REVISTACIENTIFICAMULTIDISCIPLINARNUCLEODOCONHECIMENTO

Revista Científica Multidisciplinar

Pesquisar nos:
Filter by Categorias
Administration
Administration navale
Agronomie
Architecture
Art
Biologie
Chimie
Communication
Comptabilité
cuisine
De marketing
Dentisterie
Déontologie
Droit
Éducation
Éducation physique
Environnement
Génie Agricole
Génie chimique
Génie de l’environnement
génie électrique
Génie informatique
Génie mécanique
Géographie
Histoire
Ingénierie de production
Ingénierie de production
l'informatique
Littérature
Mathématiques
Météo
Nutrition
Paroles
Pédagogie
Philosophie
Physique
Psychologie
Santé
Science de la Religion
Sciences aéronautiques
Sciences sociales
Sem categoria
Sociologie
Technologie
Théologie
Tourisme
Travaux Publics
Vétérinaire
Zootechnie
Pesquisar por:
Selecionar todos
Autores
Palavras-Chave
Comentários
Anexos / Arquivos

La problématique du Supply Chain Management face aux impacts du Covid-19 et à la reprise de la croissance

RC: 129745
303
Rate this post
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!

CONTEÚDO

ARTICLE ORIGINAL

RIBEIRO, Jessiel de Moura [1]

RIBEIRO, Jessiel de Moura. La problématique du Supply Chain Management face aux impacts du Covid-19 et à la reprise de la croissance. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An. 07, éd. 08, Vol. 07, p. 28-47. Août 2022. ISSN : 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/administration-des-affaires/impacts-du-covid-19

RÉSUMÉ

Discuter de la Supply Chain implique de considérer toute la planification et la structuration nécessaires pour servir pleinement le client final, exigeant une prise de décision impliquant les aspects stratégiques, tactiques et opérationnels d’une organisation. Avec l’émergence de la pandémie de Covid-19, la chaîne d’approvisionnement de différentes entreprises à travers le monde s’est désorganisée, provoquant une pénurie alarmante, en plus de la pénurie de main-d’œuvre pour le travail dans tous les segments. Dans cette perspective, la question qui se pose est : comment favoriser la reprise de l’industrie, du commerce et des services au niveau mondial post-pandémique ? En tant qu’objectif, il est prévu d’étudier les solutions possibles pour réorganiser le flux de planification de l’approvisionnement des entreprises et la reprise du fonctionnement complet de la Supply Chain face aux exigences de sa clientèle dans la pandémie post-Covid-19. Cet article original a été développé en utilisant la méthodologie de recherche bibliographique, discutant de l’arrêt des processus de la chaîne d’approvisionnement, causé par la pandémie de Covid-19 et de la baisse d’approvisionnement qui en résulte. Il était nécessaire de créer et de mettre en œuvre des chaînes d’approvisionnement résilientes, face à d’éventuels événements drastiques ; développement/mise en place d’une collaboration technologique à travers des outils/plateformes performants pour une meilleure gestion des processus de la Supply Chain, en utilisant le système blockchain ; favoriser la formation des individus et des équipes.

Mots-clés : Pandémie Covid-19, Supply Chain, Reprise d’approvisionnement post-pandémique.

INTRODUCTION

Les pratiques de Supply Chain Management (SCM) comprennent l’ensemble des processus interconnectés dans une chaîne qui commence par l’achat des matières premières, la production, le stockage, le mouvement interne, le transport et la distribution jusqu’au consommateur final (NEOWAY, 2021).

Avec l’avènement de la pandémie de Covid 19 qui a favorisé, en peu de temps, une crise mondiale sans précédent tout au long de ce siècle, il y a eu une grave interruption des flux de marchandises nécessaires à la vie quotidienne des individus au format connu jusqu’alors, impactant toute la chaîne de production et de distribution, et avec cela, provoquant le ralentissement de l’économie mondiale. Les différents secteurs de la société ont alors commencé à connaître des problèmes sanitaires, sociaux et économiques (GERDEMAN, 2022).

Le commerce entre les États-Unis et la Chine a été fortement affecté, car les travailleurs sont tombés malades et les usines ont été contraintes d’arrêter leurs activités (HEISE, 2020).

À l’heure actuelle, la réduction des formes graves de la maladie et de la contagion se dessine, malgré le nombre élevé de décès enregistrés dans le monde. Ce fait est dû aux résultats satisfaisants obtenus par l’adoption des mesures nécessaires pour lutter contre la maladie, telles que l’isolement social et d’autres mesures sanitaires adoptées, alliées à la vaccination de masse qui a couvert la plupart des nations.

L’impact de la pénurie d’intrants et de biens dans tous les segments a provoqué une réduction de 2% de la croissance annuelle de l’économie américaine entre juillet et septembre 2021, contrairement aux prévisions précédentes des experts qui pointaient la maison à 7% par an. L’augmentation des prix du carburant, de la nourriture, des loyers et des articles de base pour la survie des Nord-Américains contribue également à cette baisse de la croissance économique (CBS NEWS, 2021).

Cependant, des difficultés persistent dans différentes organisations et leurs efforts concentrés dans leur recherche de la main-d’œuvre nécessaire pour combler les opportunités professionnelles encore ouvertes, puisque le marché du travail a été fortement perturbé par la maladie (CBS NEWS, 2021). A cela s’ajoute le fait que la récente reprise d’activité a pris par surprise de nombreuses entreprises, qui, face à la pandémie, ont réduit leurs achats et leur productivité, mais qui, face à l’envolée de la demande des consommateurs, ont vérifié leurs pénuries pour répondre rapidement à la recrudescence de la demande (GERDEMAN, 2022).

Dans cette perspective, cet article scientifique original, dont la méthodologie était la recherche bibliographique, entend répondre à la question suivante : comment favoriser la reprise de l’industrie, du commerce et des services au niveau mondial post-pandémique ?

En réponse à la problématique proposée, l’objectif de cette étude est d’identifier des solutions possibles pour réorganiser le flux de planification d’approvisionnement des entreprises et reprendre le plein fonctionnement de la chaîne de production face aux demandes de sa clientèle dans l’après-Covid-19 pandémie.

URGENCE DE COVID-19

Il n’appartient pas à l’humanité de relativiser les millions de vies perdues par des maladies contagieuses qui se sont propagées rapidement sur de nombreux continents, dont la variole, au cours du IIIe siècle (de janvier 201 après JC à décembre 300 après JC) ; la peste noire en 1347, le choléra en 1817, la peste bubonique en 1855, la pandémie de rougeole en 1875, la grippe espagnole en 1918, la grippe asiatique en 1957 et la grippe porcine (H1N1) en 2009, comme indiqué par le portail de l’Université de médecine de Lisbonne (UL, 2020).

Malgré cela, la pandémie de Covid-19 est considérée comme « la plus grande menace pour la santé publique mondiale du siècle », un événement qui a favorisé le déséquilibre et les carences du progrès économique, politique et social dans tous les pays (SILVA, 2020, p. 448).

Tragédie aux proportions inédites, le Covid 19 a provoqué le déclenchement d’une crise de l’ordre mondial affectant tous les secteurs de la vie humaine, exerçant également une forte pression sur la capacité productive des différents secteurs industriels à travers le monde, puisque dans le même temps Au fur et à mesure que la contagion augmentait, l’offre de produits et de services s’est lentement paralysée (SILVA, 2020).

Avant l’annonce officielle émise par le gouvernement chinois pour informer l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de l’émergence du nouveau coronavirus, les pays important des biens produits en Chine commençaient déjà à souffrir de la baisse importante de la chaîne d’approvisionnement de ce pays ( YOSHIDA, 2020, p. 12).

Les interruptions de flux de produits et de stocks, qualifiées par les experts d’interruptions graves – lorsque les industriels ont partiellement ou totalement fermé/paralysé leurs activités, les aéroports ont adopté des restrictions sévères, il y a eu une pénurie d’équipements et de fournitures – sont en elles-mêmes des événements qui ont impacté l’offre mondiale réseaux, également causés par l’isolement social si nécessaire pour contenir la propagation du nouveau coronavirus (YOSHIDA, 2020, p. 12).

La Chine, qui est devenue au fil du temps le plus grand centre local et mondial de production de matières premières et de pièces détachées pour différents segments de l’industrie, est devenue le principal fournisseur critique des secteurs des machines, des télécommunications, des instruments de précision, etc. (CAI et LUO, 2020).

Wuhan a été la ville chinoise la plus touchée par le nouveau coronavirus, épicentre initial de l’épidémie, dont la production provient de grandes entreprises du secteur automobile et des semi-conducteurs, si nécessaires aux géants du secteur, dont Foxconn, Dongfeng, Motor Group, Honda et General Motors, qui ont fait face à une forte baisse de leur activité (CAI et LUO, 2020).

La propagation du Covid-19 a rapidement atteint les provinces du Guangdong, du Zhejiang et du Jiangsu, une région où se concentrent de nombreuses entreprises manufacturières, entraînant une diminution progressive de la production de voitures, de téléphones portables et d’autres produits, en raison du manque de matières premières, de pièces remplacement, mais aussi le manque de main-d’œuvre (CAI et LUO, 2020).

La contagion ultérieure par le nouveau coronavirus a provoqué la fermeture de nombreuses usines dans différents pays, face aux actions visant à bloquer la circulation des personnes et des moyens de transport, y compris les secteurs de l’automobile, de l’électronique et même des industries pharmaceutiques. En conséquence, le risque de faillite de nombreuses petites et moyennes entreprises est devenu une réalité à moyen terme (CAI et LUO, 2020).

Les impacts du Covid-19 sur le processus d’approvisionnement mondial se sont produits en deux phases, décrites par Cai et Luo (2020) : dans la phase 1, entre février et mars 2020, des changements progressifs ont commencé à se produire dans tous les processus de production en Chine, par rapport à l’approvisionnement en matières premières et en pièces détachées, entraînant dans un premier temps des retards dans la livraison des commandes à l’importation. Face à la croissance continue de la contamination des personnes, en phase 2, les processus de production ont été interrompus.

Il convient de noter que la Chine est considérée comme “un grand consommateur de commodities et de produits agricoles mondiaux, et les perturbations de la fabrication en Chine se sont propagées à travers les chaînes d’approvisionnement mondiales” (TWINN et al., 2020, apud SILVA, 2020, p. 450).

La réduction de la croissance du produit intérieur brut (PIB) a eu un impact global sur la chaîne d’approvisionnement mondiale, en ce qui concerne la production et la fourniture d’intrants, ainsi que la fourniture de produits et services industriels en général, en raison de la crise mondiale installée , comme l’a expliqué Steve Rick, économiste en chef chez l’assureur Cuna Mutual Group (CBS NEWS, 2021).

CHAÎNE D’APPROVISIONNEMENT : ÉTAPES, TYPES ET PORTÉE

Selon Pessoa et al. (2017, p. 176), la nouvelle réalité mondiale, représentée par « la mondialisation, le commerce électronique et les automatisations » permet aux consommateurs de toutes les normes et de tous les pouvoirs d’achat d’innombrables expériences inimaginables auparavant, en même temps que des organisations de différentes tailles cherchent à développer leur activité, que ce soit dans des points de vente physiques ou électroniques. Le fait est que tous ces aspects impliquent la gestion de la chaîne d’approvisionnement, ainsi que la prudence avec les risques inhérents à une telle gestion.

Le concept de logistique est apparu en France vers 1917, décrit dans le livre “Logística Pura: a ciência da preparação para a guerra“, écrit par le lieutenant-colonel Thorpe, un marine américain. Dans ce livre, sont décrites les “stratégies de guerre, dont l’objectif était de s’occuper du stockage, de l’entretien et de la distribution des différents matériels, tels que la nourriture, les médicaments, les armes, les vêtements et les moyens de les transporter” et réalise plusieurs projets (FUNDACE, 2019).

Mais il y avait un écart entre la publication du livre susmentionné en 1917 et le renforcement du domaine de la logistique dans le contexte commercial, qui ne s’est produit qu’à partir de 1970, lorsqu’il a commencé à englober des aspects tels que la planification efficace, l’inventaire et le transport des produits (FUNDACE , 2019).

Selon la définition de Yoshida (2020, p. 17-8), la logistique est le domaine qui consiste en la gestion stratégique des activités d’acquisition, de mouvement et de stockage de matériaux, “visant à maximiser les gains – présents et futurs – par l’inflexion des coûts d’exécution des commandes ». Il comprend également :

o serviço ao cliente, relacionado ao tráfego e meios de transporte, armazenagem, localização da planta fabril e seus depósitos, o controle de inventário, o processamento de pedidos, a aquisição de materiais e sua movimentação e distribuição, suprimento, entrada e saída de materiais, devolução de mercadorias e previsão de volume de pedidos, atendendo o cliente de forma eficiente (…) (YOSHIDA, 2020, p.17-8).

La logistique vise à permettre une plus grande rentabilité des services aux clients et aux consommateurs, permettant le meilleur flux et une plus grande valeur ajoutée de ses produits à ses clients (YOSHIDA, 2020).

L’évolution de ce concept a conduit à l’émergence du Supply Chain Management (SCM), intégrant tous les processus impliqués dans la Logistique avec d’autres nécessaires à la gestion complète de ce secteur (NEOWAY, 2021).

Le SCM est devenu une stratégie fondamentale pour l’amélioration des systèmes opérationnels des organisations, permettant la génération d’un avantage concurrentiel grâce à la réduction des coûts dans les phases de production, les innovations dans les processus et la livraison au consommateur final avec une qualité supérieure (NEOWAY, 2021).

Cependant, il existe des risques liés à cette gestion, qui se subdivisent en : risques opérationnels, menaces sur les investissements dans les stocks et les coûts de la chaîne d’approvisionnement (YOSHIDA, 2020).

Selon Neoway (2021), parmi les types de chaînes d’approvisionnement figurent :

  1. Totalement flexible : se concentre sur une livraison rapide, comme c’est le cas avec les clients du e-commerce. Il est utilisé par des zones de marché à forte demande, face à des consommateurs au pouvoir d’achat plus élevé ;
  2. Agile : axé sur des réponses rapides à des demandes imprévisibles, par exemple, des intrants industriels. Il est utilisé sur les marchés de consommation non fidèles qui nécessitent une livraison rapide mais offrent un taux de rejet élevé à des prix élevés ;
  3. Lean : il se concentre sur l’efficacité, l’économie d’échelle et le faible coût de production et de livraison, représenté par exemple par les fournisseurs de fournitures de bureau. Utilisé dans les entreprises de type B2B, il a généralement des clients à la recherche de bons prix, avec un service rapide et de qualité ;
  4. Réapprovisionnement continu : en mettant l’accent sur la fidélisation des consommateurs pour des produits et services fiables, on peut citer l’exemple des fournisseurs de boissons de bar. Utilisé pour les marchés dont les demandes sont prévisibles et les clients fidèles à leurs fournisseurs.

Les différences entre un concept et un autre consistent dans le fait que la Logistique est une approche spécifique qui implique les étapes entre le stockage et le transport, tandis que le Supply Chain Management implique toute la gestion entre les entreprises, à mettre en évidence : fournisseurs, distributeurs, entrepôts, consommateurs, etc. (FUNDACE, 2019).

À son tour, il y a la chaîne d’Risk Management Supply Chain (SCRM). Selon Lima Jr. et coll. (2021, p.279), consiste en «l’intersection des connaissances entre la gestion des risques et la gestion de la chaîne d’approvisionnement». Ce sont des risques inhérents aux enjeux géographiques, qui impactent les chaînes d’approvisionnement, qui sont liées aux contextes sociaux et aux exigences des différents pays dans leurs relations fournisseurs/acheteurs.

Lima Jr. et al. (2021) enseignent que ces risques renvoient à la nature du risque ou à l’efficacité des stratégies des différentes entreprises, pays, etc., dans la mesure où ils peuvent ou non compromettre les affaires et la viabilité des projets commerciaux. Ces auteurs décrivent cinq facteurs de risque, à souligner :

  1. Risques liés au transport : problèmes éventuels lors du transport des marchandises, liés à des retards ou à des dommages aux produits ;
  2. Risque d’information et de prévision : erreurs possibles dans les informations et la prévision de la demande, telles que les erreurs liées à la documentation de la commande ; erreurs de saisie des commandes et du système d’information ; demandes urgentes de commandes et de modifications par les clients et bonne gestion des stocks ;
  3. Risque fournisseur : possible faillite brutale d’un fournisseur ; les pénuries et les défauts causés par une production inadéquate du fournisseur ; lacunes dans la réponse aux demandes urgentes;
  4. Risque environnemental : consiste en d’éventuelles modifications opérationnelles du SCM ; les fluctuations de prix liées à la hausse des prix des matières premières et à l’inflation ; une offre et une demande non satisfaites en raison d’une insuffisance de matières premières ; les modifications des réglementations, des lois et des politiques connexes ; changements technologiques;
  5. Risque destructeur : lié aux catastrophes naturelles et accidents soudains et inattendus, tels que les épidémies, les incendies, les accidents de la circulation, les grèves et les fermetures de ports et d’aéroports.

Aux cinq risques décrits, Gerdeman (2022) ajoute un sixième risque, lié aux nombreuses demandes de démission des travailleurs nord-américains, survenues pour différentes raisons dans la période post-pandémique.

MULTILATERALISME ET CHAINE D’APPROVISIONNEMENT MONDIALE

Le multilatéralisme est le terme qui désigne la conception de structures qui tendent à fonctionner de manière universelle entre les parties qui l’intègrent. Elle rejoint la vocation d’organismes tels que le Fonds monétaire international (FMI), l’Organisation des Nations unies (ONU), l’Organisation Internationale du Travail (OIT), entre autres, chacun étant soumis « à un certain système de coordination des relations entre différents états, pour répondre à certains objectifs » (FONSECA JR, 2019).

Fernandes et Simão (2020 p. 18-19) expliquent que le multilatéralisme en tant que “principe structurant des relations internationales”, est né au XXe siècle et peut être défini comme “la pratique de la coordination des politiques nationales entre trois ou plusieurs États, par ad hoc ou des institutions ».

À son tour, le régionalisme et ses multiples formes reposent sur la base de processus de coordination entre différents États, à l’exception de l’Union européenne (UE). Il s’apparente également à diverses institutions, dont l’Organisation des États Américains (OEA), l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE), l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) ou l’Alliance atlantique, etc. (FONSECA JR, 2019).

Il convient également de mentionner le concept de multipolarité, défini par Fernandes et Simão (2020) comme la répartition des facteurs de puissance dans les différents pôles, un pouvoir généralement concentré dans les pays considérés par le système international comme des puissances mondiales. La multipolarité diffère du multilatéralisme, qui est l’arrangement entre les pays intéressés par des accords entre eux, car il est lié à des questions liées à la répartition du pouvoir.

Le multilatéralisme découle du besoin de différentes nations et de leurs demandes d’accords sur la fourniture d’intrants, de produits, de commodities, etc. Ce sont des accords qui peuvent être conclus selon des préférences régionales, bilatérales, voire plurilatérales, et leurs signataires doivent rester fidèles aux principes du libre-échange (TIRONI, 1990).

Les règles relatives au multilatéralisme et à son contrôle relèvent de la compétence de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), sur la base de règlements techniques élaborés à partir d’autres accords existants. Parmi les plus grands pôles de puissance du monde figurent les États-Unis, la Chine et l’Union européenne (UE). Ainsi, conformément aux réglementations techniques, d’autres pays peuvent choisir ou combiner leurs choix le long de la chaîne de production d’un groupe ou d’un autre, en fonction de leurs besoins et intérêts régionaux (TIRONI, 1990).

De cette manière, la Chine, les États-Unis et l’Allemagne sont devenus commercialement liés, commençant à produire/exporter respectivement vers l’Asie du Nord, l’Amérique du Nord et l’Europe occidentale, tandis que la Corée du Sud, le Japon et Singapour ont atteint le statut de haute importance dans la production/fourniture de produits à destination de la chaîne mondiale, même en fonction de sa localisation géographique, puisque ses exportations représentent 40% des produits intermédiaires, selon les données tabulées par KPMG consultancy, société indépendante de renom spécialisée dans l’audit, le conseil et l’analyse fiscale (TIRONI, 1990).

En ce qui concerne spécifiquement les États-Unis et la Chine, Heise (2020) soutient qu’il s’agit d’une relation commerciale dont les principales caractéristiques sont le protectionnisme et l’incertitude.

IMPACTS DU MANQUE D’APPROVISIONNEMENT AUX ÉTATS-UNIS

Avec la pandémie de Covid 19, il y a eu une forte baisse de l’approvisionnement des différents types de produits destinés aux différents pays. C’était une époque où les États-Unis réduisaient de moitié leurs importations en provenance de Chine, entre janvier et mars 2020, orientant une partie du volume de leurs achats vers des fournisseurs non chinois (HEISE, 2020).

À l’heure actuelle, deux ans après la pandémie de Covid 19, les Nord-Américains sont toujours confrontés à des étagères sous-approvisionnées dans différents types de magasins, qu’il s’agisse d’aliments et d’articles de supermarché, d’électroménagers et même de jouets, parmi tant d’autres (KAVILANZ, 2022).

C’est une pénurie qui touche même les dépanneurs, qui fonctionnent généralement comme des points commerciaux alternatifs et proposent même des produits alimentaires, entre autres communs aux supermarchés. Il y a eu des cas de magasins situés dans les grandes villes ou des marchés secondaires dans les zones rurales, qui sont tous encore relativement à court d’approvisionnement en raison de la pandémie de Covid 19 (KAVILANZ, 2022).

Même ainsi, c’est un moment où le Federal Reserve Board s’apprête à réduire la subvention accordée à l’économie américaine pendant la récession, qui est progressivement retirée, en même temps que la banque visée montre son énorme inquiétude quant aux possibilités de croissance de l’inflation, entre autres circonstances qui peuvent compromettre la reprise financière du pays (CBS NEWS, 2021).

Rocha (2021) affirme que, dans une large mesure, ces difficultés ont été potentialisées aux États-Unis par le déni du président de l’époque Donald Trump concernant la dangerosité de la maladie, en plus de la diffusion de fake news concernant les questions liées à Covid 19, parmi eux, les directives concernant l’utilisation de l’hydroxychloroquine, le manque d’incitation aux mesures d’hygiène préventives et à l’utilisation de masques de protection faciale, ainsi que le manque d’incitation massive à l’isolement social et à la vaccination.

Cette façon de gérer la situation a conduit les États-Unis en tête de liste des pays ayant les taux les plus élevés de personnes infectées et de décès conséquents. Rocha (2021) rapporte que la vision de l’ancien président Trump sur la maladie l’a conduit à retirer le pays de l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO) et du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, et à supprimer par conséquent la collaboration dans les investissements prévus pour la recherche scientifique jusque là.

Sous prétexte de remettre en cause l’autorité de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et d’accuser la Chine de fabriquer et d’exporter le nouveau coronavirus, en plus de pointer le retard chinois à alerter cette instance sur la réalité de la crise sanitaire émergente, l’ancien -Le président Trump a abaissé les investissements habituels dans cette OMS à 6,91%, entre autres mesures qui ont nui aux relations multilatérales (ROCHA, 2021).

Concernant l’engagement de la chaîne d’approvisionnement, Attinasi et al. (2022) avancent que « les goulots d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement résultent de l’interaction de plusieurs facteurs », et les énumèrent : 1. Forte reprise de la demande mondiale de biens manufacturés, qui ne s’est pas accompagnée d’une augmentation de l’offre de biens ; 2. Des secteurs largement touchés par le manque d’offre, notamment les semi-conducteurs, en raison de la croissance de la demande de produits et d’équipements électroniques, causée en partie par l’isolement social et les besoins de home office pour une grande partie de la population ; 3. Interruptions liées à la logistique en raison de la congestion des ports et des activités des porte-conteneurs ; mesures de blocage restrictives dans certains pays asiatiques, qui sont d’importants fournisseurs de différents intrants intermédiaires.

Face à cette réalité, dès son accession à la présidence américaine, l’actuel président Joe Biden a reformulé l’engagement du pays dans les dossiers multilatéraux ; promu l’immunisation de 50 % de la population locale, c’est-à-dire des personnes qui ont accepté la vaccination ; a annoncé le retour de ce pays à l’OMS, en plus de l’élaboration/adoption d’un plan de distribution de 55 millions de vaccins dans le monde, allouant 75 % de ceux-ci aux pays les plus nécessiteux (ROCHA, 2021).

En ce qui concerne le service des fournisseurs nationaux, il apparaît que parmi les secteurs qui ont le plus souffert du retard de production figurent 36% de la petite fabrication, de la construction civile et de différentes entreprises, selon des données tabulées entre le 31 mai et le 6 juin 2021, par les États-Unis société Census Small Business Pulse (ROCHA, 2021).

À leur tour, Helper et Soltas (2021) rapportent que l’impact causé par l’interruption de la chaîne d’approvisionnement a causé des problèmes qui persistent dans d’autres segments, notamment les secteurs de la construction civile, de l’automobile, de l’habillement et des articles essentiels.

En ce qui concerne le secteur de la construction civile, la pénurie de bois pour la structure, les panneaux muraux et les toitures persiste encore, freinant l’avancement des constructions. Le prix du bois a augmenté de 19 % entre mai 2020 et mai 2021, malgré une baisse ultérieure, selon une enquête menée par l’National Association of Home builders. Compte tenu de la volatilité du secteur, les alternatives trouvées par les constructeurs ont été de retarder le démarrage des travaux neufs (HELPER et SOLTAS, 2021).

Le secteur automobile, en revanche, fait face à une forte hausse des prix des voitures neuves, d’occasion et de location, impactant fortement la reprise de ce segment. Face à la pandémie de Covid 19, les constructeurs automobiles ont annulé leurs commandes habituelles d’acquisition de semi-conducteurs car ils croyaient à une baisse de la demande (HELPER et SOLTAS, 2021).

Cependant, ses difficultés ont beaucoup augmenté, car il s’agit d’un composant dont l’approvisionnement normal prend déjà beaucoup de temps, un aspect qui était bien pire lorsque sa production a été découpée en tranches, lorsque chaque partie de ses phases de production était en charge de plusieurs entreprises environnantes le monde (HELPER et SOLTAS, 2021).

Gerdeman (2022) explique qu’en plus du manque d’intrants liés aux restrictions de fabrication et d’expédition de la part des fournisseurs, les secteurs de l’automobile et de l’électronique ont été particulièrement touchés, les délais de livraison étant passés à 21 semaines par les fournisseurs malaisiens, par exemple.

Parmi les autres éléments nécessaires à la production de véhicules automobiles, il y a l’acier, le plastique et le caoutchouc, qui font partie des 30 000 pièces nécessaires à la production de chaque unité de véhicule, et il faut également considérer la logistique nécessaire pour transporter tout le nécessaire parties de différentes parties du pays (HELPER et SOLTAS, 2021).

À son tour, le secteur de l’habillement a été affecté, car la production chinoise de textiles manufacturés, de chaussures et de machines a fortement chuté en mars 2020 par rapport à mars 2019. Dans ce contexte, les États-Unis ont identifié des opportunités d’importer des produits textiles fournis par l’Inde et le Bangladesh, ainsi que comme chaussures et machines fournies par le Vietnam (HEISE, 2020).

S’agissant des produits de première nécessité, compte tenu de l’isolement social, au début de la pandémie de Covid 19, la consommation de papier toilette de bonne qualité a augmenté de 40% par la population civile, face à l’isolement social et à leur permanence dans la maison. Par peur du manque d’article, les Nord-Américains ont « nettoyé les rayons des magasins » (HELPER et SOLTAS, 2021).

S’agissant d’un article dont la demande est généralement stable, le stockage de grandes quantités de ce produit est entravé, car il s’agit d’un article très volumineux. A cela s’ajoute le problème lié à la taille des machines, au volume de personnel et à la taille des propriétés adaptées aux nouvelles installations de fabrication et au volume de capital pécuniaire en un temps record, irréalisable dans un court laps de temps qui permettait de contourner le impacts de la pandémie (HELPER et SOLTAS, 2021).

Parmi les solutions trouvées par les industriels, citons : produire des rouleaux plus grands que la taille habituelle ; faire fonctionner leurs machines à la capacité maximale possible (92 %) ; conserver des stocks pendant deux à trois semaines ; réactiver toute machine inactive ; réduire l’intervalle de repos de votre équipement ; investir dans leurs processus de distribution, en anticipant d’éventuelles pénuries régionales (HELPER et SOLTAS, 2021).

PÉNURIE DE MAIN-D’ŒUVRE

Selon le rapport du cabinet de conseil Everstream, spécialisé dans l’Intelligence Artificielle, la demande de travailleurs devrait croître de manière significative en 2022, compte tenu des difficultés des organisations de différents secteurs à pourvoir leurs postes, notamment pour les activités liées à la Logistique, qui souffre d’une manque de chauffeurs pour les camions et les camionnettes, entre autres opportunités (GERDEMAN, 2022).

Un autre, parmi les phénomènes provoqués par la pandémie de Covid 19, dont les résultats ont impacté l’économie de manière globale, en raison de la perte de personnel, des interruptions de la chaîne d’approvisionnement, de l’augmentation du coût de la vie et des urgences de la reprise de processus industriels, commerciaux et de services, le manque de personnel pour pourvoir les postes vacants a permis la pression des travailleurs pour l’augmentation des salaires offerts (GERDEMAN, 2022).

Même face à la baisse actuelle des demandes d’assurance-chômage aux États-Unis, qui ont enregistré des niveaux inférieurs à 250 000 demandes en mars 2020, les experts estiment que les entreprises s’engagent à maintenir leur main-d’œuvre, compte tenu des difficultés actuelles au travail (CBS NEWS, 2021).

On peut citer, par exemple, la Malaisie, qui est l’un des principaux fournisseurs de semi-conducteurs au monde, qui a réduit la production de ces composants de 60 %, compte tenu de la nécessité d’adopter un troisième blocus national, compte tenu des épidémies récurrentes de la maladie qui ont atteint les travailleurs locaux, provoquant la suspension de leurs activités industrielles (GERDEMAN, 2022).

Il convient également de mentionner la contamination des camionneurs par la variante Ômicron, ainsi que le travail d’innombrables personnes réparties dans les différentes zones de production, dont le conditionnement et le transport de la viande ; la contagion des travailleurs dans les entrepôts, les ports, les détaillants et les magasins, tous ont eu un impact sur leur travail et leurs performances, faits rapportés par Jon Samson, directeur exécutif des American Trucking Associations (McCAUSLAND, 2020).

Dans son témoignage devant le Congrès américain, Samson a rapporté qu’avant la pandémie, l’industrie, en général, comptait déjà 80 000 chauffeurs de moins, mais que ce problème s’est grandement aggravé avec l’avènement du Covid-19, puisque, le manque de professionnels pour le chargement et le déchargement des marchandises impactait le respect des délais de livraison.

Malgré l’évolution de la situation, les entrepreneurs responsables des affaires dans les ports, les entrepôts, les restaurants, les supermarchés et la fast food sont toujours confrontés à une instabilité dans leur approvisionnement, car de nombreux travailleurs ont été touchés par la nouvelle variante de l’omicron, étant temporairement handicapés pour un travail normal (McCAUSLAND, 2020).

À leur tour, les entrepreneurs de l’industrie de l’emballage de la viande s’inquiètent de ce qui a été surnommé le «mandat du vaccin» qui a émergé avec le gouvernement Biden, qui encourage le respect de la vaccination de toutes les manières, auquel de nombreux travailleurs sont réfractaires. Si un tel projet est approuvé, les hommes d’affaires craignent une ruée massive de main-d’œuvre dans ce secteur. De plus, des problèmes avec la législation du travail se poseraient, car ce segment industriel serait empêché d’embaucher de nouveaux travailleurs non vaccinés, impactant sa productivité (McCAUSLAND, 2020).

MULTILATERALISME ET RETOUR DE L’ECONOMIE MONDIALE

Selon une analyse du FMI, la crise sanitaire provoquée par le Covid 19 a provoqué une baisse de 5,3% des échanges de biens de consommation en octobre 2020, un indice inférieur à celui estimé par l’OMS, dont la projection estimait à 9,2%. Il est enregistré que les différents pays ont promu des actions de protection fiscale et monétaire auprès des organisations internes, adoptant 133 mesures protectionnistes par les pays composants du G20, dont 63% visaient à faciliter les échanges, et seulement 37% restrictives (ROCHA, 2021).

Plusieurs facteurs sont à prendre en compte pour une reprise plus robuste de l’économie mondiale, malgré les signes clairs de cette évolution. McCausland (2022) pointe les risques de nouvelles variantes de l’Ômicron et d’éventuels pics de cas comme facteurs d’entrave à une récupération plus efficace. De plus, il signale la survenue de conditions météorologiques anormales, face aux pluies et aux tornades en plein printemps.

Concernant la variante omicron de COVID-19, Attinasi et al. (2022) partagent le point de vue de McCausland (2022), concernant une éventuelle “fermeture des usines et des ports et par conséquent, ils jettent plus d’incertitudes, surtout à court terme. En particulier, il pourrait y avoir des revers dans les chaînes d’approvisionnement si la Chine continue d’adhérer à une stratégie COVID-zéro stricte. Les auteurs rapportent également que la guerre en Ukraine constitue une énième préoccupation mondiale pour la reprise optimale de l’approvisionnement.

Compte tenu de la nécessité pour les entreprises de créer des opportunités d’emploi plus attractives pour attirer de nouveaux travailleurs, on estime qu’à partir du second semestre 2022, la normalisation de la chaîne d’approvisionnement se fera de manière plus naturelle. McCausland (2022) souligne que 4,5 millions d’Américains ont spontanément quitté leur emploi en novembre 2021, certains de l’existence de meilleures offres et opportunités.

Attinasi et al. (2022) contredisent les prédictions de McCausland (2022), suggérant que les problèmes d’approvisionnement mondiaux ne se normaliseront pas avant la fin de 2022, en particulier dans la zone euro, qui comprend les pays suivants : Allemagne, Autriche, Belgique, Chypre, Slovaquie, Slovénie, Estonie, Finlande , France, Irlande, Italie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Portugal, Grèce et Espagne.

Pour Gerdeman (2022) et Helper et Soltas (2021), la pandémie est déjà terminée, compte tenu des signes d’affaiblissement des réflexes d’interruption de la chaîne d’approvisionnement, qui sont dus, en partie, au fait que la La variante ômicron est beaucoup moins sévère que les autres.

La lente reprise des affaires montre des records de ventes de maisons neuves atteignant des niveaux qui dépassent les ventes mondiales dans ce segment au cours des 14 dernières années, tandis que les ventes d’automobiles ont dépassé les totaux des ventes mondiales au cours des 15 dernières années. Quant aux articles de fabrication, les niveaux de stocks cumulés ont atteint 45 jours, contre 33 jours à l’heure actuelle, en raison de l’impact des interruptions de la chaîne de production (HELPER et SOLTAS, 2021).

Outre les difficultés à maintenir des stocks qui répondent à la reprise de la demande de biens de consommation, les organisations sont confrontées à la question de la nécessité d’identifier et d’embaucher de la main-d’œuvre, dont les offres d’emploi ont atteint la barre des 8,3 millions en avril 2021 (HELPER et SOLTAS, 2021).

MESURES PRÉVENTIVES SUR LES APPROVISIONNEMENTS ÉVENTUELS AUX ÉTATS-UNIS

Parmi les leçons apprises avec l’événement de la pandémie de Covid 19, la reprise de certaines activités critiques dans la chaîne de production domestique aux États-Unis est envisagée, en plus de la recherche et de la définition de fournisseurs alternatifs, pour éviter une éventuelle dépendance à un seul fournisseur pour les différents produits (HEISE, 2020).

Gerdeman (2002) rapporte que, selon le cabinet de conseil Everstream Analytics, spécialisé dans l’Intelligence Artificielle, le souligne dans son rapport annuel sur la chaîne d’approvisionnement, il y a cinq domaines dont différents pays devraient se préoccuper, dont certains sont liés au Covid-19 Pandémie, rapportée ici.

En ce qui concerne le fret maritime, qui est un moyen fiable, peu coûteux et extrêmement utile pour les voyages longue distance, le transport maritime est considéré comme l’épine dorsale du commerce mondial, et représente une préoccupation, comme l’a démontré l’événement de la pandémie de Covid 19 On peut citer, par exemple, qu’à la fin de 2021, certains navires ont été arrêtés pendant 30 jours, attendant d’accoster dans les ports de Long Beach et de Los Angeles (GERDEMAN, 2022).

En ce qui concerne l’augmentation des stocks, le dilemme se pose dans les décisions concernant l’accumulation de stocks préventifs, une action qui comprend l’achat, le stockage et la manipulation d’articles d’intérêt, étant une option qui peut entraîner des coûts élevés pour leur entretien, ou même que les articles stockés gâter ou devenir obsolète (GERDEMAN, 2022).

Quant au facteur de durabilité, dans le rapport d’Everstream Consulting, certains pays comme la Norvège et l’Allemagne, par exemple, s’inquiètent des questions environnementales, sociales et de gouvernance, qui impliquent des risques juridiques et de réputation (GERDEMAN, 2022).

Ce sont des aspects qui consistent en des violations des droits de l’homme liées à la chaîne d’approvisionnement, et des interdictions de vente de matériaux extraits, fabriqués ou produits dans certaines provinces chinoises, comme la province du Xinjiang, dont la production, semble-t-il, résulte du travail forcé. Il est à noter que les entreprises qui opèrent à l’encontre de ces interdictions sont empêchées de commercialiser leurs produits sur le sol nord-américain (GERDEMAN, 2022).

En ce qui concerne le réchauffement climatique, les fournisseurs internationaux, qui sont des producteurs manufacturiers, doivent être attentifs aux problèmes liés à leurs émissions locales de carbone provenant à la fois de leurs entreprises et de la source d’origine des matières premières utilisées par leurs fournisseurs.

La consommation mondiale d’eau doit également être prise en compte, puisque, selon les projections préparées par les Nations Unies, 2/3 de la population mondiale souffrira de pénurie d’eau d’ici 2025. La négligence générale concernant l’eau et son utilisation affectera les résidences, les industries et même réseaux logistiques (GERDEMAN, 2022).

À titre d’exemple, Gerdeman (2022) précise qu’en 2019, les plus gros navires utilisés comme porte-conteneurs ont traversé le canal de Panama à pleine charge. Un autre aspect réside dans les besoins en eau pour l’agriculture, étant donné que, compte tenu du risque imminent de pénurie d’eau, la production alimentaire sera compromise.

MESURES PRÉVENTIVES CONTRE L’APPROVISIONNEMENT

Gerdeman (2022) mentionne qu’il y a des améliorations à apporter concernant l’élaboration de prévisions protectrices de la chaîne d’approvisionnement des différents secteurs industriels et commerciaux. Il précise que le cabinet de conseil Everstream Analytics a développé des outils d’intelligence artificielle pour les détections précoces qui permettront à des problèmes similaires à ceux survenus lors de la pandémie de Covid 19 de se produire dans d’éventuelles opportunités futures. Cet auteur rapporte que les actions préventives de la Supply Chain Management ne se limitent pas à des événements spécifiques.

Parmi les outils possibles figure l’adoption du système blockchain, qui permet, parmi ses différentes fonctionnalités, la capacité de surveiller les chaînes d’approvisionnement, les enregistrements et les certifications. Rodrigues et Yoshino (2021, p. 167) rapportent qu’il s’agit d’une technologie d’élaboration de contrats entre acteurs sans intervention de tiers et sans surcoût, dont les données sont traçables et irréversibles, permettant « une optimisation des flux dans les chaînes d’approvisionnement ». La blockchain est considérée par les experts comme une « technologie qui résout des problèmes tels que la sécurité, la surveillance, la transparence, la confidentialité et la confiance de toutes les parties concernées ».

À leur tour, les décisions récentes du Gouvernement Biden-Harris, telles que la création d’un groupe de travail sur les interruptions de la chaîne d’approvisionnement (HELPER et SOLTAS, 2021).

En ce qui concerne les problèmes à court terme, le rôle du groupe de travail sera de surveiller et de résoudre les aspects liés aux approvisionnements en général, mais avec une attention particulière aux segments de la construction civile et des composants électroniques, tels que les semi-conducteurs, par exemple. À long terme, des actions ont été proposées pour renforcer la base industrielle, visant à réduire les solutions et les réponses aux éventuelles crises d’approvisionnement local (HELPER et SOLTAS, 2021).

Concernant les dépenses liées aux risques inhérents aux chaînes d’approvisionnement, la proposition consiste à investir dans la recherche, la production, le recyclage pour les travailleurs, ainsi que dans les communautés locales, favorisant la reconstruction d’une capacité de fabrication durable dans le pays. Les investissements suggérés étaient d’au moins 50 milliards de dollars américains, à examiner et à approuver par le Congrès américain (HELPER et SOLTAS, 2021).

Dans une perspective internationale, la Task Force proposée suggère le renforcement des partenariats visant la prise en charge inhérente à la supply chain, selon les stratégies géopolitiques les plus opportunes (HELPER et SOLTAS, 2021).

CONCLUSION

La littérature scientifique sélectionnée pour l’élaboration de cette étude, combinée aux publications récentes liées à la pandémie de Covid 19, les situations séquentielles et les mesures gouvernementales existant dans les différentes ressources médiatiques démontrent la gravité des situations qui ont affecté l’ensemble de la société au cours des dernières années.

Les changements qui ont affecté la chaîne d’approvisionnement locale et mondiale ont compromis la façon dont les gens vivaient jusque-là, allant du manque de divers composants pour l’industrie, atteignant les étagères des supermarchés et d’autres types de magasins, où même les produits alimentaires manquent encore aux consommateurs finaux.

De telles carences sont lentement et progressivement comblées après les mesures sanitaires mises en place par les instances sanitaires mondiales, notamment la vaccination massive, permettant le retour d’une certaine normalité sociale.

Cependant, le retour à des niveaux idéaux nécessite encore des efforts rémunérés de la part des gouvernements et des entreprises dans tous les aspects susmentionnés, ainsi qu’en termes d’identification et d’attraction de la main-d’œuvre en quantité et en qualité répondant aux différents secteurs de la chaîne d’approvisionnement.

En réponse à la question proposée pour l’investigation de cette étude, qui était : « comment favoriser la reprise de l’industrie, du commerce et des services dans le monde post-pandémique ? », trois actions jugées fondamentales pour le retour à la normalité sont proposées, qui sont décrites ci-dessous.

Une première solution réside dans la création d’une  Supply Chain résiliente, c’est-à-dire qui fournit de bonnes stratégies de chaîne d’approvisionnement, visant à répondre à la demande nationale/mondiale afin de permettre une restructuration efficace du secteur et éviter d’éventuelles nouvelles pénuries lors de futures crises.

Comme deuxième solution, on pense que la collaboration technologique sera d’une grande valeur, dans le but de créer des outils/plateformes performants, capables de gérer les processus de la  Supply Chain, tels que l’utilisation du système blockchain.

Enfin et surtout, il est suggéré de favoriser la formation des individus et des équipes, qui sont encouragés à atteindre les objectifs définis par les organisations.

RÉFÉRENCES

ATTINASI, Maria Grazia; DE SANTIS, Roberto A.; DI STEFANO, Claudia; GERINOVICS, Rinalds; TÓTH, Máté Barnabás. Supply chain bottlenecks in the euro area and the United States: where do we stand? ECB Economic Bulletin, Edição 2/2022. Disponível em: https://www.ecb.europa.eu//pub/economic-bulletin/focus/2022/html/ecb.ebbox202202_01~272e32f7f4.en.html; acesso em 06 jul 2022.

BARATA, Lourdes. As Epidemias e as Pandemias na História da Humanidade. Roteiro da memória. UL – Curso de Medicina da Universidade de Lisboa, News n. 99, março de 2020. Disponível em: https://www.medicina.ulisboa.pt/newsfmul-artigo/99/epidemias-e-pandemias-na-historia-da-humanidade#:~:text=A%20Gripe%20Espanhola%20é%20considerada,derrubados%20na%20Primeira%20Guerra%20Mundial; acesso em 06 jul 2022.

CAI, Min; LUO, Jianwen. Influence of COVID-19 on Manufacturing Industry and Corresponding Countermeasures from Supply Chain Perspective. Journal of Shanghai Jiaotong University (Science), 2020, vol. 25, n. 4, p. 409-416, 02 ago 2020. Disponível em: https://doi.org/10.1007/s12204-020-2206-z; acesso em 11 jul 2022.

CBS NEWS. U.S. economy slowed amid headwinds from COVID-19 and supply-chain woes. CBS NEWS, 28 out 2021. Disponível em: https://www.cbsnews.com/news/economic-growth-2-percent-q3-united-states/; acesso 06 jul 2022.

FERNANDES, Sandra; SIMÃO, Lucínia. Os conceitos e a evolução do multilateralismo: o nexo reflexão-ação. Imprensa da Universidade de Coimbra, 07 nov 2020. Disponível em: https://eg.uc.pt/bitstream/10316/96355/1/Os%20conceitos%20e%20a%20evolucao%20do%20multilateralismo.pdf; acesso em 01 ago 2022.

FONSECA JR, Gelson. Multilateralismo e Regionalismo. Academia, 2019. Disponível em:  https://www.academia.edu/38663085/MULTILATERALISMO_E_REGIONALISMO?bulkDownload=thisPaper-topRelated-sameAuthor-citingThis-citedByThis-secondOrderCitations&from=cover_page; acesso em 06 jul 2022.

FUNDACE – Fundação para Pesquisa e Desenvolvimento da Administração Contabilidade e Economia. Qual é a diferença entre Logística e Supply Chain? FUNDACE, 07 mar 2019.  Disponível em: https://blog.fundace.org.br/supplychain/#:~:text=O%20supply%20chain%20management%20envolve,reversa%20e%20redução%20de%20custos; acesso em 02 ago 2022.

GERDEMAN, Julie. Globalization: Understanding the “new normal”, supply chain risks in 2022 and beyond, DLH Delivered, Março, 2022. Disponível em: https://www.dhl.com/global-en/delivered/globalization/supply-chain-risks-in-2022.html; acesso em 06 jul 2022.

HEISE, Sebastian. How Did China’s COVID-19 Shutdown Affect U.S. Supply Chains? Federal Reserve Bank of New York Liberty Street Economics, 12 maio 2020. Disponível em: https://libertystreeteconomics.newyorkfed.org/2020/05/how-did-chinas-covid-19-shutdown-affect-us-supply-chains/; acesso em 05 jul 2022.

HELPER, Susan; SOLTAS, Helper. Why the Pandemic Has Disrupted Supply Chain? The White House, 17 jun 2021. Disponível em: https://www.whitehouse.gov/cea/written-materials/2021/06/17/why-the-pandemic-has-disrupted-supply-chains/; acesso em 06 jul 2022.

KAVILANZ, Parija. Nos EUA, até lojas de conveniência têm tido dificuldade de reabastecimento. CNN Brasil, 06 fev 2022. Disponível em: https://www.cnnbrasil.com.br/business/nos-eua-ate-lojas-de-conveniencia-tem-tido-dificuldade-de-reabastecimento/; acesso em 06 jul 2022.

LIMA JÚNIOR, Idoneu Mitrano; FONSECA, Celso Suckow da; RODRIGUES, Alba Regina Pereira; MELLO, José André Villas Boas. Riscos, Complexidade e Incertezas na Cadeia de Suprimentos: uma revisão sistemática de literatura. P2P & INOVAÇÃO, Rio de Janeiro, vol. 7, n. 2, p.277-294, 15 Mar 2021. DOI: https://doi.org/10.21721/p2p.2021v7n2.p277-294; acesso em 06 jul 2022.

McCAUSLAND, Phil. Here’s why store shelves are empty again in parts of the U.S. NBC NEWS, 12 jan 2022. Disponível em: https://www.nbcnews.com/business/business-news/why-store-shelves-are-empty-omicron-bad-weather-hurt-supply-chain-rcna11859; acesso em 06 jul 2022. 

NEOWAY. Cadeia de Suprimentos: o que é, as etapas e como fazer a sua gestão. NEOWAY, 24 mar 2021. Disponível em: https://blog.neoway.com.br/cadeia-de-suprimentos/; acesso em 01 ago 2022.

PESSOA, Josimara de Oliveira; MOREIRA, Otacílio José; FERREIRA, Carla Guimarães; MURTA, Aurélio Lamare Soares; MURTA, Maria da Penha Araújo. Gestão de risco na cadeia de suprimentos: um estudo de caso. Revista UNIABEU, vol. 10, n. 26, p. 175-190, set/dez 2017. Disponível em: https://revista.uniabeu.edu.br/index.php/RU/article/view/2819; acesso em 06 jul 2022.

ROCHA, Aline Afonso Silva da. O papel do multilateralismo em tempos pandêmicos. Relações Exteriores, 05 ago 2021. Disponível em: https://relacoesexteriores.com.br/multilateralismo-tempos-pandemicos/; acesso em 05 jul 2022.

RODRIGUES, Tamires Marques de Souza; YOSHINO, Rui Tadashi. Blockchain aplicado a Supply Chain. Brazilian Journal of Development, Curitiba, v.7, n.3, p. 28166-28178. 20 mar 2021. Disponível em: https://brazilianjournals.com/ojs/index.php/BRJD/article/view/26685/21138; acesso em 17 ago 2022.

SILVA, Mygre Lopes da; SILVA, Rodrigo Abbade da. Economia brasileira pré, durante e pós-pandemia do covid-19: impactos e reflexões. UFSM – Observatório Socioeconômico da Covid-19, 19 jun 2020. Disponível em: https://www.ufsm.br/app/uploads/sites/820/2020/06/Textos-para-Discuss%C3%A3o-07-Economia-Brasileira-Pr%C3%A9-Durante-e-P%C3%B3s-Pandemia.pdf; acesso em 11 jul 2022.

TIRONI, Luís Fernando. Regulamentação Técnica, Acordos Comerciais e Multilateralismo. IPEA – Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada, Rio de Janeiro, 2650, abril, 2021. Disponível em: http://dx.doi.org/10.38116/td2650; acesso em 02 ago 2022.

YOSHIDA, André Yugo. A Importância Da Atuação Do Pcp Em Tempos De Pandemia. Universidade do Estado do Amazonas. Manaus, 2020. Disponível em: http://177.66.14.82/bitstream/riuea/3327/1/A%20importância%20da%20atuação%20do%20PCP%20em%20tempos%20de%20pandemia.pdf; acesso em 05 jul 2022.

[1] Diplômé en administration des affaires et post-diplômé en contrôle de gestion.

Envoyé : Août 2022.

Approuvé : Août 2022.

Rate this post
Jessiel de Moura Ribeiro

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

SOLICITAR REGISTRO
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita