Dermeval Saviani: Esquisse d’un éducateur brésilien critique

DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!
5/5 - (1 vote)
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
Email

CONTEÚDO

ARTICLE ORIGINAL

GODOY, Juliano Bernardino de [1], ASSIS, Rogério de [2]

GODOY, Juliano Bernardino de. ASSIS, Rogério de. Dermeval Saviani: Esquisse d’un éducateur brésilien critique. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 05, Ed. 05, Vol. 07, pp. 116-126. mai 2020. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/education-fr/educateur-bresilien

RÉSUMÉ

Il traite de l’article actuel de la vie et de l’œuvre de l’éducateur brésilien Dermeval Saviani, toujours vivant et né à l’intérieur de São Paulo, brésil. D’une famille modeste, Dermeval s’est démarqué par ses études, tant au Brésil qu’à l’étranger, connues et vénérées par les éducateurs pour sa contribution et sa pensée critique. Le philosophe et éducateur brésilien Dermeval Saviani aurait-il quelque chose à dire aux étudiants et aux éducateurs d’aujourd’hui, ou, à sa rencontre, n’y a-t-il qu’un modèle éducatif qui fait partie du passé ? Afin d’atteindre l’objectif proposé, sa biographie, ses œuvres et sa pédagogie critique historique ont été étudiées, atteignant ainsi les considérations finales. Nous avons essayé de montrer, de manière succincte, que bien plus que de connaître la pensée de cet éducateur, c’est reconnaître qu’une telle pensée et cette critique ne font aucunement partie de la collection culturelle éducative du passé, mais, bien au contraire, une telle pensée est bien vivante, tout comme le penseur lui-même et, par conséquent, met en lumière la réalité éducative brésilienne d’aujourd’hui en tant qu’opinion ancienne.

Mots-clés: Dermeval Saviani, philosophie brésilienne, éducation.

1. INTRODUCTION

Connaître la vie et l’œuvre de Dermeval Saviani, c’est connaître la vie et l’œuvre d’un homme simple et le domaine qui, contrairement à ses seuls parents alphabétisés, s’est démarqué par ses études, même en étudiant dans les meilleures universités brésiliennes et à l’étranger. Bien plus que cela, c’est de connaître la vie et l’œuvre de quelqu’un qui s’est démarqué laissant à tous ses lecteurs, en particulier les éducateurs, l’héritage d’une pensée très actuelle sur la réalité de l’éducation brésilienne. Cet article est divisé en sections suivantes : biographie, œuvres, pédagogie historique-critique, considérations finales et références. Bien sûr, l’article entier a son importance, mais on croit que la partie la plus pertinente est la pédagogie historique critique.

Face aux immenses défis éducatifs que le Brésil a traversés, la pensée de Saviani devient maintenant présente et toujours dangereuse, difficile. Dangereux et difficile pour le simple fait d’être critique. La critique est que le lecteur sait, bien qu’une partie du discours éducatif, n’a pas toujours été bien vu, ni dans le passé ni dans le présent. Il nous dira Saviani que lorsque l’on vit des moments de courbure du bâton et ici on peut penser aux nombreux mouvements éducatifs actuels et traditionnels ou traditionalistes, comme l’école sans fête, il ne suffit pas de laisser le bâton tranquille de sorte qu’il redresse, beaucoup plus que cela, il est nécessaire de le guérir de l’autre côté, c’est-à-dire, transformer la réalité dans laquelle il est immergé , pensez à l’éducation d’une manière différente.

2. BIOGRAPHIE

Dermeval a soixante-quinze ans. Il est né sur une ferme à Santo Antônio da Posse, le 25 décembre 1943, dans le district de Mogi Mirim, à l’intérieur de São Paulo. Cependant, il a été enregistré le 3 février 1944. Fils de travailleurs ruraux brésiliens et petit-fils d’immigrants italiens. En 1948, la famille de huit enfants s’installe dans la capitale São Paulo, devenant des ouvriers travaillant dans les usines de la ville. Les parents de Dermeval n’avaient pas la pratique de l’école. Ils étaient encore alphabétisés. Mais c’était une exception. Saviani a eu l’occasion d’étudier dans des séminaires, à temps plein. Selon Batista et Lima (2012, p. 2), chercheurs de Saviani, « il a eu l’occasion d’étudier dans des séminaires, où il a étudié jusqu’au début de ses études universitaires, acquérant une solide formation et un engagement envers les subordonnés.

En 1951 et 1954, Dermeval fréquente l’école primaire dans un groupe scolaire, situé dans un hangar en bois à la périphérie de São Paulo. En 1954, il commence bientôt son ancien cours de junior à São Paulo. Mais plus tard cette année-là, il s’installe avec sa famille à Cuiabá, où il poursuit ses études, fréquentant l’ancien gymnase du Séminaire Nossa Senhora da Conceição de 1956 à 1959. En 1960, il a suivi un cours de lycée, aujourd’hui lycée, à Campo Grande, une ville prospère du sud du Mato Grosso, aujourd’hui capitale du Mato Grosso do Sul. En 1962, il commence ses études philosophiques au Grand Séminaire d’Aparecida do Norte, à São Paulo. En 1963, il quitte le séminaire, après beaucoup de réflexion, à la recherche d’une définition de la vie avec les prêtres les plus expérimentés, convaincu que son choix de vie et de travail devrait aller dans un autre sens.

En 1964, il retourne à São Paulo. Étant là, il a transféré son cours de philosophie au PUC São Paulo, où il l’a terminé en 1966. Pour subvenir à ses besoins financiers et aider la famille, Dermeval Saviani est allé travailler chez Banco Bandeirantes do Comércio jusqu’en décembre 1975. Dans le même temps, il a lancé un appel d’offres pour l’approbation de la Banque de l’État de São Paulo, ce qui lui a permis de couvrir les frais d’études, de transport, de nourriture et même d’aider la famille.

En 1967, déjà titulaire d’un baccalauréat et diplômé en philosophie, il a été professeur de pédagogie au PUC-SP et a enseigné la philosophie et l’histoire de l’art dans un collège d’État, et l’histoire et la philosophie de l’éducation à l’École normale du Collège de Sion. En 1968, il quitte la banque pour se consacrer entièrement à l’enseignement. Il a obtenu son doctorat en sciences humaines : philosophie de l’éducation, à la Faculté de philosophie, de sciences et de lettres de São Bento, PUC-SP. Dans cette même institution, il a contribué à la création du Programme de maîtrise en philosophie de l’éducation. Dans Batista et Lima (2012, p. 5), on peut lire ce qui suit :

Saviani, en tant qu’étudiant au PUC-SP, a participé à la lutte étudiante, se tenant ouvertement pour défendre le socialisme, étudiant et défendant les idées marxistes. Ses parents et ses frères et sœurs étaient des travailleurs, participant activement à la lutte ouvrière, tandis que Saviani participait aux luttes étudiantes. Ce militantisme a contribué au renforcement des convictions sur la nécessité d’une transformation de la société.

Au PUC-SP, Saviani a participé au militantisme étudiant jusqu’à l’extinction des organes de représentation des étudiants en novembre 1964, déjà dans le cadre du coup d’État civil militaire. Il est important de souligner que le militantisme de Saviani n’a pas nui à son dévouement aux études et au travail dans les disciplines de premier cycle. Même dans la préparation du doctorat, sans bourse ni renvoi, son attention aux études et à la recherche ne lui a pas permis d’assouplir sa préparation aux cours, la correction du travail des étudiants, les tests, et en même temps, les lectures et les écrits de la thèse, achevée en 1977. Dans sa thèse de doctorat intitulée « L’éducation brésilienne : structure et système », Saviani exprime le souci d’une éducation de qualité, accessible à tous et garantie par un système éducatif national.

Rétroactif un peu dans la trajectoire de Saviani, en juillet 1966, alors qu’il était encore étudiant en quatrième année de philosophie, le professeur Joel Martins a repris la chaire de philosophie de l’éducation pour le cours de pédagogie au PUC-SP et a indiqué Saviani comme moniteur, commençant ainsi sa carrière en tant qu’enseignant. Après avoir défendu sa thèse de doctorat, il a également commencé à travailler à PUC-SP en tant que professeur de doctorat en éducation. Il a également travaillé à l’Université fédérale de São Carlos, dans le programme d’études supérieures. Il a également amélioré ses études à l’étranger : France, Italie et Allemagne. En 1980, il rejoint UNICAMP où il reste encore aujourd’hui professeur collaborateur. Il est inclus dans son programme d’études qu’il a participé à la fondation de l’ANDES, l’Association nationale de l’éducation et a été un partenaire fondateur de l’ANPED, l’Association nationale de l’éducation et de la recherche dans l’éducation et le CEDES – Centre pour l’étude de l’éducation et de la société.

En 1986, il a terminé son enseignement gratuit dans le domaine de l’histoire de l’éducation, à la faculté d’éducation de l’UNICAMP. En plein exercice de sa profession, Saviani ne se reposa pas. Toujours en 1986, il crée le Groupe d’étude et de recherche sur l’histoire et la société et l’éducation au Brésil. Entre 1989 et 1992, il a coordonné le programme d’études supérieures à l’UNICAMP. Considéré comme un philosophe de l’Éducation et / ou Pédagogue de la «pédagogie dialectique» qu’il a appelé «Pédagogie historico-critique (MARSIGLIA; CURY, 2017). Dermeval s’est marié en 1984 et en 1988 il a eu Benjamin, à qui il a voué une affection paternelle aussi intense que son dévouement à l’enseignement et à la production scientifique et pédagogique. Dans l’édition commémorative du 25e anniversaire du livre «Escola e Democracia», Saviani a écrit la dédicace suivante: «Pour Benjamin, en espérant que les enfants de sa génération pourront étudier dans une école véritablement démocratique».

Dermeval était convaincu de la nécessité de développer une proposition pédagogique qui ferait face à des pédagogies conservatrices. Une sorte de pédagogie «de gauche», confrontée à la pensée réactionnaire de l’éducation actuelle. La première tentative de systématisation de sa conception pédagogique a été exprimée dans un article intitulé «L’école démocratique au-delà de la courbure du bâton», publié en 1982 dans le magazine ANDE n ° 3. En 1983, l’École du livre et la démocratie a été lancée et ce texte a été ajouté à lui. Dès lors, une nouvelle pédagogie critique non reproductive a commencé à prendre forme, la pédagogie «Critique historique», comme Saviani lui-même l’appelait (2008, p. 140-141).

[…] l’expression Historique-Critique traduit d’une manière pertinente ce qui était pensé. Ainsi, l’expression « historique-critique, d’une certaine manière, était opposée à critique-reproductive. Il est critique comme celui-ci, mais contrairement à il n’est pas reproductible, mais enraciné dans l’histoire. C’est comme ça que l’expression a vu le jour. Depuis 1964, j’assouplis cette nomenclature pour le courant pédagogique que j’essaie de développer.

Conscient de l’importance d’une compréhension large de l’histoire de l’éducation, Saviani a commencé à élaborer une étude qui a réuni à la fois la contribution des érudits et la sienne. Il offre aux étudiants, aux enseignants et aux chercheurs une ressource qui leur permettrait d’aborder l’éducation dans son ensemble, depuis ses origines jusqu’à nos jours. Produire à partir de là le livre « Histoire des idées pédagogiques au Brésil [3]». L’émergence de cette pédagogie historiquement critique est née dans un contexte de forte répression militaire, marquée par des menaces, des persécutions, des prisons, de la torture et des pressions militaires, des assassinats de dirigeants sociaux, politiques, religieux et intellectuels. C’est dans la lutte sociale contre la répression militaire et ses aspects éducatifs, avec les grèves du travail, dans les syndicats et les églises que Saviani a forgé sa contribution à l’éducation brésilienne, développant une théorie de l’éducation axée sur la société populaire et la classe intellectuelle.

3. CONSTRUCTION

Dermeval Saviani ne garde pas seulement pour l’académie ou pour sa connaissance ce qu’il a produit ou acquis et perfectionné des autres. Il est prodigue dans la socialisation du savoir et sa diffusion publique, qu’il a soulevée pour ses études, lectures, réflexions, congrès, travail de groupe, etc. Le mécanisme de diffusion des connaissances qu’il employait a pris forme à partir de la publication dans des livres, magazines, conférences, articles, séminaires, débats et autres. Parmi les livres publiés les plus robustes consacrés à l’éducation et à la pédagogie se distinguent :

  • « L’école et la démocratie. » Il y expose la tentative de systématiser sa conception pédagogique et sa connaissance systématisée comme instrument de compréhension de la réalité;
  • Dans la même ligne pédagogique, il publie : « Histoire des idées pédagogiques au Brésil ». Prochaine « Pédagogie historique-critique, première approche » et, également en 2009, « Education: From Common Sense to Philosophical Consciousness ». Enfin, en 1984, il publie « Ensino Público e Um Falas Sobre Universidade ».

4. PÉDAGOGIE CRITIQUE HISTORIQUE

La pédagogie historique critique, formulée par Dermeval Saviani, apparaît, au Brésil, comme une réponse au besoin d’une théorie de l’éducation qui permettrait une analyse critique de l’éducation à partir de la société concrète dans laquelle nous vivons. C’est un instrument important pour provoquer le processus d’émancipation humaine, en particulier parmi les couches populaires. Il fournit, encore plus, une vision critique de la société capitaliste. La pédagogie historique critique est alignée sur une conception pédagogique transformatrice qui la place à l’opposé des tendances postmodernistes qui conduisent à la dévalorisation des connaissances humaines systématisées. Dans Escola e Democracia (2009), Saviani défend la connaissance systématisée comme instrument de compréhension de la réalité. Avec cette connaissance, les classes subordonnées trouvent les conditions pour défendre leurs intérêts.

La dévaluation du contenu, croyant en la capacité des élèves à choisir les méthodes de recherche, a vidé l’école de la méthode de connaissances systématisées. Cette proposition a été lancée comme une critique de la méthode traditionnelle, faisant valoir qu’il s’agissait d’une méthode scientifique, dogmatique, médiévale, comme le note Saviani (2009, p. 42): « l’enseignement traditionnel proposait de transmettre les connaissances obtenues par la science, donc déjà comprises, systématisées et incorporées dans la collection culturelle de l’humanité ». La pédagogie historique-critique ne défend pas la pédagogie traditionnelle comme la meilleure option pour la transformation de l’être social, cependant, elle avertit que les méthodes scolaires-noivistes ont été remplies d’arguments attaquant une proposition qui, en termes d’ordre démocratique, a gardé à ses essences dans une plus grande condition pour amener le sujet à la connaissance existante et produite par l’humanité au fil du temps, comme auluded Batista et Lima (2012).

Saviani a osé, dans les temps sombres de l’histoire, présenter une proposition pédagogique et éducative qui a échappé à la mode scolaire-noviste et remis en question, en même temps, les œils pédagogiques conservateurs sans capituler au reprodutivisme. Dans ce contexte, Saviani présente à la société une théorie critique de l’éducation, basée sur le matérialisme historique-dialectique. Batista et Lima (2012), analysant le travail de Saviani, ont mis en évidence quelques étapes pour développer une pédagogie historique critique, la comprenant comme une éducation révolutionnaire. Ces étapes se trouvent à Saviani (2009, p. 64):

La pratique sociale : point de départ de la pratique éducative, est commune aux enseignants et aux élèves. Tenir compte du fait qu’il existe une différence dans la compréhension de la pratique sociale. La compréhension de l’enseignant est synthétique et implique une certaine articulation des connaissances et des expériences.

Problèmeatisation : c’est la ligne directrice du contenu qui sera travaillée, l’identification des principaux problèmes de la pratique sociale. Par conséquent, quelles connaissances sont nécessaires pour maîtriser.

Instrumentalisation : il s’agit de s’approprier les instruments théoriques et pratiques nécessaires pour surmonter les problèmes détectés dans la pratique sociale.

Catharsis : c’est une conception gramiscienne de l’élaboration supérieure de la structure sans superstructure dans la coexistence humaine. Acquérir les instruments de base : le temps est venu d’une expression plus élaborée de la compréhension de la pratique sociale.

Pratique sociale : point d’arrivée de la pratique éducative, loin de la pratique sociale dont il est parti, le chemin pris a permis à l’enseignant de conduire l’élève au point de problematisation et d’instrumentalisation dans lequel il est lui-même dans l’approche du contenu. La méthode devient pratique.

Il est donc entendu que la méthode devient une pratique qui doit soutenir la transformation de l’enseignant lui-même alors que le contenu, à son tour, doit être incorporé dans la pratique sociale de l’élève, loin du bon sens, nourrie par la conscience philosophique. Dans l’adage de Saviani (2009, p. 65):

A ce stade, en même temps que les élèves montent au niveau synthétique dans lequel, en supposant, on sait déjà que l’enseignant était au point de départ, réduit la précarité de la synthèse de l’enseignant, dont la compréhension est de plus en plus organique. Cette élaboration au niveau de l’enseignant est essentielle pour comprendre la spécificité de la relation pédagogique. Ainsi, le moment cathartique peut être considéré comme l’aboutissement du processus éducatif, puisqu’il est effectué, par la médiation de l’analyse effectuée dans le processus d’enseignement, la transition de la syncrésie à la synthèse.

Autour de là, Saviani se révèle comme un chercheur philosophique lié à l’Éducation travaillant un ensemble qui est achevé dans la pensée sociale, avec des luttes sociales et toujours dans la défense d’une société juste et égalitaire. Depuis 1984, Dermeval Saviani développe une nouvelle modalité de pédagogie : la « pédagogie historique-critique ». Non satisfait des pédagogies non critiques, comme la tradition vient avec des propositions pour une nouvelle pédagogie, représentée par « escolanovismo », pédagogie technique et théories critiques-reproductives, Saviani crée une pédagogie plus complète, plus actuelle, plus complète, totalisant ce qu’il appelle la « pédagogie historique-critique ». Dans son ouvrage « L’école et la démocratie » est une introduction à cette pédagogie. Dans ce livre, Saviani décrit déjà quelques lignes directrices de sa nouvelle proposition pédagogique.

Déjà dans le premier chapitre présente une synthèse des principales théories de l’éducation, couvrant les théories non critiques (pédagogie traditionnelle, pédagogie nouvelle et pédagogie technique) et les théories critiques reproductives (théorie scolaire comme violence symbolique, théorie scolaire comme appareil idéologique de l’État et théorie de l’école dualiste. Ces théories ont déjà été représentées comme quelque chose sur le chemin du dépassement et la nécessité d’une proposition pour une théorie critique de l’éducation qui sera la pédagogie qui sera la pédagogie qui sera votée ici. Dans un deuxième chapitre de l’ouvrage École et Démocratie, Saviani reprend de Lénine la soi-disant « Théorie de la courbure du bâton ». Critiqué pour avoir pris des positions extrémistes radicales, il adopte la propre explication de Lénine de cette théorie: « Quand le bâton est tordu, il est courbé d’un côté et si vous voulez le redresser, ne le mettez pas seulement dans la bonne position. Il doit être lavé de l’autre côté » (SAVIANI, 2009, p. 64-65).

Cette thèse a été mise par Lenin lorsqu’on lui a reproché de prendre des positions extrémistes et radicales. Dermeval s’applique à lui-même cette expérience contradictoire lors de la présentation de sa version sur la nécessité d’une pédagogie historique et critique. Elle s’oppose au dilemme entre l’ancienne éducation et la nouvelle éducation, la pédagogie nouvelle et la pédagogie ancienne, et se positionne ainsi sur le caractère révolutionnaire de la pédagogie de l’essence : et le caractère réactionnaire de la pédagogie de l’existence. D’autre part, la pédagogie de l’essence a également un rôle révolutionnaire, car, dans la défense de l’égalité essentielle entre les hommes, l’élimination des privilèges qui empêchent la réalisation d’une partie considérable des hommes est privilégiée. Saviani va donc au-delà de la théorie de la courbure des bâtons.

Il tente de renverser l’idée d’une école qui s’est transformée en bon sens pour les éducateurs et qui est devenue un moyen de concevoir l’éducation. L’objectif de Dermeval est d’essayer d’inverser la tendance dominante. Contrairement à ce qui était actuel dans la tête de l’éducateur, le traditionalisme, qui considère la nouvelle pédagogie comme le porteur de toutes les vertus et aucun vice, attribuant, à l’inverse à la pédagogie traditionnelle, tous les vices et aucune vertu, Saviani s’efforça de démontrer l’inverse. Il fait ensuite une étude synthétisée sur trois ces dernières. La première thèse (philosophique-historique) couvre le caractère révolutionnaire de la pédagogie de l’essence (pédagogie/traditionnelle) et le caractère réactionnaire de la pédagogie de l’existence (nouvelle pédagogie). La deuxième thèse (pédagogique-méthodologique) prévoit la méthode traditionnelle de caractère scientifique.

La troisième thèse (spécifiquement politique) vise à réfléchir sur le thème de la démocratie au sein de l’école, en particulier la construction d’un ordre démocratique, on suppose qu’il faut donner vie à la démocratie, car elle tend à être réduite au silence (SAVIANI, 2004). Ainsi, la théorie de l’expression de la courbure du bâton est expliquée: pour redresser un bâton qui est tordu, il ne suffit pas de le placer dans la bonne position, mais il est nécessaire de le plier sur le côté opposé. Cela se produit également dans le débat idéologique: il ne suffit pas d’enseigner la bonne conception pour que les déviations soient corrigées, il faut ébranler les certitudes, désautoriser le bon sens. La pédagogie révolutionnaire et critique, loin de comprendre l’éducation comme le principal déterminant des transformations sociales, reconnaît qu’elle est un élément secondaire de la pédagogie de l’essence et de l’existentialisme. L’éducation ne se transforme donc pas directement et immédiatement, mais indirectement, c’est-à-dire en agissant sur les sujets de pratique. Comme le dit Vásquez (1968, pp. 206-207):

La théorie elle-même ne transforme pas le monde. Elle peut contribuer à sa transformation, mais pour cela elle doit sortir d’elle-même, tout d’abord elle doit être assimilée par ceux qui provoqueront, avec ses actes efficaces réels, une telle transformation. Entre la théorie et l’activité pratique transformatrice, il y a toujours un travail d’éducation de la conscience.

Il est donc facile d’identifier la compréhension de l’éducation en tant que médiateur dans la pratique sociale. Et si l’éducation est une médiation, cela signifie qu’elle n’est pas justifiée par elle-même, mais qu’elle a pour raison d’être dans les effets qui vont au-delà et qui persistent même après la cessation de l’action pédagogique, comme le conclut Saviani. Il est un éternel insatisfait des réflexions et des conclusions sur les voies d’évolution du concept éducatif et de la pratique. Après avoir exploré l’étendue des actions des bases de pédagogies non critiques (pédagogie traditionnelle, nouvelle pédagogie et pédagogie techniciste); théories critiques-reproductives (théorie scolaire comme violence symbolique); de la théorie scolaire en tant qu’appareil idéologique de théorie étatique et dialectique, Saviani a essayé de surmonter de telles théories et a énoncé la théorie critique de l’éducation ou de la « pédagogie-critique historique ».

Comprendre la question de l’éducation à partir du développement historique était son objectif. À partir de 1978, la question de l’éducation a été comprise à partir du conditionnement social. On peut voir que l’éducation est influencée par la société, qui, à son tour, est influencée par l’éducation. Il existe une relation réciproque entre l’éducation et la société. Dans un éclairage : l’éducation s’immisce dans la société et peut contribuer à sa propre transformation. Ce passage de la vision critique à la vision historique à une vision critique-dialectique, donc historiquement critique, est ce que Saviani traduit par pédagogie historique-critique.

Il défend donc, de cette nouvelle perspective liée à l’éducation, que l’être humain est un être naturel particulier, distinct des autres êtres naturels. Alors que ceux-ci survivent, s’adaptant à la nature qui fournit leurs conditions d’existence, l’homme a besoin d’adapter la nature à lui-même, lui en en prenant ce qui est nécessaire pour son existence. D’où la spécificité de cet animal, appelé homme. Pour survivre, il doit être en communion avec la nature, la transformer. L’être humain est fait agir sur la nature par le travail. Et transformant la nature, il se transforme.

Ce qu’on appelle le développement historique est le processus par lequel l’être humain produit son existence dans le temps. Agir sur la nature, c’est-à-dire travailler, l’homme construit le monde historique. Vous construisez le monde humain ! Et l’éducation a son origine dans ce processus (SAVIANI, 2011, p. 81).

La pédagogie historique-critique trouve ses racines dans le mouvement de mai 1968, la soi-disant révolution culturelle des jeunes, éclose principalement en France, mais qui s’étend dans plusieurs pays, dont le Brésil. Ce mouvement avait pour but de mener la révolution sociale par la révolution culturelle. Changer les fondements de la société par la révolution éducative, couvrant non seulement l’école, mais l’ensemble de l’environnement culturel, était l’un des objectifs. Ce point de vue critique, bien qu’encore reproductible, a joué un rôle important, car il a en quelque sorte suscité des critiques à l’égard du régime autoritaire et de la pédagogie autoritaire qui prévaut dans ce régime.  D’une certaine manière, comme le note Saviani, ces théories ont alimenté les réflexions et les analyses de ceux qui, dans notre pays, se sont dressés contre la pédagogie officielle et dominante.

Toutefois, cette pédagogie critique encore embryonnaire est capable de critiquer l’existant, d’expliquer les mécanismes de l’existant, mais qui n’a pas de présupposé d’intervention pratique. Elle montre simplement qu’il en est ainsi et ne peut en être autrement, mais le problème est que la question centrale était précisément de savoir comment agir de manière critique dans le domaine pédagogique, comme dans l’acte d’agir et dans le développement d’une pratique à caractère critique. Dans ce contexte, la formulation d’une proposition dépassant ce point de vue critique-reproductif a été proposée, qui a abouti à l’émergence de la pédagogie abordée ici. La pédagogie critique historique implique les déterminants sociaux de l’éducation, la compréhension de la mesure dans laquelle les contradictions de la société marquent l’éducation et le positionnement face à de telles contradictions.

CONSIDÉRATIONS FINALES

En résumé, nous essayons de retracer l’histoire de Dermeval Saviani, un éducateur qui a provoqué en son temps une grande réflexion sur le modèle éducatif actuel et qui provoque encore une nouvelle pensée pour l’éducation brésilienne, après tout, il ya des jours de grande courbure du bâton et il se manifeste à travers les modèles éducatifs qui, peu à peu, sont imposées, comme l’école sans parti , entre autres. En tant qu’éducateur et critique de vocation, exprimé en tant qu’enseignant, animateur et écrivain éducatif totalement dévoué à l’éducation, en accord avec les besoins de son temps et de son avenir, l’auteur aborde d’une manière actualisé et libératrice la lucidité en matière d’éducation critique.

C’est Dermeval Saviani, quelqu’un qui, de son héritage, laisse à tous les éducateurs et éducateurs une forte provocation et, en même temps, un fort sentiment d’agitation face aux modèles éducatifs traditionnels qui prévalent dans notre pays, ce qui motive la confrontation et non l’acceptation passive de ces méthodes. Oui, il est nécessaire de réfléchir et, en réfléchissant, de prendre conscience du système dans lequel se trouve l’éducateur. Et, lorsqu’on prend conscience, il faut chercher le changement, qui se fait à partir du modèle pédagogique historiquement critique. Enfin, nous espérons que cet article a atteint son objectif, étant léger au milieu des ténèbres, et provoquant la réflexion au milieu de l’accommodement et de la confusion.

RÉFÉRENCES

BATISTA, E. L.; LIMA, M. R. Dermeval Saviani–uma trajetória de luta e compromisso com a educação transformadora. Germinal: Marxismo e Educação em Debate, v. 5, n. 2, p. 203-215, 2013.

MARSIGLIA, A. C. G.; CURY, C. R. J. Dermeval Saviani: uma trajetória cinquentenária. Interface, v. 21, n. 62, p. 497-507, 2017.

SAVIANI, D. História das ideias pedagógicas no Brasil. Campinas: Autores Associados, 2007.

SAVIANI, D. Pedagogia histórico-crítica: primeiras aproximações. 10ª ed. Campinas: Autores Associados, 2008.

SAVIANI, D. Educação: do senso comum à consciência filosófica. 18ª ed. Campinas: Autores Associados, 2009.

SAVIANI, D. Escola e democracia. 41ª ed. Campinas: Autores Associados, 2009.

VÁSQUES, A. S. Filosofia da práxis. Rio de Janeiro: Paz e Terra, 1968.

ANNEXE – RÉFÉRENCE DE RÉFÉRENCE

3. « L’histoire des idées pédagogiques est un recueil sur l’histoire de l’éducation. Dermeval Saviani divise l’œuvre en quatre parties – 1. Idées pédagogiques au Brésil entre 1549 et 1759 – monopole de l’aspect religieux de la pédagogie traditionnelle; 2. 1759 à 1932 – coexistence entre les aspects religieux et laïc de la pédagogie traditionnelle; 3. 1932 à 1969 – prédominance d’une nouvelle pédagogie; et 4. 1969 à 2001 – configuration du concept de pédagogie productiviste.

[1] Doctorant en éducation à l’Université méthodiste de Piracicaba (UNIMEP). Master en éducation de l’Université méthodiste de Piracicaba (UNIMEP) 2019; Lignes de recherche, histoire et philosophie de l’éducation. Licence en histoire de l’UNIESP 2012. Licence en philosophie du Centro Universitário Claretiano 2014/2019 (CLARETIANO). Licence en théologie du Centro Universitário Claretiano (CLARETIANO) 2015. Licence en pédagogie du Centro Universitário de Araras (UNAR) 2016. Licence en sociologie du Centro Universitário de Araras (UNAR) 2018. Licence en géographie du Centro Universitário de Araras (UNAR) 2020 .

[2] Master en éducation de l’Université Nove de Julho (UNINOVE), 2019; Ligne de recherche: Education, Philosophie et Formation Humaine (LIPEFH), membre du Groupe de Recherche et d’Etude en Philosophie de l’Education – (GRUPEFE) et Groupe de Recherche et d’Etude de la Complexité (GRUPEC), sous la coordination des Profs. Dr Antônio Joaquim Severino et Dr Cleide Rita Silvério de Almeida (UNINOVE). Cours d’études supérieures Lato Sensu en formation des enseignants pour l’enseignement supérieur au Centro Universitário Assunção (UNIFAI) 2015; Post-diplôme en théologie réformée par la mission littéraire évangélique (CFL) 2019; Baccalauréat en théologie de la Faculté pontificale de théologie Nossa Senhora da Assunção – Centro Universitário Assunção (UNIFAI) 2007; Baccalauréat en théologie de l’Institut anglican d’études théologiques (IAET) 2005.

Envoyé : février 2020.

Approuvé : mai 2020.

5/5 - (1 vote)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

DOWNLOAD PDF
RC: 75322
POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

Solicitar Registro DOI
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita
WeCreativez WhatsApp Support
Temos uma equipe de suporte avançado. Entre em contato conosco!
👋 Bonjour, Besoin d'aide pour soumettre un article scientifique?