L’évolution humaine d’un point de vue observé dans Star Wars

DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!
5/5 - (1 vote)
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
Email

CONTEÚDO

ARTICLE ORIGINAL

FARAH, Leonardo de Castro [1]

FARAH, Leonardo de Castro. L’évolution humaine d’un point de vue observé dans Star Wars. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 06, Ed. 02, Vol. 13, p. 148 à 170. février 2021. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/histoire/evolution-humaine

RÉSUMÉ

Au cours des années 70 et 80, est apparu aux premières de films de Star Wars (au Brésil : Guerra nas Estrelas). Dans cet univers de science-fiction destiné aux adultes et aux enfants, nous voyons plusieurs espèces humanoïdes interagir les unes avec les autres. Notre tâche ici serait de réaliser une expérience de pensée, avec l’objectif suivant : s’il est possible que la biologie humaine ait pu évoluer, dans l’univers Star Wars et découvrir quelles planètes seraient propices à cette évolution. La grande majorité des personnages de la franchise sont bipèdes, à l’exception de Jabba The Hutt (le seul extraterrestre invertébré). Il semble que le bipède soit la règle dans Star Wars, contrairement à la nature terrestre. Pour construire notre argumentation, nous nous appuierons sur les thèses de paléoanthropologues experts en locomotion humaine : Dr Owen Lovejoy, Dr William R. Leonard, et Dr Craig Stanford. Les idées de géologie planétaire du Dr Peter Ward et Alfredo Nunes Bandeira Jr. Et les idées évolutionnistes de Stephen J. Gould (1941-2002) et du spécialiste de l’évolution humaine, le Dr Walter Neves de l’USP.

Mots-clés : vie humanoïde extraterrestre dans Star Wars, bipède, intelligence, civilisation.

INTRODUCTION

Notre texte aborde l’importance de marcher debout comme une forme de locomotion qui nous a conduits à coloniser le monde entier, en plus de permettre le développement de stratégies de survie diversifiées et la création de civilisation. Dans la saga : Star Wars, on voit que la plupart des personnages intelligents sont des bipèdes ! Cela signifie que dans la nature de Star Wars, la bipédie est courante. Nous allons essayer de démontrer que la bipédie humaine, en plus d’être une forme bizarre de locomotion, est complètement inhabituelle dans le monde naturel. Nous discuterons de l’origine de cette locomotion plus largement médiatisée (nous n’inclurons pas dans l’article, la Teoria do Macaco Aquático, pourquoi elle serait étendue et qu’il pourrait y avoir une évasion du sujet).

1. NOTRE FAÇON « ÉTRANGE » DE LOCOMOTION

La paléoanthropologie est une science qui étudie l’origine, le protolangage, l’évolution, le comportement, la culture et la bipédie des êtres humains et de leurs ancêtres. L’objet d’étude de cette science sont les fossiles d’hominidés[2] conservés dans la roche. Mais la question demeure : comment devient-on humain ? Cette question est la plus compliquée à répondre dans l’histoire de la paléoanthropologie. Les humains sont bipèdes, vivant dans un groupe qui constitue une société. Mais les monos, aussi bipèdes, surtout les bonobos et les chimpanzés, vivent aussi en groupes qui composent une société. Mais les chimpanzés et les bonobos sont des bipèdes facultatifs. Cela signifie que de temps en temps, ils marchent sur deux jambes (la plupart du temps ils bougent avec les jointures appelées : Nodopedalia) (NEVES ; PILÓ, 2008). Pour cette raison, les chimpanzés et les bonobos ont le même habitat, qui n’ont jamais quitté l’Afrique tropicale. Selon Leonard et Robertson (1997), la raison pour laquelle les chimpanzés et les bonobos vivent dans le même habitat serait que la locomotion nodopédale consomme plus d’énergie que la locomotion bipède. C’est pourquoi nous avons colonisé la planète entière : de la toundra aux déserts, de la côte aux montagnes. Le secret de cette « réussite » serait cette forme de locomotion appelée bipède.

Chimpanzés, bonobos et nous appartenons à la même famille: Hominoidea. Les chimpanzés transportent environ : 98 % du matériel génétique semblable au nôtre (NEVES; PILÓ, 2008). L’ancêtre commun entre l’homme et le chimpanzé s’est séparé de l’arbre généalogique il y a environ 7,0 millions d’années. Notre ancêtre le plus récent, Homo ergaster-erectus, a évolué en Afrique il y a 2,0 millions d’années et l’a quittée et a colonisé de nouvelles niches écologiques : l’Eurasie parcourant une distance de près de 8 500 km. Tout cela s’est passé grâce à la locomotion bipède.

Pour les paléoanthropologues, le plancher bipède a précédé la fabrication d’instruments lithiques. Nous nous sommes d’abord tenus debout, puis nous avons créé des outils pour nourrir et bien plus tard, nous avons commencé à parler (cela s’est produit parce que notre cerveau a grossoyé, grâce à la cuisson). Le langage articulé est apparu après la domestication de l’incendie lorsque nous avons changé notre nourriture de charognard à chasseur et cueilleur. Et bien plus tard et longtemps après, nous sommes devenus agriculteurs et avons inventé la civilisation telle que nous la connaissons (écriture, comptabilité, mathématiques, architecture, médecine et histoire).

Il y a 4 000 espèces de mammifères aujourd’hui. La grande majorité d’entre eux sont quadrupèdes, mais les humains et leurs ancêtres ont une forme différente de locomotion. Dans la nature, il existe d’autres types de bipèdes, des oiseaux, dont certains ont perdu la queue dans le processus évolutif, un bon exemple de cela est le poulet. Les oiseaux sont bipèdes, mais ne marchent pas debout (sauf le pingouin), ce qui est évident lorsque l’on compare le centre de gravité de l’être humain avec le poulet vu à la FIGURE 1.1. Comme nous le savons, son concept est « le point qui peut être considéré comme l’application de la gravité dans le corps formé par les particules » (STANFORD, 2004).

FIGURE 1.1 – La figure montre le centre de gravité de l’être humain et d’un poulet.

Illustration de Felipe Lima Simões.

Alors pourquoi nous contournons-nous différemment du monde animal? La plupart des mammifères sont quadrupèdes. Seulement, nous sommes des bipèdes debout! La réponse à cette question a été donnée par le Dr Neves et le Dr Piló, dans leur livre: O Povo de Luzia (2008), qui ont suggéré: « Contrairement à ce que l’on pensait de Darwin jusqu’à la fin des années 1990, la fixation de la bipédie par la sélection naturelle a eu lieu dans les forêts, pas dans les savanes » (NEVES; PILÓ, 2008, p. 36). Quelle est la relation entre le plancher droit et les forêts? Les réponses sont diverses, il n’y a rien de défini. Alors allons-y en partie.

Dans les années 1940, les scientifiques croyaient que nos ancêtres avaient quitté les arbres pour vivre dans les savanes africaines. Le changement d’habitat a forcé une évolution de la locomotion, permettant aux mains d’être libérées, avec l’intention de transporter des objets. Cependant, des recherches récentes menées par des paléoécologues pensent qu’il y avait il y a 3,5 millions d’années des forêts tropicales, couvrant une grande partie de l’Afrique (à cette époque australopithecus afarensis vivait dans cette région), actuellement, la théorie de la savane peut être considérée comme erronée (STANFORD, 2004).

Pour Stanford, de l’Université de Californie du Sud, suggère que la bipédie n’a rien à voir avec une route linéaire, qui lierait un plus «retardé» au plus «maire». Les laïcs imaginent que l’évolution humaine est associée à la notion de «progrès» ou d’«ordre». C’est en fait une erreur. En fait, l’évolution signifie : « modifications subies par la population de l’organisme au fil du temps ; temps qui dépasse la durée de vie d’une seule génération » (CARVALHO, 2000, p. 61). Pour cela, nous devons observer: les stratégies de survie, l’adaptation à l’environnement, les changements dans les relations: sexuel, social, alimentaire et habitat vivant.

Dans la franchise Star Wars, on voit que le personnage : Jar-Jar Binks de la planète Naboo (que son environnement est marin) et se déplace assez de la même manière que les Wookiees (Chewbacca) de la planète Kashyyyk (que son environnement est la forêt). Les deux créatures viennent de planètes différentes et de biomes différents, comment pourraient-elles avoir la même locomotion ? Certains biologistes évolutionnistes feraient appel à : une évolution convergente qui serait une réponse évolutive qui se produit lorsque des êtres vivants d’espèces différentes se développent dans le même environnement, ayant les mêmes caractéristiques anatomiques, par exemple : le requin et le dauphin. Le requin est un poisson et le dauphin est un mammifère, cependant, les deux ont le même habitat et des caractéristiques anatomiques similaires. Le problème de faire appel à une évolution convergente serait que les espèces humanoïdes devraient faire évoluer cette locomotion dans un biome similaire, mais cela ne se produit pas. Pour aggraver les choses, dans notre histoire évolutive, bipedia a pris plusieurs configurations au fil du temps:

Nous avons également constaté que nos premiers ancêtres n’étaient pas des bipèdes incompétents qui ont progressivement évolué en marcheurs «efficaces» à deux pattes. De nouvelles preuves montrent qu’il y avait un ensemble d’espèces avec une variété de caractéristiques, et celles-ci n’ont pas progressé linéairement debipèdes « primitifs » à « précoces » (STANFORD, 2004, préface).

Le message que Stanford suggère est que bipedia a pris plusieurs « modèles » différents. Pour Martin Pickford et Brigitte Senut, l’Orrorin tugenensis, âgé de 6,0 millions d’années, pourrait avoir une locomotion plus efficace que l’Australopithecus. Lee Berger de l’Université du Witwatersrand, en analysant les os du pied d’un Australopithecus africanus âgé de 2,5 millions d’années, a conclu qu’il n’avait pas de locomotion efficace par rapport à Australopithecus afarensis (3,9-3,0 millions d’années) qui est plus âgé (STANFORD, 2004):

Une étude de Craig Stanford de l’Université de Californie du Sud, à Los Angeles, portant sur plus de deux cents heures d’observation des chimpanzés à l’état sauvage, a montré que beaucoup d’entre eux adoptaient la posture debout sur les branches plus épaisses comme un moyen d’atteindre des fruits qui ne seraient pas autrement accessibles (NEVES; PILÓ, 2008, p. 36).

En 2001, le Dr Leonard et le Dr Leonard. Robertson a écrit pour: American Journal Of Physical Anthropology un article suggérant que les singes, en particulier les chimpanzés, dépensent beaucoup plus d’énergie lorsqu’ils se déplacent que les humains. La dépense énergétique du chimpanzé est beaucoup plus élevée que même celle des quadrupèdes moyens (chien, par exemple), les deux voyageant, sur la même distance (LEONARD; ROBERTSON, 2001). En conclusion, le Dr Leonard, professeur d’anthropologie à l’Northwestern University « suggère que la bipédie s’est développée chez nos ancêtres, en partie parce qu’elle est moins coûteuse énergétiquement que le déplacement sur quatre pattes » (SCIENTIFIC AMERICAN BRASIL, 2003, p. 83). Pour Lovejoy, il y a d’autres facteurs, soulignant le facteur sexuel: « on ne peut pas croire que marcher debout a quelque chose à voir avec le sexe, mais que c’est le cas, c’est le cas » (JOHANSON; MAITLAND, 1996, p. 409), Stanford, développe la thèse de Lovejoy, suggérant que : « la principale raison de se tenir debout et de marcher debout est étroitement associée à la survie et à la reproduction » (STANFORD, 2004, p. 142).

Sans aucun doute, marcher debout est plus économe en énergie, les mains pourraient être libres de porter : outils, nourriture et chiots (LOVEJOY, 1988), à emmener à un certain endroit (Glynn Isaac’s Home Base). Cette locomotion aide dans les rapports sexuels. Pour conclure, notre mobilité nous a causé certains inconvénients, tels que :

En gagnant en stabilité, le bipède a perdu de la puissance. En gagnant en efficacité énergétique pour marcher, il a perdu cette même efficacité pour grimper. Pour les femmes enceintes, le prix à payer était terrible. La sélection naturelle a retravaillé le bassin pour accompagner de nouvelles fonctions musculaires, mais elle a également rétréci le canal génital par rapport à la taille du crâne de l’enfant à naître, qui doit être pressé pour le traverser (STANFORD, 2004, p. 77).

La figure 1.2 illustre la situation des femmes enceintes, dans laquelle la colonne lombaire se comprime pour faire place au développement du fœtus. Bipedia a causé plusieurs « imperfections physiques » qui ne sont pas diagnostiquées chez les animaux quadrupèdes : maux de dos, varices, vergetures, bec de perroquet, scoliose et lordose (LIMA, 1994).

FIGURE 1.2 – Compression de la colonne lombaire d’une femme enceinte en raison du développement du fœtus.

Illustration de Felipe Lima Simões.

Lorsque nous devenons totalement fixés au sol, nous perdons par le corps présent dans les monos (en particulier, les chimpanzés et les bonobos). Orthodoxie parlant, la posture totalement droite semblait à 2,0 millions avec homo ergaster-erectus, qui est devenu le premier nomade (migré en Eurasie à la recherche de nourriture) ils pouvaient marcher pendant des heures sous le soleil brûlant, ce qui l’a aidé était le fait qu’il possédait une vertèbre lombaire supplémentaire (LATIMER; WARD, 1993). Cet hominide a été l’un des premiers à avoir des glandes sudoripares qui ont aidé à réguler la température interne, le faisant transpirer.

2. QUELQUES RÈGLES, CAR IL Y A UNE VIE HUMANOIDDE ICI

Selon le Dr Alfredo Nunes de Bandeira Junior, dans son livre: Nós Estamos Sós: Uma Humanidade Solitária (2000) et le livre: Rare Earth (au Brésil avec le titre: «Sós no Universo »? 2000) du Dr Peter Ward et du Dr Donald Brownlee dans les deux travaux suggèrent que la vie intelligente dans l’univers est rare. Donc, pour que cela se produise dépendra d’une séquence d’événements (y compris fortuits),résumés en sept étapes:

Tableau 1 – Règles pour le développement de la vie intelligente.

La vie humaine de la franchise Star Wars à avoir évolué devrait répondre à ces critères ci-dessus. Il faut donc s’attendre à ce que l’environnement, propice, soit similaire à celui de la Terre.

Distance Relative du Soleil (étant dans l’appel : zone habitable). La Terre a une distance de 150 millions de km du soleil, ce qui permet à la planète de rester dans une zone de confort, ni trop chaude ni trop froide. De plus, la planète devrait également avoir une masse idéale pour permettre à l’atmosphère d’être retenue par la gravité de la planète. En outre, avec une sévérité de 1G (ayant en moyenne: 12-13 mille km de diamètre), offrant une température ambiante, pour le développement de la vie.

Émergence d’une atmosphère douce. Il faudrait que cette planète ait dans son atmosphère, la base chimique de la vie : CHON (Carbone, Hydrogène, Oxygène et Azote). Par exemple, avec de l’oxygène (élément essentiel pour la vie animale). La planète développerait au fil du temps un film protecteur dans l’atmosphère, l’ozone (O3), qui protège les animaux et les légumes à sa surface. Sans oxygène, il n’est pas possible d’avoir le feu, et sans feu, pas de cuisson et pas decuisson,il n’est pas possible de développer un gros cerveau (WRANGHAM, 2010) pour créer des outils et créer des vaisseaux spatiaux comme le « Millenium Falcon ».

3º stabilité climatique. Ce qui stabilise le climat sur Terre, ce sont deux facteurs. 1er – l’existence de la Lune. Sans elle, le niveau de la mer était beaucoup plus élevé qu’il ne l’est aujourd’hui. 95% de la planète serait sous l’eau (tout comme le film Waterworld de 1995 – avec Kevin Costner), plus la Terre oscillerait sur son axe comme Mars. Cela provoquerait des tornades et des ouragans dévastateurs à sa surface. 2º- les plaques tectoniques. Les plaques finissent par créer des zones de subduction,ce qui provoque le dioxyde de carbone piégé dans les roches, qui au fil du temps iraient à l’intérieur de la Terre et ne réapparaîtraient dans l’atmosphère, que par des processus volcaniques. Le climat de la terre serait donc plus ou moins doux. La planète Vénus, par exemple, n’a pas de plaques tectoniques et le dioxyde de carbone a été piégé à la surface de la planète depuis sa formation. Cela a provoqué un effet de serre incontrôlé. La température sur Vénus est de 450º C, tandis que sur Terre, elle est de 15º C.

Existence d’un champ électromagnétique de la Terre. Au début de la formation du système solaire, une autre planète (Web) aurait été choquée par la Terre. Il est probable que la croûte terrestre et le manteau se briseraient et le résultat de cette mégacollection étaient deux choses: 1er la formation de notre Lune et 2º Peut-être en quelque sorte cet impact colossal, aurait affecté le manteau et le noyau liquide riche en fer et en nickel qui en mouvement formerait le champ électromagnétique qui protège la Terre des rayons et des vents solaires. Sans elle, la surface de la terre serait désertique.

L’existence d’eau liquide à la surface de la planète est essentielle au développement de la vie complexe (animale et végétale). Au début de la formation de la Terre, des météores et des astéroïdes sont entrés en collision avec la Terre. Selon les astronomes, ils ont apporté de l’eau sur la planète. Nous, les humains, utilisons 1% de toute l’eau de la planète.

L’existence d’une planète gigantesque pour attirer les astéroïdes et les comètes – s’éloignent de la Terre. Jupiter est un protecteur géant. En juillet 1994, la comète nommée Shoemaker-Levy 9 s’est brisée en neuf morceaux et est entrée en collision avec Jupiter. Cette comète aurait pu venir sur Terre, ce n’est pas à cause de la gravité de Jupiter qu’elle a attiré cet objet sur son orbite. Jupiter est 11 fois supérieure à la Terre. Sans Jupiter, la probabilité qu’un objet spatial erre dans le système solaire pourrait très bien, s’il entre en collision avec la Terre à un moment donné.

stabilité géologique – L’histoire de la Terre montre qu’il y a eu de nombreuses extinctions de masse. Le pire s’est produit dans la période permienne, il y a 250 millions d’années, qui a décimé 95% de la vie terrestre et marine de la Terre, causée par des facteurs internes (causés par les pièges sibériens) (WARD, 1997). Cette extinction pourrait-elle se produire sur d’autres planètes Star Wars ?

3. LES ENVIRONNEMENTS DANS STAR WARS, POUR LES HUMANOÏDES ONT ÉVOLUÉ

La saga Star Wars est connue dans le monde entier. Il y a des fans et des jouets dans cette franchise. Les films de la série ont beaucoup de réalisme. Ce qui est frappant, c’est que les personnages principaux sont complètement humains, à commencer par l’Empereur: Palpatine, Dark Vador (Anakin Skywalker), Luke Skywalker, la princesse Leia et Han Solo. D’autres personnages ne sont pas humains, comme Chewbacca, un Wookiee. Mais tous les zooanthropomorphes de la série ont une anatomie bipède. Je suis désolé pour les fans de la série, mais, « Houston, nous avons un problème! » La bipédie humaine, comme cela a déjà été dit, aurait besoin de conditions idéales: géographique, planétaire, atmosphérique, climatique et hydrographique pour se produire et pourtant, dans cette galaxie, dans laquelle passent ces histoires, nous ne trouvons pas une planète idéale que nous puissions dire: oui, il y a des formes de vie humanoïdes évoluées! Et même si nous trouvons cette planète à des conditions favorables. Et peu probable, que cette évolution se produise (elle sera commentée dans la rubrique suivante).

3.1 TATOOINE

Le premier candidat à l’évolution de la vie humanoïde est la planète Tatooine, une planète natale de Nakin et Luke Skywalker. Selon la saga Star Wars, cette planète est dans un système binaire, c’est-à-dire que Tatooine orbite autour de deux soleils. Ces soleils sont appelés Tatoo I et II. Ils ne semblent pas être des naines blanches ou des pulsars (s’ils l’étaient, il n’y aurait pas de vie dans un rayon de milliers d’années-lumière). Selon les images du film, ces soleils ne sont pas gigantesques (des milliers de fois plus grands que notre soleil, bien qu’il y en ait beaucoup dans notre galaxie). Ce que je veux dire, c’est que ces deux soleils sont à peu près de la même taille que notre soleil (quelque chose de très rare). Pour cette raison, la planète entière est un désert, avec seulement 1% d’eau liquide à sa surface, la plupart d’entre elles sont souterraines (en quantités limitées).

Tatooine il y a quelques villes et il abrite le Bantha un grand animal (qui ressemblerait à l’éléphant). Les producteurs du 1er film de la saga (Star Wars Episode IV: A New Hope – 1977) ont enduit un éléphant de plumage pour ressembler à un Bantha. La planète Terre a: 70% d’eau liquide à sa surface, seulement 1% sont disponibles pour la consommation des humains et des animaux. Imaginez em Tatooine? Si la planète entière est pratiquement un désert. Il n’y a pas d’arbres ou de forêts, l’eau est limitée et peut-être rationnée, comment peut-il y avoir des villes et de grands animaux?

FIGURE 3.1 – Le Bantha un animal domestiqué par les gens du sable, dans le film: Star Wars.

Illustration de Felipe Lima Simões.

Sur Terre, durant la période triasique (250-200 millions d’années), la planète était différente de ce qu’elle est aujourd’hui. Il n’y avait pas d’herbe[3]. Il n’y avait pas de glace sur les poteaux. Les jours étaient plus courts (peut-être 22 heures). Il y avait deux saisons dans l’année : pluvieuse et sèche. Tous les continents étaient réunis en un supercontinent appelé : la Pangée. Sur la côte, il y avait de la végétation et de l’eau, mais à l’intérieur de la Pangée, il y avait un immense désert (plus grand que le Saara). Dans cet environnement se trouvaient des animaux de la période précédente (Permien) vivant dans des conditions : arides et sèches, tels que : le Lystrosaurus (reptile therapsidio). Il y avait aussi une nouvelle créature qui a évolué spécialement dans cet habitat désertique : Coelophysis (Théropode Dinosaure) au nord (États-Unis) et Herrerasauro (Théropode Dinosaure) au Sud (Argentine). Ils mesuraient 1 mètre de haut et 3 mètres de long. Les premiers dinosaures qui ont évolué au Trias étaient petits. Leur succès était que lors de la défécation, ils éliminaient peu d’eau et consommaient peu de calories. Ils étaient opportunistes, capricieux et rapides. Ce que la biologie nous dit, c’est que dans l’habitat désertique, où il y a peu d’eau, les animaux qui y ont évolué seraient petits (HAINES ; CHAMBERS, 2005).

Certains paléontologues peuvent attirer l’attention sur le Plateossaurus qui était un gros animal, jusqu’à 9 mètres de long, environ 2,0 mètres de haut et pesant quatre tonnes et a vécu entre: 214-201 millions d’années (BARRETT, 2002). Plateosaurus  était le plus grand animal du Trias, consommant beaucoup d’eau et de légumes (il était herbivore). Cependant, ce dinosaure vivait dans un environnement en transition, pour la période ultérieure, le Jurassique. Son habitat avait des endroits qui offraient de l’eau et de la nourriture. De retour à Tatooine votre biome est uniforme, partout sur la planète. Il n’y avait pas de biomes différents, comme sur Terre. Alors comment Bantha a-t-elle pu évoluer sur cette planète désertique ?

Dans Star Wars, nous voyons que Tatooine possédait une ville (avant-poste). Bien sûr, nous avons des exemples de villes similaires ici sur Terre situées dans des régions désertiques. On peut en citer deux : Cahuachi à Nasca (100-800 d. C) était situé au Pérou, dans le désert d’Atacama. L’autre ville est la culture de l’Anasazi (Pueblo), qui était situé dans le Colorado, dans l’ouest des États-Unis. Ils ont tous deux construit des puits d’eau pour l’agriculture. Malgré cela, une grave sécheresse a frappé la civilisation Nasca autour de 550-600 a.m. C (période appelée par les archéologues de Nasca 05) et les peuples qui vivaient de l’agriculture ont commencé à abandonner Cahuachi et la région.

In addition to the opportunity created by the demise of Cahuachi, other factor player an important role in the development of Nasca society in Nasca 5 times. One of these was climate. Archeologists know that climatic conditions deteriorated in the Central Andes throughout much of the sixth century A.D: droughts occurred in AD 540-560 and AD 570-610 with the latter reaching extreme conditions[4] (SILVERMAN; PROULX, 2002, p 253).

Vers 1276-1299 d. C, dans la région d’Anasazi, les villes ont été abandonnées (COE; SNOW, 2006) en raison d’une grave sécheresse. Sur Terre, les premières villes se sont installées près des rivières : Cahokia (Mississippi), Égypte antique (Nil), Chine (Fleuve Jaune), Inde (Gange), Mésopotamie (Tigre et Euphrate) et Rome (Tibre). Nos mathématiques, nos sciences, notre médecine et notre histoire proviennent de ces civilisations. Sans eau, pas de vie, pas d’agriculture et pas de civilisation.

Il est connu pour être constitué d’un noyau fondu enveloppé dans une couverture rocheuse et d’une croûte de roches silicatées. Les archives fossiles suggèrent que Tatooine a été recouverte au moins une fois par de grands océans, qui se sont asséchés, exposant de nombreuses formations géologiques de la période pré-aride (http://pt.starwars.wikia.com/wiki/Tatooine 20/04/2014 – 21hs:30min).

Ce que nous savons de Tatooine, c’est que cette planète a trois lunes, donc la force d’attraction gravitationnelle doit être considérable. A titre de comparaison, Jupiter doit avoir 100 lunes. Io, l’une des lunes de Jupiter a plusieurs volcans, doit être au moins 50. Le fait que Io soit comme il est serait dû à la force gravitationnelle exercée par Jupiter, qui se déplace à l’intérieur comme une force de marée. La même chose pourrait se produire sur les lunes de Tatooine ou même sur la planète elle-même.

La franchise ne nous dit pas si les humains y ont évolué ou colonisé cette planète. Une autre chose importante à dire, serait sur la présence d’oxygène. Nous ne pouvons pas expliquer comment l’oxygène est apparu dans Tatooine. On voit que la planète, il n’y a pas de présence d’algues et de micro-organismes pour transformer le dioxyde de carbone en oxygène. Sur Terre, l’accumulation d’oxygène dans l’atmosphère a mis des milliards d’années à se produire. On peut donc en conclure que Tatooine n’est pas une planète idéale pour que la vie humanoïde y ait évolué. Il en va de même pour la vie unicellulaire, végétale ou animale.

FIGURE 3.2 – La planète désertique de Tatooine dans Star Wars IV: A New Hope.

Illustration de Felipe Lima Simões.

3.2 ALDERAAN

Un autre candidat à l’évolution humaine dans Star Wars est la planète Alderaan. Maison de la princesse Leia. La planète est dans une zone habitable, son atmosphère et la température mondiale sont douces et peut-être de l’eau liquide est présente à la surface de la planète, qui a des forêts, des montagnes, des lacs et des mers. Cependant, Alderaan n’a pas de lune pour stabiliser l’axe de la planète. Par conséquent, sans la Lune, il n’y aurait aucune influence des marées. Sans Lune, les jours à Alderaan seraient plus courts, peut-être 14 heures par jour ou moins:

En effet, la gravité lunaire, en plus de maintenir l’axe de la Terre, fait diminuer lentement la vitesse de rotation de notre planète. S’il n’y avait pas de satellite autour de nous, ce freinage ne se produirait pas et la Terre continuerait à courir trop vite [5].

Certains animaux qui migrent et ou même s’accouplent pendant les phases de la lune, ne seraient pas en mesure de le faire, car il n’y aurait pas de temps pour l’accouplement. Sans la lune, l’axe de la planète serait incliné de plus de 50º (WARD; BROWNLEE, 2001).

Le pôle nord deviendrait l’Saara Sud! Mais avec la pente de 90 degrés, les régions équatoriales recevraient beaucoup moins d’énergie en moyenne dans l’année et deviendraient plus froides (WARD; BROWNLEE, 2001, p. 250).

Le changement d’inclinaison et l’oscillation planétaire agiteraient la surface de la planète provoquant: ouragans, tornades, cyclones et typhons à plus de 250 km/h. La vie à la surface serait insupportable. Alternativement, la vie serait adaptée au monde marin et la locomotion bipède ne se développerait pas. Nous ne pouvons donc pas considérer Alderaan comme un lieu sujet à l’évolution humaine dans cette franchise.

3.3 LA LUNE FORESTIÈRE D’ENDOR

Un autre candidat en tant que local, d’origine humaine, n’est pas une planète, mais une lune. Ce serait la lune forestière d’Endor. C’est là que les Ewoks (mammifères semblables aux ours de 1 mètre de haut, qui marchent sous deux pattes et construisent des outils et des abris simples). Comme nous l’avons dit, la locomotion bipède a causé la perte des premiers humains par le corps, permettant à l’apparition de glandes d’expulser l’eau à travers le corps (sueur). Les Ewoks ont les pieds plats (tout comme le nôtre), leur cerveau est gros, mange de la viande cuite ou rôtie, apprivoise le feu, possède une communication sophistiquée. Cependant, les Ewoks ont un excès de cheveux. Lors de l’adoption d’une locomotion fixée au sol, ils ne devraient pas avoir de cheveux. Il y a d’autres personnages dans la franchise, qui sont bipèdes, mais n’ont pas de poils.

En analysant la géographie de la lune d’Endor, nous notons qu’elle a: de l’eau à l’état liquide à sa surface formant: des mers et des lacs. Il y a des calottes glaciaires aux pôles. Il y a des montagnes couvrant une vaste zone. Le climat est tempéré. L’atmosphère est riche en oxygène (il y a peut-être de l’ozone pour protéger la lune). La lune est en orbite autour d’une énorme planète gazeuse (légèrement plus grande que Jupiter). « Voici un problème. »

Une géante gazeuse a une force gravitationnelle extrêmement forte. Au point de déchirer toute la surface de la lune. Comme on l’a déjà dit, les lunes de Jupiter : Io et Europe sont déformées par la force gravitationnelle de la planète. Maintenant… Jupiter est onze fois plus grande que la Terre, et sa force se fait sentir dans le système solaire. Ainsi, Jupiter gâche l’intérieur de Io provoquant un noyau chaud et c’est pourquoi, Io ont plusieurs volcans. Il en va de même pour la Lune Europa de Jupiter. Sa surface est gelée, sous la surface a un océan d’eau liquide de miles de profondeur. Il est probable qu’il y aura des fontaines chaudes et peut-être abritera la vie marine. La géologie de la Lune d’Europe est froide à la surface et chaude sous cette croûte glacée, permettant l’existence d’un océan riche en nutriments pour convenir à la vie végétale et animale, mais pas aux humanoïdes.

Il faut s’attendre à ce que la planète Endor, qui est une géante gazeuse, affirme sa force gravitationnelle en remuant à l’intérieur de la Lune d’Endor. Mais, semble-t-il, il n’y a aucune trace de volcanisme sur cette lune ou sur les plaques tectoniques. Son noyau de la lune forestière semble être paralysé, il n’y a donc pas de champ électromagnétique qui protège la lune des rayons du soleil et du rayonnement causé par le champ électromagnétique de la planète gazeuse. Tout cela ajouté était à prévoir qu’il n’y avait pas de vie à la surface de cette lune.

Ce que fait la lune forestière d’Endor, c’est défier les lois de la gravité et de la mécanique classique. Ce que nous nous attendions à voir est une lune volcanique, similaire à Io ou une lune gelée à la surface, similaire à Europe ou même, quelque chose comme la lune de Saturne Encelala, qui éjecte des gaz dans l’espace par des geysers. Tous ces scénarios, montre que la vie humaine à la surface de ces lunes serait irréalisable, donc aussi leur anthropique[6]. Il est évident que la lune forestière d’Endor devrait se comporter avec ce que nous voyons, sur les lunes de Jupiter, Saturne, Neptune et Uranus. Je veux terminer en disant qu’il est possible que la vie trouve un moyen d’exister dans ces environnements, mais en même temps, ces niches sont un danger pour la vie humaine, qui serait notre objet d’étude, dans ce travail.

3.4 NABOO

Un autre candidat probable dans lequel la vie humanoïde a évolué est la planète Naboo. Lieu de naissance de la princesse Amidala et maison du troublé Jar-Jar Binks. Ce sont tous les deux des bipèdes. Il a un gros cerveau et des fabricants d’outils (culture). La planète est dans une zone habitable au sein de son système solaire. Il y a de l’eau à l’état liquide, à sa surface avec des océans profonds et abyssaux. Il y a des chaînes de montagnes. Le climat est tempéré. Mais la planète a trois lunes (relativement grandes). C’est un problème.

Grâce à l’étude de notre Lune, il fait durer la journée pendant 24 heures. Imaginez avec trois lunes? Bien sûr, cela modifierait la rotation de la planète, qui pourrait dépasser peut-être 30 heures de la durée de la journée. La force de marée serait plus dévastatrice en raison de la force gravitationnelle de trois lunes. Le cycle menstruel ainsi que l’accouplement et la reproduction des animaux seraient affectés. L’axe de la planète Naboo serait stable, plus stable que la Terre étant inclinée 23degrees. La pente de Naboo serait entre le 1er ou le 2e. Ce serait terrible pour la planète, car il n’y aurait pas de saisons (été, hiver, printemps et automne). Le climat dans l’hémisphère nord et l’hémisphère sud serait le même sans changement de saison ou de température, en tenant compte des différences de latitudes.

Face à ce nouveau scénario, au lieu d’avoir des forêts, des lacs, des océans profonds, il pourrait y avoir d’immenses déserts (plus grands que le Sahara). Pour aggraver les choses, il n’y a aucune trace de la planète ayant une tectonique des plaques ou du volcanisme, de sorte que le noyau serait paralysé, donc il n’y aurait pas de champ électromagnétique pour protéger la surface de la planète des rayons du soleil. Naboo est plus susceptible d’être comme Mars.

Bien sûr, les lieux de la saga Star Wars que nous avons examinés étaient très peu. Oui, l’univers Star Wars est énorme. Mais, nous avons défini les environnements, qui apparaissent le plus dans la franchise, et quand nous l’analysons, nous nous rendons compte, qu’il n’y a pas les moyens nécessaires à l’évolution humaine pourrait se produire. Par conséquent, il est très peu probable de prétendre que l’évolution humaine se répéterait sur d’autres planètes vues dans d’autres films et animes, tels que: ET, l’extraterrestre, Star Trek, Predator, Avatar, Alien et Space Battleship Yamato 2199/2202/2205 (remake de l’anime japonais).

4. QUE DIT L’ÉVOLUTION PONCTUÉE ?

Darwin au 19ème siècle a étudié, écrit et publié son célèbre livre: A Origem das Espécies (1859) suggérant que la vie: micro-organismes, animaux et légumes ont été reliés par un ancêtre commun, qui au fil du temps aurait subi une évolution de processus dans la forme: linéaire et progressive, laissant un «chaînon manquant» sur son chemin.

Au 20ème siècle, l’idée de Darwin a été confirmée et enrichie grâce à l’étude de la génétique, donnant naissance au néo-darwinisme. Mais en 1972, Stephan Jay Gould (1941-2002) de l’université de Harvard et Niles Eldredge de l’American Museum of Natural History de New York ont ​​étudié la thèse d’Ernst Mayr[7]. Avec cette information, Gould-Eldredge a suggéré que l’évolution ne devrait pas seulement être vue lentement et progressivement, mais observée de manière non graduelle et non linéaire. L’hypothèse d’équilibre ponté était née, qui expliquait comment un processus évolutif combiné à l’isolement peut se produire dans un organisme se reproduisant sexuellement. Ces espèces (animales et végétales) peuvent rester longtemps, sans changement morphologique (appelé stase, dérivé du mot stabilité morphologique).

Pour Gould, l’émergence de nouvelles espèces se produit beaucoup plus rapidement, ne laissant pas d’ancêtre transitoire (chaînon manquant). Si le vivant change d’environnement en raison de la migration ou de l’émergence d’une barrière naturelle, dans l’environnement cela crée une forme d’adaptabilité des organismes, ce qui conduirait à plusieurs changements anatomiques survenant dans de petites populations qui seraient isolées par la barrière naturelle mentionnée. Le changement climatique ou environnemental pourrait apporter plusieurs changements : sociaux, sexuels et alimentaires. Et les changements anatomiques se produiraient très rapidement. En conclusion, l’être vivant devrait changer son comportement en une fraction de temps et dans un espace très court et le faire serait capable de s’adapter et d’évoluer. Ceux qui ne le pourraient pas, en revanche, verraient leur taux de natalité réduit et seraient probablement bientôt éteints.

On sait qu’il y avait plusieurs espèces animales et végétales et même des hominidés, qui sont restés des milliers d’années sans subir de changements anatomiques significatifs, un exemple en est la découverte d’un Australopithecus afarensis daté il y a 3,9 millions d’années découvert en Éthiopie, qui avait le même caractéristiques que nous voyons, chez une espèce plus récente, vieille de 1,0 million d’années. Maintenant… Quiconque étudie l’équilibre ponctué suggère qu’il s’agissait d’une preuve de la stase des hominines (GOULD, 1998).

4.1 LE FACTEUR DE CHANCE

Les causes de l’évolution des espèces, dont la nôtre, se heurtent aux mécanismes évolutifs que sont : la dérive génétique, le flux de gènes, les mutations qui se produisent aléatoirement à certains moments, et enfin, l’isolement (vicariance et dispersion). Dans ce contexte, il y a aussi le facteur hasard, qui peut modifier plus ou moins les tendances évolutives. Un bon exemple de cas fortuit fut l’extinction des dinosaures il y a 65 millions d’années, par un astéroïde (BARRETT, 2002). Cela signifie que l’évolution n’est pas quelque chose d’ordonné comme mentionné précédemment, parfois, le fortuit arrive.

Tout animal ou végétal du passé n’aurait aucun moyen de refaire surface, de manière naturelle même s’il le voulait. Cela signifie que tous nos ancêtres humains n’apparaîtront plus. Même pas, les dinosaures déjà mentionnés. Ce que Gould nous dit, c’est que parfois, une sorte de succession d’événements (variables) s’est produite dans le passé de la Terre qui, dans des conditions normales, ne se reproduirait plus. En résumé, au fil du temps, il y avait plusieurs variables (biologiques, géologiques et autres) qu’il serait difficile pour certains êtres vivants de réapparaître.

Ce «quelque chose de fortuit» s’est produit il y a 65 millions d’années et a permis aux petits mammifères de moins de 10 kg de survivre dans le monde sans grands prédateurs. C’était le cas de Purgatorius. Cet animal a donné naissance à plusieurs autres mammifères conduisant à une irradiation évolutive, parmi eux se trouvait un mammifère arboricole, appelé Plesiadapis, qui est devenu plus tard l’ancêtre d’espèces anthropoïdes, telles que le Proconsul qui à son tour céderait la place à des hominidés (puis nous sommes entrés en scène). Vous êtes-vous déjà demandé si, à un moment donné, les quatre espèces de Proconsul étaient éteintes avant l’apparition des premiers hominidés?

4.2 L’EVOLUTION DES HOMINIDÉS VERS LA REVOLUTION AGRICOLE

Il ne suffit pas que l’évolution suive simplement son chemin (ou sa tendance évolutive). Il faudrait aussi qu’il y ait une succession de variables et d’autres événements imprévus qui conduiraient à l’émergence du 1er hominidé (notre ancêtre). Ce genre de posture dressée, permettant aux bras de rester libres (LOVEJOY, 1988) afin de cueillir des fruits et de fabriquer des outils simples (Olduvaiense), comme briser les os d’animaux morts (être un charognard) et se nourrir de moelle. Adopter ce régime provoquerait l’émergence du premier humain, découvrirait le moyen de domestiquer le feu : par essais et erreurs (WRANGHAM, 2010). Avec le feu, il était possible de rôtir la viande (cuisine) et de chasser les animaux, en laissant les charognards. Avec la combinaison de viande : crue et rôtie, cela a provoqué la libération de protéines de viande, faisant passer le cerveau humain de 900cc à 1350cc. Avec l’augmentation du cerveau, il y aurait une réduction du prognathisme, qui à son tour a permis le développement de la vocalisation (articulée avec la syntaxe), grâce à cela, les industries lithiques les plus sophistiquées pour la chasse (Acheulense et Musteriense) seraient nées. Mais entre : 10-8000 ans, la population humaine a commencé à augmenter. Forcer ces humains à créer une nouvelle stratégie de survie, découvrir l’agriculture – la plupart du temps, faire pousser et manger de l’herbe : blé, seigle, orge, avoine, riz, canne à sucre, citronnelle et maïs (provoquant la Révolution agricole). Les graminées ont émergé, entre : l’Oligocène et le Miocène et sont actuellement abondantes dans le monde, étant la base de notre alimentation. Tout au long de l’histoire, l’herbe a été le théâtre de révoltes (Révolution française), de guerres (conflit entre l’Egypte et Rome, au Ier siècle avant JC) et d’une production accrue (Ancienne Mésopotamie). Imaginez le monde sans herbe ? Y aurait-il une civilisation ? Sans cela, serait-il possible que la civilisation de Sumer débute l’âge du bronze (3 000 av. J.-C.) ?

Un autre facteur qui aurait aidé à l’évolution humaine sur notre planète était notre gravité. Si nous emmenons d’autres êtres humains sur une autre planète avec une gravité différente de la nôtre, évidemment, au fil du temps, ces humains pourraient développer d’autres formes de locomotion, d’autres façons de chercher de la nourriture et d’acquérir d’autres stratégies de survie provoquant des changements: dans leur alimentation, dans leur vie sexuelle et plus tard, dans leur anatomie.

Mais, il ne suffit pas d’évoluer sur la planète Terre ou la franchise Star Wars. Il doit y avoir des conditions pour l’évolution d’autreschoses : les tubercules, tels que: les pommes de terre et le manioc. Les herbes à cultiver. Oxygénation planétaire correctement, car si l’augmentation des insectes peut augmenter leur taille (dans la période du Carbonifère, l’atmosphère terrestre avait 31% de O2, aujourd’hui nous avons 21%) (GRAHAN, et al, 1995). Quelques petits facteurs comme ceux ci-dessus ont aidé à soutenir l’évolution de la vie et des êtres humains, et longtemps après, il a servi à développer l’agriculture à grande échelle. Et c’était important, mais pourquoi ?

4.3 L’IMPORTANCE DE L’AGRICULTURE POUR UNE SOCIÉTÉ COMPLEXE

Maintenant… Grâce à l’agriculture des graminées, la population humaine s’est accrue, formant les premières villes recensées, vers 4000-3200 av. C (en Sumérie : Ur, Uruk, Eridu, Lagash, Umma et autres). Ainsi, il était nécessaire d’avoir une division sociale du travail : il y avait ceux qui plantaient (paysans) et ceux qui s’occupaient de la terre (armée), dont la communauté choisissait son chef (roi) (KRIWACZEK, 2018).

Quand il y avait la récolte, les paysans donnaient une part aux prêtres et au roi pour prendre soin de la terre. Et l’apport (étant né : fiscalité, écriture et comptabilité) a été noté, avec cela il était intéressant de construire un lieu, de stocker les grains. En cas d’urgence telle que: une sécheresse ou une guerre, le grain était redistribué aux citoyens. Afin d’éviter les invasions étrangères, plusieurs fortifications ont été créées autour de la ville (en cours de naissance : en mathématiques et en ingénierie) (KRIWACZEK, 2018).

Pour tenter d’augmenter la production céréalière, il était nécessaire de comprendre et d’étudier les étoiles (position de la lune, du soleil, des planètes et des étoiles) pour calculer le bon moment pour planter et récolter. La quantité idéale de grains à planter a été étudiée. Et combien de temps dureraient la plantation et la récolte, de sorte que le calendrier et la religion d’État alignés avec l’astronomie sont nés, nés de la religion ou des mythologies (VERDET, 1987).

De nombreux bâtiments (temples aztèques et mayas, tombes en Égypte qui sont des pyramides et la Ziggurat d’Ur) seraient alignés, avec les points cardinaux et ou avec les étoiles, ce qui serait interprété comme: signes des dieux ou demeure des dieux (NOGUEIRA, 2005). Cela a créé une relation entre les œuvres architecturales et les mythes des peuples anciens. Le monde dans lequel nous vivons dépend de l’agriculture. Or, sans agriculture, il n’y aurait pas d’économie, de commerce et de mathématiques. Pour les humains, la création du Millenium Falcon serait nécessaire pour avoir le contrôle du feu, pour avoir des connaissances en mathématiques, en physique et en ingénierie, que nous avons acquises et perfectionnées, grâce à l’introduction de l’agriculture, que sans elle, l’Étoile de la Mort serait impossible à planifier, à créer et à construire. Maintenant, je demande quelle est la probabilité d’avoir: une planète avec des conditions géophysiques égales à celles de la Terre, avec une oxygénation planétaire au niveau de la Terre, il n’y a pas de grands prédateurs (tels que les dinosaures), que tout cela additionnait, permettrait le développement des herbes, de sorte qu’il y a l’apparition de l’agriculture provoquant l’émergence d’une civilisation extraterreste semblable aux humains?

CONCLUSION ET PROPOSITIONS

Selon Lovejoy, la bipède aidait les mains libres à transporter des choses (outils, nourriture ou bébés). Le processus évolutif humain, selon les théoriciens, aurait été causé par : le sexe, l’adaptation et la recherche de nourriture. De plus, la géographie terrestre a favorisé ce processus, en Afrique qui entre: 7-4 millions d’années ont été couvertes par des forêts denses permettant l’apparition d’hominidés de notre lignée, ce qui nous a conduits au développement de bipedia (mais pas égal à la nôtre).

Pour qu’il y ait des vaisseaux spatiaux (Millenium Falcon),qui peuvent voyager dans l’espace-temps; pour qu’il y ait d’énormes villes; des armes mortelles telles que: sabre laser et bien sûr, l’Étoile de la Mort, devraient d’abord arriver à l’évolution du bipétisme. Après cette étape, il faudrait avoir une cuisson au feu (cette pratique a permis une augmentation de la cavité cérébrale et la création d’outils). Bref, la cuisson en conséquence a permis : la réduction du visage, l’augmentation de la capacité du cerveau, ce qui a permis le développement de la vocalisation avec la syntaxe.

Nous avons également vu dans le texte que les environnements de la franchise répertoriée ne disposaient pas d’emplacements adéquats pour le développement d’une vie intelligente tels que: caractéristiques géophysiques ténues, géographie favorable, hydrographie, pression atmosphérique qui pourrait favoriser le développement anatomique humain. Même s’il y avait une planète parmi tout le monde, semblable à celle de la Terre, il n’y aurait aucun moyen pour les humains d’évoluer. C’est parce que, selon Peter Ward et Stephen J. Gould, l’évolution n’arrive qu’une seule fois et si la vie animale s’éteint, elle sera éteinte à jamais (il n’y a pas de retour). Il en va de même pour l’être humain, de sorte qu’il y a évolution et le développement d’une civilisation dépendrait d’innombrables variables qui se produisent parfois avec des doses aléatoires et malheureusement, tout cela ne se répète pas.

Nous voyons que les planètes de la franchise que nous abordons dans la recherche ne sont pas compatibles avec la logique planétaire, que nous voyons dans notre système solaire (la base de la recherche). Les géantes gazeuses, comme Jupiter ou Saturne, sont capables d’exercer une force gravitationnelle très forte sur leurs lunes. Il en va de même pour l’absence d’une Grande Lune comme la nôtre, qui permet à l’axe de la Terre de se stabiliser. Nous avons remarqué que la géographie trouvée dans: Lune forestière d’Endor, Aldebaran, Naboo et Tatooine (les planètes les plus importantes de la série), ne peut pas abriter une vie complexe, ni même humanoïde parce qu’ils ont des caractéristiques qui empêchent cela. Nous commentons également que l’univers Star Wars est trop vaste pour étudier toutes les planètes de la série, ce qui rend difficile de savoir si toutes les espèces humanoïdes ont évolué ensemble ou séparément (similaire à ce qui se passe avec l’évolution convergente).

Nous pouvons proposer pour de futures recherches, qu’une modélisation informatiséesoit faite, au LNCC (Laboratoire National de Calcul Scientifique, à Petrópolis, RJ). Dans ce cas, les caractéristiques géophysiques des planètes et des lunes de notre système solaire seraient mises sur l’ordinateur contrairement aux caractéristiques géophysiques des planètes et des lunes de l’Univers Star Wars, en utilisant comme variable, la thèse de la « Terrerare» et l’Équilibre ponctué, pour savoir s’il est possible ce que nous défendons dans ce texte : l’évolution humaine ne se répète pas dans d’autres planètes, même dans des cas hypothétiques.

Pour conclure le raisonnement, en étudiant la bipédie humaine nous nous sommes rendu compte qu’au fil du temps, il y avait plusieurs formats que nous avons déjà évoqués. Cependant, dans l’univers Star Wars, on ne sait pas comment cette évolution bipède se serait produite, ni où cette locomotion a commencé et quelles étaient ses lignées.

RÉFÉRENCES

BANDEIRA JR, Alfredo Nunes. Nós Estamos Sós: Uma Humanidade Solitária. Rio de Janeiro: Interciência, 2000.

BARRETT, Paul. Dinossauros. In: Plateosaurs e Morte dos Dinossauros. São Paulo: Martins Fontes, 2002. P 118-119 e P 82.

BURGIERMAN, Denis Russo. E se Lua não existisse? Superinteressante, 2000, disponível em < https://super.abril.com.br/tecnologia/e-se-lua-nao-existisse/> Acesso em 20/04/2014.

CARVALHO, I.S (org). Paleontologia. In. BERGQVIST, Lílian P, ABUHID, Virginia Simão e DEL GIUDICE, Gisele Mendes. Mamíferos. H. Primatas e a Evolução do Homem. Rio de Janeiro: Interciência, 2000. P 613-616.

COE, Michael e SNOW, Elizabeth. A América Antiga. In: Anasazi. Barcelona: Fólio, 2006. P 71-75.

FANDOM. TATOOINE. Wookieepedia The Star Wars wiki. Disponível em <http://starwars.wikia.com/wiki/Tatooine> Acesso em 22/04/2014.

FANDOM. ALDERAAN. Wookieepedia The Star Wars wiki. Disponível em <http://pt.starwars.wikia.com/wiki/Alderaan> Acesso em 22/04/2014.

FANDOM. ENDOR. Wookieepedia The Star Wars wiki. Disponível em <http://pt.starwars.wikia.com/wiki/Endor> Acesso em 22/04/2014.

FANDOM. NABOO. Wookieepedia The Star Wars wiki. Disponível em <http://pt.starwars.wikia.com/wiki/Naboo> Acesso em 22/04/2014.

GOULD, S. J. A Montanha de Moluscos de Leonardo da Vince. In: Parte III A Pré-História Humana: Nossa Extraordinária Unidade. São Paulo: Cia das Letras, 2003. P 240-259.

GOULD, S. J. Dinossauros no Palheiro. In: Lucy na Terra em Estase. São Paulo: Cia das Letras, 1998. P 170-184.

GRAHAN, Jeffrey; DUDLEY, Robert; AGUILAR, Nancy M. e  GANS, Carl. Implications of the Paleozoic Oxygen Pulse for Physiology and Evolution. Nature, Volume 375, 11 Mayo, 1995, p 117-120.

HAINES, T e CHAMBERS, P. The Complete Guide to Prehistoric Life. In: Coelophysis. Buffalo: Firefly Books, 2006. P 70-71.

JOHANSON, Donald e MAITLAND, A. Edey. Lucy os Primórdios da Humanidade. São Paulo: Bertrand, 1996.

KRIWACZEK, Paul. Babilônia: A Mesopotâmia e o Nascimento da Civilização. Rio de Janeiro: Zahar, 2018.

LIMA, Celso P. Evolução Humana. 2a ed. São Paulo: Ática, 1994.

LOVEJOY, C. Owen. Evolution of Human Walking. Scientific American, November de 1988. P 118-125.

LOVEJOY, C. Owen et al. The Pelvis and Femur of Ardipithecus ramidus: The Emergence of Upright Walking. Science. Vol. 326. P 71-71e6. 02 de outubro de 2009.

NEVES, Walter Alves e PILÓ, Luís B. O povo de Luzia. In: Do macaco ao homem. Rio de Janeiro: Globo, 2008. P 23-60.

NEVES, Walter, RANGEL JUNIOR, Miguel e MURRIETA, Rui Sérgio S (org.). Assim Caminhou a Humanidade. In Capítulo III. GRATÃO, Marina da Silva, RANGEL JR, Miguel e NEVES, Walter Alves. Primeiros Bípedes, São Paulo: Palas Athena, 2015. P 86-143.

NEVES, Walter A. Um Esqueleto Incomoda Muita Gente. In: Capítulo 3: Como Eram? Campinas: Unicamp, 2013. p 53-65.

NEVES, Walter. Resenha do Livro de Richard Klein: The Human Career: Human Biological and Cultural Origins. Chicago: The University of Chicago Press, 2009, pp. 989. REVISTA DE ANTROPOLOGIA DA USP, São Paulo, 2011, V. 54 Nº 1.

NOGUEIRA, Pablo. Assim na Terra Como no Céu. Galileu. Rio de Janeiro: Globo, Edição 171. Outubro de 2005. P 52-59.

SILVERMAN, Helaine e PROULX, Donald. The Nasca. In: Nasca scociopolitical Organization. Malden: Blackwell, 2002. P 238-268.

STANFORD, C. Como nos Tornamos Humanos. Rio de Janeiro: Elsevier, 2004.

VERDET, Jean-Pierre. O Céu, Mistério, Magia e Mito. Rio de Janeiro: Objetiva,
1987

WARD, Peter e BRONWLEE, Donald. Sós no Universo? Por que a vida inteligente é improvável fora da Terra. In: A Lua, Júpiter e a Vida na Terra. Rio de Janeiro: Campus, 2000. P 247-269.

WARD, Peter. O Fim da Evolução. In: Fim de uma Era. Rio de Janeiro: Campus, 1997. P 69-96.

WILLIAM, R. Leonard e ROBERTSON, Marcia L. Locomotor Economy and the Origin of Bipedality: Reply to Steudel-Numbers. American Journal Of Physical Anthropology. Volume: 116. 2001, p 174–176.

WALKER, Alan e LEAKEY, Richard. The Nariokotome Homo Erectus skeleton. In: The thoracic and lumbar vertebrae. LATIMER, B and WARD, Carol V. Cambridge: Harvard University Press, 1993, p 293-299.

WRANGHAM, Richard. Pegando Fogo: Por que cozinhar nos tornou humano. Rio de Janeiro, Zahar, 2010.

ANNEXE – RÉFÉRENCES DE NOTES DE BAS DE PAGE

2. Le terme : Hominine utilisé dans ce texte désigne les fossiles d’hominidés, qui est dirigé vers la lignée humaine (NEVES, 2015, p 97).

3. L’herbe est la base de notre alimentation, à laquelle nous nous adaptons, plus tard, nous l’expliquerons.

4. En plus de l’opportunité créée par la mort de Cahuachi, un autre facteur qui a joué un rôle important dans le développement de la société à l’époque de Nasca 05. L’un d’eux était la météo. Les archéologues savent que les conditions climatiques se sont détériorées dans les Andes centrales pendant une grande partie du 6ème siècle après JC. C : sécheresses survenues en 540-560 j. C et 570-610 d. C avec ce dernier atteignant des conditions extrêmes.

5. http://super.abril.com.br/tecnologia/se-lua-nao-existisse-441531.shtml 20/04/2014 – 12:00: 00min

6. Enjeu anthropique dans les origines humaines, l’évolution, la cognition, la culture et la locomotion.

7. Spéciation peripátrique – qui stipule que l’évolution d’un être vivant peut se produire à la périphérie de sa population d’origine, étant isolé par une barrière naturelle ou par une rivière ou un lac.

[1] Il a trois cours de troisième cycle lato-sensu. Diplômé en histoire de l’UNI-BH. Spécialiste en Éducation en Sociologie de la Faculdade Noroeste de Minas Gerais. Spécialiste en histoire de la Faculdade Luso-Brasileira. Spécialiste en histoire et géographie du Centro Universitário Barão de Mauá.

Soumis : Septembre 2020.

Approuvé : Février 2021.

5/5 - (1 vote)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

DOWNLOAD PDF
RC: 89346
POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

Solicitar Registro DOI
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita
WeCreativez WhatsApp Support
Temos uma equipe de suporte avançado. Entre em contato conosco!
👋 Bonjour, Besoin d'aide pour soumettre un article scientifique?