L’impact de l’ajustement économique sur le marché brésilien des télécommunications : le segment de la téléphonie Mobile

0
255
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
Classificar o Artigo!
ARTIGO EM PDF

PORTELLA, Anderson Gonçalves [1]

PORTELLA, Anderson Gonçalves. L’impact de l’ajustement économique sur le marché brésilien des télécommunications : le téléphone mobile de Segment. Revue scientifique pluridisciplinaire de la base de connaissances. 03 ans, Ed. 06, vol. 06, p. 80-107, juin 2018. ISSN:2448-0959

Résumé

Cet article vise à démontrer les résultats de l’intervention de l’État dans la période après la privatisation, la mise en œuvre du modèle réglementaire télécommunications, plus particulièrement dans le segment de la téléphonie mobile. Le travail traite foundamentals théorie au départ, mettant en évidence les écoles européennes et américaines, le modèle de base utilisé dans le cas du Brésil. En vertu de ce point de vue, le texte de l’étude, analyse et évalue le modèle de règlement déployé dans le marché des télécommunications et de votre évolution, discuter de la pertinence du modèle et votre efficacité qui en résulte pour atteindre les objectifs souhaités. Les considérations de ces travaux permettent de conclure que le modèle réglementaire implanté au Brésil semble être efficace dans la mesure où accueilli plusieurs des gains de productivité et stimulé le développement économique. Présenté, cependant, les défaillances causées par les caractéristiques intrinsèques du marché brésilien, ce qui permet la capture du représentant de l’État réglementaire ANATEL et en soumettant les décisions techniques à des intérêts politiques.

Mots clés : Réglementation économique, marché des télécommunications, réglementation la capture, Public Choice.

Introduction

Le but de cet article est à l’adresse du processus d’ajustement économique s’est produite dans l’application de privatisation a débuté dans les années 90, qui a commencé à changer dans les télécommunications brésilien et affectant principalement les segments de la téléphonie fixes et mobiles. Ces secteurs dans lesquels l’état fonctionne avec l’objectif principal de stimuler la concurrence et demander l’amélioration des infrastructures de télécommunications.

Comme, en général, les secteurs de l’infrastructure sont caractéristiquement marqués par une tendance au monopole naturel, il est nécessaire de mettre en place un système de réglementation, si le marché n’est pas contestable, pour surveiller le fonctionnement et les résultats poursuivi à la société et l’économie. De cette façon, la nécessité d’un système de réglementation efficace ont progressé comme le processus de privatisation a réalisé la prestation des services publics (services publics), comme c’est le cas du marché des télécommunications, objet de la présente étude.

Du point de vue de l’ajustement économique, Joskow (1981, p.36, apud Fiani, 2005) fait valoir que les organismes de réglementation sectoriels interviennent afin de corriger les « défaillances du marché », on créés un contexte dans lequel l’économie nécessaire d’élargir les services de infrastructure, essentielle pour le développement économique que le gouvernement n’a pas été en mesure de remplir correctement.

Stigler (1971), d’autre part, soutient que le règlement n’est pas toujours le moyen le plus efficace, parce que « le monopole naturel ne conduit pas à une situation inef[necessariamente]ficace parce qu’il y aurait des mécanismes qui introduiraient la concurrence même dans un monopole. » (Giambiagi et au-delà, 2001).

Peltzman (1976, p. 237 apud Fiani, 2005) fait valoir que le règlement introduit des failles de votre processus de création, et qu’elle serait incapable de générer les résultats escomptés car il serait soumis aux pressions des producteurs ( revendeurs) et l’autre, aux pressions politiques. Il a souligné que côté pression politique interfère avec l’efficacité des mesures de réglementation, la mise en œuvre de ces politiques est inhérente à l’autorité responsable.

Utilisateurs pour votre temps presse également pour des améliorations constantes dans la fourniture du service.

Objectif

L’objectif de ce travail est d’analyser le modèle de réglementation du marché brésilien de téléphonie mobile, mettant en évidence leurs éventuelles vertus et des failles. Plus précisément, il vise à :

  1. Étudier et d’analyser la structure de télécommunication présentée dans la période pré-privatização, c'est-à-dire un monopole ;
  2. Présenter l’évolution du processus d’ajustement économique et le modèle déployé au Brésil ;
  3. Exposer l’évolution du marché des télécommunications brésiliennes, par segment de la téléphonie fixe et mobile depuis la période de privatisation d’ici à 2010 et, lorsque cela est possible, mi-2011 ;
  4. Identifier les avantages et les inconvénients du modèle de réglementation économique déployé sur le marché de télécommunications brésilien (segment de la téléphonie fixe et mobile).

La pertinence du sujet est votre complexité, parce que l’ingérence du gouvernement dans les décisions des agents économiques visant à corriger les distorsions qui ne peuvent pas être résolues comme expliqué sur le Coase t[2]héorème-dans quels agents économiques privés dans un contexte libre coûts entre les transactions, peuvent résoudre leurs problèmes – mais peut conduire à d’autres problèmes qui nous classent comme des « échecs du gouvernement ».

On observe que, en règle générale, « solutions » sont presque toujours illusions, où, si l'on compare les variantes présentées, nous avons rencontré « compromis » et « incentives » qui sont générés par l’interférence du régulateur de l’Etat. Il y a toujours des « effets systémiques » qui peuvent être indirecte ou à plus long terme, générer des effets (qui expliquent mieux le cadre lorsque le marché est réglementé) et actions (qui sont des conséquences de l’adaptation au marché du règlement créés) pas prévu par les agents.

Un nouvel argument envisagé par les théoriciens, regulacionistas se réfère à l’avancement des technologies (innovations technologiques), qui affecte de façon significative les coûts minimums, ainsi que l’échelle de production, qui, en soi, affecterait dans nombreux cas la production jusqu’au point d’éliminer les monopoles naturels comme persona non grata.

Évidemment la déréglementation totale ne pas suppose l’existence d’une « concurrence parfaite », mais la proximité d’un oligopole, qui une fois de plus, en raison de l’intérêt public notoire dans la fourniture de ces services ne dégage pas une (avec une réglementation claire des activités).

Réglementation économique découle de l’analyse du comportement des marchés, où la concurrence est destinée à assurer l’existence de conditions de concurrence, qui, en principe, conduirait à une plus grande efficacité économique en raison de la fonctionnement du marché.

Textes réglementaires ont été employés dans les secteurs dédiés à la fourniture de services publics, qui sont fournis par des sociétés privées autorisées ou les détenteurs de permis.

Cette recherche peut être classifiée comme littérature, permettant ainsi d’en déduire des conclusions grâce à l’observation des données recueillies (Lakatos et Marconi, 1987, p. 66) et a été effectuée par le biais de l’enquête, la sélection et la documentation de bibliographie pertinente déjà publié sur le sujet dans des livres, encyclopédies, revues, journaux, brochures, bulletins, monographies, thèses, mémoires, etc..

La collecte des données a été réalisée dans votre grande majorité de malade matériel fourni par ANATEL, qui ont également utilisé les données de sites spécialisés en télécommunications, citées dans la bibliographie.

Avec les données obtenues, évalue les gains associés à du modèle réglementaire adopté, ainsi que les anomalies observées dans le modèle, les innovations technologiques générées, l’évolution de certains indicateurs avant et après la privatisation du secteur et, Enfin, l’impact de la réglementation économique à l’infrastructure des télécommunications.

Organisé de cette façon un exercice de réflexion sur l’évolution du marché des télécommunications, afin qu’ils peuvent mesurer l’efficacité et le résultat obtenu avec le résultat escompté de listes (tenue x buts). Compte tenu du degré élevé de convergence et les progrès technologiques déjà réalisés par le secteur, a présenté des recommandations qui vise à tirer parti de politiques pró-competitivas dans le segment étudié.

Déterminants de la réglementation : monopole naturel

Comme décrit par VARIAN (2003), le monopole naturel se produit lorsqu’il y a des coûts fixes importants et petits coûts marginaux, et pour l’exploitation dont le prix est égal au coût marginal et atteindre un niveau efficace de production, il ne peut pas couvrir leurs coûts et, Quand est contraint de produire à un niveau où le prix est égal à la moyenne des coûts, il couvre le remboursement des frais, mais produit très peu par rapport à la quantité efficace.

Ainsi, en monopole naturel se rend compte que le marché ne supporte pas l’existence de plusieurs sociétés fonctionnant efficacement. Cela résulte principalement de la subaditividade de la fonction de coût dans ces conditions, parce que « les coûts seront inférieurs si nous pouvons produire une quantité donnée » x « du produit en une seule entreprise que dans deux ». (Fiani et Pinto Jr., 2002).

Malgré cet avantage en termes d’efficacité productive, le prix avantageux du point de vue de la société (coût marginal), est inférieur au prix d’équilibre du monopoleur pour obtenir le bénéfice normal qui couvrirait le coût votre moyen. Cela se produit en raison des économies d’échelle qui rendent le coût moyen est en baisse et que le coût marginal est inférieur à la moyenne, empêchant l’apparition de la solution optimale trouvée dans une situation de concurrence parfaite.

Industries d’infrastructure sont des exemples classiques de monopole naturel, comme dans le cas des Brésil l’électricité et des secteurs des télécommunications, qui, à votre origine ont été développés avec un monopole d’État. Cela s’est produit en raison d’un consensus que cette structure serait le plus efficace pour développer ces secteurs, et que l’investissement initial élevé ferait obstacle au secteur privé, en plus de la réalisation de projets qui impliquent à long terme maturation.

L’entrée de nouvelles entreprises correspond à la suppression des barrières à l’entrée dans les secteurs des infrastructures, ce qui n’empêchera pas productive inefficacité se produire si l’exploitation des économies d’échelle ou de portée est obtenue grâce à une forme de cartelizada et de prix discriminatoires par le monopoleur

La présence des nouveaux venus, ainsi que la suppression des barrières à l’entrée doit avoir lieu dans les secteurs où les prix sont au-dessus des coûts moyens, qui sape l’efficacité productive ou capacité du monopoleur pour financer d’autres objectifs économique, comme l’universalisation des services fournis.

Pour que cette situation ne se produit pas, il est nécessaire qu’il existe un autre moyen de financer les objectifs, par le biais de subventions directes ou indirectes par exemple. Cependant, l’efficacité économique pourrait être atteint grâce à un modèle pró-competitivo comme moyen de réduire les limites d’un monopole naturel.

Il est important de noter que la période de transition entre le monopole d’État et un modèle pró-concorrência imposé la nécessité d’un suivi constant de la conduite des affaires, mais aussi de conformation de nouvelles structures de marché plus compétitifs dans ouvrir les filets, pour de bonnes performances.

Changements technologiques et nouvelles approches du règlement qui interfèrent avec le monopole naturel

La question nouvelle vision technologique du monopole naturel de télécommunications a fourni de la décennie 70, avec l’avancement de la technologie opto-numérique remplaçant le modèle électromécanique, ce deuxième Dosi (1982) a permis, grâce à un ensemble autres options technologiques limitées disponibles, spéculer sur le développement de technologies futures.

La possibilité d’introduction de nouvelles technologies ouverte la possibilité d’une concurrence accrue et accélération des progrès techniques.

Selon Marshall discutés dans le livre IV des principes de l’économie, les entreprises se développent le long d’un cycle de vie, et d’un certain point, votre gigantisme n’a pas évoluer parallèlement aux besoins permanents de l’évolution des marchés. Le résultat est le vieillissement des bonnes solutions créées dans le passé et le déclin de la société.

Le monopole de télécommunications a traversé ce cycle et perdu l’avantage des économies d’échelle dans un monde qui a été en constante évolution et plus en plus nécessaires économies d’envergure pour survivre.

De 80 premiers changements importants ont eu lieu, tant dans l’aspect de l’organisation économique et le régime technologique. Depuis lors, l’industrie dirigé pour une déréglementation croissante de l’industrie et la privatisation des entreprises publiques avant, avec une séparation plus claire qui en découle entre les fournisseurs de réseau et de service.

La « déréglementation » a également des défenseurs qui font valoir qu’il serait suffisant que la concession a été renouvelée périodiquement par l’intermédiaire de vente aux enchères.

La théorie des coûts de transaction (TCT) à Coase démontre que l’argument est erronée en ce qu’elle aurait besoin de renouvellement d’un mandat à définir, qui génère par elle-même de « compromis ». Étant un délai court stimuleraient pas marchand pour faire des investissements à long terme maturation.

Cela est dû à l’incertitude que lors du transfert de ce contrat de location à une autre compagnie elle obtient le retour de leurs investissements.

Selon TCT, si la période de renouvellement est trop longue, il y aura le coût de l’investissement récupération/amortissement, qui comporterait des clauses conditionnelles complexes qui anticipent dans toutes les circonstances et les scénarios pertinents à l’avenir.

Evolution du processus réglementaire

Dans les années 80, siècle dernier, deux formes de réglementation ont excellé aux États-Unis avec l’intérêt fondamental de la défense de l’intérêt public. Le premier était centré sur la régulation par le cadre juridique et institutionnel, étant pris en charge dans les traditions et dans la jurisprudence pour l’arbitrage des conflits entre les différents agents.

La seconde forme a été développée en Europe depuis la fin des années 1940 dans lequel l’État a assumé la responsabilité de la planification, l’opération, de coordination et de gestion de l’infrastructure économique. En vertu du point de vue juridique et institutionnel étaient propriétés de service public définies et du point de vue de la structure industrielle, le modèle industries a été caractérisé par la création de grandes entreprises d’État avec des monopoles territoriaux verticalement intégrée. La réglementation européenne a une plus préventive et proactive.

Traditionnellement dans le règlement américain la réglementation de la concurrence repose sur des lois antitrust, étant un monopole et concurrence le rcgle.

Aux États-Unis a subi une influence claire d’une entité autonome créé en Angleterre en 1834 à s’acquitter de mesures définies dans la loi par le Parlement. Toutes les lois que disciplinasse une question d’une réparation, une entité a été créée pour appliquer la Loi. En 1887, aux Etats-Unis, est apparu aux organismes de réglementer les activités, l’imposition de droits en la matière et les sanctions. La vision américaine du règlement est moins punitive et plus intermédiaire (cartel est un crime).

L’idée du règlement au Brésil n’est pas nouvelle, ou totalement inconnu, parce que les diverses initiatives ont créé des organismes de réglementation et les entités, même si elles n’ont pas été appelées réglementaires agences, comme le Commissariat de puissance publique (1918), Institut de l’appareil La défense permanente de la café-IBC (1923), l’Institut d’alcool et de sucre-IAA (1933), l’Institut National de la Mate (1938), l’Institut National de sel (1940) et l’Institut National du pin (1941).

Le processus d’ajustement économique au Brésil a pris importance dans les années 90 avec l’avènement de la privatisation qui a créé le besoin de différenciation entre les autorités gouvernementales et le régulateur de puissance, bien que dans certains cas, les rôles sont exercés en même temps.  Après l’octroi par l’Etat, les compagnies de fournisseur de service ont été soumis à l’autorité de régulation.

Les fournisseurs de services comprennent une industrie, où il y a une structure primaire initiale qui a, par exemple, les barrières à l’entrée, le pouvoir de l’acheteur et le fournisseur. Plus le degré d’innovation, c'est-à-dire devient dans l’espace économique « dans lequel les entreprises fonctionnent (changements dans les produits, dans les processus de production, dans les sources de matières premières, dans les formes d’organisation productive ou sur leurs propres marchés, y compris en termes Géographie), plus l’avantage concurrentiel, les économies d’échelle et de gamme.

Historiquement le Brésil a progressé dans l’application des lois antitrust dans la période 1995-2002, cependant, car il existe une loi de 1962 de répression des abus de pouvoir économique (4 137 loi/62), qui a créé le CADE (Conseil administratif de défense économique). Uniquement au 06/11/1994 a été promulguée la loi 8 884, qui a donné les pas décisifs pour la mise en place d’un concours d’appareil de défense dans le pays, transformant la CADE communales relevant du ministère de la justice par la Loi.

Législation antitrust, antitrust, ou en votre nom d’origine a deux fonctions de base :

  • Pour lutter contre l’abus du pouvoir économique ;
  • Empêcher la concentration du pouvoir de marché.

La défense de la concurrence politique cherche donc conserver une sorte de « patrimoine de la société ». C’est une loi floue, c'est-à-dire appartenant à la collectivité dans son ensemble. (Leopardi Mello, 2002).

Au Brésil, le contrat de concession est le règlement de ballast, étant un instrument complexe qui possède deux buts avec la possibilité d’un conflit : maximiser le bien-être des consommateurs et d’assurer un rendement attrayant pour les investisseurs.

Dans le cas brésilien des télécommunications, l’argument en faveur de la nécessité d’une réglementation ou le discours sur le décalage de la même chose devant l’avance des innovations technologiques, a résultat improductif, dans la mesure où les réductions sont produisent des coûts moins importants et échelle minimale de production, augmentant considérablement la grande concurrence dans ce marché.

Le fait de l’amélioration de l’aspect compétitif elle-même ne serait pas le seul argument pour justifier qu’il n’y a aucune nécessité de réglementer, étant donné que l’industrie des télécommunications a des aspects stratégiques qui doivent être accordées par les autorités gouvernementales afin d’atteindre le résultats souhaités.

Les grandes questions sont : Pourquoi n’avons-nous pas un règlement en matière de télécommunications ? Réglementation économique est efficace et dans quel contexte (s) (s) ? L’objectif de l’étude est de répondre non seulement analyser cette question, mais montrant tout le contexte dans lequel elle est insérée. Autrement dit, les raisons qui conduisent les États à l’ajustement économique en général, et si leurs actions sont le reflet souhaité malgré l’anachronisme entre la législation et le développement du marché selon certains auteurs.

Évolution du secteur des télécommunications au Brésil : privatisation et règlement

Depuis 40 ans, une série de transformations a commencé l’ère des télécommunications et a continué dans l’ère de la convergence numérique (le processus d’innovation technologique de l’industrie des télécommunications a très grand reflet/impact tout au long du processus de production ).

Dans 1969 1 ligne de téléphone fixe coûte environ $ $ 5 000 et utilisé uniquement pour le service voix. Aujourd'hui, il s’agit d’une petite partie du flux de données et d’informations que les innovations technologiques permettent de voyage par le biais de réseaux téléphoniques par le biais de morsures et octets.

Téléphones fixes, téléphones mobiles, téléviseurs, ordinateurs et autres appareils multifonctionnels activer via l’Internet ou les réseaux sans fil d’informations sur le trafic et en augmentation constante interaction entre tous, d'où le concept d’Internet des choses) Anglais, Internet des objets ou tout simplement « Ito », est un réseau d’objets physiques, des véhicules, des bâtiments et d’autres qui ont incorporé la connexion réseau, des technologies et des capteurs capable de recueillir et de transmettre des données) (SANTOS, BRUNO p. et al. 2016).

La restructuration du secteur des télécommunications brésilien a commencé avec le processus de privatisation du système de Telebrás, qui était un monopole verticalement intégré et organisé en diverses filiales, qui fournit des services dans un réseau de télécommunications interconnectées sur tout le territoire national.

Le processus de privatisation a débuté dans les années 80 a eu votre apogée dans les années 90 avec le lancement de la SNES (privatisation nationale Plan), ce qui en fait traiter une priorité du gouvernement Fernando Henrique Cardoso, qui a cherché à moderniser et à restructurer le rôle de État et l’économie dans son ensemble, avec la libéralisation et la déréglementation du marché intérieur.

Le processus de restructuration du secteur des télécommunications brésilienne a montré que l’existence d’un système de réglementation efficace serait devenu indispensable que le processus de privatisation pour atteindre la fourniture de services tels que télécommunications.

Enfin, en 1995 importante restructuration a eu lieu dans les secteurs des infrastructures et des changements constitutionnels qui ont abouti à la création de l’Agence de réglementation de l’énergie électrique (ANEEL) en 1996, c'est-à-dire, le processus a commencé deux ans avant la création de l’ANATEL.

La réforme : conséquences structurelles et de privatisation

Une réforme structurelle du modèle brésilien de télécommunications laissé l’observation que le modèle actuel ne répondant pas aux besoins de la croissance du pays et ne correspondait pas aux normes semblables dans la réalité du monde. Ce modèle était essentiellement un monopole et non diversifié, non conforme à la période de la mondialisation économique, le progrès technologique et la rapidité de l’évolution du marché et les besoins des consommateurs.

Des cibles ont été établies pour étendre le système de télécommunications sur la base de ces objectifs, afin d’élargir l’offre d’accès aux différents services. Ces objectifs ont été décrites dans le programme de recouvrement des pâte et l’expansion du système de télécommunications et le système Postal et ont été divulgués par le ministère des communications à la fin septembre 1995.

En ce qui concerne les objectifs de l’universalisation et de la qualité-ces indicateurs dans la pâte – ils comprennent les perspectives d’expansion et la modernisation de l’industrie des télécommunications de l’Anatel. Les plus importants sont liés au régime général des cibles d’universalisation (PGMU) et le général Plan des objectifs de qualité (PGMQ), les fixe et Switched Telephone System.

Juste avant la privatisation de Telebras, en avril 1998, a été libéré le plan général pour les subventions (PGO), qui définissent les paramètres généraux pour le concours et les nouvelles règles pour l’ouverture du marché des télécommunications, y compris les différentes zones géographiques pour les exploitation de nouveaux services.

Le fait est que la présence des indicateurs, ainsi que le calendrier d’ouverture du marché prévue dans le Bureau du Procureur général, représente un changement énorme et déterminé, ainsi que la disponibilité des sources internes des ressources, l’ouverture du marché brésilien télécommunications.

La FCC a été créée comme un organisme gouvernemental spécial lié au ministère des communications, avec des fonctionnalités qui vous permettent d’accomplir votre mission avec autonomie et indépendance, et profiter de ses dirigeants, stabilité et que le institution aurait autonomie décisionnelle et le budget accordé précédemment par LGT, réglementée par le décret 2 238/97.

Nous pouvons résumer les principaux attributs de l’ANATEL : régulières, accorder et superviser.

L’existence d’ANATEL et la régulation du marché des télécommunications visaient également à générer un climat de stabilité réglementaire qui permettrait aux investissements à long terme dans le secteur. Ce serait la pièce maîtresse d’inspirer la confiance des investisseurs dans la stabilité du marché, au contraire, le manque de compétence technique et l’indépendance décisionnelle générerait des soupçons et serait en conséquence les investisseurs.

Il y a eu des progrès considérables dans presque tous les indicateurs relatifs à la qualité, résultats pertinents qui dépasse toutes les prévisions d’adhésions Anatel dans cette première étape. Déjà à la fin de 1999, la plupart des indicateurs déjà montré que les objectifs de qualité ont été touchés et, bientôt, tous les objectifs seraient satisfaites.

Attributs de l’ajustement en fonction du changement structurel qui s’est produite

La présence des innovations technologiques a créé des conditions importantes pour des changements dans le régime de réglementation des secteurs infrastructures en général et particulièrement dans les télécommunications, dans le but d’accroître la concurrence et permettre plus déréglementation dans le secteur.

La réglementation économique vise à accroître le bien-être et l’efficacité économique dans les secteurs réglementés, mettant toujours l’accent sur l’apparition d’innovations technologiques, où il y a une grande contribution à la réduction de l’échelle minimale requise pour la fourniture de divers services d’infrastructure, ajoutant à la pression de la demande pour une plus grande personnalisation des services. (PIRES & PICCININI, 1999).

Une des raisons qui peuvent être déclenchés aussi fondamentale de ce mouvement est vu de bons yeux, c’est juste la réalisation qu’il y a des lacunes réglementaires dans le contrôle des entreprises privées, considérant que le processus réglementaire implique de lourds coûts du budget et une grande partie des décisions temps inefficace en raison de la rigidité et de retard faisant surélevé par le modèle bureaucratique de l’État, en plus du risque a déjà été mentionné de capture des organismes de réglementation par les sociétés concessionnaires (Schwartz, 1997).

À l’heure actuelle, il y a deux tendances qui visent à surmonter les problèmes qui ont été mentionnés précédemment : introduction de mécanismes d’incitation et d’intervention indirecte de la réglementation.

La mise en place de mécanismes incitatifs a pour but d’encourager les transporteurs ou les fils qui agissent encore comme des monopoles naturels pour atteindre des objectifs semblables à ceux observés dans une situation de concurrence sur les marchés, l’intervention réglementaire joué indirecte par le biais de la promotion et le suivi d’une structure compétitive pour l’industrie, dans le but de créer l’environnement plus neutre possible pour tous les agents impliqués.

En bref, l’efficacité du règlement est atteint lorsqu’elle offre divers outils tels que : présence d’agences indépendantes, contrôle d’entrée et de sortie (via les licences aux opérateurs), la défense de la concurrence, la définition de la valeur et noter les critères d’examen (à l’aide de mécanismes de mesure du rendement), suivi de l’accord de concession (afin d’évaluer la qualité des services offerts et du service universel).

Pour le rôle de la réglementation peut être exercé avec efficacité idéale en régulant le débit, il est nécessaire que certains instruments sont disponibles pour ce faire, à savoir :

  1. Agences indépendantes ;
  2. Contrôle d’entrée et de sortie ;
  3. Réglementation de la concurrence.

Selon explique la capture réglementaire, la réglementation économique vise à corriger les défaillances du marché, et le rôle principal du régulateur doit être l’arbitre de conflits d’intérêts.

Toutefois, votre action est soumise à l’influence des groupes concernés, qui ont souvent une relation commerciale avec qui favorise la régulation (que ce soit par le biais de soutien politique ou ressources).

Selon la théorie de la capture, pour capturer le législateur lorsque l’appareil réglementaire créé cesse d’atteindre l’objectif idéal pour répondre à la demande de règlement de l’industrie et l’organisme de réglementation, et l’Agence continue à satisfaire les intérêts de l’industrie avec le temps.

On prétend qu’elle n’explique pas comment l’industrie contrôle le règlement, cependant, en tant que compte pour les théories de choix publics, appliquant les principes de le « individualisme méthodologique » à la sphère politique, on peut conclure que les hommes politiques et administrateurs l’État sont encouragés à travailler à leurs propres intérêts au détriment des objectifs collectifs pour lesquels devraient fonctionner, comme États James Buchanan.

Cet argument soulève le paradoxe que l’objectif de la réglementation économique pour atteindre le grand social, grâce à l’intervention de l’Etat dans l’économie (économie de bien-être) et de cette manière obtenir l’équilibre du marché (faute d’une meilleure alternative), prenez les « échecs de « Le gouvernement, ce qui démontre qu’il y a des limites dans cette même intervention étatique dans l’économie.

Une des responsabilités de la FCC et le but de la réglementation du marché des télécommunications, est de générer un climat de stabilité réglementaire qui permettrait aux investissements à long terme dans l’industrie. Sans cette réforme n’inspire pas confiance aux investisseurs qu’il y a stabilité du marché, depuis lors, dans le cas contraire, le manque de compétence technique et l’indépendance décisionnelle générerait la méfiance et, par conséquent, pourrait faire fuir les investisseurs.

Circonstanciels changement du cadre réglementaire, afin de satisfaire les intérêts de l’État génère l’impact négatif sur les incitations ex ante aux investissements des nouveaux entrants possibles, c'est-à-dire, des changements dans le cadre de la réglementation indique que « les règles peuvent toujours changer Quand il est confortable. »

Le rôle d’instigateur de la concurrence sur le marché à travers le rôle réglementaire est contradictoire avec l’élimination d’un concurrent potentiel, réduisant la contestabilité du marché, qui pourrait être généré par une stratégie d’accès réseau de régulation possible.

Malgré les avancées du modèle adopté au Brésil, le même manque de mécanismes Pro, de transparence et de stabilité dans les règles du marché, afin de créer des incitations pour les défaillances du marché à être corrigé en minimisant ou en évitant les possibles Défaillances du gouvernement.

Le rôle de la FCC est stratégique, et c’est vers le haut à son acte en prévision des mouvements de marché, action préventive et mise en œuvre des instruments concurrentiels, étant donné que votre lunette est large.

Performances des compagnies de téléphone dans l’après la privatisation

L’industrie des télécommunications au Brésil a connu une évolution significative en ce qui concerne le panorama existant en période pré-privatização où le système a des normes de croissance insuffisante et état souhaitables pour le pays et de la qualité et les caractéristiques ci-dessous le panorama mondial du segment.

Entre 2001 et 2006, les entreprises de télécommunications a tenu le plus grand plan d’investissement pour l’expansion, la modernisation et l’amélioration de la qualité des services fournis.

Certes, on ne saurait dire que sans la règlementation incitation économique propre, initiée par le biais des différents instruments qu’elle a dû tout d’abord augmenter la pénétration de la téléphonie fixe et mobile dans les ménages et s’assurer la croissance essentielle de la modernisation du parc industriel brésilien.

Après une période de développement au Brésil, dans lequel l’universalisation des services de téléphonie fixe a été le phare, les opérateurs ont commencé à se concentrer sur les services qui offrent une plus grande valeur ajoutée à votre produit.

À la fin de 2010, Brésil avaient déjà accès services mobiles personnels 202,9 millions (SMP), ayant enregistré une hausse de 16,7 % au cours de l’année précédente. L’estimation pour la fin de l’année 2011 est de que nous rendre à 235 millions. Avec le résultat de clôture 2010, le pays atteint la cinquième place au classement mondial d’accès à la téléphonie mobile, juste derrière la Chine, Inde, États-Unis et Russie, selon l’enquête menée par l’Union internationale des télécommunications dans 222 pays.

Cette évolution est due en grande partie à l’utilisation croissante des nouvelles fonctionnalités, telles que les connexions de données des terminaux dédiés.

De ce nombre de grands succès des SMP en 2010, 82,3 % étaient 17,7 % services postpayés et prépayés. Le montant prépayé au Brésil est principalement en raison de la possibilité de passer de contrôle qui permettent à la majorité de la population, surtout les pauvres consomment un certain seuil de crédits selon votre budget.

À la fin de 2010, étaient en cours sur plusieurs initiatives visant à réduire les FAC prix pratiqués sur le mode prépayé, comme l’embauche de consultants pour la construction d’un coût modèle, révélés par le rapport annuel de 2010.

Cependant, en dépit des efforts successifs des opérateurs à Rechercher l’expansion du marché de partager, le prépayé reste le mode plus cher par rapport aux services postpayés. Le principal facteur de charge de la fonction de téléphonie mobile est certainement lié à la pression fiscale, qui, selon les données recueillies par Telebrasil – SINDITELEBRASIL, jusqu’en 2005, était de 40,2 %.

GRAPHIQUE-charge d’impôts sur les services de télécommunications (en %). Source : Matériel préparé par Telebrasil-Sinditelebrasil, janvier/2006
GRAPHIQUE-charge d’impôts sur les services de télécommunications (en %). Source : Matériel préparé par Telebrasil-Sinditelebrasil, janvier/2006

Il s’agit de la charge fiscale plus importante dans le monde (plus que doubler le Runner-up dans le tableau ci-dessus) sur le montant payé par l’utilisateur de services de télécommunication. En 2010, les impôts ont atteint le taux le plus élevé dans l’histoire en un an : 41,8 % du montant facturé pour le service fourni, selon Telebrasil.

Conclusion

L’ajustement est efficace lorsqu’il atteint ce que vous implorez et peux être efficace et responsable. Cela signifie qu’elle sert à réaliser bien des objectifs établis et qui n’impose pas de coûts inutiles et les charges pour la société dans son ensemble, ce qui réduit la discrétion et la capture du consommateur par la réglementation, ainsi que le régulateur pour l’ensemble. Étant toujours ouverte, participative et clair dans votre préparation et la mise en œuvre du processus concurrentiel.

Cela offre de nombreux avantages, parmi lesquels : assurage du système de réglementation, de réduire les risques et les coûts, augmenter la participation intrinsèque du système et contrôle social et de promouvoir le développement et la croissance économique.

Le présent travail montre comment indispensable l’adoption de politiques publiques qui venir accompagné par la législation et un cadre réglementaire capable de créer des conditions qui encouragent les entreprises à réaliser ces investissements, s’assurer que l’investisseur l’indemnisation juste et appropriée et de promouvoir le développement de l’infrastructure essentielle pour le segment dans le pays.

Il est toujours indispensable pour assurer flexibilité et stabilité réglementaire afin que l’investisseur puisse gérer votre entreprise, la façon dont le marché dans lequel elle opère et dans le cas spécifique du travail présenté dans le marché des télécommunications un meilleur ajustement Brésilien.

Les progrès qui s’est produite depuis les années 90 a été démontrée par le biais de données catégoriques sur la DB modèle adopté, et comment il était possible de prouver les services répond raisonnablement en ce qui concerne les aspects de la quantité, la diversité et la couverture. Cependant, les aspects tels que la qualité du service et de la fin doivent progrès afin que le consommateur puisse comprendre l’évolution de toutes les manières.

La difficulté d’appliquer des règles claires, adoptées par le gouverneur, ex ante a été l’obstacle rencontré par ajustement économique à travers le modèle adopté au Brésil, c’est en raison des caractéristiques inhérentes des combinaisons d’État, qui est extrêmement sujette à interférences, et où les actions sont motivées par des décisions que la théorie du choix publique analyse et classe comme des échecs de gouvernement, qui sont associés à l’échec possible de l’efficacité économique des décisions et l’injustice dans la répartition des revenus.

Dans un environnement très dynamique et essentiel que les télécommunications, où les citoyens, les entreprises et le gouvernement lui-même sont devenus extrêmement dépendants de la prestation de services, la nécessité d’une évolution permanente de la législation et Règlement afin de suivre la croissance du secteur.

L’aspect de qualité, certainement est relié à des initiatives d’investissement compatible, visant à l’amélioration et à l’accès au service universel dans toutes les couches, où le montant qui a été investi au début du processus de privatisation doit être de nouveau repris dans les années à venir pour réaliser les améliorations nécessaires dans le segment.

Quant au prix de la disponibilité des services aux consommateurs, nous pouvons identifier au moyen d’études de Turolla et Freire de Lima (2008) qu’il y a encore des améliorations à réaliser, et il y a plusieurs mécanismes qui permettent cela.

L’argument selon lequel certaines décisions sont faites avec des objectifs pour tenir compte de l’intérêt public, comme le montre l’étude de cas, exige l’approfondissement des décisions, du point de vue de la réglementation économique, afin d’identifier tous les externalités liées à l’exploitation, avant l’adoption.

Ne jugez pas, les outils et les connaissances ne sont pas disponibles sous la houlette des régulateurs et des décideurs politiques, cependant, comme l’a noté plusieurs économistes (Wicksell, Buchanan et autres), « la perspective de la théorie de choix est que les décisions politiques et économiques (en particulier) (…) sont soumis à un ensemble de compétences réparties entre différents acteurs avec des rôles différents (et les intérêts) dans le système politique « (Parker, 2002).

Juste observer que le principe du choix le plus approprié où toutes les personnes participant à améliorer la situation, c'est-à-dire, Pareto dépendent d’améliorations où les ressources allouées atteint « jeux à somme nulle » effacer les règles pour être atteint.

Un autre aspect qui devrait être pris en considération dans le rôle de redistribution que des agents gouvernementaux et les organismes de réglementation sont habilités doit réaffecter les ressources visant aux « jeux à somme nulle », cependant, en règle générale, l’analyse économique et la décision est politique , où règne l’homo œconomicus qui agit, parfois par le biais de l’égoïsme et l’irrationalité dans les choix.

Comme le projet de recherche être suivi plus tard, porter sur les questions suivantes :

  1. Pouvait contrôler des sociétés par le biais de l’application des normes de certains concours prohibitifs conduite nuisible (accords, pratiques concertées entre entreprises et les décisions d’associations d’entreprises, en plus des pratiques unilatérales des entreprises qui avec puissance sur le marché), améliorer les conditions de règlement au Brésil ? ;
  2. Comment pour renforcer le rôle de la compétition brésilienne Defense System (CADE, SAE et Anatel), empêchant la capture par le régulateur réglé il est, ainsi que du régulateur de l’Etat, qui agit pour répondre aux différents intérêts de la grande social ?

Certains revenus compétitif de ce segment sont connus : ouverture des réseaux locaux ; séparation fonctionnelle des structures qui favorisent des pratiques anticoncurrentielles, désinvestissement/interdiction de la fourniture de services de concurrents dans les réseaux qui se chevauchent, harmonisation de la législation, les nouvelles possibilités que le marché présente (de clôture convergence des appels de services d’harmonisation de la législation).

En outre, autres aspects pró-competitivos peuvent être accordées au développement économique et des infrastructures du pays, en échange pour l’utilisation des impôts collectés dans le secteur : accroissement des investissements dans P & D, obligation de universalisation, contre les nationalisations des services et des entrées pour la croissance du parc technologique, mise à niveau des réseaux dans des zones moins rentables, ouverture des marchés des régions avec moins de concurrence.

Références

ANDRADE, de Maria Margarida. Introduction à la méthodologie du travail scientifique : préparation des emplois sur la graduation. 5e édition. São Paulo. Editeur : Atlas, 2001.

FIANI, Ronaldo. Théorie des jeux-stratégies commerciales, économie et politique-2e édition. Editeur : Campus, 2007

GIAMBIAGI, Fábio ; En outre, Ana Claudia. Finances publiques : théorie et pratique au Brésil, le régulateur de l’Etat, 2e édition : Editora Campus, 2001.

GUJARATI, Damodar. Basic Econometrics. 3e édition : Editeur : Makron Books, 2000.

HILL, R. Carter ; GRIFFITHS, William E. ; JUGE, George G.. Économétrie. 2e édition. Editora Saraiva, 2006.

KUPFER, David ; HASENCLEVER, Lia, (organisateurs). Économie industrielles-principes et pratiques au Brésil. Rivière : Campus, 2002

Medeiros, Valeria Zuma. Méthodes quantitatives avec Excel. Édition : 1ère. Editeur : Cengage Learning, 2009.

VILLELA, A. ; GIAMBIAGI, F. ; CASTRO, C.-B. ; et HERMANN, j. (org. ) L’économie contemporaine brésilien (1945-2004). New York : Campus, 2004.

Glossaire des télécommunications. Disponible à : <http: www.abrafix.org.br/admin/imagens/upload/dados_setor_arquivos/glossario.pdf="">.</http:> Accès 20 juil. 2011.

Étude technique de mise à jour de la réglementation des télécommunications au Brésil. 2008. Disponible à : <http: www.anatel.gov.br/portal/exibirportalinternet.do="">.</http:> Accès 15 jan. 2011.

Plan général de mise à jour de la réglementation au Brésil-2008. Disponible à : < http://convergenciadigital.uol.com.br/inf/pgr.pdf=""> </>. Accès 15 avr. 2010.

Rapport annuel de FCC 2008, 2009 et 2010 –. Disponible à : <http: www.anatel.gov.br/portal/exibirportalinternet.do="">.</http:> Accès 15 jan. 2011.

La concentration du marché de SMP. Disponible à : <http: www.anatel.gov.br/portal/verificadocumentos/documento.asp?numeropublicacao="262166&assuntoPublicacao=CONCENTRA%C7%C3O%20DO%20MERCADO%20DE%20SMP%20(INDICE%20HERFINDAHLHIRSCHMAN)&caminhoRel=null&filtro=1&documentoPath=262166.pdf">.</http:> 04/06/2012 de l’accès.

ARCULUS, David et SALOMON, Eve. Itinéraires à mieux légiférer. Better Regulation Task Force. Décembre 2005. Disponible à : <http: www.regulacao.gov.br/publicacoes/artigos/regulating-better-a-governmentwhite-paper-setting-out-six-principles-of-better-regulation="">.</http:> Accès 01 jan. 2009.

Ordinateurs portables, des infrastructures de télécommunications au Brésil. Juin/2000. Disponible à : <http: www.bndes.gov.br/sitebndes/export/sites/default/bndes_pt/galerias/arquivos/conhecimento/cadernos/cad015.pdf="">.</http:> Accès 30 jan. 2011.

Champs, Humberto Adams. Défaillance du marché et le gouvernement : une revue de la littérature sur la réglementation économique. 2009. Disponible à : <http: www.regulacao.gov.br/publicacoes/artigos/prismas-regulacao-economica="">.</http:> Accès 01 fév. 2010.

Carneiro, Maria Christina Fontainha et BORGES, Luiz Fernando Xavier. Financement des télécommunications au Brésil : bilan et perspectives. Journal de la BNDES, Rio De Janeiro, c. 9, n ° 17, p. 153-168, JUN. 2002. Disponible à : <http: www.bndes.gov.br/sitebndes/bndes/bndes_pt/institucional/publicacoes/consulta_expressa/setor/telecomunicacoes/200206_8.html="">.</http:> Accès 30 jan. 2011.

Chesneau, Carlos. Réglementation économique des monopoles naturels. Disponible à : <http: in3.dem.ist.utl.pt/master/02energy/pres5.pps="">.</http:> accès à la 1 mer. 2010.

Coelho, Daniel Sen ; CARVALHO, David Sacramento. Ajustement économique Jean Baptiste Say. 2009. Disponible à : <http: intl.feedfury.com/content/36940633-jean-baptiste-say-e-a-regula-o-econmica.html="">.</http:> Accès 15 avr. 2010.

COSTA, Luciano. Est-il vraiment nécessaire de réglementer les télécommunications. Disponible à : <http: www.teleco.com.br/legis_forum/lucianocosta09.asp="">.</http:> Accès du 15 janvier 2011.

DA SILVA, Antonio Carlos Valente. Evolution du marché des télécommunications du Brésil depuis la privatisation. Avril/2000. Disponible à : <http: www.bndes.gov.br/sitebndes/bndes/bndes_pt/institucional/publicacoes/consulta_expressa/setor/telecomunicacoes/200002_15.html="">.</http:> Mar 15 l’accès. 2010.

DA SILVA, José Luiz Toro. La controverse sur les organismes de réglementation. Disponible à : <http: www.direitodoestado.com.br/noticias/4515/apol%c3%aamica-sobre-as-ag%c3%aancias-reguladoras="">.</http:> 21/08/2007. Accès 1abr. 2010.

DRUCK, Grace-la théorie du règlement devient « ajustement technique » à l’époque néolibérale ? Disponible à : <www.scielo.br df/rbcsoc/v20n57/a11v2057.pdf="">.</www.scielo.br> Mar 15 l’accès. 2010.

ECONOMIDES, Nicholas. La réglementation des télécommunications : Une Introduction. Révisée en juin 2004. Disponible à : <http: ssrn.com/abstract="465020" or="" doi:10.2139/ssrn.465020="">.</http:> Accès 15 fév. 2010.

FIANI, r. de toute façon, qui sert les intérêts de réglage ? Économie et société, Campinas, v. 13, no 2 (23), 2004 p. 81-105. Disponible à : <http: www.eco.unicamp.br/docdownload/publicacoes/instituto/revistas/economia-esociedade/v13-f2-s23/fiani.pdf="">.</http:> Accès 15 avr. 2010.

FIANI, théorie de r. de la réglementation économique : état actuel et perspectives d’avenir. FINEP, 2004 (pdf). Disponible à : <www.ie.ufrj.br rc/pdfs/teoria_da_regulacao_economica.pdf="">.</www.ie.ufrj.br> 15 mars 2010 accès.

FIANI, Ronaldo. Tendances de la réglementation économique dans le cas du Brésil : une réflexion sur le débat international. 2002. Disponible à : <http: www.ie.ufrj.br/revista/pdfs/tendencias_da_regulacao_economica_no_caso_brasileiro_uma_reflexao_a_partir_do_debate_internacional.pdf="">.</http:> Accès 01 fév. 2010.

FRANCHINI, Alinne et CASTRO, Gilmar Pinheiro. La théorie de la réglementation : Une revue. UFV/MG. 2004. Disponible à :<http: www.viannajr.edu.br/revista/eco/doc/artigo_40002.pdf="">.</http:> Accès du 1er décembre 2009.

GIFONI NETO, Gontran. Les Institutions réglementaires du transport routier de passagers intercommunale : Le cas des organismes de réglementation État brésilien. 2002. Disponible à : <www.det.ufc.br ndex.php?option="com_docman&task=doc…26…">.</www.det.ufc.br> Accès du 1er décembre 2009.

Gonçalves, Pedro. Réglementation des télécommunications. Faculté de Coimbra. Novembre 2002. Disponible à : <http: www2.eptic.com.br/sgw/data/bib/artigos/7cd6eed8876a6c6f2c4e6db844248d79.pdf="">.</http:> Accès 01 jan. 2009.

GROTTI, Musetti Dinorá Adelaide. Les organismes de réglementation. Revue électronique de droit économique et administrative, numéro 6, mai/juin/juillet 2006. Disponible à : <http: www.direitodoestado.com/revista/redae-6-maio-2006-dinora.pdf="">.</http:> Mar d’accès 1. 2010.

GUIMARÃES, Denis Adams et FARINA, Laërce. La réforme du Cade et les organismes de réglementation. 09/2009. Disponible à :<http: www.regulacao.gov.br/publicacoes/artigos/a-reforma-do-cade-e-as-agenciasreguladoras="">.</http:> Accès 01 fév. 2010.

HOWE, Charles W. Les effets de la privatisation des Services publics : Le cas des eaux urbaines. Université du Colorado à Boulder. Disponible à : <http: www.ucowr.org/updates/pdf/v117_a9.pdf="">.</http:> accès 03/2012

KUJAWSKI, Fabio Ferreira ; SELLAN, Piero Augusto, doux, Thays Castaldi des politiques publiques et régulation. 03/2010. Disponible à : <WWW.teleco.com.br>.</WWW.teleco.com.br> Accès 15 fév. 2011.

LOURAL, Claudio de Almeida ; FIDÈLE, Rodrigo Lima vert. Défis et opportunités de l’industrie des télécommunications au Brésil. Textes de discussion, CEPALC-IPEA. Septembre/2010. Disponible à : <http: agencia.ipea.gov.br/index.php?option="com_content&view=article&id=1378:estudo-apresenta-panorama-brasileiro-da-telecomunicacao&catid=9:diset&Itemid=8">.</http:> Mar 15 l’accès. 2011.

LOYOLA, Gustavo. Tupiniquim est contre la régulation des marchés. Valeur économique, São Paulo, 12 décembre 2005. Disponible à : http://www.valoronline.com.br/veconomico/colunistas/?show=index&mat=3431425&caderno=col&edicao=1243. Accès au : 01 10. 2010

MATTOS, César et MUELLER, Bernardo. Régulation de l’organisme de réglementation : la proposition du gouvernement et de la FCC. 2007. Disponible à : <www.ppge.ufrgs.br iacomo/arquivos/…/mattos-mueller-2006.pdf="">.</www.ppge.ufrgs.br> Accès 1er janvier 2009.

MATTOS, Paulo t. l. le nouveau gouverneur de l’Etat au Brésil : l’efficacité et la légitimité. SP : Singulier, 2006. Chapitre 3. Disponible à : <http: academico.direito-rio.fgv.br/ccmw/images/0/0b/cap%c3%8dtulo_3_-_paulo_mattos.pdf="">.</http:> Accès 30 avr. 2010.

MATTOS, Paulo Todescan Lessa. La formation de régulateur de l’Etat. Nouveau magazine de Cebrap études, nov. 2006. Disponible à :<http: www.scielo.br/scielo.php?pid="S0101-33002006000300007&script=sci_arttext">.</http:> Accès 30 avr. 2010.

NEVES, Mauricio dos Santos. L’industrie des télécommunications. Carnet secteur 13,

07/2003. Disponible à : <http: www.bndes.gov.br/sitebndes/bndes/bndes_pt/institucional/publicacoes/consulta_expressa/setor/telecomunicacoes/200212_8.html="">.</http:> Accès 15 fév. 2011.

Réglementation économique F. dans le cadre de la privatisation. (Conférence) – société d’Etudes juridiques Congrès Brésil – Allemagne. (pdf). Disponible à : <www.fea.pucsp.br _semestre_2010/inovacao.html="">.</www.fea.pucsp.br> Accès 30 avr. 2010.

OLIVEIRA, Gesner. Réglementation favorable à la concurrence et le nouveau cycle de libéralisation du commerce au Brésil. Texte pour Discussion 132 • février 2004. Disponible à : < http://bibliotecadigital.fgv.br/dspace/handle/10438/1931=""> . Accès 15 jan. 2011.

PECI, Alketa. Réforme de la réglementation brésilienne des années 90 à la lumière du modèle du Kleber Nascimento. RAC, v. 11, n. 1, janvier 2007/Mar… Disponible à : <http: www.anpad.org.br/periodicos/arq_pdf/a_102.pdf="">.</http:> Accès 15 fév. 2011.

PEREIRA, Paulo t. la théorie du choix Public (public choice) : une analyse économique du processus politique. 2002. Disponible à : <http: analisesocial.ics.ul.pt/documentos/1221841484t5saw2pw7dh10fx8.pdf="">.</http:> Accès : 15 fév. 2011

PINTO Jr., q. Helder et PIRES, Melissa Cristina Pinto. Asymétrie de l’information et les problèmes de réglementation. Février/2000. Disponible à : <http: www.ppge.ufrgs.br/giacomo/arquivos/eco02036/pintojr-pires-2000.pdf="">.</http:> Accès 15 fév. 2011.

Pires, José Claudio Linhares et douleurs, Praveen blanc garçon. Fusions et acquisitions dans l’industrie des télécommunications : caractéristiques et approche réglementaire. Journal de la BNDES, Rio De Janeiro, c. 7, no 14, p. 179-228, 10. 2000. Disponible à : <http: www.bndes.gov.br/sitebndes/bndes/bndes_pt/institucional/publicacoes/consulta_expressa/setor/telecomunicacoes/200010_1.html="">.</http:> Mar 31 l’accès. 2010.

PIRES, Jose Claudio Linhares et PICCININI, Maurício Serrão. La réglementation des secteurs d’infrastructure au Brésil. pages 217 à 258, BNDES Magazine (1999). Disponible à : <http: www.bndes.gov.br/sitebndes/export/sites/default/bndes_pt/galerias/arquivos/conhecimento/livro/eco90_07.pdf="">.</http:> 1 peuvent accéder. 2010.

PIRES, Jose Claudio Linhares. La restructuration de l’industrie des télécommunications au Brésil, dans les politiques réglementaires dans l’industrie des télécommunications : le cas du Brésil et l’expérience internationale. 2002. Disponible à : <http: www.bndespar.com.br/sitebndes/export/sites/default/bndes_pt/galerias/arquivos/conhecimento/revista/rev1109.pdf="">.</http:> 15 peut accéder. 2010.

POUVEZ, Mario ; CHANSONS de Fagundes, Jorge et de PONDÉ, João Luiz. Antitrust et la réglementation des secteurs d’infrastructure en transition. Août/2004. Disponible à : <http: www.ie.ufrj.br/grc/pdfs/defesa_da_concorrencia%20e_regulacao_de_setores_de_infra_estrutura_em_transicao.pdf="">.</http:> Accès 15 fév. 2011.

SALGADO, Lucia Helena. Les organismes de réglementation dans l’expérience brésilienne : Un Panorama de la conception institutionnelle actuelle. Mars/2003. IPEA, texte de discussion. Disponible à : < http://www.ipea.gov.br/pub/td/2003/td_0941.pdf=""> </>. Accès 01 fév. 2010.

Sampaio, Elias. Théorie de la démarche de réglementation et neo-shumpeteriana : quelques réflexions sur la possibilité de la complémentarité et la convergence. 2003. Disponible à : <www.anpec.org.br ncontro2003/artigos/a28.pdf="">.</www.anpec.org.br> accès à la 1 mer. 2010.

SANTOS, Luiz Alberto. Efficacité des systèmes de régulation : le cas du Brésil. X International Congress del plaqués sur la Reforma del Estado y de la Administración Pública, Santiago, Chili, 18-21. Octobre/2005. Disponible à : <www.bresserpereira.org.br ocuments/mare/agencias/santos_reg.pdf="">.</www.bresserpereira.org.br> 01 10 accès. 2009.

SCHUMPETER, j. théorie du développement économique. SP : Avril 1982. (chap. 2). Disponible à : < ftp://ftp.sp.gov.br/ftpiea/tec3-0894.pdf=""> </>. Accès 30 avr. 2010.

José Antonio de Souza. Privatisation : Les télécommunications brésilien secteur des Impacts. 01/2008. Disponible à : <WWW.teleco.com.br>.</WWW.teleco.com.br> Mar 15 l’accès. 2011.

SPENCE, David b. et Guillaumin, Michela. Théorie de la négociation et de la réforme réglementaire : la logique politique de réglementation inefficace. Disponible à : <http: www.regulacao.gov.br/publicacoes/artigos/bargaining-theoryand-regulatory-reform-the-political-logic-of-inefficient-regulation/view="">.</http:> Accès 01 jan. 2009.

Tavares, Carlos. Réglementation économique. Commission du marché des valeurs mobilières. 19 octobre 2007, Faculté de droit, Université de Coimbra. Disponible à : <http: www.fd.uc.pt/cedipre/licoes_inaugurais/cedipre_licinauguralvii_drcarlosbaptista.pdf="">.</http:> Accès 15 fév. 2010.

Tavares, Monica et ROSA, Bruno. Défis de la convergence numérique. Disponible à : le globe (http://oglobo.com.br/economia). Accès le 22 août 2009.

La performance de l’industrie des télécommunications dans les séries chronologiques de Brésil – 2010. Mars/2011. Disponible à : <http: www.telebrasil.org.br/link_setor.pdf="">.</http:> Accès 30 jan. 2011.

L’industrie des télécommunications au Brésil A Aperçu structuré. Novembre/2010. Disponible à : < http://www.telebrasil.org.br/saibamais/o_setor_de_telecomunicacoes_no_brasil_uma_visao_estruturada_20090330.pdf=""> </>. Accès 30 jan. 2011.

TUROLLA, Frederico Araujo ; De Maria Fernanda Lima Freire. Analyse économique de la concentration BrT-Hi. Pezco Pesquisa e Consultoria Ltda. Juillet/2008. Disponible à : <http: www.teletime.com.br/arqs/outro/1743.pdf="">.</http:> Mar 15 l’accès. 2011.

TUROLLA, Frederico Araujo ; OHIRA, Thelma Harumi et FREIRE DE LIMA, Maria Fernanda. Concurrence, la Convergence et universalisation dans l’industrie des télécommunications au Brésil. Pezco – recherche & Consulting. Septembre/2007. Disponible à : < http://www.telcomp.org.br/site/wpcontent/uploads/downloads/2011/12/20070913_estudo-converg%c3%aancia_pezco.pdf=""> . Accès 15 jan. 2011.

Vasconcelos, Raphaël de chêne. La libéralisation du secteur des télécommunications comme option de politiques d’ajustement économique. 11/04/2008. Disponible à : <http: www.ufjf.br/eticaefilosofia/files/2009/08/juri_raphaelvasconcelos.pdf="">.</http:> Accès 15 fév. 2010.

VELASCO Jr., Licinio. Privatisation du système de la BNDES. BNDES 33 magazine, juin 2010. Disponible à : <http: www.bndes.gov.br/sitebndes/bndes/bndes_pt/institucional/publicacoes/consulta_expressa/setor/privatizacao/201006_9.html="">.</http:> Accès 15 fév. 2011.

Anatel www.anatel.gov.br

http://academiaeconomica.blogspot.com/2009/07/Jean-Baptiste-Say-e-regulacaoeconomica.html

http://getinternet.IPEA.gov.br/SobreIpea/td_1000/regu_econo_defesa_concorr.htm

http://PT.wikipedia.org/wiki/regula%C3%A7%C3%A3o_econ%C3%B4mica

http://www.cristinaamorim.com.br/atividade.html

http://www.IPEA.gov.br

Programme de renforcement des capacités institutionnel de gestion dans le règlement

Http://www.regulacao.gov.br (PRO-REG)

Cade.gov.br

IBGE.gov.br

[1] Master en économie et en administration des affaires – Universidade Cândido Mendes-RIO DE JANEIRO

[2] Le théorème de Coase est une théorie développée par l’économiste Ronald Coase, qui cherche à résoudre des externalités existantes sur les marchés. Selon le théorème de Coase, si les policiers impliqués avec externalités peuvent négocier (sans coûts de transaction) de droits de propriété bien définie par l’État, peut-être négocier et parvenir à un accord dans lequel les externalités sont internalisées. En outre, compte tenu des préférences quasi linéaire, nous pouvons affirmer, sur la base de ce théorème, que chaque solution efficace doit avoir la même quantité de la charge de coût externe. (VARIAN, 2003)

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here