. (BYUNG-CHUL, 2018, p. 15)

Ceci est analogue à la peur face au mal auquel une personne peut être ciblée. Bauman (2008a) classe comme maléfique, l’incapacité de déchiffrer ou d’expliquer les règles socialement enfreintes. Il explique que cette pensée est d’origine ancestrale dans les religions et basée sur la punition de ceux qui ont échoué à une telle conduite, étant punis pour leurs actions pécheresses. C’est-à-dire que les gens qui étaient en dehors de la norme sociale parfaite et même communément qui offenseaient Dieu d’une manière ou d’une autre pouvaient subir des attaques de haters extrêmement offensantes. Ces haters, guidés par la figure de pouvoir de l’influenceur, comprennent qu’ils ont été autorisés à attaquer ceux qui menacent l’image ou l’intégrité de ce personnage idéalisé.

Aussi nouveau que le métier d’influenceur digital, il a déjà généré des conséquences négatives pour beaucoup de ces sujets, sauf économiquement, et pour les personnes qui consomment leur contenu. La recherche constante de légitimité, de plus de succès, par un plus grand nombre d’adeptes, du fardeau de reproduire et d’affirmer le standard de beauté ou de le critiquer, ne sont en permanence que quelques-uns des problèmes rencontrés par un créateur de contenu. Les plateformes facturent la constance de leurs influenceurs; vous devez publier tous les jours et diversifier les outils si vous voulez que votre profil ait une portée. Mais de nombreux créateurs ont exprimé leur mécontentement face aux exigences des algorithmes.

Vraiment quand on parle d’internet et des réseaux sociaux tout semble éphémère et extrême, parce que le sujet aime une publication et donne un like, ou n’aime pas et donne un dislike; soit comme un influenceur, soit comme un hater; alors apparemment, il n’y a pas de juste milieu. Ce comportement présente également aux personnes qui attaquent même d’autres influenceurs avec des agendas activistes, comme ce fut le cas du transféminisme (ainsi elle s’appelle elle-même), G.L. Pour rester virtuellement pertinent, un influenceur doit être dans les limites de ce que son public cible attend. Aujourd’hui, ce que certaines personnes veulent entendre, discuter et partager, ce sont des informations sur les causes et les problèmes sociaux, mais bien sûr, ce n’est pas une règle. Il est important de noter que pour toutes les personnes impliquées, ce qui compte, c’est de parler des problèmes, et pas nécessairement d’avoir un positionnement correct ou vrai, et c’est le gros problème que beaucoup de ces influenceurs propagent.

Les influenceurs dans certaines des vidéos analysées par le groupe de cet article, parlent de la façon de perdre du poids, ainsi que de leurs routines de soins de la peau, des cheveux et du corps. Les astuces et informations sont données sous forme de conseils ou d’expériences personnelles de chacun, même sans qu’aucune influence n’ait révélé dans leurs réseaux sociaux, des formations académiques dans les domaines de la santé (mentale, physique et/ou esthétique). Un autre influenceur parle précisément de la difficulté d’atteindre ces normes de beauté et d’esthétique et de la façon dont cela peut influencer d’autres femmes à ne pas s’accepter telles qu’elles sont.

Le machisme est un autre thème constant dans les productions des influenceurs, soit en illustrant les situations vécues par ces femmes dans leurs propres relations, soit en parlant de la façon de reconnaître ces attitudes machistes dans la société.

Un autre thème exploré par les influenceurs est la déconstruction personnelle. Ceci est lié à la reconnaissance du machisme, du racisme, de la LGBTphobies, de la grossophobie, entre autres préjugés et stéréotypes enracinés dans la société et dans les processus de déconstruction des comportements et des positions individuels et sociaux au quotidien. Dans les vidéos et les messages, il est souligné que la déconstruction est un processus, et donc tout le temps doit être revisité et l’examiner de près. De plus, cela peut prendre des années pour se réaliser et se détacher d’un stéréotype ou d’un préjugé.

De nos jours, parler dans les réseaux sociaux de grands agendas et de certains comportements, finit par prendre une dimension qui entre dans les questions sociales, et qui ont gagné au cours des dernières décennies l’attention des consommateurs de contenus, de produits et de services. Ici, on peut amener Bourdieu (2007), puisque cet auteur considère que, d’une manière générale, l’avènement du consumérisme a généré le raffinement de la standardisation sociale et excluant tous ceux qui ne suivent pas ces modèles qui étaient autrefois coercitifs, mais qui sont maintenant présentés comme des choix. Bauman (2008b) ajoute que la nouveauté avant l’éphémère a vaincu la valeur de la permanence, qui se reflète directement dans les relations humaines du nouveau millénaire. Le besoin d’avoir tout entre les mains et précipite frénétiquement l’élimination de l’objet inanimé encore plus rapidement et est transféré au facteur humain, générant l’élimination de l’autre comme une ordure jetable égale, c’est-à-dire que l’exclusion de l’autre devient très facile.

Cette immédiateté se manifeste dans l’impatience des gens face au moindre échec de l’autre individu, aussi petit soit-il, oubliant toutes les autres valeurs positives que cette personne peut avoir. À ce stade, l’auteur relie cela à la recherche du bonheur, car si le sujet a tout ce qu’il veut, il ne peut pas être heureux, alors cela serait considéré socialement comme la culpabilité étant entièrement la sienne. Par conséquent, être émancipé pour avoir, parler et faire tout ce que vous voulez, serait au seuil de l’ostentation pour montrer que vous êtes heureux, et sans cela, le sujet serait un vaincu total. Selon Bauman (2008b), alors viendrait la nécessité pour l’individu de montrer à tout moment qu’il a des objets (ou un statut) et qu’il est heureux, même sans être ou avoir. La perte de l’un de ces facteurs conduit à l’effondrement de l’estime de soi face à la perception de l’humiliation sociale.

Nicole Aubert (apud BAUMAN, 2008b, p. 120-121) suggère que les sociétés d’aujourd’hui sont en état d’urgence. Cela se révèle dans le maintien constant d’un sentiment d’urgence intense à travers le besoin social d’avoir quelque chose, et crée ainsi un flux continu de vigilance et d’anxiété, et change comme illusoire en ayant ces sentiments dissipés et compris comme un soulagement lorsque le sujet peut consommer. Ce processus produit un autre effet : les individus deviennent intolérants et frustrés lorsqu’ils ne peuvent pas être satisfaits immédiatement ou dans les délais prévus.

Bauman (2008b) mentionne également la perte de l’identité originelle de chaque personne, et que si cela ne suffisait pas face à la standardisation visuelle et comportementale, les sociétés sont également amenées à ignorer les relations de contact en face à face. Cela a été intensifié par les processus technologiques de tout ce qui nous entoure, car de nombreuses actions individuelles, telles que les achats ou la résolution de problèmes à la banque, peuvent être effectuées de manière autonome et sans l’aide d’une autre personne. Ainsi, les sujets suivent et accordent plus d’importance à ce qui est présenté comme un modèle de l’avenir, car encore une fois, le passé n’a pas d’importance. L’auteur évoque Elzbieta Tarkowska (apud BAUMAN, 2018b), qui a développé le concept d’êtres humains synchronisés, vivant uniquement du présent, sans conséquence et sans avoir besoin de liens avec les autres. Par conséquent, les relations humaines de ces individus deviennent toutes fragiles, superficielles et solitaires dans la sphère face à face.

Au cours de l’analyse, la catégorie que l’équipe de cet article a classée comme consommation contient les thèmes des publicités et des publicités lors des vidéos et des publications d’influenceurs. Cependant, comme l’ont démontré les paragraphes précédents, la question de la société de consommation va bien au-delà de l’acquisition de l’objet matériel. Aujourd’hui, les réseaux sociaux sont utilisés non seulement pour les interactions, mais aussi pour cette consommation généralisée.

Effectivement, les publicités et publicités sont perçues en grande quantité sur Facebook, Instagram, Youtube et d’autres plateformes. Cette incitation au consumérisme peut se produire directement sous la forme d’une annonce de cinq secondes qui apparaît avant la vidéo des influenceurs et ne peut pas être ignorée. Cependant, la technique la plus utilisée par les entreprises est de s’appuyer sur l’image et le pouvoir de communication des influenceurs digitaux. Par conséquent, le comportement le plus observé était d’encourager la consommation par la publicité pour les marques et les services, qui est directement ou indirectement dans le contenu des influenceurs. Ainsi, il y a une perception que ceux qui consomment ce que les réseaux sociaux propagent, grandissent à des niveaux hiérarchiques dans la société. Par conséquent, Bauman (2008b) considère que le principal facteur de stratification actuelle est la consommation, et qu’elle est responsable de la distribution de la considération et de l’exclusion sociale. Ainsi, le public est appelé à donner la parole à ceux qui ont un pouvoir de consommation élevé, souvent parce qu’ils veulent s’identifier et se consommer ainsi que cette figure d’autorité.

L’influenceur L.S. (connu sous le nom de P.Q.) ils sont souvent discrets sur leurs habitudes de consommation, mais ils sont des sujets fréquents dans leurs publications sur le réseau social Instagram. Une vidéo postée le 26 septembre 2020 montre l’influenceur indiquant quel type de consommation vous préférez. Au lieu d’acheter un chemisier, elle indique qu’elle préfère dépenser pour ses habitudes alimentaires. Bien qu’elle soit essentielle à la survie humaine, la nourriture est également devenue un moyen de consommer et de propager un mode de vie. Lorsque L.S. montre comment vous dépensez votre argent, influencez vos téléspectateurs à consommer de la même manière et intégrez les mêmes types de repas dans vos habitudes alimentaires.

L.S., comme d’autres influenceurs observés – y compris potentiellement l’influenceur G.P. –, va à l’encontre de la pensée Bauman (2008b) lorsqu’elle promeut et encourage un mode de vie consumériste. Sa stratégie de positionnement suit une ligne d’existence à travers la consommation.

Bauman (2008b) considère que les sujets sociaux qui ne sont pas attachés à cette logique de consommation sont socialement exclus, parce qu’ils ne sont pas perçus comme des individus capables de maintenir une société de consommation, et, par conséquent, ne sont pas considérés comme valables pour les gouvernements et les industries. L’auteur indique également qu’à travers les thérapies obligatoires et même la punition, le marché exige que les exclus soient remis dans la logique de la consommation pour continuer à nourrir cet engin. Par conséquent, l’incitation à la consommation par la publicité peut se produire de manière subtile, en utilisant l’image et le pouvoir de communication des influenceurs pour transmettre le message et vendre le produit ou le service qui n’est pas toujours directement lié au contenu produit par eux. Un autre moyen d’utiliser les images et le pouvoir d’influencer les adeptes des producteurs de contenu numérique sont la publicité directe.

Un outil qui « P.Q. » utilise fréquemment pour toucher son audience de 1 million de followers, les Stories présentes sur Instagram. Le premier message dans les histoires du 20/09/2020 était une publicité pour un restaurant appelé « XXX ». Elle a enregistré une courte vidéo de cinq secondes avec les produits de cet établissement et tagué le compte Instagram de la marque. La vidéo, bien que courte, provoque un sentiment de désir chez le public qui la regarde (et cela a été rapporté dans les nombreux commentaires), ce qui fait que le restaurant gagne plus de followers et de clients. (Notes d’équipe, 2020)

Lorsque la publicité n’est pas destinée à des tiers, l’accent est mis sur l’encouragement de la consommation qui se tourne vers les influenceurs eux-mêmes et leurs produits et services :

(…) Sur le côté droit il y a une autre plante plus petite et une sorte de tabouret, quelques copies visibles du livre écrit par « M. », intitulé « XXX ». Au centre se trouve « M. », assis, appuyé sur une sorte de banc ou de table blanche. (…) Tout au long de la vidéo, « M. » se référencent fréquemment, indiquant et citant quatre autres vidéos, indiquant où elles peuvent être consultées, afin de « tirer » l’audience qui regarde la vidéo utilisée dans ce rapport vers d’autres vidéos sur la même chaîne. (Notes d’équipe, 2020)

Un autre point très important apporté par Bauman (2008b, p. 117) et qui s’inscrit dans les paragraphes précédents, est dans ce qu’il appelle les guerres de reconnaissance. Là, le terrain de légitimation est configuré là où le principe de réalité et le principe de plaisir oscilleraient, et le sujet devrait décider s’il serait prêt à sacrifier son propre bien-être au détriment de l’accomplissement de responsabilités morales envers les autres. Cependant, Abreu (2013) renforce qu’il y aurait une évasion constante de ce processus, car la compréhension hédoniste serait beaucoup plus mise en évidence par la perception du moi que je mérite qui est référencée par Douglas et Isherwood (2009).

Bauman (2008b) perçoit comme quelque chose de troublant cette relation de confiance avec des inconnus dans le réseau virtuel. Cependant, le consommateur / utilisateur se sent confiant même par les dispositifs de sécurité et la possibilité de couper immédiatement la communication si désiré. Mais cela fait aussi partie de ce nouvel univers de culture consumériste, puisque la personne peut à nouveau rapidement se débarrasser de ce qui ne lui plaît pas, et encore une fois, elle a la possibilité de créer et de maintenir diverses illusions.

De cette façon, l’auteur prospecte que toute cette conduite aliénante et impatiente devienne permanente. Ce besoin d’acceptation sociale virtuelle serait loin de diminuer ou de prendre fin, car, selon Francis Jauréguiberry (apud BAUMAN, 2008b), les internautes peuvent expérimenter des suss nouveaux et différenciés et protégés des déceptions et des punitions derrière la virtualité. Ainsi, la plupart des utilisateurs représentent des personnalités irréelles, avec des vies irréelles, qui servent d’incitation aux autres à suivre ce projet d’existence utopique. De plus, la souffrance dans les pertes en face à face devient nulle ou grandement diminuée, et à nouveau les relations humaines reviennent à une structure d’objet jetable dans l’univers virtuel. Aucun risque.

En observant et en analysant tout le matériel recueilli par le groupe de recherche de cet article, il a été possible de convenir avec Bauman (2008b) que la socialisation virtuelle en ce qui concerne les interactions entre les influenceurs et leurs abonnés, est orientée par le marketing, et donc tout ferait partie d’une logistique conçue pour le contrôle social et avec un objectif de marché.

L’auteur a toujours la pensée finale que la vie ne donne pas de remèdes aux dilemmes et que l’être humain ne naît pas avec des réponses, car chacun vit au milieu des incertitudes et personne n’est libéré de cette situation, ainsi que, tout le monde court le risque d’échouer et d’être déçu à un moment donné. Bauman (2009) ajoute que lors de la recherche d’une vie plus digne, satisfaisante et plus heureuse, il est inévitable de s’échapper par l’incertitude et les erreurs, en ne s’appuyant que sur un guide, une étoile qui peut conduire à ce niveau. Cependant, il ne faut pas oublier que c’est un choix personnel de chacun, la décision de laisser guider. Ainsi, ce que l’équipe a réalisé pour mettre fin à cette intersection d’observations avec les études de Bauman, c’est que le phénomène des réseaux sociaux et d’Internet n’a pas de retour, et s’inscrit dans un mouvement social et futuriste.

Les influenceurs disposent d’un outil incroyable qui pourrait être utilisé positivement comme moyen d’éducation, d’activisme et d’inspiration pour de nouvelles pensées sociales. Cependant, la manipulation du marché pour le contrôle de la société qui cherche un bonheur assemblé, uni à une série de facteurs, y compris la peur de l’exclusion, et précisément par chaque sujet ne sachant peut-être pas qui il est, conduit l’utilisateur / suiveur à rester fatalement dans ce processus illusoire de choix qui ne sont pas les siens, et souvent futiles, mal représenté et même dangereux. Mais oui, la décision est entièrement individuelle, car chacun peut faire son choix final.

4. CONSIDÉRATIONS FINALES

En général, en tant qu’étudiants en psychologie, cet article a favorisé notre perspective sur l’élaboration des souffrances et des comportements des sujets dans la recherche d’eux-mêmes et de l’autre spécifiquement dans l’univers virtuel, mais qui se matérialisent dans les espaces sociaux physiques et quotidiens.

La question initiale du guide: qu’est-ce qui rend les sujets sensibles aux changements de comportement grâce à la commande de quelqu’un d’inconnu? On y a répondu puisque l’équipe a compris comment fonctionne le marché des influenceurs numériques et comment ces personnes amènent leurs abonnés à rester interconnectés et à accepter les commandes de quelqu’un d’inconnu.

Les influenceurs numériques ont en fait un impact sur le comportement des individus qui les suivent, et peuvent modifier les processus de consommation de ce public cible. Nos hypothèses ont également été confirmées, et ces influenceurs sont en effet souvent conseillés par des entreprises intéressées à investir, projetant une plus grande montée face au grand nombre d’adeptes, et qui peuvent visualiser et consommer de tels produits et modes de vie. Plus la projection de l’influenceur est élevée et avec plus d’entreprises offrant un soutien, plus ils deviennent conseillés par les professionnels du marketing , étant davantage assistés dans la création et la maintenance de contenu qui dicte les concepts de ce qu’est le bonheur.

De plus, les influenceurs donnent effectivement lieu à une exposition personnelle intense, devenant le principal produit de consommation, générant ainsi le désir chez ceux qui les suivent de faire de même: d’être les prochaines cibles du succès. Bientôt, il existe de nombreux autres comportements exacerbés de narcissisme par la population inconnue, mais qui aspirent à la même exposition élevée et à la même reconnaissance publique. Par conséquent, lorsqu’un individu du public cible s’identifie à un certain influenceur, et même désireux d’être ce qu’il est ou d’avoir ce qu’il présente comme un succès, ce sujet acceptera et consommera ce qui lui est offert.

De nombreux influenceurs numériques, leurs abonnés et même leurs haters seraient en symbiose avec trois axes principaux de promotion du psychisme de chacun individuellement et projetés pour le groupe : le narcissisme, la peur de l’exclusion et de l’invisibilité, et la recherche du bonheur. D’autre part, il a été possible de détecter que d’autres influenceurs essaient d’utiliser cet outil qui peut être extraordinaire, produisant des informations d’addition sociale de manière utile et positive. Par conséquent, il y a la compréhension que chaque individu agit et réagit selon sa compréhension de la vie, en s’appuyant sur ce qu’il identifie et même sur les choix mêmes que presque tout le monde est capable de faire.

L’équipe estime que la réalisation de tous les processus de collecte et d’analyse de données de cette étude a révélé certaines relations actuelles sur le nombre de personnes ordinaires qui s’exposent sur Internet et utilisent les réseaux sociaux, car elles reflètent et envisagent ce lieu de visibilité des influenceurs. L’expérience a également montré la valeur de la contemplation des liens entre les personnes, même dans le virtuel. En analysant différents influenceurs avec des contenus différents, le groupe s’est rendu compte que malgré le désir d’avoir une vérité supposée et un certain contenu à consommer, chaque individu a ses conflits, ses désirs et ses projections, et qu’ils sont personnels de chacun et difficiles à intervenir dans les réseaux sociaux.

Avec cela, l’équipe a compris que le professionnel de la psychologie doit non seulement être attentif et vraiment savoir écouter, mais aussi comprendre et comprendre ce qui n’est pas dit. De même, il doit être disposé à élargir considérablement ses connaissances, afin d’ajouter une vision plus cohérente et développée du contexte historique des individus. Ainsi, les défis contemporains doivent être constamment repensés et réévalués, conduisant à une remise en question continue sur les changements sociocomportementaux qui se produisent de plus en plus rapidement, à la vitesse d’appuyer sur un bouton.

RÉFÉRENCES

ABREU, Liliane Alcântara. Relação afeto, memória e cor: implicações da memória afetiva e seu impacto no consumo de cor na decoração. Rio de Janeiro, 2013. Artigo. 23 f. Trabalho de Conclusão de Curso (Especialização em Pesquisa de Comportamento e Consumo) – Faculdade SENAI-CETIQT, Rio de Janeiro, 2013.

BAUM, William M. Compreender o behaviorismo: comportamento, cultura e evolução. Tradução Maria Teresa Araújo Silva [et al.]. 3. ed. Porto Alegre: ARTMED, 2019.

BAUMAN, Zygmunt. A arte da vida. Tradução Carlos Alberto Medeiros. Versão digital. Rio de Janeiro: Zahar, 2009.

____. Medo Líquido. Tradução Carlos Alberto Medeiros. Rio de Janeiro: Zahar, 2008a.

____. Vida para consumo: a transformação das pessoas em mercadoria. Tradução Carlos Alberto Medeiros. Rio de Janeiro: Zahar, 2008b.

BOURDIEU, Pierre. A distinção: crítica social do julgamento. Tradução Daniela Kern; Guilherme J. F. Teixeira. São Paulo: Edusp; Porto Alegre, RS: Zouk, 2007.

BYUNG-CHUL, Han. No enxame: perspectivas do digital. Tradução Lucas Machado. Petrópolis, RJ: Vozes, 2018.

CHAUI, Marilena. Convite à filosofia. 14. ed. 4. reimpr. São Paulo: Ática, 2012.

____. Cultura e democracia: o discurso competente e outras falas. 13. ed. São Paulo: Cortez, 2011.

____. O que é ideologia. São Paulo: Brasiliense, 2017.

COIMBRA, Cecilia Maria Bouças; NASCIMENTO, Maria Livia do. O Efeito Foucault: Desnaturalizando Verdades, Superando Dicotomias. Psic.: Teor. e Pesq. vol.17 no.3 Brasília Sept. 2001. Disponível em: <http://dx.doi.org/10.1590/S0102-37722001000300006>. Acesso em: 25 ago. 2020.

DOUGLAS, Mary; ISHERWOOD, Baron. O mundo dos bens. Tradução Plínio Dentzien. 1. ed. 2. reimpr. Rio de Janeiro: Editora UFRJ, 2009.

FOUCAULT, Michel. Microfísica do poder. Tradução Roberto Machado. (Org.). Rio de Janeiro: Graal, 2001.

____. História da loucura na idade clássica. Tradução José Teixeira Coelho Netto. São Paulo: Perspectiva, 2019.

FREUD, Sigmund. Edição Standart Brasileira das Obras Psicológicas Completas de Sigmund Freud. Rio de Janeiro: Imago, 1972.

____. Obras completas, volume 16: o eu e o id, “autobiografia” e outros textos (1923-1925). Tradução de Paulo César de Souza. São Paulo: Companhia das Letras, 2011.

HALL, Robert Vance. Manipulação do comportamento: modificação de comportamento (princípios básicos). Tradução Waldir Bettoi. São Paulo: EPU, Editora da Universidade de São Paulo, 1975.

MOREIRA, Márcio Borges; MEDEIROS, Carlos Augusto de. Princípios básicos de análise do comportamento. Porto Alegre: Artmed, 2007.

SAFATLE, Vladimir Pinheiro. Lacan. São Paulo: Publifolha, 2007.

SKINNER, Burrhus Frederic. Ciência e Comportamento Humano. São Paulo: Martins Fontes, 2000.

ZIMERMAN, David E. Manual de técnica psicanalítica: uma re-visão. Porto Alegre: Artmed, 2004.

[1] Spécialiste en neurosciences pédagogiques à AVM Educacional/UCAM/RJ; spécialiste en artthérapie en éducation et santé à AVM Educacional/UCAM/RJ; spécialiste en recherche sur le comportement et la consommation chez SENAI CETIQT RJ; spécialiste en arts visuels à l’UNESA/RJ; baccalauréat en design du SENAI CETIQT RJ Université. Baccalauréat en psychologie de l’UNIP/SP.

[2] Baccalauréat en communication sociale du Casper Libero/SP Université. Baccalauréat en psychologie de l’UNIP/SP.

[3] Baccalauréat en psychologie de l’UNIP/SP.

[4] Baccalauréat en psychologie de l’UNIP/SP.

[5] Baccalauréat en psychologie de l’UNIP/SP.

[6] Baccalauréat en psychologie de l’UNIP/SP.

Déposée: Juillet 2021.

Approbation : Janvier 2022.

Rate this post

Leave a Reply

Your email address will not be published.

DOWNLOAD PDF
RC: 106800
POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

Solicitar Registro DOI
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita
WeCreativez WhatsApp Support
Temos uma equipe de suporte avançado. Entre em contato conosco!
👋 Bonjour, Besoin d'aide pour soumettre un article scientifique?