REVISTACIENTIFICAMULTIDISCIPLINARNUCLEODOCONHECIMENTO

Revista Científica Multidisciplinar

Pesquisar nos:
Filter by Categorias
Administration
Administration navale
Agronomie
Architecture
Art
Biologie
Chimie
Communication
Comptabilité
cuisine
De marketing
Dentisterie
Déontologie
Droit
Éducation
Éducation physique
Environnement
Génie Agricole
Génie chimique
Génie de l’environnement
génie électrique
Génie informatique
Génie mécanique
Géographie
Histoire
Ingénierie de production
Ingénierie de production
l'informatique
Littérature
Mathématiques
Météo
Nutrition
Paroles
Pédagogie
Philosophie
Physique
Psychologie
Santé
Science de la Religion
Sciences aéronautiques
Sciences sociales
Sem categoria
Sociologie
Technologie
Théologie
Tourisme
Travaux Publics
Vétérinaire
Zootechnie
Pesquisar por:
Selecionar todos
Autores
Palavras-Chave
Comentários
Anexos / Arquivos

Facteurs associés entre indice de masse corporelle et forme physique chez les adolescents entre 11 et 14 ans à Birigui/SP

RC: 121071
173
Rate this post
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!

CONTEÚDO

ARTICLE ORIGINAL

CARDOSO, Vinícius Felipe [1]

CARDOSO, Vinícius Felipe. Facteurs associés entre indice de masse corporelle et forme physique chez les adolescents entre 11 et 14 ans à Birigui/SP. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An. 07, éd. 02, vol. 05, p. 144-157. Février 2022. ISSN : 2448-0959, Lien d’accès : https://www.nucleodoconhecimento.com.br/education-physics-fr/masse-corporelle

RÉSUMÉ

Après le retour partiel des cours dans les écoles publiques de l’État de São Paulo, il a été visible de remarquer l’augmentation du poids corporel chez les élèves et l’inactivité physique, mesurée dans les cours d’éducation physique à Birigui/SP. Compte tenu de ce qui précède, cet article consiste en une recherche sur le terrain qui aborde la question suivante : le poids corporel que les étudiants ont acquis pendant la quarantaine est-il corrélé à leur rythme cardiaque respectif ? L’objectif général de ce travail était de vérifier une éventuelle corrélation entre l’Indice de Masse Corporelle (IMC) et la valeur de la fréquence cardiaque obtenue après un test de course de 50 mètres. La méthodologie appliquée était quantitative, transversale et explicative, dans laquelle les étudiants ont été mesurés leur taille, leur poids corporel – pour l’IMC – et leur fréquence cardiaque avant et après l’exercice. L’échantillon de recherche est constitué de 76 élèves de la 6e à la 8e année (entre 11 et 14 ans), correspondant à environ 1,6% du nombre total d’élèves de l’école primaire II de Birigui. Résultats : les caractéristiques de la composition de l’indice de masse corporelle sont liées à la fréquence cardiaque obtenue à la fin de l’exercice, mais avec des moyennes normales dans cette population, cependant, environ 6,84 % du total des adolescents interrogés sont inaptes, ou que c’est-à-dire qu’il n’y a pas d’activité physique en dehors de l’école, seulement dans les cours hebdomadaires d’éducation physique. Conclusion : on peut conclure que 5 élèves sur 76 sont physiquement inaptes à Birigui/SP.

Mots-clés : Retour à l’école , Inactivité physique , Mode de vie sédentaire.

INTRODUCTION

Le moment actuel que nous traversons, causé par le nouveau virus corona, appelé coronavirus du syndrome respiratoire aigu (Sras CoV-2), a commencé en 2019 en Chine et a été nommé coronavírus disease 2019 (Covid-19), dans laquelle a affecté la population mondiale, tuant des centaines de milliers de personnes. La période de quarantaine pendant l’épidémie de COVID-19 a affecté la qualité de vie, conduisant des milliers de personnes à développer ou à augmenter des troubles mentaux tels que la dépression, l’anxiété et l’obésité. (CARIA et al., 2021)

Il est visible de remarquer que les gens ont pris du poids, et cela s’est produit non seulement chez les adultes, mais aussi chez les personnes âgées et, en particulier, chez les enfants et les adolescents. Selon Bizuti et al. (2021), l’augmentation du nombre d’enfants et d’adolescents qui ont commencé à prendre du poids et à augmenter l’adiposité corporelle a atteint environ 50 %, c’est-à-dire que les enfants et les adolescents qui sont allés à l’école, ont suivi des cours d’éducation physique, ont joué au ballon pendant la pause, ils ont dû changer brusquement leur routine : les cours sont devenus en ligne, à distance à l’intérieur de leur domicile et, successivement, ils ont fini par passer plus de temps assis devant l’ordinateur, le téléphone portable, la télévision, ingérant des aliments plus industrialisés provoquant la sédentarité et l’obésité de ces étudiants.

Selon Laddu et al. (2020) les personnes souffrant d’obésité, de maladies cardiaques et de diabète sont les personnes les plus à risque d’avoir des problèmes avec la COVID-19. Des études menées par Popkin et al. (2021) montrent qu’un sujet obèse, lorsqu’il est contaminé par le COVID-19, peut présenter une série de dysfonctionnements métaboliques et immunologiques, l’inflammation du tissu adipeux étant potentialisée. Obligatoires, ces affections créent des dysfonctionnements pulmonaires avec risque d’autres comorbidités, telles que : risque de contracter une hypertension, un diabète de type II et une hyperlipidémie.

Dans les aspects liés à la santé, une grande importance a été accordée, parmi les composantes de la condition physique, à la Condition Cardiorespiratoire (CCR), car des niveaux élevés d’indicateurs CCR peuvent réduire le risque de mortalité causée par les maladies cardiovasculaires, qui sont fréquentes dans la population adulte. (GUEDES et BARBANTI, 1995)

Corroborant cela, Mohamed et Alawna (2020), affirment que l’entraînement aérobie améliore l’immunité globale de l’individu, augmentant l’immunité du système respiratoire (qui est la porte d’entrée du Sars CoV-2). En d’autres termes, en faisant de l’exercice, il y a une diminution de la réponse inflammatoire par la diminution de la protéine C-réactive, déclenchant la protection de la diminution de la fonction pulmonaire, entraînant la prévention et la diminution de la progression des effets du COVID -19 dans le système respiratoire.

Dans le cas des enfants et des adolescents, une éventuelle relation positive peut également être vérifiée, car des valeurs élevées des indicateurs cardiorespiratoires ont tendance à réduire les facteurs de risque de maladies cardiovasculaires, tels que l’obésité, l’hypertension artérielle, la résistance à l’insuline, entre autres (BOELHOUWER et Borges, 2008).

Peu de mouvements de personnes sont visibles dans les zones, les lieux et les centres sportifs et de loisirs de Birigui, État de São Paulo, en raison du manque de motivation du gouvernement municipal, de politiques globales et de la diffusion d’informations sur les raisons de pratiquer une activité physique et ses avantages.

En raison du temps sans la pratique de l’éducation physique par les élèves à distance, on constate que le problème de la sédentarité et de l’inactivité physique s’est aggravé, selon les données observées après le retour partiel des élèves à Birigui au second semestre 2021 tels que : les habitudes alimentaires hypercaloriques, le temps abusif devant la télévision, ou les jeux électroniques, sont des indicateurs du temps court du « corps en mouvement ».

La pertinence de cette étude est justifiée pour analyser et comprendre le problème de l’inactivité physique présent chez les étudiants, puisque l’augmentation du poids corporel est visible chez eux et le manque de motivation, de volonté et de volonté de pratiquer une activité physique pendant le moment de la pandémie, sachant que les maladies hypokinétiques, la sédentarité et les problèmes de santé sont acquis par le manque d’actions globales.

On peut mesurer que dans le domaine de l’Education Physique, de nombreuses études cherchent à identifier le niveau de « forme physique des jeunes et des adolescents pour tenter de maintenir et de promouvoir la santé par l’activité physique » (MOTA et al., 2002), sachant que « les technologies imprègnent la vie moderne, ce fait y contribue fortement » (GUEDES et GUEDES, 1995). Il y a donc isolement de facteurs essentiels pour les jeunes d’âge scolaire : la forme physique, principalement liée à la sédentarité, le temps libre et l’accès aux places disponibles pour l’exercice physique/sport/loisirs.

L’identification de ces attributs peut contribuer à la fois au maintien et à l’amélioration de la condition physique et de la qualité de vie. Cela se traduit par le fait que ceux qui sont plus actifs physiquement semblent avoir de meilleures relations avec leurs pairs, sont moins sujets aux maladies, supportent mieux la pression psychologique liée à l’environnement dans lequel ils vivent, entre autres « indicateurs de bonne santé » et qualité de vie influencée par l’activité physique ». (GONÇALVES et al., 2007)

Compte tenu de ce qui précède, cet article a pour question directrice : le poids corporel que les élèves ont acquis pendant la quarantaine est-il en corrélation avec leur rythme cardiaque respectif ? L’objectif général de cet article est de vérifier la corrélation possible entre l’Indice de Masse Corporelle (IMC) et la valeur de la fréquence cardiaque obtenue après une course de 50 mètres, dans laquelle l’objectif spécifique est : d’analyser les éventuelles inaptitudes physiques.

PROCÉDURES ET MÉTHODOLOGIE

TYPE D’ÉTUDE

La recherche a été menée avec un biais quantitatif, transversal, explicatif, aussi appelé nomothétique, qui, selon Gaya (2008, p. 54), correspond à des disciplines scientifiques qui ont une vision objective de la réalité, s’identifiant au monde de la nature et les phénomènes extérieurs au sujet de la connaissance. Elle se caractérise comme une étude de cas, selon Gil (2002, p. 42), car elle englobe nettement un ou quelques objets, visant le détail, l’explication et la robustesse du sujet observé.

Pour mener à bien cette étude, des articles ont été collectés sur l’activité physique liée à la santé pendant la pandémie de COVID-19. Parmi eux, on peut citer Caria et al. (2021), Laddu et al. (2020), Mohamed et Alawna (2020), Popkin et al. (2021) et Silveira et al. (2021), mettant en lumière l’objet de la « rentrée scolaire dans l’État de São Paulo, à Birigui ».

POPULATION ET ÉCHANTILLON

L’étude a été réalisée auprès d’un échantillon de 76 élèves (49 garçons et 27 filles) de la 6e à la 8e année (entre 11 et 14 ans) du système scolaire public de la ville de Birigui, État de São Paulo, qui correspond à environ 1,6 % du nombre total d’élèves de l’école primaire II.

INSTRUMENTS ET PROCÉDURES

Avant le début des tests, les étudiants ont été invités pour la première collecte de données, initialement informés du déroulement du test ; puis ils ont lu et signé le Terme Consciemment Libre et Informé, conformément à la Résolution n° 466, du 12 décembre 2012, se référant au comité d’éthique dans le domaine de la santé.

L’épreuve de course à pied de 50 mètres s’est déroulée sur un terrain couvert, avec un sol antidérapant. Les sujets devaient se déplacer d’un bout à l’autre, de manière à ce que leur chemin forme un « X », en une seule exécution. À la fin, la fréquence cardiaque a été mesurée en Battements Par Minute (BPM) à l’aide de l’oxymètre à DEL numérique G-TECH. La FCmax mesurée a été prédite par Tanaka et al. (2001).

Toutes les données ont été organisées dans des feuilles de calcul Microsoft Excel ® 2021 et le test non paramétrique de Kruskal-Wallis (p<0,05) a été utilisé pour vérifier les différences entre les résultats, le test de Mann-Whitney (p<0,05) pour identifier la normalité des données distribution des échantillons indépendants et le « test t », tous deux tests du logiciel Bioestat 5.3 ®.

RÉSULTATS ET DISCUSSION

Des données sur le poids et la taille ont été recueillies afin d’estimer l’Indice de Masse Corporelle (IMC) de ces élèves âgés de 11 à 14 ans. Le tableau ci-dessous montre la corrélation entre l’indice de masse corporelle des garçons et des filles, à travers l’analyse statistique indépendante de Mann-Whitney.

Tableau 1 – Statistiques entre l’indice de masse corporelle des garçons et des filles (Mann-Whitney)

Estatística entre Índice de Massa Corporal de meninos e meninas (Mann-Whitney)
Source : Élaboration de l’auteur, 2021.

On voit qu’il n’y a pas beaucoup de différence entre les résultats obtenus, où la médiane oscille, chez les garçons, avec un IMC de 18,73 – proche de ± 19, et chez les filles de 18,20 – proche de 18,5. On sait que, selon le tableau de l’IMC pour ce groupe d’âge, de nombreux élèves se situent dans la plage normale et normale (≥ z-score – 2 et ≤ z-score – 1)

Afin de répondre à la question directrice, les données des garçons et des filles ont été divisées afin de comparer les Battements Par Minute (BPM) avant l’exercice physique et après l’exercice, afin de corréler leurs valeurs maximales estimées respectives. Cette comparaison, sous forme de graphique visuel, se trouve immédiatement ci-dessous.

Graphique 1 – Comparaison entre BPM initial, final et estimé chez les garçons

Comparação entre BPM inicial, final e estimado em meninos
Source : Élaboration de l’auteur, 2021.

Parmi les valeurs obtenues, il est visuellement possible d’identifier que de nombreux élèves ont utilisé environ 80% à 91,4% de leur fréquence cardiaque maximale. Cela explique le niveau de difficulté de l’exercice pour certains ; plus régulièrement chez les étudiants sédentaires et obèses, corroborant Filgueira et al. (2021), qui relate la pertinence de l’activité physique et de la forme physique dans les groupes qui ont contracté la COVID-19. C’est-à-dire que ces élèves avaient un stimulus pour capter l’oxygène potentialisé, pour répondre aux besoins de l’exercice, comme on peut voir les nombres 10, 17, 24 et 31 dans le graphique 1.

De la même manière, il est possible d’identifier les élèves avec une certaine périodicité de pratique de l’activité physique, à partir de la plus petite variance entre le « BPM initial » et le « BPM final » (PEREZ, 2005) comme on peut le voir dans le tableau 2 ci-dessous, où il y avait une prédominance des efforts sous-maximaux (entre 70 et 84 % de la FCmax).

Tableau 2 – Échantillons indépendants du BPM initial estimé chez les garçons (test t)

Amostras independentes do BPM Inicial e Estimado em meninos (Teste t)
Source : Élaboration de l’auteur, 2021.

De même, mesuré avec des garçons, il a été possible d’avoir un échantillon considérable avec des filles, puisque toutes n’adhèrent pas à la pratique de l’exercice. Juste en dessous, le graphique nous montrera la comparaison entre le BPM de début, de fin (après l’exercice) et l’estimation de la fréquence cardiaque maximale chez les filles entre 11 et 14 ans.

Graphique 2 – Comparaison entre BPM initial, final et estimé chez les filles

Comparação entre BPM inicial, final e estimado em meninas
Source : Élaboration de l’auteur.

On peut voir que beaucoup (6) ont atteint près de 98,9% de leur Max BPM, alors qu’il n’en restait que 3 en moyenne. Ceci explique des études telles que Hallal et al. (2006), qui rapportent que les filles entre 10 et 12 ans sont plus désœuvrées en raison du manque de motivation de la part de l’environnement social (famille, école, communauté) pour la pratique physique, sportive ou activité physique d’intérêt commun, et l’utilisation exacerbée du téléphone portable pendant les cours et la vie quotidienne. En revanche, il y avait une plus petite variation par rapport aux données obtenues auprès des garçons du même groupe d’âge. Ci-dessous la moyenne entre échantillons indépendants avec « test t » chez les filles.

Tableau 3 – Échantillons indépendants de BPM initial estimé chez les filles. (test t)

Amostras independentes do BPM Inicial e Estimado em meninas. (Teste t)
Source : Élaboration de l’auteur, 2021.

Enfin, il faut comprendre les écarts entre les âges et les poids obtenus. On peut voir sur le graphique 3 que la moyenne entre eux est de 50 kg (ligne rouge, axe x) – erreur type > 9,98 et < 9,98. On en déduit que très peu d’élèves dépassent la valeur limite estimée (10) et les valeurs inférieures (9).

Graphique 3 – Échantillon d’âge et de poids

Amostra de idade e peso

Source : Élaboration de l’auteur, 2021.

Concrétisant la question directrice de cette recherche, la corrélation entre les battements cardiaques après l’exercice et son indice de masse corporelle respectif a été soulevée. Il faut préciser qu’il y a eu exclusion d’étudiants, et 40 étudiants n’étaient pas satisfaits des résultats de l’IMC précité et ont décidé, d’eux-mêmes, de ne pas poursuivre les tests. Par conséquent, le tableau ci-dessous se réfère à un petit échantillon (33) du groupe total interrogé (76).

Tableau 4 – Test de corrélation de la fréquence cardiaque et indice de masse corporelle – Coefficient de corrélation de Pearson

Teste de Correlação de batimentos cardíacos e Índice de Massa Corporal – Coeficiente de Correlação de Pearson
Source : Élaboration de l’auteur, 2022.

Compte tenu du public cible de cet article, il est clair qu’il est diversifié, étant le même appliqué chez les adolescents en bonne santé et même avec certains dysfonctionnements physiques dans le calcul de l’IMC. Cependant, on peut comprendre qu’il y ait eu une corrélation entre l’IMC et la fréquence cardiaque mesurée après le test proposé.

CONCLUSION

D’après les résultats et les discussions présentées dans ce travail, on peut conclure que les caractéristiques de la composition de l’Indice de Masse Corporelle (IMC) sont liées à la fréquence cardiaque obtenue à la fin de l’exercice, bien que présentant des moyennes normales dans ce cas population.

On peut conclure qu’environ 6,84% du total des adolescents entre 11 et 14 ans de cette unité scolaire de Birigui sont inaptes, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas d’activité physique en dehors de l’école, uniquement dans les cours hebdomadaires d’éducation physique, laissant libre l’hypothèse de l’utilisation irrationnelle des jeux vidéo et des jeux sur smartphone, qui peuvent être réalisés individuellement ou en petits groupes, par exemple.

En répondant à la question directrice, il est possible d’identifier que certains étudiants n’ont aucune corrélation avec le poids corporel et leur fréquence cardiaque respective, bien que la recherche trouve des étudiants souffrant d’inactivité physique, laissant de côté les facteurs possibles associés aux maladies cardiovasculaires et à l’obésité infantile.

De même, la recherche est limitée à 76 personnes et doit être interprétée avec prudence pour les autres publics, par conséquent, le niveau d’effort physique et l’intensité n’ont pas été contrôlés, laissant les volontaires libres d’éviter les ecchymoses lors de l’exécution.

RÉFÉRENCES

BOELHOUWER, ; BORGES, A. Aptidão física relacionada à saúde de escolares de 11 a 14 anos de Marechal Cândido Rondon – PR. Caderno de Educação Física e Esporte, Marechal Cândido Rondon, v. 4, n. 7, p. 19-30, 2008. Disponível em: <https://e-revista.unioeste.br/index.php/cadernoedfisica/article/view/1332>. Acesso em: 2 out. 2021.

CARIA, A. C. I. et al. Physical exercise effects on the brain during COVID-19 pandemic: links between mental and cardiovascular health. Fondazione Società Italiana di Neurologia, 2021. Acesso em: 06 out. 2021.

FILGUEIRA, T. O. et al. The Relevance of a Physical Active Lifestyle and Physical Fitness on Immune Defense: Mitigating Disease Burden, With Focus on COVID-19 Consequences. Front. Immunol., n. 12, fev 2021. Disponível em: <https://doi.org/10.3389/fimmu.2021.587146>. Acesso em: 18 jan 2022.

GAYA, A.; GARLIPP, D. Ciências do movimento humano: introdução à metodologia da pesquisa. Porto Alegre: Artmed, 2008.

GIL, A. C. Como Elaborar Projetos de Pesquisa. 4ª. ed. São Paulo: Atlas, 2002.

GONÇALVES, H. et al. Fatores socioculturais e nível de atividade física no início da adolescência. Revista Panamericana de Salud Pública, n. 22, p. 246-253, 2007. Disponível em: <https://www.scielosp.org/article/rpsp/2007.v22n4/246-253/>. Acesso em: 02 out. 2021.

GUEDES, D. P.; BARBANTI, V. J. Desempenho motor em crianças e adolescentes. Revista Paulista de Educação Física, São Paulo, v. 9, n. 1, p. 37-50, 1995. Disponível em: <https://www.revistas.usp.br/rpef/article/view/139415>. Acesso em: 10 out. 2021.

GUEDES, D. P.; GUEDES, J. E. R. P. Exercício físico na promoção da saúde. Londrina: Midiograf, 1995.

HALLAL, P. C. et al. Prevalência de sedentarismo e fatores associados em adolescentes de 10-12 anos de idade. Cadernos de Saúde Pública, Rio de Janeiro, p. 1277-1287, 2006. Disponível em: <https://doi.org/10.1590/S0102-311X2006000600017>. Acesso em: 22 nov 2021.

HUGHES, L. et al. Blood flow restriction training in clinical musculoskeletal rehabilitation: a systematic review and meta-analysis. British Journal of Sports Medicine, n. 51, 2017. Disponível em: <https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28259850/>. Acesso em: 11 set 2021.

LADDU, D. R. et al. Physical activity for immunity protection: Inoculating populations with healthy living medicine in preparation for the next pandemic. Progress in Cardiovascular Diseases, v. 64, p. 102-104, 2020. Disponível em: <https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0033062020300785>. Acesso em: 18 jan 2022.

MOHAMED, A. A.; ALAWNA, M. Role of increasing the aerobic capacity on improving the function of immune and respiratory systems in patients with coronavirus (COVID-19): A review. Diabetes Metab Syndr, n. 4, p. 489–496, ago 2020. Disponível em: <https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7186129/>. Acesso em: 18 jan 2022.

MOTA, J. et al. Níveis e padrão de actividade física quotidiana em crianças obesas sujeitas a um programa de treino. Endocri. Metab. Nutr., v. 10, n. 2, p. 01-09, 2002.

PEREZ, J. La Frequência Cardíaca em partido. Revista Abfutbol, Espanha, p. 75-79, 2005.

POPKIN, B. M. et al. Individuals with obesity and COVID-19: A global perspective on the epidemiology and biological relationships. Obes Rev., 2021. Disponível em: <https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32845580/>. Acesso em: 18 jan 2022.

SILVEIRA, M. P. et al. Physical exercise as a tool to help the immune system against COVID‑19: an integrative review of the current literature. Clinical and Experimental Medicine, p. 15–28, 2021. Disponível em: <https://doi.org/10.1007/s10238-020-00650-3>. Acesso em: 01 out. 2021.

TANAKA, ; MONAHAN , D.; SEALS , D. R. Age-predicted maximal heart rate revisited. Journal of the American College of Cardiology, v. 37, n. 1, p. 153-156, 2001. Disponível em: <https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0735109700010548>. Acesso em: 04 out. 2021.

[1] Diplômé en éducation environnementale et durabilité de l’UniCesumar ; diplômé en physiologie de l’exercice de FAVENI et spécialiste en gestion de l’environnement de UniCesumar. Diplôme de licence en éducation physique par FABI. ORCID : 0000-0001-7884-2695.

Soumis : Janvier 2022.

Approuvé : Février 2022.

Rate this post
Vinicius Felipe Cardoso

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

SOLICITAR REGISTRO
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita