Facteurs de risque d’hypertension artérielle systémique : Évaluation de l’efficacité des actions d’éducation à la santé

0
38
DOI: 10.32749/nucleodoconhecimento.com.br/sante/arterielle-systemique
PDF

ARTIGO ORIGINAL

COSTA, Edinaldo Siqueira da [1], SILVA, Silvana Rodrigues da [2]

COSTA, Edinaldo Siqueira da. SILVA, Silvana Rodrigues da. Facteurs de risque d’hypertension artérielle systémique : Évaluation de l’efficacité des actions d’éducation de santé. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 05, Ed. 08, vol. 12, p. 171 à 193. août 2020. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/sante/arterielle-systemique, DOI: 10.32749/nucleodoconhecimento.com.br/sante/arterielle-systemique

RÉSUMÉ

L’hypertension artérielle systémique est la plus fréquente des maladies cardiovasculaires et répond comme principal facteur de risque pour les complications les plus courantes, telles que l’AVC et l’infarctus aigu du myocarde, en plus de la maladie rénale chronique en phase terminale. L’éducation à la santé est le principal outil pour les changements dans les habitudes et le mode de vie, fondamental dans le processus de prévention de cette pathologie. Le but de cette recherche était d’analyser l’influence des actions éducatives dans la santé sur l’hypertension artérielle systémique dans le changement de mode de vie des serviteurs de la Cour de justice de l’État d’Amapá. L’étude a eu la participation de 255 serveurs et un questionnaire a été utilisé pour la collecte de données, qui ont été analysés par SPSS version 22 (IBM SPSS, Etats-Unis). On a observé que 54,1 % étaient des femmes, 66,3 % des brunes, 33,7 % avaient entre 40 et 49 ans, 47,8 % avaient des études supérieures et 59,6 % étaient mariés ou vivaient dans une union stable. L’indice de masse corporelle a montré que 48,2% étaient en surpoids, 64,7% avaient augmenté la circonférence abdominale et 10,6% avaient des valeurs capillaires de glucose sanguin ≥ 99 mg/dL. En ce qui concerne la pression artérielle, 33,3 % des hommes et 21,7 % des femmes avaient des ≥ PA et 140 et/ou 90 mmHg. En ce qui concerne la participation à une activité préventive ou éducative, 76,1 % ont déclaré que oui, dont 60,4 % les jugeaient satisfaisantes et 44,7 % estimaient qu’il n’y avait aucune influence sur le changement de mode de vie. Il a été conclu que les mesures d’éducation à la santé ont une incidence partielle sur le changement des habitudes des employés, parce que les indices des facteurs de risque suscitent toujours des préoccupations.

Mots clés: Éducation sanitaire, hypertension artérielle systémique, facteurs de risque.

1. INTRODUCTION

De nombreuses questions méritent d’être soulignées dans le domaine de la santé et l’hypertension artérielle systémique fait sans aucun doute partie de cette liste, car elle est caractérisée à la fois comme une maladie et comme un facteur de risque et d’aggravation pour d’autres maladies, étant responsable de dommages à la qualité de vie de la population dans le monde entier, causant des milliers d’hospitalisations et de décès.

L’hypertension artérielle systémique (HAS) est l’un des facteurs de risque de maladies cardiovasculaires, qui ont été les principales causes de mortalité dans le monde au cours de la dernière décennie, étant responsables d’environ 30% de tous les décès (SILVA et al., 2016a). L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a estimé qu’environ 600 millions de personnes avaient la HAS et qu’il y aurait 7,1 millions de décès annuels résultant de cette maladie (MALTE et al., 2017).

Selon Zangirolani et al., (2018), HAS a une forte prévalence au Brésil, se produisant entre 22% et 44% chez les adultes, augmentant avec l’âge et atteignant 68% chez les personnes âgées. Malachias et al., (2016) indiquent que la HAS touche 32,5 % (36 millions) de personnes adultes et plus de 60 % des personnes âgées, contribuant directement ou indirectement à 50 % des décès dus aux maladies cardiovasculaires. Dans la ville de Macapá, les données de l’Enquête de surveillance du ministère de la Santé 2017 pour les facteurs de risque et de protection des maladies chroniques ont estimé que 21,4 % de la population avait un diagnostic médical d’hypertension.

Les facteurs de risque d’hypertension artérielle systémique sont l’âge, le sexe et l’origine ethnique, le surpoids et l’obésité, la consommation de sel, la consommation d’alcool, le mode de vie sédentaire, les facteurs socioéconomiques et génétiques (MALACHIAS et al., 2016). Silva et al. (2016a) ajoutent également, basé sur le National Heart Lung and Blood Institute (NHLBI), le surpoids, le tabagisme et le stress.

En ce qui concerne le processus thérapeutique et la prévention de l’hypertension, les changements de mode de vie sont d’une importance fondamentale pour les médicaments pour obtenir des niveaux de pression artérielle adéquats (SILVA et al., 2016b). Ainsi, il est nécessaire d’assurer la mise en oeuvre de lignes directrices pour le traitement de la HAS impliquant des actions éducatives, un changement de mode de vie et la garantie de l’accès aux médicaments (OLIVEIRA et al., 2017).

L’éducation à la santé est un outil important dans les domaines de la promotion de la santé et de la prévention des maladies, en particulier lorsqu’il s’agit de maladies chroniques telles que l’hypertension, la morbidité dont les progrès augmentent et entraînent un risque de problèmes de santé (GUERRA et al., 2016). Par conséquent, l’éducation à la santé est un instrument important dans la lutte contre les facteurs de risque et/ou le contrôle de l’hypertension artérielle systémique.

Consciente que leurs employés, ainsi que d’autres groupes de travailleurs, sont également sujets à l’hypertension et sont vulnérables à leurs facteurs de risque face à leur mode de vie, ainsi qu’à l’importance des actions d’éducation sanitaire dans la prévention et le contrôle des risques de maladie, la Cour de justice de l’État d’Amapá – CJEA, par le biais de sa section santé , a institué le programme Vivre mieux, qui comprend des mesures d’éducation à la santé telles que : Rapport sur la santé, examens périodiques, profil de santé et mesures de santé au profit de ses travailleurs.

Les actions en matière d’éducation à la santé sont d’une grande importance, car elles sont considérées comme l’un des principaux instruments de prévention de la HAS, agissant dans le domaine de la promotion de la santé en mettant l’accent sur la stimulation de l’adoption de saines habitudes et modes de vie, en réfléchissant à une meilleure qualité de vie. Par conséquent, les mesures d’éducation à la santé promues dans le CJEA doivent avoir leur efficacité à réduire les facteurs de risque de HAS prouvé ou les causes possibles de son inefficacité identifiés, de sorte que leurs travailleurs ne sont pas vulnérables au risque d’augmentation des taux de maladie. Compte tenu de ce scénario, on ne peut pas rester inerte, et il est nécessaire de prendre des politiques efficaces pour lutter contre les facteurs de risque, afin de promouvoir une meilleure qualité de vie pour les employés et leurs familles.

La réponse au sujet de l’efficacité des mesures d’éducation sanitaire mises en œuvre dans le CJEA était pertinente en raison de la démonstration du problème actuel inhérent à l’augmentation de l’exposition des travailleurs aux facteurs de risque d’hypertension artérielle systémique, parce qu’elle contribue à l’élaboration et à la mise en œuvre d’actions visant à réduire l’exposition à la maladie et à promouvoir une meilleure qualité de santé et de vie pour ces travailleurs. En outre, démontrer l’importance de l’éducation sanitaire dans la prévention de la HAS réduit le coût médical et social du Brésil et améliore la santé des personnes touchées, ainsi que contribue au développement de nouvelles connaissances, en aidant les gestionnaires, les professionnels et les étudiants dans les domaines de la santé et des domaines connexes, servant également de soutien bibliographique pour de nouvelles recherches.

Dans ce contexte, l’objectif général de l’étude était d’analyser l’influence des actions éducatives dans le domaine de la santé qui sont promues au sein de la Cour de justice d’Amapá, dans le changement de mode de vie des travailleurs, afin de réduire les facteurs de risque d’hypertension artérielle systémique.

2. Méthodes

Il s’agit d’une étude descriptive avec une approche quantitative développée à la Cour de justice de l’État d’Amapá – CJEA, ayant comme un échantillon de population 680 employés entassés dans les Comarcas des villes de Macapá et Santana. De ce total, l’échantillon a été calculé pour fournir des estimations des proportions ou de la prévalence des caractéristiques d’intérêt de l’étude par le biais du programme Epi info, compte tenu d’un intervalle de confiance de 95 % (IC à 95 %). et une marge d’erreur de 5 %, atteignant un échantillon minimum de 245 participants. Cependant, il y a eu une augmentation de 10 % pour couvrir les pertes et les refus. À la fin de l’étude, un échantillon de 255 participants a été complété.

L’instrument de collecte de données adopté pour la recherche était le questionnaire structuré, élaboré à partir de ceux déjà utilisés par le ministère de la Santé dans l’Enquête nationale sur la santé (2013) et Vigitel (2016), car ils contenaient des blocs avec des questions sur des variables qui impliquent des facteurs de risque d’hypertension, tels que: données sociodémographiques, tabagisme, activité physique, consommation d’alcool et la perception de la santé , entre autres. Cependant, il a été adapté afin d’atteindre les objectifs de l’étude.

Les questionnaires étaient individuels et après l’achèvement, la tension artérielle, la circonférence abdominale, la taille et le poids et la glycémie capillaire de jeûne ont été mesurés. La collecte de données a été effectuée avec un calendrier préalable, où les participants ont été informés de la nécessité de jeûner, de porter des vêtements légers, sans accessoires et chaussures, en plus d’une vessie vide, de ne pas avoir pratiqué d’exercices physiques et fumé pendant au moins 60 minutes avant la collecte.

Les données recueillies ont d’abord été compilées par double balayage, pour comparaison et validation de la banque. Ils ont ensuite été transférés au paquet statistique Statistical Package for Social Science – SPSS version 22 (IBM SPSS, Usa), pour effectuer des analyses statistiques des variables d’une manière univariée et bivariée.

Dans l’analyse descriptive, une répartition de fréquence a été observée entre les variables de genre et sociodémographiques, les données physiques et cliniques. Le test chi-carré de Pearson (X2) a été utilisé dans l’analyse inférentielle pour analyser l’association entre l’hypertension et les variables sociodémographiques, les données physiques et cliniques, les habitudes et le mode de vie, les maladies chroniques et l’état de santé et l’éducation à la santé. Un nombre α = 0,05 a été utilisé dans tous les tests.

L’étude a respecté les préceptes de la résolution 466/2012 du Conseil national de la santé, enregistrée dans la Plate-forme du Brésil et soumise à l’analyse du Comité d’éthique de la recherche, obtenant l’approbation en vertu de la CAAE 9773318.8.0000.0003. Tous les participants ont été informés de la recherche, de ses objectifs et de ses méthodes, garantissant l’anonymat et la libre participation, signant ainsi le formulaire de consentement libre et éclairé avant le début de la collecte des données.

3. Résultats

À partir des données obtenues à partir des questionnaires appliqués aux 255 serveurs, il a été possible d’observer les profils sociodémographiques et cliniques, le mode de vie et l’influence des actions d’éducation sanitaire.

En ce qui concerne le profil sociodémographique, le sexe féminin (54,1 %) il était supérieur aux hommes (45,9 %), 66,3 % se sont déclarés bruns, 33,7 % avaient entre 40 et 49 ans, 47,8 % avaient des études supérieures et 59,6 % étaient mariés ou vivaient dans une union stable (tableau 1).

Tableau 1. Profil sociodémographique, formulaire de recherche 2019.

Variables fn(n=255) f%
Sexe                   Femelle

Mâle

        138

117

54,1

45,9

Couleur/course                   Marron

Blanc

Noir

Mulâtre

Jaune

        169

68

6

6

6

66,2

26,6

2,4

2,4

2,4

Âge                  20 à 29 ans

30 à 39 ans

40 à 49 ans

50 à 59 ans

60 à 75 ans

         9

76

86

69

15

3,5

29,8

33,7

27,1

5,9

Scolarité              Haut complet

Diplômé

Terminer l’école secondaire

Supérieur incomplet

Milieu incomplet

Fondamental incomplet

        122

84

24

20

3

2

47,8

32,9

9,4

7,8

1,2

0,8

Matrimonial      Marié ou en union stable

Seul

Séparés/divorcés

Veuf

        152

72

29

2

59,6

28,2

11,4

0,8

 

Dans les données physiques et cliniques, 48,2 % des personnes avaient un IMC compris entre 25 et 29 kg/m² et une pression artérielle supérieure à ≥ 140 et/ou 90 mmHg, et 26,3 % avaient une glycémie capillaire à jeun ≥ 99 mg/dL et 64,7 % avaient une circonférence abdominale ≥ 94 cm chez les hommes et 80 cm en tant que femme (tableau 2).

Tableau 2. Caractéristiques physiques et cliniques, forme de recherche 2019.

Variable fn(n=255) %
Imc                < 25

25 à 29 ans

≥ 30 ans

      69

123

63

27,1

48,2

24,7

Circonférence abdominale  < 94 cm (M) et 80 cm (F)

≥ 94 cm (M) et 80 cm (F)

90

165

35,3

64,7

Glycémie capillaire                 < 99

≥ 99

      188

67

73,7

26,3

Tension artérielle          < 120 et/ou 80

≥ 121 à 139 et/ou 81 à 89

≥ 140 et/ou 90

       149

37

69

58,8

14,6

27,6

 

En ce qui concerne la pratique des activités physiques, 21,6 % ont répondu qu’ils n’avaient pratiqué aucun type d’exercice physique ou de sport au cours des trois derniers mois. Parmi ceux qui ont pratiqué l’activité physique, 34,5 % ont pratiqué des activités pendant 3 à 4 jours par semaine, où 31,4 % ont déclaré que la durée était supérieure à 60 minutes par jour et que 83,9 % des participants ne se rendaient pas au travail à pied ou à vélo. En ce qui concerne le tabagisme, 97,6 % ont déclaré ne pas fumer actuellement, mais 50,2 % ont consommé des boissons alcoolisées, dont 17,3 % consommaient 1 à 2 jours par semaine (tableau 3).

Tableau 3. Habitudes et mode de vie, forme de recherche 2019.

Variables   ¡n %
Vous avez pratiqué une sorte d’exercice ou de sport, les trois derniers mois                 Oui

non

200

55

78,4

21,6

Jours par semaine, vous pratiquez habituellement l’exercice ou le sport 1 à 2 jours par semaine

3 à 4 jours par semaine

5 à 6 jours par semaine

Tous les jours (y compris le samedi et le dimanche)

72

88

41

5

28,2

34,5

16,1

2,0

Combien de temps cette activité dure-t-elle    Moins de 10 minutes

Entre 10 et 19 minutes

Entre 20 et 29 minutes

Entre 30 et 39 minutes

Entre 40 et 49 minutes

Entre 50 et 59 minutes

60 minutes ou plus

1

7

10

25

34

51

80

0,4

2,7

3,9

9,8

13,3

20

31,4

Faites un peu de marche ou de vélo    Oui, tout le parcours

Oui, une partie de la route

non

14

27

214

5,5

10,6

83,9

Fume actuellement       Oui, tous les jours

Oui, mais pas tous les jours

non

2

4

249

0,8

1,6

97,6

Combien de cigarettes vous fumez par jour                   1-4

5-9

10-14

15-19

20-29

30-39

7 – 40 ou +

1

1

1

0,4

0,4

0,4

Il consomme habituellement des boissons alcoolisées                   Oui

non

128

127

50,2

49,8

Vous consommez souvent une boisson alcoolisée avec quelle fréquence  1 à 2 jours par semaine

3 à 4 jours par semaine

5 à 6 jours par semaine

Tous les jours (y compris le samedi et le dimanche)

Moins d’un jour par semaine

Moins d’un jour par mois

44

7

1

0

40

44

17,3

2,7

0,4

0

15,7

17,3

 

En ce qui concerne la variable de l’éducation à la santé dans le CJEA, 76,1 % ont déclaré avoir participé à une activité préventive ou éducative dans le domaine de la santé et 63,1 % ont déjà lu et lu habituellement les rapports de santé publiés par courriel. Toutefois, 34,5 % ont déclaré que les mesures de santé promues étaient insatisfaisantes et 49 % ont affirmé que les mesures n’avaient aucune influence sur leur mode de vie (tableau 4).

Tableau 4. Actions d’éducation à la santé à la Cour de justice d’Amapá, formulaire de recherche 2019.

Variables ¡n %
Participation à une activité préventive ou éducative en santé au CJEA        Oui

non

194

60

76,1

23,5

Vous avez lu et lu habituellement le Rapport sur la santé, publié par e-mail         Oui

non

161

93

63,1

36,5

Comment ils évaluent les actions en santé promues par le CJEA  Satisfaisant

Insatisfaisante

Insatisfaisante

154

88

13

60,4

34,5

5,1

Certaines mesures d’éducation à la santé promues dans le CJEAont influencé certains changements dans le mode de vie         Oui

non

130

125

51

49

4. Discussion

La participation féminine la plus élevée à l’étude (54,1 %) corrobore la plupart des études menées par des échantillons aléatoires qui sont liés à la HAS. Cependant, il est observé que la plupart de ces études sont menées dans des endroits qui favorisent leur participation, tels que les unités de santé de base (USB), qui ont plusieurs politiques de santé visant à ce public. Par conséquent, il peut ne pas servir de référence comparative avec les données trouvées ici.

Dans la présente étude, la prédominance des femmes peut être justifiée par la participation croissante des femmes au marché du travail, parce que, selon Guimarães, Brito et Barone (2016), la composition de la population économiquement active a considérablement changé, avec une inflexion rapide de l’engagement des femmes sur le marché du travail.

Des politiques telles que celle du Conseil national de la justice, qui a publié la résolution CNJ no 255 établissant la Politique nationale pour encourager la participation des femmes à la magistrature, peuvent également être une référence pour une plus grande initiative des femmes dans les actions qui ont eu lieu dans le CJEA, parce que même être une minorité, dans l’univers des fonctionnaires, représentait un pourcentage plus élevé dans l’enquête. En plus de tous ces facteurs, nous pouvons également faire une différence dans le patrimoine culturel d’être des femmes plus intéressées par les soins de santé que les hommes.

Le sexe masculin, à son tour, a présenté des niveaux plus élevés de tension artérielle, avec 33,3% présentant PA ≥ 140 et/ou 90 mmHg, contre 21.7% des femelles. Selon Silva et al. (2016a), en ce qui concerne la prévalence de la HAS entre les sexes, les femmes peuvent avoir une pression influencée par certaines situations telles que l’utilisation de contraceptifs, le syndrome des ovaires polykystiques, la grossesse, le remplacement hormonal et la ménopause, bien que les mécanismes responsables des différences dans la régulation de la pression entre les sexes ne soient pas pleinement compris.

La Société brésilienne de cardiologie, dans sa 7ème ligne directrice, définit HAS comme une condition clinique multifactorielle caractérisée par une augmentation soutenue des niveaux de pression artérielle ≥ 140 et/ou 90 mmHg. Les valeurs montrent une forte indication de la maladie, c’est pourquoi les pourcentages de l’étude ont été analysés de ce point de vue (MALACHIAS et al., 2016).

Les indices susmentionnés sont contraires aux données de l’Enquête nationale auprès des ménages et de l’enquête téléphonique nationale. Selon Lobo et al. (2017), dans cette enquête téléphonique nationale, la prévalence de la population brésilienne pour l’année 2011 était de 24,8 %, et de 21,4 % dans l’Enquête nationale sur la santé. Cependant, Guerra et al. (2016) rapport que l’Enquête nationale sur la santé (ENS) 2013 a indiqué que la prévalence de la pression artérielle systémique (PAS) chez les femmes était de 19,5%, alors que chez les hommes, elle était de 25,3%, montrant que le sexe n’est pas déterminant dans la prévalence de l’hypertension artérielle systémique.

Selon le recensement démographique de 2010 effectué par l’IBGE, la couleur brune était la deuxième race prédominante au Brésil, ce qui correspond à 45 % de la population. Selon l’Enquête nationale sur la santé en 2013, la prévalence de l’hypertension autodéclarée chez la population brésilienne était de 20 % chez les bruns, un pourcentage plus faible par rapport aux Blancs, qui étaient de 22,1 % et aux Noirs, avec 24,2 %. Chagas e Almeida (2016), réalisé avec les utilisateurs de l’USB de l’Université fédérale d’Amapá, il y avait aussi une prédominance des personnes brunes, avec un pourcentage de 61,2%.

Les individus noirs sont considérés dans la littérature à un risque plus élevé de développer HAS. En ce qui concerne la couleur brune, les études qui corrélent les impacts de la maladie sont encore rares, nécessitant une analyse plus approfondie.

En ce qui concerne l’âge, seulement 5,9 % avaient 60 ans, mais en plus des personnes âgées de 50 à 59 ans, le pourcentage s’élève à 33 %, ce qui indique ≥ une augmentation significative du nombre d’employés âgés au cours d’une décennie dans le CJEA. La littérature scientifique résumée dans les études liées à HAS est unisonas au sujet de l’augmentation de la tension artérielle systémique avec l’âge croissant. Malachias et al. (2016) s’assurent qu’il s’agit de la maladie chronique non transmissible la plus répandue chez les personnes âgées et que sa prévalence augmente progressivement avec le vieillissement, étant considéré comme le principal facteur de risque cardiovasculaire modifiable dans la population gériatrique. Compte tenu de ce scénario, des politiques efficaces de prévention et/ou de soins pour les patients souffrant d’hypertension doivent être promues afin d’assurer une meilleure qualité de vie à ces employés.

Lobo et al. (2017) a constaté dans leur étude une prévalence plus élevée de l’hypertension chez les personnes ayant une scolarité plus faible, indépendamment des années étudiées et du sexe. Dans la présente étude, 80,7 % des participants avaient terminé leurs études et/ou leurs études supérieures, ce qui pourrait être considéré comme un facteur d’impact positif important dans les indices HAS, car ce profil éducatif contribuerait à promouvoir des pourcentages inférieurs de la maladie, par conséquent, en raison de la plus grande capacité d’accès à l’information sur la maladie et aux mesures préventives des facteurs de risque. Cependant, les résultats de la recherche ne confirment pas ce scénario, parce que les pourcentages de facteurs de risque HAS étaient élevés.

Pour l’état matrimonial variable, l’union mariée ou stable prédomine. Barreto et Marcon (2014) affirment que la famille a un rôle important dans le traitement de l’adhésion, car elle sert de soutien à ses membres qui sont dans une situation de maladie, la compréhension des transformations nécessaires liées à la maladie chronique et d’être soumis à des ajustements indispensables.

L’analyse de l’IMC a montré que la plupart des participants étaient en surpoids et obèses. L’excès de graisse corporelle est un facteur de risque pour le développement de la HAS, car il est lié à différents mécanismes d’élévation des niveaux de pression artérielle, dont il peut être mis en évidence, selon Padilha et al. (2017, p. 2) « Hémodynamique altérée, altération de l’homéotase de sodium, dysfonctionnement rénal, déséquilibre autonome du système nerveux, changements endocriniens, stress oxydatif et inflammation et lésion vasculaire « .

En ce qui concerne les résultats de la glycémie capillaire à jeun, une moyenne de 10% a présenté des valeurs ≥ 99 mg/dL. Dans la recherche de Radovanovic et al. (2014), il a été observé que les personnes atteintes de diabète ont une plus grande chance de développer HAS de près de trois fois que les individus non diabétiques.

Quant à la pression artérielle, dans l’étude par Malachias et al. (2016) avec 15 103 fonctionnaires de six capitales brésiliennes, la prévalence de la HAS a été observée dans 35,8%, avec une prédominance chez les hommes (40,1% contre 32,2%). Cependant, la présente étude a montré une inversion dans cette prédominance, où 16,2% des hommes et 13% des femmes avaient PA ≥ 121 à 139 et /ou 81 à 89 mmHg et 33,3% des hommes et 21,7% des femmes avaient PA ≥ 140 et /ou 90 mmHg, valeurs compatibles avec la préhypertension et l’hypertension, selon les 7èmes Lignes directrices brésiliennes sur l’hypertension artérielle (2016).

En ce qui concerne la pratique de l’activité physique, 78,4 % ont déclaré avoir pratiqué au cours des trois derniers mois. Ce pourcentage était supérieur à la moyenne nationale, car les données du ministère de la Santé obtenues dans le cadre d’une étude sur la population réalisée par Vigitel indiquaient ce qui :

La fréquence des adultes qui pratiquent l’activité physique en temps libre équivalant à au moins 150 minutes d’activité physique modérée par semaine variait de 31,0 % à São Paulo à 47,0 % à Palmas. Chez les hommes, les fréquences les plus élevées ont été trouvées à Florianópolis (54,8%), à Macapá (54,2%) et Aracaju (52.7%) et le plus petit à São Paulo (36,3%), Porto Alegre (43,6%) et Rio de Janeiro (43,7 %). Chez les femmes, les fréquences les plus élevées ont été observées à Palmas (44,2%), à Vitória (40,3%) et Teresina (40.1%) et le plus petit à São Paulo (26,4%), Rio de Janeiro (27,4%) et Porto Alegre (29,0%). (BRÉSIL, 2019, p. 56)

Les chercheurs s’entendent pour dire que les programmes d’activité physique réguliers sont actuellement reconnus comme un facteur nécessaire dans la thérapie des patients hypertendus, et la recommandation est fondée sur plusieurs études, qui indiquent que l’exercice physique contribue à la diminution de la pression artérielle au repos des personnes hypertendues (BOTTCHER; KOKUBUN, 2017). La pratique de l’activité physique tend à minimiser les risques cardiovasculaires jusqu’à 60 %, en plus de réduire l’utilisation de médicaments antihypertenseurs et les dépenses de traitement, bien que des études décrivent le faible respect de la pratique de l’activité physique par les personnes atteintes de HAS (BARBOSA et al., 2019).

Il est à noter que seulement 5,5 % des participants à l’étude prennent habituellement le chemin du travail à pied ou à vélo. L’exercice et/ou l’entraînement aérobique réduit le PA occasionnel des patients préhypertenseurs et hypertendus et réduit également le PA de l’éveil des patients hypertendus, en plus de réduire PA dans les situations de stress physique, mental et psychologique, et devrait être recommandé comme une forme préférée d’exercice pour la prévention et le traitement de PA (MALACHIAS et al., 2016).

Il est surprenant que l’étude montre de tels pourcentages positifs de serveurs pratiquant l’activité physique et en même temps ont un IMC élevé et CA, laissant une incompatibilité entre les résultats. Idéalement, ces variables présenteraient des résultats divergents plutôt que convergents, comme cela s’est produit dans la présente étude, qui se réfère à la nécessité d’une étude plus approfondie qui analyse la qualité, la fréquence et l’intensité des activités physiques pratiquées par les serveurs.

En ce qui concerne l’usage de la cigarette, presque tous les participants ne fument pas et déclarent également ne pas vivre avec des gens qui fument habituellement à l’intérieur. Ce résultat a eu un impact positif sur la recherche, puisque sur 255 personnes seulement 6, ils fument. Cavalcanti et al. (2019) indiquent que la prévalence du tabagisme au Brésil est passée de 15,6 % en 2006 à 10,8 % en 2014. Les données de l’étude montrent qu’un faible pourcentage de fumeurs et/ou de fumeurs à domicile corroborent les données sur la baisse du tabagisme au Brésil.

La consommation d’alcool a été admise par 50,2 % des participants, et 40,6 % ont ingéré 1 à 2 jours par semaine et 20,4 % de 3 jours ou plus par semaine. Munhoz et al. (2017) a analysé les données vigitel entre 2006 et 2013, observant une augmentation de l’abus d’alcool entre 30 et 39 ans et une tendance stationnaire pour les autres groupes d’âge, soulignant que l’abus d’alcool était plus élevé car il augmente l’éducation des individus dans toutes les périodes à l’étude. Malachias et al. (2016) rapport que la consommation habituelle d’alcool augmente PA linéairement et la consommation excessive est associée à une augmentation de l’incidence de l’HAS, estimant qu’une augmentation de 10 g/jour de la consommation d’alcool augmente PA de 1 mmHg, et la diminution de la consommation de bp réduit PA, recommandant la modération dans la consommation d’alcool.

En ce qui concerne la participation à une activité préventive ou éducative dans le cadre du CJEA, plus des deux tiers des participants ont répondu par l’affirmative. Machado et al. (2016) rapportent que des organismes internationaux, tels que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’American Heart Association (AHA), ont publié des documents avec des stratégies visant à réduire les principaux facteurs de risque de maladies cardiovasculaires, parmi lesquels des interventions éducatives peuvent être mises en évidence. Guerra et al. (2016) déclarent que l’éducation sanitaire est un élément essentiel dans les domaines de la promotion de la santé et de la prévention des maladies, en particulier lorsqu’il s’agit de maladies chroniques telles que la HAS, la morbidité dont les progrès dans la population augmentent, et conduit au risque de problèmes de santé, associés à l’augmentation de l’espérance de vie de la population. Janini, Bessler et Vargas (2015) confirment en veillant à ce que l’éducation joue un rôle important dans la promotion de la santé, car elle fonctionne comme un moteur de transformation dans le comportement, les pratiques personnelles, l’autonomie et la qualité de vie de chaque individu.

L’éducation à la santé est sans aucun doute l’un des principaux moyens de promotion de la santé, aidant à développer la responsabilité des individus avec leur qualité de vie, par l’adoption de comportements qui favorisent la prévention des maladies.

Lorsqu’on leur a demandé s’ils lisaient le rapport sur la santé, divulgué par courriel, 36,5 % ont déclaré que ce n’était pas le cas. Le rapport sur la santé est l’un des principaux outils de promotion des facteurs de risque pour la santé promus par le CJEA, qui, avec le profil de santé et l’examen périodique, deviennent les principales actions de l’éducation et de la recherche en matière de santé et de suivi des facteurs de risque d’hypertension dans l’établissement.

Considérant que la personne doit obtenir des connaissances sur les facteurs de risque de la HAS, qui peuvent avoir un impact négatif sur sa santé, l’éducation à la santé apparaît comme un médiateur dans la prévention, car elle constitue une option politique, qui cherche à participer comme un moyen de garantir aux sujets la possibilité de décider sur leur propre destin (individuel/collectif), à travers une réflexion/action/réflexion, dans laquelle le sujet et la communauté construisent leur propre trajectoire historique à la recherche d’une vie meilleure (SANTOS; LIMA, 2008).

Interrogés sur l’évaluation des mesures de santé promues par le CJEA, 60,4 % ont jugé satisfaisant et 34,5 % insatisfaisants. De plus, 49 % des employés ont déclaré que les mesures de santé n’avaient aucune influence sur leur mode de vie.

Le changement de mode de vie est une tâche difficile, car il est presque toujours accompagné d’un mouvement de résistance et nécessite un investissement d’énergie physique, mentale et émotionnelle, dans des proportions qui semblent souvent dépasser les possibilités, où la plupart des gens ne peuvent pas apporter des modifications et surtout les maintenir pendant une longue période. Toutefois, l’éducation à la santé est l’une des solutions de rechange pour amener les gens à ces changements aux fins de la prévention et/ou du contrôle des facteurs de risque HAS, par le biais de saines habitudes et attitudes (SANTOS; LIMA, 2008).

Les soins de santé primaires font partie d’un domaine stratégique de contrôle de la HAS, où les actions éducatives sont un outil important pour provoquer des changements dans le mode de vie des individus et ainsi réduire les facteurs de risque cardiovasculaires. Machado et al. (2016) des études ont analysé l’importance, l’efficacité et les limites de ces stratégies, et les résultats observés démontrent l’apparition d’une diminution de la PA, du poids corporel et de la circonférence de la taille, ainsi que l’amélioration du profil lipidique et du glucose, des changements dans l’apport alimentaire et une meilleure connaissance du processus de soins de santé et de maladie.

La relation thérapeutique de bonne qualité est considérée comme un facteur fondamental de changement, de sorte que les facteurs interpersonnels qui composent la relation professionnel-patient sont également déterminants, car ils englobent la confiance, la satisfaction, la communication, la participation aux options et aux décisions, le soutien émotionnel, l’accréditation, la coopération, entre autres décideurs, qui, lorsqu’ils sont bien travaillés et développés, condition l’observance thérapeutique (SILVA; BOUSFIELD, 2016).

5. CONCLUSION

L’hypertension artérielle systémique multifactorielle a une forte prévalence dans le monde et la population brésilienne, étant associée aux principales complications des maladies cardiovasculaires. Sa prévalence et ses facteurs de risque étaient présents dans l’étude, attirant une attention particulière parce qu’il s’agit d’une maladie chronique de l’évolution silencieuse, avec une grande possibilité de causer des complications débilitantes si elle n’a pas d’interférence dans son cours, soit par la drogue ou non.

L’étude a montré que 27,5% des fonctionnaires de la Cour de justice de l’État d’Amapá présentaient des valeurs de tension artérielle compatibles avec l’hypertension. L’analyse de leurs facteurs de risque et aspects sociodémographiques a montré que certains résultats différaient des résultats d’autres études et des références littéraires du thème.

Les données permettent également une alerte par rapport à la santé humaine binomiale, avec l’élaboration d’une politique de santé pour les encourager à avoir une surveillance plus grande et plus responsable sur leur santé avec la recherche de saines habitudes de vie, comme les résultats ont montré que leurs indices de pression artérielle sont au-dessus de la moyenne d’autres études.

La scolarisation est considérée comme un outil important dans le processus d’éducation à la santé, car on croit que les personnes ayant un niveau d’éducation plus élevé ont un meilleur accès à l’information sur la maladie et à des mesures préventives des facteurs de risque. Pour confirmer cette affirmation, les études associent une prévalence plus élevée de HAS chez les personnes ayant une scolarité plus faible, mais cette affirmation devrait être évaluée avec modération si elle est analysée sur la base des données de la présente étude, puisque la majorité de la population étudiée avait terminé l’enseignement supérieur et après l’obtention du diplôme, cependant, il n’y avait pas d’impact sur les indices par rapport à d’autres études qui avaient des populations avec moins d’années d’études.

L’analyse des variables cliniques a permis une meilleure visualisation des indices des principaux facteurs de risque de HAS, où les résultats ont montré des pourcentages élevés de surpoids et/ou d’obésité, un taux expressif de serveurs à jeun des valeurs de glucose au-dessus de la normale, ainsi que des données de pression artérielle avec des valeurs compatibles avec l’hypertension artérielle.

L’indice de masse corporelle, la circonférence abdominale, le diabète sucré et la HAS sont, en eux-mêmes, considérés comme des facteurs de risque de maladies cardiovasculaires et, lorsqu’ils sont associés, prennent des proportions alarmantes. Le taux élevé de ces facteurs dans l’étude soulève une grande préoccupation, principalement en raison du grand pourcentage de serveurs avec une perspective de vieillissement au cours d’une décennie, et les maladies cardiovasculaires sont actuellement la principale cause de décès dans ce groupe d’âge. Ce scénario met en garde contre la nécessité d’adopter une politique efficace de surveillance, de contrôle et de prévention de ces facteurs de risque, avec l’adoption d’habitudes de vie plus saines.

Les variables concernant les habitudes de vie, l’activité physique et l’utilisation de la cigarette ont donné des résultats encourageants, tandis que l’alimentation et la consommation de boissons alcoolisées avaient un comportement inquiétant. En ce qui concerne cela, les actions éducatives peuvent fonctionner comme un outil pour changer les habitudes, favorisée par le niveau élevé d’éducation des participants, qui peuvent d’abord avoir un meilleur accès et une plus grande facilité d’appréhension de l’information sur la santé, puisque les connaissances sur la maladie et ses causes est d’une grande importance pour les gens de prévenir leurs facteurs de risque.

Le résultat de l’activité physique variable mérite d’être analysé avec des réserves, comme un pourcentage élevé de participants déclarent à la pratique, mais son réflexe n’est pas observé lorsque les pourcentages de l’IMC et la circonférence abdominale sont observés. Il est donc nécessaire d’étudier mieux la fréquence et la qualité de ces activités. Cependant, c’est une pratique qui doit toujours être stimulée, compte tenu des avantages de la promotion de la santé.

La consommation d’alcool est considérée comme l’un des facteurs de risque de la HAS et plus de 50 % des participants ont déclaré consommer. Les actions de la consommation d’alcool découragée ou réduite devraient être stimulées, car en plus d’un facteur de risque pour la HAS, elle peut également être associée à plusieurs problèmes sociaux et familiaux.

La prévalence élevée des facteurs de risque pour la HAS et un pourcentage important d’employés qui évaluent les mesures de santé promues par le TJAP comme insatisfaisantes démontre la nécessité d’une meilleure planification des mesures d’éducation sanitaire effectuées, afin d’accroître l’efficacité et le contrôle des facteurs de risque pour la HAS, en particulier les facteurs modifiables. Les politiques de santé qui atteignent cet objectif auront certainement un grand impact sur la réduction de la morbidité et de la mortalité dues aux maladies cardiovasculaires.

Les mesures d’éducation à la santé sont sans aucun doute un outil ayant un rôle fondamental à jouer pour modifier des scénarios comme ceux que l’on retrouve dans la recherche, contribuant à changer les modes de vie qui agissent contre la promotion de la santé. La prévention des maladies, dont les progrès dans la population augmentent, comme la HAS, est très importante, étant donné le risque élevé de problèmes de santé.

L’analyse d’un échec possible dans l’interaction entre les professionnels et les serveurs est une mesure à rechercher, afin d’avoir un diagnostic pour un pourcentage significatif de participants qui considèrent les actions de santé promues par le CJEA comme insatisfaisantes.

6. RÉFÉRENCES

BARBOSA, Alice Regina Costa; CARVALHO, Bianca de Moura Peloso; PARAIZO, Camila Maria Silva; et al. Significado atribuído por idosos com hipertensão arterial sistêmica à realização de atividade física. Journal Health NPEPS, Mato Grosso, 4(2):90-103, 2019.

BARRETO, Mayckel da Silva; MARCON, Sonia Silva. Participação familiar no tratamento da hipertensão arterial na perspectiva do doente. Contexto Enferm., Florianópolis, 23(1):38-46, 2014. Disponível em: <http://www.scielo.br/pdf/tce/v23n1/pt_0104-0707-tce-23-01-00038.pdf>. Acesso em 3 de janeiro de 2020.

BOTTCHER, Lara Belmudes; KOKUBUN, Eduardo. Comparação dos níveis de aptidão física entre hipertensos e normotensos. Rev. Bras. Med. Esporte, São Paulo, 23(2):114-17, 2017.

BRASIL. Ministério da Saúde. Secretaria de vigilância em Saúde. Departamento de Vigilância de Doenças e Agravos não Transmissíveis e Promoção da Saúde. Vigilância de fatores de risco e proteção para doenças crônicas por inquérito telefônico: estimativas sobre frequência e distribuição sócio-demográfica de fatores de risco e proteção para doenças crônicas nas capitais dos 26 estados brasileiros e no Distrito Federal em 2016. Vigitel 2016. Brasília: MS, 2017.

_______. Ministério da Saúde. Secretaria de Vigilância em Saúde. Departamento de Análise em Saúde e Vigilância de Doenças não Transmissíveis. Vigilância de fatores de risco e proteção para doenças crônicas por inquérito telefônico: estimativas sobre frequência e distribuição sociodemográfica de fatores de risco e proteção para doenças crônicas nas capitais dos 26 estados brasileiros e no Distrito Federal em 2018. Vigitel 2018. Brasília: MS, 2019.

_______. Ministério do Planejamento, Orçamento e Gestão. Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística – IBGE. Pesquisa nacional de saúde 2013: percepção do estado de saúde, estilos de vida e doenças crônicas. Rio de Janeiro: IBGE, 2014.

_______. Ministério do Planejamento, Orçamento e Gestão. Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística – IBGE. Censo demográfico 2010. Rio de Janeiro: IBGE, 2011.

CAVALCANTI, Marcos Vinicius de Araújo; OLIVEIRA, Luciane Paula Batista Araújo de; MEDEIROS, Anna Cecília Queiroz de; TÁVORA, Rafaela Carolini de Oliveira. Hábitos de vida de homens idosos hipertensos. Rev. Gaúcha Enferm., Porto Alegre, 40:e20180115, 2019.

CHAGAS, Jéssica Andréa Silva das; ALMEIDA, Ariely Nunes Ferreira de. Caracterização epidemiológica de pacientes hipertensos usuários de uma unidade básica de saúde da região Norte. Estação Científica (UNIFAP), Macapá, 6(2):105-116, 2016. Disponível em: <https://periodicos.unifap.br/index.php/estacao/article/view/2721>. Acesso em 7 de agosto de 2019.

GUERRA, Grazia Maria; WEN, Chao Lung; MOTTA, Raquel Acciarito; et al. Elaboração e implementação do Portal E-Care da hipertensão para educação em saúde. Rev. Bras. Hipertens., São Paulo, 19(3):4-5, 2016.

GUIMARÃES, Nadya Araújo; BRITO, Murillo Marschner Alves de; BARONE, Leonardo Sangali. Mercantilização no feminino: a visibilidade do trabalho das mulheres no Brasil. RBCS, São Paulo, 31(90):17-39, 2016.

JANINI, Janaina Pinto; BESSLER, Danielle; VARGAS, Alessandra Barreto de. Educação em saúde e promoção da saúde: impacto na qualidade de vida do idoso. Saúde Debate, Rio de Janeiro, 39(105):480-490, 2015.

LOBO, Larissa Aline Carneiro; CANUTO, Raquel; DIAS-DA-COSTA, Juvenal Soares; PATTUSSI, Marcos Pascoal. Tendência temporal da prevalência de hipertensão arterial sistêmica no Brasil. Cad. Saúde Pública, Rio de Janeiro, 33(6):e00035316, 2017.

MACHADO, Juliana Costa; COTTA, Rosângela Minardi Mitre; MOREIRA, Tiago Ricardo; SILVA, Luciana Saraiva da. Análise de três estratégias de educação em saúde para portadores de hipertensão arterial. Ciênc. Saúde Coletiva, Rio de Janeiro, 21(2):611-620, 2016. Disponível em: <https://www.scielosp.org/pdf/csc/2016.v21n2/611-620/pt>. Acesso em 18 de julho de 2019.

MALACHIAS, Marcus Vinícius Bolívar; SOUZA, Weimar; PLAVNIK, Frida Liane; et al. 7ª Diretriz Brasileira de Hipertensão Arterial. Arq. Bras. Cardiol., Rio de Janeiro, 107(3)3:1-104, 2016.

MALTA, Deborah Carvalho; BERNAL, Regina Tomie Ivata; ANDRADE, Silvânia Suely Caribé de Araújo; et al. Prevalência e fatores associados com hipertensão arterial autorreferida em adultos brasileiros. Rev. Saúde Pública, São Paulo, 51(supl.1)11, 2017. Disponível em: <http://www.scielo.br/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0034-89102017000200313&lng=en&nrm=iso>. Acesso em 21 de janeiro de 2020.

MUNHOZ, Tiago; SANTOS, Iná; NUNES, Bruno; et al. Tendências de consumo abusivo de álcool nas capitais brasileiras entre os anos de 2006 a 2013: análise das informações do VIGITEL. Cad. Saúde Pública, Rio de Janeiro, 33(7):e00104516, 2017.

OLIVEIRA, Gláucia Maria Moraes de; MENDES, Miguel; MALACHIAS, Marcus Vinícius Bolívar; et al. 2017 Guidelines for Arterial Hypertension Management in Primary Health Care in Portuguese Language Countries. Arq. Bras. Cardiol., São Paulo, 109(5):389-396, 2017.

PADILHA, Bruna Merten; DINIZ, Alcides da Silva; FERREIRA, Haroldo da Silva; et al. Preditores antropométricos de hipertensão arterial sistêmica em mulheres afrodescendentes. Sci. Med., Porto Alegre, 27(3):ID27527, 2017.

RADOVANOVIC, Cremilde Aparecida Trindade; SANTOS, Lucimary Afonso dos; CARVALHO, Maria Dalva de Barros; MARCON, Sonia Silva. Hipertensão arterial e outros fatores de risco associados às doenças cardiovasculares em adultos. Rev. Latino-Am. Enfermagem, Ribeirão Preto, 22(4):547-53, 2014.

SANTOS, Zélia Maria de Sousa Araújo; LIMA, Hélder de Pádua. Ações educativas na prevenção da hipertensão arterial em trabalhadores. Rev. Rene, Fortaleza, 9(1):60-68, 2008. Disponível em: <http://www.redalyc.org/articulo.oa?id=324027961008>. Acesso em 23 de agosto de 2019.

SILVA, Elcimary Cristina; MARTINS, Maria Silvia Amicucci Soares; GUIMARÃES, Lenir Vaz; et al. Prevalência de hipertensão arterial sistêmica e fatores associados em homens e mulheres residentes em municípios da Amazônia Legal. Rev. Bras. Epidemiol., São Paulo, 19(1):38-51, 2016a. Disponível em: <http://www.scielo.br/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1415-790X2016000100038&lng=en&nrm=iso>. Acesso em 29 de janeiro de 2020.

SILVA, Mariana Luíza Becker da; BOUSFIELD, Andréa Barbará da Silva. Representações sociais da hipertensão arterial. Temas psicol., Ribeirão Preto, 24(3): 895-909, 2016.

SILVA, Sandra Maria Chemin Seabra da; GALISA, Mônica Santiago; TCHAKMAKIAN, Lucy Aintablian; et al. Empowerment na prevenção e tratamento do hipertenso: uma abordagem nutricional. Rev. Hipertensão, São Paulo, 19:35-39, 2016b.

ZANGIROLANI, Lia Thieme Oikawa; ASSUMPÇÃO, Daniela de; MEDEIROS, Maria Angélica Tavares de; BARROS, Marilisa Berti Azevedo. Hipertensão arterial autorreferida em adultos residentes em Campinas, São Paulo, Brasil: prevalência, fatores associados e práticas de controle em estudo de base populacional. Ciênc. Saúde coletiva, Rio de Janeiro, 23(4):1221-1232, 2018. Disponível em: <http://www.scielo.br/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1413-81232018000401221&lng=en&nrm=iso>. Acesso em 22 de janeiro de 2020.

APÊNDICE – TABELAS EM INGLÊS

Table 1.

Variables fn(n=255) f%
Sex                     Female

Male

       138

117

54.1

45.9

Color / race                      Parda

White

Black

Mulatto

Yellow

        169

68

6

6

6

66.2

26.6

2.4

2.4

2.4

Years old                     20 to 29

30 to 39

40 to 49

50 to 59

60 to 75

         9

76

86

69

15

3.5

29.8

33.7

27.1

5.9

Education                  Graduated

Postgraduate

Complete high school

Incomplete higher

Incomplete high school

Incomplete elementary school

         122

84

24

20

3

2

47.8

32.9

9.4

7.8

1.2

0.8

Marital status        Married or stable union

not married

Separated / Divorced

Widower

       152

72

29

2

59.6

28.2

11.4

0.8

Table 2.

Variables fn(n=255) %
BMI                   < 25

25 to 29

≥ 30

       69

123

63

27.1

48.2

24.7

Abdominal circumference  < 94 cm (M) and 80 cm (F)

≥ 94 cm (M) and 80 cm (F)

90

165

35.3

64.7

Capillary glycemia                  < 99

≥ 99

      188

67

73.7

26.3

Blood pressure         < 120 and/or 80

≥ 121 to 139 and/or 81 to 89

≥ 140 and/or 90

     149

37

69

58.8

14.6

27.6

 

Table 3.

Variables   n %
Practiced some kind of physical exercise or sport in the last three months                 Yes

No

200

55

78.4

21.6

How many days a week do you practice physical exercise or sport   1 to 2 days a week

3 to 4 days a week

5 to 6 days a week

Every day (including Saturday and Sunday)

72

88

41

5

28.2

34.5

16.1

2.0

How long this activity lasts  Less than 10 minutes

Between 10 and 19 minutes

Between 20 e 29 minutes

Between 30 e 39 minutes

Between 40 e 49 minutes

Between 50 e 59 minutes

60 minutes or more

1

7

10

25

34

51

80

0.4

2.7

3.9

9.8

13.3

20

31.4

Do some walking path or by bicycle      Yes, all the way

Yes, part of the way

No

14

27

214

5.5

10.6

83.9

Currently smokes          Yes, daily

Yes, but not daily

No

2

4

249

0.8

1.6

97.6

How many cigarettes do you smoke per day                1-4

5-9

10-14

15-19

20-29

30-39

7 – 40 or +

1

1

1

0.4

0.4

0.4

Usually consumes alcoholic beverages                Yes

No

128

127

50.2

49.8

How often do you consume alcoholic beverages    1 a 2 days a week

3 a 4 days a week

5 a 6 days a week

Every day (including Saturday and Sunday)

Less than 1 day a week

Less than 1 day per month

44

7

1

0

40

44

17.3

2.7

0.4

0

15.7

17.3

 

Table 4.

Variables n %
Participated in some preventive or educational activity in health at TJEA        Yes

No

194

60

76.1

23.5

Have read or usually read the Health Report, released by email       Yes

No

161

93

63.1

36.5

How do you evaluate the health actions promoted by TJEA  Satisfactory

Little satisfactory

Unsatisfactory

154

88

13

60.4

34.5

5.1

Some health education action promoted at TJEA influenced a change in lifestyle        Yes

No

130

125

51

49

[1] Infirmière, Master en sciences de la santé par le Programme des hautes études en sciences de la santé de l’Université fédérale d’Amapá (UNIFAP), Macapá/Brésil.

[2] Infirmière, PhD en éducation, Professeur à l’Université fédérale d’Amapá (UNIFAP), Département des sciences infirmières, Macapá/Brésil.

Envoyé : juin 2020.

Approuvé : août 2020.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here