Dans quelle mesure le Brésil et le monde bénéficient-ils de mesures d’isolement plus strictes?

0
10
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

ARTICLE DE RÉVISION

SUETUGO, Isabela Moreira [1], CARVALHO, Paula Bavaresco [2]

SUETUGO, Isabela Moreira. CARVALHO, Paula Bavaresco. Dans quelle mesure le Brésil et le monde bénéficient-ils de mesures d’isolement plus strictes? Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 05, Ed. 08, vol. 01, p. 87-105. août 2020. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/sante/mesures-disolement

RÉSUMÉ

Covid-19 a apporté plusieurs défis à travers le monde, dont l’un est la difficulté à définir des stratégies efficaces qui peuvent générer une réduction de l’incidence de cette pathologie, afin que nous puissions avoir un plus grand contrôle sur sa transmission et sa létalité. De nombreux pays ont opté pour des mesures non pharmacologiques en ra       ison du fait que nous n’avons pas encore de thérapies pharmacologiques scientifiquement prouvées. Le Brésil a présenté de nombreux obstacles dans les mesures de prévention contre cette pathologie, allant des conflits politiques entre les niveaux fédéral, étatiques et municipaux, à la portée de la non-population. On sait encore très peu de choses sur ce nouveau virus, en particulier son comportement épidémiologique, qui entre encore plus en conflit avec ses stratégies de lutte. Cette étude vise à analyser les mesures prises en matière d’isolement social dans plusieurs pays, dont le Brésil, en faisant une comparaison entre les meilleurs choix. Une recherche a été menée dans les principaux portails d’études de santé, à la recherche de preuves récentes qui pourraient générer une discussion sur les avantages et les inconvénients des stratégies des principales puissances mondiales qui ont généré des études sur l’isolement social et l’enfermement total de la population au détriment de la réduction des cas de coronavirus. Il est prouvé que l’isolement social avec l’enfermement total de la population au début de l’épidémie est plus efficace, bien que certains auteurs aient des opinions contraires. Toutefois, nous ne pouvons pas laisser aller la problématique politique, sociale et économique dans la réalisation de cette mesure qui suscite encore des débats entre les dirigeants, les professionnels de la santé et la population.

Mots-clés: COVID-19, coronavirus, isolement social, verrouillage.

INTRODUCTION

Covid-19 (maladie de Coronoavirus-19) est une pathologie émergente qui depuis sa diffusion a causé des dommages à la population de plusieurs pays. Elle se caractérise par une maladie qui affecte principalement le système respiratoire, causant de la fièvre et/ou de la toux et des difficultés respiratoires, avec 1/3 des patients évoluant avec le syndrome respiratoire aigu sévère. Vous pouvez avoir d’autres symptômes non spécifiques tels que la myalgie, maux de tête, confusion mentale, douleurs thoraciques et diarrhée. Les premiers cas sont survenus dans la ville de Wuhan, dans la province du Hubei, en Chine, début décembre 2019. Ce n’est que le 7 janvier 2020 qu’il a été identifié comme un nouveau coronavirus, nommé comme 2019-nCov par l’OMS (Organisation mondiale de la Santé). Le virus a encore un comportement épidémiologique inconnu, puisque les taux de létalité semblent être très variables, étant en Italie 9% et en Allemagne 0,3%. Cependant, il est connu qu’il existe de nombreux facteurs de risque qui peuvent influencer ces taux, tels que la maladie pulmonaire obstructive chronique, le diabète, l’obésité et l’hypertension artérielle systémique. Le 11 mars 2020 seulement, qui a déclaré la pandémie mondiale, avec un décompte mondial confirmé de 118.000 cas dans 114 pays, avec un nombre de morts de 4.200. Fin avril, la pandémie a atteint 213 pays avec plus de 3 millions de cas confirmés, montrant le grand impact de la maladie dans le monde (OMS, 2020).

Le Brésil se classe au deuxième rang du classement des pays ayant le plus de cas confirmés au monde avec plus de 1,5 million de cas, après les États-Unis d’Amérique, qui compte plus de 2,7 millions de cas. Il est également noté à partir du graphique fourni par l’Université d’Oxford que le Brésil est suivi respectivement par l’Inde avec 1,1 million d’autres, la Russie avec plus de 650 000 et l’Afrique du Sud avec plus de 270 000 cas, ce qui montre une grande distance dans le nombre de nouveaux cas au Brésil par rapport au monde (ANNEXE 1).

Toujours sur les caractéristiques de cet agent pathogène, il a été démontré que sa diffusion se produit en particulier par des gouttelettes respiratoires. Le virus se loge dans les sécrétions respiratoires de la personne infectée qui, lorsqu’elle éternue, tousse ou parle, les gouttelettes des voies respiratoires de cette personne peuvent atteindre les voies respiratoires d’une autre personne, en les contaminant. Une autre forme de transmission se fait à travers la surface des objets, touchant un objet contaminé et après avoir été en contact avec le nez, les yeux ou la bouche. En outre, il y a transmission d’aérosol après exécution des procédures de nébulisation ou d’intubation orotracheal (VELASCO et autres, 2020).

En raison de l’absence d’immunité préalable dans la population humaine et de vaccin contre l’agent pathogène, le nombre de cas a augmenté de façon spectaculaire. Dans cette perspective, les épidémiologistes ont proposé, comme moyen de prévenir la propagation du virus, des interventions non pharmacologiques, d’imposer des mesures qui pourraient empêcher la contagion des citoyens, allant du lavage des mains à la fermeture des frontières avec isolement social (GARCIA; DUARTE, 2020). L’Organisation panaméricaine de la santé (OPAS) a publié une note le 3 avril 2020 en faveur de mesures non pharmacologiques. La note suggère que ces mesures pourraient, en plus d’aplatir la courbe épidémique, atténuer l’effondrement des services de santé, en particulier dans les unités de soins intensifs. Parmi les mesures non pharmacologiques, nous avons l’enfermement total (verrouillage), la distanciation sociale sélective et l’expansion de la distanciation sociale, qui sont des mesures de distanciation entre les personnes, afin de contenir la transmission entre eux. Selon Nakamura (2020, p.3)

Le verrouillage est le plus haut niveau de sécurité et peut être nécessaire dans une situation de grave menace pour le système de santé. Lors d’un verrouillage complet, toutes les entrées périphériques sont bloquées par des professionnels de la sécurité et personne n’est autorisé à entrer ou sortir du périmètre isolé. Il diffère d’autres mesures de distanciation sociale, telles que la distanciation sociale élargie, connue sous le nom de quarantaine, et la distanciation sociale sélective, connue sous le nom d’isolement vertical. La distanciation sociale élargie est une mesure de distanciation sociale qui ne se limite pas à des groupes spécifiques, exigeant que tous les secteurs de la société restent en résidence pendant la durée du décret de la mesure par les gestionnaires locaux. Cette mesure limite autant que possible le contact entre les personnes. La distanciation sociale sélective est une distanciation sociale où seuls quelques groupes sont isolés, et les groupes les plus à risque de développer la maladie ou ceux qui peuvent présenter une affection plus grave, comme les personnes âgées et les personnes atteintes de maladies chroniques (diabète, maladies cardiaques, etc.) sont sélectionnés. ou des conditions à risque telles que l’obésité et le risque de grossesse. Les personnes de moins de 60 ans peuvent se déplacer librement si elles sont asymptomatiques.

Selon l’OPAS (2020), il existe encore des mesures telles que l’isolement des personnes, c’est-à-dire la séparation des patients atteints de la maladie visant la non-transmission, et la quarantaine des personnes, qui restreint les activités et sépare les personnes non malades afin d’éviter l’apparition de nouveaux patients infectés. Les mesures les plus radicales, comme l’enfermement à domicile, ont été indiquées par l’OPAS dans des « segments choisis », comme pour la population âgée, les personnes à risque plus élevé de décès ou la population dans son ensemble, lorsqu’il existe des contextes juridiques, administratifs et de sanctions qui permettent ce type d’activité. Cet enfermement peut se faire en instaurant des mesures de couvre-feu ou en limitant la circulation des personnes dans un périmètre prédéfini, en n’étant autorisés à partir qu’à des fins médicales et à des tâches ménagères de subsistance.

Toutefois, ces mesures d’isolement social et même d’enfermement total de la population présentent de nombreux problèmes, tels que les déficits de la structure sociale et, surtout, économiques de nombreux pays, comme l’a indiqué la mise à jour de la note du 3 avril 2020 de l’OPAS lancée le 24 avril 2020. La mise à jour a mis en évidence de nombreuses questions de la part des gouvernements concernant l’adoption de « mesures sévères de distanciation sociale et de mesures liées aux voyages » et le document visait à répondre à ces doutes et à guider la prise de décision des dirigeants que nous citerons plus loin dans la discussion de l’article.

Le 3 février 2020, l’épidémie a été déclarée au Brésil, considérée comme une urgence de santé publique, et le 6 février 2020, la loi n° 13 979 a été sanctionnée, qui détermine les mesures de lutte contre l’épidémie de COVID-19, en plus d’assigner des stratégies prétendument efficaces d’interventions non pharmacologiques (GARCIA; DUARTE, 2020). Toutefois, le Brésil, comme d’autres pays latins, souffre de nombreux obstacles, tels que le manque de sensibilisation de la population à l’isolement, le manque d’infrastructures dans les unités de santé du pays, une grande inégalité sociale et des difficultés à tracer une linéarité dans ses mesures pour faire face à la maladie, puisque chaque État et chaque ville avaient des postures différentes concernant la pandémie. De nombreuses questions ont été soulevées au sujet de la légalité de l’exécution d’une détention obligatoire, ce qui peut porter atteinte au droit d’aller et venir de l’être humain (BEZERRA et al., 2020). Tout ce contexte génère une grande discussion sur les avantages réels de l’exécution d’activités aussi sévères.

OBJECTIFS

L’objectif de cette étude était d’analyser les avantages et les inconvénients du verrouillage et de comparer les stratégies menées à l’échelle mondiale et nationale. Viser la meilleure analyse actuelle sur les stratégies de prévention et la réduction du taux d’incidence dans le monde.

MÉTHODOLOGIE

Pour la présente étude, 26 sources ont été recherchées parmi des articles en portugais et en anglais, des livres et des sources de données épidémiologiques dans le monde entier et à l’échelle nationale, à l’aide de bases de données nationales et internationales : MEDLINE/PubMed, Scielo, The Lancet, Natural Medicine, site de recherche de l’Organisation mondiale de la Santé et du site de recherche Google Academic. Les mots clés utilisés pour la sélection des articles étaient : « verrouillage » ; « covid-19 »; « coronavirus; » l’isolement social »; « épidémie »; et le « contrôle ».

Après une enquête bibliographique, deux chercheurs ont effectué une lecture exploratoire des articles sélectionnés dans le domaine de la santé collective et épidémiologique afin d’identifier ceux qui pourraient intéresser la construction des travaux, en fonction des choix des articles les plus récents et qui traitent du thème afin d’être scientifiquement prouvés par des méthodes réelles. Ensuite, une lecture sélective et approfondie a été effectuée pour identifier ceux du contenu qui sont vraiment pertinents à la préparation de cet examen.

DISCUSSION

Nous avons cherché des articles qui pourraient mettre en évidence les avantages et les inconvénients d’un confinement plus strict comme le verrouillage. Un débat promu par le site The BMJ (2020) et même s’il existe de nombreux facteurs qui indiquent le verrouillage comme une bonne alternative, il ya des auteurs qui diffèrent de cette opinion. La recherche montre qu’au début, c’est une bonne stratégie, mais dans les blocages prolongés, il y a un déficit économique pertinent, générant des taux de chômage élevés, par exemple (TODA MATÉRIA, 2020).  Martin et al. (2020) souligne les lourdes pertes de l’économie mondiale dues aux mesures de distanciation sociale. Il cite un rapport de la Banque mondiale montrant que 11 millions de personnes pourraient tomber sous le seuil de pauvreté en Asie de l’Est et dans le Pacifique, et souligne la baisse du produit intérieur brut (PIB) de la première puissance mondiale, les États-Unis d’Amérique, de 4,8 pour cent au premier trimestre de 2020. L’article met également en garde contre les soins que les pays doivent démontrer, tels que le chômage à grande échelle, le besoin accru de ressources de santé publique, le taux élevé de pauvreté dans le monde et le temps long pour la reprise économique dans les pays sous-développés.

Outre les défis économiques, de nombreux problèmes de santé sont également apparus avec l’exécution d’un blocus. Un article publié par The Lancet (2020) le 4 juillet 2020 a montré la déception des auteurs dans la dichotomie qui existe dans l’idée de fermeture des échanges et d’isolement social. L’article indique que l’UNICEF et les auteurs croient que les blocus peuvent tuer des gens par l’interruption des services de santé et la privation de moyens de subsistance, affirmant que les populations vivant en marge de l’économie bénéficient peu du blocus, et que les enfants sont les plus exposés à une telle vulnérabilité. Dans les pays en développement du continent africain, beaucoup de difficultés de communication avec la population ont été relevées, ce qui se produit depuis l’épidémie d’Ebola et de VIH et demeure à ce jour, en raison de l’hétérogénéité des ethnies, des cultures et des habitudes de la population (JOHNSON et GORONGA, 2020). En ce qui concerne les enfants et les adolescents, l’article de Knopf (2020), publié dans le Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry, il y a une plus grande possibilité d’augmentation des troubles psychiatriques chez les enfants et les adolescents pendant la période de quarantaine, puisque la fermeture des écoles a généré un isolement social des jeunes, les laissant plus seuls. En outre, il a également été démontré par l’article multinational de Roso et al. (2020), qui a analysé les adolescents isolés socialement en Italie, en Espagne, au Chili, en Colombie et au Brésil, une augmentation des mauvaises habitudes alimentaires des adolescents, augmentant ainsi le risque subséquent de maladies métaboliques et dégénératives.

Au Brésil, plusieurs défis sont apparus pour être surmontés, comme dans d’autres pays, depuis le manque de scolarisation de la population, les problèmes de chômage et le stress psychologique, comme en témoigne l’étude de Garcia et Duarte (2020). Le gouvernement fédéral brésilien, avec sa politique axée sur l’économie, a répandu l’idée d’un Brésil qui ne peut pas s’arrêter, encourageant le maintien de la circulation des personnes dans les rues et suivant les activités commerciales. Ce discours est venu en contrepoint aux mesures prises, en particulier dans certaines entités fédératives telles que São Paulo, épicentre de la maladie, avec un isolement social plus strict. Ces divergences de dialogues et de conflits politiques ont encore aggravé la pandémie, aggravée par un différend politique et l’apparition de fake news diffusées par les médias et les réseaux sociaux. Il était donc très difficile pour la population d’être affectée par l’isolement et la distanciation, affectant directement la conformité de la population (AQUINO, 2020). En outre, il y a eu de larges discussions sur la question de savoir si le verrouillage aurait légalement constitué un soutien, puisqu’il peut porter atteinte au droit du citoyen d’aller et venir. Comme mentionné dans l’article de Nakamura (2020), le verrouillage devrait être considéré comme un instrument pour protéger la santé et la vie des gens. Toutefois, il limite intensément un droit fondamental de locomotion prévu à l’article 5, point XV de la Constitution dans les termes suivants: « il est libre de locomotion sur le territoire national en temps de paix, et toute personne, en vertu de la loi, entre, reste ou part avec ses biens ». La liberté de mouvement couvre la liberté de mouvement elle-même et celle du mouvement. Selon la leçon de José Afonso da Silva, « la liberté de circulation sur le territoire national en temps de paix, contient le droit d’aller et venir (voyage et migration) et de rester et de rester, sans autorisation ». Le droit de mouvement, selon José Afonso da Silva, « consiste en la faculté de passer d’un point à l’autre, par une voie publique affectée à l’usage public ».

Toutefois, les inconvénients mentionnés ci-dessus sont contrebalancés par d’autres solutions. Même l’article de Martin et al.  (2020), qui présente des points extrêmement négatifs sur l’enfermement, montre que covid-19 sans aucune protection conduirait à un choc économique massif dans le système et, en fait, il existe des moyens d’éviter d’aggraver la situation économique, comme l’a été la mise en œuvre de la Loi CARES (Loi sur l’aide au coronavirus, l’aide et la sécurité économique) sanctionnée aux États-Unis le 27 Mars 2020 par le président Trump , aider 90% des chômeurs financièrement. En outre, tous les articles cités dans les paragraphes ci-dessus dans cette discussion ne dénotent pas de certitude dans les données, ce qui indique clairement qu’il s’agirait de « possibilités ».

Nous pouvons voir des articles qui indiquent d’autres points positifs du verrouillage dans les pays qui ont adhéré à la mesure. En Italie et en Espagne, pays gravement touchés par la maladie, il a été démontré qu’après l’enfermement, il y avait eu une forte réduction de l’incidence de la maladie, conduisant à un véritable aplatissement de la courbe épidémiologique de ces pays (TOBIAS, 2020). En particulier en Italie, il est prouvé que les restrictions de contact ont eu un effet sur la diminution de l’incidence de neuf jours dans les sites les plus répandus, avec des effets en moyenne de 14 à 18 jours dans le pays (VINCETI et al., 2020). Dans d’autres pays européens, la Grèce, même si elle ne s’est pas encore stabilisée économiquement, a été l’un des pays qui ont adhéré au verrouillage qui s’est le mieux démarqué, a réussi à aplatir la nouvelle courbe des cas sans aggraver davantage la situation instable du système de santé du pays et générer d’importants déficits économiques. En outre, ce n’est qu’après la Norvège et la Finlande que le nombre de décès par million d’habitants est le plus faible, en raison des investissements massifs dans le système de santé que les deux derniers ont fait (MORIS; SCHIZAS, 2020). Une autre étude menée au Royaume-Uni, un pays également très touché par covid-19, a calculé qu’il y avait un niveau élevé d’acceptation des mesures d’isolement prises par le gouvernement et a entraîné une diminution de 74% du nombre total de contacts physiques, non physiques, par les gens, et cette restriction de contact conduira à une réduction de l’incidence, même si elle n’est pas immédiate (JAVIS et al., 2020).

En ce qui concerne le continent asiatique, à l’épicentre de la pandémie à Wuhan, il y a eu une diminution de la croissance exponentielle de nouveaux cas. Toutefois, en dehors de la zone de blocage, l’incidence a continué d’augmenter, attribuant au blocus un signal positif pour retarder la contagion de nouveaux individus (LAU et al.,, 2020). Il a été possible de réaffirmer que l’assouplissement des mesures préventives a généré une augmentation de 71,8% du nombre de nouveaux cas, selon l’article de Hussein et al. (2020), avec l’assouplissement des mesures en Israël, qui, même si elle n’était pas sur le même continent, a évolué avec la même histoire. Comme un pays sous-développé, dans un article publié par le Journal of Infections in Developed Countries, l’Inde a effectué un blocus prolongé de 19 jours, suivi de blocus de moins de 14 jours, avec certains assouplissements, et a réussi à réduire les cas relativement nouveaux et la mortalité par million d’habitants (KRISHAN et KANCHAN, 2020). Un autre article de l’Inde a montré, à travers une méthodologie mathématique, qu’il y avait des effets vraiment positifs sur les confinements et, suggère même, que le blocus se ferait 21 jours dans tout le pays et qu’une prolongation de 21 jours supplémentaires améliorerait l’interruption de la transmission en chaîne (AMBIKAPATHY et KRISHNAMURTHY, 2020).

Toujours en ce qui a fait parler des pays en développement, le continent africain a déjà été confronté à une épidémie d’un virus peu connu à l’époque, Ebola, il y a environ 6 ans et est toujours confronté à une épidémie de VIH. Ces expériences ont apporté de nombreuses leçons aux pays de ce continent, tels que le Zimbabwe et la Sierra Leone, qui ont nécessité des investissements élevés dans la sensibilisation de la population afin que les mesures de prévention soient plus efficaces et nuisent moins aux pays qui vivent déjà dans une situation de marginalité sociale et économique. Cette étude a également montré qu’il est possible de mettre en œuvre des stratégies qui rapprochent la population de la nécessité de la prévention, malgré le manque de ressources de ces pays (JOHNSON et GORONGA, 2020).

En ce qui concerne les problèmes de santé mentale, l’article de Matias et al. (2020) ne nie pas que l’isolement a des effets néfastes sur la santé mentale, cependant, il existe des stratégies qui peuvent améliorer ces dommages, tels que l’activité physique, même effectuée dans l’isolement social, ce qui conduirait également à une diminution des facteurs de risque cardiovasculaires. En outre, l’étude d’Hoffman et al. (2020), démontre d’une manière scientifique que nous pouvons proposer trois stratégies simples différentes pour alléger les charges sociales, psychologiques et économiques tout au long de la pandémie, telles que: la recherche de similitudes (les individus devraient rechercher des similitudes dans les contacts qui ont des sujets et des caractéristiques qui attirent leur attention, comme un moyen de restructurer un réseau de contacts), le renforcement des interactions dans les communautés (les individus devraient interagir d’une manière triade , rendre votre contact le même que celui de votre ami, de sorte que cela renforce un dialogue entre ce groupe), et l’interaction répétée avec les mêmes personnes pour créer des bulles (ces réseaux étroits fournissent un plus petit contact avec les individus, il serait indiqué pour les personnes âgées ou avec des facteurs de risque préexistants, de sorte qu’ils limitent le contact avec les personnes qui peuvent éventuellement transmettre la maladie).

Au Brésil, selon Datafolha, qui a interrogé un échantillon de 1 511 personnes en avril 2020 dans plusieurs États, 76 % de la population était favorable au maintien de la distanciation sociale, ce qui prouve que la population s’intéresse aux mesures non pharmacologiques (AQUINO et al. 2020). En outre, selon les données recueillies par les Secrétariats d’État à la santé, la courbe d’incidence continue d’augmenter (ANNEXE 2), mais dans l’État de São Paulo, la courbe s’est légèrement aplatie ces dernières semaines, ce qui peut ou non faire référence à l’isolement du gouvernement, même avec les divergences de conduite par rapport au gouvernement fédéral.

Toujours sur l’enfermement et les questions qui se sont posées au sujet de son autorisation légale au Brésil, l’article de Nakamura (2020, p.5) dit que :

Le droit à la locomotion peut être restreint même en temps de paix, à condition qu’il existe un autre droit fondamental d’être protégé par la mise en œuvre d’une mesure restreignant la locomotion des personnes, par exemple pour empêcher l’expansion d’une pandémie. Selon l’avis de la Cour fédérale suprême, « il n’y a pas de droit absolu à la liberté d’aller et venir (CF, art. 5, XV) et, par conséquent, il y a des situations dans lesquelles il est nécessaire de tenir compte des intérêts contradictoires dans l’évaluation du cas spécifique13 » […] Il y a la soi-disant « police sanitaire », fondée sur le point II de l’art. 200 de la Constitution fédérale, qui doit être exercée par l’Union , Les États, le district fédéral et les municipalités, en raison de l’art. 23, II, de la Constitution fédérale. Si, en raison du stade de la pandémie, sur la base de raisons éprouvées dans les études techniques, l’adoption du confinement est nécessaire, comme mesure de police sanitaire la plus appropriée et la plus efficace, les États et les municipalités peuvent le décréter. Si le stade de l’épidémie justifiant la mesure la plus restrictive est contenu sur le territoire d’une municipalité, il ordonne le confinement; s’il a dépassé le champ d’application d’une municipalité, l’État ordonne le confinement; enfin, si elle a dépassé le champ d’application d’un État, l’Union doit ordonner le blocage.

Ainsi, on peut conclure que même en nuise au droit d’aller et venir du citoyen, il est toujours du devoir de l’État de prendre soin de sa santé, et le verrouillage peut être décrété. En outre, dans les considérations prises par l’OPS sur la distanciation sociale et les restrictions de voyage, il a été suggéré que ce confinement se fasse avec des applications d’outils juridiques, en créant des mesures administratives qui peuvent sanctionner le soutien juridique à une telle attitude, en évaluant l’adéquation juridique

CONCLUSION

La maladie, parce qu’elle émerge et se développe rapidement, apporte de grandes difficultés à déliner les données statistiques, à prévenir et à retarder de nombreux processus de prévention. Dans le monde entier, la maladie s’est aggravante dans la plupart des pays et a eu des effets drastiques, en particulier sur l’économie. Il y a eu de nombreuses différences dans la façon dont l’isolement entre les pays est fait. Il était donc encore plus difficile d’élaborer des plans efficaces et sécuritaires pour un confinement efficace.

Toutefois, de nombreux pays conviennent que la meilleure stratégie est celle des mesures non pharmacologiques, principalement en raison de l’absence de traitement spécifique et de vaccins efficaces. Bien sûr, nous ne pouvons pas nous empêcher de parler des problèmes de santé que l’isolement cause dans la société, mais nous avons pu montrer, dans plusieurs articles, que l’éducation de la communauté associée à l’investissement et au soutien à la santé de la population, par la puissance publique, peut être un moyen efficace d’éviter de plus grands dommages causés par le coronavirus et la distanciation sociale. Ces stratégies soutiennent davantage les dirigeants dans l’acceptation d’une stratégie plus stricte d’isolement, car même avec les pertes économiques, il n’y a aucun moyen de contester que l’enfermement social diminue la courbe d’incidence de la maladie.

Au Brésil, les défis internes du pays, tels que les divergences politiques entre les niveaux municipal, étatique et fédéral, compromettent davantage le contrôle du taux d’incidence de la maladie. Toutefois, nous ne pouvons manquer de constater que d’autres pays en développement aussi peuplés que le Brésil, comme l’Inde et la Chine, ont bénéficié du blocage. L’Inde est un exemple actuel, le pays indien a réussi à rester avec moins de cas accumulés que le Brésil, occupant la troisième position dans le classement, même avec une population de 1,3 milliard d’habitants par rapport aux 209,5 millions d’habitants que le Brésil a, selon la Banque mondiale. Même s’il y a des cas de sous-déclaration, nous pouvons encore souligner la différence entre ces deux pays dans les nouvelles données de cas.

En conclusion, dans de nombreux pays, il était essentiel de prendre des stratégies strictes d’isolement social, pour réussir à contrôler cette pandémie de coronavirus. Toutefois, le verrouillage devrait être planifié et exécuté d’une manière très bien planifiée, compte tenu de l’aspect démographique et épidémiologique. Il est prouvé dans la recherche que les pays qui ont eu le plus de succès étaient ceux qui avaient planifié à l’avance et cherché à éviter les conflits internes, tels que la Norvège (investissement élevé dans la santé) et les pays africains (investissement élevé dans des stratégies qui rapprochent la population de l’acceptation des mesures préventives). Il est également clair qu’il existe d’autres facteurs qui interfèrent avec le taux d’incidence, mais la prévention de la transmission par des mesures non pharmacologiques s’avère être une stratégie efficace à faible coût pour le gouvernement (qui permet même aux pays marginalisés d’adhérer à cette pratique). Et tant qu’il n’y aura pas de formes pharmacologiques cohérentes et spécifiques qui puissent diminuer l’incidence de la maladie, il s’agit d’une stratégie qui peut être suivie par plusieurs pays.

RÉFÉRENCES

AMBIKAPATHY, B.; KRISHNAMURTHY, K. Mathematical modellind to assess the impact of lockdown on COVID-19 transmission in India: Model development and validaton. Departament of Instrumentation Engineering, Madras Institute of Technology Campus, Chennai, Tamil Nadu, India, 7 de maio de 2020, v. 6, n. 2. Disponível em: <https://publichealth.jmir.org/2020/2/e19368/>. Acesso em: 28 de julho de 2020.

AQUINO, E. M. L. et al. Medidas de distanciamento social no controle da pandemia de COVID-19: potenciais impactos e desafios no Brasil. Ciência e Saúde Coletiva, 5 de junho de 2020. Disponível em: <https://www.scielosp.org/article/csc/2020.v25suppl1/2423-2446/pt/ >. Acesso em: 28 de julho de 2020.

BEZERRA, A. C. V. et al. Fatores associados ao comportamento da população durante o isolamento social na pandemia de COVID-19. Ciênc. Saúde coletiva, v. 25, Rio de Janeiro, Brasil. Disponível em: <https://www.scielo.br/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1413-81232020006702411&tlng=pt>. Acesso: 26 de junho de 2020.

CDC European. Casos acumulados de COVID-19. Dos dia 19 de janeiro de 2020 ao dia 28 de julho de 2020. Disponível em: <https://ourworldindata.org/coronavirus-data-explorer?yScale=log&zoomToSelection=true&minPopulationFilter=1000000&casesMetric=true&totalFreq=true&aligned=true&hideControls=true&smoothing=0&country=&pickerMetric=location&pickerSort=asc>. Acesso em: 28 de julho de 2020

GARCIA, L. P.; DUARTE, E. Intervenções não farmacológicas para o enfrentamento à epidemia da COVID-19 no Brasil. Epidemiol. Serv. Saúde, Brasília, Brasil, v. 29, n. 2,  e. 2020222,    2020 .  Disponível em: <http://www.scielo.br/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S2237-96222020000200100&lng=en&nrm=iso>. Acesso: 26 de junho de 2020.

HOFFMAN, M. et al. Estratégias de distanciamento baseadas em redes sociais para nivelar a curva COVID-19 em um mundo pós-bloqueio. Nat Hum Behav, 4 de junho de 2020, v.4, p. 588–596. Disponível em: <https://doi.org/10.1038/s41562-020-0898-6>. Acesso 28 de julho de 2020.

HOU, Z. et al. Cross-country comparison of public awareness, rumours, and behavioural responses to the COVID-19 epidemic: An internet surveillance study. Journal of Medical Internet Research, 6 de junho de 2020. Disponível em: <https://s3.ca-central-1.amazonaws.com/assets.jmir.org/assets/preprints/preprint-21143-accepted.pdf>. Acesso em: 28 de julhode 2020.

HUSSIEN, N. R. et al. A sharp increase in the number od COVID-19 cases and case fatality rates after lifiting the lockdown in Kurdistan region of Iraq. Annals od Medicine and Surgery, Setembro de 2020, v.57, p. 140 – 142. Disponível em: < https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2049080120302120?via%3Dihub>. Acesso em: 28 de julho de 2020.

IBARRA-VEGA, Danny. Lockdown, one, two, none, or smart. Modeling containing covid-19 infection. A conceptual model. Science of the total environment, v. 730, August 2020, n. 138917. Disponível em: <https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0048969720324347?via%3Dihub>. Acesso em: 26 de junho de 2020.

JAVIS, C. I. et al. Quantifying the impact of physical distance measures on the transmission of COVID-19 in the UK. BMC Medicine, 7 de maio de 2020, n. 124. Disponível em:< https://bmcmedicine.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12916-020-01597-8>. Acesso em: 28 de julho de 2020.

JOHNSON, O.; GORONGA, T. Why communities must be at the centre of Coronavirus disease 2019 response: Lessons from Ebola na Human immunodeficienty virus in Africa. African Journal of Primay Health Care & Family Medicine, 22 de junho de 2020. Disponível em: <file:///C:/Users/caezi/Downloads/2496-27472-1-PB.pdf>. Acesso em: 28 de julho de 2020.

KNOPF, A. Prepare for increased depression, anxiety in youth due to COVID-19 lockdown. Wiley Online Library, 24 de julho de 2020. Disponível em: <https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1002/cpu.30511>. Acesso em: 28 de julho de 2020.

KRISHAN, K.; KANCHAN, T. Lockdown is a effective ‘vacine’ gainst COVID-19: a messagem from India. The Journal of Infection in Developing Countries, 6 de junho de 2020, v. 14. Disponível em: <https://jidc.org/index.php/journal/article/view/12931>. Acesso em: 28 de julho de 2020.

LAU, H. et al. The positive impact of lockdown in Wuhan on containing the COVID-19 outbreak in China. Journal of Travel Medicine, v. 27, ed. 3 de abril de 2020. Disponível em: <https://academic.oup.com/jtm/article/27/3/taaa037/5808003>. Acesso: 1 de julho de 2020.

MARTIN, A. et al. Socio-economic impacts of COVID-19 on household consumption em poverty. 23 de julho de 2020. Disponível em: <https://link.springer.com/article/10.1007/s41885-020-00070-3>. Acesso em: 28 de julho de 2020.

MATIAS, T, DOMINKIi, F.H., MARKS, D.F. (2020) Human needs in COVID-19 isolation. Journal of Health Psychology, 6 de maio de 2020. Disponível em: <https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/1359105320925149>. Acesso em: 28 de julho de 2020.

MELNICK, E. R; IOANNIDIS, J. P A. Should governments continue lockdown to slow the spread of covid-19? BMJ 2020; v.369. Disponível em: <https://www.bmj.com/content/369/bmj.m1924.long>. Acesso: 3 de julho de 2020.

MORIS, Dimitrios; SCHIZAS, Dimitrios. Lockdown during COVID-19: The Greek success. In Vivo, v. 34, ed. n. 3, p. 1695 – 1699, 2020. Disponível em: <http://iv.iiarjournals.org/content/34/3_suppl/1695.long> Acesso: 1 de julho de 2020.

NAKAMURA, A. L. S. A possibilidade de decretação do “lockdown” pelos Estados em razão da Covid-19. São Paulo, Brasil. Disponível em: <https://preprints.scielo.org/index.php/scielo/preprint/view/551/723>. Acesso: 3 de julho de 2020.

NETO, R. A. B. Infecção pelo vírus Influenza e coronavírus (COVID-19). In: VELASCO, I. T. et al.  Medicina de Emergência: Abordagem Prática. 14.ed.  São Paulo: Editora Manole, 2020. Cap. 57, p. 717 – 728.

ORGANIZAÇÃO PAN-AMERICANA DE SAÚDE. Considerações sobre medidas de distanciamento social e medidas com as viagens no contexto da resposta à pandemia de COVID-19. 3 de abril de 2020. Disponível em: < https://iris.paho.org/bitstream/handle/10665.2/52045/OPASBRACOVID1920039_por.pdf?sequence=9 >. Acesso em: 28 de julho de 2020.

ORGANIZAÇÃO PAN-AMERICANA DE SAÚDE. Considerações sobre ajustes das medidas de distanciamento social e medidas relativas a viagens no contexto da resposta à pandemia de COVID-19. 24 de abril de 2020. Disponível em: < https://iris.paho.org/bitstream/handle/10665.2/52045/OPASBRACOVID1920039a_%20por.pdf?sequence=8 >. Acesso em: 28 de julho de 2020.

RUIZ-ROSO, M.B. A. Covid-19 Confinement and Changes of Adolescent’s Dietary Trends in Italy, Spain, Chile, Colombia and Brazil. Nutrients 2020, n12, p.1807. Disponível em: <https://www.mdpi.com/2072-6643/12/6/1807#cite>. Acesso em: 28 de julho de 2020.

THE LANCET. Lockdown is not egalitarian: the costs fall on the global poor. 19 de julho de 2020. Disponível em: <https://www.thelancet.com/action/showPdf?pii=S0140-6736%2820%2931422-7>. Acesso em: 28 de julho de 2020.

TOBÍAS, A. Evaluation of the lockdowns for the SARS-CoV-2 epidemic in Italy and Spain after one month follow up. Sci. Total Environ., v.725, artigo 138539, 2020. Disponível em: <https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0048969720320520?via%3Dihub>. Acesso: 1 de julho de 2020.

VINCETI, M. et al. Lockdown timing and efficacy in controlling COVID-19 using mobile phone tracking. EcClinical Medicine, 13 de julho de 2020. Disponível em: <https://www.thelancet.com/journals/eclinm/article/PIIS2589-5370(20)30201-7/fulltext>. Acesso em: 28 de julho de 2020.

ANNEXES

ANNEXE 1

ANNEXE 2

[1] Étudiant en médecine.

[2] Diplômé de l’école de médecine.

Envoyé : juillet 2020.

Approuvé : août 2020.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here