REVISTACIENTIFICAMULTIDISCIPLINARNUCLEODOCONHECIMENTO

Perspectives sur la qualité de vie des personnes âgées qui travaillent

DOI: 10.32749/nucleodoconhecimento.com.br/psychologie-fr/personnes-agees
5/5 - (1 vote)

CONTEÚDO

ARTICLE ORIGINAL

ROCHA, Felipe Queiroz Dias[1], PICCIONE, Marcelo Arruda[2]

ROCHA, Felipe Queiroz Dias. PICCIONE, Marcelo Arruda. Perspectives sur la qualité de vie des personnes âgées qui travaillent. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. Année 06, Éd. 11, vol. 10, p. 82-100. Novembre 2021. ISSN : 2448-0959, Lien d’accès : https://www.nucleodoconhecimento.com.br/psychologie-fr/personnes-agees, DOI : 10.32749/nucleodoconhecimento.com.br/psychologie-fr/personnes-agees

ABSTRAIT

Le vieillissement a de nombreuses conséquences biopsychosociales chez les personnes âgées et dans leurs relations avec les autres. Au sein de la psychologie sociale, l’indice de satisfaction est le principal indicateur de l’expérience d’un sujet en ce qui concerne sa qualité de vie. L’intérêt pour le domaine de la vieillesse a augmenté, compte tenu de cela, le présent article, des questions sur la qualité de vie des personnes âgées qui travaillent, en menant une enquête auprès d’un groupe de personnes âgées qui travaillent. L’objectif était d’observer la qualité de vie des personnes âgées qui travaillent selon leur point de vue. Les données ont été recueillies auprès de 36 personnes âgées entre 65 et 87 ans, ± 5,4, moyenne 71,5 et médiane 71 qui travaillent actuellement ; à cette fin, 36 questionnaires WHOQOL identiques ont été utilisés. Le test du chi carré non paramétrique a été appliqué pour vérifier s’il existe une différence statistiquement significative. Parmi les résultats, il est souligné que 80,55 % sont totalement d’accord avec la prémisse qui suggère d’être pleinement réalisé lorsqu’ils sont en communion intime avec Dieu ; 72,22 % des volontaires Totalement d’accord avec l’hypothèse d’être satisfaits et épanouis de leur vie, xo2 = 15,54 et x2c = 7,81, avec une différence statistiquement significative ; 50% disent que la vie a beaucoup de sens, xo2 = 8,30 et x2c = 9,48, sans différence statistiquement significative ; 47,22 % ont déclaré avoir un accès moyen aux informations quotidiennes, xo2 = 11,40 et x2c = 9,48, avec une différence statistiquement significative ; 41,66 % classent dans la moyenne les possibilités de loisirs dont ils disposent, xo2 = 4,41 et x2c = 9,48, sans différence statistiquement significative ; 38,88 % Totalement en désaccord avec l’hypothèse qu’ils ne trouvent pas de satisfaction lorsqu’ils prient seuls, xo2 = 7,59 et x2c = 11,07, sans différence statistiquement significative et 36,11 % Totalement d’accord avec l’hypothèse selon laquelle ils ressentent de nombreux conflits et malheurs dans la vie , xo2 = 6,09 et x2c = 11,07, sans différence statistiquement significative. Il a été remarqué que les travailleurs âgés ont tendance à avoir des perspectives différentes, mais plus enclins à des réponses positives, concernant les différentes facettes étudiées de leur vie, ce qui, à son tour, dénote leur niveau de qualité.

Mots clés : vieillissement, biopsychosocial, satisfaction, vieillesse.

INTRODUCTION

La qualité de vie est un attribut multiforme dans les différents domaines professionnels qui l’étudient. Au sein de la psychologie sociale, l’indice de satisfaction est le principal indicateur et la référence majeure de la valeur de l’expérience d’un sujet. L’intérêt pour le domaine de la vieillesse s’est accru entre-temps (TRENTINI ; XAVIER et FLECK, 2006), compte tenu de cela, le présent article s’interroge sur la qualité de vie des personnes âgées qui travaillent, en menant une enquête auprès d’un groupe des travailleurs âgés de 65 ans ou plus.

Il existe trois manières distinctes par lesquelles un individu peut atteindre la vieillesse. La première est appelée vieillesse avec pathologie et se caractérise par la présence d’une ou plusieurs maladies qui limitent trop les tâches du sujet, au point que les fonctions qu’il exerçait autrefois ont disparu (TRENTINI ; XAVIER et FLECK, 2006).

Le second est la vieillesse habituelle ou normale et c’est le processus de vieillissement accompagné de dysfonctionnements physiques ou psychologiques dans une faible proportion, qui provoquent des changements fractionnaires dans la vie commune des personnes âgées (TRENTINI ; XAVIER et FLECK, 2006).

La troisième est la vieillesse réussie ou optimale et concerne le processus de maintien de la pleine santé comme au moment du pic de vigueur, reproduisant également un état satisfaisant tangent au bien-être (TRENTINI ; XAVIER et FLECK, 2006).

Ainsi, on comprend que le vieillissement entraîne des transformations biopsychosociales chez chaque individu et, par conséquent, il est incorrect de comprendre ce phénomène comme une pathologie, puisqu’il s’agit d’un cycle dans lequel l’être humain est plus prédisposé à la maladie. C’est une période où les gens tombent plus malades (ZIMERMAN, 2000).

Le vieillissement transforme également le statut des personnes âgées et leurs relations avec les autres du fait : du changement des attributions familiales et sociales, de l’arrêt de la vie active, de la réduction de l’interactivité interpersonnelle, des problèmes financiers et du risque de subir certains actes de violence (ZIMERMAN, 2000).

Après une longue période de travail, le mariage est un facteur précieux dans la construction du statut social du sujet. Lorsque la perte de l’époux survient, la personne âgée ressent de la solitude et de la tristesse, et n’a également aucune prédiction sur l’avenir, ce qui génère de la souffrance en raison de l’absence de communication significative et de soins spéciaux, en plus de l’élimination de la fonction sociale et de l’émergence de sentiments d’inutilité et d’absence de but dans la vie (SIMKUNAS et ANJOS, 2001).

Pour sortir de la solitude, l’alternative à laquelle ils recourent est la recherche de pratiques collectives, comme les activités physiques, comme moyen de rester dans l’action, en s’éloignant de l’état solitaire (SIMKUNAS et ANJOS, 2001).

Grâce à un meilleur accès à l’information et à la participation, les personnes âgées ont eu la possibilité, dans les domaines les plus divers, y compris dans le cadre des loisirs, d’exprimer leur existence, leurs apprentissages, leur importance en tant que citoyens ayant des droits et des garanties juridiques, leur vieillissement et les niveaux de de leur contribution effective au sein de la société (DE GÁSPARI et SCHWARTZ, 2005).

Ainsi, les stéréotypes d’inertie, de sédentarité, d’accommodement, de tristesse, d’indisposition, de fatigue, de douleur constante, d’isolement, de dépression et d’absence de perspectives tout au long de cette étape de la vie s’estompent progressivement au profit de la participation et de l’adhésion progressives aux innombrables opportunités qui s’offrent aux sujets âgés dans différents secteurs de la société. Ce fait a attiré l’attention car dans chaque lieu de fréquentation ou de coexistence sociale, on peut observer la présence de personnes âgées de plus en plus conscientes de leur capacité à changer la situation actuelle d’exclusion sociale qui les stigmatise à la condition de citoyens de seconde zone et à modifier les niveaux de leur qualité de vie (DE GÁSPARI et SCHWARTZ, 2005).

Les expériences émotionnelles significatives dans le cadre des loisirs comprennent une série de besoins humains radicaux qui peuvent corroborer le processus de développement tout au long de la période vitale, ainsi que pour l’élévation des niveaux qualitatifs de vie de la population, en particulier ceux concentrés dans les centres urbains. de la société contemporaine (DE GÁSPARI et SCHWARTZ, 2005).

Cependant, la recherche de Colalto (2002) indique que seulement 25 % des personnes âgées ont beaucoup d’opportunités de loisirs, 50 % ont une opportunité moyenne, 20 % très peu et seulement 5 % ont complètement cette opportunité. Le même auteur affirme également que seulement 40 % des personnes âgées sont satisfaites du service de santé dont elles disposent.

Un autre aspect de grand poids dans cette période est la religiosité. En effet, la profession de foi permet aux personnes âgées de surmonter plus facilement cette dernière étape de la vie (ARAÚJO, 1999).

Ainsi, la religiosité peut être considérée comme une facette favorable au bien-être dans la vieillesse, puisque la coopération dans des activités constructives et la présence de lieux de bonne stimulation, associés à des croyances, ont été essentielles à cette période. La spiritualité peut être liée à une plus grande résilience dans l’ancienneté (MARGAÇA et RODRIGUES, 2019).

En d’autres termes, la co-participation aux œuvres religieuses, ainsi que l’adhésion aux doctrines et aux dogmes, peuvent être reliées au bonheur en induisant de manière significative la composition que l’aîné crée sur le monde, entre le bien ou le mal. Ainsi, la religion peut démêler le but de la vie et permettre le bien-être (PANZINI et al., 2007).

La religion est un attribut qui façonne l’individu à travers une foi particulière, qui symbolise la rencontre personnelle avec l’entité divine (DINIZ, 2003).

Les actes (rites) et les dires (mythes) sont fondamentaux dans toutes les sectes et religions, et ils sont donc les éléments qui corroborent la production de symboles de ce qui est sacré en nous. Ainsi, la religion peut être définie comme l’attribut qui vérifie les réalités vitales que la conscience est incapable d’assimiler, ce qui provoque le sentiment d’unité et de plénitude humaine lorsqu’il atteint l’état de pleine réalisation psychologique (BAPTISTA, 2003).

Il y a une indistinction entre les différents modes de vie menés par les seniors concernant la dépréciation spirituelle. La plupart d’entre eux disent des prières pour obtenir l’amour, la santé ou la paix, pour des dilemmes au sein de la famille, pour remercier la divinité, entre autres causes (ORLANDO et al., 2008).

Ainsi, 15,53% des personnes âgées se disent insatisfaites de la vie. Ce phénomène est associé à ceux qui sont de sexe féminin, analphabètes, ont jusqu’à quatre ans de scolarité et ont un revenu inférieur à deux salaires minimums. Cependant, cette prévalence est considérée comme faible, malgré la mise en évidence de la nécessité d’actions en faveur de l’égalité des genres et de l’accès des seniors à l’éducation (REINERS et al., 2020).

Dans le cas des personnes âgées vivant dans des ménages multigénérationnels, celles vivant dans des arrangements mono ou bigénérationnels ont manifesté une plus grande satisfaction à l’égard de la vie que celles vivant dans des ménages trigénérationnels, qui, à leur tour, sont associés au sexe féminin, au veuvage et à la plus d’enfants (OLIVEIRA et al., 2020).

En effet, le sentiment de sens positif, d’avoir un vrai but dans la vie (ce qui est subjectif) et de tranquillité face à l’avenir augmente et transcende celui des jeunes au fur et à mesure que les sujets vivent et mûrissent (FREITAS, 2020).

Le but et l’appréciation de la vie sont des questions qui favorisent le bien-être et augmentent d’un tiers l’émission d’actions et de sentiments liés à : l’acceptation de soi, des relations sociales saines, la progression personnelle, la maîtrise de l’environnement et l’objectif, bien qu’ils augmentent très peu à la satisfaction de vivre et à l’émergence d’émotions assertives, ainsi qu’à réduire très peu l’émancipation d’émotions contre-productives, contrairement à la tranquillité face à l’avenir, qui favorise le bien-être et augmente significativement les agents émotionnels assertifs et la satisfaction de vivre, tout en étant contre-productif les émotions sont minimisées en présence de cette sérénité (FREITAS, 2020).

Ceux qui donnent une raison à leur vie ont des compétences sociales plus développées et sont plus aptes à discerner et à se tourner vers le soutien nécessaire en cas de besoin – le bien-être ou le bonheur vient du but existentiel donné à la vie. Cette raison est responsable d’influencer légèrement et positivement l’amélioration psychologique et la façon dont les sujets font face à leurs défis. Il est vrai que les gens s’attendent à un avenir propice dans l’empressement à être motivés face aux mésaventures typiques de la vie et à diminuer les taux d’anxiété et d’autres symptômes liés à ce qui peut arriver (FREITAS, 2020).

En attendant, on voit l’intérêt d’avoir des sujets matures dans les entreprises, comme les seniors, qui peuvent collaborer au progrès, à l’équilibre émotionnel et à trouver la réponse la plus appropriée aux besoins organisationnels (FREITAS, 2020).

Ainsi, plusieurs questions se posent quant à la manière dont le vieillissement sera considéré par les sociétés à l’avenir (VELOZ ; NASCIMENTO-SCHULZE et CAMARGO, 1999).

Cependant, il a été établi comme objectif général d’enquêter sur la perspective que les personnes âgées qui travaillent ont sur leur qualité de vie dans certaines régions.

Plus précisément, nous avons cherché à :

  • Découvrez comment se portent les travailleurs âgés lorsqu’ils continuent d’exercer des pratiques de travail;
  • Offrir aux seniors en activité la possibilité d’exprimer leur point de vue sur l’état de certains aspects de leur vie ;
  • Analyser de manière critique la situation de vie générale des personnes âgées qui travaillent selon leurs propres perspectives.

MÉTHODOLOGIE

PARTICIPANTS

Les données ont été recueillies auprès de 36 individus des deux sexes (88,90 % d’hommes et 11,10 % de femmes) âgés de 65 ans ou plus (qui est l’âge officiel de cessation des activités professionnelles, selon l’OMS) et qui travaillent actuellement. L’âge moyen obtenu est de 71,5 ans, la tranche d’âge est de 22 ans, la médiane est de 71 ans et l’écart type est de 5,4.

MATÉRIAUX

Elle a utilisé exactement 36 questionnaires WHOQOL pour évaluer la qualité de vie des seniors, puisque ce matériel est internationalement reconnu comme un outil propice à l’atteinte des objectifs précités.

Le questionnaire susmentionné comportait trois phases : la première consistait en une brève caractérisation du participant ; dans la deuxième phase, il y avait des questions fermées sur divers aspects impliquant la vie des personnes âgées, auxquelles il fallait répondre en fonction du niveau d’appréciation de cette question ; la dernière partie contenait des propositions affirmatives et négatives qui nivellent la perspective du volontaire par rapport à cette même proposition.

PROCÉDURES

Les données ont été recueillies à partir d’un échantillon accidentel au cours des mois de janvier et février, c’est-à-dire que les personnes âgées qui se trouvaient dans les conditions susmentionnées ont été personnellement interrogées et approchées dans toutes les circonstances possibles lorsqu’elles se rencontraient occasionnellement. Tous les volontaires ont été trouvés dans la ville de São Paulo, de sorte que 15 se trouvaient à Mooca, six à Brás, six autres à Sé, cinq à Zona Cerealista, trois à Vila Mariana et un à Cambuci.

Au début, nous nous présentons et expliquons le but de la recherche. Ensuite, si la personne approchée correspondait au profil défini pour les objectifs définis et acceptait de participer, nous lui enverrions la Termo de Consentimento Livre e Esclarecido (TCLE)[3] et le questionnaire à remplir, en plus de lever les éventuels doutes.

Ce projet a été soumis et approuvé par le Comité d’éthique de la recherche (CEP)[4] n° 017/2005 et CAAE[5] 005.0.237.000.05.

RÉSULTATS ET DISCUSSION

Les résultats obtenus grâce à la collecte de données avec le matériel utilisé (WHOQOL) ont été tabulés et seront présentés et discutés ci-dessous en fonction de la littérature consultée et en relation les uns avec les autres.

Tableau 1 – Mesure dans laquelle la vie a un sens

Mesure F %
Quoi que ce soit 1 2,77
Très peu 3 8,33
Plus ou moins 9 25
Assez 18 50
Extrêmement  5 13,88
Total 36 100

Source : auteur.

Le tableau 1 montre que les variables les plus votées par les participants étaient les alternatives Assez et Plus ou moins, avec respectivement 50 % et 25 %. Toujours concernant la mesure du sens de la vie, 13,88 % des participants ont choisi l’option Extrêmement, 8,33 % ont choisi Très peu et 2,77 % Rien.

Dans le but de vérifier s’il existe une différence statistiquement significative, le test du chi carré non paramétrique a été appliqué. Il a été obtenu xo2 = 8,30 et x2c = 9,48 ont été obtenus, sans différence statistiquement significative. Il convient de noter que n.g.l. = 4 et α = 0,05.

Dans le tableau 1, il est évident que la plupart des réponses se réfèrent à l’évaluation positive. À cet égard, il est entendu que le sens de la vie est directement lié à une série de caractéristiques liées à plusieurs tableaux présentés tout au long de cet ouvrage, qui concernent les loisirs, les sentiments quotidiens, l’épanouissement personnel, la religiosité, entre autres. .

Concernant la famille, les études menées par Simkunas et Anjos (2001) indiquent que beaucoup de temps de travail, le mariage est un facteur précieux pour la construction du statut social et dans la perte de l’un de ce facteur, le sujet se sent seul, sans avenir attentes, de sorte qu’ils souffrent de l’absence de communication appréciable et de soins particuliers, perdant même leur fonction sociale, et sont ainsi exposés à des sentiments d’inutilité et d’absence de but dans la vie. Cependant, des informations plus détaillées sur cette facette n’ont pas été recueillies auprès des participants.

En revanche, selon Panzini et al. (2007), la religion est une question qui peut démêler le but de la vie et permettre le bien-être. Nous pouvons voir dans les tableaux 4 et 7 que les participants étaient assez réceptifs à cette facette, puisque dans le premier tableau mentionné 63,87 % sont en désaccord à un certain degré d’être insatisfaits lorsqu’ils prient seuls et, dans le second, 80,33 % Totalement d’accord qu’il a plein satisfaction dans la communion intime avec Dieu, qui configure un consensus entre ces prémisses.

Ainsi, le sens attribué à la vie des personnes âgées doit passer au crible de leur religion. Selon les termes de Margaça et Rodrigues (2019), la religiosité est considérée comme un élément propice au bien-être dans la vieillesse, de sorte que les croyances auxquelles adhèrent ont été essentielles à cette période. La spiritualité peut également être liée à une plus grande résilience dans l’ancienneté. Araújo (1999) corrobore lorsqu’il dit que la profession de foi permet aux personnes âgées de surmonter plus facilement cette dernière étape de la vie.

De plus, Freitas (2020) dit que le sentiment de sens positif, d’avoir un véritable but (subjectif) dans la vie et d’avoir une tranquillité d’esprit quant à l’avenir augmente tout au long de la vie et de la maturation et transcende celui des jeunes individus.

Freitas (2020) dit aussi que le sens et l’appréciation de la vie sont des substrats influents dans le bien-être et augmentent d’un tiers l’émission d’actions et de sentiments liés à : l’acceptation de soi, des relations sociales saines, la progression personnelle, le contrôle de l’environnement et objectif, malgré une faible augmentation de la satisfaction à l’égard de la vie, contrairement à la tranquillité face à l’avenir, qui influence le bien-être et augmente encore considérablement les facteurs émotionnels assertifs et la satisfaction à l’égard de la vie, en plus de réduire les émotions contre-productives.

Freitas (2020) conclut en disant que ceux qui trouvent une raison à leur vie ont des compétences sociales mieux développées et sont mieux à même de discerner et de recourir au soutien nécessaire quand ils en ont besoin, puisque le bien-être ou le bonheur vient du but existentiel donné à vivre. Cette raison est responsable d’influencer légèrement et positivement l’amélioration psychologique et la façon dont les sujets font face à leurs défis.

Tableau 2 – Disponibilité des informations quotidiennes

Disponibilité F %
Quoi que ce soit 2 5,55
Très peu 6 16,66
Moyen 17 47,22
Très 5 13,88
Totalement 6 16,66
Total 36 100

Source : auteur.

On peut voir dans le tableau 2 qu’en ce qui concerne la disponibilité des informations quotidiennes, 47,22% des personnes âgées classent leur accès à celles-ci comme moyen, 16,66% disent que c’est très peu et 16,66% disent que c’est complètement, en plus de 13,88% qui évaluez-le comme Très. Seulement 5,55% pour l’alternative Rien.

Pour savoir s’il existe une différence statistiquement significative, le test du chi carré a été appliqué. Il a été obtenu xo2=11,40 et x2c=9,48 ont été obtenus, avec une différence statistiquement significative. Il est également important que n.g.l. = 4 et α = 0,05.

Concernant le tableau, les avis sont partagés et bien équilibrés quant à la disponibilité des informations quotidiennes, malgré une légère prévalence d’accès à celles-ci.

Zimerman (2000) dit que le processus de vieillissement transforme le statut des personnes âgées et leur relation avec les autres en raison : des changements dans les attributions familiales et sociales, de l’arrêt de la vie active, de la réduction de l’interactivité interpersonnelle, des problèmes financiers et du risque de subir un acte de la violence dans les rues. L’occurrence de ces transformations nécessite l’obtention d’informations pour être effectuée. On peut se demander : d’où vient (ou devrait-elle venir) cette information : de votre recherche autonome, du soutien des membres de votre famille ou d’un autre côté ? Il n’est pas clair si les participants volontaires reçoivent ou s’attendent à recevoir un soutien à cet égard, car ils ont peut-être des difficultés à utiliser des moyens de communication plus modernes, tels que les ordinateurs, pour obtenir des informations générales sur leurs besoins les plus variés, ou s’ils peuvent le faire eux-mêmes.

Cependant, il est également nécessaire de discuter de la possibilité que ce thème soit généraliste et ne comporte pas d’aspects plus spécifiques concernant les opinions et l’analyse individuelle des personnes interrogées. Ainsi, il serait intéressant de détailler ces informations comme étant liées à des actions tant dans la vie, en général, que dans l’exercice de fonctions, y compris professionnelles, et concernant des questions liées à la santé et aux possibilités de loisirs ou d’éducation.

Cependant, De Gáspari et Schwartz (2005) supposent qu’il y a un plus grand accès à l’information pour les personnes âgées, afin de leur permettre de participer à des opportunités d’activités dans les domaines les plus divers, ce qui déconstruit les stéréotypes d’inertie, de sédentarité, de logement, tristesse, indisposition, fatigue, douleur constante, isolement, dépression et manque de perspectives au détriment d’une participation et d’une adhésion progressives aux innombrables opportunités offertes aux personnes âgées dans les espaces les plus variés de la société.

Tableau 3 – Opportunités de loisirs

Occasion F %
Quoi que ce soit 7 19,44
Très peu 7 19,44
Moyen 15 41,66
Très 4 11,11
Totalement 3 8,33
Total 36 100

Source : auteur.

On peut voir dans le tableau 3 que la majorité (41,66 %) des personnes âgées interrogées évaluent l’accès aux loisirs comme moyen. Ainsi, 19,44 % ont choisi l’option Très peu, ainsi que N’importe quoi (encore 19,44 %). En revanche, 11,11 % et 8,33 % ont respectivement choisi les options Très et Complètement.

Le test du chi carré non paramétrique a été utilisé pour déterminer s’il existe une différence statistiquement significative ; il a été obtenu xo2=4,41 et x2c=9,48 ont été obtenus, sans différence statistiquement significative. Il est également à noter que n.g.l. = 4 et α = 0,05.

Par rapport à ce contexte, un certain équilibre entre les opinions des personnes interrogées est clair, mais il y a aussi une certaine insatisfaction concernant le peu d’opportunités de loisirs. Il est possible que ce manque de temps libre soit lié aux activités de travail, qui demandent du temps, mais cette information détaillée n’a pas pu être investiguée par le questionnaire.

Quoi qu’il en soit, De Gáspari et Schwartz (2005) affirment qu’avec un meilleur accès à l’information et à la participation sociale des personnes âgées, celles-ci ont eu l’occasion, dans le cadre des loisirs, d’exprimer leur existence, leur apprentissage, leur importance en tant que citoyen avec droits et garanties juridiques, leur vieillissement et les niveaux de leur contribution effective au sein de la société.

Ceci, selon De Gáspari et Schwartz (2005), déconstruit progressivement les stéréotypes de l’inertie, de la sédentarité, de l’accommodement, de la tristesse, de l’indisposition, de la fatigue, de la douleur constante, de l’isolement, de la dépression et du manque de perspectives tout au long de cette étape de la vie pour la participation progressive et le respect des innombrables possibilités offertes aux personnes âgées dans les espaces sociaux les plus variés.

Dans leurs recherches, Simkunas et Anjos (2001) rapportent que tous les sujets interrogés mentionnent que la participation à des pratiques collectives, comme les activités physiques, sont des moyens de se maintenir lépreux et de les éloigner de l’état de solitude.

Des expériences émotionnelles significatives dans le microcosme des loisirs envisagent une série de besoins humains qui peuvent soutenir le processus de développement tout au long de la période vitale, ainsi que pour l’élévation des niveaux de vie qualitatifs de la population, en particulier ceux concentrés dans les centres urbains de la société courant, selon De Gáspari et Schwartz (2005).

À son tour, Colalto (2002) affirme que seulement 25 % des personnes âgées ont beaucoup d’opportunités de loisirs, 50 % ont une opportunité moyenne, 20 % très peu et seulement 5 % l’ont complètement. Ces données sont similaires à celles du tableau 3, à l’exception de la variable Très qui compte pour 11,11 % des réponses dans ce tableau et 25 % dans l’ouvrage cité.

Dans ce cadre, le questionnement de Veloz ; Nascimento-Schulze et Camargo (1999) sur la façon dont la vieillesse sera perçue dans le futur est pertinente, puisque le travail peut assumer la condition d’occuper le temps mort du sujet senior à ce stade malgré l’accès supposé à ce type d’activité mentionné par De Gaspari et Schwartz (2005).

Tableau 4 – Insatisfaction à prier/prier seul

Degré de satisfaction F %
Je suis entièrement d’accord 5 13,88
Partiellement d’accord 5 13,88
Je suis plus d’accord que je ne suis pas d’accord 3 8,33
Je suis plus en désaccord qu’en accord 3 8,33
Partiellement en désaccord 6 16,66
Pas du tout d’accord 14 38,88
Total 36 100

Source : auteur.

Il est noté dans le tableau 4 que la plupart des personnes âgées qui ont participé à l’enquête ont déclaré être totalement en désaccord (38,88 %) qu’elles ne trouvent pas beaucoup de satisfaction lorsqu’elles prient ou prient seules, 16,66 % partiellement en désaccord, 13,88 % partiellement en accord, un autre 13,88 % % Tout à fait d’accord, 8,33 % d’accord plus que pas d’accord et 8,33 % de désaccord plus que d’accord.

On sait aussi que xo2=7,59 et x2c=11,07 ; puisque, pour vérifier s’il existe une différence statistiquement significative, le test du chi carré non paramétrique a été appliqué ; il s’est avéré qu’une telle différence n’existe pas. On notera également que n.g.l. = 5 et α = 0,05.

Baptista (2003) affirme que les actes (rites) et les paroles (mythes) sont fondamentaux dans toutes les religions et sont les éléments qui corroborent la création de symboles de ce qui est sacré en chaque être humain. Ainsi, considérant la pratique des prières comme un rite, Orlando et al. (2008) disent que les personnes âgées demandent généralement dans leurs prières à des fins telles que la bénédiction de la famille, l’obtention de la paix et de l’amour et pour leur santé, en plus de remercier pour les faveurs obtenues.

Diniz (2003) dit que la religion est un attribut qui façonne l’individu à travers une foi particulière, ce qui signifie une rencontre personnelle avec l’entité divine vénérée ; c’est-à-dire qu’il s’agit d’une expérience individuelle.

Araújo (1999) dit que la cause du bien-être des personnes âgées dans la pratique d’une religion est qu’elles se sentent aidées à surmonter plus facilement cette dernière étape de la vie.

Ainsi, selon Margaça et Rodrigues (2019) et Panzini et al. (2007), la religion peut être considérée comme une facette favorable au bien-être et à la résilience dans la vieillesse car elle influence la manière dont le sujet interprète le monde.

Tableau 5 – Rendement et satisfaction à l’égard de la vie

Joie F %
Je suis entièrement d’accord 26 72,22
Partiellement d’accord 7 19,44
Je suis plus d’accord que je ne suis pas d’accord 2 5,55
Pas du tout d’accord 1 2,77
Total 36 100

Source : auteur.

Il est possible d’observer dans le tableau 5 que 72,22 % des répondants ont choisi la variable Tout à fait d’accord en ce qui concerne l’épanouissement et la satisfaction à l’égard de la vie. 19,44 % sont également partiellement d’accord ; et 5,55 % plus d’accord que pas d’accord. Seuls 2,77 % se sont dits Fortement en désaccord. Les autres variables, Partiellement en désaccord et Plus en désaccord que je suis d’accord, ont été éliminées car elles n’étaient mentionnées par aucun des sujets.

Il est également à noter que xo2 = 15,54 et x2c = 7,81 ; une fois, pour vérifier s’il existe une différence statistiquement significative, le test du chi carré a été appliqué ; il s’est avéré qu’il y a une telle différence. On considère également que n.g.l. = 3 et α = 0,05.

Ces résultats sont cohérents avec ceux du tableau 7, qui montre que 80,55% sont totalement d’accord avec la prémisse qui dit qu’ils sont en pleine réalisation lorsqu’ils sont en communion intime avec Dieu. Cette congruence dénote que la religiosité est une facette capable d’apporter épanouissement et satisfaction aux personnes âgées, ce qui rejoint également ce qu’Araújo (1999), Margaça et Rodrigues (2019) et Panzini et al. (2007).

Reiner et al. (2020) disent que 15,53 % des personnes âgées sont insatisfaites de la vie. Les caractéristiques démographiques dominantes des sujets qui signalent une telle insatisfaction sont le fait d’être une femme, l’analphabétisme, d’avoir jusqu’à quatre ans de scolarité et d’avoir un revenu mensuel inférieur à deux salaires minimums. Il convient de mentionner que cette prévalence est considérée comme faible.

Ces données sont totalement antagonistes de celles du tableau 5, mais on comprend aisément la raison de cette incompatibilité : la démographie des échantillons est différente puisque les travailleurs âgés sont majoritairement des hommes (88,90 %). Des informations plus détaillées n’ont pas été obtenues sur le revenu et le niveau d’éducation des participants, mais il est raisonnable de supposer que c’est suffisant pour leur satisfaction professionnelle et économique étant donné la prévalence de 97,23 % de réponses qui sont d’accord avec cette prémisse. Compte tenu de cela, les données obtenues par Reiners et al. (2020) corroborent celles du tableau 5 et inversement, puisque les échantillons contrastent entre eux.

Freitas (2020) dit que l’appréciation de la vie est une question qui influence le bien-être et augmente d’un tiers l’émission d’actions et de sentiments liés à : l’acceptation de soi, des relations sociales saines, le progrès personnel, la maîtrise de l’environnement et de l’objectif, en dépit d’augmenter très peu de satisfaction à l’égard de la vie ; différent de la tranquillité face à l’avenir, qui influence le bien-être et augmente encore significativement les facteurs émotionnels assertifs et la satisfaction de vivre, tandis que les émotions contre-productives diminuent lorsqu’il y a cette sérénité et ces sentiments. Il est à noter que Trentini, Xavier et Fleck (2006) disent que le degré de satisfaction est le concept médiateur de la qualité de vie en psychologie sociale.

Oliveira et al. (2020) concluent en disant que les personnes âgées vivant dans des ménages mono ou bi-générationnels montrent une plus grande satisfaction à l’égard de la vie que celles vivant dans des ménages tri-générationnels, qui, à leur tour, sont associés au sexe féminin, au veuvage et à plus d’enfants. L’échantillonnage des insatisfaits est compatible avec l’étude de Reiners et al. (2020).

Tableau 6 – Sentiment qu’il y a beaucoup de conflits et de malheurs dans la vie

Pessimisme F %
Je suis entièrement d’accord 13 36,11
Partiellement d’accord 11 30,55
Je suis plus d’accord que je ne suis pas d’accord 3 8,33
Je suis plus en désaccord qu’en accord 1 2,77
Partiellement en désaccord 3 8,33
Pas du tout d’accord 5 13,88
Total 36 100

Source : auteur.

On constate dans le tableau 6 qu’en ce qui concerne le sentiment qu’il y a beaucoup de conflits dans la vie, 36,11 % des personnes âgées sont Totalement d’accord, 30,55 % Partiellement d’accord et 13,88 % Totalement en désaccord. Il y a deux groupes de 8,33 % qui sont plus d’accord que pas d’accord et partiellement en désaccord. Seuls 2,77 % sont plus en désaccord qu’en accord.

Le test du chi carré a été appliqué pour vérifier s’il existe une différence de signification, résultant en xo2 = 6,09 et x2c = 11,07. On note également que n.g.l. = 5 et α = 0,05.

On note que 75% des participants volontaires conviennent qu’il y a beaucoup de conflits dans la vie, cette information est en contradiction avec les informations sur les questions religieuses obtenues dans les Tableaux 4 et 7, puisque les personnes âgées sont majoritairement satisfaites et heureuses.

Ces résultats sont également incohérents avec ceux du Tableau 5. Ceux-ci indiquent que 72,22 % des volontaires âgés sont totalement d’accord avec l’hypothèse selon laquelle ils sont épanouis et satisfaits de leur vie.

Il est valable de citer les propos de Panzini et al. (2007), qui disent que la religion peut démêler le but de la vie, permettre le bien-être et que la participation à des activités de cette nature peut être liée au bonheur.

Peut-être ce contraste est-il dû au fait que les personnes âgées reconnaissent qu’il y a intrinsèquement des moments d’agitation et de difficulté dans la longue vie, bien qu’elles se considèrent épanouies et satisfaites. Cependant, cette hypothèse n’a pas pu être étudiée plus avant, ainsi que d’autres raisons possibles de cette opposition.

Tableau 7 – Pleine réalisation en communion intime avec Dieu

Réussite F %
Je suis entièrement d’accord 29 80,55
Partiellement d’accord 4 11,11
Je suis plus d’accord que je ne suis pas d’accord 2 5,55
Je suis plus en désaccord qu’en accord 1 2,77
Total 36 100

Source : auteur.

On peut voir dans le tableau 7 que 80,55 % des sujets sont totalement d’accord avec l’affirmation selon laquelle ils ont une pleine réalisation lorsqu’ils sont en communion intime avec Dieu. Seulement 11,11 % sont partiellement d’accord et 5,55 % sont plus d’accord que pas d’accord. L’option la moins mentionnée était Je suis plus en désaccord qu’en accord, par 2,77 % des répondants. Les variables Partiellement en désaccord et Totalement en désaccord ont été éliminées car elles n’étaient pas mentionnées.

Il est à noter que xo2=0 et x2c=7,81 ; puisque le test du chi carré a été appliqué pour savoir s’il existe une différence statistiquement significative ; il a été constaté qu’il n’y a pas de différence statistiquement significative. Il convient également de noter que n.g.l. = 3 et α = 0,05.

Ces résultats sont similaires à ceux du Tableau 5, qui montre que 72,22 % des volontaires sont totalement d’accord avec la prémisse d’être satisfaits et épanouis dans la vie.

Bien qu’avec une curieuse différence de pourcentage entre les variables, on note que les résultats du Tableau 7 sont compatibles avec ceux du tableau 4, dans lequel 63,87 % des participants disent être en désaccord dans une certaine mesure avec la prémisse d’être insatisfaits lorsqu’ils prient seuls. Seulement 38,88 % disent Fortement en désaccord (qui est l’option qui contraste directement avec l’alternative Fortement d’accord, plus dans le tableau 7) d’une telle prémisse.

Les raisons pourraient être le manque de compréhension de la question (qui a été élaborée sous la forme d’une phrase négative par le questionnaire WHOQOL, qui, à son tour, est rare dans le langage populaire courant) au moment de la collecte des données ou par le la communion avec Dieu peut être associée à d’autres pratiques que la prière.

Orlando et al. (2008) disent que, quel que soit leur mode de vie, les personnes âgées prient à des fins diverses, telles que l’obtention de la paix, l’obtention de l’amour, la gratitude pour une faveur obtenue et pour la famille. Toutes ces demandes sont liées à l’état d’esprit de l’être humain, bien qu’indirectement (comme le bien-être d’un membre de la famille), il est donc douteux de négliger la pratique de la prière comme moyen de communion avec Dieu. Ainsi, soit certains participants n’ont vraiment pas compris la question (peut-être pour les raisons mentionnées ci-dessus), soit il existe une autre circonstance non observée qui a conduit les personnes âgées à opter pour une plus grande diversité d’alternatives (peut-être en raison du manque de profondeur apporté par la collecte de données instrument utilisé) , considérant que la question du Tableau 7 était moins ambiguë car il s’agissait d’une phrase affirmative.

CONCLUSION

En réponse à la question directrice sur la qualité de vie des personnes âgées qui travaillent, il a été remarqué que les travailleurs âgés ont différents degrés de satisfaction avec les aspects étudiés qui impliquent leur vie, selon leur propre perspective exprimée dans le matériel utilisé. Cependant, ils présentent une plus grande tendance à être satisfaits que insatisfaits dans la plupart des facettes étudiées, puisqu’ils ont montré une plus grande appréciation pour certaines d’entre elles (comme la religiosité).

Cet amalgame de satisfaction et d’insatisfaction soulève des questions particulières dans chaque facette observée, qui n’ont pas pu être investiguées puisque nous n’avons pas travaillé avec une méthode de collecte de données ouverte ou semi-dirigée qui pourrait approfondir l’analyse de chaque domaine. Cependant, des portes se sont ouvertes pour que ces questions problématiques puissent multiplier de nouvelles recherches qui prolongent voire complètent ce travail (par exemple : Le manque d’information quotidienne et d’accès aux loisirs de la part des personnes âgées est dû à un processus de ségrégation pratiqué par les famille ou résultant des heures consacrées au travail ?).

Ainsi, il est recommandé que d’autres recherches soient menées pour approfondir la qualité de certaines facettes de la vie des personnes âgées (en particulier celles qui étaient ambiguës, indéfinies ou hors hypothèses), y compris révéler le degré de satisfaction de certains aspects nouveaux. Le matériel utilisé était précis pour le travail de données quantitatives, mais peu flexible pour l’analyse qualitative, afin de laisser des détails dans la prospection d’informations tabulées corrélées avec la littérature consultée et entre elles. Il est également suggéré qu’une recherche similaire soit menée auprès de personnes âgées qui ne travaillent pas pour comparer les résultats entre ceux qui exercent de telles activités et ceux qui sont déjà à la retraite, car il peut être possible d’avoir des différences significatives dans les réponses dans certains cas. domaines.

De plus, on estime que cette contribution scientifique peut corroborer de sorte qu’il existe des questions sur la réalité vécue par de nombreuses personnes âgées qui travaillent et investissent dans l’amélioration de leur qualité de vie, en particulier dans les aspects abordés dans lesquels il n’y avait pas de prévalence de satisfaction.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

ARAÚJO, C. D. S. F. Aspectos religiosos do idoso. In: PETROIANO, A.; PIMENTA L. G. Clínica e cirurgia geriátrica. Rio de Janeiro, Guanabara, p.8-9, 1999.

COLALTO, R. M. C. Qualidade de vida na terceira idade. In: Universidade Camilo Castelo Branco. Monografia como pré-requisito de Trabalho de Conclusão de Curso de graduação em Psicologia – p. 49. São Paulo, 2002.

DE GÁSPARI, Jossett Campagna; SCHWARTZ, Gisele Maria. O idoso e a ressignificação emocional do lazer. Psicologia: Teoria e Pesquisa. Araras, nº 1, v.21, p.69-76, 2005. Disponível em http://www.scielo.br/scielo. Acessado em 31 de maio. 2021. ISSN 1806-3446. https://doi.org/10.1590/S0102-37722005000100010.

DINIZ, L. Espiritualidade e Arte Terapia. In: Arte Terapia Coleção Imagens da Transformação. Revista POMAR. Rio de Janeiro, nº 10, v.10, p.109-124, 2003.

FREITAS, Lucia Helena Walendy de. A influência do sentido da vida sobre o bem estar. Archives of Health. Curitiba, nº 1, v.6, p.432-447, 2020. Disponível em https://latinamericanpublicacoes.com.br. Acessado em 9 de junho. 2021. ISSN 2675-4711. https://doi.org/10.46919/archv1n6-006.

MARGAÇA, Clara; RODRIGUES, Donizete. Espiritualidade e resiliência na adultez e velhice: uma revisão. Fractal: Revista de Psicologia. Niterói, nº 02, v. 31, p.150-157, 2019. Disponível em http://www.scielo.br/scielo. Acessado em 7 de março. 2021. ISSN 1984-0292.  https://doi.org/10.22409/1984-0292/v31i2/5690.

OLIVEIRA, Maria Clara Gonçalves Monteiro de; SALMAZO-SILVA, Henrique; GOMES, Lucy; MORAES, Clayton Franco; ALVES, Vicente Pauo. Elderly individuals in multigenerational households: Family composition, satisfaction with life and social involvement. Estudos de Psicologia. Campinas. v. 37, p.1-11, 2020. Disponível em http://www.scielo.br/scielo. Acessado em 1 de junho. 2021. ISSN 1982-0275. https://doi.org/10.1590/1982-0275202037e180081.

ORLANDO, Cássia; DIAS, João Carlos; BRASIL, Ricardo Taveiros; ARAÚJO, Tiago Coelho; BURITI, Marcelo de Almeida. Religiosidade na dimensão biopsicossocial do sujeito idoso. In: Universidade São Judas Tadeu – USJT. Artigo apresentado no XIV Simpósio Multidisciplinar da USJT realizado em 2008. São Paulo.

PANZINI, Raquel Gehrke; ROCHA, Neusa Sica da; BANDEIRA, Denise Ruschel; FLECK, Marcelo Pio de Almeida. Qualidade de Vida e Espiritualidade. Revista de Psiquiatria clínica. São Paulo. v. 34, n. 1, p.105-115, 2007. Disponível em http://www.scielo.br/scielo. Acessado em 28 de janeiro. 2021. https://doi.org/10.1590/S0101-60832007000700014.

REINERS, Annelita Almeida Oliveira; AZEVEDO, Rosimeiry Capriata de Souza; CARDOSO, Joana Darc Chaves; ESPINOSA, Mariano Martinez; SANTANA, Aenne Zandonadi Rodrigues. Dissatisfaction with life and associated factors in older community-dwelling adults. Revista Brasileira de Geriatria e Gerontologia. Rio de Janeiro. v. 23, n. 6, p.1-9, 2020. Disponível em http://www.scielo.br/scielo. Acessado em 1 de junho. 2021. ISSN 1981-2256. https://doi.org/10.1590/1981-22562020023.190236.

SIMKUNAS, J. B.; ANJOS, K. C. Namoro na velhice: UM estudo sobre os relacionamentos amorosos. In: Universidade São Judas Tadeu. Trabalho de conclusão de curso – Curso de Psicologia, Núcleo de Psicologia Organizacional – p. 66. São Paulo, 2001.

TRENTINI, Clarissa Marceli; XAVIER, Flavio M. F.; FLECK, Marcelo Pio de Almeida. Qualidade de vida em idosos. In: PARENTE, M. A. M. P. Cognição e envelhecimento. Porto Alegre, Artmed (1ed), p. 19-20, 2006.

VELOZ, Maria Cristina Triguero; NASCIMENTO-SCHULZE, Clélia Maria; CAMARGO, Brigido Vizeu. Reflexões sociais do envelhecimento. Psicologia: Reflexão e Crítica. Porto Alegre, v. 12, nº 12, p. 470-501, 1999. Disponível em http://www.scielo.br/scielo. Acessado em 21 de setembro. 2020. https://doi.org/10.1590/S0102-79721999000200015.

ANNEXE – NOTE DE BAS

3. Certificado de Apresentação de Apreciação Ética – Certificat de présentation d’appréciation éthique.

[1] Master en sciences de l’éducation de la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’Université de Porto (FPCEUP) ; Master en Education et Formation des Adultes par la FPCEUP ; Psychologue et Licenciée en Psychologie de l’Université São Judas Tadeu (USJT).

[2] Spécialiste en psychologie du sport et de l’activité physique par l’Instituto Sedes Sapientiae. Psychologue et Licenciée en Psychologie de l’Université São Judas Tadeu (USJT).

Envoyé : Octobre 2021.

Approuvé : Novembre 2021.

5/5 - (1 vote)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

DOWNLOAD PDF
RC: 113232
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita
WeCreativez WhatsApp Support
Temos uma equipe de suporte avançado. Entre em contato conosco!
👋 Bonjour, Besoin d'aide pour soumettre un article scientifique?