L’insertion féminine sur le marché du travail et ses implications dans les habitudes alimentaires de la famille

0
308
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

ARTICLE ORIGINAL

SOUZA, André Luiz Alvarenga De [1]

SOUZA, André Luiz Alvarenga De. L’insertion féminine sur le marché du travail et ses implications sur les habitudes alimentaires de la famille. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. 04 année, Ed. 07, vol. 12, p. 49-64. juillet 2019. ISSN: 2448-0959

RÉSUMÉ

Cet article traite des habitudes alimentaires des femmes insérées sur le marché du travail et de ceux qui travaillent à la maison ont dit « de la maison ». La méthodologie utilisée est quantitative, par l’échantillonnage pratique, où le chercheur a fait la distribution et la collecte des questionnaires de l’envoi via Google Docs par e-mail et ces e-mails ont été sélectionnés par une liste de Courrier électronique se référant aux propres contacts du chercheur. Le questionnaire utilisé était un questionnaire structuré, où les répondants choisissaient les options de réponse. La technique d’analyse des données utilisée était la distribution de fréquences et le croisement des données. La recherche a été menée dans la ville de Campo Grande/MS, capitale du Mato Grosso do Sul, qui compte aujourd’hui une population totale estimée à 786 797 habitants (IBGE, 2010) avec une projection pour 2015 de 853 622 habitants (IBGE, 2015). La question directrice ou problématique de cet article était de discuter de l’impact sur les habitudes alimentaires des familles résultant de l’insertion des femmes sur le marché du travail.

Mots-clés: habitudes alimentaires, marché du travail, femmes.

1. INTRODUCTION

La population féminine augmente chaque jour de plus en plus et selon les statistiques de la Propre (IBGE, 2010) indique une population féminine totale de 97 348 809 au Brésil, données qui englobent de 0 à 80 ans ou plus et de toutes les races, déjà la population masculine dans la même gamme et et les courses est de 93 406 990. Cela démontre la grande demande féminine pour les types les plus variés de services, d’emploi et de revenus.

Si nous faisons une analyse historique se référant à l’insertion des femmes sur le marché du travail, nous pouvons observer qu’en 1827 il y a la première loi qui permet aux femmes d’aller à l’école et d’avoir une sorte de convivialité sociale différente de leurs tâches ménagères (EDUCATING FOR CROISSANCE,2009).

Le Brésil est un pays avec un fort manque de documents et d’informations historiques, mais si nous allons en profondeur, nous pouvons observer que la lutte de la femme brésilienne pour sa reconnaissance et l’entrée ultérieure sur le marché du travail vient de bien avant la proclamation de la République, le Qui a abouti à l’élaboration de deux grandes lois, signées par la princesse Isabel: (LAW of the FREE WOMB 1871) et (LAW ‘UREA 1888).

La femme a toujours occupé et occupé un rôle important dans la société et dans les familles, en 1 962, avec l’entrée en vigueur du statut de la femme mariée, la femme a été libérée de l’autoritarisme masculin, qui a culminé avec des lois successives en sa faveur jusqu’à la promulgation de Constitution fédérale de 1 988, ce qui renforce le rôle des femmes dans la société. Les hommes et les femmes ont des droits et des obligations égaux (ART 5 o C. F1988).

En ce moment, depuis la reconnaissance de leurs droits, les femmes ont eu accès à d’innombrables informations et avantages liés à la société, ce qui contribue aux diverses modifications de la structure familiale que nous pouvons voir de nos jours. Au XETH siècle, il y avait un mouvement se référant à la révolution culturelle féminine, qui a bénéficié toute la condition des femmes qui travaillent progressivement acquis des droits et l’appréciation professionnelle.

En vérifiant ce contexte historique, nous pouvons affirmer que la disparition de la société artisanale a conduit les femmes à chercher du travail dans les usines et les industries, ce qui les a obligées à accepter des salaires inférieurs à ceux des hommes. Tout cela a abouti à l’exploitation du travail féminin et les maux de l’époque liés au féminisme qui a abouti à l’insertion des femmes dans la société industrielle.

Avec l’occupation du père et de la mère dans les emplois de l’industrie, l’éducation des enfants était en échec, parce que le pays (l’homme) a commencé à déléguer l’éducation de leurs garçons les mères, les mères qui ont commencé à travailler à l’extérieur. Pendant la Première Guerre mondiale, en envoyant ses précepteurs sur les champs de bataille, les femmes sont obligées d’exercer les fonctions d’heure exclusive des hommes et aussi les fonctions des bureaux, des métiers, des services publics et même des professions libérales, ce qui a stimulé L’élévation de leur degré d’éducation et, par conséquent, leurs aspirations économiques et personnelles, se déplaçant pour jouer un autre rôle au sein de la famille.

Avec la fin de la Seconde Guerre mondiale, ils voient assuré dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, la consécration de leurs droits, sans distinction de sexe, égalant, à toutes fins utiles, les hommes et les femmes.

Tel qu’établi (UNIVERSAL DECLARATION OF HUMAN RIGHTS 1948, ART 23):

§1.     Toute personne a le droit de travailler, le libre choix de l’emploi, des conditions de travail justes et favorables et une protection contre le chômage.

§2.     Toute personne, sans distinction, a droit à une rémunération égale pour un travail égal.

§3.     Toute personne qui travaille a droit à une rémunération juste et satisfaisante, qui lui assure, ainsi que sa famille, une existence compatible avec la dignité humaine, et qui ajoutera, si nécessaire, d’autres moyens de protection sociale.

Cependant, l’insertion des femmes sur le marché du travail est l’un des exemples qui peuvent contribuer à l’altération des habitudes alimentaires des femmes et de leurs familles, parce que beaucoup de femmes sont encore responsables, même travailler à l’extérieur, par la préparation et la direction de Le menu de votre famille au jour le jour de la maison. (LELIS, TEIXEIRA E SILVA 2013, p. 102), affirment que « les femmes, par tradition, sont les principales responsables des activités alimentaires de la famille en général ».

Cela est également clair lorsqu’il est vu par le prisme de (SILIPRANDI apud. LELIS, TEIXEIRA E SILVA 2013, p. 101), lorsqu’il déclare que « les femmes sont considérées comme un « instrument » avec lequel la sécurité alimentaire des familles sera atteinte, c’est-à-dire qu’elles ont tendance à être les gardiennes du bien-être des autres membres de la famille.

(GARCIA 1997) soutient que le placement professionnel et l’indépendance des femmes affectent directement la structure de l’alimentation et provoquent une organisation de valeurs et d’habitudes qui peuvent avoir des conséquences dans le modèle alimentaire familial.

Ainsi, le coût et le temps consacrés à la famille et à la préparation de la nourriture, sont directement liés à la demande de temps de préparation plus court, parce que la femme moderne veut participer plus activement à la vie de sa famille et de démontrer à la société un plus grand engagement de Point de vue affectif de famille. Cela conduit donc à l’ingestion par la famille des produits transformés et souvent même la restauration rapide.

Car (BORGES et FILHO 2004), l’étude des habitudes alimentaires est essentielle non seulement dans ce que les consommateurs acquièrent en termes d’aliments, mais aussi dans les facteurs qui imprègnent le choix de ces aliments.

D’autres auteurs tels que (RODRIGUES et KNOW 2006) et (SCHLINDWEIN et KASSOUF 2007), soulignent que lorsque les gens se nourrissent de la maison, ils acquièrent intrinsèquement des valeurs personnelles dans leur vie quotidienne et qu’avec l’insertion des femmes dans le monde du travail et le manque temps pour le choix de la nourriture, cela a affecté l’alimentation des familles et la façon de préparer la nourriture dans leurs maisons. Cela indique que l’alimentation loin de la maison avec la famille a cessé d’être sporadique pour devenir quelque chose d’habituel parmi les familles du 21ST siècle.

Qui est directement engagé dans la santé de la famille et aussi dans son alimentation. Pour (LAMBERT, et al 2005), il y a une modification du régime alimentaire traditionnel pour un régime dans lequel les gens préfèrent les produits prêts à

Consommation ou produits qui nécessitent peu de dévouement pendant leur préparation, comme ceux déjà cuits ou précuits.

Dans la perspective d’analyser et d’enquêter sur la condition féminine sur le marché du travail, nous pouvons orienter que la recherche a été basée sur la population féminine travaillant à l’extérieur de la maison et les femmes considérées comme «maison» qui en quelque sorte aussi travailler et produire Quelque chose pour la soci été.

La question principale ou problématique de cet article est les habitudes alimentaires des familles des femmes qui travaillent à l’extérieur et de celles qui ne travaillent qu’à la maison. L’objectif est de vérifier les habitudes alimentaires des familles avec une femme au foyer qui travaille à l’extérieur et avec une femme au foyer qui ne travaille pas à l’extérieur.

2. MÉTHODOLOGIE

La méthodologie utilisée est quantitative, par l’échantillonnage pratique, où le chercheur a fait la distribution et la collecte des questionnaires de l’envoi via Google Docs par e-mail et ces e-mails ont été sélectionnés par une liste de Courrier électronique se référant aux propres contacts du chercheur.

Le questionnaire utilisé était un questionnaire structuré, où les répondants choisissaient les options de réponse, un questionnaire contenant 20 questions.

La recherche a été menée dans la ville de Campo Grande/MS, capitale du Mato Grosso do Sul, qui compte aujourd’hui une population totale estimée à 786 797 habitants (IBGE, 2010) avec une projection pour 2015 de 853 622 habitants (IBGE, 2015).

Campo Grande est une ville considérée comme un centre agricole, avec de nombreuses universités et principalement axée sur les services et le fonctionnalisme public, étant son économie axée sur ces faits saillants. Le public spécifique de la présente étude était composé de femmes qui travaillaient dans les domaines les plus divers et les segments économiques de Campo Grande/MS et dans les professions les plus variées et les femmes considérées comme « à la maison ».

Dans le processus d’obtention de données sur les femmes, nous avons opté pour les données de l’IBGE, 2010) qui indique une population féminine de 263 241 dans la ville de Campo Grande/ MS, dans les âges de 20 à 65 ans ou plus, dont 126 464 sont économiquement actifs et formellement ( ROOT/MTE, 2014).

Les échantillons ont été prélevés en toute impartialité, confidentialité et éthique et tout ce processus de collecte de données a eu lieu du 01/10/2015 au 02/12/2015 et a abouti à un total de 100 questionnaires envoyés et avec 40 répondus et validés. Dans le processus de soumission des questionnaires, la raison pour laquelle la recherche a été effectuée a été expliquée et si elles étaient intéressées par la participation spontanée.

Les données ont été analysées à travers le profil socio-économique des femmes, étant observées et étudiées les variables comme, âge de l’interviewé; État matrimonial; enseignement Situation actuelle de l’emploi; revenu en salaire minimum; Nombre d’enfants; Nombre d’enfants qui vivent avec eux; S’ils ont une femme de ménage et si oui ou non la femme de chambre cuisine pour eux; Combien de repas vous faites habituellement tous les jours avec votre famille; Avec qui il effectue habituellement les repas; La présence de la famille pendant les repas est considérée comme importante; Qui est responsable de l’achat de nourriture à la maison; Quel type d’aliment est le plus acheté, consommé dans votre maison; En mangeant à l’extérieur de la maison (libre-service, restauration rapide, à la carte), vous et votre famille, habituellement nourrir avec quelle fréquence; Si elle aime faire des repas de sa maison; Si elle la considère et la nourriture de sa famille en bonne santé; Combien dépense-t-elle habituellement pour un repas comme le déjeuner ou le dîner lorsqu’elle sort avec sa famille ou même seule; Si elle et sa famille ont l’habitude de manger à table; Si elle et sa famille, pendant la semaine ou jusqu’à ce que les week-ends ont l’habitude de manger du marmitex.

Ce qui a cherché à identifier et à clarifier la lumière de la recherche scientifique les changements qui se produisent dans les habitudes alimentaires de la famille de ces étudiés avec leur insertion sur le marché du travail et les types d’aliments consommés par leurs familles. Les deux groupes de femmes travaillant à l’étranger et les femmes travaillant à la maison ont été interrogés. Un autre détail important soulevé était également de savoir si ce public aime se nourrir de sa résidence et les valeurs qu’il est prêt à y consacrer. A également vérifié la différence des repas de week-end et pendant la semaine leur habitude.

3. CADRE THÉORIQUE

La femme occupe aujourd’hui plusieurs rôles dans la société, mais aujourd’hui il y a une grande distinction quand on parle des femmes insérées dans le monde du travail.

Nous pouvons observer que (SOARES et IZAKI 2002), renforce la question des femmes dans le monde du travail dans leur citation:

L’un des changements les plus notables dans l’offre de main-d’œuvre d’après-guerre a été la forte augmentation de la participation des femmes à la recherche d’emploi et d’emploi. Bien que le phénomène était déjà naissant avant la Seconde Guerre mondiale, peu de temps après les femmes sont entrées fortement dans le marché du travail. Selon Goldin (1990), aux États-Unis, les femmes sont passées de 18 % de la population économiquement active (PEA) en 1900 à 32 % en 1960 et 46 % en 1992. Il s’agit d’un changement observé dans le monde occidental et le Brésil n’a pas échappé à ses effets – au Brésil, les femmes étaient 32% du PAE en 1977 à 46% en 2001, fermant en 24 ans le hiatus que les femmes américaines ont fermé en 32. C’est un phénomène d’une grande importance, parce que son impact s’est fait sentir dans les deux institutions les plus présentes dans la vie de la plupart des individus — la famille et le milieu de travail.

Nous pouvons affirmer que l’augmentation expressive des femmes sur le marché du travail est quelque chose qui vient du changement de la société dans un ensemble, de nouvelles familles sont constituées par des diversités qui génère également un grand impact social et les habitudes.

Les changements sociaux affectent les habitudes alimentaires et, par exemple, nous pouvons mettre en évidence le phénomène de l’urbanisation et d’autres circonstances de la modernité des villes. Les circonstances de la vie quotidienne ont des implications dans la relation de l’individu avec l’environnement dans lequel il vit, reflétant ainsi, principalement dans l’acte de manger et de se rapporter à l’alimentation, provoquant des altérations de ces aspects (MARINHO et al., 2007).

Nous savons que la femme est la personne qui décide de ce que la famille va manger, le menu de la semaine.

Cette même femme travaille à l’extérieur et n’a pas le temps de faire ces séparations et la préparation de ces aliments, comme ce serait l’alimentation des familles dans ce cas.

Le fait est que l’intensification de l’augmentation de la population, l’urbanisation des villes et le départ de la femme de la maison au marché du travail ont changé la dynamique des familles dans le contexte des relations et aussi de l’alimentation. Nous pouvons le souligner selon (LAMBERT et al. 2005), le manque de régularité des repas et leur caractère individuel sont également des conséquences du changement dans le rythme de vie des individus.

Cela indique qu’une enquête plus approfondie est nécessaire en termes d’insertion féminine sur le marché du travail et de ses implications pour les habitudes alimentaires de la famille.

Selon Lelis, Teixeira e Silva (2013), selon l’Enquête sur le budget familial (POF) menée par l’IBGE, les Brésiliens ont diversifié leur alimentation, diminuant la consommation de produits traditionnels et plus basiques, comme le riz et les haricots. Dans la zone urbaine, on a démarqué l’augmentation de la consommation de produits prêts ou transformés, comme le pain salé, les biscuits farcis, le yaourt, les vitamines, les sandwichs, les pizzas, les boissons gazeuses, les boissons gazeuses, les jus et la bière (IBGE, 2011).

Ces données indiquent une forte demande familiale pour les aliments prêts-à-manger, semi-prêts et fast-food, ce qui entraîne en fait un changement dans la caractérisation des aliments des familles du XXIe siècle.

Tableau 1 : Démissions et variables pour l’analyse de l’insertion féminine sur le marché du travail et de ses implications dans les habitudes alimentaires de la famille.

Dimensions Variables
Socio-démographique Niveau de scolarité;

Revenu au salaire minimum;

Sexe

âge

A des enfants;

État matrimonial;

Quel âge ont vos enfants qui vivent encore avec vous?

Comportementale Nombre d’enfants qui vivent ou non avec le répondant du questionnaire;

Tu as une bonne ? Et elle cuisine pour toi ?

Combien de repas faites-vous habituellement chaque jour avec votre famille?

Avec qui faites-vous habituellement des repas?

Considérez-vous que la présence de la famille est importante pendant les repas?

Qui est responsable d’acheter de la nourriture à votre domicile?

Quel type d’aliments est le plus acheté, consommé dans votre maison?

Lorsque vous mangez à l’extérieur de la maison (Sel fservice, fast-food, à la carte), vous et votre famille, mangez-vous souvent à quelle fréquence?

Aimez-vous dîner à l’extérieur de votre maison?

Considérez-vous votre alimentation et l’alimentation de votre famille en bonne santé?

Combien dépensez-vous habituellement pour un repas comme le déjeuner ou le dîner lorsque vous sortez avec votre famille ou même seul?

Vous et votre famille avez l’habitude de manger à table?

Avez-vous et votre famille, pendant la semaine ou jusqu’à ce que le week-end ont l’habitude de manger Marmitex?

Source: élaboré par l’auteur lui-même

La technique d’analyse pour le traitement des données, qui a été utilisée, se réfère à l’analyse de la distribution de fréquences et du croisement des données.

4. DISCUSSION ET RÉSULTATS

Tableau 1 : Intersection P7 avec P8

Compte de P 8 P 8
P 7 3 repas ou plus Jusqu’à 2 repas
Je n’ai pas de bonne et c’est moi qui cuisine la nourriture de ma famille. 30,77% 69,23%
Oui, j’ai une femme de chambre et elle cuisine pour moi. 28,57% 71,43%
Oui, je possède mauvaise bonne, je suis moi-même que je cuisine les aliments de ma famille 0,00% 100,00%

Source: élaboré par l’auteur lui-même

Dans ce tableau à travers les croisements des variables P7 et P8, on peut observer que 100% des personnes interrogées qui ont des servantes, même en leur faisant faire un point de préparer la nourriture de la famille quand il fait jusqu’à 2 repas ensemble, à partir de 3 Repas ou plus 28,57% préfèrent la femme de chambre pour préparer le repas.

Une autre donnée considérable à observer est le ratio de 69,23 % de femmes qui n’ont pas de femme de ménage et qui cuisinent la nourriture de leur famille.

Tableau 2 : Traversée P8 avec P9

Compte de P 9 P 9
P 8 Avec mari et enfants (famille) Avec des amis travail rien que
3 repas ou plus 100,00% 0,00% 0,00% 0,00%
Jusqu’à 2 repas 60,00% 3,33% 3,33% 33,33%

Source: élaboré par l’auteur lui-même

Dans le tableau 2, à travers les croisements des variables P8 avec P9, se référant au nombre de repas et avec qui, nous avons observé que jusqu’à 3 repas les femmes font avec leur propre famille et que jusqu’à 2 repas qu’ils font avec des amis, au travail ou même seul.

Tableau 3 : Crossover P8 avec P12

P 8
P 12 3 repas ou plus Jusqu’à 2 repas
Moi-même, je 3 13
Moi-même, mon mari 7 17
Total global 10% 90%

Source: élaboré par l’auteur lui-même

Grâce à l’intersection de ces variables P8 et P12, qui se réfèrent au nombre de repas et qui fait les achats pour la maison, une inversion par rapport au tableau 2. Ici, nous avons constaté que 90% responsables des achats liés à la nourriture du ménage sont les femmes elles-mêmes et 10% de ce total est partagé avec les maris qui font également des achats domestiques.

Tableau 4 : Traversée P8 avec P13

Traversée des variables P 8 AVEC P 13 pourcentage
Aliments congelés de diverses catégories et semi-prêts 33,9%
Légumes, légumes verts et fruits 87,5%
viande 51,9%
En conserve et incrusté (jambon, saucisse, mortadelle) 60,0%
Aliments biologiques 32,5%

Source: élaboré par l’auteur lui-même

Ce tableau nous apporte l’une des principales données concernant le type de consommation alimentaire faite par les familles de ces femmes interrogées, nous montrant un aperçu de l’alimentation face à un aperçu des familles.

Ces données proviennent de l’intersection des variables de quantité de repas préparés quotidiennement avec les types d’aliments achetés dans les supermarchés. Compte tenu des données, nous avons constaté que 87,5 % des personnes interrogées consomment des légumes, des légumes et des fruits chez elles et qu’avant une habitude considérée comme saine, un article a attiré l’attention qui est la consommation de type en conserve et incrusté (jambon, saucisse, mortadelle) qui ne sont pas Considéré comme sain avec un pourcentage de consommation de 60%.

Face aux viandes, ce public avait un comportement de consommation se référant à 51,9%, ce qui signifie que le pourcentage est directement lié à la consommation de protéines animales et que dans plus de 50% des ménages interrogés est présent dans l’alimentation quotidienne des familles.

Dans la consommation d’aliments congelés de diverses catégories et semi-prêts, nous avons un pourcentage de 33,9% de la consommation par les familles interrogées un indice supérieur à ceux des aliments biologiques répondus par les répondants qui se comportent avec des pourcentages de consommation dans 32.5%.

Tableau 5 : Traversée de P15 avec P17

Nombre de P 15 P 15
P 17 non ouais
De R $10.00 jusqu’à R $30.00 36,36% 63,64%
De R $101.00 jusqu’à R $300.00 28,57% 71,43%
De R $31.00 jusqu’à R $50.00 30,77% 69,23%
De R $51.00 jusqu’à R $100.00 22,22% 77,78%
Total global 30,00% 70,00%

Source: élaboré par l’auteur lui-même

Lorsque nous nous occupons des choses et les relions à des valeurs, nous avons l’impression de la valeur perçue que les gens donnent ou mettent dans les choses. Dans ce cas, nous pouvons vérifier que le pourcentage de personnes qui préfèrent manger à l’extérieur qui représente 70% des personnes interrogées est beaucoup plus élevé que ceux qui préfèrent cuisiner et préparer leur propre nourriture à la maison qui représentent 30% d’entre eux et ne se soucient pas non plus de la Valeur financière des aliments consommés par la famille ou par eux-mêmes lorsqu’ils consomment seuls dans les restaurants, mais il ya un pourcentage de dépenses très expressives pour un seul repas qui correspond à R $51.00

Jusqu’à R $100.00 et ce à 77,78% des répondants qui préfèrent manger à l’extérieur de la maison. Si nous observons ceux qui n’aiment pas manger à l’extérieur de leur maison, nous détectons que ces recherches sont dans la gamme de consommation de repas avec un prix de R 10,00 jusqu’à R $ 30,00 et correspondent à 36,36% des répondants.

Tableau 6 : Traversée p8 avec P14

Compte de P 14 P 14
P 8 Plus de 5 fois par semaine Jusqu’à 2 fois la semaine MA 3 à 5 fois par semaine
3 repas ou plus 0,00% 80,00% 20,00%
Jusqu’à 2 repas 3,33% 80,00% 16,67%
Total global 2,50% 80,00% 17,50%

Source: élaboré par l’auteur lui-même

Dans la variable qui mesure le nombre de repas au détriment du nombre de fois que les personnes interrogées mangent habituellement à l’extérieur de la maison seule ou avec la famille, nous avons les variables en nombre de fois dans la semaine qui nous montre que 80% font 2 à 3 repas dans la semaine loin de la maison. En ce qui concerne le nombre de 3 à 5 fois dans la semaine, nous avons 17,50% qui font 2 jusqu’à 3 repas hors de la maison et plus de 5 fois par semaine, nous avons 3,33% des personnes interrogées qui mangent à l’extérieur.

Tableau 7 : Traversée p8 avec P17

Compte de P 17 P 17
P 8 De R $10.00 jusqu’à R $30.00 De R $101.00 jusqu’à R $300.00 De R $31.00 jusqu’à R $50.00 De R $51.00 jusqu’à R $100.00
3 repas ou plus 40,00% 40,00% 10,00% 10,00%
Jusqu’à 2 repas 23,33% 10,00% 40,00% 26,67%
Total global 27,50% 17,50% 32,50% 22,50%

Source: élaboré par l’auteur lui-même

Ce tableau se rapporte à la table 5, mais ici nous avons la quantité de repas faits chaque semaine au détriment du prix payé par les recherchés pour manger hors de votre maison.

Nous avons vérifié que l’accent est mis sur les aliments prestigieux que les prix de R 10,00 jusqu’à R 30,00 $ et R $ jusqu’à R 300,00 $ avec un pourcentage de 80% des répondants. Ceux qui font jusqu’à 2 repas préfèrent le prix de R $31.00 jusqu’à R $50.00 et correspondent à 40% des personnes interrogées.

Tableau 8 : Traversée

Compte de P 20 P 20
P 8 1er degré 2ème degré doctorat Terminer l’enseignement supérieur Enseignement supérieur incomplet Maîtres diplômé
3 repas ou plus 0,00% 10,00% 30,00% 30,00% 10,00% 0,00% 20,00%
Jusqu’à 2 repas 16,67% 16,67% 10,00% 16,67% 6,67% 6,67% 26,67%
Total global 12,50% 15,00% 15,00% 20,00% 7,50% 5,00% 25,00%

Source: élaboré par l’auteur lui-même

Comme on l’a vu dans de nombreuses recherches, ce tableau dénote l’importance de la scolarisation dans la vie des gens, parce qu’il est un facteur déterminant pour la santé des individus.

On observe dans cette étude que plus le niveau de scolarité est élevé, plus le temps de présence dans l’alimentation avec la famille est long, car les personnes interrogées qui ont un doctorat et un diplôme après l’obtention du diplôme correspondent à 50 % des personnes interrogées qui font 3 repas ou plus à la maison avec La famille. Les gens qui possèdent le 1er degré jusqu’au niveau supérieur complet, en passant par le supérieur incomplet et maître, ont un total de 50%, l’observation est valable parce qu’ici nous avons pris 3 catégories différemment de la précédente qui ne me surprenait que 2.

Lorsque nous comparons jusqu’à 2 repas avec la famille, dans les variables 1er degré, 2e degré et l’enseignement supérieur incomplet, nous avons vérifié que la valeur correspondante est de 40% des personnes interrogées. En ce qui concerne ceux qui possèdent, complètedent le niveau supérieur, après l’obtention du diplôme, la maîtrise ou le doctorat, le niveau de 2 repas avec la famille s’élève à 60,01 %.

5. CONSIDÉRATIONS FINALES

Dans la perspective de l’objet d’étude de cet article, qui est directement lié à l’insertion féminine sur le marché du travail et ses implications dans les habitudes alimentaires de la famille, cette étude peut conclure que la femme est un facteur prépondérant dans l’alimentation de son Famille, elle est directement et indirectement responsable de la santé de tout le monde dans la maison, elle travaille à l’extérieur ou seulement à la maison.

Cela a été très clair dans l’étude sur les variables étudiées et croisées, où nous avons observé que les femmes sont responsables des achats dans les supermarchés et qui aiment aussi sortir pour manger à l’extérieur de leur maison, ayant une incidence dans cette habitude de 70% dans Total des recherches.

Cette étude a également trouvé un point très important qui sont les habitudes alimentaires des personnes recherchées et de leurs familles qui nous montrent que dans 50 % des ménages interrogés, la consommation de protéines animales dans la viande Natura est fréquente et 87,5 % des personnes interrogées. Consommer des légumes, des légumes et des fruits à la maison, ce qui est une habitude considérée comme saine. Dans 60 % des personnes interrogées, leur nourriture et leur famille ont également des doses de type en conserve et incrustés (jambon, saucisse, mortadelle) qui ne sont pas considérées comme si saines. Un autre point fort de l’étude est la consommation d’aliments congelés de diverses catégories et semi-prêts, nous avons un pourcentage de 33,9% de la consommation par les familles interrogées contre 32,5% des aliments biologiques consommés par les répondants.

Ce document présente ses limites de l’ordre méthodologique, qui vient du fait que les gens ont tendance à répondre de la façon qu’ils considèrent socialement correcte et dans ce cas, ne rapportent pas spécifiquement leur réalité (LIMA FILHO 2009). L’étude visait à souligner l’importance aussi du degré d’éducation des personnes au détriment du nombre de repas qu’elles prennent quotidiennement et a obtenu des données importantes qui corroborent pour la recherche future dans le contexte de la consommation alimentaire et des habitudes Les femmes sur le marché du travail et leurs familles.

RÉFÉRENCES

BRASIL. Constituição (1.988). Constituição da República Federativa do Brasil. Brasília, DF: Senado, 1.988. BRASIL. Código Civil. Organização dos textos, notas remissivas e índices por Yussef Said Cahali. 2ª ed. São Paulo: RT, 1.999.

BORGES, C. M.; LIMA FILHO, D. O. Hábitos alimentares dos estudantes universitários: um estudo qualitativo. In: SEMINÁRIOS DE ADMINISTRAÇÃO, 7., 2004, São Paulo. Anais…, São Paulo, FEA/USP, 2004.

DECLARAÇÃO UNIVERSAL DOS DIREITOS HUMANOS. Disponível em: <http://www.direitoshumanos.usp.br/index.php/Declara%C3%A7%C3%A3o-Universal-dos-Direitos-Humanos/declaracao-universal-dos-direitos-humanos.html >.Acesso em: 15 Out. 2015.

GARCIA, R. W. D. Práticas e comportamento alimentar no meio urbano: um estudo no centro da cidade de São Paulo. Cadernos de Saúde Pública, Rio de Janeiro, v.13, n.3, p. 455-467, jul./set. 1997.

INSTITUTO BRASILEIRO DE GEOGRAFIA E ESTATÍSTICA (IBGE). [email protected] Campo Grande MS: IBGE, 2011. Disponível em: <http:// www.ibge.gov.br/cidadesat/topwindow.htm?1>. Acesso em: 15 Out. 2015.

LAMBERT, J. L. et al As principais evoluções dos comportamentos alimentares: o caso da França. Revista de Nutrição, Campinas, v.18, n. 5, p. 577-591, out. 2005.

LAMBERT, J.L.; BATALHA, M.O.; SPROESSER, R.L.; SILVA, A.L. da; LUCCHESE, T. As principais evoluções dos comportamentos alimentares: o caso da França. Revista de 45 Nutrição, Campinas, v. 18, n. 5, p. 577-591, 2005.

LELIS, C.T.; TEIXEIRA, C.M.D.; SILVA, N.M. • A inserção feminina no mercado de trabalho e suas implicações para os hábitos alimentares da mulher e de sua família, 2012.

LIMA FILHO, D.O. Valor percebido e o comportamento do consumidor de supermercado: um estudo exploratório em uma média cidade brasileira. Tese (Doutorado em Administração). São Paulo, Fundação Getúlio Vargas, 1999.

MARINHO, M. C. S.; HAMANN E. M.; LIMA, A. C. DA C. F. Práticas e mudanças no comportamento alimentar na população de Brasília, Distrito Federal, Brasil. Revista Brasileira de Saúde Materna e Infantil, v.7, n.3, Recife, 2007.

MINISTÉRIO DO TRABALHO E EMPREGO Disponível em: <http://bi.mte.gov.br/bgcaged/caged_isper/index.php>.Acesso em: 15 Out. 2015.

RODRIGUES, F. S.; SABES, J. J. S. A percepção do consumidor de alimentos “fora de casa”: um estudo multicaso na cidade de Campo Grande/MS. Caderno de Administração, Bauru, v. 14, n.2, p. 37-45, 2006.

REVISTA ELETRONICA EDUCAR PARA CRESCER. Disponível em: <http://educarparacrescer.abril.com.br/politica-publica/revolucao-escola-475912.shtml#>. Acesso em: 15 Out. 2015.

SCHLINDWEIN, M. M. Influência do custo de oportunidade do tempo da mulher sobre o padrão de consumo alimentar das famílias brasileiras. 2006. 119 p. Tese (Doutorado em Ciências) – Escola Superior de Agricultura Luiz de Queiroz, Universidade de São Paulo, Piracicaba, 2006.

SCHLINDWEIN, M. M.; KASSOUF, A. L. Influência do custo de oportunidade do tempo da Mulher sobre o padrão de consumo alimentar no Brasil. Pesquisa e Planejamento econômico, Rio de Janeiro, v.37, n.3, p. 489-520, dez. 2007.

SILIPRANDI, E. Políticas de segurança alimentar e relações de gênero. In: FARIA, N; NOBRE, M. (Orgs.). A produção do Viver. São Paulo, 2004.

SOARES, Sergei; IZAKI, Rejane Sayuri, A PARTICIPAÇÃO FEMININA NO MERCADO DE TRABALHO, 2002 , ISSN 1415-4765.

[1] Étudiant au doctorat en éducation, maîtrise en administration des affaires, diplôme d’études supérieures en enseignement à distance, diplôme d’études supérieures en gestion des personnes, diplôme en administration, travail social, technologie en gestion des ressources humaines, pédagogie.

Soumis: Avril, 2019.

Approuvé : juillet 2019.

Doctorant en éducation, Master en administration des affaires, Diplôme supérieur en enseignement à distance, Diplôme supérieur en gestion des personnes, Diplôme en administration des affaires, Travail social, Technologie en gestion des ressources humaines, Pédagogie.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here