Profil épidémiologique sérique des cas de Dengue signalés dans la ville de Belém, Pará

0
3040
DOI: 10.32749/nucleodoconhecimento.com.br/saude/perfil-soro-epidemiologico-dengue
PDF

SILVA, Francilene Amorim da [1], ROCHA, Bianca Malheiros Ferreira [2], GESTA, Silvia Sidney Maia [3], FECURY, Amanda Alves [4], DIAS, Cláudio Alberto Gellis de Mattos [5], OLIVEIRA, Euzébio de [6]

SILVA, Francilene Amorim da; et. al. – Profil épidémiologique sérique des cas de Dengue signalés dans la ville de Belém, Pará Magazine multidisciplinaire scientifique du Centre de connaissances. Année 1, vol. 4, pp. 75-85, juillet 2016. ISSN:0959-2448

RÉSUMÉ

La dengue est une des maladies infectieuses les plus fréquentes au Brésil et un des problèmes majeurs de santé publique dans le monde. Cette étude visait à caractériser le profil épidémiologique de sérum de dengue dans la période de 2007 à 2011. Les données ont été obtenues auprès du service de surveillance épidémiologique, le Secrétariat Municipal de la santé dans la ville de Belém-PA. Il a été observé que les personnes touchées par la maladie, sont des femmes, avec 57 %, comparativement à 43 % de sexe masculin. Les groupes d’âge les plus touchés ont été ceux observés entre des personnes de 20 à 39 ans (39 %) des cas, suivis de 40 à 59 ans (23 %). En ce qui concerne les sérotypes de la dengue 1, 2, 3 et 4, ont montré que dans la période et la région à l’étude, le plus important était pour le sérotype 4, avec 56 % des cas ; sérotype 1, avec 25 % ; suivi par le sérotype 2, avec 19 %. On croit que la distribution des cas déclarés de la maladie se pointe à l’influence des facteurs climatiques, tels que les précipitations, la température et l’humidité, qui sont favorables à la prolifération et développement d’Aedes aegypti ; Pour autant, comme l’absence de politiques publiques et sensibilisation de la population.

Mots clés: la dengue. Épidémiologie. Belém-Pará.

INTRODUCTION

La dengue est une des maladies infectieuses plus fréquentes au Brésil et un des problèmes majeurs de santé publique dans le monde, principalement en régions tropicales et subtropicales. C’est une maladie endémique et l’épidémie, qui présente un tableau clinique de début soudain et grand, varier les formes d’expression clinique, comme la forme de fièvre indifférenciée (dengue classique) et de forme sévère (fièvre hémorragique Dengue-FHD), choc (syndrome de choc Dengue-SCD) (Brésil, 2008 b ; TORRES, 2008). La fièvre dengue, sous sa forme classique (fièvre de « briser les os ») est une maladie avec fièvre (39 C à 40 ° C), commençant presque toujours semblable à la grippe, généralisée avec malaise et toux suivie de maux de tête. Bien que désagréable, cette forme de fièvre de dengue, rarement est inévitable et laisser quelques séquelles (LEVINSON, 2005).

Etiologicamente, son agent causal est un virus appartenant à la famille des Flaviviridae et a quatre sérotypes connus comme la dengue 1, 2, 3 et 4 (Brésil, 2008c ; TAUIL, 2002). Votre transmission est faite par le moustique Aedes aegypti, vecteur, qui, en général, utilise des contenants artificiels pour la prolifération des vecteurs, rendant cette espèce dominante urbaine (rami et coll., 1999 ; BARRETO ; TAMOUL, 2008).

Cette arbovirose atteint la population de tous les États brésiliens, indépendant de la classe sociale. En 2001, les municipalités des États brésiliens 27 3 567 étaient infestées et transmission ont eu lieu dans 24 villes 2 262 d’entre eux. En 2007, seulement l’état de Santa Catarina n’a pas présenté la transmission autochtone (TAUIL, 2002).

Selon les estimations de la World Health Organization (who), 80.000.000 personnes sont infectées chaque année, avec environ 550 000 hospitalisations et de décès de 20000 (Brésil, 2008 a).

Parmi ceux-ci, environ 50 000 000 se trouvent dans les régions tropicales et subtropicales, prenant en considération que, actuellement, 2,5 à 3 000 000 personnes vivent exposée au risque d’être infecté par cette arbovirose, où les conditions environnementales comme la température et la présence d’élevage favorisent le développement et la prolifération des Aedes aegypti moustique vecteur de la maladie, primaire (Brésil, 2008 b ; TORRES, 2008 ; MYAZAKI et coll..2009.

Le Brésil a présenté la première épidémie au début des années 80, être votre première référence à Rio de Janeiro au XIXe siècle, dans le nord-est et dans le Sud (FOCCACIA, 2005).

On a signalé des épidémies à Rio de Janeiro en 1946, Niterói en 1923, à Curitiba en 1896, Rio Grande do Sul en 1917, Bethléem en 1967, et à la lutte contre l’Aedes aegypti écarté la maladie jusqu’en 1981 (DONALISIO ; GLASSER, 2002). Toutefois, le moustique a été détecté dans plusieurs régions, et, dans la ville de Boa Vista, en 1981, 11000 cas ont été signalés, correspondant à 1/5 de la population de cette municipalité, étant impliquée dans ces cas les sérotypes de la dengue 1 et 4 (DONALISIO ; GLASSER, 2002 ; SETUBAL ; OLIVEIRA, 2006).

La ville de Rio de Janeiro a été atteint en 1980, 1986 et 1987 pour la dengue de sérotype 1. La seconde éclosion a eu lieu en 1991, avec l’introduction de la dengue de sérotype 2. La population de cette ville en 2002, face à la pire épidémie de dengue dans l’histoire du pays, avec 188 073 cas, dont la majorité par la dengue 3. Augmentant le risque de décès de l’infection séquentielle et aussi par la virulence accrue de cette nouvelle souche (DONALISIO ; GLASSER, 2002 ; FOCACCIA, 2005 ; VITA et al. 2008.

Dans le Nord, à l’exception de l’état du Roraima, les cas ont été isolés, depuis 1995 dans les villes de rédemption et de Rondon, tant dans l’état du Pará (EVANDRO CHAGAS INSTITUTE, 1997). La ville de Bethléem a aujourd’hui environ 1 400 000 habitants et sa région métropolitaine de 2 300 000 habitants (IBGE, 2011).

La ville de Bethléem a un climat chaud et humide avec une température moyenne annuelle de 26° C dans les mois les plus chauds. La température maximale moyenne atteint 32° C et la moyenne d’au moins 22 C. L’humidité de l’air est d’environ 85 %, où les pluies ne sont pas également tout au long de l’année et vous propose une incidence plus élevée durant les mois de janvier à juin (SHARMA et al., 2003). Ces fonctionnalités sont tropical, chaud et humide qui contribuent de manière significative à une plus grande présence de cas de dengue dans la région (COSTA, 2005).

MÉTHODOLOGIE

La méthodologie représente le chemin d’accès et de l’approche instrumentale de la réalité ” dont les concepts théoriques et l’ensemble des techniques qui permettent l’appréhension de la réalité et aussi le potentiel créatif du chercheur « (MINAYO, 2000).

En ce sens, la présente étude a été réalisée grâce à une recherche bibliographique, par le biais de livres, magazines et articles scientifiques sur le sujet, cherchant à décrire les aspects généraux qui concernent aussi bien le virus de la dengue, pourrait faire une étude bibliographique sur le profil épidémiologique de sérum de la dengue, les données notification confirmée sur virus de sérotype 1, 2, 3 et 4 et la caractérisation par groupe d’âge et le sexe, les personnes touchées par la maladie dans la ville de Belém-PA par l’analyse des données obtenues dans les organes liés aux soins de santé.

Obtention de données de recherche ont eu lieu dans les mois de juillet à septembre 2012. Les données ont été recueillies par le système d’information de maladies à déclaration obligatoire notifiée (SINAN) et le ministère de la santé (MS) dans la ville de Belém, dans la période de 2007 à 2011, ainsi que par le biais de données fournies par le service de surveillance de la santé de la Secrétariat santé Municipal de Bethléem-SESMA durant la même période.

Par la suite, les données tirées de l’enquête ont été regroupées dans les tableaux, statistiquement analysées et transformées ensuite en graphiques pour une meilleure visualisation, présentation et discussion de même.

RÉSULTATS

Dans la Figure 1, la ville de Bethléem a contribué 21 % des cas survenant dans l’état du Pará, en 2007, environ 13 955 cas ; Déjà, en 2008, a noté une réduction de l’incidence des cas, en baisse de seulement 9 % tout au long de l’année ; Toutefois, on a remarqué que, dans les années suivantes de 2009 et 2010, il y avait une augmentation de cet indice.

-Pourcentage de dengue cas
Figure 1-pourcentage des cas qui ont eu lieu dans la ville de Bethléem par rapport à celui qui s’est produite dans l’état du Pará.

Il est à noter que, en l’an 2010, Bethléem était responsable par le pourcentage le plus élevé dans ces périodes, avec environ un quart des cas dans l’État. Alors que l’année 2011, il y avait à nouveau une baisse, obtenant un pourcentage de 16 % par rapport à l’inscrit dans l’arrêt (Figure 1).

Au sujet de la prévalence de la fièvre dengue, stratifié par année et associés à la forme clinique de la dengue, qui ont été trouvées dans l’ensemble de la période d’étude, il n’y a eu aucun cas de syndrome de choc (SCD) (Figure 2).

Forme clinique de la dengue
Figure 2-prévalence de la fièvre dengue, stratifié par année et liées à la dengue, la forme clinique de 2007 à 2011.

La même chose a été observée avec la Dengue avec complications (DCC) dans les années 2009, 2010 et 2011. Toutefois, il est à noter que, dans le cas de Dengue classique (DC), il y avait un nombre remarquable de l’apparition de la maladie, et il y a une constante dans leur notification pour chacune des années étudiées. Dans le cas de Dengue fièvre hémorragique (DHF) a constaté qu’il y avait des dossiers pour les années 2007 à 2011, avec une diminution dans la dernière année.

Pour vérifier que les données par groupe d’âge (Figure 3) se rend compte que dans la période de 2007 à 2011, le plus grand nombre de cas de fièvre dengue s’est produite chez les individus de la tranche d’âge entre 20 à 39 ans, qui ont été les plus touchés par le virus, ce qui représente un total de 39 % des cas, suivies de 23 % pour le groupe d’âge des 40 à 59 ans.

fièvre dengue de 2007 à 2011
Figure 3-âge des cas de dengue, signalés dans la période de 2007 à 2011.

En ce qui concerne la prévalence de la dengue comme le sexe (sex), (Figure 4), stratifiée dans la période à l’étude, de 2007 à 2011, reste invariable dans les données déclarées de la dengue, où le mâle était entre 43 à 46 % et la femelle entre 54 à 57 %. Par conséquent, nous constatons que la femelle représente un pourcentage plus élevé comparé aux hommes, tout au long de la période à l’étude.

fièvre dengue selon genre, stratifié par an entre 2007 et 2011.
Figure 4-prévalence de la fièvre dengue selon genre, stratifié par an entre 2007 et 2011.

L’analyse de l’information sur les cas signalés de sérotype de dengue 1, 2, 3 et 4, tel qu’illustré à la Figure 5. Dans la période de 2007 à 2011, la plus grande fréquence des cas de dengue dans la région métropolitaine de Belém, a été de sérotype 4, 56 % des cas ; puis le sérotype 1 avec 25 % ; et le sérotype 2, avec 19 % ; n’avoir aucun accident pour le sérotype 3.

introduction de DEN-4.
Comprendre le développement 5-sérotypes isolés dans la région métropolitaine de Belém-Paré 2007-2011 avec introduction de DEN-4.

DISCUSSION

La dengue est l’un des problèmes principaux de santé publique à travers le pays, et c’est en raison de son expansion facile et la possibilité de graves et même fatales (OPS, 1991 ; TORRES, 2008). Les résultats obtenus avec la mise en œuvre de la présente recherche soulignent la nécessité d’une prévention plus efficace dans la ville de Bethléem, en particulier en ce qui concerne le vecteur de la maladie, puisque l’on sait déjà que l’index du registre de la dengue au cours des années étudiées déclaré considérable en termes de santé publique. Cela est démontré par le critère de confirmation plus utilisé dans la municipalité, qui est la confirmation par le biais des données cliniques et épidémiologiques, avec le soutien d’isolement viral essais effectués dans les laboratoires, formés pour détecter les sérotypes circulant dans cette région.

La comparaison de l’implication de la maladie liée au sexe exige également une attention, puisque les femmes sont plus touchées, parce qu’ils sont plus soumis au vecteur d’attaque. En ce sens également des programmes de santé publique devraient exister pour ce genre, comme les meilleurs conseils sur la protection de l’environnement qui doit être adoptée à la maison.

C’est, probablement, que les deux classes sont plus soumis à l’infection par le vecteur et pour être plus active professionnellement, qui peuvent fournir un plus grand risque de contracter la maladie. Ces données sont selon l’enquête menées à Paudex, Monteiro et coll. (2006), où les données montrent équivalentes de contamination pour ce même groupe d’âge. Selon les données de la littérature, c’est à cause de vêtements pour femmes, parce que le moustique vecteur est préféré au sucre principalement dans les pieds ou dans les parties inférieures des jambes ; Toutefois, cela ne signifie pas que ces insectes ne peuvent pas aspirer d’autres parties du corps humain et aux animaux (NAIR, 2003). Il est à noter que ces mêmes données sont similaires à celles trouvées par Varga et Oke au moyen de recherches similaires menées à Dourados-MS (2009), ce qui peut caractériser a priori un profil de la maladie.

L’inclusion de stock de sérotype 4 dans la région est un autre facteur qui mérite point culminant en devenant une donnée inquiétante car elle montre la polyvalence des sérotypes, causant une plus grande attention à tous les sérotypes et des types non plus spécifiques.

Pour comprendre la situation épidémiologique qui est inquiétante, il est nécessaire d’être un lien entre les trois ordres de gouvernement (municipal, étatique et fédéral), ainsi que la Communauté elle-même, avec un contrôle permanent de cette maladie. L’avancement de la dengue est générée par une société statique, est que nous devons sensibiliser la population afin qu’il y a un combat collectif, surtout avec plus d’efficacité.

Dans la ville de Belém, la difficulté à contrôler la prolifération des vecteurs se produit en raison de conditions d’assainissement de base et la forte concentration de la population dans la zone périphérique. Il est nécessaire de maintenir des activités éducatives en permanence afin de clarifier la population face à la maladie et la lutte contre la vector (GONÇALVES NETO et al., 2004).

Les résultats trouvés ici méritent une attention particulière, étant donné que, selon les données du ministère de la santé, le sérotype 4 avait un mouvement notable avec l’augmentation du nombre de cas signalés au Brésil au cours des deux dernières années (2010-2011) (Brésil, 2011), qui confirme les données que se trouvant dans cette recherche. On croit que l’occurrence d’a signalé des cas dans le point de la région à l’influence des facteurs climatiques, qui prévoit des conditions adéquates pour le développement de l’Aedes aegypti, et d’autres facteurs géographiques et environnementaux. Notez également que la concentration de la plupart des cas, se produit en été, lorsque les conditions météo, précipitations, la température et l’humidité sont favorables à leur prolifération.

Il convient de noter que, en l’an 2010, Bethléem était responsable par le pourcentage le plus élevé dans ces périodes, avec environ un quart des cas dans l’État. Alors que l’année 2011, il y avait à nouveau une baisse, obtenant un pourcentage de 16 % par rapport aux inscrits au Pará, qui pourrait avoir été motivé à cause de manque ou de l’inefficacité des campagnes comme la lutte en particulier les aires de reproduction du moustique Aedes aegypti, responsable de la transmission de la maladie.

CONCLUSION

Nous pouvons dire que la majorité du nombre de cas se produit généralement lorsque la température et les précipitations sont plus élevés, qui provoque une augmentation de la population du moustique vecteur. Il est bien établi que l’eau accumulée dans les flaques d’eau ou dans des conteneurs plusieurs faveurs la prolifération des larves d’Aedes aegypti.

Ainsi, il est essentiel de l’existence d’actions plus fortes par la population, pour le contrôle des vecteurs peut être accompli de manière plus efficace ; dans le cas contraire, les épidémies restent une constante dans la région.

Notant que la meilleure façon de contrôler l’augmentation des cas de dengue se bat les aires de reproduction des moustiques, par le biais de campagnes pour l’élimination des aires de reproduction et de la sensibilisation de la population des zones touchées et, puisqu’il y a jusqu’à présent aucun vaccin ou médicament spécifique à la maladie.

RÉFÉRENCES

AGUIAR, Adriana Chan. Surveillance épidémiologique texte de soutien. Rio de Janeiro : Fiocruz, 1998.

BARRETO, M. L. ; Teixeira, situation épidémiologique m. g. et leurs contributions à un programme de recherche. Hautes études, c. 22, n. 64, 2008.

BRAGA, I. A. ; VALLE, a. aegypti d’Aedes : contrôle du Brésil histoire, épidémiologie et santé Service, Brasilia, c. 16, n. 2, avril/juin. 2007.

Brésil. Ministère de la santé. Secrétariat pour les soins de santé. Département d’attention base. Surveillance de la santé : Département de surveillance épidémiologique. Maladies infectieuses et parasitaires : Guide de poche : 7.ed.rev. Brasília : Ministère de la santé, 2008 a.

Brésil. Secrétariat pour les soins de santé. Département d’attention base. Surveillance de la santé : la fièvre Dengue, la schistosomiase, la lèpre, malaria, trachome et la tuberculose. 2. Éd. rev. Brasília : Ministère de la santé, 2008 b.

Brésil. Ministère de la santé. Fondation nationale de la santé. Dengue : aspects épidémiologiques, diagnostic et traitement. Brasília : Ministère de la santé 2011.

Brésil. Ministère de la santé. Dengue : soins infirmiers manuel-adulte et enfant. Brasília : Ministère de la santé, 2008c.

Borges, Sonia m. a. épidémiologiques Importance de Aedes aegypti Albopictus dans les Amériques. São Paulo :[S.n.], 2001.

COSTA, Benoît a. classification, types et le traitement de la dengue. [S.l.:S.n.], 2005.

Dantas, Vincent S. ; PASSONI, Louis f. c. Dengue : résurgence d’une ancienne maladie, la revue médicale, le Rio de Janeiro, c. 37, no 2, 2003.

FIÈVRE DENGUE. Notifications : enregistré dans le système d’information des maladies déclarables SINAM-NET de 2007 à 2011.

DONALÍSIO, M. R. ; GLASSER, C m. entomologiques surveillance contrôle vectoriel et de la dengue, Brazilian Journal of epidemiology. c. 5, no 3, 2002.

FIGUEIREDO, Louis t. m. Pathogenesis of Dengue infections par le virus. Ribeirão Preto :[S.n.], 1999.

FIGUEIREDO, fièvre hémorragique de Louis t. m. virus au Brésil. Medical journal, vol. 39, p. 203-210, mer, / ABR, 2006.

FOCACCIA, Roberto. Traité des maladies infectieuses : v. 3. São Paulo : Atheneu, 2005.

GERARD NAIK, V. S. ; Rebelo, j. m. m. Aspects épidémiologiques de la dengue, la fièvre dans la ville de São Luís, Maranhão, Brésil, 1997-2002. CAD. Saúde pública, Rio de Janeiro, 2004.

INSTITUT EVANDRO CHAGAS. Maladies infectieuses et parasitaires : Amazon approche. Bethléem : Cejup/Université du Pará ; 1997.

LEVINSON, Warren ; JANETZ, Ernest. Microbiologie. 7. Ed. Porto Alegre : New Haven, 2005.

LÍPI, Osmar ; LAMB, Charles G. ; LAPIN, Ivo imunocutâneas de c. b. Manifestations de la dengue. [S.l.: S.n.], 2007.

MINAYO, M. C., S. le défi de la connaissance : des recherches qualitatives en matière de santé. 7. Ed. São Paulo-Rio de Janeiro : Hucitec-Abraseo, 2000.

Monteiro, e. s. c. et al. Aspects épidémiologiques et vecteur de la dengue dans la ville de Teresina, Piauí-Brésil, 2002 et 2006. [S.l.: S.n.], 2006.

MYAZAKI, rose Djunto et al. Surveillance du moustique Aedes aegypti. Brazilian Journal of Tropical Medicine. Uberaba, c. 42, n° 4, juillet, / il y a., 2009.

SNOW, David Parker. Parasitologie humaine. 10. Ed. São Paulo : Atheneu, 2003.

OPS. ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ. Lignes directrices relatives à la prévention et le contrôle de la dengue et la dengue hémorragique dans les Amériques. Washington, 1991. Rapport de la réunion sur les lignes directrices pour la fièvre dengue, 1991.

Rebelo, j, et al. Distribution de Aedes aegypti et la dengue dans l’état du livre de Maranhão (Brésil), de la santé publique, Rio de Janeiro, c. 15, n. 3, juil. / set. 1999.

SÁNCHEZ, l. et coll. Stratégie d’éducation pour promouvoir la participation de la collectivité dans la prévention de la dengue. Magazine de Panama. Santé publique, c. 24, n. 1, p. 61-69, 2008.

SERUFO, j. c. et al. La dengue : une nouvelle approche. Journal de la société brésilienne de médecine tropicale, c. 33, n. 5, p. 465-476, septembre / out., 2000.

SETÚBAL, Sergio ; OLIVEIRA, a. de Solange. Maladies infectieuses et parasitaires : Département de médecine clinique, avr. 2006.

SHARMA, Marcia. Soins infirmiers en infectiologie. São Paulo : Atheneu, 2006.

SHARMA, s. et al. Étude comparative entre la pluviométrie mensuelle et le nombre de cas de dengue signalés. Apoc. Bethlehem, 2003.

TAUIL, Pedro l. critique les aspects du contrôle de la fièvre dengue au Brésil, de la santé publique, de Rio de Janeiro, v. 18, no 3, mai / juin. 2002.

TEIXEIRA, M. G. ; BARRETO, M. L. ; GUERRE, Z. épidémiologie et prévention de la dengue. c. 8, n. 4, Brasilia, déc. 1999.

TORRES, Eric M. Dengue Fever. Études, c. 22, n ° 64, p. 35-52, 10, 2008.

VERONESSI, Richard. Maladies infectieuses. C. 3. Rio de Janeiro : koogan Guanabara, 2004-.

VIEGAS, S. ; OLIVEIRA, r. épidémiologie de la dengue dans les années 2009 et 2010 dans la ville de DOURADOS/MS, dorée [S.n.]:, 2009.

VITA, w. p. et al. Dengue : clinique et laboratoire des alertes de l’évolution d’une maladie grave. [S.l.:S.n.], 2008.

 [1] Studen par Amazon Metropolitan College zoubeir

[2] Studen par Amazon Metropolitan College zoubeir

[3] Studen par Amazon Metropolitan College zoubeir

[4] Biomédicale. Doctorat en maladies tropicales. Maître de conférences et chercheur à l’Université fédérale d’Amapá, AP. Et chargé de cours du programme diplômé du centre de médecine tropicale à l’Université du Pará – UFPA.

[5] Biologiste. Docteur en théorie et recherche. Maître de conférences et chercheur à l’Institut d’Amapá-FIPA fédéral.

[6] Biologiste. Docteur en médecine tropicale maladies. Conférences et chercheur à l’Université fédérale du Pará ; Un chercheur sur le programme d’études supérieures de la base de la médecine tropicale à l’Université du Pará – UFPA.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here