Analyse de la conduite scientifique de l’économiste, actuellement, dans l’utilisation de la théorie du choix rationnel

0
54
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

ARTICLE ORIGINAL

CARVALHO, Rogério Galvão De [1], MONTEIRO, Marcel Stanlei [2]

CARVALHO, Rogério Galvão De. MONTEIRO, Marcel Stanlei. Analyse de la conduite scientifique de l’économiste, actuellement, dans l’utilisation de la théorie du choix rationnel. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 05, Ed. 11, vol. 03, p. 91-106. novembre 2020. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/administration-des-affaires/conduite-scientifique

RÉSUMÉ

La Théorie du Choix Rationnel (TER), dans la première moitié du XXe siècle, à travers un cadre technico-scientifique très élaboré, a systématisé l’hypothèse de rationalité économique (HRE) et l’existence de l’homo economicus (HE), afin de standardiser et décrire le comportement de l’homme dans le processus décisionnel économique. Cette théorie considère que l’HE  fait un choix optimal, dans ce processus de décision économique, par le calcul mathématique de l’optimisation des fonctions. Cette théorie établit que l’HRE  répond à la fois aux aspects normatifs et descriptifs dans la sphère scientifique. Sur la base du TER, les économistes adoptent désormais, dans leurs modèles et expériences scientifiques, l’HRE  comme variable descriptive du comportement des agents économiques. Cette recherche entendait donc contribuer au débat théorique de la science économique, à partir d’un problème épistémologique identifié, dans la production scientifique de l’économiste du XXIe siècle. Avec l’information que de bons résultats ne sont pas obtenus dans ces expériences, et que, même ainsi, l’économiste, du XXIe siècle, continue d’adopter cette hypothèse dans la partie descriptive de la production scientifique. Par conséquent, le problème épistémologique de l’utilisation d’une hypothèse réfutée et invalide pour la production scientifique ultérieure est corroboré. Ainsi, pour évaluer la conduite de ce scientifique, face au problème épistémologique identifié, l’article a été structuré comme suit: (I) Brève contextualisation du problème, dans l’introduction; (II) Discussion théorique, montrant la réfutation de l’hypothèse et établissant quelques prémisses pour la conduite des économistes du XXIe siècle, dans le cadre théorique; (III) Analyse du point de vue de l’éthique, s’il s’agit d’un comportement attendu ou dévié, en utilisant le courant utilitaire pour cela; (IV) Section spécifique pour traiter de l’épistémologie développée par les scientifiques du TER, qui peut avoir contribué aux réfutations empiriques ne pouvant pas atteindre l’HRE  de cette théorie, influençant grandement la conduite déviée de ces économistes et enfin (VI) la conclusion.

Mots-clés: Philosophie économique, Théorie rationnelle du choix, Hypothèse de la rationalité économique des agents.

1. INTRODUCTION

La discussion sur l’existence de la rationalité économique des agents (consommateurs, producteurs et gouvernement) dans les processus décisionnels économiques, c’est-à-dire un choix rationnel du point de vue de la décision lors de l’achat, de la vente ou de la production de biens (ou de services), ou même de la réglementation des marchés est une discussion historique. Depuis le XVIIe siècle, les penseurs de la science économique ont discuté de ce sujet.

Par exemple, pour Poundstone (2011), à ses débuts, la science économique s’est abstraite des autres dimensions : morale, religieuse, politique, culturelle, etc., pour concentrer ses recherches sur les deux fonctions élémentaires exécutées par chaque individu : la consommation et la production, ignorant complètement toute autre partie de la vie humaine. Homo economicus apparaît comme l’agent rationnel, un fragment de l’être humain, qui produit et consomme, selon des « normes » étayées par les preuves d’observations.

Selon Albou (1984), les principaux courants philosophiques responsables du concept de rationalité économique sont: l’hédonisme et l’utilitarisme. Dans l’hédonisme, l’homme est soumis à la loi naturelle recherchant le plaisir et le bien-être et évitant la douleur. Dans l’utilitarisme, la recherche porte sur ce qui est utile ou précieux. Au XXe siècle, cependant, la théorie du choix rationnel (TER) a systématisé cette discussion et est devenue le mainstream de la science économique à ce sujet.

La compréhension des économistes, adhérents des TER, est que le comportement des agents économiques à choisir, dans le processus de prise de décision économique, implique de résoudre un problème mathématique d’optimisation des fonctions, avec des restrictions, c’est-à-dire, homo sapiens se transforme en homo economicus et choisit de manière optimale comment procéder à ce moment (achat, vente, production ou régulation) , calculer mathématiquement le choix optimal.

Selon Fernandez et Bèrni (2014), une critique récurrente de l’HRE concerne le blindage de la théorie contre la réfutation et une autre se réfère à l’insuffisance empirique de cette hypothèse du point de vue épistémologique. Malgré le blindage, comme on le trouve dans l’article des auteurs, il existe plusieurs preuves empiriques que, dans la partie descriptive du comportement, la plupart du temps le choix optimal ne se produit pas, c’est-à-dire, lors de la description du comportement humain, en utilisant HRE, en ce qui concerne le choix du processus de prise de décision économique, le scientifique n’a pas eu de bons résultats, dans ses expériences, c’est-à-dire, le HRE avait été prouvé pour être réfuté à plusieurs reprises.

D’où l’idée de s’interroger sur les raisons pour lesquelles les économistes continuent à utiliser, dans ce cas, l’HRE  pour les agents, lorsqu’il s’agit de tenter de décrire le comportement des êtres humains, vis-à-vis de la prise de décision, lorsqu’il s’agit de choix économique optimal. Pourquoi, dans ce cas, le TER est-il toujours traité comme mainstream dans la production scientifique des économistes?

Il convient de souligner qu’il ne s’agit pas d’une discussion sur la réfutation de l’hypothèse, car selon les théories économiques récentes, il est réfuté, en ce qui concerne l’axe descriptif de la science, selon eux il ya tellement de limites, que le modèle ne sert pas, pour décrire le comportement économique des êtres humains au jour le jour, étant encore très utile dans la partie normative pour la production de la science économique.

Je souligne également que, bien que techniquement la modélisation , (en particulier dans le domaine de l’économie), commencer à partir d’hypothèses relativement fausses, adopter des tests statistiques très durs (pour la validation des locaux) et de féliciter les résultats avec la réalité.

Les résultats dans le cas de HRE, dans une tentative de décrire ou d’expliquer le comportement réel de l’homme, n’étaient pas prometteurs, n’ont pas fonctionné, n’ont pas confirmé avec ce qui s’est réellement passé, en précisant que l’homo economicus de HRE, peut être pertinent seulement dans le champ normatif de la science économique.

Cet article tente de contribuer au débat comme suit : (1) evidencing la réfutation de l’hypothèse et établissant quelques prémisses pour la conduite des économistes du 21ème siècle ; (2) analyser du point de vue de l’éthique, s’il s’agit d’un comportement attendu ou dévié, en utilisant le courant utilitaire à cette fin; et (3) fonder l’une des hypothèses probables de cette conduite, avec l’analyse de sa propre épistémologie créée par TER.

2. CADRE THÉORIQUE

Selon Thaler (2019), La théorie du choix rationnel – TER, contient un cadre logique-mathématique solide et robuste, où il est défini que les agents économiques sont rationnels et chacun résout un problème de maximisation de la fonction, sous réserve de restrictions, pour obtenir le choix optimal dans un processus de prise de décision économique. Il suppose que les décisions économiques sont prises en fonction exclusivement des aspects économiques de la personnalité, homo economicus se pose, au détriment de l’homo sapiens.

Pour Fernandez et Bèrni (2014), en ce qui concerne HRE, il y a huit aspects les plus pertinents dans le choix des agents : (1) Structure déterminée et ordonnée des préférences; (2) Ils sont complets et transitoires; (03) Ils sont exogènes et restent inchangés pendant le processus d’échange; (04) Les préférences de chaque agent économique sont indépendantes et incomparables les unes aux autres; (05) Les agents attribuent différents services publics aux résultats possibles de leurs actions; (06) Ils attribuent également les probabilités aux résultats escomptés; (07) Ils agissent fondamentalement motivés par l’intérêt personnel; et (08) Le résultat est la moyenne des services publics pondérés par les probabilités d’occurrence des différents États, leur utilité attendue, qui s’efforcent de maximiser.

Mais en ce qui concerne l’aspect scientifique descriptif de l’HRE, c’est-à-dire le comportement de l’être humain dans le processus décisionnel, pour le choix optimal, la fragilité est reconnue, dans plusieurs théories économiques ultérieures, en particulier la Théorie de la décision, Simon (1976); et la théorie du prospectus, Kahneman et Tversky (1974) et enfin la critique de Green et Shapiro (1994) qui attire l’attention sur la partie descriptive du HRE instituée par TER, avec les mauvais résultats des modèles empiriques.

Ces auteurs ont une idée totalement contraire aux idées postulées sur l’homo economicus, qui est l’être qui prend symboliquement toutes les décisions basées exclusivement sur des aspects économiques, créant des attentes rationnelles pour les agents économiques. Selon ces penseurs, quand il s’agit de la partie descriptive de la production scientifique, HRE, n’est pas une bonne option, c’est-à-dire, cette hypothèse ne décrit pas ou n’explique pas le comportement réel des êtres humains quand il s’agit du processus de prise de décision économique.

Selon Simon (1978), le processus décisionnel comporte trois phases (1) de prospection, qui consiste à déterminer les stratégies possibles dans le processus décisionnel économique; (2) le concept de détermination des conséquences possibles du choix; (3) la décision elle-même, c’est-à-dire le choix de la meilleure alternative parmi les possibles.

Dans ce contexte, l’auteur souligne l’impossibilité pour l’agent économique, connaissant toutes les alternatives et inférant les conséquences respectives pendant le processus de prise de décision économique et optimisant ainsi le choix. Ainsi, il établit la possibilité stochastique de choix et non déterministe, comme l’entendaient les partisans du TER.

D’une certaine manière, Sem (1999), basé sur l’utilitarisme, n’est pas d’accord pour réduire les critères d’utilité à un seul élément, bien que facilitant le calcul de l’utilité, le coût est de perdre la justice même recherchée. Il critique les conceptions réductionnistes qui sont généralement intrinsèques à la pensée économique.

Selon Kahneman et Tversky (1974), lorsqu’ils analysent le comportement par rapport au risque, car les agents du processus de prise de décision économique perçoivent des choix différents, l’aversion se produit lorsqu’il s’agit de gains, mais lorsqu’il s’agit de la possibilité de perte, cette personne a tendance à être sujette au risque. Par conséquent, d’une part, les agents sont réticents au risque aux gains et, d’autre part, ils sont sujets à des risques de pertes. Ceci, en fait, corrobore la réfutation de l’HRE, pour décrire ou expliquer le comportement de l’être humain de choix optimal dans les processus de prise de décision économique.

Toujours en ce qui concerne l’échange de préférences au cours des processus de prise de décision économique, selon Kahneman et Tversky (1979), certains effets ont été identifiés, ils ont appelé: (1) effet sûr, les individus ont comparé les possibilités d’un certain événement à un événement probable et a choisi le bon événement, même si l’événement est susceptible d’être mieux. (2) effet réflexe (aversion au risque lorsqu’il s’agit de gains et de propension au risque dans le domaine des pertes), les gens cherchaient des gains sûrs et des pertes risquées. (3) les agents d’isolement d’effet qui ont présenté des difficultés à reconnaître leurs erreurs.

Pour Green et Shapiro (1994), le gros problème se concentre sur le fait que le TER ne remplit pas son rôle. La racine du déséquilibre entre la construction de la théorie et le travail empirique réside dans l’ambition scientifique du choix rationnel de trouver une théorie universelle, malgré une histoire empirique décevante. Selon eux, la revendication de l’universalité scientifique est reprise et renforcée par la manière dont les TER ont été menés, lorsque les travaux théoriques sont autorisés à être plus reconnus que les études empiriques. Cette situation a créé un effet encourageant dans lequel les chercheurs de choix rationnel concentrent leurs efforts sur les théories de l’artisanat et en accordant peu d’attention à la façon dont ces théories pourraient être opérationnalisées et testées.

Cette dichotomie, toujours selon les auteurs, est une source d’inquiétude car la recherche d’explications théoriques déduites des modèles d’équilibre général a conduit à un schéma d’insuffisances explicatives : les hypothèses sont formulées d’une manière intrinsèquement résistante à de véritables tests empiriques, et avec ceci : (1) il n’y a pas d’attention aux explications concurrentes ; (2) les arguments déductifs sont modifiés dans les améliorations ultérieures pour contourner les résultats, les faits concrets. Ces pathologies sont dangereuses car elles menacent la validité scientifique des TER.

Les travaux empiriques qui ont suivi au fil des ans, après la consolidation des TER, comme un courant dominant de la science économique, Tversky et Kahneman (1981), Dosi et Egidi (1991) et Kreps (1990) montrent qu’il ne fait aucun doute que le HRE des agents (homous economicus) est si restrictif qu’il ne peut pas être considéré comme un présupposé valide pour les progrès dans ce domaine de la connaissance , en ce qui concerne son aspect descriptif de la science, c’est-à-dire décrire le comportement économique de l’homme dans les processus décisionnels, en utilisant des calculs mathématiques pour définir un choix optimal.

Selon les auteurs, même si les modèles sont pertinents pour la science, ils commencent à partir d’une fausse hypothèse, parce qu’il n’élit que quelques variables, pour essayer de décrire, ou d’expliquer la variable de problème (expliqué), le HRE de l’agent ne doit pas être utilisé, parce qu’il avait été prouvé qu’il était réfuté.

Au Brésil, par exemple, selon l’Enquête nationale sur l’endettement des ménages et le handicap des consommateurs, menée par la Confédération nationale du commerce des biens, des services et du tourisme (CNC), le pourcentage de ménages ayant des dettes par carte de crédit, des chèques spéciaux, des chèques prédatés, des crédits de paie, des crédits personnels, des cartes de magasin, des paiements automobiles et des paiements intérieurs en décembre 2019 était de 65,6% (soixante-cinq points six pour cent).

Avec l’exemple précédent, il est clair que (dans la vie quotidienne), il n’y a pas d’homo economicus, la plupart des consommateurs, en ce qui concerne la résolution du problème de maximiser l’utilité de la consommation limitée au revenu de ce consommateur, manque leur choix optimal.

Pourtant, selon Foley (2003), la plupart des économistes du XXIe siècle utilisent encore les préceptes des TER, en ce qui concerne l’HRE  des agents, dans les processus décisionnels, pour essayer de décrire le comportement des agents économiques, lorsqu’ils produisent des connaissances scientifiques lors de l’élaboration de leurs modèles, se sont améliorés de façon récursive, cherchant de plus en plus à les préciser (y compris ou en supprimant les variables).

Ce scientifique, l’économiste du 21ème siècle, selon l’auteur, croit qu’en moyenne l’homme, se transforme en une sorte de robot, et agit sur la base de résoudre un problème mathématique de l’optimisation des fonctions avec restriction, pour faire le choix économique optimal. Ensuite, on croit que si les faits ne corroborent pas le TER, cela est dû au fait que le modèle proposé a besoin d’être reformulation, d’être mieux précisé et de s’adapter à la réalité.

Un des préceptes de l’épistémologie pour que la production de connaissances soit considérée comme scientifique (et perpétuée comme science) est que face à une hypothèse réfutée, donc de validité nulle, deux attitudes sont attendues: (1) qu’une telle hypothèse ne soit pas utilisée comme fondement de la production scientifique ultérieure; et (2) traiter de la substitution de cette hypothèse, qui n’est pas valide. Avec ce problème épistémologique visible, l’idée est d’essayer de comprendre la raison pour laquelle ces économistes traitent encore le TER comme le mainstream de la science économique, avec cela nous signalons quelques hypothèses probables pour ce comportement scientifique, qui sont perçues comme: (1) La réputation scientifique, connaissances académiques et techniques de l’économiste; (2) La croyance que le TER n’a pas été réfuté; et (3) la formulation de sa propre épistémologie par TER. Par conséquent, dans les sections suivantes, nous évaluerons la conduite de l’économiste. Cette appréciation, du point de vue de la pensée utilitariste de l’éthique, consiste à définir si une telle conduite est une conduite attendue ou une déviation de conduite.

En outre, dans le dernier sujet de ce travail, il y a une analyse de l’épistémologie spécifique développée par l’école de Chicago, sur TER, qui est peut-être le point clé de la discussion philosophique sur les raisons pour lesquelles TER est encore considéré, par les économistes contemporains, comme courant dominant de cette science.

3. ANALYSE DE L’ÉTHIQUE UTILITARISTE

Selon Leclercq (1967), il existe trois types de pensée qui sont liés à la morale : (1) la pensée normative, comme celle de Socrate qui demande ce qui est juste ou bon; (2) la pensée analytique, critique ou méta-éthique, qui consiste en la réponse à des questions logiques, épistémologiques ou sémantiques; et (3) la pensée qui met l’accent sur la recherche empirique et descriptive, historique ou scientifique, dont l’objectif est de décrire ou d’expliquer des phénomènes moraux ou de construire une théorie de la nature humaine qui se réfère à des questions éthiques. C’est le type développé par John Stuart Mill.

L’utilitarisme présente l’action utile comme l’action correcte. Le terme, selon Vasquez (1993), a été utilisé pour la première fois dans la lettre de Jeremy Bentham à George Wilson en 1781 et mis en usage courant dans la philosophie par John Stuart Mill dans l’utilitarisme en 1861, le terme « utilitarisme » se réfère à la théorie préconisée par Bentham et Mill, maximisant la promotion du bonheur.

Dans la doctrine utilitariste de Jeremy Bentham et John Stuart Mill, le principe du bien-être maximal prévaut, c’est-à-dire que le comportement attendu, dans ce cas particulier, du scientifique économique, devrait être d’extraire le maximum d’avantages de son action, lors de la production de la science. Le concept plus large d’utilitarisme donne la priorité aux règles sur les actions morales individuelles.

L’utilité, selon Baumer (1977), signifiait un souci de bien-être général, associé à un bonheur des êtres humains, individuellement et collectivement, qui ne pouvait être réalisé qu’à titre expérimental. L’utilité était donc fondée sur les faits choisis par l’expérience.

Ainsi, en ce qui concerne la production scientifique, selon les préceptes de ce courant de pensée, pour ce dilemme éthique, on peut déduire que la conduite attendue de l’économiste du XXIe siècle (lors de la production scientifique) serait exactement ce que l’épistémologie recommande de préserver les connaissances scientifiques en tant que telles, c’est-à-dire : (1) ne pas utiliser l’hypothèse réfutée comme si elle était valide; (2) prendre soin de remplacer l’hypothèse nulle par une hypothèse valide.

Si la conduite attendue du scientifique n’est pas d’utiliser une hypothèse réfutée, comme si elle était valide, pour élaborer ses modèles théoriques ou empiriques. Donc, dans ce cas, ces économistes ont une inconduite éthique, parce que la meilleure chose pour la science économique, en ce qui concerne leur survie en tant que science, est de respecter les préceptes de l’épistémologie philosophique.

4. ÉPISTÉMOLOGIE DE LA THÉORIE DU CHOIX RATIONNEL

Selon Fernandez et Bèrni, (2014) l’hypothèse de la rationalité économique consiste en l’existence d’homo economicus est mis en œuvre dans 08 (huit) hypothèses de base sur le comportement des agents dans leurs interactions, qui structureront la conception d’un comportement rationnel, selon TER.

Ils peuvent être simplifiés comme suit : (1) les agents ont une structure déterminée et ordonnée de préférences (qui représentent leurs souhaits); (2) les préférences sont complètes (l’agent préfère un bien à l’autre ou vice versa ou reste indifférent entre les marchandises) et transitoires (si l’agent, devant trois marchandises, préfère un bien à l’autre et ce au troisième puits, alors il préférera nécessairement le premier au troisième puits); (03) les préférences sont exogènes (formées en dehors du champ de modélisation) et restent inchangées pendant le processus d’échange; (04) les préférences de chaque agent économique sont indépendantes et incomparables avec celles des autres agents; (05) les agents attribuent différents services publics aux résultats possibles de leurs actions, (06) les agents attribuent les probabilités à l’atteinte des résultats escomptés, auxquels les services publics ont été attribués; (07) les individus agissent fondamentalement motivés par l’intérêt personnel : ils agissent dans le but de satisfaire leurs intérêts personnels, sans tenir compte d’autres aspects considérés comme non pertinents dans le processus; (08) comme les croyances de l’agent sont ébranlées par l’incertitude quant à l’obtention de résultats précis, sa prise de décision examinera la moyenne des services publics fournis par les mesures adoptées en réponse aux probabilités d’occurrence des différents États, leur utilité attendue, qu’ils s’efforcent de maximiser.

Selon Karl Popper dans Fernandez et Bèrni (2014), ces hypothèses sont irréfutables, d’autant plus qu’elles ne sont pas situées sur le plan logique-théorique. L’irréfutabilité du principe de rationalité résulterait du fait qu’il est situé dans un plan logique « supérieur » au plan théorique, au plan méthodologique (ou méta-théorique).

Avec la structure cognitive de l’irréfutabilité de cette hypothèse, les postulateurs de TER ont créé leur propre épistémologie, une sorte de bouclier, où les expériences empiriques et les observations de données dans la vie réelle ne peuvent pas, précisément parce qu’elles sont situées dans un plan inférieur, contredire l’hypothèse de la rationalité économique des agents, c’est-à-dire que la prémisse de l’homo economicus, a un statut différencié , c’est-à-dire, il ne peut être considéré, ni un axiome, ni une loi, ni une hypothèse empirique de la théorie, selon les auteurs.

Renforcer la réflexion de Green et Shapiro (1994) sur l’effet incitatif dans lequel les chercheurs de choix rationnel concentrent leurs efforts sur les théories de l’artisanat et en accordant peu d’attention à la façon dont ces théories pourraient être opérationnalisées et testées.

Ainsi, sur la base de ces considérations, sur les TER et son épistémologie différenciée, on peut déduire, avec l’aide de Tribe (1997) et Karl Popper dans Fernandez et Bèrni (2014), qu’il est difficile de la part des économistes du XXIe siècle d’accepter la réfutation de l’hypothèse, même si les données empiriques montrent le contraire.

5. CONCLUSION

Ce travail s’est basé sur des discussions récentes sur la rationalité économique des agents, en ce qui concerne le choix optimal, en ce qui concerne le processus de prise de décision économique. Le problème discuté était la production scientifique des économistes du 21ème siècle, basée sur une hypothèse réfutée, dans le contexte descriptif de la formulation de la science économique, quand il s’agit de ce sujet.

Premièrement, le problème identifié, dans la première section et systématisé, dans la section suivante, une référence théorique a été contextualisée pour corroborer la réfutation de l’ERH des agents (consommateurs, entrepreneurs et gouvernement), c’est-à-dire l’existence d’homo economicus lorsqu’il s’agit de décisions réelles, de la vie quotidienne.

Il est important de souligner que les modèles empiriques, basés sur cette hypothèse, élaborés par les économistes, pour décrire le choix des agents, dans un processus économique décisionnel, n’ont pas eu de bons résultats lorsqu’ils ont essayé de décrire le choix des êtres humains. En dépit de la réfutation prouvée dans l’aspect descriptif de la production scientifique, d’autre part, l’hypothèse reste valable pour les questions normatives de la science économique.

Ensuite, il a été discuté (du point de vue du courant utilitaire de la pensée éthique) avec l’intention d’évaluer la conduite du scientifique économique du 21ème siècle, si un tel comportement est une conduite attendue ou s’il s’agit d’un écart de conduite. Selon ce courant, il a été conclu que l’attitude (dans la production scientifique) des économistes est une déviation de la conduite du point de vue éthique utilitaire.

Au cours de l’analyse de la question éthique du comportement du scientifique économique, on a observé que le problème n’est peut-être pas tant la conduite éthique détournée par ces économistes. Le plus gros problème révélé (comme on peut le voir dans la dernière section) serait l’épistémologie différenciée des TER, qui protège fortement la construction de ce cadre scientifique.

Dans cette dernière section, selon les auteurs cités, l’existence de l’irréfutabilité de l’ERH des agents est notée, en raison de cette prémisse élaborée à un niveau presque méta-théorique, obscurcissant, selon les auteurs qui ont traité du sujet, la compréhension (sur ce point) et les attitudes des chercheurs économiques.

Ainsi, l’organisation théorique de l’HRE  des agents (révélant l’existence suprême de l’homo economicus) autour du TER, dont l’épistémologie différenciée ne permet pas la réfutation, par des preuves empiriques, peut avoir été une raison forte pour laquelle les économistes utilisent encore cette hypothèse, comme si elle était valable, dans la production scientifique de modèles économiques, en ce qui concerne la partie descriptive des actions humaines par rapport au choix dans les processus décisionnels de l’économie. Démontrant la conviction que, du moins pour eux, le HRE des agents, ne peut pas être réfuté, ce qui peut être fait est, de plus en plus, de préciser mieux les modèles afin qu’ils puissent calculer plus précisément la maximisation du problème du choix optimal.

RÉFÉRENCES

ALBOU P. (1984) La psychologie économique, Paris, PUF.

BAUMER, F. L. (1977) O pensamento europeu moderno. v.I,II (Séculos XVII, XIII, XIX e XX). 7 a ed. Rio de Janeiro.

BENTHAM, J. (1979) Os pensadores. São Paulo: Abril Cultural.

CANO, W. (2002) Ensaios sobre a formação econômica regional do Brasil. Campinas: Unicamp.

FEIJÓ, R. (2001) História do Pensamento Econômico. Editora Atlas.

FERNANDEZ, B.P.M. E BÈRNI, D. A. (2014) Sobre o estatuto epistemológico da racionalidade econômica segundo Karl Popper. Estudos Econômicos vol.44  nº.4 São Paulo.

FOLEY D. K. (2003) Rationality and Ideology in Economics. lecture in the World Political Economy course at the Graduate Faculty of New School UM, New School.

GREEN, D.; SHAPIRO, I. (1994) Pathologies of rational choice theory. New Haven: Yale University Press.

HUNT, E. K. (2005) História do Pensamento Econômico. Editora Campus.

LECLERCQ,  J. (1967).  As grandes linhas da filosofia moral. São Paulo: Ed. Herder; Ed. da USP, 1967.

MILL, J. S. (2000). O utilitarismo. São Paulo: Iluminuras. Tradução de: The utilitarism.

PEREIRA, R. S. (2011) Alguns pontos de aproximação entre a ética aristotélica e a kantiana, Transformação vol.34 no.3 Marília, São Paulo.

POUNDSTONE, W. (2011). Priceless: The Hidden Psychology of Value, London: Oneworld Publications.

SHAPIRO, I.; Green, D. (1994) Pathologies of rational choice theory: a critique of applications in Political Science. New Haven: Yale University Press.

SEN, A. (1999). Sobre ética e economia. São Paulo: Companhia das Letras

SEN, A. (2017). Collective choice and social welfare. Cambridge, Mass.: Harvard University Press.

SIMON, H.A. (1955) A behavioral model of rational choice. The Quarterly Journal of Economics, volume 69, number 1, p. 99-118.

SIMON, H.A. , (1959) Theories of decision-making in economics and behavioral science. The American Economic Review, volume 49, number 3, p. 253-283.

SIMON, H.A. (1978) Rationality as process of and as product of thought. American Economic Review, volume 68, number 2, , p. 1-16.

SIMON, H.A. (1980) A racionalidade do processo decisório em empresas. Multiplic, volume 1, número 1.

THALER, R.H.(1980) Toward a positive Theory of Demand. Economic journal 105, nº 433: 1519-23.

TRIBE, K. (1997) Economic Careers. Economics and economists in Britain 1930-1970. ed. Routledge.

THALER, R.H.(1986) The Psychology and Economics Conference Handbook: comments on Simon, on Einhorm and Hogarth, and on Tversky and Kahneman. Journal of Business 59, nº 4, parte 2: S279-84.

THALER, R.H.(2019) Misbehaving The Making of Behavioral Economics, (tradução George Schleinger) 1ª Ed Rio de Janeiro, Ed. Intrínseca.

VASQUEZ, A. S.(1993) Ética. 14. ed. Rio de Janeiro: Civilização Brasileira, 1993.

[1] Maîtrise en économie, spécialiste en droit public et baccalauréat en économie.

[2] Conseiller. Doctorat en économie. Maîtrise en économie. Spécialisation en contrôle et finance. Diplôme en administration des affaires.

Soumis : octobre 2020.

Approuvé : novembre 2020.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here