L’importance du choix des indicateurs pour évaluation efficace des politiques publiques

0
16
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

ARTICLE ORIGINAL 

CARVALHO, Rogério Galvão de [1], LEAL, Cícero Pereira [2]

CARVALHO, Rogério Galvão de. LEAL, Cícero Pereira. L’importance du choix des indicateurs pour évaluation efficace des politiques publiques. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 06, Ed. 04, Vol. 09, p. 213-221. avril 2021. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/administration-des-affaires/indicateurs-pour-evaluation

RÉSUMÉ

Compte fait de l’augmentation de la population et de la demande croissante de services publics de plus en plus sophistiqués associés à la rareté des ressources, les gouvernements doivent être efficaces dans la gestion des politiques publiques. La recherche visait à évaluer l’importance de choisir des indicateurs : sociaux, économiques et environnementaux, pour réussir dans la gestion des politiques publiques. L’article commence la discussion à partir du problème ou de la demande socio-économique, identifiée et insérée dans l’ordre du jour central du gouvernement, à travers le processus d’élaboration, de formulation, de mise en œuvre et de suivi (suivi, évaluation et ajustement) de l’exécution des actions des projets et des programmes de cette politique. Ce processus, s’il est bien ajusté, permet une solution efficace, c’est-à-dire avec un rendement élevé et à faible coût, tant du point de vue privé qu’environnemental, comme l’a présenté la demande sociale ou le problème socioéconomique. En outre, l’article visait à effectuer une brève analyse théorique récente et à souligner les principaux problèmes dans le choix des indicateurs, à mesurer efficacement l’impact des politiques publiques, afin de fournir des décisions politiques futures.

Mots clés: Indicateurs, Évaluation, Politiques publiques.

1. INTRODUCTION

Il est essentiel, dans la gestion des politiques publiques, d’utiliser les instruments appropriés pour faciliter le suivi (suivi, évaluation et ajustements), afin qu’ils atteignent leurs objectifs stratégiques avec assurance, dépensent peu de ressources et atteignent des niveaux élevés de rendement. Pour cela, le choix d’indicateurs efficaces qui aident aux évaluations et aux pronostics de cette politique serait essentiel pour le processus décisionnel, en ce qui concerne la gestion efficace des politiques publiques.

Il est apparu au milieu du XXe siècle (avec l’intensification des activités de planification du secteur public et la formulation de politiques publiques à long terme) l’élaboration et l’utilisation d’indicateurs sociaux comme méthode (BAUER, 1967; BUSTELO, 1982). Selon Jannuzzi et Pasquali (1999), les indicateurs sociaux ont pour fonction de : (1) soutenir l’élaboration de plans directeur de développement urbain et de plans d’investissement pluriannuels; (2) évaluer les impacts environnementaux découlant de la mise en œuvre de grands projets; (3) justifier le transfert de fonds fédéraux pour la mise en œuvre et le suivi des programmes sociaux; et (4) répondre à la nécessité de mettre à disposition d’autres ressources publiques spécifiques dans le cadre de la mise en œuvre de la politique publique en question.

Il est d’une importance primordiale de comprendre les limites d’un indicateur social (WHO, 1996; JANNUZZI, 2001) les indicateurs sociaux devraient : (1) avoir un niveau de couverture de la population approprié aux objectifs des politiques publiques; (2) être sensible à la politique publique souhaitée; (3) être spécifique aux effets des programmes sectoriels de politique publique; (4) être intelligible pour les acteurs politiques et le public; (5) être mis à jour de temps à autre à des coûts raisonnables; (6) d’être en grande partie ventilés en termes géographiques, sociodémographiques et socioéconomiques; (7) jouir d’une certaine historicité pour permettre des comparaisons entre les temps.

Selon la littérature sur le sujet, il est alors perçu comme l’importance du processus de choix d’indicateurs pertinents, valides et fiables afin d’accroître la probabilité d’affirmation de soi dans la résolution du problème ou de la demande identifié dans l’ordre du jour central du gouvernement et proposé dans l’élaboration des politiques publiques.

Des informations spécifiques sont nécessaires en temps opportun dans le processus décisionnel au cours des différentes étapes du cycle de gestion des politiques publiques : identification de la demande (problème), inclusion dans l’ordre du jour central du gouvernement, préparation et formulation de la politique et enfin suivi (suivi, évaluation et ajustement) de la mise en œuvre de cette politique publique.

Par conséquent, il est important de noter que non seulement les indicateurs sociaux devraient être utilisés dans le suivi des politiques publiques. Il est important de noter que selon Louette (2007), les indicateurs devraient inclure essentiellement 03 (trois) aspects : social, environnemental et économique.

Au Brésil, par exemple, à la fin du XXe siècle, avec l’insertion de l’efficacité comme principe dans la Constitution fédérale, l’efficacité de la gestion publique a commencé à être légalement requise. Les effets de l’adoption constitutionnelle de ce principe ont été renforcés par l’article 2 de la loi n° 9 874/99, qui traite du processus administratif au niveau fédéral, qui a également inséré l’efficacité comme l’un des principes directeurs de l’administration publique.

Le concept d’efficacité utilisé dans cette recherche est l’efficacité productive pareto-Koopmans, proposée par la França (2005), qui met en évidence la proposition de Koopmans en 1951, pour la spécialisation microéconomique du concept d’efficacité pareto, pour la production de biens et services générés par une organisation, où une entreprise est efficace lorsqu’elle optimise la production générée par rapport à la consommation nécessaire.

Les études, également selon la França (2005), sur l’efficacité productive de Pareto-Koopmans se forment à partir de deux aspects : (1) l’efficacité technique, qui évite le gaspillage, tant dans la quantité d’insums (supérieure que nécessaire) que dans la production de biens ou de services (inférieurs à ceux considérés comme possibles); et (2) l’efficacité économique ou allo-allocation, qui se réfère à la maximisation des recettes et à la minimisation des coûts impliquant des quantités et des prix optimaux, à la fois des insums consommés et des produits produits.

D’autre part, Marinho et Façanha (2000) soulignent les difficultés rencontrées pour analyser l’efficacité de l’alloging dans les secteurs difficiles de détermination des prix. En outre, ils soulignent qu’en général, en termes d’ampleur, les inefficacités des allores sont inférieures à celles des inefficacités techniques possibles.

En outre, Torres et Cavalieri (2015) présentent, à travers une évaluation critique, des problèmes dans deux indicateurs communs de la littérature économique brésilienne : la participation de l’industrie au PIB et le ratio de valeur de transformation industrielle (VTI) / valeur brute de la production (VBPI). Dans la première mesure, ils révèlent des oscillations abruptes en raison des changements de méthodologie et dans la seconde, il semble l’impossibilité de saisir les différences interindustrielles. Ainsi, selon les auteurs, de tels indicateurs peuvent conduire à des conclusions trompeuses sur la structure productive nationale.

Selon Guimarães et Januzzi (2005), qui effectuent une autre analyse critique, en particulier l’Indice municipal de développement humain, il existe des problèmes de nature conceptuelle (et méthodologique) et l’utilisation d’indicateurs synthétiques comme critères d’admissibilité des municipalités à la mise en œuvre de certaines politiques publiques. Par conséquent, ils soulignent la nécessité d’établir des indicateurs à la fois des sources secondaires normalisées et la production de données personnalisées dans le cadre des programmes eux-mêmes.

2. PROCESSUS DE CHOIX DES INDICATEURS

Selon Jannuzzi (2014), si le programme ou le projet produit des résultats et des impacts, il est nécessaire d’analyser les coûts impliqués dans l’opérationnalisation pour produire les unités de résultats et les impacts dans une période dans cet espace. Il s’agit d’informations clés pour évaluer la viabilité de la politique publique en question.

Pour clore le cycle de gestion des politiques publiques, dans le suivi (suivi, évaluation et ajustement) des politiques publiques, l’indicateur est un élément clé, puisque les diagnostics, les résultats et les pronostics seront techniquement mieux étayés, pour une réévaluation systématique du processus.

Il arrive, selon Nepp (1999), que le processus soit, en même temps, beaucoup plus complexe et faillible que ne le recommandent les modèles de planification classiques, parce que dans le processus, il y a l’interférence de nombreux facteurs qui vont au-delà des questions technic-scientifiques, produisant un certain biais dans les résultats obtenus. Selon Cotta (1998), au Brésil, par exemple, dans la pratique, les évaluations de ces politiques publiques ne soutiennent généralement pas le choix dans le processus décisionnel, parce qu’elles produisent des résultats insuffisants, attribués à l’inefficacité du choix du système d’indicateurs.

Comme le rapporte Carvalho; Leal e Souza (2021), il y a des environnements qui ne sont pas propices à la formulation et à l’élaboration des politiques publiques, d’autant plus que la culture organisationnelle du gouvernement ne favorise pas la mise en œuvre et le suivi des programmes à long terme, qui peuvent recueillir les informations et les données nécessaires, dont l’horizon temporel dépassait les cycles traditionnels : soit un mandat de gouvernement, soit le plan pluriannuel.

Pour qu’un indicateur remplisse ses fonctions et qu’il a ses paramètres appropriés, dans le suivi de la gestion des politiques publiques, il est important de garder à l’esprit la fonction des indicateurs qui, selon Borba (1999), consiste à produire des informations spécifiques sur le rendement récursif du programme, du projet ou de l’action d’une politique publique, qui aident à mesurer les changements observés. Selon Pontes (2013), l’articulation entre suivi et évaluation est fondamentale pour le système de gestion des politiques publiques.

Le choix des indicateurs devrait être basé sur une sorte d’étalonnage pour ajuster la demande ou le problème proposé dans l’ordre du jour du gouvernement en tant que politique publique, les plus communs sont les principes Bellagio, selon Hardi et Zdan (1997), sont des lignes directrices du choix des indicateurs, à travers l’interprétation et l’évaluation de l’ensemble du processus, jusqu’à la communication des résultats finaux. Ce principe vise le suivi (suivi, évaluation et ajustement) des organisations publiques, privées ou de la société civile (à but non lucratif). Les Principes de Bellagio guident plusieurs ouvrages, en particulier dans le domaine des indicateurs de durabilité (BECKER, 2004; BELL et MORSE, 2008; CEZAREet al., 2007; GUIMARÃES, 2010; LOUETTE, 2009).

Le choix des indicateurs, qui s’inscrit dans le cycle des politiques publiques, comme largement confirmé dans la littérature, est précédé de la définition de l’agenda politique, par le stakeholders. Dans le choix, un trade-off est dans la personnalisation ou la standardisation des indicateurs. Selon Resende (2013), chaque programme, ou politique publique, nécessite un système d’indicateurs spécifiques pour sa gestion. Chacune des étapes nécessite également des indicateurs aux caractéristiques différentes, ce qui rend difficile la création de modèles standardisés, applicables dans toutes les situations.

Le principal paramètre, qui permet d’identifier le point optimal entre la normalisation et la personnalisation des indicateurs, est celui proposé par Januzzi (2004), qui utilise trois facteurs pour différencier les indicateurs : (1) évaluer l’efficacité des moyens et des ressources utilisés; (2) évaluer l’efficacité de l’atteindre les objectifs fixés dans les politiques publiques; et (3) d’évaluer l’efficacité sociale du programme.

3. CONCLUSION

Compte tenu de la discussion promue dans le cadre de cette enquête, il est clair qu’il est important de choisir de bons indicateurs pour l’utilisation, en particulier dans la phase de suivi (suivi, évaluation et ajustement) de la mise en œuvre des politiques publiques, afin d’obtenir des résultats plus affirmés, en ce qui concerne la mesure de la performance des politiques publiques de l’ordre du jour central du gouvernement. Comme nous l’avons observé, il existe, dans la littérature, des mécanismes qui garantissent un choix optimal pour l’agent gouvernemental, mais dans la pratique, les incohérences des indicateurs peuvent constituer des distorsions dans les résultats qui conduirait à un biais de choix.

Mais il reste un problème, qui n’a pas été abordé, ou du moins épuisé, dans les discussions sur le sujet, qui serait le dilemme, le trade-off,, entre personnalisation et standardisation des métriques utilisées dans les indicateurs.

D’une part, l’absence de normalisation des indicateurs en ce qui concerne les dossiers procéduraux, recommandée par les études techniques, est un obstacle à leur utilisation dans d’autres politiques publiques. D’autre part, le fait que, dans les mesures, ce sont les indicateurs personnalisés, facilite la compréhension du processus, et augmente la fiabilité et l’affirmation de la mesure, à la fois de l’action et du projet, ainsi que des programmes liés à cette politique spécifique.

RÉFÉRENCE

BAUER, RAYMOND. Social indicators. Cambridge, MIT Press, 1967.

BECKER, J. Making sustainable development evaluations work. Sustainable Development, v. 12, n. 4, p. 200–211, nov. 2004.

BELL, S.; MORSE, S. Sustainability Indicators: Measuring the Immeasurable? 2. ed. London: Earthscan, 2008. CEZARE, J. P.;

BORBA, M.L.  Indicadores Sensíveis ao Gênero, IICA.  (Instituto Inter-americano de Ciências Agrícolas), Ministério de Meio-Ambiente e IRC (International Water and Sanitation Center), Brasília: IICA, 1999.

BUSTELO, E. S. Planejamento e política social. In: Bromley, R. & Bustelo, E. S. Política x técnica no planejamento. São Paulo, Brasiliense/Unicef, 1982. p. 132-52

CARVALHO, R. G. et al. Política pública de atração de investimentos em Brasília: erros e acertos. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. Ano 06, Ed. 02, Vol. 01, pp. 21-59. fevereiro de 2021. Disponível em: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/ciencias-sociais/erros-e-acertos.

FRANÇA, J. M. F. Um modelo para avaliar o impacto da assimetria de informação na gestão de organizações sociais com aplicação às universidades federais brasileiras. 2010, Tese (Doutorado em Engenharia de Produção). Programa de Pós-graduação em Engenharia de Produção, Universidade Federal de Santa Catarina, Brasil, 2005.

GUIMARÃES, P. B. V. Avaliação de políticas públicas para a gestão integrada de recursos hídricos sob a ótica das dimensões institucional e ambiental. 2010. 179 f. Tese (Doutorado em Recursos Naturais) – Centro de Tecnologia e Recursos Naturais, Universidade Federal de Campina Grande, Paraíba, Brasil, 2010.

GUIMARÃES, R. S. J.et al. Indicadores Sintéticos e Suas Aplicações em Políticas Públicas. Uma Análise Crítica. Revista Brasileira de Estudos Urbanos e Regionais, vol. 7, núm. 1, maio, 2005, pp. 73-90.

HARDI, P.; ZDAN, T. Assessing Sustainable Development: Principles in Practice. Winnipeg: IISD, 1997. Disponível em: https://www.iisd.org/system/files/publications/bellagio.pdf.

JANNUZZI, P. M; PASQUALI F. A.   Estimação de demandas sociais para fins de for mulação de políticas públicas municipais.  Revista de Administração Pública. Rio de Janeiro, FGV, 33(2):75-94, mar./abr. 1999.

JANNUZZI, P. M. Indicadores sociais no Brasil: conceitos, fonte de dados e aplicações. Campinas, Alínea, 2001.

JANNUZZI, P. M.  Verbete avaliação. In: BOULLOSA, R. F. (Org.). Dicionário para formação em gestão social. Salvador: CIAGS, 2014, v. 1. p. 24-27

LOUETTE, A. Indicadores de Nações: Uma contribuição ao diálogo da Sustentabilidade. 1. ed. São Paulo: WHH (Willis Harman House), 2009. p. 116

LOUETTE, A. Ferramentas de Gestão de Responsabilidade Socioambient: Uma Contribuição para o Desenvolvimento Sustentável. São Paulo: WHH (Willis Harman House), 2007.

MARINHO A.; e FAÇANHA L. O. Hospitais universitários: avaliação comparativa de eficiência técnica. Economia Aplicada 2000; 4: 315-349.

NEPP/Unicamp. Modelo de avaliação de programas sociais prioritários: relatório final. Campinas, 1999

PONTES, G. Instrumentos para monitoramento e avaliação das políticas e programas do Ministério da Educação. Revista Brasileira de Monitoramento e Avaliação, v. 1, p. 142-159, 2013

RESENDE, L. M. Monitoramento e avaliação do Proinfância: uma proposta metodológica. 2013. Dissertação (Mestrado Profissional) – Faculdade de Educação da Universidade de Brasília, Brasília, DF, 2013.

TORRES, R. L.; e CAVALIERI H. Uma crítica aos indicadores usuais de desindustrialização no Brasil. Rev. Econ. Polit. vol.35 no.4 São Paulo, 2015. Disponível Em https://www.scielo.br/scielo.php?pid=S0101-31572015000400859&script=sci_arttext

WHO (World Health Organization). Catalogue of health indicators. Geneva, 1996.

[1] Doctorant en sciences des affaires, master en économie, spécialiste en droit public, baccalauréat en économie.

[2] Doctorant en sciences sociales – Unisinos – Master en gestion économique de l’environnement; Baccalauréat en économie. Technicien en sécurité au travail. Professeur à l’Ecole Supérieure de Management et d’Expert Judiciaire.

Soumis : Février 2021.

Approuvé : Avril 2021.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here