Troubles anxieux et évaluation psychologique : Instruments utilisés au Brésil

0
171
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

ARTICLE DE RÉVISION

VANZELER, Maria Luzinete Alves [1]

VANZELER, Maria Luzinete Alves. Troubles anxieux et évaluation psychologique : Instruments utilisés au Brésil. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 05, Ed. 10, vol. 13, pp. 100-120. octobre 2020. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/psychologie-fr/instruments-utilises

RÉSUMÉ

Les troubles anxieux sont caractérisés par la peur et l’anxiété disproportionnée par rapport à la situation qui déclenche et persiste au-delà de ce qui est prévu pour l’événement. Ils causent du tort à l’individu en raison des souffrances produites, aggravent la qualité de vie et imposent des restrictions sociales. Les techniques d’évaluation psychologique peuvent aider une enquête et améliorer la compréhension de ces troubles. Cette étude visait à étudier les instruments d’évaluation de l’anxiété utilisés au Brésil. Ainsi, une revue de littérature a été effectuée, la recherche de manuels spécialisés, revues et articles indexés (en CAPES, Lilacs, PubMed, Mediline, Scielo et académique Google) afin de décrire les plus utilisés. À la fin de cette étude, il a été constaté que les instruments d’évaluation des troubles anxieux peuvent être divisés en sept catégories : la première comprend des instruments qui évaluent l’anxiété comme une construction globale; le second évalue les troubles psychiatriques; le troisième comprend des instruments qui évaluent des troubles anxieux spécifiques, en tenant compte des comportements symptomatiques et des pensées ou des sentiments; la quatrième catégorie couvre les instruments liés à des contextes spécifiques, tels que l’hôpital ou le sport; la cinquième catégorie comprend des instruments d’évaluation des caractéristiques spécifiques liées à l’anxiété, telles que les préoccupations, l’irritabilité, entre autres; la sixième catégorie couvre les instruments d’évaluation de la santé mentale en général en tant que plaintes liées à l’anxiété considérées comme un dépistage et un besoin de soins psychiatriques; enfin, la septième catégorie comprend les autres instruments qui ne faisaient pas partie des catégories précédentes. Il a également été vérifié que les tests les plus utilisés au Brésil de 2000 à 2015 étaient : Inventaire de l’anxiété (BAI), échelle d’anxiété et de dépression des hôpitaux (HADS); Inventaire de l’anxiété des traits d’État (STAI); Échelle d’anxiété de Hamilton; Inventaire de la phobie sociale (IDATE). Ces instruments sont des adaptations d’instruments internationaux pour une utilisation au Brésil.

Mots-clés: Troubles anxieux, instruments, évaluation psychologique.

1. INTRODUCTION

L’évaluation psychologique est comprise comme un processus technic-scientifique, généralement complexe, où la collecte de données est effectuée, et l’information fournie par les patients est interprétée comme résultant d’interactions de diverses natures entre les individus et l’environnement social. Ainsi, des méthodes, des techniques et des instruments psychologiques de mesure normalisée sont utilisés et basés sur une théorie scientifique, nécessaire pour répondre aux exigences de validité et d’exactitude (CFP, résolution n° 6, du 29 mars 2019).

L’évaluation psychologique devrait produire des hypothèses, ou des diagnostics, au sujet d’une personne ou d’un groupe de personnes. Les hypothèses ou les diagnostics concernent le fonctionnement intellectuel, les caractéristiques de la personnalité, la capacité d’effectuer une ou plusieurs tâches, entre autres possibilités (HUTZ, 2015).

L’expression tests psychologiques est parfois utilisé comme synonyme d’évaluation psychologique, mais il est nécessaire d’être prudent avec ce lien, parce que le test fait souvent partie de l’évaluation, mais il n’est pas nécessairement l’évaluation psychologique. Bien qu’il soit un fait que l’évaluation psychologique peut être faite, dans certains cas spécifiques, en utilisant seulement des tests psychologiques, cela ne se produit pas en règle générale (HUTZ, 2015).

En ce qui concerne le terme général, l’évaluation psychologique, il faut d’abord le distinguer des instruments d’évaluation. L’évaluation est une activité plus complexe qui constitue une recherche systématique de connaissances sur le fonctionnement psychologique des individus, afin qu’elle puisse guider les actions et les décisions futures. D’autre part, les instruments d’évaluation sont des procédures systématiquement organisées pour recueillir des informations utiles et fiables afin de servir de base à un processus plus large et plus profond d’évaluation psychologique, de manière à ce que les instruments s’inscritnt dans le processus plus large d’évaluation psychologique (PRIMI et al., 2004). Le dépistage peut être interprété comme faisant partie du processus d’évaluation psychologique dans de nombreuses situations.

Les instruments en général sont des moyens normalisés d’obtenir des échantillons et des indicateurs comportementaux afin de révéler des différences individuelles dans les constructions, les traits latents ou les ressources psychiques implicites. Ainsi, les traits de couverture sont les variables causatis des comportements qui se manifestent pendant les tests. Par conséquent, les processus complets de mesures, qui impliquent directement, par l’observation d’indicateurs, permettent d’évaluer les interférences sur la construction (GOTTFREDSON et SAKLOFSKE, 2009). Les études de validité cherchent à prouver la relation causale entre les variations de la construction sous-jacente et les changements dans les indicateurs comportementaux analysés par l’instrument, confirmant ainsi les significations associées aux scores liés à la construction (PRIMI, 2010).

Il est important de mentionner que l’évaluation psychologique est l’un des plus anciens domaines de la psychologie (ANASTASI et URBINA, 2000; PRIMI, 2010). Tests à grande échelle seulement à la fin du XIXe siècle, lorsque les tests psychologiques modernes ont commencé en França (HUTZ, 2015).

Au Brésil, ce domaine a été inclus dans la loi fédérale n° 4 119 (1962), qui régulait la profession de psychologue dans le pays et, entre autres choses, ne créait qu’une seule fonction en tant que privé du psychologue : l’utilisation de méthodes et de techniques psychologiques aux fins du diagnostic psychologique, de l’orientation et de la sélection professionnelle, de l’orientation psychopédagogue et de la solution des problèmes d’adaptation (BUENO et PEIXOTO, 2018).

Au début du XXe siècle, il y avait déjà des laboratoires qui menaient des recherches en évaluation psychologique. En 1907 a été fondée le premier laboratoire brésilien d’évaluation psychologique et en 1924, José Joaquim de Campos da Costa de Medeiros et Albuquerque (1867-1934) a publié le livre intitulé « Testes », avec le sous-titre « Introduction à l’étude des moyens scientifiques de juger de l’intelligence et l’application des étudiants », c’était le premier livre sur les tests psychologiques au Brésil (GOMES, 2009; HUTZ et BANDEIRA, 2003).

Hutz, (2015) décrit encore le texte suivant sur l’importance de l’évaluation psychologique :

Il est également important de comprendre que l’évaluation psychologique est un domaine complexe avec des interfaces et des applications dans tous les domaines de la psychologie. En principe, il ne faut pas commencer une procédure, avec des personnes ou des groupes, dans n’importe quel domaine de la psychologie sans un diagnostic ou une évaluation initiale de cette personne ou groupe. Après la procédure (ou même lors de sa performance), il est nécessaire d’évaluer les résultats. Il est donc fondamental d’avoir une formation de base dans ce domaine pour travailler efficacement et de qualité en tant que psychologue dans tout autre domaine d’application de la psychologie. La façon dont cette formation devrait être effectuée fait toujours l’objet de discussions. L’Institut brésilien d’évaluation psychologique (IBAP) a fait la promotion de ce débat et publié quelques documents à ce sujet. Il est clair que la formation ne se termine pas par l’obtention du diplôme. Le psychologue, bien que légalement capable d’utiliser des tests psychologiques et de faire des évaluations psychologiques dans tous les domaines, devrait suivre sa formation par le biais de cours de spécialisation ou de troisième cycle (maîtrise, doctorat) et de lecture systématique de littérature spécialisée dans la région […] (HUTZ, 2015).

La connaissance de l’évaluation psychologique va à l’encontre du concept actuel de santé et des causes des maladies. La santé n’est pas seulement comme une absence de symptômes, car une personne peut être gravement malade sans présenter de symptomatologie. Les maladies, de l’avis actuel, n’ont pas une seule détermination, mais au contraire, elles sont multidéterminées. Il n’y a pas deux psychoses, l’une de santé et l’autre liée à la maladie. En réalité, la psychologie de l’expression en santé implique l’expérience d’une personne et aussi dans son processus de maladie. Ainsi, chaque maladie a des aspects psychologiques et implique de multiples facteurs à évaluer, tels que le mode de vie, les habitudes, la culture et les mythes familiaux (STRAUB, 2005).

Parlant en particulier des troubles anxieux, ils affectent considérablement la vie des gens, compromettent les activités quotidiennes, les relations sociales et d’autres aspects de leur vie. Ces troubles ont de faibles taux de régression spontanée et une forte tendance à la chronicor se déploie même dans d’autres troubles psychiatriques s’ils ne sont pas traités (PINE, 1997; VIANNA, 2009). Ainsi, il est nécessaire que le diagnostic se produise dès que possible, en tenant compte des évaluations et des traitements appropriés, de sorte que les patients auront de meilleurs pronostics et plus faible seront les dommages pour l’individu.

Le diagnostic correct d’un trouble anxieux, à la fois en raison de la gravité et des comorbidités, génère l’attente d’un bon pronostic, car il fournit des informations adéquates sur le cours, la prévalence et les possibilités de traitement, en plus d’autres facteurs. Par conséquent, il est important que les cliniciens disposent d’instruments appropriés pour l’évaluation de l’anxiété, tant pour les mesures des symptômes que pour le dépistage et le diagnostic. De bons instruments fournissent des instruments normalisés et sécuritaires pour l’obtention d’indicateurs d’évaluation de construction, d’un trait latent ou d’un processus psychologique sous-jacent (PRIMI, 2010), par exemple l’anxiété et la peur – des constructions qui cachent des symptômes de troubles anxieux (CRASKE et al., 2009). L’utilisation d’instruments appropriés pour l’évaluation de l’anxiété assure des données fiables et cohérentes pour la recherche et le traitement des troubles anxieux, reflétant au profit des personnes souffrant des dommages causés par cette catégorie de troubles. Pour cela, des enquêtes sont nécessaires pour rechercher des instruments de plus en plus appropriés pour l’évaluation des troubles anxieux. En ce sens, l’objectif de cette étude était de procéder à un examen de la littérature scientifique brésilienne visant à identifier les instruments psychologiques utilisés pour l’évaluation de l’anxiété au Brésil.

2. MÉTHODE

Une revue de littérature a été menée à la recherche de manuels spécialisés, de revues et d’articles scientifiques indexés (dans les revues CAPES, Lilacs PubMed, Mediline, Scielo), afin d’obtenir l’information et les rapports des auteurs sur les instruments utilisés dans l’évaluation psychologique dans les troubles anxieux, afin de décrire les plus utilisés.

3. DÉVELOPPEMENT

3.1 ANXIÉTÉ

L’anxiété est une émotion normale, essentielle et naturelle à la vie humaine, fonctionnant comme un mécanisme de défense, adaptative dans la nature et ayant le rôle de médiation de l’interaction de l’individu avec l’environnement et de se préparer à des situations de menace commune et de danger de l’expérience humaine (RAMOS, 2011). En général, l’anxiété agit comme un signe avant-coureurs, car elle met en garde contre les dangers imminents et encourage l’individu à prendre des mesures pour faire face aux menaces (VASCONCELOS et coll., 2008).

L’anxiété implique des facteurs cognitifs, comportementaux, affectifs, physiologiques et neurologiques qui modulent la perception de l’individu de l’environnement et provoquent des réponses spécifiques en stimulant une sorte d’action (CLARK et BECK, 2012; CRASKE et al., 2009). Face à des stimuli ou à des situations stressantes, les réactions du corps surviennent, comme une augmentation de la pression artérielle, une fréquence accrue du rythme cardiaque, une transpiration accrue et de l’activité motrice, de l’agitation, une raideur musculaire squelettique et des changements respiratoires, un type et une insomnie superficiels et rapides, en plus d’autres changements physiologiques (LUNDIN, 1977).

Selon Tess (1996), l’anxiété est un signe avant-coureurs, un avertissement sur les dangers immédiats, vous préparant à créer et à prendre des mesures pour faire face à une menace vague, où la situation de danger n’est pas concrète, mais elle conduit à un répertoire comportemental et physiologique dans une réponse et a la direction face à l’avenir.

L’anxiété n’est pas nécessairement une condition pathologique, mais une condition naturelle de l’organisme, qui permet de se préparer à une réponse, une défense ou une attaque, de la meilleure façon possible, dans des situations nouvelles ou inconnues, ou des situations déjà connues mais interprétées comme éminemment dangereuses (SILVA, 2010). Cette condition ne devient pathologique que lorsqu’elle atteint des niveaux très élevés et continus, commençant à nuire à la performance dans les activités quotidiennes et généra un déséquilibre physique et/ou émotionnel et se configurera donc dans un état de vigilance constante, caractérisant les pathologies désignées comme troubles anxieux (ARAÚJO, 2011).

Selon le DSM 5 (2014), les troubles anxieux comprennent les troubles qui partagent des caractéristiques excessives de peur et d’anxiété et des troubles comportementaux connexes. La peur est la réponse émotionnelle à une menace imminente réelle ou perçue, tandis que l’anxiété anticipe une menace future. Évidemment, ces deux états se chevauchent, mais diffèrent également, avec la peur étant plus souvent associée à des périodes d’excitabilité autonome accrue, nécessaire pour la lutte ou la fuite, les pensées de danger immédiat et les comportements d’évasion, et l’anxiété étant plus souvent associée à la tension musculaire et la vigilance en préparation pour le danger futur et les comportements de prudence ou d’insaisissabilité. Parfois, le niveau de peur ou d’anxiété est réduit par des comportements pitreries constants. Les crises de panique se distinguent dans les troubles anxieux comme un type particulier de réponse à la peur. Ils ne se limitent pas aux troubles anxieux et peuvent également être vus dans d’autres troubles mentaux […].

Selon Antai-Otong (2003), les manifestations des troubles anxieux sont les troubles psychiatriques les plus répandus et les plus invalidants, et conduisent leurs patients aux services de santé encore et encore à rechercher différentes spécialités médicales, et à causer des dommages au fonctionnement et à la qualité de vie des patients. Les troubles anxieux sont différents à la fois de la peur et de l’anxiété adaptative, car leurs manifestations sont excessives et durables, et vont bien au-delà de ce qui est prévu pour l’événement ou la situation déclenchante. Souvent, ces troubles se développent dans l’enfance et peuvent persister tout au long de l’âge adulte s’ils ne sont pas traités (APA, 2014). Ces troubles sont des conditions cliniques dans lesquelles les symptômes sont primaires, ne provenant pas d’autres circonstances psychiatriques telles que la dépression, la psychose, les désordres développementaux, le désordre hypercinétique, et d’autres (CASTILLO, 2000). Selon le texte révisé du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, 5e édition (DSM 5), les critères de diagnostic du trouble anxieux devraient tenir compte de la fréquence et de l’intensité des occurrences de différents symptômes physiques (augmentation de la fréquence cardiaque, palpitations, dyspnée sialosquesis et transpiration), comportementale (agitation, insomnie, réaction exagérée à (stimuli et peurs) ou cognitive (nervosité, appréhension , préoccupation, irritabilité et distraction) (DSM 5, 2014).

Le Brésil a des taux très élevés de troubles anxieux, et des facteurs tels que le socioéconomique, la pauvreté, le chômage, les facteurs environnementaux, les modes de vie dans les grandes villes favorisent ce scénario (GONÇALVES et KAPCZINSKI, 2008). D’autre part, les troubles anxieux sont parmi les troubles mentaux les plus répandus chez les enfants et les adolescents. Selon Asbahr, (2004) ne perd qu’à la raison du trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH) et du trouble de conduite.

Des études épidémiologiques menées dans des populations américaines ont indiqué que les troubles anxieux chez les enfants ont une prévalence estimée de 8 à 12 % (COSTELLO, 1989; SPENCE, 2001). Au Brésil, une étude démographique a révélé un taux de prévalence de 4,6 % chez les enfants et de 5,8 % chez les adolescents (FLEITLICH-BIL et al. GOODMAN, 2004). Ford et al., (2003) dans des études menées en Angleterre, les taux de morbidité étaient semblables à ceux trouvés au Brésil, ce qui indique une prévalence de 3,4 % chez les enfants et de 5,04 % chez les adolescents (FORD et al. 2003).

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la prévalence mondiale des troubles anxieux (TA) est de 3,6% de la population. Cependant, sur le continent américain, ce trouble atteint 5,6%, et au Brésil, TA atteint 9,3% de la population, avec le plus grand nombre de cas d’anxiété parmi les pays du monde (OMS, 2017).

Les troubles anxieux sont soulignés comme l’un des problèmes de santé mentale les plus pertinents au Brésil et sont parmi les troubles psychiatriques les plus récurrents. C’est le dysfonctionnement émotionnel qui affecte probablement le plus et interfère le plus avec la qualité de vie et sont considérés les désordres les plus invalidants (RAMOS, 2009). Ces données indiquent que le trouble anxieux est un problème de santé publique et suggèrent que d’autres études soient menées à cet égard.

3.2 TROUBLES ANXIEUX SELON LE DSM 5

La reformulation du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM 5) retiré du chapitre se référant aux troubles anxieux, aux troubles « obsessionnels compulsifs », au « stress aigu » et au « stress post-traumatique », les resélectionnant dans de nouveaux chapitres. Les affections phobiques (agoraphobie, phobie spécifique et trouble d’anxiété sociale) ne nécessitent plus l’âge minimum de dix-huit ans pour la reconnaissance de leur peur excessive ou irrationnelle. Enfin, la durée minimale du diagnostic est également devenue de six mois sans distinction d’âge (ARAÚJO et LOTUFO NETO, 2014).

Le trouble panique et l’agoraphobie sont maintenant séparés en diagnostics indépendants, reconnaissant ainsi l’existence de cas d’agoraphobie en l’absence de symptômes de panique. En outre, l’attaque de panique peut se produire dans la comorbidité avec des désordres mentaux autres que l’inquiétude ceci a mené DSM 5 pour inclure l’attaque de panique comme spécifieur pour d’autres désordres (ARAÚJO et NETO de LOTUFO, 2014).

Le mutisme sélectif et le trouble d’anxiété de séparation ont commencé à faire le chapitre des désordres d’inquiétude. Enfin, les critères diagnostiques pour le trouble d’anxiété de séparation sont conformes au manuel précédent, mais acceptent la possibilité que les symptômes ont commencé à l’âge de dix-huit ans. D’autre part, les critères de diagnostic du mutisme sélectif sont restés pratiquement inchangés (ARAÚJO et LOTUFO NETO, 2014). Les sujets ci-dessous décrira les sous-types d’anxiété.

3.2.1 TROUBLE D’ANXIÉTÉ DE SÉPARATION

Ce trouble se caractérise par une anxiété excessive à l’égard du retrait de la maison ou des chiffres d’attachement, l’anxiété dépasse ce qui est attendu par rapport au stade de développement de l’individu, et persiste pendant au moins un mois, provoque des souffrances intenses et des dommages expressifs, dans différents domaines de la vie (DSM 5, 2014).

Les enfants ou les adolescents craignent qu’il ne se passe quelque chose pour eux-mêmes ou pour leurs soignants, à moins qu’ils ne leur soient retirés. Ainsi, ils assument un comportement d’attachement excessif à leurs soignants, empêchant l’enlèvement ou même systématiquement les téléphoner. Ils ont besoin de compagnie pour dormir et peuvent résister au sommeil par crainte de séparation ou de perte de contrôle. Ils se réfèrent à des cauchemars, sur les craintes de séparation est le refus commun de l’école secondaire chez ces patients (CASTILLO, 2000).

Il suffit qu’un enfant imagine que ses parents seront absents pour que des manifestations somatiques d’anxiété (douleurs abdominales, maux de tête, nausées et vomissements) puissent survenir. Certains ont des palpitations, des étourdissements et une impression d’évanouissement. Des études rétrospectives ont soulevé l’hypothèse que l’anxiété de séparation dans l’enfance peut constituer un facteur de risque pour l’apparition des désordres d’inquiétude chez les adultes (CASTILLO, 2000).

3.2.2 TROUBLE D’ANXIÉTÉ GÉNÉRALISÉE (TAG)

Les caractéristiques essentielles du trouble d’anxiété généralisée sont l’anxiété excessive et les préoccupations (attente appréhendive) au sujet de divers événements ou activités. L’intensité, la durée ou la fréquence de l’anxiété et de l’inquiétude sont disproportionnées par rapport à la probabilité ou à l’impact réel de l’événement prévu. L’individu a de la difficulté à contrôler la préoccupation et à empêcher les pensées inquiétantes d’intervenir dans l’attention aux tâches en question. Les adultes atteints d’un trouble d’anxiété généralisée s’inquiètent souvent des circonstances courantes de la vie quotidienne, comme les responsabilités possibles au travail, la santé et les finances, la santé des membres de la famille, les malheurs avec leurs enfants ou les problèmes mineurs (p. ex., effectuer des tâches ménagères ou être en retard pour les rendez-vous). Les enfants atteints de troubles ont tendance à s’inquiéter excessivement de leur compétence ou de la qualité de leur performance. Au cours du trouble, l’objet de la préoccupation peut passer d’une préoccupation à l’autre. […] (DSM 5, 2014, p.222).

TAG est le trouble anxieux le plus souvent trouvé dans la pratique clinique, étant considéré comme une maladie chronique, associée à la morbidité élevée et aux coûts individuels et sociaux élevés, avec une grande demande pour des services médicaux ambulatoires, puisque les symptômes de TAG sont souvent confondus avec d’autres conditions cliniques (RAMOS, 2009). La dépression coexiste souvent chez les patients atteints de TAG (MACKINNON, 2008). La symptomatologie associée au TAG inclut l’agitation, la fatigue, la difficulté à se concentrer, la nervosité, la tension musculaire, le désordre de sommeil, l’inquiétude excessive (KINRYS et WYGANT, 2005).

3.2.3 PHOBIE SPÉCIFIQUE

La phobie spécifique présente la peur ou l’anxiété associée à la présence d’un objet ou d’une situation particulière (stimulus phobique). Pour le diagnostic de phobie spécifique, la peur ou l’anxiété sont exagérées par rapport au danger réel manifesté par l’objet ou la situation. Les souffrances causées ajoutent des dommages à des domaines sociaux, professionnels ou autres domaines importants de la vie (DSM 5, 2014).

Les personnes atteintes de phobie spécifique utilisent l’évitement pour résoudre le problème. Sa vie est liée à des peurs irréelles et pénibles. Ils expliquent rationnellement leurs craintes, mais en même temps reconnaissent que les objets ou les situations ne sont que partiellement responsables de leurs sentiments. Bien qu’ils perçoivent souvent leur peur comme inadéquate, ils croient qu’éviter la situation est le seul choix possible en raison de leur peur intense (MACKINNON, 2008).

3.2.4 TROUBLE D’ANXIÉTÉ SOCIALE (TAS)

La peur et l’anxiété intenses caractérisent le TAS dans les situations sociales où l’individu peut être jugé par les autres. La possibilité d’une évaluation négative provoque une anxiété intense, amenant le sujet à éviter souvent ces moments. L’anxiété et la peur sont comparées à la menace réelle manifestée par la situation sociale et le contexte socioculturel, qui finissent par provoquer des évitements persistants qui durent généralement plus de six mois. Causer des souffrances et des déficiences cliniquement significatives dans les domaines social, professionnel ou autre de la vie (DSM 5, 2014).

Dans les échantillons cliniques, le TAS a une prévalence de 12,1% au cours de la vie. Les patients atteints de TAS représentent 10 à 20% des personnes souffrant de troubles anxieux (MULULO et al., 2009). Selon Ramos (2009), les symptômes du TAS peuvent apparaître à l’adolescence et évoluer de manière chronique.

3.2.5 TROUBLE PANIQUE (TP)

Dans le trouble panique, il ya une flambée abrupte de peur, ou un inconfort intense qui atteint un sommet en quelques minutes et pendant ce temps les symptômes les plus communs présentés sont: palpitations, accélération de la fréquence cardiaque, transpiration, se sentir à bout de souffle, ou d’être étouffé, se sentir étourdi, peur de perdre le contrôle ou de mourir, dépersonnalisation, disréalisation, en plus d’autres symptômes. Le départ est toujours soudain et la durée de 10 à 30 minutes en moyenne (DSM 5, 2014).

Les crises de panique peuvent arriver à n’importe qui, mais seulement ceux qui ont des attaques fréquentes, trois ou plus pendant un mois, sont diagnostiqués comme TP (RAMOS, 2009). Ce trouble touche environ 3 % de la population et cause beaucoup de souffrances à la personne et des dommages dans sa vie (SHINOHARA, 2005). Ce trouble chronique influe sur la qualité de vie des patients, puisque ses répercussions affectent plusieurs contextes sociaux, physiques, familiaux et professionnels (CARVALHO et al., 2008).

3.2.6 AGORAPHOBIE

L’agoraphobie se caractérise par la peur ou l’anxiété marquée ou intense déclenchée par l’exposition, réelle ou prévue, à diverses situations. Pour faire le diagnostic, il est nécessaire que les symptômes se produisent dans au moins deux des cinq situations telles que: l’utilisation des transports publics; rester dans l’espace ouvert; rester à l’intérieur; rester dans une ligne ou dans la foule; départ seul de la maison (DSM 5, 2014).

Lorsque l’anxiété ou la peur est déclenchée dans ces situations, les individus éprouvent généralement des pensées que quelque chose de terrible pourrait se produire. Ils croient qu’échapper à ces situations serait très difficile, ou qu’il n’y a pas d’aide disponible lorsque des symptômes de panique se produisent, ou d’autres symptômes invalidants et embarrassants. L’anxiété est évoquée presque chaque fois que la personne entre en contact avec la situation dhimed (DSM 5, 2014). Ces personnes développent une série de stratégies pour faire face à la peur, comme quitter la maison accompagné, ou toujours porter un tranquillisant avec vous. L’anxiété d’anticipation fait également partie du tableau (RAMOS, 2009).

3.2.7 MUTISME SÉLECTIF

DSM 5 (2014) fournit la description que les enfants atteints de mutisme sélectif lorsqu’ils rencontrent d’autres personnes dans des interactions sociales, ne commencent pas le discours ou ne répondent pas quand d’autres leur parlent. Le manque de parole se produit dans les interactions sociales avec les adultes et les autres enfants.

Les enfants atteints de ce trouble parlent à la maison en présence de membres de leur famille, mais souvent ne parlent pas à des amis proches ou à des membres de leur famille au deuxième degré. Le trouble est souvent marqué par une anxiété sociale élevée. À l’école, ces enfants refusent souvent de parler et ont des répercussions sur le rendement scolaire.

Quant au développement et au cours de ce désordre, en général, son début se produit avant l’âge de 5, mais peut ne pas être médicalement détecté jusqu’à entrant dans l’école, où il y a une augmentation de l’interaction sociale (DSM 5, 2014).

Les facteurs de risque de mutisme sélectif ne sont pas bien identifiés. L’affectivité négative (névrose) ou l’inhibition comportementale peuvent jouer un rôle, ainsi que les antécédents parentaux de timidité, d’isolement social et d’anxiété sociale. Au niveau environnemental, les parents d’enfants atteints de mutisme sélectif ont été décrits comme surprotecteurs et plus contrôlants que les parents d’enfants atteints d’autres troubles anxieux ou sans perturbations. En raison du chevauchement significatif entre le mutisme sélectif et la phobie sociale, il peut y avoir des facteurs génétiques communs aux deux conditions (DSM 5, 2014).

4. RÉSULTATS ET DISCUSSION

Araújo (2013), a effectué un examen systématique à la recherche d’instruments d’évaluation psychologique disponibles au Brésil, avec pertinence pour les diagnostics de troubles anxieux et divisé les instruments en sept catégories. La première catégorie comprend des instruments qui analysent l’anxiété comme une construction globale, dans cette catégorie est l’inventaire de l’anxiété état-trait – STAI). La deuxième catégorie comprend des instruments d’évaluation des troubles psychiatriques, comme le Screen for Child Anxiety Related Emotional Disorders (SCARED) ou des instruments d’évaluation des troubles anxieux et des troubles d’autres catégories psychiatriques (p. ex., Composite International Diagnostic Interview – CIDI).

Le troisième comprend des instruments d’évaluation de troubles anxieux spécifiques par des comportements, des pensées et/ou des sentiments symptomatiques du trouble en question (p. ex., Inventaire de la phobie sociale – SPIN). Le quatrième comprend des instruments d’évaluation de l’anxiété liés à des contextes spécifiques (p. ex., l’hôpital, où elle s’applique aux échelles d’anxiété et de dépression – HADS); Competitive State Anxiety Inventory-2 – CSAI-2). La cinquième catégorie comprend des instruments d’évaluation d’une particularité liée à l’anxiété, comme la préoccupation : Penn State Worry Questionnaire – PSWQ; Anxiety Sensitivity Index-3 – ASI-3). La sixième catégorie, qui comprend des instruments qui évaluent la santé mentale en général – comme les plaintes liées à l’anxiété – a de la valeur en tant que dépistage indicatif de la nécessité de soins psychiatriques, dont le Self-Reporting Questionnaire-20 – SRQ-20). La septième catégorie comprend les autres instruments inclus qui ne faisaient pas partie des catégories précédentes.

Les études menées par Obelar (2016) dans un examen systématique de l’évaluation psychologique des troubles anxieux chez les adultes, y compris toutes les études publiées de 2000 à 2015, et présentant des instruments d’évaluation de l’anxiété psychologique qui incluent la population brésilienne, ont montré que les instruments les plus cités pour évaluer les troubles anxieux au Brésil étaient : Beck Anxiety Inventory (BAI); Échelle d’anxiété et de dépression à l’hôpital (HADS); Inventaire des traits et de l’anxiété de l’État (IDATE); Social Phobia Inventory (SPIN) et l’échelle d’anxiété de Hamilton. Ces instruments seront décrits ci-dessous.

4.1 INVENTAIRE D’ANXIÉTÉ BECK (BAI)

Les Beck Scales sont des inventaires développés à l’origine par Beck, Epstein, Brown et Steer en 1988 et adaptés par Jurema Alcides Cunha en 2001, a de bons coefficients de fiabilité et de validité. Le premier échantillon de fiabilité et de validité de cet inventaire a été rapporté par Cronbach’ alpha de s dans des échantillons des patients psychiatriques, non cliniques et cliniques de lycemium. Les coefficients pour les échantillons non cliniques allaient de 0,71 à 0,72. En outre, l’intervalle d’une semaine entre les tests a mené à une corrélation entre les applications d’un échantillon de la population générale de 0,99 (p<0,001) sa validité du contenu des preuves manuelles, convergente, discriminante et factoriale (CUNHA, 2001).

Les échelles Beck sont composées de quatre mesures : a) Inventaire de la dépression (BDI) qui mesure l’intensité de la dépression; b) Inventaire de l’anxiété (BAI), qui asses intensité de l’anxiété; c) L’échelle de désespoir (BHS) est connue comme mesure du pessimisme et est capable de présenter des preuves suggérant un risque de suicide chez les personnes déprimées ou les personnes ayant des antécédents de tentatives de suicide; d) Échelle d’idée de suicide (BSI) qui détecte la présence d’idées suicidaires, assing l’étendue de la motivation et la planification des comportements suicidaires. Cet instrument convient aux personnes âgées de 17 à 80 ans. Au Brésil, seuls les professionnels de la psychologie supervisés et les étudiants sont autorisés à poster ce test. Les balances peuvent être appliquées séparément ou non. Son utilisation conjointe est plus indiquée, car elle rend le diagnostic plus précis puisque les phénomènes étudiés sont souvent associés. Le résultat n’est pas influencé par l’ordre de présentation (CUNHA, 2001).

BAI a été adapté et normalisé pour la population brésilienne par Cunha (2001). Il évalue les symptômes d’anxiété sur une échelle de zéro à quatre points, et identifie les niveaux croissants de gravité de chaque symptôme (TAVARES et al., 2012).

4.2 ÉCHELLE HOSPITALIÈRE D’ANXIÉTÉ ET DE DÉPRESSION (HADS)

Plusieurs instruments ont déjà été décrits afin d’évaluer l’anxiété et la dépression (échelle d’anxiété de Hamilton, inventaire de l’anxiété IDATE I et II, inventaires de l’anxiété et de la dépression beck et échelle d’anxiété et de dépression hospitalière (HADS). La plupart d’entre eux ont été créés pour être utilisés chez les patients souffrant de troubles psychiatriques. Cependant, HADS a été initialement créé pour vérifier les symptômes d’anxiété et de dépression chez les patients dans les hôpitaux et les cliniques non psychiatriques, plus tard a commencé à être utilisé chez les patients non hospitalisés et chez les personnes théoriquement sans troubles.

HADS a été limité à 14 articles, divisés en sous-échelles d’anxiété et de dépression. Zigmond et Snaith (1983) ont recommandé deux seuils dans les deux sous-échelles comme suit : les cas possibles avec des scores supérieurs à 8 et les cas probables, supérieurs à 11 points. Ils ont également suggéré un troisième point de coupure: en ce qui concerne les troubles graves, qui ont reçu plus de 15 points.

Cet instrument a déjà été traduit en plusieurs langues. Botega et al., (1995) a produit une étude de validation des HADS en portugais. HADS diffère des autres échelles en excluant l’interférence des troubles somatiques, de sorte qu’ils ne sont pas présents dans le score de cette échelle, les symptômes d’anxiété ou de dépression associés à des maladies physiques.

Par conséquent, les éléments tels que la perte de poids, l’anorexie, l’insomnie, la fatigue, le pessimisme quant à l’avenir, maux de tête et étourdissements, etc ne sont pas inclus.

4.3 INVENTAIRE D’ANXIÉTÉ TRACE-ÉTAT (IDATE)

Cet inventaire est l’un des instruments les plus utilisés pour quantifier les composantes subjectives de l’anxiété (KEEDWELL et SNAITH, 1996). Il a été préparé par Spielberger; Gorsuch et Lushene (1970) et au Brésil a été traduit et adapté par Biaggio et Natalício (1979). IDATE a une échelle pour évaluer l’anxiété comme un état (IDATE-E) et un autre qui vérifie l’anxiété comme un trait  (IDATE-T).

L’état anxieux dépeint une réponse transitoire liée à une situation d’adversité qui se présente à un moment donné, tandis que le trait fait référence à un aspect plus stable, la propension de l’individu à faire face à une anxiété plus ou moins grande tout au long de la vie (CATTELL et SCHEIER, 1961).

Le STAI a d’abord été développé dans le but de mesurer des structures latentes spécifiques, dans lesquelles chaque échelle correspondrait à un seul facteur (SPIELBERGER et al., 1970). Toutefois, des études ont été menées dans les années 1970-1980 avec des bases techniques et statistiques d’analyse des facteurs, ce qui a indiqué l’existence de deux facteurs pour STAI-E et STAI-T (BARKER; BARKER et al., WADSWORTH, 1977; GAUDRY et POOLE, 1975; LOO, 1979; SPIELBERGER et al., 1980). Ce modèle de résultats a suscité des discussions sur la véritable structure potentielle de ces échelles, en particulier en ce qui concerne le IDATE-T qui a démontré un plus grand problème d’interprétation quant à la nature de ses facteurs.

Spielberger et al., (1980) ont montré que la meilleure classification des articles liés à ces deux facteurs était celle qui contenait des contenus qui manifestaient la présence ou l’absence d’anxiété.

Au Brésil, la structure factorielle du IDATE-T a été peu étudiée. Parmi les études figurent celles de Pasquali et coll., (1994) ainsi que ceux d’Andrade et al. (2001), qui a trouvé différentes structures factoriales par rapport à IDATE-T. Par exemple, Pasquali et coll. (1994), a vérifié une solution qui a aidé à interpréter les deux facteurs de IDATE-T dans « l’anxiété actuelle » et « l’anxiété absente ». D’un autre côté, Andrade et al. (2001) ont signalé la présence de deux facteurs liés à l’anxiété et à la dépression.

Les évaluations sur la structure factorielle de l’ASSA ont révélé un indice de cohérence élevé dans les deux échelles, et l’alpha de Cronbach dans trois échantillons terminait de 0,82 à 0,89 (LORICCHIO, 2012).

4.4 INVENTAIRE DE PHOBIE SOCIALE (SPIN)

Le Mini-SPIN est composé de trois éléments, qui évaluent la peur de l’embarras et de l’évitement. Pour chaque article de l’inventaire, on demande à la personne d’indiquer dans quelle mesure les situations l’ont dérangé au cours de la dernière semaine, et devrait marquer l’une des cinq options existantes, qui vont de « rien à extrêmement ». La note pour chaque option varie de 0 à 4, et la note totale de l’instrument varie de 0 à 12. Des scores de 6 points ou plus suggèrent que le clinicien devrait étudier la présence de phobie sociale généralisée. La version originale anglaise de cet instrument a une bonne sensibilité (88,7%), spécificité (90,0%) et l’efficacité diagnostique (89,9 %). Cet instrument est un bon outil pour suivre la phobie sociale généralisée (CONNOR et al. 2001).

L’inventaire de la phobie sociale (SPIN) a été validé pour le contexte brésilien par Osório et al. (2005), étant organisé en 17 éléments qui analysent les symptômes liés au trouble d’anxiété sociale. Des études ont montré des indicateurs fiables de validité et de fiabilité pour spin dans les échantillons brésiliens (ALVES, 2012). Il s’agit d’un instrument bref, auto-applicable et facile à administrer, capable de détecter les symptômes de peur, d’évitement et physiologiques (ANGÉLICO, 2012).

4.5 ÉCHELLE D’ANXIÉTÉ HAMILTON

L’échelle d’anxiété de Hamilton est composée de 14 éléments divisés en deux groupes, avec 7 éléments : le premier groupe comprend les symptômes de l’humeur anxieuse, tandis que le second comprend des symptômes physiques d’anxiété. Les éléments sont évalués à l’aide d’une échelle Likert de 5 points qu’il considère de l’absence (0) à la haute intensité des symptômes (4) (OBELAR, 2016).

4.6 AUTRES OUTILS UTILES DANS L’ÉVALUATION DU TROUBLE ANXIEUX

En plus des instruments décrits ci-dessus parce qu’ils se sont révélés les plus utilisés sur 15 ans (2000 à 2015) dans l’examen Obelar (2016), de nombreux autres tests sont utilisés pour évaluer les troubles anxieux et en raison de l’importance psychologique de chacun. Brève échelle d’évaluation psychiatrique (BPRS); Échelle d’anxiété Zung; Sous-échelle de l’anxiété de liste de contrôle des symptômes (SCL-90); échelle d’anxiété clinique (CAS); Brève échelle d’anxiété (BAS); POMS (Profil des États de l’humeur (POMS).

5. CONSIDÉRATIONS FINALES

L’anxiété est une émotion normale, un signe avant-coureurs, qui met en garde contre les dangers imminents et a pour fonction de médiation de l’interaction de l’homme avec l’environnement; être alors une réaction naturelle et nécessaire pour l’auto-préservation. Les symptômes d’anxiété sont attendus dans des situations appropriées. L’anxiété est considérée comme pathologique, quand, disproportionnée par rapport au stimulus déclenchant. Le trouble anxieux est habituellement identifié par l’apparition répétée et intense de divers aspects physiques (aquicardie, sialosquesis, hyperventilation pulmonaire et transpiration excessive), comportementaux (agitation, insomnie, exacerbation des réactions aux stimuli et aux peurs) ou cognitifs (agitation, détresse, inquiétude, nervosité et déficit de l’attention) (LOUZÃ et al., 2011).

Dans la population brésilienne, les troubles anxieux ont une prévalence élevée et sont très invalidants, causant des déficiences fonctionnelles et sociales importantes et des coûts financiers élevés pour la fonction publique. La réalisation d’un diagnostic plus précis et plus efficace est nécessaire pour que le traitement puisse être exécuté correctement. (MARCULINO et al., 2007). L’évaluation psychologique, lorsqu’elle est effectuée avec des instruments valides, fiables et à jour, peut être d’une grande aide à l’amélioration diagnostique et à l’orientation et à la planification du traitement.

Un instrument d’évaluation psychologique doit être adéquat et avoir des bases théoriques bien fondées sur des données empiriques, pour générer des diagnostics et des pronostics sûrs (CUNHA, 2001; PRIMI, 2010).

Les instruments qui évaluent l’anxiété devraient assurer la confiance des cliniciens et des chercheurs pour effectuer des processus de dépistage et de diagnostic en toute sécurité, en appuyant les pratiques cliniques et académiques dans la planification et l’efficacité des interventions. Il est important que les professionnels connaissent les qualités des instruments disponibles au Brésil pour l’évaluation des troubles anxieux et les qualités des instruments afin de pouvoir choisir le meilleur instrument et le plus approprié pour mesurer ce qui est souhaité, selon les objectifs en question.

L’évaluation psychologique doit être comprise comme plus qu’un simple domaine appliqué à l’utilisation de mesures et de techniques. L’évaluation, en général, et le développement d’instruments, servent à objectiver et à opérationnaliser les théories et les constructions (PRIMI, 2010). Ils impliquent la relation des concepts théoriques avec des éléments observables et nécessitent l’application de la méthode scientifique. À la recherche de preuves de l’adéquation des instruments d’évaluation, les études aident à l’élaboration des constructions évaluées (PRIMI, 2010). Ainsi, les progrès des études sur l’évaluation de l’anxiété offrent des bases théoriques et empiriques pour le développement et la connaissance de cette construction et pour la prévention et le traitement des troubles anxieux.

6. RÉFÉRENCES

ALVES, Nelson Torro et al. Ansiedade social e atribuição de emoções a faces neutras. Estudos de Psicologia (Natal), v. 17, n. 1, p. 129-134, 2012.

AMERICAN PSYCHIATRIC ASSOCIATION et al. DSM-5: Manual diagnóstico e estatístico de transtornos mentais. Artmed Editora, 2014.

ANDRADE, L. et al. Psychometric properties of the Portuguese version of the State-Trait Anxiety Inventory applied to college students: factor analysis and relation to the Beck Depression Inventory. Brazilian Journal of Medical and Biological Research, v. 34, n. 3, p. 367-374, 2001.

ANGÉLICO, Antonio Paulo; CRIPPA, José Alexandre S.; LOUREIRO, Sonia Regina. Utilização do Inventário de Habilidades sociais no diagnóstico do transtorno de ansiedade social. Psicologia: Reflexão e Crítica, v. 25, n. 3, p. 467-476, 2012.

ANTAI-OTONG, Deborah. Anxiety disorders: treatment considerations. Nursing clinics of North America, v. 38, n. 1, p. 35-44, 2003.

ARAÚJO, Álvaro Cabral; LOTUFO NETO, Francisco. A nova classificação americana para os transtornos mentais: o DSM-5. Revista brasileira de terapia comportamental e cognitiva, v. 16, n. 1, p. 67-82, 2014.

ARAÚJO Desousa, Diogo et al. Revisão sistemática de instrumentos para avaliação de ansiedade na população brasileira. Avaliação Psicológica, v. 12, n. 3, 2013.

ARAUJO, Neuraci Gonçalves de. Fobia específica: passo a passo de uma intervenção bem-sucedida. Revista Brasileira de Terapias Cognitivas, v. 7, n. 2, p. 37-45, 2011.

ASBAHR, Fernando R. Transtornos ansiosos na infância e adolescência: aspectos clínicos e neurobiológicos. Jornal de Pediatria, v. 80, n. 2, p. 28-34, 2004.

BARKER, Barbara M.; BARKER JR, Harry R.; WADSWORTH JR, Allen P. Factor analysis of the items of the state‐trait anxiety inventory. Journal of Clinical Psychology, v. 33, n. 2, p. 450-455, 1977.

BIAGGIO, Angela, Maria B.; NATALÍCIO, Luiz. Manual para o inventário de ansiedade Traço-Estado (IDATE). Rio de Janeiro: CEPA, v. 15, 1979.

BOTEGA, Neury J. et al. Transtornos do humor em enfermaria de clínica médica e validação de escala de medida (HAD) de ansiedade e depressão. Revista de saúde pública, v. 29, p. 359-363, 1995.

BOWMAN, Marilyn L. Testing individual differences in ancient China. American Psychologist, v. 44, n. 3, p. 576b, 1989.

BUENO, José Maurício Haas; PEIXOTO, Evandro Morais. Avaliação psicológica no Brasil e no mundo. Psicologia: Ciência e Profissão, v. 38, n. SPE, p. 108-121, 2018.

CARVALHO, Marcele Regine de; NARDI, Antonio Egidio; RANGÉ, Bernard. Comparação entre os enfoques cognitivo, comportamental e cognitivo-comportamental no tratamento do transtorno de pânico. Archives of Clinical Psychiatry (São Paulo), v. 35, n. 2, p. 66-73, 2008.

CASTILLO, Ana Regina GL et al. Transtornos de ansiedade. Revista Brasileira de Psiquiatria, v. 22, p. 20-23, 2000.

CATTELL, Raymond B.; SCHEIER, Ivan H. The meaning and measurement of neuroticism and anxiety. Ronald Press, New York. 1961.

CLARK, David. A.; BECK, Aron, T. Terapia cognitiva para os transtornos de ansiedade: ciência e prática. Porto Alegre: Artmed. 2012.

CONNOR, Kathryn M. et al. Mini‐SPIN: A brief screening assessment for generalized social anxiety disorder. Depression and anxiety, v. 14, n. 2, p. 137-140, 2001.

CONSELHO FEDERAL DE PSICOLOGIA. Resolução CFP, Resolução nº 6, de 29 de março de 2019. Brasília: Conselho Federal de Psicologia, 2019.

COSTELLO, Elizabeth.  E. Developments in child psychiatric epidemiology. Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry, v.28, p.836-841,1989.

CRASKE, Michelle G. et al. What is an anxiety disorder?. Depression and anxiety, v. 26, n. 12, p. 1066-1085, 2009.

CUNHA, Jurema Alcides et al. Manual da versão em português das Escalas Beck. São Paulo: Casa do Psicólogo, p. 11-13, 2001.

FLEITLICH-BILYK, Bacy; GOODMAN, Robert. Prevalence of child and adolescent psychiatric disorders insoutheast Brazil. Journal of the American Academy of Child & Adolescent Psychiatry, v. 43, n. 6, p. 727-734, 2004.

FORD, Tamsin; GOODMAN, Robert; MELTZER, Howard. The British child and adolescent mental health survey 1999: the prevalence of DSM-IV disorders. Journal of the American academy of child & adolescent psychiatry, v. 42, n. 10, p. 1203-1211, 2003.

GAUDRY, Eric; VAGG, Peter; SPIELBERGER, Charles D. Validation of the state-trait distinction in anxiety research. Multivariate Behavioral Research, v. 10, n. 3, p. 331-341, 1975.

GIL, Antonio Carlos. Métodos e técnicas de pesquisa social. 6. ed. Editora Atlas SA, 2008.

GOMES, W. B. A tradição em avaliação psicológica no Rio Grande do Sul: a liderança e a referencia de Jurema Alcides Cunha. Avanços e polemicas em avaliação psicológica: em homenagem a Jurema Alcides Cunha, 1ª Ed., São Paulo: casa do psicólogo, p. 7, 2009.

GONÇALVES, Daniel Maffasioli; KAPCZINSKI, Flávio Pereira. Prevalência de transtornos mentais em indivíduos de uma unidade de referência para Programa Saúde da Família em Santa Cruz do Sul, Rio Grande do Sul, Brasil. Cadernos de saúde pública. Rio de Janeiro. V. 24, n. 9. p.2043-2053, 2008.

GOTTFREDSON, Linda; SAKLOFSKE, Donald H. Intelligence: Foundations and issues in assessment. Canadian Psychology/Psychologie canadienne, v. 50, n. 3, p. 183, 2009.

HUTZ, Claudio Simons; BANDEIRA, Denise Ruschel. Avaliação psicológica no Brasil: situação atual e desafios para o futuro. Construindo a psicologia brasileira: desafios da ciência e prática psicológica. São Paulo: Casa do Psicólogo, p. 261-275, 2003.

HUTZ, Claudio Simon. O que é avaliação psicológica: métodos, técnicas e testes. Psicometria. Cap, v. 1, p. 11-21, 2015

KEEDWELL, Paul; SNAITH, R. P. What do anxiety scales measure?. Acta Psychiatrica Scandinavica, v. 93, n. 3, p. 177-180, 1996.

KINRYS, Gustavo; WYGANT, Lisa E. Transtornos de ansiedade em mulheres: gênero influencia o tratamento?. Revista Brasileira de Psiquiatria, v. 27, supl. II, p. 43 – 45, 2005.

LOO, Robert. The State-Trait Anxiety Inventory A-Trait scale: Dimensions and their generalization. Journal of personality assessment, 1979.

LORICCHIO, Tânia Mara Brito; LEITE, José Roberto. Estresse, ansiedade, crenças de autoeficácia e o desempenho dos bacharéis em Direito. Avaliação Psicológica, v. 11, n. 1, p. 37-47, 2012.

LOUZÃ NETO, Mario Rodrigues; CORDÁS, TákiAthanássios. Transtornos da personalidade. Porto Alegre: Livraria do Advogado, 2011.

LUNDIN, R. W. Personalidade: Uma análise do comportamento (RR Kerbauy, Trad.). São Paulo, SP: EPU.(Original publicado em 1969), 1977.

MACIKINNON, Roger A. A entrevista psiquiátrica clínica. 2. ed. Porto Alegre: Artmed. 2008.

MARCOLINO, José Álvaro Marques et al. Escala hospitalar de ansiedade e depressão: estudo da validade de critério e da confiabilidade com pacientes no pré-operatório. Revista Brasileira de Anestesiologia, v. 57, n. 1, p. 52-62, 2007.

MELO, Laiz Alves Guimarães. Avaliação psicológica em crianças e adolescentes em situação de risco. Revista Especialize On-line IPOG, v.1, n. 13, p. 1-13, 2017

MULULO, Sara Costa Cabral et al. Eficácia do tratamento cognitivo e/ou comportamental para o transtorno de ansiedade social. Revista Psiquiatrica RS, v. 31, n. 3, p. 1-10, 2009.

OBELAR, Rosemeri Marques. Avaliação psicológica nos transtornos de ansiedade. Estudos brasileiros. Monografia (Especialização em Avaliação Psicológica) – Instituto de Psicologia, Universidade Federal do Rio Grande do Sul, Curso de pós-graduação em Psicologia, Estado do Rio Grande do Sul, Porto Alegre, 2016.

ORGANIZAÇÃO MUNDIAL DE SAÚDE-OMS. Depression and other common mental disorders: global health estimates [Internet]. Geneva: WHO; 2017[cited 2017 Nov 04]. Available from: http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/254610/1/WHO-MSD-MER-2017.2-eng.pdf

OSÓRIO, Flávia de Lima; CRIPPA, José Alexandre de Souza; LOUREIRO, Sonia Regina. Instrumentos de avaliação do transtorno de ansiedade social. Archives of Clinical Psychiatry (São Paulo), v. 32, n. 2, p. 73-83, 2005.

PASQUALI, Luiz; PINELLI JÚNIOR, Balsem; SOLHA, Andréia Carvalho. Contribuiçäo à validaçäo e normalizaçäo da escala de ansiedade-traço do IDATE. Psicol. teor. pesqui, v. 10, n. 3, p. 411-20, 1994.

PINE, Daniel S. Childhood anxiety disorders. Current Opinion in Pediatrics, v. 9, n. 4, p. 329-338, 1997.

PRIMI, Ricardo et al. Critérios para avaliação de testes psicológicos. Em Conselho Federal de Psicologia – CFP (Org.), Avaliação dos testes psicológicos: relatório, p. 31-55. Brasília: CFP. 2004

PRIMI, Ricardo. Avaliação psicológica no Brasil: fundamentos, situação atual e direções para o futuro. Psicologia: Teoria e Pesquisa, v. 26, n. 25ANOS, p. 25-36, 2010.

RAMOS, Renato T. Transtornos de Ansiedade. RBM, Revista Brasileira de Medicina, v.66 n.11. p. 365-374, 2009

SHINOHARA, Helene. Transtorno de pânico: da teoria à prática. Revista Brasileira de Terapias Cognitivas, v. 1, n. 2, p. 115-122, 2005.

SILVA, André Luiz Picolli da. O tratamento da ansiedade por intermédio da acupuntura: um estudo de caso. Psicologia: ciência e profissão, v. 30, n. 1, p. 200-211, 2010.

SPENCE, Susan H. et al. The structure of anxiety symptoms among preschoolers. Behaviour research and therapy, v. 39, n. 11, p. 1293-1316, 2001.

SPIELBERGER Charles Donald, et al. STAI: manual for the State – Trait Anxiety Invetory. Palo Alto, CA: Consulting Psychologists Press. 1970

SPIELBERGER, Charles D. et al. The factor structure of the state-trait anxiety inventory. Stress and anxiety, v. 7, p. 95-109, 1980.

STRAUB, Ricardo O. Psicologia da Saúde. Porto Alegre: Artmed.2005

TAVARES, Gislaine Pereira; SCHEFFER, Morgana; ALMEIDA, Rosa Maria Martins de. Drogas, violência e aspectos emocionais em apenados. Psicologia: Reflexão e Crítica, v. 25, n. 1, p. 89-95, 2012.

TESS, Vera Lucia Carvalho. Disfunções sexuais em pacientes com transtorno de pânico com e sem agorafobia. 1996. Tese de Doutorado. Dissertação de Mestrado. Faculdade de Medicina da Universidade de São Paulo.

VASCONCELOS, Arilane da Silva; COSTA, Cristina; BARBOSA, Leopoldo Nelson Fernandes. Do transtorno de ansiedade ao câncer. Revista da SBPH, v. 11, n. 2, p. 51-71, 2008.

VIANNA, Renata Ribeiro Alves Brarboza. Avaliação dos níveis de ansiedade de uma amostra de escolares no Rio de Janeiro através da Escala Multidimensional de Ansiedade para Crianças (MASC-VB). Psicologia Clínica, v. 21, n. 2, p. 500-500, 2009.

ZIGMOND, Anthony S.; SNAITH, R. Philip. The hospital anxiety and depression scale. Acta psychiatrica scandinavica, v. 67, n. 6, p. 361-370, 1983.

[1] Doctorat en pathologie expérimentale et comparative – USP-SP.

Envoyé : juillet 2020.

Approuvé : octobre 2020.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here