Contrastes pratiques des stratégies de lobbying et de plaidoyer : une analyse du cas du Brésil et de sa réglementation

0
9
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

ARTICLE ORIGINAL

SILVA, Marcelo Nogueira Mallen da [1]

SILVA, Marcelo Nogueira Mallen da. Contrastes pratiques du lobby et des stratégies de plaidoyer : une analyse du cas du Brésil et de sa réglementation. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. 04 année, Ed. 08, vol. 07, pp. 35-47. août 2019. ISSN: 2448-0959

RÉSUMÉ

Cet article analyse le potentiel du lobbying en tant qu'instrument démocratique de représentation des intérêts et, d'autre part, la structure connue sous le nom de plaidoyer, en soulignant les principales caractéristiques, en plus des problèmes qui peuvent causer à la lumière de la valeur politiques sociales démocratiques. Le texte traite également de la question de la réglementation, en mettant l'accent sur les facteurs qui entravent leur adoption au Brésil et les initiatives d'engagement, afin de contribuer à l'exercice du dialogue dû à la gestion dans la mise en œuvre des droits.

Mots-clés : Plaidoyer, Lobby, processus décisionnel, représentation des intérêts.

1. INTRODUCTION

Le Brésil est devenu une référence dans le débat international sur la réforme de la démocratie au cours des dernières décennies grâce à de nouvelles expériences participatives dans la conception des politiques publiques, telles que la budgétisation participative et les comités législatifs participatifs (LAVALLE, HOUTZAGER, CASTELLO, 2006).

Comme Castells (2000, p. 49) l'a fait remarquer, nous vivons un moment historique unique de transformation sociale :

(…) considérant l'histoire de l'humanité comme une série de situations stables, ponctuées à intervalles rares par des événements importants qui se produisent rapidement et aident à établir la prochaine ère stable. On peut affirmer que la fin du XXe siècle est l'un de ces rares intervalles dans l'histoire.

Ce nouveau paradigme a déterminé l'émergence d'une nouvelle structure sociale, manifestée dans un nouveau mode de développement et, avec cela, a gagné des mouvements de force qui rend plus fructueuse la tentative de changer les opinions / attitudes et, par conséquent, propager des améliorations dans l'environnement d'intérêt commun.

Tout ce potentiel de participation, la phase de simple discussion ou de préparation de propositions et de rapports parlementaires n'est pas limité. Pour cet idéal de construction éternelle du débat collectif, avec l'approche sérieuse des questions abordées aujourd'hui de plus en plus nécessite la mobilisation d'une grande variété d'agents.

Selon Lévy (1994, p. 61), « il pourrait devenir un moyen d'explorer les problèmes, la discussion pluraliste, la preuve de processus complexes, la prise de décision et l'évaluation des résultats ».

Pour cette construction est que cet article met en évidence la pertinence et la nouveauté de l'ordre du jour pour confirmer l'apprentissage dans la discipline enseignée par le professeur Luis Inacio Lucena Adams.

2. LOBBY VS CADRE THÉMATIQUE. PRATIQUE DE PLAIDOYER

2.1 CLARIFIER LES CONCEPTS

Les concepts sont fondamentaux lorsque nous essayons d'exprimer comment nous voyons le monde et comprenons son fonctionnement. Un concept n'est utile que lorsqu'il est possible, à travers lui, d'exprimer une notion générale de l'objet de l'étude et, en même temps, d'élaborer un .

ou la notion qui contient complètement son sens. Pour ce faire, il est nécessaire de présenter sa spécificité, c'est-à-dire ce qui la rend unique.

Il n'est pas étonnant que la formulation de concepts précis soit particulièrement importante dans le domaine des relations intergouvernementales, étant donné[2] que le lobbying est à la fois une activité globale et complexe.

Bien que la stratégie de plaidoyer politique ou simplement appelé comme plaidoy[3]er, même si elle représente une autre étrangeté d'origine tout aussi anglaise peut supposer, de l'expérience internationale, un engagement fort et une plus grande sensibilisation à un cause publique, comme un processus de revendication de droits qui vise à influencer la formulation et la mise en œuvre de politiques qui répondent aux besoins de la population.

Et dans ce contexte, les principales caractéristiques de l'argumentation entre le lobbying et la défense seront présentées plus tard, dans la défense des causes et des droits, comme des facteurs d'influence dans la création de mécanismes efficaces, qui apportent des avantages aux personnes concernées, agents privés, les couches de l'administration publique et de la société avant tout.

2.2 VISAGES POSITIFS ET NÉGATIFS DU LOBBY

Il est bien connu que les différents segments sociaux ne sont pas également en mesure d'organiser ou de rassembler des ressources pour former des lobbies pour défendre leurs intérêts. En ce qui concerne la capacité organisationnelle, la documentation indique que les groupes de faible taille (p. ex., les entrepreneurs des secteurs économiques oligopolisés) ont une plus grande facilité que les grands groupes (p. ex. les consommateurs dans un marché concurrentiel ou contribuables) pour résoudre les problèmes d'action collective et constituer des lobbies à la recherche d'avantages pour ses membres (OLSON, 1999).

De cette présentation, les premières notes offrent une conceptualisation standard de ce que l'on entend par le lobby de l'expression serait[f] de «subir des règles qui peuvent guider la supervision d'un groupe sur l'autre qui exige un effort collectif, ce qui n'est pas toujours facile (OLIVEIRA, 2004, p. 219), ou même formé par les « groupes de pression qui favorisent l'intérêt public » (RODRIGUES, 1982, p. 22).

2.2.1 ATTRIBUTs TRUSTED (ASPECTS POSITIFS)

Maria Cecilia Gonçalves (2012) contextualise le lobby comme la pratique de la recherche de l'accès aux agents politiques et de leur faire connaître les exigences de certains segments de la société, en utilisant les personnes (lobbyistes) et leurs canaux de contact avec le Gouvernements.

Pour Roberto Lemos (1988, p. 49), « le lobby doit être considéré comme l'organisation et l'exploitation d'un « canal efficace d'information bidirectionnelle », entre l'entité qui s'en approprie et le secteur de ce qui se concentre ». Ayant comme indicateur utilisé pour mesurer le pouvoir économique la « capacité de l'agent respectif à éliminer les obstacles auxquels l'activité respective produit des résultats positifs dans les plus brefs délais (CAMARGO, 2015, p. 76).

Le contexte ci-dessus montre : i) être légitime à l'initiative privée d'intervenir dans l'élaboration de politiques publiques qui intéressent la société; (ii) la nécessité et l'utilité du lobby, qui est reconnu pour le triple gain, lorsque la société, l'entreprise privée et l'agent public en bénéficient.

Ce gain pluriel ne sera plausible que s'il y a une transparence totale dans cette activité. Sous couvert de clarification, Milton Seligman (2018) préfère appeler le lobby par son propre nom et non par l'euphémisme "relations gouvernementales", par exemple.

2.2.2 BOA-FAITH SPRAY CYCLES (ASPECTS NÉGATIFS)

Cependant, une observation doit être faite au sujet de la ligne fine entre le lobby pris par la version légale et sa version la plus rejetée — l'illicite, est exactement dans la difficulté d'identifier quelle intention est destinée à imprimer, puisque malgré l'importance du lobby en tant qu'instrument de participation sociale et de représentation des intérêts, cette activité est constamment associée à la corruption fondée sur l'abus de pouvoir qui, dans les enseignements de Luiz Alberto Santos (2007), se produit lorsqu'un groupe de pression abuse du gouvernement pour obtenir des gains privés.

Le contrôleur général de l'Union (CGU) a même publié un rapport du Groupe de travail par l'ordonnance no 1 081 du 20 juin 2016 sur la réglementation du lobby, soulignant qu'il est "légitime", mais qu'il doit être exercé dans une stricte légalité.

Les limites de leur exercice doivent être claires, ainsi que les règles de relation des personnes intéressées avec les pouvoirs publics », étant « importantes pour séparer le lobbying (activité légitime d'un environnement démocratique) des pratiques obscures et corrompues (qui souvent , sont identifiés à tort comme du lobbying)[4]".

Cet abus [5]consiste à extrapoler les tentatives de convaincre et de faire valoir le lobby, d'atteindre la corruption et l'intimidation des fonctionnaires et des agents politiques. L'abus de droit consiste donc en l'absence commise par le titulaire d'un droit, qui va au-delà des limites ou qui dénature l'objet du droit qui lui est accordé[6].

C'est en ce sens que Washington Souza (p. 108) enseigne :

Soulignant dans les "relations de pouvoir" la modalité du pouvoir économique, nous aurons déjà ces relations juridiques imprégnées par le sens des relations économiques, dont les motivations devraient s'adapter à l'objectif de la justice, sous peine de s'opposer aux droits qui devrait s'assurer. L'exercice du pouvoir économique se fera donc dans l'obéissance à un équilibre des intérêts mis en jeu selon une ligne établie comme un délimiteur du juste et de l'injuste et qui, définie par le droit juridique, coïncidera avec licite et illicite. La conduite légale ou illégale dans la pratique du pouvoir économique définira, à son tour, son utilisation ou son abus. (Griffins de l'auteur lui-même)

En outre, selon Murillo de Aragon (Aragon, 2000 apud SANTOS, 2007), une législation efficace en matière de lobbying pour le modèle politique brésilien devrait viser, entre autres, à identifier les groupes de pression et à établir les devoirs de ces groupes face à organismes et entités de l'État. Il serait également l'objectif de la loi brésilienne de lobbying d'empêcher l'échange de faveurs et les avantages accordés aux agents et aux fonctionnaires.

Castro Paixo cité par Luiz Alberto Santos (2007), met toujours en garde contre l'immaturité des institutions démocratiques et de la culture politique brésilienne pour recevoir une législation de lobbying au plus fort de la législation américaine:

Toutefois, les faits doivent être compulsifs, et la situation de l'administration publique au Brésil, son degré élevé de corruption et sa vulnérabilité aux pressions clientélistes existantes, pourrait avoir un effet non négligeable sur l'application de cette législation. Bien qu'il ne puisse être considéré comme une faible réceptivité au Brésil à une législation visant à garantir que les activités sont soumises à des principes de contrôle et de transparence, et à un règlement capable de prévenir les abus, la corruption et les conflits intérêts, il est nécessaire d'examiner l'effet qui pourrait résulter de l'absence d'une culture politique encore largement favorable à des contrôles stricts sur l'exercice des activités de lobbying.

L'étape actuelle de la structuration de la bureaucratie publique brésilienne, même au niveau fédéral, laisse encore beaucoup à désirer; le processus de formulation, de mise en œuvre et d'évaluation des politiques publiques est entravé par le manque de personnel qualifié au niveau approprié, par la discontinuité administrative, la perméabilité excessive de la gestion publique aux postes commission par critères clients ou liés au système des partis, par la fragmentation de l'appareil d'État et, comme l'ont souligné Passion et Castro Santos, par sa nature multiforme et sa porosité par rapport aux « intérêts non exclus du jeu de formulation et la mise en œuvre des politiques.

Il existe différents schémas corporatistes, des « anneaux bureaucratiques » et des mécanismes informels d'accès et d'influence à partir desquels les résultats donnent l'impression d'objectifs privés dans les politiques publiques par des décisions de conseils et d'organismes bureaucratiques, spécialisés ou non.

L'exigence d'une utilisation appropriée du pouvoir économique ne signifie pas la nécessité de transformer les intérêts privés en intérêts publics. Ce qui est envisagé, c'est que l'agent privé ne développe pas son pouvoir en faveur de la collectivit[7]é.

C'est avec cette interprétation que le projet de loi (PL) no 1202/2007 a été construit ici au Brésil, signé par le député Carlos Zarattini (PT-SP), pour réglementer les activités de lobbying et les groupes de pression avec le secteur public.

La justification est liée à de nombreuses propositions visant à réglementer la performance des lobbies au cours de l'Administration fédérale, fondées sur l'expérience internationale, notamment aux États-Unis, en Angleterre, en France et au Mexique, qui démontreraient l'importance de l'augmentation du lobbying comme essence de la démocratie, car elle permet, avec transparence, de faire pression sur les groupes et d'intérêts d'agir de manière organisée.

Il renforce que, rien qu'au Congrès des États-Unis, plus de 3 700 entités enregistrées opèrent régulièrement dans le hall, enregistrant auparavant leurs représentants et fournissant des comptes mensuels de leurs activités, des ressources qu'ils reçoivent et pour lesquelles à leur fin.

Dans le cas brésilien, la responsabilité serait annuelle et à tout moment, les personnes accréditées pour agir en tant que lobbyistes peuvent être convoquées par les présidents des Chambres du pouvoir législatif, le ministre du Contrôle et de la Transparence et le Président de la Cour de comptes de l'Union pour fournir des éclaircissements sur leur performance ou les moyens utilisés dans ses activités.

En outre, le développement de la société civile appelle à l'institutionnalisation de ces mécanismes, sous réserve du contrôle de la société elle-même, en donnant au traitement thématique compatible avec ce que l'expérience internationale indique comme recommandé et actuel, servant source limitante sous toutes les formes qui compromettent la pertinence du processus décisionnel public.

Le PL procède d'urgence à la plénière de la Chambre des représentants, dont la question n'a pas été évaluée lors de la session d'essai du 19.03.2019, en vue de la clôture de la loi sans le début des votes et des délibérations.

Il convient de noter ici que l'insertion dans l'ordre juridique de la législation sur le lobbying, cependant, n'est pas suffisante à cent pour cent pour organiser et moraliser les relations entre les groupes de pression et le gouvernement, ainsi que des obstacles précédemment définis dans le l'événement d'approbation.

En ce sens, la législation brésilienne en matière de lobbying ne devrait pas avoir un caractère punitif. Comme alternative jusqu'à ce que la question mûrisse en fonction de la culture adoptée dans le pays, ce serait la création de codes de conduite combinés à des règlements complémentaires de contrôle et de surveillance, des règles qui encouragent la transparence dans le secteur public, la transparence partenariats entre les règles privées et publiques, les règles préventives de conflit d'intérêts et les règles de lutte contre la corruption.

2.3 CONTEMPORAIN DU TERME PLAIDOYER

Le plaid[8]oyer est un terme qui implique un ensemble de significations, qui vient de l'expérience de la démocratie américaine, sans traduction exacte en portugais. Pour Marcia Avner (2002), le plaidoyer consiste à identifier, adopter et promouvoir une cause, un effort pour façonner la perception du public ou réaliser un certain changement, que ce soit légalement ou non. La défense des intérêts peut être destinée à des individus, à des populations ou à des causes spécifiques, à l'intérêt même d'une organisation ou d'un secteur ou à de larges avantages d'intérêt public (BORIS; KREHELY, 2002).

En plus de s'adapter dans un contexte de démocratie délibérative qui renforce le processus démocratique en amenant les organisations de la société civile représentant divers groupes qui exposent leurs points de vue politiques au processus de délibération questions d'intérêt, ce qui rend le processus plus participatif (DRYZEK, 2000).

Marlene Libardoni (2000, p. 02) présente le thème de la défense du domaine des politiques publiques, avec un instrument d'articulation pour la défense d'une cause dans la perspective d'objectifs et d'intérêts collectifs :

(…) le plaidoyer a un sens plus large, en dénotant les initiatives d'incidence ou de pression politique, en promouvant et en défendant une cause et/ou un intérêt, et en s'appuyant sur les articulations mobilisées par les organisations de la société civile dans le but de donner une plus grande visibilité à certains thèmes ou questions dans le débat public et d'influencer les politiques visant à transformer la société.

Dans l'ouvrage intitulé « Agenda Training: Policy Advocacy Method for public policy teaching », Leonardo Secchi (2012, p. 33) définit les activités de plaidoyer comme :

« Engagement dans l'influence de l'opinion publique et les programmes des médias, de la politique et du gouvernement sur la pertinence d'un problème public ou d'une proposition d'intervention. »

Étant donné que la fonction de plaidoyer implique de donner la parole à un message lié à la défense d'une cause, il est essentiel de mentionner le travail "Coalitions dans l'éducation au Brésil: relation avec le gouvernement et influence sur le Plan de développement de l'éducation (PDE)", pour illustré et rédigé par Lara Elena Simielli (2013, p. 572), car il sert d'outil d'approche dédié au cadre de la coalition de défense des droits (ACF), ainsi interprété comme des coalitions de défense, qui sont comprises comme un modèle qui cherche à comprendre le processus politique basé sur le contexte de la politique,[9] [10]et conceptualisé comme:

(…) des acteurs publics et privés de diverses institutions et de divers ordres de gouvernement, qui partagent un ensemble de croyances et de valeurs communes et cherchent à manipuler les règles, les budgets et les ressources humaines du gouvernement afin d'atteindre leurs objectifs et leurs valeurs à long terme Terme.

Concrètement, le plaidoyer pourrait être décrit comme le processus organisé et planifié d'information et d'influence des décideurs, par la sensibilisation et l'engagement d'autres acteurs de la société, visant à promouvoir le changement (ou le maintien) politique publique d'un grand intérêt, fondée sur des preuves concrètes[11].

Pour élucider la question commentée, il convient de répéter les paroles de Luiz Inacio Adams (2017), dans une interview avec le conseiller juridique Portail, apportant comme un concept de ce qu'il appelle la défense républicaine, défenseur des intérêts, pour les projet[12]s.

L'insuffisance de la vaste littérature au Brésil de ce terme n'empêche pas, cependant, de trouver des références concernant la participation de la société civile plus fréquemment, ainsi que les thèmes de la participation et de la délibération, la société civile et les espaces publics, la démocratie entre autres qui abordent le rôle de plaidoyer dans les politiques publiques.

Dans le cas contraire, malgré la confirmation de la coordination des actions de défense des intérêts compte tenu des aspects juridiques, politiques, économiques et sociaux comme nous l'avons dit précédemment, aucun document de l'ordre du jour réglementaire n'a été trouvé pour reconnaître leur ou même des traces qui mènent à la réaction d'un système juridique capable de produire une norme réglementaire.

3. CONCLUSION

La formulation de mécanismes et de stratégies pour générer ce qu'on appelle le développement a été une constante dans les revenus proposés par les agents privés, les agences et les entités publiques ajoutés à la performance la plus présente de la société dans le panel intellectuel de politiques planifié par l'État.

Ces mécanismes sont à un niveau de discours permanent dans lequel, de différentes manières, il fait allusion à l'objectif d'assurer une meilleure qualité de vie avec le développement participatif susmentionné.

Pour constituer une alternative cohérente, il est encore urgent et crucial de chercher des explications sur les phénomènes du temps présent et d'élaborer des stratégies politiques prêtes à promouvoir et à générer de vastes processus d'intégration avec des préjugés publicistes, non seulement pour des intérêts individualisés, mais pour lutter contre les inégalités et la précarité des droits fondamentaux.

De telles mesures peuvent influencer et éviter la polarisation des débats actuels. Mais ce qu'on observe, c'est qu'il n'existe pas de solutions simples aux problèmes d'inégalités et de différences, aux droits individuels et aux entités de groupe. Le positionnement de questions telles que les concepts opposés peut avoir le sens de perdre le point de vos interconnexions.

S'attaquer à la question des inégalités exige de plus en plus des interconnexions entre l'individu et le collectif, pour, fortifiées avec de nouveaux instruments, ou dans l'utilisation du lobby (à condition que fait avec sérieux, honnêteté, sagesse et, en particulier, que je me suis opposé au bien commun), ou par la campagne de plaidoyer, qui donnent la priorité dans leurs actions à l'examen des déterminations des problèmes à discuter, afin qu'ils puissent planifier, prioriser et développer des actions qui présentent vraiment sur la réalité posée et qui favorisent le changement social attendu.

RÉFÉRENCES

ADAMS, Luiz Inácio Lucena. Responsabilização de advogado por planejamento tributário é intolerável. Entrevista concedida a Breno Grillo. Consultor Jurídico (CONJUR), 2017. Disponível em: <https://www.conjur.com.br/2017-set-30/entrevista-luis-inacio-adams-ex-advogado-geral-uniao>. Acesso em: 24 jun. 2019.

ANPAD, 2007. Disponível em: <http://www.anpad.org.br/admin/pdf/APS-A1916.pdf>. Acesso: 24 jun. 2019.

AVNER, Marcia. The Lobbying and Advocacy Handbook for Nonprofit Organizations: Shaping Public Policy at the State and Local Level. Minnesota: Amherst H. Wilder Foundation, 2002.

BORIS, Elizabeth T.; KREHELY, Jeff. Civic Participation and Advocacy. In: Lester. M. Salamon. The State of Nonprofit America. Washington DC: Brookings Institution Press, 2002.

BRASIL. Controladoria-Geral da União (CGU). Brasília, 2019. Relatório sobre Lobby. Em: <https://www.cgu.gov.br/Publicacoes/institucionais/arquivos/relatorio_lobby.pdf>. Acesso em: 24 jun. 2019.

_______. Câmara dos Deputados (CÂMARA). Brasília, 2019. Projeto de Lei nº 1202/2007. Disciplina a atividade de "lobby" e a atuação dos grupos de pressão ou de interesse e assemelhados no âmbito da Administração Pública Federal. Disponível em: <https://www.camara.leg.br/proposicoesWeb/fichadetramitacao?idProposicao=353631. Acesso em: 24 jun. 2019.

BRELÁZ, Gabriela de. Advocacy das Organizações da Sociedade Civil: Principais Descobertas de um Estudo Comparativo entre Brasil e Estados Unidos. XXXI Encontro

BRUNA, Sérgio Varella. Poder econômico e a conceituação do abuso em seu exercício. São Paulo: Revista dos Tribunais, 2001.

CAMARGO, Ricardo Antonio Lucas. À corrupção no Brasil a luz do Direito Econômico. Revista Acadêmica. Recife: UFPE, v. 87, n. 1, 2015.

CASTELLS, Manuel. A sociedade em rede. Economia, Sociedade e Cultura, vol. 1. São

Paulo: Paz e Terra, 2000.

CAVALIERI FILHO, Sérgio. Programa de Direito do Consumidor. São Paulo: Atlas, 2008.

DEMO, Pedro. Política social, educação e cidadania. São Paulo: Papirus, 2007.

DIAS, Rafael de Brito. A trajetória da política científica e tecnológica brasileira: um olhar a partir da análise de política. Tese (Doutorado em Política Científica e Tecnológica) — UNICAMP, 2009.

DRYZEK, John S. Deliberative Democracy and Beyond. Liberals, Critics, Contestations. Oxford: Oxford University Press, 2000.

GONÇALVES, Maria Cecília Nunes. Regulamentação do lobby no Congresso Nacional brasileiro: o estudo comparado do modelo norte-americano. Monografia (Especialização em Processo Legislativo) – CEFOR. Brasília, 2012.

GOZETTO, Andréa; MACHADO, Leandro. Ainda é necessário esclarecer conceitos: Lobby x Advocacy. Cause. São Paulo, sem data. Disponível em: <http://www.cause.net.br/ainda-e-necessario-esclarecer-conceitos-lobby-x-advocacy/>. Acesso em: 24 jun. 2019.

LAVALLE, Adrián Gurza; HOUTZAGER, Peter Pim; CASTELLO, Graziela. Representação Política e Organizações Civis: Novas Instâncias de Mediação e os Desafios da Legitimidade. Revista Brasileira de Ciências Sociais, vol. 21. n. 60, 2006.

LEMOS, Roberto Jenkins. Lobby: direito democrático. São Paulo: Sagra, 1988.

LÉVY, Pierre. A inteligência coletiva. São Paulo: Edições Loyola, 1994.

LIBARDONI, MARLENE. Fundamentos teóricos e visão estratégica da advocacy. Disponível em: <https://periodicos.ufsc.br/index.php/ref/article/view/11936/11202>. Acesso: 24 jun. 2019.

MANCUSO, Wagner Pralon; GOZETTO, Andréa Cristina Oliveira. Lobby e Políticas Públicas apud LUKIC, Melina Rocha, TOMAZINI, Carla (Coord). As Ideias também importam: abordagem cognitiva e políticas públicas no Brasil. Curitiba: Juruá, 2013.

OLIVEIRA, Andréa. Cristina de Jesus. Lobby e Representação de Interesses: lobistas e seu impacto sobre a representação de interesses no Brasil. Tese (Doutorado em Ciências Sociais) – UNICAMP. São Paulo, 2004.

OLSON, Mancur. A lógica da ação coletiva. São Paulo: Edusp, 1999.

RODRIGUES, Ricardo. A Regulamentação do Lobby no Brasil: Leitura crítica de um Projeto de Lei. Revista de Administração Pública, Rio de Janeiro, n. 30, jan./fev. 1996.

SANTOS, Luiz Alberto dos. Réglementation des activités de lobbying et de leur impact sur les relations entre les politiciens, les bureaucrates et les groupes d'intérêt dans le cycle des politiques publiques – analyse comparative des États-Unis et du Brésil. Brasília, 2007.

SECCHI, Leonardo. Formação da Agenda: Método de Policy Advocacy para Ensino de Políticas Públicas. Revista de Administração Pública e Gestão Social, Viçosa, v. 4, n. 1, abr./jul. 2012. O artigo completo pode ser visualizado no caminho: <https://periodicos.ufv.br/ojs/apgs/article/view/4046/2276>. Acesso: 24 jun. 2019.

SELIGMAN, Milton; MELLO, Fernando (Org.). Lobby Desvendado. Democracia, Políticas Públicas e Corrupção no Brasil Contemporâneo, Rio de Janeiro: Editora Record, 2018.

SEMIELLI, Lara Elena Ramos. Coalizões em educação no Brasil: relação com o governo e influência sobre o Plano de Desenvolvimento da Educação (PDE). Revista de Administração Pública, Rio de Janeiro, v. 47, n. 3, mai./jun. 2013.

SOUZA, Washington Peluso Albino de. Estudos de Direito Econômico, vol. 1. Belo Horizonte: Movimento Editorial da Faculdade de Direito da UFMG, 1995, p. 458.

SOUZA, Luiz Ricardo de; SECCHI, Leonardo. A Política Científica e Tecnológica de Santa Catarina: análise a partir do modelo de coalizões de defesa. Revista da Administração Pública, Rio de Janeiro, v. 48, n. 4, jul./ago. 2014 [online]. Disponível para consulta na íntegra pelo endereço eletrônico: <http://www.scielo.br/scielo.php?pid=S0034-76122014000400007&script=sci_abstract&tlng=pt>. Acesso: 24 jun. 2019.

2. De forma bem compilada, é possível conceituar lobby para início dos trabalhos como “a defesa de interesses junto a membros do poder público que tomam decisões”. In: MANCUSO, Wagner Pralon; GOZETTO, Andréa Cristina Oliveira. Lobby e Políticas Públicas apud LUKIC, Melina Rocha, TOMAZINI, Carla (Coord.). As Ideias também importam: abordagem cognitiva e políticas públicas no Brasil. Curitiba: Juruá, 2013.

3. O Fundo de População das Nações Unidas (FNUAP), aponta como referência que se trata de “trabalhar para a sensibilização dos gestores públicos e da sociedade civil sobre a importância de temas de interesse social”. In: DEMO, Pedro. Política social, educação e cidadania. São Paulo: Papirus, 2007.

4. Para leitura na íntegra o conteúdo pode ser consultado no endereço eletrônico: <https://www.cgu.gov.br/Publicacoes/institucionais/arquivos/relatorio_lobby.pdf>. Acesso em: 24 jun. 2019.

5. Sérgio Cavalieri Filho (2008, p. 88), contribui trazendo suas notas quanto a: “expressão práticas abusivas é, evidentemente, genérica e, portanto, assim deve ser interpretada, para que nada lhe escape. Deve, pois, ser considerado abusivo tudo o que afronte a principiologia e a finalidade do sistema protetivo do consumidor, bem assim se relacione à noção de abuso do direito”.

6. SOUZA, Washington Peluso Albino de. Estudos de Direito Econômico, vol. 1. Belo Horizonte: Movimento Editorial da Faculdade de Direito da UFMG, 1995, p. 458.

7. En ce qui concerne cette dichotomie entre intérêts publics et privés, Sérgio Bruna comprend que les intérêts collectifs doivent toujours l'emporter sur les intérêts individuels, « le pouvoir économique auquel est confronté le développement ne doit pas prévaloir facteurs qui visent à atteindre les idéaux de justice » (Bruna, 2001, p. 147).

8. Sem obviamente esgotar o assunto, vale citar a doutrina prefacial de Gabriela de Brelàz, defensora de que o termo advocacy irrompe fronteiras conceituais jurídicas do campo de estudo do direito, considerando que: “[p]or advocacy entendemos o ato de identificar, adotar e promover uma causa. É um esforço para moldar a percepção pública ou conseguir alguma mudança seja através de mudanças na lei, mas não necessariamente”.

9. Contribuem nesse capítulo Luiz Ricardo Souza e Leonardo Secchi (2014) ao darem destaque que a terminologia advocacy vem acompanhada da expressão Advocacy Coalition Framework (ACF), enfatizando aspectos como o aprendizado e o comportamento das coalizões, bem como identificando as alterações na política, assim calculado em longos períodos de tempo.

10. Esse modelo se encaixa aos fenômenos envolvidos nas mudanças políticas que Rafael Dias havia abordado em conclusão de seu doutoramento (2009, p. 30): “podem ser entendidas como grupos de atores que se organizam, formal ou informalmente, como o objetivo de exercer pressão sobre determinada política pública, e assim, influenciar seu resultado”.

11. Ver também em: <http://www.cause.net.br/ainda-e-necessario-esclarecer-conceitos-lobby-x-advocacy/>. Acesso em: 24 jun. 2019.

12. Entrevista completa disponível no endereço eletrônico: <https://www.conjur.com.br/2017-set-30/entrevista-luis-inacio-adams-ex-advogado-geral-uniao>. Acesso em: 24 jun. 2019.

[1]Diplômé en droit des affaires et des affaires de l'Université Cândido Mendes (UCAM-RJ), diplômé en droit immobilier de l'Instituto Brasiliense de Direito P'blico (IDP-DF). Baccalauréat en droit de l'Université Veiga de Almeida (UVA-RJ).

Soumis : juillet 2019.

Approuvé : août 2019.

 

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here