REVISTACIENTIFICAMULTIDISCIPLINARNUCLEODOCONHECIMENTO

Revista Científica Multidisciplinar

Pesquisar nos:
Filter by Categorias
Administration
Administration navale
Agronomie
Architecture
Art
Biologie
Chimie
Communication
Comptabilité
cuisine
De marketing
Dentisterie
Déontologie
Droit
Éducation
Éducation physique
Environnement
Génie Agricole
Génie chimique
Génie de l’environnement
génie électrique
Génie informatique
Génie mécanique
Géographie
Histoire
Ingénierie de production
Ingénierie de production
l'informatique
Littérature
Mathématiques
Météo
Nutrition
Paroles
Pédagogie
Philosophie
Physique
Psychologie
Santé
Science de la Religion
Sciences aéronautiques
Sciences sociales
Sem categoria
Sociologie
Technologie
Théologie
Tourisme
Travaux Publics
Vétérinaire
Zootechnie
Pesquisar por:
Selecionar todos
Autores
Palavras-Chave
Comentários
Anexos / Arquivos

Problèmes psychologiques provenant de la recherche du beau corps dans le contexte de la majorité sociale

RC: 64732
247
3.5/5 - (15 votes)
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!

CONTEÚDO

REVUE BIBLIOMÉTRIQUE

TAKAHASHI, Andressa Yumi [1]

TAKAHASHI, Andressa Yumi. Problèmes psychologiques provenant de la recherche du beau corps dans le contexte de la majorité sociale. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 05, Ed. 09, Vol. 09, p. 23 à 34. septembre 2020. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/psychologie-fr/beau-corps

RÉSUMÉ

L’objectif de cette écriture était d’apporter le problème du culte au beau corps à l’époque contemporaine, en présentant la construction historique du corps féminin jusqu’au 21ème siècle ainsi que le modèle controversé de beauté imposé par les médias et la société capitaliste qui provoque des conditions pathologiques et des pertes biopsychosociales.  À cette fin, la recherche bibliographique a été utilisée dans la sphère sociale et psychanalytique freudienne, qui avait pour résultat principal la relation entre le corps féminin pour l’autre et les troubles de l’alimentation.

Mots clés: corps féminin, modèle de beauté, médias, capitalisme, troubles de l’alimentation.

1. INTRODUCTION

Nous vivons dans une société où il présente une variété de possibilités d’altérations corporelles afin de correspondre au culte du beau corps à l’époque contemporaine. Ce thème apporte des problèmes à discuter car il endommage la santé mentale des personnes touchées par l’aliénation quant à leur corps soutenu par l’industrie de la perte de poids.

Partant de ces principes et comprenant le corps comme une construction socioculturelle, la présente étude vise à discuter, du point de vue social et psychanalytique, de l’influence des intérêts du système capitaliste ainsi que de l’affichage de représentations sociales sur la distorsion des images et des troubles de l’alimentation.

Michel Foucault (1987) déclare que :

[…] dans toute société, le corps est pris au piège dans des pouvoirs très serrés, qui lui imposent des limites, des interdictions ou des obligations. […] Il est alors formé une politique de coertions qui est une œuvre sur le corps, une manipulation calculée de ses éléments, ses gestes, ses comportements. Le corps humain entre dans une machine de puissance que le balayage, le désarticule et le recompose. (FOUCAULT, 1987, p.119).

Grâce à cette citation, nous percevons la forme de contrôle social lié au corps, nous appelons ce phénomène comme une pression esthétique, qui s’expose comme un facteur déclencheur de troubles de l’alimentation ainsi que d’autres troubles psychiatriques. Cette pression esthétique des vecteurs tels que la beauté et les industries du capitalisme sont de plus en plus présentes dans les campagnes publicitaires et les produits médiatiques produisant des croyances déformées, qui est considéré comme totalement malléable sans tenir compte des facteurs génétiques et biologiques et la croyance qu’en acquérant le corps idéalisé réussira dans d’autres domaines de la vie: le résultat d’une société où il ya une stigmatisation quand il s’agit de l’intellect des femmes et aussi le produit d’une construction socioculturelle en que les réalisations des femmes sont éclipsées simplement par le poids et le corps.

Les efforts dévoués autour du corps idéal, qui est actuellement une idée irréalisable, sont justifiés par son identification comme un nouveau modèle de bonheur humain. Comme l’explique Silva (2001, p.55), la transition vers ce nouvel universel «[…] se fait par une technologie qui investit profondément dans les enjeux de l’organisme, lui-même identifié au progrès et au service du marché, qui cherche à se développer de manière illimitée ».

La recherche bibliographique comprenait des articles publiés dans des revues publiques et de santé mentale, basés sur les mots clés: corps féminin, troubles de l’alimentation, médias et subjectivité, capitalisme, industrie de la beauté, féminité et psychanalyse.

2. FÉMINITÉ ET PSYCHANALYSE

En psychanalyse, les discussions sur le corps de la femme commencent par des études sur l’hystérie. C’est grâce aux observations cliniques des femmes hystériques que Freud a développé sa théorie, en outre, c’était la première formulation non médicale sur le corps. Selon des auteurs tels que Birman (1998) et Garcia-Roza (1990), la psychanalyse est une science de la psyché, c’est-à-dire que le corps qu’elle traite n’est pas le corps anatomique, mais le corps construit par la culture. Ce sujet vise à analyser le développement de la féminité comme des positions construites psychiquement, parce que « Freud trouve que personne n’est né une femme, cette condition est construite ». (TOMAZ, 2001, p. 81).

Dans l’enfance il n’y a qu’un seul sexe: le mâle à son tour puis la féminité n’existe pas depuis le début pour une fille, elle ne sera en mesure d’assumer la position féminine quand elle assume une condition maternelle qui affaiblit également l’envie du pénis. C’est-à-dire, dans ce contexte socio-historique, Freud lie la féminité à la maternité et à la passivité et le bébé se caractérise alors comme le phallus de la femme.

Au préalable, Lacan passe en revue les œuvres de Freud et contrairement à Freud, Lacan affirme qu’il n’y a pas de signifiant unique qui définira ce que c’est d’être une femme, cela signifie que la compréhension des femmes n’est pas universelle et que la féminité n’a pas nécessairement besoin d’être liée à la maternité. La femme est une anatomie unique construite à travers le scénario fantasmatique de chacun, il est donc nécessaire de comprendre la singularité et la subjectivité de chaque femme.

[…] la notion de féminité peut aider à la fois à comprendre les formes contemporaines de subjectivation et à créer des espaces de diversité, d’altérité et de singularité, une tâche à partir de laquelle nous, analystes, ne devrions pas être aveuglés (NUNES, 2002, p.57).

3. CONSTRUCTION HISTORIQUE DU CORPS FÉMININ

Le corps est le signe d’une histoire, c’est-à-dire qu’elle est comprise non seulement avec des facteurs biologiques et physiologiques, mais aussi comme le produit d’une construction culturelle, historique et sociale. Pour Silvana Goellner (2003):

Le corps est aussi ce qu’on en dit et ici je prétends que le corps est également construit par la langue. C’est-à-dire que la langue ne reflète pas seulement ce qui existe. Il crée lui-même l’existant et, par rapport au corps, le langage a le pouvoir de le nommer, de le classer, de s’en remettre à ses normalités et anomalies, d’instituer, par exemple, ce qui est considéré comme un corps beau, jeune et sain. Ces représentations ne sont pas universelles, ni même fixes. Ils sont toujours temporaires, éphémères, volage et varient selon le lieu/heure où ce corps circule, vit, s’exprime, produit et est produit. (Idem. Ibid: 29).

C’est-à-dire que c’est par la langue que le concept de « ellen » est institué et c’est à travers les changements historiques du concept de corps avant l’influence des médias et du capitalisme, que de nouvelles pratiques visant le corps lui-même ont émergé.

Les idéaux de beauté d’aujourd’hui ne sont plus les mêmes depuis toujours. Le corps imaginaire social féminin subit plusieurs transformations. Depuis l’Antiquité, nous avons entendu parler des pratiques sociales de la beauté, mais comme indiqué précédemment, le concept de corps varie en fonction du moment socioculturel que nous vivons.

Aux XIIe et XIIIe siècles, des vêtements comme le corset ont été utilisés pour accentuer la silhouette mettant en évidence les attributs considérés comme féminins ainsi que pour montrer la puissance que son mari avait: les hommes voyaient les femmes comme leurs cintres et pour être en mesure de faire étalage, mettre sur eux les pièces qu’ils pouvaient se permettre. Cependant, au 19ème siècle, le corset a été mis en désuétude en raison du discours des hygiénistes, qui ont affirmé que le corset a causé des déformations dans les corps féminins.

Puis, tout au long du XXe siècle, le corps humain était synonyme de santé et de bien-être. C’est en 1930 que le culte du beau et mince corps a été inséré dans les médias avec une annonce sur les chirurgies plastiques et les interventions esthétiques. Dans les années 1940 et 1950, la référence à la féminité était Marylin Monroe avec sa hanche large et ses seins riches.

À partir des années 1960 jusqu’à la beauté physique, la beauté physique n’est plus taboue, ce qui a finalement favorisé l’utilisation des cosmétiques, effectué des chirurgies esthétiques, reproduisant le corps comme un produit et un objet social.

Actuellement, le corps féminin subit une pression esthétique à travers l’industrie de la beauté et les médias qui déterminent une forme normalisée de conception de la beauté féminine: pas de affaissement, corps bien définis, taille mince, seins fermes et arrondis et les fesses. On vit à l’ère des images, où la perfection esthétique du corps est répandue et renforcée par des modèles inaccessibles, les femmes vivent dans une recherche incessante du « orps idéau » renforcé par les médias, avec la tentative d’être accepté par la société et beaucoup finissent par tomber malade par les mécanismes utilisés pour maintenir la rentabilité autour du culte du corps. ­­

4. INDUSTRIE DE LA BEAUTÉ ET DU CAPITALISME

La culture de la consommation, étroitement liée au développement de l’industrialisation, a généré un besoin d’expansion de la mode et de la beauté basée sur le concept du « corps reconstitué », c’est-à-dire sujet au changement par des expériences, des pratiques et des produits esthétiques.  En ce sens, le corps et l’image deviennent un champ d’action fondamental du mouvement capitaliste, élargissant ainsi l’industrie de la beauté, le marché des biens et des services destinés au maintien du corps.

Le capitalisme s’est développé à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle et a ainsi fait du corps féminin la principale force de production et de main-d’œuvre, en raison de l’insatisfaction que les femmes manifestent devant leur propre corps en raison des normes de beauté imposées par la société. Ainsi, les industries de la beauté créent des produits et les caractéristiques humaines sont maintenant conférées comme des marchandises. João Bernardo (2004, p.68) déclare que «[…] c’est l’individu lui-même qui a l’intention de façonner, et les normes ne sont pas choisies par les consommateurs, mais imposées massivement par les mêmes entreprises qui vendent des produits et services de beauté ».

Par conséquent, de la beauté du capitalisme est venu à être acheté, le marché de la beauté commence à offrir de nombreuses options de procédures esthétiques ainsi que des produits de beauté pour « faire une femme plus belle ».  Le corps finit par générer l’abandon du ÊTRE et de partir pour l’utilisation de MAR de la même manière que la subjectivité finit par être réduite au corps. Aujourd’hui, le moi est le corps.

Comme costa décrit (2004)

[…] satisfaction à l’égard de deux idéaux de plaisir diffusés dans la culture d’aujourd’hui. Le premier correspond à peu près à ce que le bon sens critique ou ordinaire appelle « ‘hédonisme » ou « arcisism ». C’est le sens de l’expression moins évident et plus piétonnier. Il est admis, sans fondement empirique, que la plupart des sujets d’aujourd’hui conditionné la satisfaction personnelle ou la réalisation de soi à la jouissance de l’extase sensorielle. C’est la thèse du sujet « ercepteur de sensations », dans sa version moraliste ou préjugée (COSTA, 2004a, p. 92).

C’est-à-dire, à travers les normes imposées par la société sur la beauté et le corps idéal, nous sommes de plus en plus guidés par le désir d’avoir le corps et non pas ÊTRE. Ainsi, nous vivons dans un narcissisme basé sur ce que la culture a défini, consistant en des processus d’identification et de constitutions de l’appareil psychique.

Le besoin du marché des chirurgiens devient imaginaire car il n’y a rien de mal à l’apparence physique des femmes, car un changement social pourrait résoudre. C’est pourquoi, pour obtenir leurs revenus, les chirurgiens dépendent de la déformation de la perception et de l’intensification de la haine en eux-mêmes par les femmes. (WOLF, 1990).

Le capitalisme et les industries de la beauté utilisent des techniques, des procédures, des régimes, des cosmétiques comme une force d’oppression des femmes se desding de réflexes déformés sur leur propre image de soi du corps. C’est-à-dire, pour les industries de beauté, il est avantageux que les femmes sont insatisfaites de leur propre corps.

5. LE CORPS DE LA FEMME CONTEMPORAINE DANS LES MAGAZINES ET LES MÉDIAS

La consommation n’est pas seulement due aux industries de la beauté, mais aussi à travers les réseaux sociaux dans lesquels elles montrent une réalité forgée et fragmentée. Les médias sont le sujet par rapport à l’autre, ce qui le rend impossible et entrave le processus de fabrication des subjectivités des femmes une fois que les médias et les industries de beauté inculquent, avec la possibilité de choix offerts par le marché, un modèle standardisé de beau corps.

Les stratégies publicitaires fournissent une fausse image, produisant des individus avec l’image déformée de soi. Surtout les femmes, sont bombardées par des publicités de nombreux produits, souvent trompeurs et surestimés, qui promettent un résultat irréel. Cela peut être observé dans le comportement de nombreux influenceurs numériques, qui cachent souvent leurs chirurgies plastiques, en faisant connaître les crèmes et les accolades comme responsables de leur « orps parfai ».

En outre, un autre ordre du jour à aborder en ce qui concerne les femmes contemporaines dans les magazines et les médias sont les questions de représentations sociales. Le modèle de propagation du modèle de beauté, présenté dans les médias et les magazines, devient un facteur problématique, car il place comme un canal influent générant des changements dans le comportement, les émotions et les sentiments dus à l’insatisfaction chronique avec votre corps. En d’autres termes, les médias jouent actuellement un rôle très influent dans les pratiques des individus qui finissent par être un producteur de violence symbolique, parce qu’il rend les femmes de plus en plus homogènes et faciles à tromper par la publicité, excluant puis invisible d’autres corps en dehors de ce soi-disant « corps idéal ».

Pour Pierre Bourdieu, la violence symbolique est commise avec complicité entre ceux qui souffrent et qui pratiquent, sans souvent être conscients de ce qu’ils souffrent ou exercent, contribuant ainsi à un espace d’exclusions et d’invasions.

6. NORMES DE BEAUTÉ ET TROUBLES DE L’ALIMENTATION

En même temps, avec les influenceuses qui contribuent, même inconsciemment et sans relâche, à l’adoration du beau corps et à la pression esthétique, il y a des influenceurs qui ont été publiquement signalés qu’ils sont également victimes de cette pression esthétique ainsi que des troubles de l’alimentation. (TA).  Un exemple actuel, l’influenceur Rica de Marre, qui après avoir été la cible de plusieurs commentaires erronés sur son corps et son poids, évents à travers Instagram qu’elle a pris coupe-faim et est tombé malade peu de temps après.

La pression sociale et culturelle n’est pas un facteur causal, mais elle peut être un facteur déclencheur pour l’TA. Selon la littérature et des auteurs tels que Hercovici et Bay (1997), l’idéal de la minceur est l’un des facteurs culturels centraux pour l’augmentation de ces troubles, en particulier la boulimie et l’anorexie mentale.

Le niveau de beauté construit par la société est inconsciemment incorporé par elle. Actuellement, à la suite de la recherche de ce modèle, il y avait l’émergence d’une obsession avec le contrôle et la modélisation du corps, ainsi que l’inquiétude et la peur de l’obésité. (ANDRADE e BOSI, 2003). L’anorexie et la boulimie sont des troubles répandus chez les femmes et sont intrinsèquement liés à l’idéal de la féminité.

Les troubles de l’alimentation, selon DSM V, sont caractérisés par des individus qui présentent une idée répandue impliquant une préoccupation excessive avec le poids et la forme du corps (peur de prendre du poids), ce qui conduit à s’engager dans des régimes extrêmement restrictifs ou en utilisant des méthodes inappropriées pour atteindre le corps idéalisé. Dans la boulimie, les épisodes de manger excessive (accompagnés de beaucoup de culpabilité) sont fréquents et suivis par une méthode purgative comme les laxatifs et les vomissements induits, l’anorexie se caractérise par un poids composé de poids composé de moins de la normale minimum.

Kelnner (2001) considère que la recherche incessante du corps parfait conduit à des conflits avec nos limites humaines et finissent souvent par déclencher des symptômes psychopathologiques tels que la dépression, l’anxiété ou la mélancolie et les troubles de l’alimentation. Pour être accepté, le sujet finit par subir des situations sans tenir compte de son corps avec des facteurs physiologiques, biologiques, génétiques, une situation appelée par certains auteurs du point de réglage.

De l’avis psychanalytique, le trouble de l’alimentation est un trouble produit par l’interaction du corps avec l’environnement et l’augmentation des cas de troubles de l’alimentation peut également être comprise comme un effet de la façon dont l’organisation de la société dans laquelle les aliments ne favorisent pas l’union. Pour Freud, dans Totem et Taboo, la nourriture a la fonction de promouvoir le lien social et quand elle est incapable de remplir cette fonction, la nourriture acquiert un attribut d’angoisse. L’TA  comme l’anorexie et la boulimie sont alors des manifestations de souffrance psychique liée à un échec psychique lié à une rupture précoce dans la relation avec la figure maternelle du sujet.

L’TA est due à un investissement maternel libidinal insuffisant (insuffisant ou exagéré), avec des défauts dans la constitution du corps comme un objet psychique. En ce sens, la relation mère-fille finit par être problématique, parce que l’investissement libidinal se produit dans une fusion dans l’identification entre les deux, ne se produisant pas à la particularisation entre la mère et la fille. Ainsi, les symptômes des troubles de l’alimentation sont exprimés et créés comme une forme de défense par l’ego.

6.1 ANOREXIE MENTALE

Le terme anorexie vient de l’orexis grec, qui signifie désir en général (et pas seulement le désir de manger), précédé par le préfixe a de déni, ce qui entraîne le déni du désir. Autrement dit, l’individu anorexique a souvent faim, mais nier le désir.

Les critères diagnostiques de l’anorexie mentale, selon DSM V, sont les suivants : restriction de l’apport calorique par rapport aux besoins, ce qui entraîne un poids corporel extrêmement faible si l’on considère le contexte de l’âge, du sexe, de la trajectoire développementale et de la santé physique; poids significativement faible (défini comme un poids inférieur au poids minimum normal) ou inférieur au minimum prévu, pour les enfants et les adolescents, vient généralement d’une peur intense de prendre du poids, ou de comportements de routine qui interfère avec le gain de poids, même si elle est significativement faible. Des perturbations avec leur propre poids ou la forme du corps sont vécues, en plus de l’influence indue du poids ou de la forme du corps sur l’auto-évaluation ou l’absence persistante de reconnaissance de la gravité du faible poids corporel actuel.

En psychanalyse, l’anorexie est considérée comme un trouble de l’oralité, dans lequel il n’y a toujours pas de différenciation entre l’individu et l’objet. Ainsi, l’acte de ne pas manger en cas d’anorexie est lié à une stratégie de séparation de l’autre, ou plutôt, à une stratégie de séparation du domaine du regard maternel fournissant un mode de résistance et l’affirmation possible de son propre désir d’un soi autonome.

C’est-à-dire que ce « ne mange pas, refusant le lien fondamental de la première relation avec la mère, semble être un grand début pour mettre en scène cette vengeance, ou protestation » (GOGARTI, 2002, p. 119). Par le refus de la nourriture, le sujet vise à interdire l’autre mère, en essayant d’inverser cette relation de dépendance envers elle.

6.2 BOULIMIE NERVOSA

Le terme boulimie, qui remonte à la Grèce antique, dérive du terme grec « bous », bœuf et « limos », la faim, c’est-à-dire la « faim des bœufs » et se caractérise par l’ingestion de grandes quantités de nourriture dans un court laps de temps, suivie par des méthodes purgatives telles que l’utilisation de laxatifs et de vomissements auto-induits.

Les critères diagnostiques de la boulimie nerveuse, selon DSM, sont caractérisés par des épisodes récurrents de frénésie alimentaire; comportement compensatoire inapproprié récurrent afin de prévenir la prise de poids; la frénésie alimentaire et les comportements compensatoires inappropriés se produisent, en moyenne, au moins une fois par semaine pendant trois mois; l’auto-évaluation est indûment influencée par la forme et le poids du corps et la perturbation ne se produit pas exclusivement pendant les épisodes d’anorexie mentale.

Dans la vue psychanalytique, l’acte boulimique comprend l’expérience de l’être complet et ayant le phallus, se présente comme une pratique motrice comme une forme de jouissance qui contraste avec le sujet de l’inconscient.

7. CONCLUSION

Comme nous l’avons vu, le corps féminin est construit historiquement et culturellement. Depuis le 12ème siècle, le corps de la femme est considéré comme un corps à l’autre, c’est-à-dire un corps pour satisfaire la demande de l’homme. À travers plusieurs changements, actuellement confrontés à l’influence des médias et du capitalisme, le culte du beau corps a émergé dans de nouvelles pratiques pathologiques visant le corps lui-même comme cela se produit dans les cas de troubles de l’alimentation. Les troubles de l’alimentation sont causés par des variables multifactorielles, mais dans l’article, il a été considéré comme le facteur culturel et l’ordre psychanalytique. Il est alors considéré comme nécessaire une forme de traitement multidisciplinaire et c’est au psychologue d’établir et de restructurer les liens établis entre l’individu anorexique ou boulimique avec ses figures parentales afin de passer à une identité plus authentique, il est également nécessaire qu’il lie le beau corps comme un corps sain, libre de pressions esthétiques.

RÉFÉRENCES

American Psychiatric Association. (2014). Manual diagnóstico e estatístico de transtornos mentais: DSM-5 (5a ed.; M. I. C. Nascimento, Trad.). Porto Alegre, RS: Artmed.

ANDRADE, A; BOSI, M. L. Mídia e subjetividade: impacto no comportamento alimentar feminino. Revista de Nutrição, [S.L.], v. 16, n. 1, p. 117-125, jan. 2003.

BERNARDES, T. Adolescência, Mídia E Transtornos Alimentares: Uma Revisão Bibliográfica. 2010. 34 f. TCC (Graduação) – Curso de Enfermagem, Universidade Federal do Pampa, Uruguaiana, 2010.

BIRMAN, J. (1998). A epopéia do corpo. Nostalgias. Em Bastos, L. A. M. Eu-corpando. O ego e o corpo em Freud (pp. 09-24). São Paulo: Editora Escuta.

BERNARDO, João. Democracia totalitária: teoria e prática da empresa soberana. São Paulo: Cortez, 2004.

BITTAR, C; SOARES, A. Mídia e comportamento alimentar na adolescência. Cadernos Brasileiros de Terapia Ocupacional, [S.L.], v. 28, n. 1, p. 291-308, 2020. Editora Cubo.

FLOR, G. Corpo, mídia e status social: reflexões sobre os padrões de beleza. Rev. Estud. Comun, Curitiba, v. 23, n. 10, p. 267-274, dez. 2009.

FORTES, I. Anorexia: o traço da obstinação na clínica psicanalítica. Revista Latinoamericana de Psicopatologia Fundamental, [S.L.], v. 14, n. 1, p. 83-95, mar. 2011.

FOUCAULT, M. Vigiar e punir: nascimento da prisão. Rio de Janeiro: Vozes, 2009b.

FOUCAULT, M. Os corpos dóceis. Vigiar e punir: nascimento da prisão. 29ª ed. Tradução de Raquel Ramalhete. Petrópolis, RJ: Vozes, 2004a, p. 125-52.

GOELLNER, Silvana Vilodre. “A produção cultural do corpo.” In: LOURO, Guacira Lopes; NECKEL, Jane Felipe; GOELLNER, Silvana Vilodre. (Orgs.) Corpo gênero e sexualidade: um debate contemporâneo. Petrópolis, Vozes, 2003.

GARCIA-ROZA, L. A. O mal radical em Freud.  Rio de Janeiro; J. Zahar, 1990.

KELLNER, Douglas. A cultura da mídia. Bauru, SP: EDUSC, 2001.

NASCIMENTO, C; PRÓCHNO C. C; SILVA, L. C. O corpo da mulher contemporânea em revista. Fractal: Revista de Psicologia, [S.L.], v. 24, n. 2, p. 385-404, ago. 2012.

NUNES, S. A. O feminino e seus destinos: maternidade, enigma e feminilidade. In BIRMAN, Joel. Feminilidades. Rio de Janeiro: Contra Capa, 2002, p.35-57.

Revisão de Bourdieu, Pierre (2012), Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992). Paris: Raisons d’Agir/Seuil, 672 pp.

SILVA, H; REY, S. A beleza e a feminilidade: um olhar psicanalítico. Psicologia: Ciência e Profissão, [S.L.], v. 31, n. 3, p. 554-567, 2011.

SILVA, M. Espelho, espelho meu. Brasília, 2018.

SOUTO, S; FERRO-BUCHER, J. Práticas indiscriminadas de dietas de emagrecimento e o desenvolvimento de transtornos alimentares. Revista de Nutrição, [S.L.], v. 19, n. 6, p. 693-704, dez. 2006.

VALDIVIA, O. Psicanálise e feminilidade: algumas considerações. Psicologia: Ciência e Profissão, [S.L.], v. 17, n. 3, p. 20-27, 1997.

VIANNA, C. Da imagem da mulher imposta pela mídia como uma violação dos direitos humanos. Minas Gerais.

WOLF, N. O mito da beleza, 1990.

[1] Diplôme en cours en psychologie.

Soumis : septembre 2020.

Approuvé : septembre 2020.

3.5/5 - (15 votes)

Une réponse

  1. Super analyse! Merci Andressa! Je suis psychologue. On peut publier aussi des articles ensemble!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

SOLICITAR REGISTRO
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita