REVISTACIENTIFICAMULTIDISCIPLINARNUCLEODOCONHECIMENTO

État nutritionnel des enfants et des adolescents atteints du syndrome de Down: une revue intégrative

DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!
Rate this post

CONTEÚDO

REVUE INTEGRATIVE

SONG, Berty Ru Ping [1], MANFREDI,  Paula [2], SOUZA, Isabel Fernandes de [3]

SONG, Berty Ru Ping. MANFREDI,  Paula. SOUZA, Isabel Fernandes de. État nutritionnel des enfants et des adolescents atteints du syndrome de Down: une revue intégrative. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 05, Ed. 11, vol. 19, p. 55-70. novembre 2020. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/nutrition-fr/etat-nutritionnel ‎

RÉSUMÉ

Introduction : L’obésité est une maladie chronique définie comme une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle due à un bilan énergétique positif. Cependant, l’épidémie est peu étudiée chez les personnes atteintes du syndrome de Down (SD). La population atteinte de SD est plus susceptible de développer l’embonpoint et l’obésité, atteignant un tiers à la moitié de la population. Objectif : Témoigner de la prévalence de l’embonpoint et de l’obésité chez les enfants et les adolescents atteints du syndrome de Down en dix ans (2009-2019). Méthodologie et résultats : Les articles ont été consultés du 3 au 28 août 2020, en consultant les bases de données PubMed, Scielo et LILACS. Sur les 473 documents récupérés, 13 études ont été incluses dans l’examen. Considérations finales : D’après les données recueillies dans cette étude, il a été possible d’identifier une prévalence alarmante de surpoids et d’obésité chez les enfants et les adolescents atteints de SD. Cette condition affecte des individus avec le SD sain et les comorbidités, des deux sexes indépendamment de l’âge et du degré d’incapacité.

Mots-clés: Syndrome de Down, obésité, état nutritionnel.

1. INTRODUCTION

L’obésité est une maladie chronique qui, selon l’Organisation mondiale de la santé, peut être définie comme une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle due à un bilan énergétique positif (OMS, 1998). Il peut être classé en fonction de l’indice de masse corporelle (IMC), du pourcentage de graisse corporelle (%BF), du rapport taille-hanche et de la bioimpédance électrique (BIA) (WRIGHT et al., 2008).

Au cours des dernières décennies, cette situation s’est accrue de façon alarmante, compromettant la santé et le bien-être des individus et, pour cette raison, l’obésité est devenue l’un des principaux problèmes de santé publique1. Cependant, l’épidémie est mal étudiée dans des populations spécifiques, telles que les personnes atteintes du syndrome de Down (THEODORO; BLASCOVI-ASSIS, 2009).

Le syndrome de Down (SD) est une condition génétique dans laquelle les individus ont un chromosome supplémentaire sur le par 21, de sorte qu’il est également connu sous le nom de trisomie 21. Il est considéré comme l’anomalie la plus fréquente chez l’homme affectant 1 naissance sur 700-1000 (KEY; CHAMPS; NAVARRO, 2012).

Des études indiquent que les enfants atteints de SD sont plus susceptibles de développer l’embonpoint et l’obésité, atteignant un tiers à la moitié de la population. Cette condition peut mener à d’autres problèmes concomitants de santé tels que des maladies cardio-vasculaires, la dyslipidémie, l’hypertension artérielle systémique (SAH), le syndrome obstructif d’apnée du sommeil (ASAS), entre autres. De plus, les enfants en surpoids et obèses ont un risque accru de devenir des adultes obèses (VAN GAMEREN-OOSTEROM et al., 2012; LORÍA; URRUTIA, 2009; RIMMER et al., 2009).

Les enfants atteints de SD ont des caractéristiques physiques et physiologiques inhérentes telles que l’hypotonie musculaire, les maladies cardiaques congénitales, l’hypothyroïdie, les dysfonctions auditives et visuelles, la diminution du taux métabolique basal et les changements gastro-intestinaux; en plus du retard de développement et de la déficience intellectuelle qui limitent la pratique des activités physiques. Cet ensemble de complications qui affectent directement et/ou indirectement les aspects nutritionnels, ajoutés à des habitudes alimentaires inadéquates favorise le gain de poids (MOURA et al., 2009; MOREIRA; EL-HANI; GUSMÃO, 2000; BULL, 2011).

Ainsi, le présent projet visait à mettre en évidence la prévalence de l’embonpoint et de l’obésité chez les enfants et les adolescents atteints du syndrome de Down en une décennie (2009-2019), sur la base d’un examen intégratif des études sélectionnées.

2. MATÉRIAUX ET MÉTHODES

Il s’agit d’un examen intégratif de la littérature, qui est l’une des méthodologies plus larges, qui consiste à mener une enquête bibliographique recueillant des données à partir de sources secondaires, afin de synthétiser les connaissances sur le même sujet (SOUZA; SILVA, États-Unis; OAK, 2010). Initialement, le thème de la recherche et la question du guide ont été définis : « Quelles preuves sont présentes dans le cadre théorique, d’une décennie (2009-2019), concernant la prévalence de l’embonpoint et de l’obésité chez les enfants et les adolescents atteints du syndrome de Down ? » et donc les descripteurs. L’hypothèse est que 10% sont obèses et 30% sont en surpoids.

Pour l’étude du matériel bibliographique, les articles ont été consultés du 3 au 28 août 2020, en consultant les bases de données PubMed, Scielo et Latin American and Caribbean Literature in Health Sciences (LILACS). Les descripteurs suivants et leurs combinaisons ont été utilisés en portugais et en anglais : « Syndrome de Down », « Obésité » et « État nutritionnel » (« Syndrome de Down », « Obésité » et « État nutritionnel »).

Les critères d’inclusion pour la sélection des matériaux étaient les suivants : études qui envisagent le problème, c’est-à-dire l’embonpoint et l’obésité chez les enfants et les adolescents atteints de SD; publié en portugais, anglais et espagnol; publications disponibles en totalité et gratuitement qui dépeignaient le thème abordé, publié et indexé dans les bases de données entre 2009 et 2019. Les articles en double qui présentaient des recherches en dehors du champ d’application de la recherche ou traitaient le syndrome de Down chez les adultes et les personnes âgées en éducation physique et en psychologie ont été exclus.

La recherche des bases de données a donné lieu à 473 documents. D’après la lecture des titres, il a été possible d’exclure 382 articles qui n’étaient pas du champ d’application de la recherche, sans avoir accès au matériel dans son intégralité et en double. Bientôt, un résumé des articles restants a été lu (n = 91). Cette lecture a permis l’exclusion de 73 autres articles qui n’abordaient pas spécifiquement le thème abordé (tableau 1).

Tableau 1. Articles supprimés après lecture de résumés

Zone ou thème de l’article Jeté Zone ou thème de l’article Jeté
Génétique 4 Nutrition (autres aspects) 7
Cancer 1 Lacunes générales 9
Hormones 7 Trouble du spectre autistique 2
Éducation physique 11 Médecine 3
Recommandations 10 Autres sujets 13
Famille 6 Total jeté : 73

Source: Berty Ru Ping Song

Après la lecture complète des 18 articles restants, 13 articles ont été intégrés à l’examen (figure 1).

Figure 1. Flowchart du processus de sélection des articles recherchés


Source: Berty Ru Ping Song

Les évaluations de la sélection des articles ont été faites par un seul chercheur. Sur les 13 études qui ont été incluses dans l’examen, douze (12) étaient fondées sur les descripteurs « Syndrome de Down » et « obésité » et une (1) dans le « syndrome de Down » et l’« état nutritionnel » comme le montre le graphique 1.

Tableau 1. Résultats de recherche

Termes Down AND Syndrome d’obésité / Syndrome de Down ET obésité SYNDROME DE Down ET obésité infantile / Syndrome de Down ET obésité pédiatrique Vers le bas et l’état nutritionnel
Base
PubMed Trouvé: 214

Exclus: 204

Total: 10

Trouvé: 52

Exclus: 52

Total: 0

Trouvé: 47

Exclus: 46

Total: 1

Scielo Trouvé: 41

Exclus: 40

Total: 1

Trouvé: 2

Exclus: 2

Total: 0

Trouvé: 29

Exclus: 29

Total: 0

LILACS Trouvé: 63

Exclus: 62

Total: 1

Trouvé: 3

Exclus: 3

Total: 0

Trouvé: 22

Exclus: 22

Total: 0

Source: Berty Ru Ping Song

3. RÉSULTATIS

La taille de l’échantillon 16 à 1 596 participants, soit 3 231 des 13 études incluses dans cette revue.

En ce qui concerne les pays d’origine, deux ont été menées au Brésil, deux en Irlande, deux aux États-Unis, deux au Chili, deux en Espagne, une aux Pays-Bas, une en Nouvelle-Zélande et enfin une au Costa Rica. Le nombre d’auteurs varierait de 2 à 12.

Les articles ont été organisés avec leur paternité/année, échantillon/type d’étude, méthodologie, objectifs et conclusions, selon le graphique 2.

Tableau deux. Caractérisation des études concernant la paternité/année, l’échantillon/type d’étude, la méthodologie, les objectifs et les conclusions

Paternité/ Année Échantillon/type d’étude Méthodologie Objectifs/orientation de l’étude Conclusions/Principaux résultats
Pierce M.; Ramsey, K.; Pinter, J.

(2019)

(n=412) Les taux d’obésité et de surpoids par groupe d’âge ont été calculés et des associations possibles avec des comorbidités communes ont été examinées à partir des bases de données. Le percentile moyen de l’indice de masse corporelle (IMC) et le changement de percentile de bmi par âge ont également été examinés. Évaluer les tendances de l’obésité et de l’embonpoint chez les enfants atteints de SD de l’Oregon. Au total, 23 % étaient en surpoids et 20,6 % étaient obèses. Le percentile d’IMC a augmenté avec le sexe féminin, l’âge et le percentile de taille pour l’âge.
Amo-Setién; et al.

(2019)

Étude transversale

(n=220)

L’indice de masse corporelle a été utilisé pour déterminer l’état nutritionnel, classé en quatre catégories selon les critères de l’International Obesity Task Force (IOTF): faible poids; poids normal; surpoids; Obésité. Déterminer la prévalence et les facteurs associés à l’embonpoint et à l’obésité chez les élèves des écoles d’éducation spécialisée. La prévalence de l’embonpoint et de l’obésité était de 40,9 %. L’obésité était plus fréquente chez les femmes (26,0 %) que chez les hommes (9,8 %).
O’ Shea; et al.

(2018)

Étude transversale

(n=61)

La taille et le poids de 61 participants âgés de 4 à 16 ans ont été mesurés. L’indice de masse corporelle (IMC) a été calculé et le pourcentage de graisse corporelle (%BF) a été mesuré à l’aide de l’analyse de la bioimpédance électrique (ADAC). Déterminer la prévalence de l’embonpoint et de l’obésité chez les enfants et les jeunes atteints de SD. Selon les calculs, 51,6 % des hommes et 40 % des femmes étaient en surpoids ou obèses, comparativement à 32 % et 14,8 %, respectivement, en utilisant %BF.
De la Piedra, M. J.; et al.

(2017)

Étude rétrospective

(n=218)

Le profil lipidique de l’échantillon a été évalué, obtenu au moyen d’essais en laboratoire. D’autres conditions ont été obtenues à partir des dossiers médicaux. Le diagnostic de dyslipidémie a été considéré selon les critères du National Institute of Heart, Lungs and Blood of the USA 2011. Décrire la fréquence de la dyslipidémie dans une population d’enfants et d’adolescents chiliens atteints de SD. Après avoir examiné les dossiers médicaux, 58,3 % avaient un certain type de dyslipidémie.
Bertapelli, F; et al.

(2016)

Revue de littérature

(n=45)

Une recherche a été effectuée à l’aide de bases de données. Sur un total de 4 280 études, nous avons inclus 45 articles de recherche originaux publiés entre 1988 et 2015. Examiner la prévalence de l’embonpoint et de l’obésité et ses déterminants chez les jeunes atteintes de SD. La prévalence combinée de l’embonpoint et de l’obésité varierait de 23 % à 70 % des études.
Basile, J. S.; et al.

(2016)

Revue rétrospective

(n=303)

Un total de 303 enfants âgés de 2 à 18 ans diagnostiqués avec SD ont été évalués. Évaluer si les enfants atteints de SD aux États-Unis sont plus à risque d’obésité. Sur les 303 personnes évaluées, 47,8 % étaient obèses, ce qui est nettement plus élevé que la population pédiatrique générale, qui avait un taux d’obésité de 12,1 %
Hoey, E.; et al.

(2016)

(n=131) Les données ont été recueillies au moyen de questionnaires; Enquête alimentaire de 4 jours et mesures du poids, de la taille et de la tour de taille. Examiner l’apport nutritionnel et le statut anthropométrique des personnes ayant une déficience intellectuelle. L’IMC moyen des participants était de 29,4 kg/m2 +/- 6,1, où 28,2 % étaient en surpoids et 46,8 % étaient obèses.
Jiménez, L.; et al.

(2015)

Étude transversale et descriptive

(n=79)

Le poids a été recueilli la taille et a également calculé leur IMC. Le diagnostic nutritionnel a été donné de l’IMC. Déterminer les taux d’embonpoint et d’obésité chez les élèves atteintes de SD. Les taux de surpoids et d’obésité selon SDM/2002, NCHS/2000 et OMS/2007 étaient respectivement de 43, 57 et 66%.
Bertapelli, F.; et al.

(2013)

(n=41) Neuf mesures anthropométriques ont été effectuées, la détermination du %BF et le traitement statistique. Évaluer la prévalence de l’obésité et de la topographie de la graisse corporelle chez les enfants et les adolescents des deux sexes atteints de SD. La plupart des individus ont eu la graisse corporelle excédentaire, et ceux-ci étaient supérieurs dans les femelles. Il a également été vérifié une concentration plus élevée de graisse dans la cuisse et un dépôt inférieur dans la région du biceps.
Van Gameren-Oosterom, H.B. M.; et al.

(2012)

(n=1596) Des données longitudinales sur la croissance ont été recueillies auprès d’enfants néerlandais atteints de SD nés après 1982. Évaluer les taux de prévalence de l’embonpoint et de l’obésité dans un échantillon national d’enfants néerlandais atteints de SD. L’évaluation a montré que 25,5 % des garçons et 32,0 % des filles étaient en surpoids, tandis que 4,2 % des garçons et 5,1 % des filles étaient obèses.
Loveday, S. J.; Thompson, J.; Mitchell, E. A.

(2012)

(n=77) Des données anthropométriques, une analyse de bioimpédance électrique (BIA) et une absorptiométrie à rayons X à double énergie (DXA) ont été recueillies auprès de soixante-dix enfants atteints de SD pour calculer %BF. Mesurer avec précision la graisse corporelle chez les enfants atteints de SD. Le %BF moyen était de 30,5 % pour les filles et de 22,5 % pour les garçons. Au total, 38% des filles et 23% des garçons étaient obèses selon des critères internationaux.
Marín, A. S.; Graupera, J. M. X.

(2011)

(n=39) La composition corporelle, le niveau d’activité physique, l’apport nutritionnel, les questionnaires validés et les paramètres biochimiques ont été estimés auprès de 38 personnes atteintes de SD. Évaluer l’état nutritionnel chez les jeunes adultes atteints de SD. Lors de la classification de l’IMC, 36,8 % étaient en surpoids (IMC : 25-29,9 kg/m2) et 36,8 % étaient obèses (IMC ≥ 30 kg/m2).
Loría, A. M.; Urrutia, A. R. G.

(2009)

(n=16) Des indicateurs anthropométriques, biochimiques et cliniques ont été évalués. Les habitudes alimentaires, le mode de vie et les aspects socioéconomiques ont également été pris en considération. Évaluer l’état nutritionnel des enfants atteints de SD de 7 à 14 ans. La plupart d’entre eux présentaient des signes d’obésité. De l’échantillon évalué, 80 % des participants avaient une hypertriglycéride et 73,33 % avaient un faible taux de cholestérol HDL. De plus, un faible niveau d’activité physique a été signalé.

4. DISCUSSION

4.1 PRÉVALENCE DE L’EMBONPOINT ET DE L’OBÉSITÉ

Le syndrome de Down est significativement associé à des taux plus élevés de surpoids et d’obésité, avec une moyenne de 26,70 % et 32,98 %, respectivement, chez les enfants et les adolescents des deux sexes. L’état nutritionnel de cette population peut être déterminé à partir de l’IMC, du %BF et du BIA (WRIGHT et al., 2008).

Par rapport à la population pédiatrique générale, il y a un taux d’environ deux fois plus élevé que l’embonpoint et l’obésité dans la population avec SD (DE LA PIEDRA et al., 2017; BERTAPELLI et al., 2013). Ce tableau clinique facilite le développement d’autres problèmes de santé, tels que les maladies cardiovasculaires, les dyslipidémies, l’ASAS, compromettant la qualité de vie des individus (LORÍA; URRUTIA, 2009; RIMMER et al., 2009).

Une étude a évalué la malnutrition due à l’embonpoint chez 79 élèves atteintes de SD en utilisant trois normes distinctes d’IMC pour l’âge : SDM/2002, NCHS/2000 et OMS/2007. Les taux d’obésité constatés étaient de 21,5 %, 34,2 % et 37,9 % pour les normes SDM/2002, NCHS/2000 et OMS/2007, respectivement. En outre, on a également observé que 60,8 % des élèves évalués avaient une nutrition inadéquate, ce qui est un facteur important pour expliquer l’embonpoint (JIMÉNEZ et al., 2015).

Bien que la période critique pour le développement de l’embonpoint et de l’obésité pendant l’enfance et l’adolescence ne soit pas encore définie, il est possible d’observer l’augmentation des taux de ces conditions à partir de l’âge de 2 ans (BERTAPELLI et al., 2016).

4.2 APPORT ALIMENTAIRE ET ACTIVITÉ PHYSIQUE

Un régime alimentaire est considéré comme sain lorsqu’il existe un équilibre entre tous les nutriments nécessaires, des macronutriments (glucides, lipides et protéines) aux micronutriments (vitamines et minéraux). Une nutrition adéquate est essentielle pour le bon fonctionnement du corps et pour une croissance et un développement sains, en plus de prévenir l’embonpoint et d’autres comorbidités associées. Ainsi, il est fondamental dans l’amélioration de la qualité de vie à la fois pour la population générale et aussi pour la population avec SD (VALLE, 2007).

Les personnes atteintes de SD présentaient des habitudes alimentaires déséquilibrées, avec de l’énergie, des fibres, du calcium, de la vitamine D, du folate et une consommation de vitamine E inférieure au niveau recommandé. Contrairement aux sucres, lipides et graisses saturées, il y a un apport supérieur à la quantité recommandée par cette population (HOEY et al., 2016; MARÍN; GRAUPERA, 2011).

Les aliments les plus consommés sont les pâtes, le pain avec de la confiture ou de bologne ou du beurre, le lait, le jus industrialisé, les fruits mélangés, les biscuits, les desserts, les boissons gazeuses, les farines et les tubercules. On observe que la consommation de viande, de fruits frais, de légumes et de légumes est faible, ce qui signifie une faible consommation de fibres, de produits phytochimiques, de vitamines et de minéraux (LORIA; URRUTIA, 2009).

En outre, les niveaux d’activité physique d’un tel groupe peuvent être considérés comme sédentaires, il n’est pas courant pour les enfants et les adolescents de faire de l’exercice en plus des tâches quotidiennes (marcher, courir autour de la maison, jouer, danser) (BERTAPELLI et al., 2013; LORIA; URRUTIA, 2009).

Le principal facteur de maintien d’un état nutritionnel eutrophique est une nutrition adéquate ajoutée à au moins une activité physique légère ou modérée. Lorsque ni l’un ni l’autre n’est effectué, les risques de surpoids et d’obésité sont augmentés et synchronement les risques d’autres pathologies aussi bien (HOEY et al., 2016; LORIA; URRUTIA, 2009; VALLE, 2007).

4.3 MEDIDAS ANTROPOMÉTRICAS

Selon la classification IMC, des valeurs comprises entre 25 et 29,9 kg / m² indiquent un surpoids et de 30 kg / m² à l’obésité (HOEY, 2017). Le% GC peut être obtenu à partir de plis cutanés ou de BIA (BERTAPELLI et al., 2013; LOVEDAY; THOMPSON; MITCHELL, 2012). Les plis cutanés les plus utilisés sont tricipital (DCT), bicipital (DCB), sous-scapulaire (DCSE), supra-iliaque (DCSI), abdominal (DCAB), cuisse (CX) et jambe (PE). La somme des 7 plis (∑ plis) est également utilisée (BERTAPELLI et al., 2013).

Tandis que l’IMC élevé et le %GC augmentent le risque d’obésité, la circonférence de taille détermine le risque pour des complications métaboliques (HOEY, 2017 ; MARÍN; GRAUPERA, 2011).

Pour déterminer la prévalence du surpoids et de l’obésité, 61 personnes entre 4 et 16 ans ont participé à une étude dans laquelle leur taille et leur poids ont été recueillis pour calculer l’IMC et la composition corporelle à l’aide du BIA. La classification de l’IMC a montré que 35,5% des garçons et 30,0% des filles étaient en surpoids et 16,1% des garçons et 10,0% des filles étaient obèses. Les résultats du% GC ont montré que 20,0% des garçons et 11,1% des filles étaient en surpoids et 12,0% des garçons et 3,70% des filles étaient obèses (O’SHEA et al., 2018) .

En 2016, Hoey et al. ont constaté que l’IMC masculin moyen était de 28,8 kg / m² et l’IMC féminin était de 30,2 kg / m². En les catégorisant, il a été observé que 2,4% de l’échantillon (n = 131) étaient en sous-poids, 22,6% eutrophes, 28,2% en surpoids et enfin 46,8% obèses (HOEY et al., 2016 ).

Par conséquent, on suppose que les mesures anthropométriques sont de bons paramètres pour montrer la prévalence du surpoids et de l’obésité dans la population avec DS (PIERCE; RAMSEY; PINTER, 2019; HOEY et al., 2016).

4.4 COMORBIDITIES

L’excès de graisse corporelle est associé à plusieurs comorbidités, telles que les maladies cardiovasculaires, la dyslipidémie, le SAOS, le diabète, entre autres (DE LA PIEDRA et al., 2017). Par conséquent, la population atteinte de DS nécessite des soins supplémentaires en raison des conditions cliniques (DE LA PIEDRA et al., 2017; BERTAPELLI et al., 2013). Certains ont d’autres pathologies comme l’hypothyroïdie, qui influence encore plus les taux de surpoids et d’obésité (VAN GAMEREN-OOSTEROM et al., 2012).

La quantité de graisse corporelle est proportionnelle aux niveaux de cholestérol total, LDL et triglycérides et inversement proportionnelle aux niveaux de HDL. Il est assez courant de noter que les enfants et les adolescents atteints de SD ont le HDL en dessous des valeurs de référence et des niveaux simultanément élevés de triglycérides (DE LA PIEDRA et al., 2017).

L’SAOS  est une obstruction des voies respiratoires pendant le sommeil, que ce soit complètement ou incomplètement. Déjà conscient de la prédisposition de la population au SD à l’obésité, il est important de souligner qu’il s’agit de l’un des plus grands facteurs de risque d’SAOS  (PIERCE; RAMSEY; PINTER, 2019; BASIL et al., 2016).

Dans une étude portant sur 303 patients, on a observé que 74,0 % avaient une certaine obstruction, la majorité (38,9 %) d’une manière plus légère. Toutefois, en ce qui concerne l’obésité, le risque augmente pour les obstructions modérées et graves (BASIL et al., 2016).

Par conséquent, il est conclu que le tableau de l’embonpoint augmente le risque de développer d’autres manifestations cliniques et, ensemble, peut compromettre la santé et la qualité de vie des enfants et des adolescents atteints de SD.

4.5 SEXE ET ÂGE

On sait que les deux sexes sont sensibles à l’embonpoint, qui est le facteur déterminant pour le risque d’obésité, cependant, le groupe féminin a présenté des taux plus élevés pour cela (AMO-SETIÉN et al.,, 2019; MARÍN; GRAUPERA, 2011). La prévalence de l’obésité pendait de 67,0 % à 88,0 % pour les groupes d’âge de 6 à 12 ans et de 13 à 19 ans, et peut être justifiée par la transition de l’enfance à l’adolescence (BERTAPELLI et al., 2013).

Bien que les taux d’embonpoint et d’obésité aient été considérés comme constants jusqu’à l’adolescence, une étude menée auprès de 77 familles a observé que chez les hommes, il y avait une valeur plus élevée de %BF avant l’âge de 12 ans. Pendant ce temps, les femmes ont montré des valeurs plus élevées de %BF après 12 ans (LOVEDAY; THOMPSON; MITCHELL, 2012).

Dans ce contexte, d’autres recherches sont nécessaires pour déterminer s’il existe effectivement une relation entre l’embonpoint et l’obésité et l’âge chez les enfants et les adolescents atteints de SD (VAN GAMEREN-OOSTEROM et al., 2012; LOVEDAY; THOMPSON; MITCHELL, 2012).

5. CONSIDÉRATIONS FINALES

Sur la base des données recueillies dans cette étude, il a été possible d’identifier une prévalence élevée de surpoids et d’obésité chez les enfants et les adolescents atteints de SD. Cette condition affecte des individus avec le SD sain et les comorbidités, des deux sexes indépendamment de l’âge et du degré d’incapacité.

Le facteur principal pour cette tendance du gain excessif de poids n’était pas concluant, parce que les combinaisons des changements métaboliques sont distinctes et individuelles. Certains déterminants probables sont une diminution du taux métabolique basal, de faibles niveaux d’activité physique et des habitudes alimentaires défavorables. Une surveillance précoce diminue le risque de développer de futures implications médicales.

La prédisposition à la prise de poids et les risques sanitaires qui y sont associés, combinées à la vulnérabilité de cette population, nécessitent des interventions efficaces afin d’éviter une aggravation des conditions physiques et physiologiques. Ainsi, l’inclusion de saines habitudes alimentaires réconciliant la pratique de l’activité physique est essentielle pour la santé et pour une meilleure qualité de vie de cette population.

Avec tout, l’obésité est un facteur de risque pour plusieurs autres comorbidités qui est accentuée chez les personnes atteintes de SD et peut être observée dès la petite enfance. Les plans d’intervention sont essentiels pour améliorer l’état nutritionnel et rétablir la qualité de vie.

6. RÉFÉRENCES

AMO-SETIÉN, F.; ABAJAS-BUSTILLO, R.; SARABIA-COBO; PARÁS-BRAVO, P.; LEAL COSTA, C., REDONDO-FIGUERO, C., BANDINI, L. (2019). Prevalence and factors associated with overweight and obesity among Spanish students attending special education schools. Journal of Applied Research in Intellectual Disabilities. 33. doi: 10.1111/jar.12679.

BASIL, JS; SANTORO, SL; MARTIN, LJ; HEALY, KW; CHINI, BA; SAAL, HM. Retrospective Study of Obesity in Children with Down Syndrome. J Pediatr. 2016 Jun;173:143-8. doi: 10.1016/j.jpeds.2016.02.046. Epub 2016 Mar 14. PMID: 26987801.

BERTAPELLI, F; PITETTI, K; AGIOVLASITIS, S; GUERRA-JUNIOR, G. Overweight and obesity in children and adolescents with Down syndrome-prevalence, determinants, consequences, and interventions: A literature review. Res Dev Disabil. 2016 Oct;57:181-92. doi: 10.1016/j.ridd.2016.06.018. Epub 2016 Jul 19. PMID: 27448331.

BERTAPELLI, Fabio et al . Prevalence of obesity and the body fat topography in children and teenagers with down syndrome. Rev. bras. crescimento desenvolv. hum.,  São Paulo ,  v. 23, n. 1, p. 65-70, 2013.

BULL, MJ; Committee on Genetics. Health supervision for children with Down syndrome. Pediatrics. 2011 Aug;128(2):393-406. doi: 10.1542/peds.2011-1605. Epub 2011 Jul 25. Erratum in: Pediatrics. 2011 Dec;128(6):1212. PMID: 21788214.

CHAVES, Aclesia Lima; CAMPOS, Cíntia Kátia; NAVARRO, Antonio Coppi. Relação da síndrome de down com a obesidade. RBONE-Revista Brasileira de Obesidade, Nutrição e Emagrecimento, v. 2, n. 11, 2012.

HOEY, E; STAINES, A; WALSH, D; CORBY, D; BOWERS, K; BELTON, S; MEEGAN, S; MCVEIGH, T; MCKEON, M; TRÉPEL, D; GRIFFIN, P; SWEENEY, MR. An examination of the nutritional intake and anthropometric status of individuals with intellectual disabilities: Results from the SOPHIE study. J Intellect Disabil. 2017 Dec;21(4):346-365. doi: 10.1177/1744629516657946. Epub 2017 Feb 7. PMID: 27402617.

JIMENEZ, Lily et al . Malnutrición por exceso: alta frecuencia de sobrepeso y obesidad en escolares chilenos con síndrome de Down. Rev. méd. Chile, Santiago, v. 143, n. 4, p. 451-458, abr. 2015.

LOVEDAY, SJ; THOMPSON, JM; MITCHELL, EA. Bioelectrical impedance for measuring percentage body fat in young persons with Down syndrome: validation with dual-energy absorptiometry. Acta Paediatr. 2012 Nov;101(11):e491-5. doi: 10.1111/j.1651-2227.2012.02821.x. Epub 2012 Sep 5. PMID: 22897200.

MADRIGAL LORIA, Alejandra; GONZALEZ URRUTIA, Ana Rocío. Estado nutricional de niños con Síndrome Down del Centro Nacional de Educación Especial de Costa Rica. Rev. costarric. salud pública,  San José ,  v. 18, n. 2, p. 72-78,  Dec.  2009.

MOREIRA, Lília MA; EL-HANI, Charbel N; GUSMAO, Fábio AF. A síndrome de Down e sua patogênese: considerações sobre o determinismo genético. Rev. Bras. Psiquiatr.,  São Paulo ,  v. 22, n. 2, p. 96-99,  June  2000.

MOURA, A. B.; MENDES, A.; PERI, A.; PASSONI, C. R. M. S. Aspectos nutricionais em portadores da Síndrome de Down. Cadernos da escola de saúde, Curitiba, p.1-11, 2009.

O’ SHEA, M; O’ SHEA, C; GIBSON, L; LEO, J; CARTY, C. The prevalence of obesity in children and young people with Down syndrome. J Appl Res Intellect Disabil. 2018 Nov;31(6):1225-1229. doi: 10.1111/jar.12465. Epub 2018 May 15. PMID: 29761882.

PIEDRA, MJ DE LA,; ALBERTI G, CERDA J, CÁRDENAS A, PAUL MA, LIZAMA M.  Alta frecuencia de dislipidemias en niños y adolescentes con Síndrome de Down. Rev. chil. pediatr. Santiago, v. 88, n. 5, p. 595-601, 2017 .

PIERCE, M; RAMSEY, K; PINTER, J. Trends in Obesity and Overweight in Oregon Children With Down Syndrome. Glob Pediatr Health. 2019 Apr 2;6:2333794X19835640. doi: 10.1177/2333794X19835640. PMID: 31044152; PMCID: PMC6446252.

RIMMER, JH; YAMAKI, K; LOWRY, BM; WANG, E; VOGEL, LC. Obesity and obesity-related secondary conditions in adolescents with intellectual/developmental disabilities. J Intellect Disabil Res. 2010 Sep;54(9):787-94. doi: 10.1111/j.1365-2788.2010.01305.x. Epub 2010 Jul 12. PMID: 20630017.

SOLER MARIN, A.; XANDRI GRAUPERA, J. Mª. Nutritional status of intellectual disabled persons with Down syndrome. Nutr. Hosp.,  Madrid ,  v. 26, n. 5, p. 1059-1066,  oct.  2011 .

SOUZA, Marcela Tavares de; SILVA, Michelly Dias da; CARVALHO, Rachel de. Revisão integrativa: o que é e como fazer. Einstein (São Paulo),  São Paulo ,  v. 8, n. 1, p. 102-106,  Mar.  2010 .

THEODORO, Luciana Rodrigues; BLASCOVI-ASSIS, Silvana Maria. Síndrome de Down: associação de fatores clínicos e alimentares em adolescentes com sobrepeso e obesidade. Psicol. teor. prat.,  São Paulo ,  v. 11, n.1, p. 189-194, jun. 2009.

VALLE, Janaína Mello Nasser. A formação dos hábitos alimentares na infância: uma revisão de alguns aspectos abordados na literatura nos últimos dez anos. Aps, Juiz de Fora, v. 1, n. 10, p.56-65, jun. 2007.

VAN Gameren-Oosterom, HB; van Dommelen, P; Schönbeck, Y; Oudesluys-Murphy, AM; van Wouwe, JP; Buitendijk, SE. Prevalence of overweight in Dutch children with Down syndrome. Pediatrics. 2012 Dec; 130(6):e1520-6. doi: 10.1542/peds.2012-0886. Epub 2012 Nov 12. PMID: 23147968.

WORLD HEALTH ORGANIZATION. Obesity: preventing and managing the global epidemic. Report of a WHO consultation on obesity in Geneva, 3-5, jun. 1997. Geneva: WHO, 1998.

WRIGHT, C.; SHERRIFF, A.; WARD, S. et al. Development of bioelectrical impedance-derived indices of fat and fat-free mass for assessment of nutritional status in childhood. Eur J Clin Nutr. 62210–217 (2008). https://doi.org/10.1038/sj.ejcn.1602714

[1] Étudiant de premier cycle en nutrition au Centro Universitário União das Américas. Stagiaire au Centre Spécialisé de Réadaptation IV (CER IV)..

[2] Conseiller d’orientation. Diplôme en nutrition. Master en vieillissement humain de l’Université de Passo Fundo. Professeur à l’University Center Union of the Americas – Foz do Iguaçu.

[3] Doctorat en sciences de l’ingénierie de production. Professeur du cours de physiothérapie. Conseiller en initiation scientifique. Union of the Americas University Center.

Soumis : novembre 2020.

Approuvé : novembre 2020.

Rate this post

Leave a Reply

Your email address will not be published.

DOWNLOAD PDF
RC: 72420
POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

SOLICITAR REGISTRO
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita
WeCreativez WhatsApp Support
Temos uma equipe de suporte avançado. Entre em contato conosco!
👋 Bonjour, Besoin d'aide pour soumettre un article scientifique?