REVISTACIENTIFICAMULTIDISCIPLINARNUCLEODOCONHECIMENTO

Revista Científica Multidisciplinar

Pesquisar nos:
Filter by Categorias
Administration
Administration navale
Agronomie
Architecture
Art
Biologie
Chimie
Communication
Comptabilité
cuisine
De marketing
Dentisterie
Déontologie
Droit
Éducation
Éducation physique
Environnement
Génie Agricole
Génie chimique
Génie de l’environnement
génie électrique
Génie informatique
Génie mécanique
Géographie
Histoire
Ingénierie de production
Ingénierie de production
l'informatique
Littérature
Mathématiques
Météo
Nutrition
Paroles
Pédagogie
Philosophie
Physique
Psychologie
Santé
Science de la Religion
Sciences aéronautiques
Sciences sociales
Sem categoria
Sociologie
Technologie
Théologie
Tourisme
Travaux Publics
Vétérinaire
Zootechnie
Pesquisar por:
Selecionar todos
Autores
Palavras-Chave
Comentários
Anexos / Arquivos

Les procédés de groupe au cinéma : Douze Hommes en colère

RC: 118462
471
Rate this post
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!

CONTEÚDO

ARTICLE DE REVUE

ABREU, Liliane Alcântara de [1], MELO, Natalia Sayuri [2], SOARES, Pamela Cristina [3], CYPRIANO, Nathalia Gonçalves Domingues [4], NUNES, Letícia Monteiro [5], SILVA, Gabriella Braga Dias da [6], HAERTHEL, Susan Mara [7], MENDES, Matheus Passos [8]

ABREU, Liliane Alcântara de. Et al. Les procédés de groupe au cinéma : Douze Hommes en colère. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An. 07, éd. 01, vol. 05, p. 94-130. Janvier 2022. ISSN : 2448-0959, Lien d’accès : https://www.nucleodoconhecimento.com.br/psychologie-fr/procedes-de-groupe

RÉSUMÉ

Cet article visait à aborder et analyser le film « Douze Hommes en colère » (LUMET, 1957), à partir d’apports théoriques et de techniques différenciées de dynamique de groupe. Dans ce contexte, la question directrice a été soulevée : les individus avec des différences socioculturelles spécifiques et des historicités divergentes collaborent-ils aux développements psychologiques dans les processus de groupe ? Ainsi, l’objectif général était basé sur la compréhension des différentes techniques de dynamique de groupe et leur applicabilité. L’hypothèse était basée sur l’hypothèse que les individus ayant des histoires antagonistes peuvent contribuer avec leurs différentes expériences à l’applicabilité des techniques de dynamique de groupe et à la maturation du sujet. En tant que méthodologie, la recherche a été soutenue par le principal point d’observation et d’analyse du film « Douze Hommes en colère » (LUMET, 1957) et la relation avec l’examen théorique des chercheurs pour réfléchir et analyser leurs influences, sur la base de la principes des fondements historiques, épistémologiques et techniques des théories sur les groupes. Dans cette perspective, il était nécessaire de reconnaître les processus psychologiques et comportementaux dans le contexte du groupe et de comprendre la nature des groupes à travers les processus psychologiques propres au film. En conséquence et conclusions, il a été compris qu’à partir de l’intersection des théorisations avec les dynamiques présentées dans le film, que, aussi différentes que soient ces perspectives, l’analyse des groupes part du postulat que les processus de groupe se transforment à partir des actions des individus , ainsi que leurs positions économiques et culturelles.

Mots clés : Cinéma, Dynamique, Groupes, Psychologie, Société.

1. INTRODUCTION

Le but de ce travail était d’analyser l’art et les processus de dynamique de groupe. Ainsi, l’étude réalisée au premier semestre (mars à mai) 2021, a pris en compte les études de Kurt Lewin à Mailhiot (2013), Moreno à Russo (2010), Schutz (1979 ; 1989) et Pichon-Rivière (2009) du point de vue du film « Douze hommes et une phrase » (LUMET, 1957).

Dans ce contexte, la question directrice suivante a été soulevée : les individus ayant des différences socioculturelles spécifiques et des historicités divergentes collaborent-ils aux développements psychologiques dans les processus de groupe ?

Ainsi, l’objectif général était basé sur la compréhension des différentes techniques de dynamique de groupe et leur applicabilité. En conséquence, les objectifs spécifiques ont été élargis pour comprendre les théories et comment chacun des auteurs – Lewin, Schutz, Moreno, Pichon-Rivière – a travaillé avec des processus de groupe ; comprendre comment les relations intergroupes discriminatoires et l’historicité peuvent agir dans une dynamique de groupe, et trouver dans le film une intervention possible de chacun des théoriciens.

À partir de là, il a donc été possible d’observer les signes comportementaux qui constituent l’hypothèse d’analyse des sujets impliqués dans l’intrigue, et qui reposait sur l’hypothèse que des individus aux histoires antagonistes peuvent contribuer avec leurs différentes expériences à la applicabilité des techniques de dynamique des groupes et maturation des sujets. De ce point de vue, les doutes initiaux sur le film ont été dissipés par la construction narrative elle-même très claire.

En tant que méthodologie, la recherche s’est appuyée sur le principal point d’observation et d’analyse du film « Douze Hommes en colère » (LUMET, 1957) et l’enquête de l’examen théorique de ces chercheurs pour réfléchir et analyser leurs influences, sur la base de les principes fondamentaux des aspects historiques, épistémologiques et techniques des théories des groupes. De ce point de vue, les processus psychologiques et comportementaux ont été reconnus dans le contexte du groupe et la compréhension de la nature des groupes à travers les processus psychologiques propres au film.

Le groupe de huit étudiants a été divisé en quatre sous-équipes (avec deux membres dans chaque équipe), dont chacune était chargée d’observer attentivement et d’analyser un seul théoricien, de sorte que chaque perception soit exempte de l’interférence d’autres auteurs, divisés en séances. Ainsi, la question initiale de savoir comment le groupe identifierait la méthodologie des théoriciens en question dans cette étude a été simplifiée. Cela permettrait de les comparer plus facilement et de discuter de leurs pratiques.

Par conséquent, au moment de commencer l’analyse du film, l’équipe de cet article s’est concentrée non seulement sur la théorisation effective initialement écartée de Barreto (2014), et qui imprègne les séances, mais a également cherché une base chez divers auteurs et répartie comme suit :

Dans la section 2 de cet article, qui explique plus largement les processus de groupe, la théorisation comprenait Aroldo Rodrigues, Eveline Assmar et Bernardo Jablonsky (2009), Silvia Lane (1989), Sueli Martins (2007), Maritza Montero (2010), Paulo Freire (2011 ), Emanuel Vieira et Verônica Ximenes (2008), et le bref soutien de Ludimilla Teixeira et Liliane Abreu (2021). De plus, un bref résumé explicatif est fait sur le contexte du film de Lumet (1957). Dans la section 3, sur Kurt Lewin, un soutien a été trouvé dans Gérald Mailhiot (2013) – également référencé dans la section 2. Dans la section 4, se référant à Moreno, l’équipe s’est appuyée sur Luis Russo (2010), Liliana Lima (2014) et Maria da Penha Nery et Maria Inês Conceição (2005). Dans la section 5, William Schutz (1979 ; 1989) était soutenu par lui-même et par Linda Smircich et Gareth Morgan (1983). En section 6, Enrique Pichon-Rivière (2009) s’est étayé. Enfin, des considérations finales clôturent cet article.

2. LE CINÉMA ET LES BASES DES PROCESSUS DE GROUPE

Dans un premier temps, l’objet à analyser sera présenté. Le film « Douze Hommes en colère »  (LUMET, 1957) raconte l’histoire du procès sur le territoire américain d’un Portoricain de 18 ans accusé d’avoir brutalement assassiné son père. De plus, on sait par douze jurés chargés de donner la sentence définitive à l’accusé, que le garçon a perdu sa mère à l’âge de 8 ans et a été élevé violemment par son père. Chaque jour, il était battu, et à l’une de ces occasions, il acheta un couteau, passa de nombreuses heures à l’extérieur de la maison, et lorsqu’il revint à l’aube, son père avait été tué avec une arme identique à celle qu’il avait acquise. L’accusé n’a pas nié l’acquisition et l’intentionnalité, mais il réfute avoir assassiné son père.

Les jurés, isolés dans une salle chaude et exiguë, et pressés de sortir de là (pas seulement à cause de la gêne occasionnée, mais aussi parce qu’ils étaient soucieux de s’amuser, et aussi de banaliser tout le processus de décision), onze a rapidement décidé que le jeune homme devait être condamné (ce qui conduirait à la mort pour le type de crime). Un seul juré a réfuté la décision, demandant au reste des hommes d’examiner de plus près les faits au-delà de ce qui leur avait été présenté. Chacun des personnages a été identifié comme suit :

  • Juré 1. Entraîneur adjoint (président) ;
  • Juré 2. Bancaire ;
  • Juré 3. Homme d’affaires d’album ayant des problèmes avec son fils ;
  • Juré 4. Courtier de Wall Street ;
  • Juré 5. Homme d’origine modeste, mais qui s’est élevé socialement ;
  • Juré 6. Ouvrier/peintre ;
  • Juré 7. Joueur de jeu ;
  • Juré 8. Architecte (l’homme en désaccord avec le verdict de culpabilité) ;
  • Juré 9. Personnes âgées ;
  • Juré 10. Homme d’affaires des transports enrhumé ;
  • Juré 11. Bijoutier d’origine européenne ;
  • Juré 12. Jeune publiciste prétentieux.

Au vu de cette liste, il convient de noter que les douze hommes étaient d’origines et de statuts sociaux différents, mais tous ont essayé de se présenter socialement sur un pied d’égalité, mais, évidemment, certains se sont davantage démarqués. Ainsi, l’agenda des préjugés et de la discrimination, et le jeu de pouvoir entre majorité psychologique et minorité sont explicites et présents dans l’analyse du film. La conduite du juré 8 pour que la dynamique de groupe se produise, et le changement de pensée de chaque juré jusqu’à ce que les douze soient convaincus qu’ils condamneraient peut-être à mort une personne innocente, était un autre point pertinent. C’est à partir de ces trois aspects (préjugés et discriminations, majorité et minorité psychologiques et dynamique de groupe) que se structure ce travail, puisque c’est cette triangulation qui nourrit toute la narration du film.

2.1 PRÉJUGÉS ET DISCRIMINATION

Dans un chapitre spécifique sur les préjugés, les stéréotypes et la discrimination, les auteurs Rodrigues ; Assmar et Jablonsky (2009) expliquent quels sont ces facteurs d’impact sur les relations sociales et comment ils fonctionnent.

Les attitudes et les comportements sont des concepts différents pour la psychologie sociale. De même, les attitudes et les pensées sont également différentes. Les attitudes d’une personne sont changeantes, car elles peuvent étudier et évaluer, produisant de nouvelles compréhensions qui changent leur attitude face à diverses positions. Ainsi, plus l’intérêt investi par la personne dans le contenu attitudinal est grand, plus la correspondance entre attitude et comportement est grande. (RODRIGUES ; ASSMAR ; JABLONSKY, 2009)

Les attitudes aident à faire face à l’environnement social et ont plusieurs fonctions telles que permettre l’obtention d’une récompense et éviter la punition; protégez l’estime de soi et épargnez-vous des angoisses et des conflits; aide à organiser et assimiler des informations complexes; elle permet le reflet de ses propres convictions et valeurs ; établit l’identité sociale. (RODRIGUES ; ASSMAR ; JABLONSKY, 2009)

Ces facteurs déclenchent des valeurs de nature théorique (en mettant l’accent sur les aspects rationnels, critiques, empiriques et la recherche de la vérité), les valeurs esthétiques (concernant la beauté, l’harmonie et les formes), la praticité (en mettant l’accent sur l’utilité et la pragmatisme, domination de nature économique), les activités sociales (en mettant l’accent sur l’altruisme et la philanthropie), le pouvoir (en mettant l’accent sur l’influence, la domination et l’exercice du pouvoir dans diverses sphères) et la religion (en mettant l’accent sur la transcendance, la mystique aspects et la recherche du sens de la vie). (RODRIGUES ; ASSMAR ; JABLONSKY, 2009)

Après avoir compris que l’attitude vient avant le comportement et que les attitudes ne sont pas la même chose que la pensée, il est possible de comprendre la différence entre les préjugés et la discrimination. Les causes des préjugés sont variées, mais on peut mettre en évidence : (1) la concurrence et les conflits économiques ; (2) le rôle de l’individu sur qui porte tout le blâme (communément appelé le bouc émissaire) face à la baisse du pouvoir d’achat, générant un sentiment de frustration. Les fluctuations économiques poussent le groupe majoritaire à blâmer la minorité ; (3) facteurs de personnalité; (4) causes sociales des préjugés : conformité à un groupe auquel on appartient, déterminants sociaux, processus d’apprentissage collectif de répétition des préjugés. (RODRIGUES ; ASSMAR ; JABLONSKY, 2009)

Toute attitude hostile ou négative à l’égard d’un groupe ou d’une cible particulière ne conduit pas nécessairement à la manifestation d’un préjugé. Selon Rodrigues; Assmar et Jablonsky (2009), pour la psychologie sociale, le préjugé est considéré comme une attitude, tandis que la base cognitive est le stéréotype. La personne a une attitude préconçue, et si l’environnement le permet, elle aura un comportement discriminatoire. En d’autres termes, le comportement est une discrimination et le préjugé est une attitude (et cela se situe au niveau de la pensée).

2.2 MAJORITÉ ET MINORITAIRE PSYCHOLOGIQUES

Kurt Lewin (MAILHIOT, 2013) présente une trajectoire théorique étudiant les minorités juives pendant la Seconde Guerre mondiale, puis étend ses études à d’autres groupes. De ce fait, il a développé d’importantes recherches dans le domaine de la psychologie des groupes minoritaires versus majoritaires, la dynamique de ces groupes. Par conséquent, il existe une différence de minorité psychologique et de majorité pour la démographie et la psychologie. La démographie parle du nombre de personnes; donc, quand vous dites qu’un groupe est majoritaire, vous aurez plus de sujets dans le groupe. Cependant, les différences dans le domaine psychologique sont indépendantes du nombre de personnes, car elles sont liées au pouvoir.

Pour Lewin (MAILHIOT, 2013), la majorité psychologique a de l’autonomie (elle n’a pas besoin d’un autre groupe pour exister). Son existence et son avenir ne dépendent pas des autres, et précisément parce que cette majorité psychologique a un statut, un pouvoir et une autonomie. Sa force repose sur la science de la définition de l’avenir collectif (ou d’un sujet). De plus, au sein du groupe psychologique majoritaire, il existe une minorité privilégiée. Ce groupe se réserve des privilèges exclusifs qui déterminent ce qui est approprié et ce qui ne l’est pas.

La minorité psychologique, en revanche, est sous tutelle, quel que soit le nombre de personnes. Ces sujets se perçoivent comme ayant moins de droits et doivent se battre pour les obtenir. C’est un groupe sans autonomie et toléré par la majorité psychologique. Par conséquent, chaque minorité psychologique tend à être discriminée. S’il n’a pas été discriminé, il est susceptible de l’être (MAILHIOT, 2013). L’antisémitisme, le racisme et le sexisme sont des problèmes sociaux émanant des groupes psychologiques majoritaires, et pour que cela se produise, ils déshumanisent les groupes psychologiques minoritaires à travers le processus de diminution et de joug. Exactement pour cette raison, lorsque le groupe psychologique minoritaire commence à se démarquer, il est persécuté.

Lewin (MAILHIOT, 2013) voit que le problème de la minorité psychologique est quelque chose de social et non d’individuel. Plus tôt un enfant issu d’une minorité psychologique connaîtra et comprendra son origine, meilleures seront ses conditions pour identifier les situations de discrimination (et même de danger) sans se culpabiliser ; sans entreprendre l’acte de dépénalisation (TEIXEIRA; ABREU, 2021). Il est important qu’elle soit consciente qu’elle peut être victime de discrimination simplement parce qu’elle fait partie d’un groupe minoritaire, et non à cause de quelque chose qu’elle fait (ou ne fait pas). En effet, le groupe majoritaire a tendance à choisir un bouc émissaire, c’est-à-dire quelqu’un à blâmer et ainsi canaliser ses sentiments de frustration et d’irritabilité, et cette cible se retrouve dans les groupes minoritaires et non majoritaires.

Comprendre ce processus est important, car il conduit à la troisième étude de Lewin (MAILHIOT, 2013) sur la haine de soi, c’est-à-dire la haine du groupe lui-même (et de soi-même). Dans ce cas, la haine de soi crée une dévaluation du groupe lui-même. Ces personnes ne veulent pas être discriminées, mais elles vivent dans des relations intergroupes discriminatoires. C’est le mouvement des opprimés essayant d’être acceptés par l’oppresseur, de devenir le même oppresseur et/ou croyant qu’ils seront en sécurité s’ils consentent aux actions de ceux qui ont une majorité psychologique. (TEIXEIRA; ABREU, 2021)

Ainsi, la haine d’eux-mêmes et du groupe lui-même n’est pas parce qu’ils ont des problèmes psychologiques, mais parce qu’ils ne veulent pas faire partie du groupe discriminé. Ils établissent le désir de participer et d’intégrer le groupe privilégié. Par conséquent, le développement de la haine envers le groupe auquel ils appartiennent se produit en raison de la certitude que leur avenir sera instable et sans statut. Ainsi, selon Lewin (MAILHIOT, 2013), les groupes sont subdivisés par couches. Les personnes plus proches du centre sont plus positives et dites centripètes, valorisant les traditions et la culture de leur groupe. Celui qui se trouve au bout de ces couches subit une force centrifuge, et donc négative.

Enfin, dans cette compréhension de la majorité psychologique et des minorités, Lewin (MAILHIOT, 2013) s’est rendu compte que ces collectivités culmineraient dans l’une des trois possibilités suivantes :

  • Assimilation : lorsque les groupes psychologiques minoritaires veulent se dissoudre dans le groupe psychologique majoritaire. Ils ne veulent pas que la différenciation soit absorbée par le groupe majoritaire;
  • Intégration : ils cherchent des associations pour se rapprocher par des similitudes entre majorités et minorités, mais le problème est que les traits minoritaires sont gommés;
  • Indépendance : elle serait la seule bénéfique, car l’individu ne fait pas de distinction entre les groupes.

Ainsi, pour Lewin (MAILHIOT, 2013), le groupe psychologique minoritaire ne survit que dans l’indépendance, car, dans l’assimilation, il fausser les caractéristiques sa culture au détriment de la culture de la majorité. D’autre part, dans l’intégration, il y a une tendance à l’appropriation culturelle, c’est-à-dire que la majorité psychologique s’approprie la culture de la minorité. Dès lors, seules l’indépendance et la reconnaissance de soi (de soi et du groupe) garantiraient la survie des groupes minoritaires.

2.3 BREF COMPRENDRE LES PROCESSUS DU GROUPE

En réfléchissant à la question des processus de groupe, une série d’auteurs configurent leurs propres définitions, par conséquent, pour chacun d’eux, la fonction de groupe peut varier. Parmi les quatre chercheurs qui soutiennent cet article, on peut rapidement citer Lewin (MAILHIOT, 2013), qui percevait un système de forces dans la constitution des groupes, et qui, finalement, aurait pour fonction de définir les rôles. Pichon-Rivière (BARRETO, 2014) comprend la formation d’un groupe comme un ensemble d’individus connectés dans le temps et dans l’espace, avec une sorte de lien, interagissant par des rôles. Outre ces auteurs, on peut également citer Calderón et De Govia (qui seront référencés plus tard à travers LANE, 1989), ou encore Martin-Baró (apud VIEIRA et XIMENES, 2008).

Quand on parle de processus de groupe, et face aux études de psychologie, il est impossible de ne pas citer le nom de Sílvia Lane (1989 ; MARTINS, 2007). L’auteur se concentre sur deux prémisses pour discuter des processus de groupe. Dans la première prémisse, il est entendu que différents groupes peuvent avoir des points communs, même avec des différences dans leurs processus historiques, dans leurs déterminations économiques et dans leurs déterminations personnelles. Tout cela dépend de l’existence et de l’action de chaque groupe.

La deuxième prémisse que l’auteur réfléchit est que le groupe lui-même ne peut être compris que comme un processus historique, car il change. Si l’identité du sujet change, l’identité du groupe change aussi. Ainsi, au lieu de se référer à un groupe, on peut se référer à un processus de groupe, puisque ce groupe tout au long de son processus historique se transforme par les actions des individus, par les pressions (et déterminations) économiques et culturelles, et ainsi de suite. L’individu voit son identité modifiée et altère aussi celle des autres, précipitant un troisième mouvement, qui est l’identité des autres réfléchissant sur le sujet. (LANE, 1989; MARTINS, 2007; TEIXEIRA; ABREU, 2021)

Les crises d’identification au groupe entraînent la redéfinition du groupe lui-même. Calderon et De Govia (apud LANE, 1989, p. 80) définissent un groupe comme « une relation significative entre deux ou plusieurs personnes », dont les actions sont déclenchées pour atteindre des objectifs. Les auteurs discutent du processus de groupe par étapes, et que ce processus de groupe peut être modifié en fonction des crises, qu’elles aient des dimensions différentes. Par conséquent, il existe une relation significative entre deux personnes ou plus, dans le déclenchement des actions pour la conception des objectifs. Or, ce qui se passe dans la constitution des groupes (penser le fonctionnement comme une dynamique de groupe) c’est que les objectifs individuels sont distincts des objectifs de groupe et la négociation des objectifs individuels crée un conflit. Le fait est que les individus ne sont généralement pas disposés à négocier entre eux, encore moins pour l’amélioration de l’objectif du groupe.

Lane (1989) précise que les individus ont des étapes dans le groupe, et classe les groupes en quatre types : groupe agglutiné (il y a la présence d’un leader qui propose des actions tacites distribuant les fonctions des membres du groupe qui attendent des solutions) ; le groupe possessif (le chef distribue et coordonne les fonctions, exigeant la participation de tous) ; le groupe coercitif (comportant une fonction de coordination du chef, et les membres accomplissent les tâches avec indépendance, soutien et confiance mutuelle, cependant, ils se ferment généralement aux autres de l’extérieur) ; le groupe indépendant (le leadership est largement réparti entre les membres, et tous les individus ont déjà une autonomie et sont responsables du groupe, et accueille de nouveaux membres).

Lane (1989) affirme que chaque groupe a une fonction historique, et cette fonction peut être de maintenir ou de transformer les relations sociales développées à la suite des relations de production. De même, l’auteur renforce que la psychologie sociale considère que le sujet ne naît pas social, mais devient membre de la société, et la socialisation primaire est ce processus de faire de l’individu un membre de la société.

Par le processus de socialisation primaire, le sujet intériorise une réalité qui est prise par l’enfant comme vérité (ce n’est pas une possibilité, c’est un monde réel). Par conséquent, l’auteur suggère que le psychologue socio-historique, lorsqu’il effectue une analyse de groupes, ne devrait pas seulement considérer l’analyse à un niveau subjectif, mais également à un niveau objectif. Au niveau subjectif (c’est-à-dire de l’expérience individuelle), chacun est libre ; chacun croit qu’il fait des choix pour lui-même; chacun pense comprendre la vie à sa manière. Au niveau objectif, les actions et les choix de ce sujet impliquent son rapport aux autres, ce qui n’est pas toujours cohérent avec l’aspect subjectif. Dans les relations de groupe, les gens présentent des discours à un niveau subjectif qui ne correspond pas nécessairement à l’action objective qu’ils ont. (LANE, 1989)

Les auteurs sur lesquels s’appuie le chercheur considèrent le groupe comme une relation significative entre deux ou plusieurs personnes qui se traduit par des actions déclenchées pour atteindre des objectifs communs. Elle met également en évidence les médiations idéologiques qui retombent sur l’action des membres du groupe.

Lane (1989) dit que pour comprendre une personne au sein d’un groupe, il est nécessaire d’analyser à la fois sa représentation de soi (comment il se raconte au sein du groupe) et de reconnaître la réalité objective qui comprime et contraint l’action des gens à partir de les rôles sociaux et les présupposés de ce qui est attendu de l’autre pour agir. Ce processus de groupe conduit certains individus à ne même pas pouvoir dialoguer entre eux, et pour cela, le psychologue analyse les sujets impliqués en considérant ces deux niveaux, le subjectif et celui de la réalité objective. Il est également important au niveau objectif que la relation dominant versus dominé soit reproduite, puisque c’est au niveau objectif que peuvent émerger les processus d’opposition, de déni et/ou de contradiction.

Un autre point important est l’histoire de la vie de chaque membre du groupe. Ceci est d’une importance fondamentale dans l’analyse du processus de groupe. Lane (1989, p. 85) insiste sur le fait que « l’histoire de vie de chacun est rendue présente par les manières concrètes par lesquelles la personne agit, se place, se positionne, s’aliène, se perd ou se redresse au fil du temps. le processus”. L’auteur dit que les psychologues doivent évaluer le niveau d’action et d’interaction du groupe, car c’est au niveau du comportement que les gens placent les relations de domination, qui expriment l’humiliation sociale des autres, et, par conséquent, il faut prêter attention à l’action des personnes. .

Enfin, Lane (1989) dit que les rôles sociaux doivent être analysés, comme le rôle de leader, car ce comportement doit circuler parmi les membres du groupe et ne peut pas rester statique chez un seul individu. Ainsi, l’auteur se rend compte que l’analyse du processus de groupe ne doit pas se limiter à l’apparence et à la superficialité de la façon dont les membres se présentent, afin de ne pas perdre la dynamique de ce processus de groupe.

Lane (1989) et Martin-Baró (apud VIEIRA et XIMENES, 2008) réfléchissent sur la conception du groupe en termes historiques et dialectiques, en tenant compte des aspects personnels. Baró définit également un groupe comme une structure de liens et de relations humaines qui conduisent à des besoins individuels ou collectifs. Par conséquent, le terme conscientisation utilisé par Martin-Baró et sa vision très spécifique du rôle du psychologue dans la libération de l’individu des aspects de l’oppression en Amérique latine, proviennent de Paulo Freire (2011), et qui précipite la compréhension qu’il c’est un être social (TEIXEIRA; ABREU, 2021). Il dit : « […] le processus de transformation personnelle et sociale que vivent les Latino-américains opprimés lorsqu’ils s’alphabétisent en dialectique avec leur monde » (MARTIN-BARÓ, 1997, p. 15-16 ; apud VIEIRA et XIMENES, 2008, p. 27).

Par conséquent, pour la proposition socio-historique de Martin-Baró, le psychologue serait l’instrument fondamental et le guide pour aider ce sujet à atteindre la connaissance de soi, à prendre la tête de ses propres choix et, ainsi, à changer non seulement lui-même, mais son groupe social : « elle ne consiste pas en un simple changement d’opinion sur la réalité, en un changement de la subjectivité individuelle qui laisse intacte la situation objective : la prise de conscience implique un changement des personnes en train de changer leur rapport à l’environnement et, surtout, , avec le trop”. (MARTIN-BARÓ, 1998, p. 147; apud VIEIRA et XIMENES, 2008; p. 27)

Vieira et Ximenes (2008) soulignent que tout ce processus signalé par Baró est dialectique et dialogique, car il implique des changements chez les habitants du lieu desservi (dialectique) et chez le psychologue (dialogique), puisque ce dernier quitte son domaine traditionnel de confort pour affronter d’autres réalités de la vie. De plus, tout ce mécanisme de prise de conscience ne se réalise que par le dialogue et face au fait qu’il existe d’autres réalités au-delà de celles qu’un individu peut présupposer : « le réflexe psychique résulte d’une relation, d’une interaction réelle entre un sujet matériel vivant, hautement organisé, et la réalité qui l’entoure » (LEONTIEV, 1978, p. 93 ; apud VIEIRA et XIMENES, 2008 ; p. 31). Cette position pointée par Baró rejoint en quelque sorte la proposition de Lewin (MAILHIOT, 2013) dans le cadre de la recherche-action.

Martin-Baró (apud MONTERO, 2010; apud VIEIRA et XIMENES, 2008) expose la construction de la conscience psychopolitique en proposant son application dans les communautés et en développant des groupes conscients et fortifiés, étant effectivement deux aspects qui vont de pair chez les individus et les groupes qui atteignent soi -connaissances, et sur son environnement. Cela précipiterait des sociétés évoluées et proactives, avec des sujets qui abandonnent les actions et les pensées égoïstes, et la compréhension de groupe atteint la notion d’appartenance et déclenche la confrontation des problèmes. (TEIXEIRA; ABREU, 2021)

Enfin, dans cet échange à travers les différentes possibilités de la dynamique de groupe (et que quatre d’entre elles seront analysées par la suite), chacun en profite, car il y a un apprentissage différencié, bilatéral, dans lequel chacun évolue.

3. KURT LEWIN

Dans le chapitre « Da pesquisa-ação à dinâmica de grupos » des travaux de Mailhiot (2013), il explique que Lewin ne croyait pas à recréer des phénomènes psychologiques en laboratoire, comme recréer un environnement carcéral dans une expérience scolaire. Par conséquent, la compréhension doit être comparative avec le phénomène dans une perspective plus globale et de préférence sur le terrain, et non limitée au laboratoire.

Sa compréhension de la recherche-action (recherche et intervention) reposait sur le fait que le chercheur ne peut être un élément neutre dans l’observation, ayant donc besoin d’interagir, d’expérimenter, de participer à la réalité dont il va enquêter. Cet objectif serait atteint par la participation active du chercheur par le biais de la recherche participative. Ainsi, Lewin (MAILHIOT, 2013) fixe deux objectifs congruents à la recherche du psychologue : (1) il doit poser un diagnostic ; (2) il doit découvrir la dynamique du groupe.

Le psychologue agit comme un petit groupe de témoins. Il sera témoin de la dynamique du groupe, permettant de poser un diagnostic de l’intérieur et non de l’extérieur. Ainsi, selon la dynamique de groupe conçue par Lewin (MAILHIOT, 2013), le professionnel agit comme un atome social radioactif. L’atome social radioactif n’agit que lorsque le groupe le veut, car le psychologue participe à cette réalité en diagnostiquant la situation et en découvrant la dynamique du groupe.

Lewin (MAILHIOT, 2013) a supposé que la portée d’un seul professionnel ne se limite pas à travailler avec tout le monde. Il songea à former des individus formés à la Psychologie, qui reproduit et accueilleraient dans leur micronoyau ceux qui leur étaient proches. Ainsi, en plus de mieux connaître les personnes et les groupes avec lesquels il interagit, l’action serait large (du micro au macro).

Le psychologue peut percevoir que le groupe est dans un moment conformiste, ne veut pas de changement. Dans ce cas, il n’agit pas comme un atome social radioactif, car le groupe est dans une position conformiste. Ainsi, selon la dynamique du groupe, l’atome social radioactif a une portée. D’autre part, dans le même groupe, il peut y avoir à la fois des membres conformistes et non conformistes. Les conformistes freineront secrètement tous les changements. Ils essaieront de réprimer subtilement (apportant des doutes et des obstacles), car ils ne veulent pas perdre d’éventuels privilèges, ni la place qu’ils occupent. Ces conformistes tenteront de modifier le désir de changement de ceux qui le souhaitent. Ainsi, l’atome social radioactif démarre, mais tend à défaillir, ou à s’affaiblir, à cause de ces sujets travaillant en opposition. Ainsi, selon Lewin (MAILHIOT, 2013), dans l’atome social radioactif il y a en tout trois dynamiques : le groupe des conformistes ; le groupe des conformistes et des non-conformistes ; le groupe des non-conformistes qui veulent le changement.

Dans ce troisième groupe, il peut même y avoir des membres conformistes, mais comme la plupart sont des gens qui veulent changer, l’atome social radioactif parvient à faire rayonner de nouvelles attitudes et de nouveaux comportements. Ceci étant, Lewin (MAILHIOT, 2013) apporte quatre hypothèses pour la dynamique de groupe :

  • Le groupe est le champ de sécurité socio-personnel : si le groupe ne donne pas de statut à la personne, elle se sent dans un environnement précaire (et devient anxieuse et précaire) ;
  • Le groupe est l’instrument de la satisfaction des besoins personnels (appartenance, amitié, travail en réseau, acquisition matérielle) ;
  • L’individu appartient au groupe même s’il se sent rejeté ;
  • La quatrième hypothèse est que le groupe fait partie de l’espace de vie de la personne.

C’est à partir de ces quatre hypothèses que Lewin (MAILHIOT, 2013) construit sa notion d’adaptation sociale, qui n’est pas négative. Ainsi, selon cet auteur, l’adaptation sociale est positive, car le sujet est capable de réaliser ses désirs et ses objectifs sans rompre avec la fonctionnalité du groupe. Ainsi, cet individu parvient à avoir un équilibre entre désir individuel et relation sociale.

3.1 PERSPECTIVE DE GROUPE DE LEWIN AU CINÉMA

Il n’est pas opportun ici de refaire le synopsis dans son intégralité, puisqu’il a été fait précédemment. Cependant, il convient de souligner certains problèmes qui étaient pertinents lors de la comparaison avec le travail de Lewin (MAILHIOT, 2013). Mais d’abord, il est nécessaire de séparer les jurés en leurs groupes psychologiques les plus puissants, comme le montre le tableau 1. Il convient de rappeler que les douze hommes de l’intrigue étaient dans le même statu quo en raison du rôle des jurés à ce moment-là. Chacun avait le pouvoir de décision entre ses mains sur le sort d’un sujet donné.

Tableau 1 : groupes psychologiques des jurés

Groupe majoritaire psychologique Groupe psychologique minoritaire
Juré 4. Courtier de Wall Street Juré 1. Entraîneur adjoint (président)
Juré 10. Homme d’affaires des transports enrhumé Juré 2. Bancaire
Juré 12. Jeune publiciste prétentieux Juré 3. Scrapbook Businessman ayant des problèmes avec son fils
Juré 5. Homme d’origine modeste, mais qui s’est élevé socialement
Juré 6. Ouvrier/peintre
Juré 7. Joueur de jeu
Juré 9. Personnes âgées
Juré 11. Bijoutier d’origine européenne

Source : Les auteurs (2021)

Le juré 8 (représenté par l’architecte dissident du verdict de culpabilité) ne sera pas placé sur cette liste, car il a été le poids décisif pour le changement d’opinion des autres jurés. Le juré 3 est placé sur la liste des minorités psychologiques pour n’être qu’un propriétaire de petite entreprise. C’est un travailleur qui a accédé au pouvoir, mais il n’est pas vraiment puissant financièrement, bien qu’il utilise sa force et son pouvoir pour décider de la vie des autres de manière même imprudente. Mais, ce personnage sera discuté plus loin plus tard.

Le débat pour changer les votes pour disculper l’accusé est tendu et souvent tumultueux, mais le juré 8 essaie de provoquer le doute tout le temps, et c’était le but : comment condamner sans être sûr ?

Les douze hommes qui ne se connaissaient pas auparavant, commencent à se percevoir et où ils seraient socialement situés, même dans cet environnement d’égalité apparente. C’est dans ce scénario que les facteurs qui divisent les groupes psychologiques majoritaires et minoritaires commencent à émerger, ainsi que des positions chargées de préjugés et de discrimination. Alors, après plusieurs contre-arguments du juré 8, il demande un scrutin secret et dit que si l’un des onze hommes votait l’accusé non coupable, ils continuent à discuter du changement de votes. Si les onze votent coupable, il changerait son vote également en coupable (puisque les douze étaient censés voter à l’unanimité). Cela fait, et avec l’émergence d’un deuxième vote innocent, à 33:15 minutes dans le film, le juré 5 est accusé d’avoir défendu ce genre de personnes dont il est issu. En fait, le vote de Minerva provenait du juré 9.

Ce juré 5 avait un rôle très important, puisqu’il était le seul d’origine latine pauvre, mais selon lui, après son avènement, il aurait tenté d’oublier son passé. Ceci est analogue à la troisième étude de Lewin (MAILHIOT, 2013) sur la haine de soi et la dévaluation de soi. Le fait de savoir qu’il pouvait être discriminé et le désir de participer et d’intégrer le groupe privilégié l’ont mis dans le déni de lui-même. A un moment donné, et devant constater que l’un des siens, véritablement égal à lui, pouvait être indûment opprimé, et en parallèle, lui-même était agressé dans ce milieu (malgré son ascension), sa posture a changé. Non seulement cela a changé, mais cela a contribué à la base de connaissances sur une vérité, renversant une perception erronée.

A 56 min 12 s, le juré 8 recrée l’action du point de vue d’un des témoins (un vieil homme boiteux), avec l’aide des autres jurés. Avec 1 heure et 14 minutes de film, il recrée également le moment du coup de couteau (qui, selon le rapport, a été réalisé de haut en bas, la victime mesurant environ 25 centimètres de plus que l’accusé). La simulation commence avec le juré 3 montrant avec colère que l’accusé était coupable, même s’il était mineur. Le juré 5 intervient et revit son expérience personnelle, sortant des ténèbres de sa propre historicité, montrant qu’un tel couteau (ressort) ne serait jamais manipulé de haut en bas, mais de bas en haut immédiatement après son tir, et même plus encore par quelqu’un d’expérimenté avec des couteaux comme le jeune local (et c’était spécifiquement le cas avec l’accusé).

Tout ce processus de recréation s’inscrit dans la théorie de la recherche-action de Lewin (MAILHIOT, 2013). Le juré 8, malgré la colère de nombreux jurés (et notoirement les irréductibles de la majorité psychologique plus le juré 3), a profité de ce mécontentement pour les amener à participer aux actions. Il a atteint le but d’être l’atome social radioactif de cet espace, même avec la réticence de certains, mais, petit à petit, en amenant d’autres à la réflexion.

A 1h et 18 minutes du film, le préjugé et la discrimination du juré 10 se sont manifestés, générant le comportement unifié de désapprobation de tous les autres sujets. Lorsqu’il s’est rendu compte qu’aucun membre du groupe ne lui avait donné de voix, il s’est retiré incrédule, ce qui a fait place à l’un des discours les plus importants du complot du juré 8 :

É sempre difícil manter um preconceito pessoal fora de uma questão como esta. Sempre que se defronta com eles, ele esconderá a verdade. Sinceramente eu não sei qual é a verdade, e, também, acho que realmente nenhum de nós saberá. Nove de nós parecem achar que esse garoto é inocente, mas só estamos lidando com probabilidades. Podemos estar errados; podemos estar deixando um homem culpado ficar livre, eu não sei, e acho que ninguém sabe. Mas nós temos uma dúvida racional, e isto é uma coisa muito valiosa no nosso sistema. Nenhum júri pode declarar um homem culpado se não tiver certeza absoluta. Nós, os nove, não podemos entender como vocês três têm tanta certeza. (LUMET, 1957, 1:20:35)

Le comportement discriminatoire du juré 10 face aux facteurs d’impact sur les relations sociales corrobore les études de Rodrigues, Assmar et Jablonsky (2009). Il était intéressant d’observer que d’autres membres du groupe qui avaient précédemment consenti à leur position au début du film, à ce moment-là, et avec le groupe changeant déjà leur pensée préjudiciable face à la compréhension que leurs vérités étaient déformées, ont commencé à se comporter à l’encontre du juré 10, même les deux qui ont encore défendu la condamnation de l’accusé.

Le juré 4 a également été convaincu par le juré 9 de changer son vote en non coupable, après avoir été confronté à sa propre expérience en tant que porteur de lunettes et malvoyant. Le vieil homme (qui depuis le début a soutenu le juré 8) a suivi l’exemple de l’action comme un atome social radioactif, amenant le courtier réticent à réfléchir par lui-même.

La dynamique de groupe et la conduite de la réflexion affectent profondément chaque homme là-bas, notamment parce que le juré 8 a insisté pour provoquer les quelques résistants, jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’un, le juré 3 :

Jurado 8: Queremos ouvir seus argumentos. Jurado 3: Eu já listei meus argumentos! Jurado 8: Não estamos convencidos. Queremos ouvir de novo. (LUMET, 1957, 1:29:53)

Le juré 3 enragé, qui tentait coûte que coûte de faire condamner le prévenu de 18 ans, a confirmé au moment des 1h et 32 ​​minutes du film, que toute sa fureur n’était qu’une projection de sa relation avec son propre fils. Le contraste du silence sépulcral et des regards du groupe avec la rage de l’homme déchirant la photo de son fils, a fini par lui montrer que la condamnation de l’accusé était comme s’il condamnait son propre fils. C’était une revanche sur sa propre frustration de père.

Aucune des autoconfrontations ne serait possible sans l’affrontement entre les sujets du groupe, sans l’affrontement et la provocation menés par le juré 8 pour la comparaison avec eux-mêmes, sans la recréation des actions du contexte du procès, mais, surtout tout cela, s’il n’y avait pas la participation active de personnes ayant de vraies expériences qui étaient présentes et pouvaient faire la différence avec leurs propres origines.

4. JACOB MORENO

L’embryon du psychodrame thérapeutique de Jacob Levy Moreno (BARRETO, 2014) a été formé au Teatro da Espontaneidade en 1922. Grâce à la mise en scène, le patient, le groupe ou le protagoniste peut raviver sa créativité et sa spontanéité en prêtant attention à la résolution de problèmes. Ce qui a fait comprendre à Moreno le pouvoir de la mise en scène dans le travail de groupe, c’est le cas Bárbara-George, lorsqu’une actrice a réussi à exprimer ses pulsions agressives en utilisant la créativité (BARRETO, 2014). Selon Liliana Lima (2014, p. 55-83), l’homme pour Moreno est relationnel et c’est à travers ces relations qu’il a structuré sa théorie.

4.1 LA PERSPECTIVE DU GROUPE DE MORENO AU CINÉMA

Pendant les scènes du film « Douze Hommes en colère » (LUMET, 1957), deux des grandes théories de Moreno (BARRETO, 2014) peuvent être observées : le psychodrame et le sociodrame. Bien que les deux soient très proches, ce sont des lignes différentes. Le psychodrame serait la dramatisation du psychisme ; il s’agit d’une thérapie de groupe dans laquelle le patient et les participants sont travaillés alors qu’ils discutent de problèmes inhérents à leur propre vie. Il est courant d’utiliser une question particulière de l’individu et de l’expérimenter dans le groupe :

Psicodrama é a ciência que explora a verdade por meio de métodos dramáticos, e que lida com relações interpessoais e com mundos privados. Vale-se de cinco instrumentos: o palco, sujeito ou ator, diretor, equipe de ajudantes terapêuticos ou egos auxiliares e o público (sendo que cada instrumento tem uma função específica). (RUSSO, 2010, p. 180)

Selon Russo (2010), le sociodrame est une théorie de groupe qui ne se limite pas à un nombre particulier d’individus, mais peut comprendre toutes les personnes qui vivent à un certain endroit et à un certain moment. Ainsi, en considérant une question sociale de manière plus large que le psychodrame, et en tenant compte du moment du temps où la question est débattue, ces deux éléments de la théorie de Moreno (BARRETO, 2014) peuvent être observés tout au long de son travail Lumet (1958). Cela se voit dans un premier temps, lorsqu’ils débattent du thème central du jugement de culpabilité ou non. Dans un deuxième temps, parce que cela est lié à la survie de l’accusé, c’est-à-dire que la vie de l’autre appartient au jugement du groupe (une fois le verdict de culpabilité rendu, la condamnation sera la peine de mort). Dans un troisième temps, l’environnement dans lequel s’établit la séance et quels sont les facteurs du contexte qui nécessitent ce jugement. Russo (2010, p. 181) dit : « L’homme est un acteur, chaque individu est caractérisé par un ensemble de rôles qui président à son comportement, et chaque culture est caractérisée par un certain ensemble de rôles qu’elle impose à ses membres ».

Quant aux aspects du psychodrame, dans lesquels la problématisation individuelle et subjective sera le point principal, on observe que chacun apporte un peu de ses enjeux personnels comme les problèmes familiaux et des sentiments comme la nostalgie. Ainsi, la séance de jugement permet aux affectivités de se croiser, même involontairement et expliqué par Russo (2010, p. 178) : « (…) en général, le même principe s’applique à toute situation dans laquelle une personne a un type de personnalité qui exige certains types de personnes, à travers lesquelles ses émotions pourraient trouver une forme d’expression adéquate.

Pour Nery et Conceição (2005), l’importance de la théorie de Moreno (BARRETO, 2014) dans les processus de groupe est la possibilité de comprendre à travers l’action et la communication des individus participant au groupe. Grâce à cette compréhension, des résolutions de conflits surgissent qui se cristallisent grâce à la créativité et à la spontanéité qui génèrent une catharsis. Parallèlement, Lima (2014) explique qu’en cherchant à fonder sa théorie, Moreno a créé le concept de sociométrie, inclus plus tard dans un concept appelé socionomie, qui visait à mesurer et à étudier les relations interpersonnelles. Dès lors, sa théorie est reformulée et d’autres professionnels s’intègrent dans les pratiques thérapeutiques et les améliorent.

Dans le film, le groupe a commencé à se préparer à l’action lorsque tout le monde était présent dans la salle. La salle peut être lue comme le décor qui, dans la théorie de Moreno (BARRETO, 2014), est le lieu où se déroule l’action dramatique et est l’un des cinq instruments de la technique. À ce moment-là, ils sont tenus d’interagir pour résoudre un différend juridique même si certains ne souhaitent pas initialement participer au processus.

Pour Lima (2014), l’échauffement est l’une des étapes du Psychodrame où le groupe se prépare à l’action et le protagoniste se dessine. Pour cela, le rapporteur de l’affaire, le juré numéro 1, apparaît sur la scène, qui peut être expliqué comme le directeur de la scène qui, selon cet auteur, est chargé d’assurer l’ordre, étant le thérapeute du groupe et le protagoniste. Dans le film, ce personnage commence par indiquer les emplacements de chacun dans la pièce, demandant à chacun de collaborer et indiquant que la peine du groupe est essentielle à l’exécution ou non de la peine de l’accusé. Alors que certains n’étaient pas d’accord avec une discussion approfondie de l’affaire, tout le monde a accepté de garder sa place dans la salle.

C’est à ce moment qu’apparaît le protagoniste du groupe. Selon Lima (2014, p. 69), l’importance de ce personnage est de représenter les émotions du groupe, d’apporter un questionnement à l’action et ainsi de synthétiser le projet dramatique en commun. Le juré 8, considéré comme le protagoniste émergent, est le seul à refuser de suivre l’état d’esprit de la majorité, même avec la plainte de certains. À ce stade, l’auteur explique que l’échauffement spécifique du protagoniste se produit lorsqu’il commence à se préparer à l’action dramatique elle-même. Jusque-là, tout le monde essayait de se connaître, ce n’est que lorsque le protagoniste s’est préparé à commencer à jouer que les dramatisations du conflit ont émergé.

Le juré 8 commence son action en énumérant les raisons pour lesquelles il pense que l’accusé n’est pas coupable, mais peut aussi ne pas être innocent, donnant ainsi le bénéfice du doute au jeune accusé. Après son discours, dans lequel tout le monde est inquiet, le juré 1 indique que la meilleure chose à faire est que chacun se mette sur l’affaire, en indiquant les raisons pour lesquelles il a pris cette décision. Pour la théorie morénienne dans le drame, et en se basant sur le discours de chacun, le groupe pourrait alors chercher une résolution du problème de divergence en convainquant le juré 8 que la décision majoritaire est la meilleure. Lima (2014) souligne que le partage se produirait au moment où le groupe participe à l’action de la scène, lorsque chacun expose ses sentiments et ses idées à travers le dialogue. Il est important que les autres membres du groupe participent et aient ainsi une meilleure vision du questionnement dans son ensemble.

Un par un, il commence sa théorie, donnant des suppositions sur ce qui aurait pu se passer au moment du crime, et pour montrer au juré 8 que son idée était fausse. Cependant, le juré 8 ne renonce pas à sa décision. On peut voir que le protagoniste est doté de spontanéité, selon la théorie de Moreno (BARRETO, 2014). Nery et Conceição (2005) expliquent que la spontanéité équivaut à donner de nouvelles réponses à un problème, fonctionnant comme un élément constitutionnel de l’homme, et c’est à travers elle que toute production créative surgit. Bientôt, le Juré 8 contrecarre les critiques de ses confrères avec une grande créativité, utilisant même des éléments de la scène pour ses explications. De plus, même lorsqu’il est physiquement confronté, à travers des combats plus passionnés, il cherche à sortir de la situation conflictuelle en montrant une autre facette de la situation problématique. Par conséquent, bien qu’au début il ait encore des doutes sur le processus, il cherche les réponses en lui-même, par des moyens créatifs.

Lima (2014) explique que la spontanéité favorise le bon développement humain, mais que des facteurs environnementaux et sociaux altèrent cette caractéristique au fur et à mesure que le sujet évolue dans la société. Avec cela, la créativité se cristallise (comme si elle était figée) par la conservation sociale. Moreno (BARRETO, 2014) appelle ce phénomène la conservation culturelle, dans laquelle l’homme n’a plus la créativité et la spontanéité qui surgissent naturellement dans les moments problématiques. Le juré 3 serait un exemple de personnage pris par la conservation culturelle. Avec des valeurs sociales sévères, il a cherché à élever son fils de la même manière et a été abandonné par lui en raison de ses punitions constantes. Son acte créatif s’est cristallisé et il ne fait que répéter ce qu’il a entendu dans sa création conservatrice. Un des exemples serait quand il indique : « Les enfants ne sont plus élevés comme autrefois » (LUMET, 1958). Par ce discours, il veut dire qu’il vaut mieux continuer la même forme d’éducation rigide dans laquelle il a été élevé, car de cette manière la cristallisation de l’instruction sociale se perpétuerait. Considéré comme l’antagoniste, celui qui cherche un affrontement constant avec le protagoniste, le juré 3 ne renonce pas à sa position cristallisée, même avec l’émergence d’idées nouvelles, démontrant qu’il est pris par la conservation culturelle.

Enfin, Lima (2014) affirme que ce serait par la pratique psychodramatique que la spontanéité pourrait resurgir, visant à retrouver l’homme sensible, génial et créatif. Et c’est ce que le protagoniste essaie de faire petit à petit avec les jurés qui croyaient l’accusé coupable. A travers des pratiques telles que la dramatisation, les instruments de scène et le dialogue, il tente de sauver la créativité et la sensibilité de chacun. L’important n’est pas que le juré 8 fasse changer d’avis les autres, mais que chacun repense son choix et réfléchisse avec sa propre créativité.

5. WILLIAM C. SCHUTZ

On peut identifier dans les travaux de Schutz (1979), « O Prazer – expansão da consciência humana », que dans les relations interpersonnelles, il existe trois besoins interpersonnels fondamentaux qui existent dans tous les groupes et qui doivent être satisfaits pour l’évolution de la relation intergroupe arriver. Les domaines des besoins interpersonnels ont été appelés inclusion, contrôle et affection/ouverture, ils se produisent dans cet ordre dans le développement des groupes, qui seront brièvement présentés ci-dessous.

Le comportement d’inclusion fait référence à l’association entre des individus, à faire partie, à être entouré de personnes. Selon l’auteur, ce besoin d’être inclus se manifeste « comme le désir de mériter la considération et d’attirer l’attention et l’intérêt » (SCHUTZ, 1979, p. 101). L’inclusion se caractérise par la recherche d’interaction avec d’autres individus, le désir d’attention, de reconnaissance, de prestige et d’interaction avec sa propre individualité. Au cours du processus de formation du groupe, le savant dit que la principale préoccupation de l’individu est de transgresser ou non les limites du groupe, et d’y appartenir ou non.

Le contrôle du comportement est lié au processus de décision entre les personnes, les domaines de pouvoir, d’influence et de pouvoir. Ce besoin de pouvoir peut aller du désir de pouvoir et de contrôle sur les autres, au besoin d’être contrôlé et d’être exonéré de toute responsabilité. Ce comportement se manifeste également chez les personnes qui tentent de contrôler – la manifestation de l’indépendance et de la révolte est un exemple d’un manque de propension à être contrôlé, la soumission et le respect des ordres indiquent les différents degrés d’acceptation du contrôle. (SCHUTZ, 1979; 1989)

Le comportement affectif concerne les sentiments émotionnels intimes entre deux individus, et, selon Schutz (1979), il s’agit d’une relation duelle, qui ne se produit qu’entre pairs, contrairement aux relations inclusives qui se produisent entre pairs, ou une personne et un autre groupe de personnes. Dans les groupes, selon Schutz (1979, p. 103), « le comportement affectif se caractérise par des manifestations d’amitié et de différenciation entre les membres », et inclut la lutte pour le leadership et la compétition. Ce comportement est lié à la mesure dans laquelle l’individu est disposé à être ouvert avec l’autre et peut varier dans le temps, entre les personnes et dans les relations. Ainsi, il se construit sur la base de liens plus profonds, c’est donc généralement la dernière phase à émerger dans une relation entre personnes ou dans un groupe. (SCHUTZ, 1979; 1989).

5.1 LA PERSPECTIVE DU GROUPE DE SCHUTZ AU CINÉMA

Le film « Douze Hommes en colère » (LUMET, 1957) présente les facteurs impliqués dans le processus de groupe dans un moment qui sera décisif, montrant comment les individus se rattachent au groupe et à la prise de décision, leurs expériences de vie et leurs schémas d’évolution historique. conditionnement. Mettre en évidence les dissemblances individuelles des sujets, conduisant à l’analyse d’un même fait sous des angles différents.

Comme déjà rapporté dans d’autres parties de cet article, après la pause du procès, les douze hommes qui font partie du jury sont emmenés dans une pièce privée de la salle d’audience pour discuter de l’affaire et décider de la peine du jeune accusé. A ce moment, la phase appelée par Schutz (1989) d’inclusion commence. Il est possible d’identifier le début du processus dans la formation du groupe responsable de la peine. Les juges se présentent, prennent place et commencent à discuter pour s’organiser autour de la table.

Dans la dimension de l’inclusion, Schutz (1989) montre que le comportement est défini par la façon dont l’individu ressent ce qu’il signifie en tant que personne. Il devient alors une personne sous-sociale, ultra-sociale ou sociale. Il est important de souligner que cette phase d’inclusion n’implique pas nécessairement qu’il existe des liens émotionnels forts ou une dominance par rapport aux autres, mais plutôt un processus de formation de groupe.

  • Sous social – Un individu avec ce trait est introverti et retiré. Il choisit de garder ses distances avec les autres pour ne pas se mélanger, car s’il le faisait, il perdrait son intimité. Ils veulent inconsciemment que les gens fassent attention à eux, mais leur plus grande peur est d’être ignorés par les gens et qu’ils ne les approchent pas, alors ils les évitent ;
  • Ultra social – Un individu avec ce trait est extraverti, recherche de la compagnie et de l’attention, mais veut être recherché par eux. Il a peur d’être seul et d’être ignoré par les gens et qu’ils ne l’approchent pas, mais son comportement manifeste est différent du Sub social, il court après les gens pour nouer des relations ;
  • Social – Les personnes présentant cette caractéristique n’ont pas de problèmes d’interaction sociale. Se sentir bien avec ou sans la présence des autres. Vous pouvez participer beaucoup ou peu au groupe, sans vous sentir anxieux. Vous pouvez être très engagé et impliqué dans le groupe, ou vous pouvez simplement éviter le groupe (si vous pensez que c’est mieux ainsi). Ils sentent qu’ils ont leur propre valeur (SCHUTZ, 1989).

Pour une meilleure compréhension de ce qui précède du point de vue de l’auteur, les personnages ont été divisés (tableau 2) en fonction de ces comportements observés.

Tableau 2 : Caractéristiques sociales des individus du groupe de jurés.

Sous social Ultra social Social
Juré 2. Bancaire.
Juré 5. Homme d’origine modeste.
Juré 6. Ouvrier/Peintre.
Juré 9. Personnes âgées
Juré 11. Bijoutier d’origine européenne.
Juré 12. Jeune publiciste prétentieux.
Juré 3. Entrepreneur de courses.
Juré 7. Joueur de jeu.
Juré 10. Entrepreneur de transport qui a eu un rhume.
Juré 1. Entraîneur adjoint (président).
Juré 4. Courtier de Wall Street.
Juré 8. Architecte (homme en désaccord avec le verdict de culpabilité).

Source : Les auteurs (2021)

Pour qu’il y ait formation d’un groupe, il faut qu’il y ait une similitude commune à tous (SCHUTZ, 1989) ; dans ce cas, le devoir de décider de la peine de l’accusé fait que les douze jurés forment un groupe. Ainsi, avec 3 minutes de film, il est possible d’identifier le début du processus dans la formation du groupe responsable de la peine. Les jurés aident l’officier à mettre la table et à disposer les chaises pour que tout le monde puisse s’asseoir. Six secondes plus tard, le Juré 7 offre du chewing-gum au Juré 10, puis le Juré 7 commence à parler au Juré 2 du temps chaud de la journée, cherchant à interagir avec les autres membres afin de s’intégrer au groupe. A 5 minutes et 57 secondes, les juges prennent place afin de se structurer dans le groupe. Après s’être installé autour de la table, le groupe différencie les rôles et répartit le pouvoir. Il est établi que le juré 1 sera le président du conseil.

Dans la dimension du contrôle, pour Schutz (1989), sous-jacent au comportement de contrôle se trouve la perception de la compétence. L’individu se sent compétent, a la capacité d’affronter le monde, de satisfaire ses désirs, de conserver son travail et d’acquérir des biens matériels. Devenir un abdicar, un autocrate ou un démocrate. Il est important de préciser que le problème de contrôle est d’être en haut ou en bas. La principale interaction du contrôle est la confrontation, tandis que l’anxiété/la peur du contrôle est l’incompétence. (SCHUTZ, 1989)

  • Abdiquer – Lorsque l’individu abdique le pouvoir, acceptant une position subordonnée, dans laquelle il n’est pas nécessaire d’assumer la responsabilité de prendre des décisions. N’exerce pas de leadership, ne contrôle pas les autres (même si c’est à son avantage). Il ne prend jamais de décision, il préfère la transmettre à l’autre pour la prendre car il se sent incapable ;
  • Autocrate – Fait référence à l’individu extrêmement dominant, avide de pouvoir et compétitif. Ceux-ci ont peur que les autres ne soient pas influencés par lui et pire, qu’ils finissent par l’influencer. Il ne se sent pas capable de prendre une décision et pour cette raison, il essaie de prouver qu’il en est capable et avec cela, il finit par assumer un trop grand fardeau de responsabilité ;
  • Démocrate – Cette personne est à l’aise pour donner des ordres, selon ce qui est le plus approprié à la situation. Il se sent compétent et confiant et pense que les gens font également confiance à sa capacité à prendre des décisions. (SCUTZ, 1989)

Pour une meilleure compréhension de ce qui précède, les personnages ont été répartis selon les comportements observés (tableau 3).

Tableau 3 : Caractéristiques de contrôle des individus du groupe de jurés.

Abdiquer Autocrate Démocrate
Juré 2. Bancaire.
Juré 5. Homme d’origine modeste.
Juré 6. Ouvrier/Peintre.
Juré 9. Personnes âgées
Juré 11. Bijoutier d’origine européenne.
Juré 12. Jeune publiciste prétentieux.
Juré 3. Entrepreneur de scrapbooking.
Juré 7. Joueur de jeu.
Juré 10. Entrepreneur de transport qui a eu un rhume.
Juré 1. Entraîneur adjoint (président).
Juré 8. Architecte (homme en désaccord avec le verdict de culpabilité).

Source : Les auteurs (2021)

A 8 minutes et 55 secondes du film, il est possible d’observer la tentative de contrôle que le juré 3 essaie d’exercer sur le juré 8 (après que le juré 8 soit le seul à être en désaccord avec la peine de l’accusé votée par tous les jurés), déclarant qu’il a vu que l’accusé est coupable et dangereux, et il n’y aurait aucun doute là-dessus. Le comportement de contrôle fait référence au processus de prise de décision entre les personnes dans le domaine du pouvoir, de l’influence et de l’autorité. On peut aussi l’observer chez les personnes qui essaient de contrôler (SCHUTZ, 1989). Autrement dit, dans cette scène, il y a un différend pour le contrôle/l’autorité des jurés.

Tout au long du film, il est possible d’observer la tentative de contrôle exercée par les jurés 3, 7 et 10, qui tentent activement de convaincre le juré 8 de changer sa position de vote et par conséquent de condamner l’accusé. Environ 14 minutes et 10 secondes dans le film, le juré 8 commence à exercer le pouvoir de contrôle, alors qu’il commence à influencer les autres jurés avec sa perception, qui deviennent progressivement dans le doute, et, finalement, a changé leur vote en faveur du l’innocence du prévenu. Pendant la phase de contrôle, le comportement de groupe comprend la lutte pour le leadership et la compétition. (SCHUTZ, 1989)

Le juré 8 exerce le pouvoir de leadership sur les autres membres du groupe, de sorte que les gens commencent à observer son point de vue ainsi que sa posture et dès lors, ils sont influencés. Le leader a la capacité d’influencer les significations et par conséquent les valeurs des autres. Ce type de comportement aide à surmonter les conflits, condition essentielle au bon fonctionnement d’une équipe, puisque l’interprétation des situations peut aussi conduire les membres à la compréhension d’une réalité commune. (SMIRCICH et MORGAN, 1982).

Selon Schutz (1989), l’affection est quand une personne est prête à être ouverte avec l’autre, variant dans le temps entre les individus et les relations. Par conséquent, il existe trois types d’individus : le sous-personnel, le superpersonnel et le personnel. Il est important de souligner qu’il y a un besoin de lien affectif dans les relations et c’est généralement la dernière phase à se manifester dans le développement d’une relation humaine ou d’un groupe.

  • Sous-personnel – L’individu sous-personnel évite les liens étroits avec les autres, entretient des relations à un niveau distant et superficiel et se sent satisfait lorsque les autres agissent de la même manière avec lui, en maintenant une distance émotionnelle et en ne s’impliquant pas émotionnellement. Vous craignez de ne pas être aimé et aimé des autres, vous avez du mal à aimer les autres et vous vous méfiez des sentiments des autres à votre égard. La technique de la personne subpersonnelle consiste à être superficiellement amical avec tout le monde, en évitant de devenir proche de qui que ce soit ;
  • Superpersonnel – L’individu superpersonnel devient extrêmement proche des autres et s’attend à ce que les autres les approchent également. Ensuite, vous devenez une personne chère afin d’atténuer l’anxiété d’être rejeté et non désiré. Avec cela, il essaie de gagner l’approbation de l’autre, d’être extrêmement personnel, agréable, intime et digne de confiance ;
  • Personnel – L’individu personnel, pour être bien résolu dans ses relations d’affection d’enfance, l’interaction avec d’autres personnes ne constitue pas des problèmes. On se sent bien dans une relation intime et dans une relation qui demande du détachement affectif. Il est capable de donner et de recevoir une véritable affection (SCHUTZ, 1989).

Pour une meilleure compréhension de ce qui précède, les personnages ont été répartis selon les comportements observés (tableau 4).

Tableau 4 : Caractéristiques d’affection des individus du groupe de jurés.

Sous-personne Superpersonnel Personnel
Juré 3. Entrepreneur de scrapbooking.
Juré 4. Courtier de Wall Street.
Juré 5. Homme d’origine modeste.
Juré 10. Entrepreneur de transport qui a eu un rhume.
Juré 11. Bijoutier d’origine européenne.
Juré 7. Joueur de jeu.
Juré 12. Jeune publiciste prétentieux.
Juré 1. Entraîneur adjoint (président).
Juré 6. Ouvrier/Peintre.
Juré 8. Architecte (homme en désaccord avec le verdict de culpabilité).
Juré 9. Personnes âgées

Source : Les auteurs (2021)

Certains membres du groupe sont à l’aise dans n’importe quelle situation, qu’elle soit chaleureuse ou distante. Pendant tout le processus, le juré 8 a fait face à plusieurs critiques des autres jurés, pour ne pas être en faveur de l’accusation ; cependant, il semblait aller bien dans des situations qui acceptaient ses arguments, même lorsqu’ils étaient rejetés. Comme mentionné par Schutz (1989), pour l’individu en tant que personne, il est important d’être aimé ; mais sinon, il accepte cette relation, ce qui ne veut pas dire qu’il est quelqu’un incapable d’être aimé.

Le juré 11 est un homme sérieux et discret, ne donnant son avis que lorsqu’il est pertinent ou interrogeant les autres jurés. Lors du troisième vote, à 57 minutes et 38 secondes du film, lorsqu’il est interrogé par le juré 3 sur le changement de vote, il déclare qu’il ne doit pas d’explications et qu’il n’a qu’un doute raisonnable. On observe au cours du film que le juré 11 se révèle être un individu subpersonnel, gardant ses distances avec les autres jurés et entretenant des relations superficielles, ce qui est analogue aux explications de Schutz (1989).

A 4 minutes et 40 secondes, le juré 8 se différencie des autres en étant isolé et regardant par la fenêtre, se montrant réfléchi. Ensuite, le juré 12 s’approche et lui demande ce qu’il a pensé du procès, commentant qu’il l’a trouvé intéressant. A 6 minutes et 33 secondes, le juré 11 demande au juré 12 « quelle était votre impression du procureur », et le juré 12 répond « qu’il a été très précis, la façon dont il a expliqué tous les points, dans un ordre logique – les gars sont très intelligents » (LUMET, 1957). Ensuite, tous les jurés sont appelés par le rapporteur et s’assoient à table, c’est alors que le juré 12 commente la prestation irréprochable du juge. Après le premier vote, au cours duquel le juré 8 croit que le jeune est innocent, le juré 12 dit que « c’est peut-être le devoir du groupe de vous convaincre que nous avons raison et qu’il a tort – si chacun de nous prend une minute ou deux pour expliquer notre avis, peut-être… », mais en même temps il retire sa position, après quelques regards et commentaires désapprobateurs « ce n’était qu’une idée » (LUMET, 1957, 00:12:40). On observe dans le juré 12 caractéristiques d’un individu superpersonnel, dans lequel il essaie de rester proche de tout le monde tout au long du film. Utiliser le fait d’être aimé comme une technique directe, et ainsi essayer de gagner l’approbation des autres et d’être agréable. (SCHUTZ, 1989)

6. PICHON-RIVIÈRE

Né en 1907 à Genève, Enrique J. Pichon-Rivière (2009) était un psychiatre suisse qui a grandement contribué à la compréhension des groupes. Les piliers de ses études sont la psychologie sociale et la psychanalyse, mais il abandonne peu à peu la psychanalyse orthodoxe pour se consacrer à une nouvelle approche épistémologique qui l’amène à la psychologie sociale. A partir de là, il inaugura une forme d’intervention aux groupes, étant ainsi considéré par de nombreux auteurs, le créateur de la théorie et de la technique des groupes opératoires.

6.1 PERSPECTIVE DE GROUPE DE PICHON-RIVIÈRE AU CINÉMA

Pour Pichon-Rivière (2009), la psychologie sociale est une science des interactions sociales ayant pour objectif un changement social de manière planifiée :

Se não for assim, não tem sentido, e todos os seus esforços levariam a um sentimento de impotência, como resultante das contradições quanto a seu aspecto operacional. É um artesanato, no sentido mais amplo da palavra, que tanto forma os elementos da mudança como prepara o campo no qual se vai atuar. (PICHON-RIVIÈRE, 2009, p. 169-170)

En ce sens, l’approche peut suivre deux directions : (1) la psychologie sociale académique, qui s’intéresse principalement aux techniques et à leurs problèmes ou aux possibilités de changement. (2) Praxis, où, selon l’auteur, émerge l’objectif central, visant l’instrumental et l’opérationnel de manière plus réelle, n’étant donc pas fermé dans un cercle, mais dans une rétroaction continue de la théorie, à travers la confrontation avec la pratique et vice versa. En ce sens, une marche en spirale s’instaure, qui permet progressivement à l’esprit de construire une stratégie qui structure le changement attendu. (PICHON-RIVIÈRE, 2009)

Selon l’auteur, à partir de cette vision de la praxis, il est possible de créer un instrument unique, appelé ici ECRO – Schéma Conceptuel, Référentiel et Opératif, qui est orienté vers l’apprentissage à partir d’une tâche.

Esse conjunto estrutural e genético permite-nos a compreensão horizontal (a totalidade comunitária) e vertical (o indivíduo nela inserido) de uma sociedade em permanente situação de mudança e dos problemas de adaptação do indivíduo a seu meio. Como instrumento, é o que permite planejar um manejo das relações com a natureza e seus conteúdos, nas quais o sujeito se modifica a si mesmo e modifica o mundo, num constante interjogo dialético. (PICHON-RIVIÈRE, 2009, p. 171)

Par conséquent, ECRO est instrumental et opérationnel, car il est applicable à tout secteur et tâche de recherche, étant très important dans le groupe opérationnel. Un groupe opératif n’est rien de plus qu’un groupe explicitement focalisé sur une tâche. En ce sens, c’est l’ensemble des personnes, qui sont liées par des constantes d’espace et de temps, qui sont explicitement et implicitement impliquées dans l’exécution d’une tâche (PICHON-RIVIÈRE, 2009). En relation avec le film Douze Hommes en colère (LUMET, 1957), il est possible de percevoir en ce sens, la présence d’un groupe opératoire du point de vue de l’auteur.

En analysant la composition de ce groupe du point de vue de la pratique du chercheur, la structure et la fonction d’un groupe sont données par le jeu de l’attribution et de la prise de rôles. Il cite (PICHON-RIVIÈRE, 2009, p. 173) : « Ceux-ci représentent des modèles de comportement correspondant à la position des individus dans ce réseau d’interactions, et sont liés à leurs propres attentes et à celles des autres membres du groupe.

Au début du film, la décision du protagoniste, Juré 8, a provoqué un grand malaise dans le groupe. Certains rient, tandis que d’autres se contentent de le fixer. D’autres ont commencé à poser des questions et à se plaindre à haute voix. L’ensemble du groupe à ce moment-là se tourna pour essayer de changer l’avis du juré 8, qui était contre les autres. À ce stade, il est possible de faire un parallèle avec ce que Pichon-Rivière (2009) a mis en évidence à propos de la tâche, lorsqu’il mentionne les modèles stéréotypés qui rendent difficile l’apprentissage et la communication du groupe, les rendant un obstacle à la situation de monnaie.

Assim, a tarefa consiste na elaboração de duas ansiedades básicas: medo da perda (ansiedade depressiva) das estruturas existentes e medo do ataque (ansiedade paranóide) na nova situação, provindo essa última de novas estruturas nas quais o sujeito se sente inseguro por carência de instrumentação. (PICHON-RIVIÈRE, 2009, p. 173)

Ces deux angoisses, selon l’auteur, coexistent et coopèrent, configurant la situation de résistance au changement. Et c’est cette résistance que le groupe opératif doit surmonter, dans un processus de clarification qui va de l’explicite à l’implicite. Il est possible d’illustrer cette dynamique avec un cône inversé (Figure 1) :

Figure 1 – Représentation graphique de l’opération corrective en cône inversé.

Représentation graphique de l'opération corrective en cône inversé.
Source : (PICHON-RIVIÈRE, 2009, p. 278)

Dans le film, il est possible de percevoir ces deux angoisses. Les jurés qui ont voté l’accusé coupable considéraient le juré 8 comme un fou. Les questions adressées au protagoniste étaient un mélange de colère, de peur et d’insécurité. Pichon-Rivière (2009) précise que dans le groupe opératif il y a des rôles que les membres assument importants pour la réalisation de la tâche, et qui seront décrits ci-dessous :

Le porte-parole : le porte-parole dans le groupe est le membre qui dit quelque chose qui devient le signe d’un processus de groupe qui, jusqu’à un certain moment, est resté latent, comme s’il était caché dans la totalité du groupe. En ce sens, il doit être décodé et supprimer l’aspect implicite (PICHON-RIVIÈRE, 2009). Dans ce rôle, on peut dire que le juré 8, en soulevant la question de la possibilité que le jeune accusé soit innocent, oblige le groupe à faire face à la tâche explicite de manière critique, en laissant de côté les stéréotypes de chacun.

Le coordinateur : le coordinateur remplit le rôle d’intervenir et d’aider les membres du groupe à réfléchir, en traversant l’obstacle épistémologique, configuré par les angoisses de base. Elle opère dans le domaine de la tâche et des difficultés des réseaux de communication, orientant toujours le groupe vers la tâche commune (PICHON-RIVIÈRE, 2009). Ainsi, le juré 1 (le président) illustre bien ce rôle tout au long du film, puisqu’il devient chargé d’organiser les votes, ordonnant toujours aux jurés d’être attentifs à la tâche, d’écouter chacun et d’intervenir à des moments précis.

L’observateur : l’observateur n’est généralement pas un participant et son rôle est de collecter tout le matériel, exprimé verbalement et pré-verbalement dans le groupe. Il vise à fournir une rétroaction au coordonnateur dans le réajustement des techniques de conduite (PICHON-RIVIÈRE, 2009). On peut considérer le représentant qui est à l’extérieur de la salle, comme un rôle similaire de l’observateur, puisqu’il ne participe pas au groupe, mais aide en apportant les preuves que le coordinateur (juré 1) demande au cours de la tâche.

Le bouc émissaire : Le bouc émissaire est un membre du groupe qui finit par recevoir tous les aspects négatifs du groupe ou de la tâche. Ainsi, les mécanismes de ségrégation apparaissent (PICHON-RIVIÈRE, 2009). A certains moments, le juré 3 est devenu le bouc émissaire du groupe, étant le dernier à changer de vote, et même parce qu’il était extrêmement concentré sur son ECRO individuel. Mais, tout au long du film, d’autres jurés ont assumé ce rôle pendant un certain temps, comme, par exemple, le juré 10, qui lorsqu’il parlait de ces personnes, se référant aux habitants de la périphérie, était laissé seul et ignoré par les autres qui s’éloignaient. comme une forme de protestation.

Le leader : le leader, contrairement au bouc émissaire, est le membre qui reçoit tous les aspects positifs du groupe et de la tâche (PICHON-RIVIÈRE, 2009). On peut dire que le protagoniste (Juré 8), également tout au long du film, a assumé le rôle de meneur, au point de pouvoir faire changer de vote les onze jurés en gagnant l’attention et la crédibilité de chacun, les amenant à questionner les certitudes de l’affaire.

Il est important de souligner que les rôles de bouc émissaire et de leader sont liés précisément parce que le premier apparaît comme une manière de préserver le leadership et à travers un processus de dissociation nécessaire au groupe dans la tâche de discrimination. Ainsi, à partir de l’observation de certains phénomènes de groupe, Pichon-Rivière (2009), construit une échelle d’évaluation de base, due à la classification des modèles de comportement de groupe (Figure 2).

Figure 2 – Représentation graphique du schéma du cône inversé.

Représentation graphique du schéma du cône inversé.
Source : (PICHON-RIVIÈRE, 2009, p. 268)

Affiliation ou identification (Afiliação) : le sujet garde une certaine distance, sans être complètement inclus dans le groupe ce premier moment se transforme plus tard en appartenance (PICHON-RIVIÈRE, 2009). Ceci est observé lorsque tous les jurés au début du film finissent par représenter le vecteur d’affiliation, ne voulant pas polémiquer sur l’affaire et essayant de terminer rapidement la tâche. Un exemple est le juré 5, qui, quand c’était son tour d’expliquer pourquoi il croyait que l’accusé était coupable, a demandé à sauter son tour, ne voulant pas être inclus dans la discussion.

Appartenance (Pertença) : c’est le sentiment d’appartenance au groupe, à l’équipe, dans lequel on voit qu’il y a une plus grande identification avec les processus du groupe et sa tâche est accomplie avec une plus grande intensité. Il y a un sentiment de sécurité qui favorise la tâche. (PICHON-RIVIÈRE, 2009)

Coopération (Cooperação) : c’est l’élément qui exprime la manière dont les membres du groupe acquièrent, par la coopération, une même direction pour mener à bien la tâche. Ici, les membres du groupe sont coopérateurs et coopèrent dans le même sens. (PICHON-RIVIÈRE, 2009)

Pertinence (Pertinência) : c’est la centralisation du groupe dans la tâche et dans sa clarification (PICHON-RIVIÈRE, 2009). Cela apparaît dans le troisième acte du film, auquel tous les jurés participaient d’une manière ou d’une autre, analysant soigneusement le cas, faisant des simulations et rassemblant des détails pour justifier ou non le vote donné. Ainsi, on peut considérer qu’ils étaient dans un moment d’appartenance, et, peu de temps après, en coopération pour mener à bien la tâche.

Communication (Comunicação) : elle peut être verbale ou non verbale, c’est la communication qui s’opère entre les participants du groupe.

Neste vetor, levamos em conta não só o conteúdo da mensagem, mas também o como e o quem dessa mensagem; chamamos a isso metacomunicação. Quando os dois elementos entram em contradição, configura-se um mal-entendido dentro do grupo. (PICHON-RIVIÈRE, 2009, p.175)

Apprentissage (Aprendizagem) : il est obtenu par la somme des informations des membres, transformant, à un instant donné, la quantité en qualité, et produit ainsi un changement qualitatif dans le groupe (PICHON-RIVIÈRE, 2009). Tout au long du film, la communication et l’apprentissage sont devenus cruciaux pour l’accomplissement de la tâche et la dynamique du groupe, pouvant ainsi construire un groupe ECRO.

Telê : vecteur défini par le professeur Moreno (apud PICHON-RIVIÈRE, 2009), comme une disposition positive ou négative à travailler avec un membre du groupe.

O fator telê, assim enunciado por J. L. Moreno, psico-sociólogo norte-americano e romeno, residente nos EUA. Segundo Moreno, a telê consiste na capacidade ou disposição que cada um de nós tem para trabalhar com outras pessoas, telê positiva e telê negativa, que darão os fatores afetivos e o clima afetivo. (PICHON-RIVIÈRE, 2009, p. 270)

Dans le film, il y a quelques exemples, comme le juré 5 avec le juré 10 qui avaient une disposition négative à travailler ensemble, ayant des arguments qui ont fini par gêner la tâche. Le juré 8 et le juré 9 semblaient positivement disposés à travailler ensemble, le juré 9 étant le premier à changer son vote en non coupable, afin de pouvoir, avec le juré 8, mieux enquêter sur l’affaire avant de condamner l’accusé à mort.

En plus de tous les facteurs présentés par l’auteur, il est important de souligner et de distinguer trois instances au sein du travail de groupe : la pré-tâche, la tâche et le projet.

Dans la pré-tâche se trouvent les techniques défensives du groupe, qui structurent la résistance au changement. Ce n’est qu’après avoir passé ce malaise et brisé ces stéréotypes que l’on peut dire que le groupe est à la tâche (PICHON-RIVIÈRE, 2009). Au début du film, tous les membres du groupe étaient mal à l’aise avec le juré 8 qui était contre le verdict de culpabilité et étaient pris dans l’idée d’essayer de le convaincre qu’il avait tort. Pris dans des stéréotypes, ils ont refusé d’affronter la tâche de manière critique, considérant chaque ECRO individuel qui les empêchait de penser collectivement.

Le moment de la tâche est celui où l’objet de la connaissance devient pénétrable. De plus, c’est la trajectoire que le groupe doit suivre pour atteindre les objectifs proposés. C’est dans l’explicitation de l’implicite qui fait avancer le groupe vers la tâche comme dans le mouvement d’une spirale dialectique (PICHON-RIVIÈRE, 2009). Ce moment est possible de percevoir lorsque les jurés entrent dans la tâche et commencent à soulever toutes les hypothèses, non pas de manière mystique et avec certitude de la culpabilité de l’accusé, mais comme des possibilités, en faisant des simulations et en considérant d’autres facteurs qui ne justifient pas l’innocence. , n’imprimez pas non plus la culpabilité sur le défendeur.

Enfin, le projet survient lorsque le groupe parvient à appartenir aux membres et qu’un plan est mis en place (PICHON-RIVIÈRE, 2009). Ce point se trouve à la fin du film, où tous les jurés sont en mesure d’accomplir conjointement la tâche et de donner à l’accusé un verdict de non-culpabilité, et peut être davantage contextualisé dans les mots de l’auteur dans la citation suivante :

O grupo se propõe objetivos que ultrapassam o aqui e agora, construindo uma estratégia destinada a alcançar esse objetivo. Mas, dentro desse aqui e agora, podemos interpretar que este projeto, como todo mecanismo de criação, está destinado a superar a situação de morte ou de perda que os membros vivenciam quando, através da realização da tarefa, percebem a possibilidade da separação ou finalização do grupo. (PICHON-RIVIÈRE, 2009, p. 181)

Enfin, il est possible de noter que la technique de groupe opératoire créée par Pichon-Rivière (2009) peut être utilisée dans plusieurs domaines et secteurs, favorisant un apprentissage et un changement significatif des membres du groupe.

7. CONSIDÉRATIONS FINALES

Dans l’article présenté, les théories de Lewin (MAILHIOT, 2013), Moreno (RUSSO, 2010), Schutz (1979 ; 1989) et Pixon-Rivière (2009) ont été contextualisées sur les processus de dynamique de groupe et articulées dans l’analyse des film « Douze hommes et une peine » (LUMET, 1957).

Revenons à la question directrice : les individus avec des différences socioculturelles spécifiques et des historicités divergentes collaborent-ils aux développements psychologiques dans les processus de groupe ? Selon l’analyse des quatre théoriciens et leur relation avec la dynamique présentée dans le film, il est possible de comprendre que ces évolutions sont non seulement plausibles, mais positives.

L’échange d’expériences, même avec des sujets chargés de préjugés, de discriminations et de stéréotypes préconçus, peut effectivement se traduire par un grand conflit entre les membres dans un premier temps, après tout, ces constructions montrent aussi des conflits internes que chaque individu porte dans son éducation socioculturelle. Or, ce sont ces relations intergroupes, chargées de l’historicité de chaque membre du groupe, qui, lorsqu’elles débouchent sur des dialogues, des débats et des interférences d’expériences, s’épanouissent en maturation par resignification et confrontation avec soi-même, en particulier celles chargées de préjugés et de discriminations.

Par conséquent, l’hypothèse de l’hypothèse élaborée par l’équipe de cet article a été confirmée. Les individus ayant des histoires antagonistes peuvent contribuer efficacement avec leurs différentes expériences à l’applicabilité des techniques de dynamique de groupe et à la maturation du sujet.

Les décisions basées sur le dialogue peuvent transformer le sujet et son prochain. Il convient de mentionner que les expériences vécues par chaque individu du groupe, lorsqu’elles sont partagées, peuvent être mieux comprises et re-signifiées. Avec cela, il est intuitif que le partage a le pouvoir d’apporter de nouvelles questions et résolutions. Lorsqu’un individu vit une expérience particulière de l’autre, une action peut être entreprise en dehors du contexte moral et particularisé. En regardant, en écoutant et en ressentant une expérience au-delà du quotidien, il est possible de créer plus d’affection et d’empathie avec les autres. Les problèmes qui étaient auparavant considérés comme privés ont commencé à être partagés avec un groupe. Pourtant, on constate aujourd’hui qu’une question, lorsqu’elle est débattue dans le collectif, a la capacité de générer des résolutions basées sur l’empathie, la spontanéité et la créativité.

Il a pu être observé à partir de l’étude des théorisations présentées ici, avec la dynamique présentée dans le film de Lumet (1957), que, aussi différentes que soient ces perceptions, l’analyse des groupes part du postulat que les processus de groupe se transforment à partir des actions des individus, ainsi que de leurs positions économiques et culturelles. Par conséquent, l’étude et la compréhension des processus de groupe sont extrêmement importantes pour les étudiants et les professionnels en psychologie, afin qu’ils aient une compréhension large et critique de leur pratique professionnelle. En parallèle, toutes les théories des auteurs proposés ont pu être observées avec intensité dans le film proposé à l’analyse, rendant le contexte plus compréhensible.

De la réflexion des expériences humaines à travers l’Art, on peut arriver à comprendre comment les théories de la dynamique de groupe peuvent être appliquées de manière réelle, ainsi que ses diverses possibilités.

RÉFÉRENCES

BARRETO, Maria Fernanda Mazziotti. Dinâmica de grupo: história, práticas e vivências. 5. ed. Campinas: Alínea, 2014.

DOZE homens e uma sentença (1957) Online. (Twelve Angry Men). Direção de Sidney Lumet. Estados Unidos da América: Metro Goldwyn Mayer, 1957. 95 minutos, inglês, dublado em português, preto e branco. Disponível em: <https://flixfilmes.org/filme/12-homens-e-uma-sentenca-1957-online/>. Acesso em: 05 abr. 2021.

FREIRE, Paulo. Justificativa da pedagogia do oprimido. In: Pedagogia do oprimido. 50. ed. Rio de Janeiro: Paz e Terra, 2011.

LANE, Silvia Tatiana Maurer. O Processo Grupal. In: LANE, S.T.M.; CODO, W. (Orgs.) Psicologia social: o homem em movimento. 8. ed. São Paulo: Brasiliense, 1989, p.78-98.

LIMA, Liliana Aparecida de. Psicodrama e Dinâmica de grupo: re-criando possibilidades para o ensino de Psicologia na Universidade. In: BARRETO, Maria Fernanda Mazziotti. Dinâmica de grupo: história, práticas e vivências. 5. ed. Campinas: Alínea, 2014. p. 55-83.

MAILHIOT, Gérald Bernard. Dinâmica e Gênese dos Grupos: atualidade das descobertas de Kurt Lewin. Petrópolis: Vozes, 2013.

MARTINS, Sueli Terezinha Ferreira. Psicologia Social e Processo Grupal: a coerência entre fazer, pensar e sentir em Sílvia Lane. Psicologia & Sociedade; 19, Edição Especial 2: 76-80, 2007.

MONTERO, Maritza. A tensão entre o fortalecimento e as influências alienadoras no trabalho psicossocial comunitário e político. In: LACERDA, JR; GUZZO, R.S.L. Psicologia & Sociedade: interfaces no debate sobre a questão social. Campinas: Alínea, 2010. p. 65 – 82.

NERY, Maria da Penha; CONCEIÇÃO, Maria Inês Gandolfo. Sociodrama e política de cotas para negros: um método de intervenção psicológica em temas sociais. Brasília: Psico. cienc. prof., v.25, n.1, março 2005. Disponível em: <https://www.scielo.br/scielo.php?pid=S1414-98932005000100011&script=sci_arttext>. Acesso em: 15 abr. 2021.

PICHON-RIVIÈRE, Enrique. O processo grupal. 8. ed. São Paulo: WMF Martins Fontes, 2009.

RODRIGUES, Aroldo; Assmar, Eveline Maria Leal; Jablonsky, Bernardo. Psicologia Social. ed. 27. Petrópolis, RJ: Vozes, 2009. p. 147-176.

RUSSO, Luis. Quem sobreviverá?: Fundamentos da sociometria, da psicoterapia de grupo e o sociodrama. Rev. bras. psicodrama, São Paulo, v. 18, n. 2, p. 173-188, 2010. Disponível em: <http://pepsic.bvsalud.org/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0104-53932010000200011&lng=pt&nrm=iso>. Acesso em: 21 abr.  2021.

SCHUTZ, William C. O prazer: expansão da consciência humana. ed. 1. Rio de Janeiro: Imago, 1979. p. 101-105.

____. Profunda Simplicidade: uma nova consciência do eu interior. São Paulo: Ágora, 1989. p. 103-113.

SMIRCICH, Linda; MORGAN, Gareth. Leadership: The management of meaning. The Journal of Applied Behavioral Science, v.18, n.3, 1983. p. 257-273. DOI: 10.1177/002188638201800303

TEIXEIRA, Ludimilla Santana; ABREU, Liliane Alcântara de. Os desafios da educação em direitos humanos no século XXI: a contribuição do MUCB no autoconhecimento e desenvolvimento sociopolítico de mulheres através das redes sociais. In: Anais de Artigos Completos do V CIDHCoimbra 2020 – Volume 3 / César Augusto R. Nunes et. al. (orgs.) [et al.] – Campinas / Jundiaí: Editora Brasílica / Edições Brasil / Editora Fibra, 2021. p. 287. ISSN 978-65-89537-03-8. Disponível em: <https://a3ec55aa-1c0f-448d-a555-bf0db2483a45.filesusr.com/ugd/8f3de9_a7f1803236524ca9ab555127967481aa.pdf>. Acesso em: 10 mai. 2021.

VIEIRA, Emanuel Meireles; XIMENES, Verônica Morais. Conscientização: em que interessa este conceito à psicologia. Psicologia e Argumento, Curitiba, v. 26, n. 52, p. 23-33, 2008. Disponível em: <https://www.researchgate.net/publication/324630701_CONSCIENTIZACAO_Em_que_interessa_este_conceito_a_psicologia>. Acesso em: 15 fev. 2020.

[1] Spécialiste en neurosciences pédagogiques de AVM Éducatif/UCAM/RJ ; spécialiste en art-thérapie en éducation et santé à AVM Educacional/UCAM/RJ; spécialiste en recherche sur le comportement et la consommation de la Faculté SENAI CETIQT RJ ; spécialiste en arts visuels de l’UNESA/RJ ; Licence en Design de la Faculté SENAI CETIQT RJ. Bachelier en psychologie à l’UNIP/SP.

[2] Licence en communication sociale de la Faculté Casper Libero/SP. Bachelier en psychologie à l’UNIP/SP.

[3] Licence en psychologie de l’UNIP/SP.

[4] Licence en psychologie de l’UNIP/SP.

[5] Licence en psychologie de l’UNIP/SP.

[6] Bachelier en psychologie à l’UNIP/SP.

[7] Bachelier en psychologie à l’UNIP/SP.

[8] Licence en psychologie de l’UNIP/SP.

Envoyé : Juillet 2021.

Approuvé : Janvier 2022.

Rate this post
Liliane Alcântara de Abreu

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

SOLICITAR REGISTRO
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita