REVISTACIENTIFICAMULTIDISCIPLINARNUCLEODOCONHECIMENTO

Revista Científica Multidisciplinar

Pesquisar nos:
Filter by Categorias
Administration
Administration navale
Agronomie
Architecture
Art
Biologie
Chimie
Communication
Comptabilité
cuisine
De marketing
Dentisterie
Déontologie
Droit
Éducation
Éducation physique
Environnement
Génie Agricole
Génie chimique
Génie de l’environnement
génie électrique
Génie informatique
Génie mécanique
Géographie
Histoire
Ingénierie de production
Ingénierie de production
l'informatique
Littérature
Mathématiques
Météo
Nutrition
Paroles
Pédagogie
Philosophie
Physique
Psychologie
Santé
Science de la Religion
Sciences aéronautiques
Sciences sociales
Sem categoria
Sociologie
Technologie
Théologie
Tourisme
Travaux Publics
Vétérinaire
Zootechnie
Pesquisar por:
Selecionar todos
Autores
Palavras-Chave
Comentários
Anexos / Arquivos

Marche athlétique: analyse du concept supposé non naturel du sport

RC: 69518
226
5/5 - (4 votes)
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!

CONTEÚDO

ARTICLE ORIGINAL

BERTOLINO, Cláudio Luis [1]

BERTOLINO, Cláudio Luis. Marche athlétique: analyse du concept supposé non naturel du sport. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 05, Ed. 06, Vol. 07, pp. 49-60. juin 2020. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/education-physics-fr/marche-athletique

RÉSUMÉ

La Marche athlétique, une course d’athlétisme, de mouvement cyclique issue de la marche ordinaire et hautement technique, qui fait partie du programme olympique depuis 1906, a également participé aux Championnats du monde d’athlétisme et aux Coupes du monde exclusives, porte en plus de ses propres difficultés l’attribut gênant de la modalité contre nature. Cet essai visait l’analyse comparative des principaux schémas de mouvement des marcheurs aux normes de deux groupes et de quatre autres épreuves d’athlétisme : courses d’endurance, courses de vitesse, saut en longueur, triple saut, lancer de fléchettes et 110m haies; a observé certaines caractéristiques et conséquences pour les segments corporels les plus demandés du praticien de chacun d’eux, ce qui a fait en sorte que certaines demandes mécaniques agressives produites par tous les essais ont été vérifiées et toujours supérieures à celles observées dans la démarche, d’où l’on peut conclure à l’impertinence de la propriété supposée qui lui est attribuée, ou qu’elle aurait un degré inférieur de contre nature par rapport à toutes les preuves analysées en l’espèce.

Mots-clés: Démarche athlétique, athlétisme, biomécanique.

INTRODUCTION

Les attributs d’un mouvement humain, sportif ou fonctionnel donné peuvent être les plus variés et dépendants de l’observateur, en fonction de leurs expériences et préférences. Une simple marche effectuée par un individu mature dans les capacités de coordination peut être considérée comme maladroite, déballée ou élégante à l’autre extrémité.

Parallèlement aux préférences, nous avons la biomécanique dans la régence de l’analyse de la cause et de l’effet du mouvement; dans le temps, aussi des disciplines importantes telles que l’anatomie, l’anthropométrie, la neurophysiologie, la physiologie, la biochimie, la psychologie, la physique, les mathématiques, entre autres, caractérisant ainsi la biomécanique comme un domaine de nature interdisciplinaire (Amadio et Serrão, 1999).

La Marche athlétique (figure 1) est une compétition d’athlétisme, des plus anciens participants aux Jeux Olympiques (Grèce – Jeux Olympiques intérimaires 1906) (Aquari, 2004) et l’athlétisme est considéré comme le sport roi aux Jeux et la base pour tous les autres, parce que là, sur la base de la physique, ses mouvements fondamentaux s’appliquent par ajustement et extension.

Figure 1 – Technique de démarche athlétique


Source: Objectifs (1990)

Malgré la proximité de la marche, le plus naturel des mouvements, contre nature a été au fil du temps la pire affectation à la Marche athlétique, qui a généré une méfiance à chaque étape de l’athlète marcheur, sous la forme de questions sur la sécurité orthopédique et le maintien de la course dans le programme olympique, et donc, nous avons un autre cas de diffusion d’informations défavorables non prouvées , ce qui renforce la conception attribuée à Goebbels: « Un mensonge raconté mille fois devient vrai ».

Il est difficile de connaître l’origine, sans fondement scientifique, d’une telle affirmation qui se propage encore, crée des effets négatifs sur la discipline et ses praticiens, mais qui a déjà provoqué quelques réactions défensives de la part des entraîneurs et des athlètes de la spécialité (CADA, 2014).

Les détracteurs de la Marche sont proches, généralement liés à l’athlétisme et loin de la neutralité; lorsque les dirigeants sportifs, créant des obstacles de toutes sortes à leur développement, et plus encore, au moment où ils n’allouent pas les ressources d’une manière égale à d’autres événements du sport (Sampaio, 2016), ainsi que dans la figure des entraîneurs non liés au sport, néanmoins, conjesuing sur les aspects techniques et la nature de leur mouvement.

Dans le bien de la vérité, il y a le grave problème de contrôle quant à la règle qui caractérise la marche: le contact ininterrompu avec le terrain (IAAF, 2016), l’aspect principal qui le différencie de la course, mais les problèmes d’arbitrage sont également présents dans le sport le plus populaire dans presque le monde entier, ainsi que dans de nombreuses autres modalités, et tous, y compris la marche , passer par le processus évolutif continu de la question.

Où la Marche athlétique s’est développée et a été établie jusqu’à présent, et d’où la stigmatisation du mouvement contre nature a été créée pour elle; l’athlétisme, sera également dans cet essai, le fournisseur des objets des analyses, la source d’établir des compétitions afin d’évaluer l’origine de l’attribut, par un débat basé sur qui ne peut définitivement caractériser la Marche athlétique que dans ce qu’elle est: modalité sportive olympique, caractéristiques et propres règles, sans marges pour le déplacer seul dans le domaine contre nature des mouvements sportifs, qui constitue l’objectif de cette étude , par l’analyse comparative des principaux schémas de mouvement des marcheurs aux modèles de deux groupes et quatre autres épreuves d’athlétisme, en observant les caractéristiques et les conséquences pour les segments de corps les plus demandés du praticien de chacun d’eux.

MÉTHODES

L’échantillon se composait de 02 groupes d’épreuves d’athlétisme : courses d’endurance et courses de vitesse, plus 04 épreuves d’athlétisme : saut en longueur, triple saut, lancer de fléchettes et 110 m avec barrières, et la comparaison entre la démarche et les épreuves d’échantillonnage s’est produite dans les principaux segments du corps impliqués dans tous, en observant les schémas techniques des mouvements. , adopté à l’échelle internationale (Atleticastudi, 1984; FIDAL, s.d.) d’envisager un rendement élevé.

Les quantités suivantes ont également été analysées : force d’impact, adaptations physiologiques et altérations morphologiques des athlètes de ces épreuves d’athlétisme, les comparant aux mêmes magnitudes du test de démarche par les modifications imposées par le processus d’entraînement systématisé, qui peuvent révéler non seulement des conclusions, mais aussi favoriser d’autres théories et interventions pour établir des degrés supposés de nature, ou l’absence de celui-ci dans les différents mouvements athlétiques et d’autres questions , en se souvenant que l’engagement du sport est à la performance, ou, le dépassement des limites.

RÉSULTATS

ANALYSE DES FORCES D’IMPACT

La force de réaction au sol vérifiée dans le système musculo-squelettique du praticien de la démarche athlétique à chaque étape a une valeur approximative de 1,35 x poids corporel (PC), tandis que la même valeur signifie 2,9 (Williams, 1985) et 3,5 x PC dans les courses d’endurance et de vitesse (Bruniera et Amadio, 1993) respectivement.

À l’extrême des charges dans l’articulation du genou sont les tests de saut en longueur, accusant 11,1 à 16,4 fois le PC (Hay, 1993), et dans le triple saut près de 22 x PC (Amadio, 1998). Les tendons et autres parties molles sont ainsi soumis à des charges proches des limites de stress.

ANALYSE DES MOUVEMENTS DANS CERTAINES RÉGIONS DU CORPS

Comme les quatre épreuves de saut d’athlétisme, les quatre épreuves du groupe de lancement visent également à surmonter l’action gravitationnelle et à s’appuyer sur des instruments désormais hautement technologiques pour son exécution. Dans l’épreuve du lancer de la fléchette (figure 2), on a observé une forte agressivité dans les régions intérieures du coude, qu’il n’y a pas de lanceur de fléchettes qui n’a pas d’écart de ses activités spécifiques par la douleur chronique en elle, et que la façon demandée est vraiment antiphysiologique (Santos; Fernandes; Massada et Massada, 2014). En plus du coude, les lanceurs de fléchettes sont également affectés de façon variable par des problèmes d’épaule, tandis que l’athlète en marche maintient un mouvement antérieur des bras fletidos sans surpoids (figure 3).

Figure 2 – Dardist au moment de la libération

Source: Tous les dessins (s.d.)

Figure 3 – Posture des bras du marcheur

Source: Damilano (1984)

Sans aucun doute, la région des hanches est la plus remarquée dans le mouvement de la Marche athlétique. La dynamique de l’axe latéral latéral de la hanche de l’athlète pendant la démarche décrit un mouvement circulaire de 360º dans le sens inverse des aiguilles d’une montre à ses extrémités, par la séquence alternée des déplacements antérieurs et supérieurs inférieurs de la même (figure 4). Le déplacement de cet axe dans le plan transversaux assure une plus grande amplitude de l’étape jusqu’à 25% (Deporte, 1987), et dans le plan frontal, limite la verticalisation du centre de gravité de l’athlète pendant la phase de propulsion, entre 01 et 04 centimètres.

Les pratiquants des courses d’obstacles de 110 mètres (figure 5) sont parmi ceux qui ont le plus besoin des articulations coxofemoral, quand ils exécutent des angles plus petits que 45º entre la cuisse de la jambe d’attaque et le tronc, en même temps qu’un enlèvement de la jambe de rebond qui produit un angle de 90º entre la cuisse et le tronc, dans l’acte de surmonter chacune des 10 barrières en moins de 0,5 secondes.

 Figure 4 – Action rotationnelle des hanches du marcheur


Source: La Torre; Visini (s.d.)

Figure 5 – Gammes des hanches de la barreirista

Source: Righi; Mannella (1984)

ADAPTATIONS PHYSIOLOGIQUES ET CHANGEMENTS MORPHOLOGIQUES

Adaptations coronaires : épaississement de la paroi ventriculaire de 15 à 20 % (Maron et Pelliccia, 2006) et agrandissement de la même cavité (Sharma, 2003) sont d’importants phénomènes physiologiques qui se produisent chez les athlètes d’explosion, et chez les bailleurs de fonds, dénomination pour les essais qui englobent la démarche athlétique.

Beaucoup d’autres adaptations physiologiques non apparentes et temporaires sont vérifiées dans les deux catégories d’athlètes, mais quand il s’agit de changements morphologiques en augmentant la masse musculaire, capable de générer de la force et de la vitesse et également imposée par le processus d’entraînement, celles-ci sont vérifiées dans les athlètes d’explosion, qui comprend les praticiens des courses de vitesse, des lancers et des sauts, étant de telles modifications permanentes.

DISCUSSION

L’athlétisme est la plus ancienne forme de sport organisé. Son ère moderne a eu lieu au début du 19ème siècle; il se compose de 24 épreuves masculines et 23 épreuves féminines, avec des divisions pour les courses, les sauts, les lancers, les marches et le combiné, et pour le terrain, l’athlétisme et la rue (IAAF, 2016).

Il existe de nombreux tests et une grande variété de mouvements spécifiques, mais seul le mouvement de la Marche athlétique reçoit la distinction désobligeante de contre nature, qui par définition est contraire aux lois de la nature, tandis que le naturel est produit par elle, d’où il est déduit que plus ou plus les modifications pour un produit donné, plus l’aspect naturel en elle.

Ce panorama continue de fixer de sérieux obstacles et risques pour le présent et l’avenir de la Marche; discréditer la remise en cause de son maintien dans le programme olympique. Côte à côte, la question de l’arbitrage, inhérente à la discipline, avec les recommandations du Comité de la Marche athlétique de l’IAAF (Association internationale des fédérations d’athlétisme) récemment remises au Conseil de l’IAAF dans la recherche d’une résolution (IAAF, 2019), et la question de la pecha « contre nature », abordée à l’heure actuelle, dans la recherche d’une position équitable pour la discipline dans l’esprit des gens.

Il semble pertinent de classer le mouvement de la Marche athlétique comme un entraîneur spécifique, après des changements vers la performance, à partir du mouvement naturel à travers le naturel adapté (Sant, 1996). Une telle condition peut être vérifiée dans plusieurs épreuves d’athlétisme, mais il semble que peu partent et restent avec un geste moteur comme ou plus proche du naturel que le Mars.

En outre, avec son origine dans les mouvements naturels, non seulement la démarche, mais toutes les épreuves d’athlétisme ont subi des changements, souvent profonds, chacun inlassablement étudié jusqu’à atteindre son meilleur niveau pour la course, le saut, le lancement ou la marche, dans le sens de fournir une meilleure performance et donc, s’adressant à la fois le mouvement thématique et d’autres, tels que l’anthropométrie, la physiologie et la psychologie , par exemple, et dans la perspective que les changements éloignent quelque chose de leur axe naturel, il s’avère que tous sont des produits pour la nouvelle fin, établissant une nouvelle originalité pour le mouvement.

La force d’impact au sol est l’un des principaux paramètres pris en compte pour l’évaluation de la sécurité orthopédique ou des risques de blessures dans les activités motrices orientées vers la santé ou le sport.

Pour affirmer alors que, les tests où l’homme atteint près de 9 mètres en un seul saut, et 18 mètres en trois sauts consécutifs, dans le but de surmonter la gravité, en présence de niveaux élevés d’impact sur le système musculo-squelettique en conséquence, sont des mouvements naturels et la démarche athlétique, par transfert, sans gravité contre-courant et sans produire d’impact élevé et des risques articulaires élevés , si c’est le cas, il peut être un non-sens.

Pour le lancer de la fléchette, un athlète prend de l’élan avec une course rapide de 35 mètres, pousse la mise en œuvre de la fibre de carbone de 800 grammes, qui sort de son emprise à 100 km/h et atteint 90 mètres (IAAF, 2017), circonstances possibles grâce aux demandes sévères dans la région du coude, et c’est à nous d’essayer de trouver des moyens de prévention qui contrebalancent ce geste techniquement faux et très agressif du point de vue fonctionnel (Santos; Fernandes; Massada et Massada , 2014).

Un athlète en marche remplit son parcours avec un mouvement antétéposterior des bras à travers les articulations des épaules, et des coudes fletidos en 90º, sans surpoids et conséquences pour ces quatre articulations. Si l’on compare du point de vue biomécanique et les conséquences potentielles de l’agressivité avec les régions mentionnées, entre le marcheur et le lanceur, on peut se demander lequel d’entre eux contribuerait à un mouvement avec un degré plus élevé de contre nature.

Compte tenu des particularités des mouvements de la région de la hanche pour les deux tests, on observe que les marcheurs les exécutent symétriquement, de façon répétitive pendant une longue période de temps, avec de petites amplitudes articulaires et basées sur la résistance musculaire, tandis que les barreiristas les exécutent de façon asymétrique, aussi répétitive, mais pour une courte période de temps, avec de grandes amplitudes articulaires et basées sur l’explosion musculaire. Malgré les exigences apparentes dans la région branchée des marcheurs et des bateliers, il n’y a pas les blessures typiques pour les deux tests, mais lors de l’analyse des amplitudes articulaires, de la vitesse de mouvement et de la force d’impact imposées pour les deux, des informations importantes peuvent être recueillies dans le sens d’une conclusion qui répond mieux aux mouvements des hanches, de la barreirista ou du marcheur. , sont plus proches d’un mouvement naturel.

Changements morphologiques apparents (Maron ; Pelliccia, 2006) et les athlètes permanents pratiquant la plupart des épreuves d’athlétisme, mais pas dans les marcheurs, ce qui indique que, du point de vue des plus naturels les moins modifiés, il ya une bonne raison de préserver le sport.

TRANSITION ET HÉRITAGE

À la fin d’une carrière sportive de haute performance, généralement relativement intense et courte, la vie continue, lorsqu’une phase de détrainement est immédiatement recommandée, ce qui peut durer jusqu’à 24 mois. C’est le déclin progressif des capacités acquises, à des niveaux compatibles avec les indicateurs de santé d’un organisme commun, et non plus celui qui a produit des valeurs compatibles avec le sport de compétition, il est temps de favoriser la restauration physiologique, structurelle et psychologique de l’individu, sans problèmes, de l’adapter à la nouvelle réalité, et une fois cette étape accomplie, le maintien de l’activité physique à d’autres niveaux et dirigé vers la santé sera au centre de l’attention.

La nature et la prédominance des stimuli auxquels les marcheurs sont soumis facilitent le nouveau processus, le détrainement, ainsi que le nouveau mode de vie physiquement actif, basé sur le conditionnement physique général (Raoni, 2012; Frómeta et Takahashi, 2004) et même conférer un certain avantage sur le sprinter, pichets et sauteurs, dans ce passage de l’athlète à l’après-athlète, quand ils peuvent maintenir leur activité sportive professionnelle en termes de mouvements spécifiques. Et qu’est-ce qui expliquerait mieux une telle facilité de transfert de l’athlète en marche dans un pratiquant commun de l’activité physique axée sur la santé, avec la possibilité de marcher, mais la proximité multilatérale de ce sport avec la nouvelle réalité où les éléments de l’activité physique loin de la vie quotidienne sont moins réalisables?

CONCLUSION

Il est sage de dire que le corps humain n’a pas été architecte aux extrêmes réalisés dans les sports de haute performance, à tel point qu’il est difficile d’atteindre l’excellence avec moins de 10 ans d’une systématisation ardue axée, avec des capacités innées et élargies, avec de nombreux ajustements et améliorations techniques, au prix de diverses blessures parfois avec séquelles et renoncement dans d’autres sphères de la vie. Par conséquent, nous avons remarqué, discuté, et discuté de la nécessité et de l’inergency des modifications dans divers domaines et pas seulement dans celui lié au mouvement de l’athlète, pour l’athlétisme et étendu à tous les sports, par conséquent, et même si seulement cette composante de la modalité a été analysée, à travers les arrangements pour répondre aux normes techniques observées comme plus profondes et avec un plus grand potentiel délétère pour les structures musculo-squelettiques des praticiens de deux groupes plus quatre épreuves d’athlétisme avant la Marche athlétique , je dirais déjà que nommer la modalité en question avant les autres comme contre nature est une idée non fondée ou du moins simpliste.

Contre nature aux yeux de certains semble encore hâtif et incohérent d’appeler la Marche athlétique et seulement elle, puisque dans le tamis de la science, où le sujet le plus d’intérêts, cela n’a pas été prouvé, et insuffisante parce qu’il peut délimité et propager des idées fausses et des comportements.

RÉFÉRENCES

AMADIO, Alberto Carlos. Análise Biomecânica do Salto Triplo – Introdução aos Princípios Fundamentais da Investigação e Análise do Movimento Esportivo. Revista Paulista de Educação Física, v. 2, n. 2, p. 17-20, 20 maio 1988.

AMADIO, Alberto Carlos; SERRÃO, Júlio Cerca. Introdução à Análise do Movimento Humano: Descrição e Aplicação dos Métodos Biomecânicos de Medição. Revista Brasileira de Fisioterapia, v. 3, n. 2, p. 41-45. 1999.

AQUARI, Sandro. Atletica – Le specialità: la marcia. disponível em: http://www.treccani.it/enciclopedia/atletica-le-specialita-la-marcia_%28Enciclopedia-dello-Sport%29/. Acesso em 4 abr. 2017.

BRUNIERA, Carlos Alberto Veiga; AMADIO, Alberto Carlos. Análise da Força de Reação do Solo para o Andar e o Correr com Adultos Normais do Sexo Masculino Durante a Fase de Apoio. Anais do V Congresso Brasileiro de Biomecânica. Santa Maria. 1993. p. 19-24.

CADA. Guia del Entrenador de Atletismo – Confederacion Argentina de Atletismo. Santa Fé, p. 53-70. 2014.

DAMILANO, Sandro. La Marcia. Atleticastudi – Centro Studi & Ricerche FIDAL. Roma, v. 2, n. 15, p. 171, mar-abr. 1984.

FRÓMETA, Edgardo Romero; TAKAHASHI, Kiyoshi. Guia Metodológico de Exercícios em Atletismo: Formação, Técnica e Treinamento. Porto Alegre: Artmed, 2004. 140 p.

HAY, J.G. Citius, Altius, Longius (Faster, Higher, Longer): The Biomechanics of Jumping for Distance. Journal of Biomechanics, v. 26, sup. 1, p. 7-21. 1993

IAAF. Competition Rules. disponível em: http://www.iaaf.org/about-iaaf/documents/rules-regulations#rules. Acesso em: 16 fev. 2017.

IAAF. Records & Lists. disponível em: http://www.iaaf.org/records/toplists. Acesso em: 21 maio 2017.

IAAF. IAAF Race Walking Committee Makes Key Recommendations For Future of the Discipline. disponível em: https://www.iaaf.org/news/press-release/race-walking-committee-recommendations. Acesso em: 03 mar 2019.

LA TORRE, Antonio; VISINI, Ruggero. La Marcia Agonistica. In: Il Manuale Dell’Istruttore. Roma, n. 5, v. 94, p. 77, set.-out.

MARON, Barry; PELLICCIA, Antonio. The Heart of Trained Athletes: Cardiac Remodeling and the Risks of Sports, Including Sudden Death. Circulation, v. 114 (15), p. 1633-44. 2006.

METAS – Comission Nacional del Deporte. Cidade do México, ed. esp., p. 13, out. 1990.

OLYMPIC GAMES. disponível em: https://www.olympic.org/athletics. Acesso em: 10 abr. 2017.

RAONI, P.T. Machado. Destreinamento Esportivo. In: RÚBIO, Kátia. (org.) Destreinamento e Transição de Carreira no Esporte. São Paulo: Casa do Psicólogo, 2012. p. 233-245.

RIGHI, Tito; MANNELLA, Giuseppe. Corse ad Ostacoli. Atleticastudi. Centro Studi & Ricerche FIDAL. Roma, v. 2, n. 15, p. 119, mar-abr. 1984.

SAMPAIO, Miguel. Daniela Cardoso: a Marchar Contra o Preconceito e a Caminho de Grandes Feitos. disponível em: https://www.jornaldeleiria.pt/noticia/daniela-cardoso-marchar-contra-o-preconceito-e-caminho-de-gr-2887. Acesso em: 15 jun. 2017.

SANT, Joan Rius. Medologia y Técnicas del Atletismo. 5ª ed. Barcelona: Paidotribo. 1996

SANTOS, Diogo M. et. al.. O Cotovelo do Dardista. Revista Medicina Desportiva, Porto, v. 5, n. 5, p. 16-19. set. 2014. Disponível em: http://revdesportiva.pt/files/PDFs_site_2014/5_Set/Rev_29_P16_19_Tema_3_Cotovelo_dardista_site.pdf. Acesso em: 20 jun. 2017.

SHARMA, Sanjay. Athlete’s Heart-Effect of Age, Sex, Ethnicity and Sporting Discipline. Experimental Phisiology, Cambridge, v. 88, n. 5, p. 665-669. set. 2003.

TUDO DESENHOS. Disponível em: https://www.tudodesenhos.com/d/lancamento-de-dardo. Acesso em: 11 jun. 2020.

WILLIAMS, Keith R. Biomechanics of Running. Exercise and Sport Science Reviews, Indianapolis, v. 13, ed. 1, p. 389-442, jan. 1985. Disponível em: https://journals.lww.com/acsm-essr/Citation/1985/00130/Biomechanics_of_Running.13.aspx. Acesso em: 22 jun. 2017.

[1] Spécialisé en formation sportive, diplômé en éducation physique.

Envoyé : Mai 2020.

Approuvé : juillet 2020.

5/5 - (4 votes)
Cláudio Luis Bertolino

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

SOLICITAR REGISTRO
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita